Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Partie 3 – Les insécurités, l’État et le pouvoir

Chapitre 15. Les Eaux et Forêts, fauteurs d’insécurités dans les espaces ruraux au Tchad ?

Ronan Mugelé

Résumé

Au Tchad, la corporation des Eaux et Forêts est une institution fortement militarisée qui est mobilisée par l’État, principalement, pour contrôler les territoires ruraux. L’analyse conjointe de la trajectoire historique de cette corporation et du rôle des agents forestiers à l’échelle locale permet d’envisager les Eaux et Forêts comme un facteur d’insécurités multiples, à la fois pour les populations rurales et pour les pratiques d’exploitation des ressources naturelles. Une modélisation graphique de la spatialité du contrôle forestier est proposée en conclusion.

Texte intégral

Derrière les Eaux et Forêts, l’État

1L’analyse des insécurités générées par l’insurrection de Boko Haram depuis 2011 dans la région du lac Tchad met en évidence, outre les exactions commises par ses membres, les violences perpétrées par les armées nationales qui les combattent (Pérouse de Montclos, 2014). Cet exemple montre combien, dans le bassin du lac Tchad, l’État peut être producteur d’insécurités multiples pour les populations. Mais toutes ne s’expriment pas dans le cadre de l’exceptionnalité de la lutte contre Boko Haram, et beaucoup sont moins spectaculaires, plus routinières. En témoigne l’histoire du fonctionnement des « corps habillés » au Tchad et leur rôle tantôt protecteur, tantôt prédateur à l’endroit des populations. Elle rend compte de l’originalité du processus de construction d’un État, fondé sur le « gouvernement par les armes » et par l’impunité (Debos, 2013), et symbolise l’ambiguïté des relations État-population. Tel est le cas des agents des Eaux et Forêts, qui relèvent du ministère de l’Environnement et qui sont chargés de faire appliquer les diverses réglementations en vigueur en matière d’exploitation et/ou de conservation des ressources naturelles. Fille de la colonisation française, l’institution des « Eaux-Forêts » a survécu tant bien que mal à l’histoire mouvementée du Tchad. Sa trajectoire depuis l’indépendance est fortement marquée par l’héritage des épisodes de violences politico-militaires, tandis que la persistance de pratiques politiques autoritaires l’a confortée dans une approche fortement coercitive et militarisée, notamment au cours de la dernière décennie.

2Si de nombreux travaux en sciences sociales sont consacrés au rôle des corps habillés en Afrique, principalement en milieu urbain (Debos et Glasman, 2012 ; Debos, 2013 ; Beek et al., 2017) ou dans les territoires de protection de la nature (Ségalini, 2012 ; Marijnen et Verweijen, 2016), le fonctionnement des Eaux et Forêts demeure mal connu en dehors d’enquêtes menées à partir d’exemples ouest-africains (Blundo, 2011, 2013). À l’heure où les travaux sur les forces de sécurité au Tchad se concentrent sur l’armée et ses interventions extérieures (Magrin, 2013 ; Marchal, 2016), il apparaît nécessaire d’examiner les violences ordinaires et les pratiques quotidiennes des agents forestiers. Penser les insécurités par le prisme du rôle des agents des Eaux et Forêts dans les espaces ruraux au Tchad revient à répondre à deux questions en apparence paradoxales. D’une part, comment comprendre que l’insécurité soit produite largement par ceux-là mêmes qui sont censés assurer la sécurité ? D’autre part, comment expliquer que les agents des Eaux et Forêts, qui constituent pourtant le parent pauvre des corps habillés tchadiens, jouissent d’un tel pouvoir de nuisance à l’égard des populations ? Il apparaît en effet que, malgré l’indigence des moyens humains et techniques dont ils disposent, les agents forestiers exercent un pouvoir important qui produit de multiples formes d’insécurités : à celles envers les personnes (violences physiques, rackets, menaces) s’ajoute la remise en cause des pratiques liées à l’exploitation des ressources naturelles (production de bois-énergie, défrichements agricoles), brusquement soumises à de nouvelles réglementations aux effets très contraignants pour les populations rurales (Mugelé, 2013).

  • 1 Menées entre 2014 et 2017, les enquêtes de terrain (un mois dans chaque localité) avaient pour but (...)

3Cette réflexion découle de plusieurs missions de terrain menées dans trois territoires sahéliens au Tchad : Bol sur les rives nord du lac Tchad, Mani dans le bas-Chari et Yao au lac Fitri1. Elle s’articule autour de trois axes d’analyse : historique, sociologique, territorial. Nous soulignerons tout d’abord que les Eaux et Forêts au Tchad constituent un corps paramilitaire créé tardivement et utilisé par le pouvoir central comme outil de contrôle des territoires et des populations. Nous montrerons ensuite que le pouvoir des Eaux et Forêts repose sur des pratiques répressives dont les termes sont négociés avec les populations locales. En troisième lieu, une modélisation graphique nous permettra d’établir que le contrôle territorial opéré par les agents forestiers est très inégal dans le temps, comme dans l’espace.

Les Eaux et Forêts : une création tardive et fortement militarisée

4La corporation des Eaux et Forêts a connu depuis l’époque coloniale jusqu’à la période actuelle une trajectoire fortement marquée par les vicissitudes de la vie politico-militaire tchadienne. C’est finalement la guerre de 2008 qui va brutalement la ressusciter, sous une forme fortement militarisée.

Un legs colonial éphémère après l’indépendance

  • 2 Conçue sous l’Ancien Régime, la politique forestière française s’est consolidée sous la IIIe Républ (...)

5Au Tchad, comme ailleurs en Afrique francophone, les agents des Eaux et Forêts sont les héritiers de l’administration forestière coloniale, elle-même indissociable de la longue histoire de l’école française des agents forestiers2. Si la construction d’une administration forestière a été lente et tardive en Afrique – il faut attendre les années 1930 pour qu’elle se concrétise – elle a toutefois représenté un important levier d’imposition du nouvel ordre colonial (Bergeret, 1996 ; Ribot, 2001). Relais du personnel militaire et civil sur le terrain, les agents forestiers avaient principalement pour fonction d’assurer la gestion des espaces forestiers tout en affirmant le monopole des autorités coloniales sur le patrimoine forestier. Leur intervention reposait sur une appropriation exclusive des ressources, un ensemble d’interdictions d’usages et donc une disqualification des pratiques des populations locales (Buttoud, 1995 ; Ribot, 2001). Mais, au Tchad, les conditions particulières de la conquête coloniale, de la pratique du pouvoir par les nouvelles autorités et de la mise en valeur économique ont eu pour effet de marginaliser leur rôle : le sous-peuplement relatif d’une grande partie du territoire, la résistance persistante des populations et la place restreinte dévolue à l’exploitation des ressources forestières ont contribué à reléguer les agents forestiers à l’arrière-plan de l’encadrement colonial.

  • 3 Entre 1961 et 1969, cinq réserves de faune et deux parcs naturels nationaux (Zakouma et Manda) sont (...)
  • 4 La première ceinture verte de N’Djaména, qui reliait le quartier Sabangali au marché de Dembé, a de (...)

6À l’indépendance, en 1960, la corporation des Eaux et Forêts est conservée par les nouvelles autorités nationales qui l’intègrent à une administration forestière centralisée, mais dotée de très peu de moyens. Les agents forestiers jouent tout au plus un rôle mineur dans l’encadrement de la culture du coton. Mués en agents de développement rural bénéficiant d’une formation agronomique, ils sont alors mobilisés pour contrôler les pratiques de défrichements, favoriser la distribution de matériel agricole et contribuer au règlement des conflits mineurs entre producteurs (Cefod, 2010). De plus, ils sont en charge de la gestion des réserves de faune. La décennie 1960 est en effet marquée par la création de nombreuses aires protégées, considérées à la fois comme des instruments de conservation de la biodiversité et des outils de gestion des activités de chasse3. C’est à cette époque qu’est créée la Direction des parcs nationaux, des réserves de faune et de la chasse (DPNRFC) qui constitue le premier jalon dans la construction d’un véritable maillage territorial forestier à l’échelle nationale. Toutefois ses effectifs demeurent très faibles. Ils sont très concentrés spatialement, dans la zone cotonnière et les aires protégées. Cependant, le lancement en 1972 de la « semaine nationale de l’arbre » jette les bases d’une planification urbaine environnementale, en instaurant des opérations de reboisement dans les principaux centres urbains et notamment la capitale N’Djamena4. Mais la timide diffusion des pépinières ne survit pas au retour de la guerre.

  • 5 Situé à proximité de Bousso dans le département du Logone Chari, cet établissement est une ancienne (...)

7Avec le coup d’État de 1975 et la longue période d’instabilité qui a suivi, les agents des Eaux et Forêts disparaissent totalement du paysage. Il faut attendre la fin des années 1980 pour que le gouvernement de Hissène Habré décide de réhabiliter la corporation, dans le cadre du programme de remise en route de l’administration civile et des forces armées. C’est à l’école des techniques d’agriculture de Ba Illi5 que sont formés, outre les cadres de l’agriculture, les premiers cadres des Eaux et Forêts au Tchad. Une nouvelle génération remplace alors celle qui s’était autrefois formée au contact des administrateurs coloniaux. Ce renouvellement des agents forestiers comporte en outre une dimension sous-régionale, avec l’attractivité croissante de l’école de faune de Garoua, au Nord-Cameroun, pour de nombreux Tchadiens souhaitant achever leur formation dans cet établissement réputé depuis sa création, en 1970.

Le tournant de 2008 : une redynamisation par la guerre

8L’année 2008 marque un jalon important dans l’histoire politico-militaire du Tchad contemporain. L’attaque rebelle du 2 février échoue de peu à renverser le pouvoir du président Idriss Déby, ce qui entraîne dans les mois et années qui suivent une « reprise en main » par l’État central.

9La restructuration des Eaux et Forêts s’inscrit dans un contexte national post-conflit, marqué, entre autres, par une volonté de réaffirmer l’autorité du pouvoir central. La stratégie de l’État oscille entre volontarisme « développementiste » (grands projets urbains, développement du réseau routier national, initiatives de développement rural et agricole financées grâce aux recettes pétrolières) et autoritarisme accru (répression contre l’opposition, modernisation de l’armée). Dans ce contexte, l’intérêt croissant porté au thème de l’environnement par le gouvernement apparaît comme un vecteur efficace de modernisation et de visibilité internationale pour le régime, notamment au sujet de la « sauvegarde » du lac Tchad (Magrin, 2016). Mais elle comporte également une dimension de politique intérieure, qui vise notamment à renforcer le contrôle des territoires ruraux et de leurs populations par l’instrumentalisation de nombreuses mesures environnementales subitement décrétées.

  • 6 Cette expression renvoie à un aspect central du mode de gouvernement tchadien qui, entremêlant le d (...)
  • 7 La loi 14/PR/2008 « portant régime des forêts, de la faune et des ressources halieutiques » introdu (...)

10Cette stratégie étatique repose en premier lieu sur la consolidation de la politique environnementale nationale. Entre 2008 et 2012, on assiste en effet à un durcissement des règles sur la protection de l’environnement. Décrets présidentiels et arrêtés ministériels se multiplient pour encadrer les pratiques d’exploitation des ressources naturelles, dont dépendent un grand nombre d’habitants dans ce pays majoritairement rural. Ces mesures concernent principalement l’interdiction des pratiques de chasse, l’encadrement des activités de pêche (interdiction de certains engins, attribution de permis individuels ou collectifs payants), le contrôle des pratiques de défrichement et la réglementation de la production de bois-énergie (bois et de charbon de bois). Cette multiplication des interdictions, qui perpétue l’usage politique du « décret sans numéro »6 (Debos, 2013), ne s’accompagne d’aucune mesure d’accompagnement et/ou de compensation, et semble contradictoire avec l’approche intégrée et participative promue par la loi-cadre environnementale adoptée au même moment7.

11Pour assurer la mise en application de cette nouvelle réglementation, la corporation des Eaux et Forêts est à nouveau restructurée, entre 2009 et 2011. Les effectifs d’agents forestiers sur le terrain sont augmentés et, surtout, la militarisation de la corporation forestière est accrue. Cette militarisation s’opère dans le recrutement et la formation des agents forestiers. La direction des Eaux et Forêts, confiée à des officiers de l’armée, contribue fortement au recyclage des ex-combattants des rébellions, et rend obligatoire à partir de 2011, pour tous les agents, une instruction militaire de quatre mois à Moussoro, puis un stage d’un mois au côté des rangers du parc national de Zakouma. Cette militarisation entraîne de plus la création d’une unité d’élite, la Brigade nationale mobile de protection de l’environnement (Brigade mobile). Elle a pour fonction principale de lutter contre le braconnage, mais joue également un rôle central dans la répression des pratiques interdites (notamment la coupe d’arbres) par le recours à des actions ponctuelles violentes. Ainsi, alors que dans d’autres pays les Eaux et Forêts sont progressivement amenés à décentraliser la gestion des ressources naturelles (comme c’est le cas au Sénégal : Boutinot et Diouf Coumba, 2007), ou à participer à divers projets de développement rural (comme c’est le cas au Niger : Blundo, 2011), au Tchad ils sont confortés dans une approche fortement militarisée et coercitive.

12Ainsi, au Tchad, la trajectoire historique de la corporation des Eaux et Forêts se singularise par un abandon progressif des fonctions d’encadrement technique, laissant place à un rôle de police de l’environnement rendu possible par une militarisation accrue. À l’échelle locale, cette évolution est source d’insécurités multiples, tant pour les habitants que pour les pratiques d’exploitation du milieu.

À l’échelle locale : quelles pratiques pour quelles insécurités ?

  • 8 De manière significative, l’expression est passée dans l’arabe dialectal tchadien.

13Aujourd’hui, dans les espaces ruraux, les « Eaux-Forêts8 » font partie du paysage. Ils déploient diverses pratiques pour faire appliquer la réglementation environnementale et entretiennent des rapports ambigus avec les populations, oscillant entre répression et négociation.

Une police de l’environnement source d’insécurités multiples

  • 9 Cette formule est empruntée à Christian Seignobos (intervention orale lors du XVIIe colloque du rés (...)
  • 10 Une répression accrue s’exerce à l’encontre des groupes nomades ou semi‑nomades qui, par leur mobil (...)

14Les agents forestiers constituent « l’ultime tentacule de l’État aux confins de la brousse où s’opèrent des micro-prélèvements »9 aux dépens des populations. Parfois uniques représentants de l’autorité étatique dans les espaces ruraux, ils jouissent d’un pouvoir étendu dans la répression des délits en matière d’exploitation des ressources naturelles. Dans les trois zones d’étude, ils contrôlent trois types de pratiques : les activités de pêche autour de Bol, l’exploitation des produits ligneux autour de Mani, et la mise en culture des parcelles de berbere (sorgho repiqué de décrue, langue arabe tchadien) autour de Yao. L’étude de ces activités met en évidence la relation de défiance qui prévaut entre les agents forestiers et les catégories de populations en cause. Cette défiance résulte largement du pouvoir répressif des agents forestiers qui, en s’autorisant du cadre réglementaire en vigueur, et surtout en profitant de sa méconnaissance par les usagers, fixent arbitrairement un ensemble de peines : amendes allant de 25 000 FCFA à 250 000 FCFA, saisie et destruction du matériel ou de la récolte, détention provisoire. Certaines activités sont particulièrement visées, d’autant plus qu’elles sont l’œuvre de groupes professionnels aux ressources monétaires élevées, comme l’utilisation d’engins de pêche excessivement prédateurs (filets à petites mailles, nasses) ou la production de charbon de bois. Outre les peines formellement inscrites dans la réglementation, de nombreux habitants se plaignent de la pratique illégale de sévices physiques, d’extorsions et d’intimidations perpétrées par les hommes en tenue. De même, ils dénoncent les passe-droits et l’application variable des peines selon l’identité des contrevenants10. Le texte devient donc prétexte à l’enrichissement personnel des agents, la réglementation ayant pour effet de créer des opportunités : « Plus la réglementation énumère de restrictions, et plus elle crée des occasions de contournement […] l’amende tendant à perdre son caractère de dissuasion, pour ne devenir au contraire qu’une technique d’approvisionnement du budget, dont il n’est pas forcément espéré qu’elle se tarisse trop vite » (Buttoud, 1995 : 66).

15Dans ces conditions, l’intervention des agents forestiers devient un facteur supplémentaire d’insécurité physique des personnes, mais aussi et surtout un facteur qui insécurise les pratiques agrosylvopastorales. Subitement décrétées illégales, potentiellement devenues payantes, elles placent les usagers sous la menace constante du pouvoir de nuisance dont jouissent les agents forestiers. Ces menaces sont lourdes de conséquences, quand l’interdiction d’abattre des arbres devient le principal obstacle à l’extension des superficies cultivées (cas des parcelles de berbere à la périphérie de Yao) ou quand l’interdiction de produire du charbon de bois réduit à néant le revenu de nombreux groupements de charbonniers implantés de longue date dans le bas Chari (cas des forêts de Mani).

  • 11 L’utilisation des briques rouges est ancienne dans le bassin du lac Tchad : les sultans du Borno l’ (...)
  • 12 De plus amples enquêtes sont nécessaires pour étudier l’impact de l’interdiction de la production d (...)

16La menace qui pèse sur les pratiques anciennes peut induire l’apparition de nouvelles activités. En effet, les populations rurales, loin de demeurer passives, mettent en œuvre des stratégies individuelles ou collectives de contournement des interdictions réglementaires. C’est ainsi qu’il convient d’analyser la mutation des filières de production et de commercialisation des combustibles ligneux : l’utilisation du charbon rendue illégale et ayant fortement décliné en milieu urbain a laissé place, au lac Fitri comme dans les zones boisées du bas Chari, à la récolte des noix de palmier doum (Hyphaene thebaica). L’essor rapide de cette activité ces dernières années provient surtout de la demande en combustible pour la fabrication des briques rouges, dont l’usage se diffuse si rapidement au Tchad, tant en milieu urbain que dans les espaces ruraux11, qu’il pourrait à court ou moyen terme menacer les peuplements de palmier doum (Guédon, 2016). Il apparaît donc qu’à travers le contrôle des agents forestiers les interdictions environnementales ont pour effet non seulement de transformer les pratiques d’exploitation des ressources naturelles, mais également de transformer les milieux : à l’échelle locale, la reconstitution de la biodiversité ou le recru forestier12 peut s’accompagner d’une pression accrue sur des ressources nouvelles et d’une mutation rapide des faciès écologiques.

Entre répression et négociation, une grande diversité de situations

17Le contrôle effectué par les agents des Eaux et Forêts, qui est un facteur de recomposition à la fois des pratiques et des milieux, ne se réduit pas à des mesures de répression. Les relations qu’ils entretiennent avec les usagers sont caractérisées par une très grande diversité.

  • 13 Contrairement aux autres « corps habillés », les agents forestiers sont fréquemment en poste dans l (...)

18Il convient de rappeler l’extrême dénuement dans lequel se trouvent les agents forestiers, qui sont peu nombreux, mal équipés en moyens de locomotion et qui sont souvent contraints de demeurer cantonnés dans leurs bases, ce qui limite la portée spatiale de leur influence. Ils forment le parent pauvre des corps habillés et le bras armé d’un ministère, l’Environnement, qui est lui-même le parent pauvre du gouvernement. Les profils sociologiques extrêmement variés des agents en font une corporation très hétérogène : leur ancienneté et leur durée en poste dans une région donnée, leur origine géographique13, leur niveau de formation et leur trajectoire individuelle déterminent en partie les rapports qu’ils nouent avec la population locale. De plus, loin de former une entité abstraite composée d’individus désocialisés, les agents forestiers s’insèrent dans de multiples relations sociales, y compris – mais pas uniquement – des relations de pouvoir qui ne relèvent pas de l’application de la réglementation environnementale. Ils remplissent souvent dans les bourgs ruraux des fonctions élargies d’auxiliaires de l’administration civile déconcentrée, ils participent au recensement et peuvent contribuer au règlement des conflits de faible gravité. Cette proximité avec les autorités locales contribue aussi à expliquer la diversité des approches et des pratiques dans l’application des interdictions environnementales : le rôle d’intercesseur des préfets, des sous-préfets, des chefs de canton, voire des services déconcentrés, peut favoriser plus ou moins durablement la concertation et l’information, mais également les négociations en matière de fixation des peines.

19Répression, négociation ou laisser-faire : la faiblesse du contrôle territorial des agents forestiers, conjuguée au jeu complexe des rapports qu’ils entretiennent avec les populations, invite à nuancer le pouvoir prédateur des Eaux et Forêts dans les espaces ruraux. La réglementation environnementale n’est pas partout appliquée car elle n’est pas partout applicable. Surtout, la fixation des peines est souvent négociée avec les contrevenants eux-mêmes, car les agents forestiers cherchent à rendre le niveau de verbalisation compatible avec les ressources souvent limitées du contrevenant. Ces pratiques relevant de la petite corruption agissent donc comme un authentique mécanisme de régulation sociale (Blundo et Olivier de Sardan, 2003), car « la corruption n’existe que par la conjonction de deux éléments : d’abord un droit répressif conférant aux agents une autorité réelle dans la sanction des pénalités ; de l’autre, une fixation des peines à un niveau trop élevé pour que les sanctions officielles soient légitimées et donc appliquées » (Buttoud, 1995 : 61). Les rapports entre usagers et agents forestiers, loin d’être uniformes, découlent donc d’une grande diversité de facteurs et de pratiques à l’échelle locale.

20Ainsi, dans les espaces ruraux, l’approche répressive qui guide l’action des agents forestiers est à nuancer. Prendre en compte la diversité et la complexité des rapports qui unissent les populations aux agents forestiers et plus largement aux corps habillés revient à renoncer à toute généralisation pour, au contraire, raisonner au cas par cas.

Les spatialités du contrôle : un maillage territorial inégal

21Si le pouvoir des agents des Eaux et Forêts est important en milieu rural, il est limité par la faiblesse des effectifs, ce qui explique la pluralité des formes spatiales du contrôle.

  • 14 Dans les trois zones d’études, on compte environ un agent forestier pour 20 000 habitants ; dans d’ (...)

22L’influence exercée par les agents forestiers varie d’un territoire à un autre. En effet, leur déploiement diffus sur le terrain, conjugué à la faiblesse relative des effectifs et des moyens techniques dont ils disposent, dessine un maillage territorial très inégal et en perpétuelle mutation selon différentes temporalités. D’une part, le fonctionnement interne de la corporation repose sur une forte mobilité des agents forestiers et sur des réorganisations fréquentes de leur déploiement décidées par les autorités nationales ou locales. D’autre part, les évolutions intra-annuelles du milieu peuvent influer localement sur leurs pratiques de surveillance, les variations saisonnières facilitant ou entravant le mouvement des patrouilles dans certains territoires ruraux comportant peu de pistes praticables. Mais le contrôle territorial des agents forestiers apparaît surtout spatialement très diffus. À l’échelle nationale, la répartition des agents forestiers est en effet très inégale14. Leur présence est quasi inexistante dans la partie saharienne du territoire national. Elle se concentre dans les régions méridionales les plus peuplées, en périphérie des principaux centres urbains et à proximité des hotspots (haut-lieu) de la biodiversité que sont les aires protégées et les zones humides. Ce sont là autant d’espaces qui polarisent les trafics en tout genre, offrant ainsi aux agents des opportunités d’enrichissement personnel à travers des pratiques plus ou moins illégales de prélèvements. À l’échelle locale, seules certaines portions des espaces ruraux sont effectivement sous le contrôle des agents forestiers, tandis que de vastes étendues échappent totalement à leur influence. L’intensité variable de leur pouvoir laisse donc apparaître une typologie des espaces du contrôle (fig. 1). Elle met en évidence l’existence de trois modèles distincts, mais non exclusifs – ils peuvent se combiner dans un même espace – qui, ensemble, forment un dispositif original. Ces trois modèles font intervenir des catégories distinctes d’agents forestiers, répondent à des objectifs différents et fonctionnent selon des logiques spatiales propres.

Figure 1 – Trois modèles de contrôle spatial des agents forestiers au Tchad.

Figure 1 – Trois modèles de contrôle spatial des agents forestiers au Tchad.

23Le type 1 est centré sur le cantonnement des agents forestiers au sein de « bases », localisées dans les chefs-lieux administratifs et les bourgs ruraux. C’est le modèle aréolaire présentant un gradient décroissant dans l’intensité du contrôle à mesure que l’on s’éloigne des lieux centraux. Formellement hiérarchisés, le zonage des espaces ruraux et leur subdivision en secteurs, sous-secteurs et zones visent à faire appliquer les différentes réglementations en vigueur en matière d’exploitation des ressources naturelles. Pour y parvenir, la moto et le téléphone portable sont de précieux alliés en tant qu’ils renforcent la mobilité des agents et l’accessibilité aux espaces reculés, accroissant ainsi l’aire d’influence des Eaux et Forêts autour des centres où ils sont prépositionnés. Les patrouilles sont fréquentes, mais n’excèdent pas une certaine distance. Elles sont facilitées par le recours à un réseau plus ou moins dense de « bénévoles » ou d’informateurs, souvent des jeunes villageois volontaires pour des missions de surveillance qui, sans statut véritable, signalent tout incident aux agents et se rémunèrent directement auprès d’eux et/ou auprès du contrevenant.

24Le type 2 est centré sur l’action de la Brigade mobile de protection de l’environnement. Ce modèle est celui de la circulation. Il est fondé sur la circulation d’agents bien équipés et armés dans les espaces ruraux reculés et mal contrôlés par les agents forestiers cantonnés, soit en marge des noyaux de peuplement et à distance des axes goudronnés et des centres urbains. Ce type de contrôle est itinérant, sporadique et brutal. Les opérations coup de poing se traduisent par la destruction systématique des stocks de bois, des violences physiques et des pratiques de racket dans des espaces marginalisés soustraits au regard des populations. Mais, paradoxalement, elles recherchent aussi une certaine visibilité visant à marquer les esprits. Plusieurs fois dissoute en raison de ses exactions et autant de fois reconstituée sous un nouveau nom, la Brigade mobile tend à se substituer aux agents forestiers malgré sa vocation initiale de lutte contre le grand braconnage.

  • 15 C’est notamment le cas aux entrées nord (Lamadji) et sud‑est (Mandjafa) de N’Djaména.
  • 16 Il s’agit le plus souvent de cargaisons de bois mort et, de plus en plus, de noix de doum qui sont  (...)

25Le type 3 est centré sur le contrôle des grands axes aux portes des principaux centres urbains, tout particulièrement la capitale. C’est le modèle du contrôle ponctuel. Il s’ancre dans quelques lieux occupés en permanence et vise principalement les flux commerciaux. Des barrages routiers sont implantés à proximité des péages15, où les agents forestiers, souvent associés à d’autres militaires, effectuent le contrôle des autorisations de transport, notamment auprès des gros-porteurs de produits ligneux16 et opèrent divers prélèvements légaux (taxes) ou illégaux (saisie d’une partie de la valeur des cargaisons, en monnaie ou en nature).

26Enracinement ou mobilité, maîtrise des territoires ou maîtrise des flux signent une géographie du contrôle opéré par les agents forestiers, et derrière eux, par l’État. Elle laisse apparaître une typologie des espaces ruraux et périurbains en fonction des acteurs, de l’intensité et des pratiques du contrôle, avec en toile de fond l’applicabilité à géométrie variable des mesures environnementales en vigueur. Elle révèle également, en creux, une typologie des espaces du contournement et de la transgression, où se localise une part importante des activités rurales liées à l’exploitation des ressources naturelles dans le Tchad contemporain.

Les Eaux et Forêts, les insécurités et le territoire

27L’approche historique montre l’originalité de la construction de la corporation des Eaux et Forêts et l’évolution de sa place dans les priorités des différents gouvernements tchadiens depuis l’indépendance. À l’échelle locale, l’étude des rapports très variables qui unissent les agents forestiers et le milieu dans lequel ils s’insèrent, et l’analyse des modalités spatiales du contrôle territorial montrent le caractère illusoire de toute généralisation. Il demeure que les agents forestiers, par leur pouvoir de répression multiforme, constituent un facteur supplémentaire d’insécurités pour les populations rurales, et notamment paysannes, déjà confrontées à de nombreux autres types d’insécurités qui perturbent les processus de production (aléas climatiques, tensions foncières, incertitudes liées aux marchés). Les ressources naturelles concernées par la réglementation environnementale (le bois notamment) sont celles dont dépendent les fractions les plus pauvres des populations rurales, même si ces dernières font preuve d’adaptation en développant par exemple une nouvelle filière de subsistance qui contourne cette réglementation (noix de doum). Les agents forestiers exigent en tout cas d’être considérés comme des acteurs du territoire à l’échelle locale, au même titre que l’administration déconcentrée ou les différentes catégories d’usagers. De même, le contrôle qu’ils exercent est à envisager comme un facteur à part entière de transformation de l’espace et des pratiques, même si de plus amples enquêtes sont nécessaires pour appréhender l’impact environnemental de ces mesures sur la disponibilité des ressources et les transformations paysagères. Mais l’action des agents des Eaux et Forêts, en tant qu’outil de contrôle des populations et des ressources, illustre surtout ce paradoxe : en adoptant des formes de contrôle remontant à l’époque coloniale, l’État contemporain reproduit, selon des modalités nouvelles, des rapports anciens de domination sur des populations toujours stigmatisées pour leur action jugée dégradante pour l’environnement.

Bibliographie

Beek J., Göpfert M., Owen O., Steinberg J. (dir.), 2017
Police in Africa. The Street Level View. Londres, Hurst & Company Ed., 336 p.

Bergeret A., 1996
« Les forestiers coloniaux français. Une doctrine et une politique qui n’ont cessé de “rejeter de souche” ». In Chatelin Y., Bonneuil C. (dir.), Les Sciences hors d’Occident au xxe siècle, Paris, Orstom, vol. 3 : 59-74.

Blundo G., 2011
Une administration à deux vitesses. Projets de développement et construction de l’État au Sahel. Cahiers d’études africaines, 202-203 : 427-452.

Blundo G., 2013
Ethnographie d’une réforme : les Eaux et Forêts sénégalais entre participation et militarisation. Anthropologie & développement, 37-38-39 : 185-223.

Blundo G., Olivier de Sardan J.-P. (dir.), 2003
État et corruption en Afrique. Une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Bénin, Niger, Sénégal). Paris, Karthala, 374 p.

Boutinot L., Diouf Coumba N., 2007
Les linéaments de la politique forestière dans les normes de régulation institutionnelle de la filière du bois énergie au Sénégal. Afrique contemporaine, 222 : 57-82.

Buttoud G., 1995
La forêt et l’État en Afrique sèche et à Madagascar. Paris, Karthala, 247 p.

Cefod, 2010
Recueil de textes relatifs à l’environnement au Tchad. N’Djamena, publications du Cefod, 290 p.

Debos M., 2013
Le métier des armes au Tchad, le gouvernement de l’entre-guerres. Paris, Karthala, 256 p.

Debos M., Glasman J. (dir.), 2012
Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre. Politique africaine, 128, 176 p.

Dewière R., 2017
Du lac Tchad à La Mecque. Le sultanat du Borno et son monde (xviexviie siècles). Paris, Éditions de la Sorbonne, 470 p.

Guédon J., 2016
Origines et évolutions de la filière des noix de doum du Fitri : nécessité alimentaire et opportunité énergétique. Mémoire de Master 1, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 143 p.

Magrin G., 2013
Les ressorts de l’intervention militaire tchadienne au Mali (2013). EchoGéo, Sur le Vif [en ligne].

Magrin G., 2016
The disappearance of Lake Chad: history of a myth. Journal of Political Ecology, 23 : 204-222.

Marchal R., 2016
An emerging military power in Central Africa? Chad under Idris Déby. Sociétés politiques comparées, 40 : 2-20.

Marijnen E., Verweijen J., 2016
Selling green militarization: The discursive (re)production of militarized conservation in the Virunga National Park, Democratic Republic of the Congo. Geoforum, 75 : 274-285.

Mugelé R., 2013
Enjeux et conséquences de la réglementation sur le bois-énergie au Tchad. EchoGéo, 26 [en ligne].

Pérouse de Montclos M.-A. (dir.), 2014
Boko Haram : islamism, politics, security and the state in Nigeria. Leyde, Zaria, African Studies Centre, Institut Français de Recherche en Afrique, 275 p.

Ribot J., 2001
Science, use rights and exclusion: a history of forestry in francophone West Africa. IIED Drylands issues, 104 : 1-20.

Ségalini C., 2012
Les agents des parcs nationaux au Sénégal : soldats de la participation ? Politique africaine, 128 : 101-119.

Notes

1 Menées entre 2014 et 2017, les enquêtes de terrain (un mois dans chaque localité) avaient pour but d’étudier les dynamiques d’exploitation des ressources naturelles en milieu rural. D’abord jugée secondaire, la prise en compte du rôle des Eaux et Forêts dans les systèmes d’activités s’est ensuite très vite imposée jusqu’à susciter des recherches spécifiques, dont une partie des résultats est présentée ici.

2 Conçue sous l’Ancien Régime, la politique forestière française s’est consolidée sous la IIIe République et a eu une influence internationale, grâce notamment à l’école forestière de Nancy.

3 Entre 1961 et 1969, cinq réserves de faune et deux parcs naturels nationaux (Zakouma et Manda) sont créés, principalement dans les régions soudaniennes du centre et du sud du pays.

4 La première ceinture verte de N’Djaména, qui reliait le quartier Sabangali au marché de Dembé, a depuis quasiment disparu sous l’effet de l’extension du bâti.

5 Situé à proximité de Bousso dans le département du Logone Chari, cet établissement est une ancienne station agronomique fondée en 1948 par un ingénieur français avec, comme vocation première, la recherche dans le domaine de la culture du coton.

6 Cette expression renvoie à un aspect central du mode de gouvernement tchadien qui, entremêlant le droit et le non‑droit, repose sur l’édiction de règles non écrites et fluctuantes, mais pourtant respectées (Debos, 2013).

7 La loi 14/PR/2008 « portant régime des forêts, de la faune et des ressources halieutiques » introduit de nombreuses notions de gestion des ressources naturelles par les communautés locales.

8 De manière significative, l’expression est passée dans l’arabe dialectal tchadien.

9 Cette formule est empruntée à Christian Seignobos (intervention orale lors du XVIIe colloque du réseau Méga‑Tchad organisé à Nice en juin 2017).

10 Une répression accrue s’exerce à l’encontre des groupes nomades ou semi‑nomades qui, par leur mobilité, tendent à échapper aux contrôles routiniers des agents étatiques.

11 L’utilisation des briques rouges est ancienne dans le bassin du lac Tchad : les sultans du Borno l’employaient déjà au xvie siècle, quand ils devaient gérer la disponibilité des combustibles ligneux et donc des ressources forestières (Dewière, 2017).

12 De plus amples enquêtes sont nécessaires pour étudier l’impact de l’interdiction de la production de charbon de bois sur les massifs forestiers, ainsi que l’apparition de nouvelles filières comme la noix de doum.

13 Contrairement aux autres « corps habillés », les agents forestiers sont fréquemment en poste dans leur région natale et sont amenés à évoluer au quotidien dans un environnement social qui leur est familier.

14 Dans les trois zones d’études, on compte environ un agent forestier pour 20 000 habitants ; dans d’autres régions, ce ratio peut atteindre un agent pour plus de 60 000 habitants.

15 C’est notamment le cas aux entrées nord (Lamadji) et sud‑est (Mandjafa) de N’Djaména.

16 Il s’agit le plus souvent de cargaisons de bois mort et, de plus en plus, de noix de doum qui sont taxées à l’entrée des centres urbains.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Trois modèles de contrôle spatial des agents forestiers au Tchad.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Géographe, docteur de l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne et à l’UMR Prodig (France).

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search