Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Résumés/Abstracts

Texte intégral

Partie 1
L’histoire des insécurités

Chapitre 1
Une répétition de l’histoire ?
Boko Haram et Hamman Yaji

Résumé

1Les monts Mandara, à la frontière entre le Nigeria et le nord du Cameroun, sont l’une des régions qui ont été durement touchées par l’insurrection de Boko Haram. Cependant, pour les habitants, cette insurrection n’est pas nouvelle, ce qui les porte constamment à mettre en parallèle Abubakar Shekau, leader présumé de Boko Haram, et Hamman Yaji, chef peul de Madagali qui avait mené des raids esclavagistes à grande échelle au début du xxe siècle. En partant de cette comparaison, ce chapitre explore l’histoire d’Hamman Yaji à partir du journal qu’il a rédigé et dans lequel il a consigné l’ensemble de ses raids. La situation frontalière contestée entre les colonies britanniques, françaises et allemandes explique en partie la survie des raids esclavagistes dans cette zone pendant les premiers jours de la colonisation. En déployant ses activités meurtrières dans la même région, Boko Haram a également profité de l’absence de l’État et de la situation économique et politique difficile des populations, d’où la question de savoir si, entre Hamman Yaji et Boko Haram, nous assistons à une répétition de l’histoire. Notre réponse est la suivante : l’histoire n’a pas besoin de se répéter, car elle n’a jamais disparu.

Abstract

2The Mandara Mountains on the border between Nigeria and North Cameroon are one of the regions that have suffered severely from the depredations of Boko Haram. However, for the inhabitants this plight is nothing new: they instantly recognize in its leader Abubakar Shekau another feared enemy from the deep past, Hamman Yaji. This Fulbe chief ravaged the area in the beginning of the 20th century, and is still remembered with trepidation and fear as an inveterate slave raider. Thus, the Montagnards view Boko Haram as a revival of slave raiding. The chapter focuses on the history of Hamman Yaji, who left a unique document, a diary of his slave raiding, that offers a surprising inside look into the life of a slave raider. In the analysis of how such a reign of terror was possible in the early days of the colonization, the contested border situation between the British, French and German colonies is shown to be a major factor. This is still the case, it is argued, in the situation of economic and political marginality in which Boko Haram operates, so the leading question, whether history is repeating itself between Hamman Yaji and Boko Haram, is answered in a specific way: history has never left in the first place.

Chapitre 2
Les racines de la sédition djihadiste Boko Haram
Pourquoi au Bornou ?

Résumé

3Tenter de saisir, à travers l’histoire ancienne du Bornou, ce qui a pu conduire, au début du xxie siècle, à la sédition salafiste Boko Haram et de l’exposer dans un court écrit relève de la gageure. La réponse apportée au simplisme de l’interrogation « est-ce un aboutissement attendu ou un accident de l’histoire ? » ne saurait satisfaire. Nous entrevoyons, néanmoins, une réponse dans cette revendication constante du Bornou quant à sa position éminente dans l’islam. Le sentiment, pour les Bornouans, d’une perte d’hégémonie irrémédiable dès les années 1970 favorise le terrain pour un vaste mouvement de revendication identitaire. L’écrasement d’une pseudo-secte revivaliste, la Yusufiyya, et l’assassinat de son leader en 2009 sera l’étincelle qui mettra le feu. On assiste alors à un soulèvement populaire inattendu de par son ampleur, associant les classes de jeunes adultes, structurées ou non en métiers, aux pléthoriques écoles coraniques. Il engendrera Boko Haram, qui tiendra en échec un État, puis deux, puis l’ensemble de ceux du circum-tchadien.

Abstract

4Attempting to understand, through the ancient history of Borno, what led to the Boko Haram Salafist sedition at the beginning of the 21st century, and to present it in an article, is a challenging task. Simply asking whether this is an expected outcome or an accident of history can not produce any satisfying answer. However, a solution to this dilemma can be found in the constant Bornoan claim regarding its prominent position in Islam. Bornoan feelings of an irremediable loss of hegemony as early as the 1970s paved the way for a vast movement founded on an identity claim. The crushing of a revivalist pseudo-sect, the Yusufiyya, and the assassination of its leader in 2009 was the spark that lit the fire. The scale of the uprising which brought together the young adults, whether structured or not in trades, as well as the plethora of attendees of Koranic schools was unexpected. This gave birth to Boko Haram which managed to hold in check not only one state but two, and now the whole circum-Lake Chadian area.

Chapitre 3
La toponymie dans les monts Mandara (Nord‑Cameroun)
Un marqueur de l’histoire des insécurités

Résumé

5Cette contribution se propose de déceler dans les désignations des lieux d’insécurité (grottes, lieux de combats, etc.) la manière dont les peuples des monts Mandara construisent leurs propres perceptions teintées d’héroïsme, qui contrastent avec leur réputation de « peuples assiégés ». La sacralisation de ces lieux et leur mythification racontent une histoire alternative de l’insécurité.

Abstract

6The purpose of the present contribution is to explore, from the names of places linked to insecurity (caves, sites of battle and refuge, etc.), the way peoples of the Mandara mountains constructed their own perceptions tinged with heroism, in contrast to their reputation as peoples besieged. The sacralizing and mythification of these places convey an alternative history of insecurity.

Chapitre 4
Insécurités anciennes au sud du bassin tchadien
Les lueurs de l’archéologie

Résumé

7Les sources historiques relatives au bassin tchadien méridional témoignent d’un développement de l’insécurité à partir du xive siècle. Mais que sait-on de ce phénomène aux périodes antérieures, pour lesquelles l’archéologie est la première source d’information ? À l’échelle de la région, la littérature archéologique ne fait que rarement mention des indicateurs d’insécurité les plus classiques. Ceux-ci étant rares et délicats à interpréter, un autre indicateur, plus spécifiquement adapté à la région d’étude, sera recherché. Associés, ces différents indicateurs archéologiques permettront d’envisager une recrudescence de l’insécurité à compter du xe siècle apr. J.-C. dans certaines parties du bassin tchadien méridional.

Abstract

8Historical sources relating to the Southern Chad Basin show that insecurity increased from the 14th century onward. But what do we know about this phenomenon during earlier periods, times for which archaeology is the main source of information? At the scale of the area of study, the archaeological literature rarely mentions the usual indicators of insecurity. These being rare and difficult to interpret, the help of another indicator, more specific to the area of study, will be used. Once associated, these indicators show that insecurity probably increased as early as the 10th century AD in some parts of the Southern Chad Basin.

Chapitre 5
Les adaptations des éleveurs transhumants aux insécurités
La trajectoire des Arabes du Batha (Tchad) depuis 1966

Résumé

9À l’instar d’autres pays du Sahel, le Tchad a été marqué depuis son indépendance par des conflits armés. Les Arabes du Batha, tout comme ceux d’autres régions, se sont adaptés à ces insécurités en optant pour une autodéfense et une mobilité permanente en vue d’accéder aux ressources pastorales.

Abstract

10Like other countries of the Sahel, Chad has been marked since its independence by armed conflicts. The drawbacks of these clashes are numerous, including the proliferation of firearms and insecurity. The Arabs of Batha (Chad), just as those of other regions, have adapted themselves to these insecurities by choosing self-defense and a permanent mobility in order to access pastoral resources.

Chapitre 6
Le lac Fitri (Tchad) face à la montée des insécurités
Repenser la gouvernance d’une zone humide autour d’un pouvoir local fort

Résumé

11Au Fitri (Tchad), l’augmentation de la pression sur les ressources, la diversification des acteurs et la perte de légitimité du sultan perturbent le fonctionnement du socio-écosystème et renforcent les insécurités foncières, alimentaires et sociales à l’origine des conflits. Une nouvelle gouvernance est à inventer entre pouvoir local, État et représentants des usagers.

Abstract

12In the Fitri region of Chad, the increase of the pressure on resources, the diversification of stakeholders and loss of the Sultan’s legitimacy disrupt the socio-ecosystem and reinforce land tenure, food supply and social insecurities that are at the origin of conflicts. A new form of governance has to be imagined that can interrelate local powers, the State and representatives of the inhabitants.

Partie 2
Ressources et les insécurités, des influences réciproques

Chapitre 7
Insécurités au lac Tchad : environnement et conflits

Résumé

13Au lac Tchad, il n’y a pas de relation simple entre insécurité environnementale et politique. Depuis la fin des années 1990, un contexte économique optimal de « Petit Tchad régulier » s’est accompagné d’une montée des tensions sociopolitiques, sur fond de dégradation des régulations locales et nationales. Boko Haram, d’origine nigériane, a été le révélateur d’une vulnérabilité régionale dont les fondements sont avant tout politiques.

Abstract

14In the Lake Chad region, no simple relationship can be identified between environmental and political insecurity. Since the end of the 1990s a favourable economical context related to a stable “Small Lake Chad” hydrological situation has been accompanied by increased socio-political tensions, linked to a deterioration of the local and national structures. Boko Haram, originating in Nigeria, has revealed a regional vulnerability that is ultimately political in nature.

Chapitre 8
Boko Haram, révélateur des insécurités foncières au lac Tchad (Cameroun) ?

Résumé

15Le chapitre analyse les jeux politiques et les insécurités foncières qui avaient cours dans la partie camerounaise du lac Tchad juste avant sa « sanctuarisation » par Boko Haram en 2014. Il conclut sur l’enjeu que constituent la compréhension des insécurités foncières « pré-insurrection » et celle des recompositions politico-foncières à l’œuvre depuis la crise pour le retour de l’action publique dans la région.

Abstract

16This article analyses the political games and insecurities relating to land prevailing in the Cameroonian part of Lake Chad just before Boko Haram took sanctuary there in 2014. It concludes by stressing the key challenge, that of reaching a deep understanding of these insecurities in pre-insurgency times, and of the politico-land tenure restructuring at work since the crisis that aims at a return of public policy in the region.

Chapitre 9
Boko Haram, migrants forcés et conséquences économiques dans l’est du Niger

Résumé

17Oasis aux frontières poreuses, le lac Tchad est aujourd’hui caractérisé par une insécurité permanente. Le repli de Boko Haram dans cette zone et les mesures d’urgence gouvernementales s’accompagnent de migrations forcées. Ce texte analyse les impacts de l’insécurité sur les systèmes socioéconomiques et l’exploitation des ressources au Niger, ainsi que les stratégies développées par la communauté de migrants forcés, les en gudun hijira.

Abstract

18An Oasis with porous borders, Lake Chad is today characterized by permanent insecurity. The withdrawal of Boko Haram into this area and the government’s emergency measures are accompanied by forced migration. This article analyzes the impacts of insecurity on the socio-economic systems and the exploitation of resources in Niger, as well as the strategies developed by the community of forced migrants, the en gudun hijira.

Chapitre 10
Vaches de temps de paix, vaches de temps de guerre (Adamaoua camerounais, Centrafrique)

Résumé

19Au cours de leur histoire, les pasteurs mbororo de l’Adamaoua au Cameroun et de Centrafrique ont remodelé leurs races bovines. Les vaches rouges leur ont longtemps permis de faire face à des agressions de populations locales. Remplacées par la race bovine de Foulbé (Peuls) sédentaires, elles ont pourtant été revalorisées récemment en contexte d’insécurité. Une race bovine caractérise l’élevage en temps de paix, tandis qu’une autre est considérée comme plus adaptée aux temps de guerre.

Abstract

20During their history, the Mbororo Fulani of Adamawa (Cameroon) and the Central African Republic have changed their breeds of cattle. Thanks to their red cattle they coped for long periods with the aggressions of local peoples. Subsequently replaced by the cattle type favored by the Settled Fulani, the red breed has now, due to insecurity, regained value. One cattle breed is preferred during times of peace, whereas another is better fitted to times of war.

Chapitre 11
Peut-on encore être éleveur en République centrafricaine ?
Éléments de réponse dans la région de Batangafo (Ouham)

Résumé

21Ce chapitre documente la situation des populations pastorales en Ouham, au nord-ouest du pays, en 2016. Au travers d’une grille de lecture fondée sur la résilience, il décrit les évolutions des systèmes pastoraux et les trajectoires des ménages face à la crise politico-militaire centrafricaine.

Abstract

22This article documents the situation of pastoral populations in Ouham, in the northwest of the Central African Republic, in 2016. Utilizing a framework based on resilience, it describes the evolution of pastoral systems and the trajectories of households facing the politico-military crisis of the CAR.

Chapitre 12
Insécurités et rumeurs autour des ruées vers l’or
Les difficultés d’une enquête à distance dans le Sahara nigérien

Résumé

23Depuis 2014, le Sahara nigérien connaît de véritables ruées vers l’or, si bien que l’orpaillage constitue aujourd’hui une ressource importante pour toute une population qui, sans cela, serait sans emploi. Mais l’insécurité qui règne dans cette zone rend les sites aurifères inaccessibles aux chercheurs qui doivent, pour les appréhender, adopter une méthodologie originale, fondée sur l’enquête à distance et l’analyse des rumeurs.

Abstract

24Since 2014, in Niger the Sahara Desert has been experiencing gold rushes with the result that gold panning is now an essential resource for a population that would be otherwise unemployed. But the insecurity reigning in the region renders gold sites inaccessible to researchers who must, in order to study them, adopt an original methodology incorporating studies at a distance and rumor analysis.

Partie 3
Les insécurités, l’État et le pouvoir

Chapitre 13
De la profitabilité de l’échec des politiques sécuritaires migratoires au Niger

Résumé

25Les politiques migratoires mises en œuvre au Sahara depuis les années 2000 visent à endiguer l’ensemble des circulations irrégulières à travers ce désert. Ces politiques dites « sécuritaires » du point de vue international sont bien souvent perçues et vécues comme des politiques insécuritaires du point de vue local. Elles ont entraîné d’un côté une entrée en clandestinité de nombreux acteurs de ces circulations, de l’autre le fleurissement d’une « industrie » de la gestion et du contrôle des mobilités.

Abstract

26From the early 2000s, European countries considered all trans-Saharan movements of people as a first step on a journey towards Europe, and encouraged national authorities to stop them. This led to the hardening of migration policies everywhere in northwest Africa. This paper explores how the resulting criminalization of all travel to and through the Sahara has led to the development of specialized passenger transport as a clandestine activity.

Chapitre 14
Engagement politique populaire dans un Tchad connecté

Résumé

27Les manifestations populaires qui ont secoué le Tchad depuis 2014 se situent dans le cadre d’une augmentation plus généralisée des soulèvements sur le continent africain. Ces soulèvements sont liés à la détérioration de la situation économique des populations et à leur manque de perspectives d’avenir. Les jeunes sont en particulier des acteurs importants de ces soulèvements. Dans le présent chapitre, les manifestations tchadiennes sont analysées du point de vue de la jeunesse urbaine et à travers les actions de cette dernière, aussi bien au Tchad que dans la diaspora. Le rôle de l’environnement numérique, c’est-à-dire les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), semble être crucial car il crée de nouvelles possibilités de communication et de gestion des flux d’informations. Dans quel type de circuits d’information et de médias sociaux, ou encore d’échanges téléphoniques, les jeunes s’engagent-ils pour organiser une manifestation ? Qui sont ces jeunes ? Et quel est le résultat de ces actions en termes de changement sociopolitique ? Le texte présente deux cas d’études d’action politique en 2015 et 2016. Le rôle des NTIC, en particulier les échanges sur Facebook, est au centre de l’analyse. La communication à travers les téléphones portables et les médias sociaux est-elle une nouvelle forme de « radio-trottoir », où le journalisme citoyen et l’action populaire conduisent à une nouvelle dynamique de l’action politique ?

Abstract

28The popular protests that Chad has witnessed since 2014 are part of a widely spread increase in uprisings on the African continent. These uprisings are related to the deteriorating economic situation and the lack of perspectives of a better future that the population experiences on a daily basis. The young are especially important actors in these uprisings. In this article the Chadian protests are analysed through the eyes and actions of urban youth both in Chad itself and in the diaspora. The role of the digital environment, i.e., New Information and Communication Technology (ICTs), seems to be crucial as it creates new possibilities to communicate and to steer information flows. In what kind of information circuits and social media or phone exchanges do the youth engage to organise protest? Who are these youth? And what is the result of these actions in terms of socio-political change? The article presents two case studies of political action in 2015 and 2016. The role of new ICTs, especially exchanges on Facebook, is central to the analysis. Is communication via mobile phones and social media a new form of “pavement radio” where citizen journalism and popular action lead to new dynamics in political agency?

Chapitre 15
Les Eaux et Forêts, fauteurs d’insécurités dans les espaces ruraux au Tchad ?

Résumé

29Au Tchad, la corporation des Eaux et Forêts est une institution fortement militarisée qui est mobilisée par l’État, principalement, pour contrôler les territoires ruraux. L’analyse conjointe de la trajectoire historique de cette corporation et du rôle des agents forestiers à l’échelle locale permet d’envisager les Eaux et Forêts comme un facteur d’insécurités multiples, à la fois pour les populations rurales et pour les pratiques d’exploitation des ressources naturelles. Une modélisation graphique de la spatialité du contrôle forestier est proposée en conclusion.

Abstract

30In Chad, the militarization of the national Water and Forestry (Eaux et Forêts) service is used by the State mainly to control rural territories. As demonstrated by the analysis of the historical trajectory of this governmental institution and the influence of its agents at the local level, the Water and Forestry service can be envisaged as a factor in the production of multiple forms of insecurity affecting both rural populations and practices of exploitation of natural resources. A graphic modeling of spatial control through forestry power is proposed.

Chapitre 16
The N’Guéli bridge as a space of insecurity
A case of militarized governance in Chad

Résumé

31Cette contribution questionne les mesures de sûreté, la gouvernance urbaine et le revers de la guerre contre le terrorisme au Tchad, à travers l’analyse des événements violents survenus à N’Guéli, à la frontière Tchad-Cameroun, en novembre 2016, apportant une perspective sur les conflits liés à la gestion de l’espace en temps d’insécurité.

Abstract

32This contribution reflects on sensitive issues such as security measures, urban governance and the setbacks of War on Terror rhetoric, through the reconstruction of violent events that occurred in N’Guéli, on the Chad-Cameroon border, in November 2016. By this means it offers a perspective on conflicts arising from the management of space in times of insecurity.

Chapitre 17
Résilience et « miracle » en temps de crise dans le Borno
Le cas de la collectivité locale de Kwaya Kusar au Nigeria

Résumé

33Les ravages du conflit lié à l’insurrection de Boko Haram ne sont pas uniformes dans le temps ni dans l’espace. Extraite de la base de données NigeriaWatch, la cartographie de la mortalité violente montre ainsi que certaines zones ont été moins touchées que d’autres. À partir d’entretiens menés à Maiduguri en 2015-2016, puis à Kwaya Kusar en 2017, ce chapitre interroge les raisons de la résilience d’une collectivité rurale qui a « miraculeusement » été épargnée par le conflit dans le sud-ouest de l’État nigérian du Borno.

Abstract

34The Boko Haram crisis did not have the same impact all over the Lake Chad Region. Extracted from data of the NigeriaWatch project, the mapping of lethal violence shows that some zones were more affected than others. Based on interviews conducted in Maiduguri in 2015-2016 and Kwaya Kusar in 2017, this chapter investigates the reasons for the resilience of rural communities that were spared in the fighting in southwest Borno: a situation which is perceived by locals as a “miracle”.

Chapitre 18
Une confrérie face à Boko Haram
Les chasseurs kotoko au Nord-Cameroun
(Logone-et-Chari)

Résumé

35Au sein de la société kotoko, les chasseurs constituent un corps regroupant des hommes liés entre eux par une activité commune : la chasse. Le chapitre étudie le rôle joué par cette confrérie dans la lutte contre le grand banditisme des coupeurs de route ainsi que dans la prévention contre les attentats terroristes de Boko Haram.

Abstract

36In the Kotoko society, hunters are a body of men linked together by a common activity: hunting. This paper describes the role played by this brotherhood in the fight against banditry involving roadblocks and the prevention of terrorist attacks by Boko Haram.

Chapitre 19
Morale et violence dans les sociétés du désert

Résumé

37La violence, dans les sociétés du désert, est la conséquence obligée du mode d’exploitation du milieu naturel, l’élevage extensif du chameau. Mais loin de s’exercer au hasard, elle est régulée par des valeurs morales primordiales, la « honte » (nuŋo) chez les Toubou et l’« honneur » (‘ird) chez les Bédouins arabes, notions qui seront décrites et rapprochées.

Abstract

38Violence, in desert societies, is the inevitable consequence of the mode of exploitation of the environment, in this case extensive camel herding. But far from occurring randomly, violence is strongly regulated by key moral values, “shame” (nuŋo) among the Tubu and “honour” (‘ird) among Bedouin Arabs. These basic moral notions and their impact are described and compared.

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search