Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Partie 3 – Les insécurités, l’État et le pouvoir

Chapitre 18. Une confrérie face à Boko Haram

Les chasseurs kotoko au Nord-Cameroun (Logone-et-Chari)

Mahamat Adam

Résumé

Au sein de la société kotoko, les chasseurs constituent un corps regroupant des hommes liés entre eux par une activité commune : la chasse. Le chapitre étudie le rôle joué par cette confrérie dans la lutte contre le grand banditisme des coupeurs de route ainsi que dans la prévention contre les attentats terroristes de Boko Haram.

Texte intégral

Introduction

1La région du Nord-Cameroun a connu plusieurs formes d’insécurité pendant et après la décolonisation. Ce travail explore la lutte menée par la confrérie des chasseurs kotoko contre ces insécurités contemporaines, et plus particulièrement contre Boko Haram. Depuis le milieu des années 1960, et l’entrée en rébellion du Front de libération nationale du Tchad (Frolinat) intervenue en 1966, qui eut pour conséquence l’implantation de combattants aux confins du Cameroun, du Nigeria et du Tchad et la dissémination d’armes de guerre, les sources d’insécurité se sont multipliées et succédé – affrontements interethniques dans le Logone-et-Chari, guerre en Libye, conflits religieux au nord du Nigeria et, enfin, insurrection de Boko Haram –, faisant de la violence un « référent zonal » (Saïbou, 2004 : 85). De par sa situation entre le Tchad et le Nigeria, le département du Logone-et-Chari, le plus septentrional de la région extrême-nord du Cameroun, en a été très affecté, notamment dans la commune de Makari, qui, après le conflit entre Arabes Shuwa et Kotoko (1992-1995), a vu sa configuration modifiée du point de vue économique et social. Les marchés de Makari, Bian, Gouma et Digam, ont été dissous au profit, respectivement, de ceux de Mada, Bomboyo, Amchilga et Maliyé. Ces marchés nouvellement créés sont plutôt des marchés au bétail où circule beaucoup d’argent. De ce fait, les attaques et les vols à main armée se sont multipliés et les vols de bétail sont devenus récurrents. Face à ces actes de banditisme, puis face à Boko Haram, le rôle joué par la confrérie des chasseurs kotoko a été déterminant.

  • 1 Dans le cadre de notre travail de thèse (Adam, 2013), nous avons interviewé plusieurs membres de la (...)

2Ce travail est le résultat des recherches que nous avons menées entre 2005 et 2007 sur les chasseurs1, dans le nord du Cameroun, dans la commune de Makari, où la confrérie est bien implantée et organisée en secteurs. La confrérie est le lieu par excellence où les initiés apprennent un ensemble de connaissances de type ésotérique, écologique, éthique et social. Les membres de cette organisation sont les maîtres des forces occultes, spécialistes de la faune et de la flore, chasseurs, guérisseurs, guerriers, gardiens des traditions, musiciens, etc. Aujourd’hui organisée en comités de vigilance et soutenue par les autorités administratives, la confrérie est fortement impliquée dans la prévention contre les attentats terroristes perpétrés par Boko Haram. Ce travail présente d’abord l’organisation et les activités de la confrérie des chasseurs kotoko, avant de voir l’implication de ses guerriers dans la lutte contre Boko Haram.

Présentation de la confrérie des chasseurs kotoko

3Au sud du lac Tchad, les Kotoko sont établis sur les cours inférieurs du Chari et du Logone. On les trouve au Cameroun dans le département du Logone-et-Chari, le plus septentrional de la région de l’extrême-nord du Cameroun, mais aussi au Tchad ainsi qu’au Nigeria. Leur organisation en principautés sacrées nous est bien connue grâce aux travaux d’Annie Lebeuf (1969). Les confréries de chasseurs de ces sociétés, dont les histoires sont très anciennes, perdurent de nos jours, même si leurs membres ont abandonné la chasse depuis les années 1980 en raison de la raréfaction de la faune. Outre la chasse, ces confréries ont diverses activités qui leur sont spécifiques, puisqu’ils sont aussi guerriers, guérisseurs et chantres de leur communauté, autant de spécialités que nous aurons à évoquer. La médecine traditionnelle reste une occupation majeure, même si la dimension guerrière de ces confréries s’est vue récemment mise à profit suite à leur enrôlement dans des comités de vigilance qui assurent la sécurité locale.

Origine de la confrérie

  • 2 Selon la légende, la ville de Makari fut, au départ, gouvernée par un serpent, Mme Kasino, « le roi (...)

4L’histoire de la confrérie des chasseurs kotoko est multiséculaire. Selon plusieurs sources, le chef des chasseurs à l’arc aurait une origine kanuri. Il serait arrivé à Makari en même temps que les jumeaux Asana et Useyni2 (Lebeuf, 1969). Pour comprendre l’origine des chasseurs kotoko, il nous faut remonter au royaume du Kanem-Bornu, l’un des plus anciens royaumes musulmans d’Afrique, et à sa dynastie, celle des Sefuwa, qui a connu une longévité inégalée (viiie-xixe siècles) : « Le Bornou a inspiré aux différents États du circum tchadien les normes de gouvernement, la titulature de notables, les arts de la guerre, les modes de conduites en cités, une structuration des différents métiers, l’enseignement religieux enfin. Grâce à son organisation militaire et à ses caravanes de marchands, le Bornou a dominé de vastes espaces. Toutefois, sur les marges de l’œkoumène kanuri, ce sont les gaw, chasseurs de métier, qui pénétrèrent plus avant dans les contrées inconnues. Ils revenaient de ces campagnes de chasse lointaines avec des pointes d’éléphant et des esclaves. Ils s’impliquaient souvent dans les conflits locaux tout en contractant des alliances matrimoniales. Les guildes des gaw kanuri ont influencé nombre d’autres groupes. On les retrouve, avec quelques divergences, chez les Kotoko, les Mandara et dans tout le monde peul du Diamaré à la Bénoué » (Seignobos, 2011 : 35-59).

Organisation de la confrérie

  • 3 Étymologiquement, nƙuradaji (au singulier) vient de ngwaru sə daji (littéralement « esclave de l’ar (...)
  • 4 Salala désigne la fête, l’ensemble des rites de chasseurs et, partant, leur pouvoir. Le mot se trad (...)

5Au sein de la société kotoko, les chasseurs à l’arc (nƙuradajie3) constituent un corps regroupant des hommes liés entre eux par une activité commune : la chasse. Mais c’est surtout par plusieurs rituels d’intégration, par des règles et des pratiques culturelles qu’ils se distinguent au sein de cette société. Les chasseurs sont regroupés en secteurs appelés ngare. Le sultanat de Makari en compte une dizaine, dont les plus importants sont les secteurs de Makari (ngare əl Mpadə), de Biamo (ngare əl Biyamo), de Maladi (ngare əl Maladi), de Ngouma (ngare əl Ngəma), de Dougoum (ngare əl Ɗəgəm), etc. À la tête de chaque secteur (ngare) se trouve un chef (mme sə ngare). L’ensemble des secteurs constitue la sarma. C’est une sorte de confrérie qui repose sur une base égalitaire – l’apprentissage des membres et leur intégration sont indépendants de leur statut originel –, où seuls importent l’apprentissage des pratiques tant techniques que rituelles et l’observance des règles propres au groupe. À la tête de la confrérie (sarma), se trouve un chef : le salala4. C’est le maître des chasseurs kotoko, crédité d’un pouvoir magique et spirituel. On ne naît pas chasseur, mais on le devient suite à un rituel d’initiation célébré par un maître que le postulant à cette catégorie socioprofessionnelle choisit.

6Le responsable d’un secteur est nommé par le chef suprême de la confrérie. Il est intronisé par le sultan après l’approbation de tous les membres du secteur dont il aura la charge. On lui attribue un pouvoir quasi religieux. C’est l’un des officiants primordiaux de tous les rites initiatiques qui transforment un homme en chasseur. Auprès du sultan, il n’est pas seulement le représentant de la confrérie, mais il fait également partie des dignitaires de la cour. Il participe activement au rituel d’intronisation du sultan. C’est lui qui décide de la date des chasses collectives et qui règle les différends entre villages de la principauté en cas de contestation des limites des terrains de chasse. Il est aussi chargé d’approvisionner la demeure du sultan en peaux de lion et de panthère. Il a droit à la patte avant droite de tous les animaux terrestres abattus par les chasseurs de la ville. En temps de guerre, il prend la tête des archers et, lors de l’intronisation du sultan, il le coiffe avec son bonnet, symbole représentatif de la confrérie auprès du sultan. Tous les chefs des guerriers portent un tel bonnet pendant les grandes cérémonies. Sa fabrication met en œuvre un tissu de coton (kabəga), des cauris, des peaux de bêtes et des amulettes, selon une composition qui varie selon le grade.

Les activités du chasseur au sein de la confrérie

7Le rôle du maître-chasseur ne se limite pas à l’enseignement des techniques de chasse. Son savoir, en tant que guerrier, devin et guérisseur, est fondamental dans la transmission d’une tradition cynégétique qui comporte un caractère magico-religieux. Pour acquérir ce pouvoir magique et spirituel, le futur chasseur est tenu de rester pendant plusieurs années auprès de son maître afin d’accéder à un savoir qui intègre les secrets de la brousse. C’est aussi un code de conduite qui, hérité des ancêtres, garantit l’équilibre des relations entre le monde des humains et le monde sauvage. Avant d’être chasseur, le nƙuradaji est avant tout un guerrier expérimenté, doté d’un savoir magico-spirituel qui le classe parmi les guérisseurs traditionnels, les gaw.

Le chasseur kotoko est un guerrier

8Le chasseur intervient pour protéger la population contre l’incursion des animaux féroces dans les agglomérations. C’est ainsi qu’il peut être sollicité pour tuer un lion qui s’attaque aux hommes sur une grande route ou un hippopotame qui empêche les populations riveraines de se rendre à la rivière. Le chasseur fait partie de la suite du sultan lorsqu’il se déplace pour aller régler les conflits entre les paysans. Lors des cérémonies officielles, l’orchestre prend la tête du cortège qui escorte le sultan. Il est généralement constitué des chefs de secteur (mme sə ngare) de la région qui arborent leurs tenues traditionnelles. Lors des cérémonies, de nombreux chasseurs accompagnent la suite du sultan.

9Avant d’engager une bataille ou de répondre aux assauts d’un ennemi, les chefs des chasseurs consultaient leur animal protecteur après lui avoir remis des offrandes de bouillie de mil. Un appel, effectué au moyen d’une corne appelée mangam, rassemblait tous les guerriers. Ils étaient alors informés du jour et du lieu. Ils connaissaient en général leurs adversaires. Le rassemblement prenait la forme d’une sorte de veillée d’armes à laquelle étaient conviés les représentants d’autres guildes perçues comme apparentées, telle celle des barbiers. Les barbiers sont en effet issus des chasseurs et les deux métiers ne sont pas incompatibles. De fait, si un chasseur cesse d’aller en brousse, il peut se reconvertir en « barbier-circonciseur ». Ce rassemblement qui précédait la bataille se présentait comme un rituel au cours duquel les chasseurs consommaient des décoctions et d’autres breuvages à base d’écorces d’arbres. Dans ce rite, deux personnages jouaient un rôle essentiel : le chef des griots et le chef des guerriers-chasseurs. Au premier, il revenait d’exécuter le chant rappelant au guerrier les exploits de ses ancêtres et l’exhortant à les égaler. Le second haranguait les hommes en tenant des discours émaillés de séquences narratives se référant au passé.

Le chasseur kotoko est un guérisseur traditionnel

10Le jeune nƙuradaji doit aussi être un guérisseur traditionnel (gaw). Selon nos informateurs, le futur gaw doit subir un rituel au cours duquel on l’immerge dans un grand pot (sko) rempli d’une décoction de plantes diverses, parvenue à une température supportable. Cette formation passée, le maître attend le jour de l’assemblée générale qui réunit chaque année tous les chasseurs de la région pour leur présenter son disciple. Le nƙuradaji devient alors pleinement un gaw (gawsən), doté des connaissances botaniques spécifiques ainsi que des pouvoirs thérapeutiques et préventifs contre l’action des sorciers qui lui sont nécessaires. À l’aide de plantes dont il connaît les propriétés médicinales et magiques, il pourra alors se consacrer, en particulier, à l’art de soigner les maux causés par la sorcellerie.

11Les pouvoirs magiques du chasseur ont communément pour support des Loranthacées, souvent enfermées dans des talismans de cuir et de fer. On retrouve ces épiphytes dans les incisions de l’avant-bras qui tient l’arc, pour assurer la justesse du tir ; ils sont utilisés en décoctions pour augmenter l’acuité visuelle, en bain lustral ou encore en fumigations-inhalations pour attirer vers soi le gibier. Les chasseurs kotoko en ont donc fait leur première source médico-magique concernant leurs activités cynégétiques. Pour soigner, ils utilisent des écorces et des racines ainsi que des plantes médicinales cultivées dans leurs propres jardins, mêlant le plus souvent les deux éléments. Les chasseurs réduisent les fractures et soignent les rhumatismes avec de la graisse d’autruche. Pour soulager certaines douleurs persistantes, ils posent des ventouses en cornes de chèvre (fəli). Ils peuvent aussi combattre l’impuissance des hommes et l’infertilité des femmes. Le chasseur étant aussi barbier (wanzam), il pratique des scarifications (ski) sur le ventre et procède à l’ablation de la luette (encho) afin de lutter contre certaines maladies infantiles. D’une manière générale, on conviendra avec C. Seignobos (2011 : 35-59) que « le pouvoir thérapeutique des gaw reste fondé sur la crainte qu’ils inspirent ».

Le chasseur kotoko, chantre de la communauté

12Dans les contextes culturels kotoko, la musique est intimement liée à la parole. Le terme de fəlan, par lequel on la désigne, a une extension sémantique bien plus large : elle implique également de manière indissociable le jeu, que ce soit celui d’un instrument ou celui du corps exprimé par la danse, ainsi que la transmission de connaissances et même le simple fait de s’exprimer par la parole. On n’est donc pas ici dans le domaine du divertissement pur, mais bien dans celui de l’enseignement, de la morale et de l’idéologie. C’est pourquoi le chantre de la confrérie est le second personnage du groupe, positionné juste après le chef (mme sə ngare). Le chantre de l’ensemble des chasseurs (daji), qui chante accompagné par un joueur de luth, est toujours un grand initié capable de personnifier, d’incarner la mémoire commune. Qu’il s’agisse de mythes, de récits didactiques et épiques, d’hymnes ou de chants de louanges, son répertoire est toujours lié au fonctionnement de la confrérie. S’il évoque son histoire et la mémoire de ses membres les plus illustres, c’est pour rappeler les règles de la chasse et les valeurs fondamentales du chasseur à l’arc professionnel, le nƙuradaji. À la fois pédagogique, idéologique et religieuse, sa fonction est également esthétique, dans la mesure où elle répond à des règles bien précises et qu’elle s’adresse à un auditoire compétent composé de plusieurs générations de chasseurs. Sa réputation dépend de l’étendue de son répertoire, de sa connaissance de l’histoire des chasseurs et des mythes fondateurs de la confrérie, de la qualité de sa voix, mais aussi de sa capacité à inventer de nouveaux chants qui seront tout de suite repris et diffusés par d’autres chanteurs. « Les histoires de chasseurs relèvent de deux répertoires : les hagiographies épiques des grands chasseurs, empreintes de merveilleux, et les leçons de morale à travers des récits souvent minutieusement documentés de chasseurs qui, ayant dérogé aux règles en vigueur, ont été punis. Ils commencent le plus souvent par : “la faute du gaw un tel” » (Seignobos, 2011 : 35-59).

13L’ésotérisme, les pouvoirs magiques et l’élitisme font des chasseurs kotoko des personnes hors du commun. Ce sont aujourd’hui les aspects les plus significatifs que semblent retenir les imaginaires populaires dans cette région du sud du lac Tchad. Les discours ordinaires les présentent comme des magiciens, invulnérables aux armes blanches et au feu, pouvant disparaître à volonté et ayant le don d’ubiquité, grâce à leur « blindage ». « On assiste, sous le terme de “blindage”, à une récupération ici plus directe des rituels et ingrédients qui accompagnent les trois pouvoirs que le gaw cherche à maîtriser en brousse : jusinirde : maintenir à distance un fauve ; yeesi : détourner un projectile ou l’attaque d’un animal ; buusin : être inaudible, inodore et invisible pour le gibier » (Seignobos et Planton, 1993).

14Pour le chasseur kotoko, le « blindage » est un moyen de contrôler un environnement où évoluent d’autres acteurs dotés de protections similaires. Les savoirs relatifs aux recettes de protection qui les font échapper aux envoûtements et aux attaques de l’esprit des animaux abattus et de tous les esprits du monde parallèle de la brousse se maintiennent encore de nos jours, même après la disparition du gibier. C’est peut-être dans cet imaginaire qu’il faut rechercher la popularité et l’efficacité des chasseurs kotoko.

Les comités de vigilance de la confrérie face aux insécurités

  • 5 Concernant les comités de vigilance, « il s’agit essentiellement de développer le patriotisme des s (...)

15Devant la multiplication des actions criminelles, la population du pays kotoko, soutenue par les pouvoirs traditionnels, a décidé de s’organiser en « comités de vigilance » constitués, pour l’essentiel, de membre de guildes de chasseurs. Au Cameroun, le fonctionnement des comités de vigilance est encadré par le législateur. Ces structures sont placées sous la responsabilité des sous-préfets, conformément à l’instruction présidentielle du 1er septembre 1972 qui fixe la conduite des efforts de défense5. Avec l’insécurité grandissante, le grand banditisme et Boko Haram, les chasseurs kotoko ont créé des comités de vigilance. Chaque chasseur du comité est inscrit sur un registre, soit à la gendarmerie, soit à la sous-préfecture, et dispose d’une carte de milicien.

Un rôle central de surveillance territoriale

16Le rôle premier des chasseurs kotoko a toujours été la surveillance du territoire. Pendant la colonisation, les chasseurs kotoko servaient de vigiles dans des grandes villes comme Kousséri, Makari ou Goulfey. Ils veillaient sur les bâtiments de l’administration pendant la nuit. Après l’indépendance, la plupart d’entre eux ont été recrutés par la nouvelle autorité comme agents communaux. L’insécurité perdurant et le conflit arabe-kotoko créant une psychose, les chasseurs ont été amenés à veiller davantage sur les villes et les villages kotoko.

17Aujourd’hui dans la région de l’Extrême-Nord, la recherche de renseignements figure parmi les prérogatives des différents comités de vigilance. Ainsi, leurs membres sont régulièrement appelés à informer les autorités administratives et militaires sur la présence d’éléments de la secte islamiste de Boko Haram. Différents reportages parus dans la presse nationale et internationale rendent compte de l’importance et de l’efficacité des comités de vigilance.

18À Makari, les archers chasseurs suppléés par les cavaliers de la garde du sultan assistent les forces de l’ordre en dénonçant tout acte suspect pouvant nuire à la population. Dans cette région, leurs actions en matière de lutte contre l’insécurité sont diverses : la surveillance des entrées des villages et du palais du sultan, la surveillance des routes les jours de marché, les patrouilles nocturnes et même la lutte contre les bandes armées en cas d’attaque de localités.

Les chasseurs face aux coupeurs de route

19Les chasseurs opèrent aussi sur les routes. Les « bandits » sont pourchassés dès qu’une agression est signalée. En 1998, le comité de vigilance de Blangoua, placé sous la direction d’Alhadji Baranga, a réussi à établir une sécurité relative dans le « glégo », une petite forêt sise entre Blangoua et Ganadir, qui a toujours abrité des brigands. Pour la première fois, Arabes et Kotoko se sont associés pour combattre leur ennemi commun : les coupeurs de routes. Cette action conjointe a porté ses fruits : « De nombreux télégrammes adressés aux autorités militaires ainsi que des dizaines de cadavres présentés au préfet du Logone-et-Chari rendent compte de l’efficacité de cette action » (Saïbou, 2006 : 111).

  • 6 Le Serbewel est une rivière émissaire du Chari.

20Les embuscades tendues sur les routes par les bandits sont récurrentes. Les affrontements entre les comités de vigilance (kotoko et arabes) et les bandits issus des factions rebelles tchadiennes qui se déplacent sur les deux rives du lac Tchad s’accentuent. C’est ainsi que Garba Mbororo, l’un des grands bandits que connut la région, semait la désolation dans toute la région du Serbewel6 et, les jours de marché, dépouillait les passants de leur argent. Dans les villages arabes, il organisait des vols de bétail à main armée.

21Le sultan et les chefs de villages ont toujours milité pour une action concertée avec les forces de l’ordre. « Munis généralement d’armes blanches, les éléments de la défense populaire ne peuvent donc pas affronter les grands bandits » (Saïbou, 2004 : 112). Les comités de vigilance se contentent donc de donner à leurs chefs de villages des informations que ceux-ci transmettent aux forces de l’ordre, qui agissent directement sur le terrain. Beaucoup des actions menées conjointement entre chasseurs et forces de l’ordre ont donné de bons résultats et permis l’arrestation de grands bandits.

Les chasseurs face à Boko Haram

22L’une des stratégies de Boko Haram consiste à s’attaquer aux lieux de culte, notamment aux mosquées, aux heures de prière. C’est pour cette raison que, désormais, les membres des comités de vigilance effectuent des fouilles systématiques à l’entrée des mosquées à l’aide de détecteurs de métaux. Depuis le samedi 21 novembre 2015, date des attaques perpétrées par la secte dans des mosquées, à Fotokol, les autorités locales et les habitants ont instauré, dans des villes comme Kousséri et Makari, des comités de vigilance œcuméniques mêlant chrétiens et musulmans. Cette nouvelle tactique consiste à faire appel aux membres chrétiens pour protéger les mosquées lors de la prière du vendredi, et aux membres musulmans pour protéger les églises lors de la prière dominicale. En effet, les foules amassées dans les lieux de culte sont des proies faciles pour des attaques terroristes.

23Devant la mobilisation des États, Boko Haram invente de nouvelles stratégies de guerre. Des éléments motorisés entrent en scène. Ils razzient, pratiquent des frappes éclair et disparaissent dans la savane. Par ailleurs, les enfants des écoles coraniques que Boko Haram contrôlerait, assureraient le rôle de porteurs de messages. Du fait de la raréfaction des affrontements avec les armées, Boko Haram recycle les enfants des écoles coraniques, notamment les filles, pour les envoyer commettre des attentats-suicides. Boko Haram conçoit même des « sur-attentats », c’est-à-dire des attentats dans l’attentat faisant ainsi « la démonstration de la réussite de ses camps des madrasas [écoles coraniques] de brousse dans lesquels on formate depuis deux ans des centaines d’enfants » (Seignobos, 2014 : 96).

  • 7 Entretien accordé au quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, 22 mars 2017.

24Face à ces nouvelles techniques de guerre, les chasseurs kotoko restent vigilants. Des brigades mixtes de contrôle (gendarmerie, police, comités de vigilance) sont instaurées à l’entrée des villes et sur les routes les jours de marchés. Midjiyawa Bakari, le gouverneur de la région extrême-nord du Cameroun, souligne le rôle-clé joué par les comités de vigilance dans la lutte contre ce groupe terroriste : « La lutte contre Boko Haram dépend de leur connaissance du terrain, leur connaissance culturelle et géographique qu’ils peuvent apporter pour déceler ou pour intercepter ces fauteurs de troubles. Le renseignement est crucial parce que ces populations de part et d’autre partagent la même culture, les mêmes habitudes. »7 Le quotidien gouvernemental rapporte que c’est dans l’optique de garder les consciences éveillées que le gouverneur de l’Extrême-Nord, au nom du chef de l’État, est allé à Mora et à Kousséri les 15 et 18 mars 2017 à la rencontre des membres des comités de vigilance du Mayo-Sava et du Logone-et-Chari pour leur remettre du matériel et un appui financier. Face à ces hommes engagés dans la défense de l’intégrité territoriale, parfois au prix de leur vie, il a déclaré : « Le chef de l’État est satisfait de l’implication de tous et de chacun à soutenir et à accompagner nos forces de défense et de sécurité afin qu’elles continuent d’engranger des victoires contre cette nébuleuse… » Les comités de vigilance se sont vus remettre des jumelles et des détecteurs de métaux, des lampes torches, des bottes, et même des gourdins. Ils demandent en plus des téléphones portables pour pouvoir informer les autorités, les forces de défense et de sécurité.

Conclusion

25Notre description de la confrérie des chasseurs dans son histoire ancienne et récente a permis de mettre en avant le rôle capital que jouent ses membres dans le dispositif de défense des communautés villageoises kotoko. Corporation de chasseurs en temps de paix, ils étaient naguère mobilisés lorsque la sûreté des routes était compromise par la présence de bandits ou d’ennemis. Dans le cadre de l’État postcolonial, leur contribution à la sécurisation du territoire s’est vue encadrée par une disposition réglementaire. Elle est aujourd’hui encouragée par les autorités administratives et sécuritaires qui les utilisent comme supplétifs pour obtenir du renseignement. Le phénomène récent de Boko Haram met en évidence l’efficacité de l’aide apportée à la communauté par ces guerriers-chasseurs.

Bibliographie

Adam M., 2013
La Littérature orale des Kotoko de Makari : une analyse ethnolinguistique. Thèse de doctorat, Université de Yaoundé I, 696 p.

Lebeuf A., 1969
Les Principautés kotoko. Essai sur le caractère sacré de l’autorité. Paris, Éditions du CNRS, 388 p.

Saïbou I., 2004
L’embuscade sur les routes des abords sud du lac Tchad. Politique africaine, 94 (2) : 82-104.

Saïbou I., 2006
La prise d’otages aux confins du Cameroun, de la Centrafrique et du Tchad. Une nouvelle modalité du banditisme frontalier. Polis/RCSP/GPSR, 13 (1-2) : 119-146.

Seignobos C., 2011
Les gaw du Cameroun, de chasseurs à tradipraticiens. Journal des africanistes, 81 (1) : 35-59.

Seignobos C., 2014
Boko Haram : innovations guerrières depuis les monts Mandara. Cosaquerie motorisée et islamisation forcée. Afrique contemporaine, 252 (4) : 149-169.

Seignobos C., Planton H., 1993
« L’organisation traditionnelle de la chasse dans la région de la Bénoué (Nord‑Cameroun). De la fin du xixe siècle aux années 1950 ». In Cameroon biodiversity conservation and management project (Garoua). Washington, Banque mondiale : 44-59.

Notes

1 Dans le cadre de notre travail de thèse (Adam, 2013), nous avons interviewé plusieurs membres de la confrérie, notamment à Makari, Biamo, et Dougoum. Les entretiens portaient sur l’organisation de la confrérie, ses activités, etc. Nous les avons soigneusement conservés sur bande magnétique. À Makari par exemple, je me suis entretenu avec Liman Oumar, fils d’un ancien chef chasseur, et avec Abani Mey Dour, un chasseur qui a initié de nombreux jeunes.

2 Selon la légende, la ville de Makari fut, au départ, gouvernée par un serpent, Mme Kasino, « le roi‑serpent », originaire de Səlo. Il est le descendant d’une fille de Musa Kala qui mourut en lui donnant le jour et de Teri, ancien chef de la même ville. Noir et de dimensions énormes, avec une tête blanche hérissée de poils noirs, il vivait au centre de la cité dans une tanière entourée d’arbres ombreux. Pendant longtemps, les habitants de Makari se satisfirent d’un tel chef malgré le lourd tribut de moutons qu’ils devaient lui verser. Mais un jour, lassés de ses exigences, ils se rassemblèrent sur la grand‑place avec l’intention de s’en libérer. Arriva alors Useyni accompagné d’Asana son frère jumeau, et de sa sœur. D’un coup de sabre (mavuram, langue kotoko), il tua le reptile ; puis il épousa sa fille et prit le commandement de la ville. Asana partit pour Afadé et sa sœur pour Goulfey.

3 Étymologiquement, nƙuradaji (au singulier) vient de ngwaru sə daji (littéralement « esclave de l’arc »). Tous les termes en italique dans ce chapitre sont en langue kotoko.

4 Salala désigne la fête, l’ensemble des rites de chasseurs et, partant, leur pouvoir. Le mot se traduit par « communion » ou « contrat ». Il s’agit pour un groupe de chasseurs de partager la croyance en la même protection, entraînant de facto une indéfectible entraide entre ses membres.

5 Concernant les comités de vigilance, « il s’agit essentiellement de développer le patriotisme des serviteurs de l’État et de l’ensemble des citoyens, d’exiger le loyalisme de tous, de dépister les éléments hostiles et de préparer leur neutralisation en cas de nécessité », peut‑on lire dans cette instruction.

6 Le Serbewel est une rivière émissaire du Chari.

7 Entretien accordé au quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, 22 mars 2017.

Auteur

Linguiste, chargé de cours à l’université de Maroua (Cameroun).

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search