Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Partie 3 – Les insécurités, l’État et le pouvoir

Chapitre 13. De la profitabilité de l’échec des politiques sécuritaires migratoires au Niger

Julien Brachet

Résumé

Les politiques migratoires mises en œuvre au Sahara depuis les années 2000 visent à endiguer l’ensemble des circulations irrégulières à travers ce désert. Ces politiques dites « sécuritaires » du point de vue international sont bien souvent perçues et vécues comme des politiques insécuritaires du point de vue local. Elles ont entraîné d’un côté une entrée en clandestinité de nombreux acteurs de ces circulations, de l’autre le fleurissement d’une « industrie » de la gestion et du contrôle des mobilités.

Texte intégral

Introduction

1En dépit des obstacles politiques, économiques et sécuritaires qui entravent la circulation des personnes au Sahara central, plusieurs dizaines de milliers d’individus originaires d’Afrique subsaharienne se rendent chaque année en Afrique du Nord, ou en reviennent, via le Niger (Brachet, 2018). Ces déplacements, qui représentent un enjeu grandissant des relations entre les États d’Afrique subsaharienne, d’Afrique du Nord et d’Europe, ne constituent pourtant pas un phénomène nouveau. Dès le milieu du xxe siècle, des ressortissants des actuels États sahéliens se rendaient en Algérie ou en Libye pour y travailler. Mais, un demi-siècle plus tard, la focalisation des médias et des pouvoirs publics européens et africains sur les seuls individus qui poursuivent leur voyage jusqu’en Europe a favorisé l’assimilation de la plupart des déplacements de ressortissants d’Afrique subsaharienne au Sahara à des migrations économiques intercontinentales. Dans un contexte de crispations identitaires en Europe, cet intérêt particulier porté aux migrations de transit à destination de ce continent tend à entretenir la peur d’un « péril migratoire » illusoire au nord de la Méditerranée et à occulter toute la diversité et la complexité de ces mobilités à l’intérieur des régions sahariennes (Brachet, 2011).

  • 1 Entre les représentants des gouvernements d’Algérie, d’Espagne, de France, d’Italie, de Libye, de M (...)
  • 2 Le terme « sécuritaire » est ici employé dans son acception large : qui vise à préserver l’intégrit (...)

2Depuis une quinzaine d’années, avec la reprise du « dialogue 5 + 5 » 1 à Lisbonne en 2001 et l’affirmation récurrente des gouvernements européens à vouloir « renforcer et rendre plus efficace la coopération pour prévenir et lutter contre l’immigration illégale dans les pays d’origine [et] de transit » (Conférence ministérielle sur la migration en Méditerranée occidentale, 2002), la gestion « concertée » des circulations migratoires entre ces deux continents est dominée par une approche sécuritaire2. Le durcissement des politiques migratoires européennes s’est ainsi accompagné d’une externalisation du contrôle des migrants en de multiples endroits : avec les côtes méridionales de l’Europe et les côtes septentrionales de l’Afrique, le Sahara est devenu le nouvel espace à contrôler. Dans le cadre d’accords bilatéraux et parfois multilatéraux, les États européens ont progressivement incité les États d’Afrique du Nord à renforcer la surveillance de leurs frontières terrestres autant que maritimes et à renforcer les contrôles à l’intérieur de leurs territoires – sur les routes, dans les villes. En essayant de transformer ainsi ces pays en de vastes « zones-frontières », dont il est possible de se faire expulser à chaque instant, l’objectif semble être d’endiguer indifféremment l’ensemble des mobilités transsahariennes. Mais cette assimilation des migrations transsahariennes aux migrations transméditerranéennes repose sur des représentations globales et globalisantes des faits, éloignées des réalités de terrain et souvent aveuglées par les logiques sécuritaires. Qu’en est-il en effet de la réalité des pratiques migratoires contemporaines au Sahara, de ce qui est observable et tangible sur le terrain pour qui séjourne dans ces régions ? Il apparaît que ces politiques dites « sécuritaires » en matière de migration (du point de vue des acteurs européens, des agences onusiennes et des organisations internationales, voire de certaines ONG) sont bien souvent perçues et vécues comme des politiques in-sécuritaires du point de vue local, tant par les populations sahariennes que par ceux qui ne font que traverser ce désert.

3Afin de saisir quelles sont les dynamiques contemporaines de ces mobilités au Sahara central, ce chapitre va retracer brièvement la genèse des politiques migratoires actuellement mises en œuvre dans la partie septentrionale du Niger, puis analysera le décalage entre les objectifs officiels de ces politiques et leurs effets concrets au niveau local. L’échec inévitable de telles politiques sera alors interrogé à l’aune du développement général d’une « industrie » de la gestion et du contrôle des migrations, dont la survie et la profitabilité dépendent de sa capacité à reproduire les conditions de son émergence, c’est-à-dire les conditions de l’insécurité perçue par les uns et vécue par les autres.

  • 3 Voir également le projet de recherche Molecops mené par l’auteur à l’université d’Oxford (2015-2017 (...)

4Cet article repose sur des données empiriques collectées entre 2003 et 2017 au Niger, au cours de trois années de recherches de terrain. Outre les observations et les recensions effectuées, des discussions et entretiens plus ou moins formels ont été menés avec des commerçants, transporteurs, chauffeurs, guides, migrants, membres d’ONG, internationales et des Nations unies, policiers, douaniers, soldats et fonctionnaires nigériens et européens. Près de 200 interviews ont été enregistrées en français, anglais et tamasheq3.

Liberté de circulation et politiques migratoires au Sahara

  • 4 Communauté des États sahélo‑sahariens (28 États membres). Le principe de la libre circulation des i (...)

5Depuis quelques années, différents cadres institutionnels et juridiques régissant les migrations dans l’espace saharien ont été modifiés afin de permettre un contrôle accru des mobilités internationales, dans l’optique de les limiter. À l’échelle nationale, ces cadres juridiques relatifs à la circulation des individus ne reflètent pas nécessairement les politiques migratoires effectives des États sahariens : les écarts peuvent être grands entre les discours politiques, les engagements internationaux, les législations nationales et les pratiques des agents des États sur le terrain. Néanmoins, l’évolution récente des législations algérienne et libyenne – et il en va de même dans l’ensemble du Maghreb (Perrin, 2008) – traduit un changement de perception et de traitement de la question migratoire par les pouvoirs publics, qui semble davantage répondre aux accords euro-méditerranéens qu’être adapté aux réalités sahélo-sahariennes. L’Algérie s’est longtemps perçue comme un pays uniquement d’émigration vers l’Europe (Bensaâd, 2009) et bien que, dans la pratique, ce pays lutte officiellement contre l’immigration irrégulière depuis plusieurs décennies, son gouvernement ne s’est doté qu’en 2008 d’une politique migratoire basée sur des textes juridiques relatifs aux conditions d’entrée, de séjour et de circulation des étrangers, modifiant une ordonnance qui datait de 1966 (Perrin, 2009). Cette nouvelle législation renforce les sanctions à l’encontre des migrants irréguliers et des personnes ayant facilité leur entrée, leur séjour ou leur sortie du territoire algérien. Dès 2005, le même type de loi sécuritaire avait été promulgué en Libye, suivi en 2007 d’une généralisation de l’obligation de visa pour tous les étrangers, excepté les ressortissants des pays arabes. Pays fondateur et leader de la Cen-Sad4, chantre de la libre circulation et du panafricanisme, la Libye participe ainsi au mouvement de durcissement général des politiques migratoires des États nord-africains. Mais ce jeu d’alternance entre ouverture et fermeture de ses frontières n’est pas nouveau dans ce pays. Même lorsque l’immigration africaine y est tolérée, voire encouragée, et que ses frontières méridionales sont décrétées « ouvertes », les immigrants sont généralement maintenus en situation irrégulière, leur entrée sur le territoire libyen n’étant que rarement officialisée par les autorités du pays. Si la Libye s’accommode des pressions exercées par ses voisins européens et des aides reçues en contrepartie de sa coopération, la pratique des arrestations et des expulsions collectives correspond, depuis plusieurs décennies, davantage à une manière de « gérer » la présence étrangère sur son territoire qu’à une volonté réelle de stopper l’immigration. En effet, la Libye a conscience de son besoin de main-d’œuvre étrangère et des bénéfices que tire son économie de ces circulations migratoires (Pliez, 2004). D’où la position ambiguë de ce pays qui s’est retrouvé ces dernières années pris entre des pressions internationales et des intérêts locaux – politiques et économiques – parfois divergents, mais dont il a globalement su tirer profit. L’instabilité institutionnelle actuelle, due à la guerre civile qui dure depuis 2011, ne semble pas améliorer la situation, bien au contraire, ni avoir donné un nouveau souffle aux politiques migratoires mises en œuvre à travers le pays.

  • 5 L’accord sur la libre circulation des personnes, signé et ratifié par tous les membres de la Cedeao (...)

6Au sud du Sahara, la situation est différente mais tend également à changer. Plusieurs pays sahéliens ont désormais des approches différentes car ils se sont heurtés depuis plus longtemps aux pressions exercées par l’UE et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui entendent intégrer les États ouest-africains dans leurs projets de lutte contre les migrations irrégulières à destination de l’Europe (Brachet, 2016). En effet, pour la première fois dans la programmation du 10e Fonds européen pour le développement (2008-2012), les questions migratoires deviennent un sujet pour la Mauritanie et le Mali. 8 millions d’euros ont été prévus pour chacun de ces pays afin de les aider à définir des politiques de « gestion » des flux migratoires, leurs capacités à gérer ces flux faisant désormais partie de leurs profils de gouvernance, dont l’évaluation (par les Européens) détermine l’accès à une partie de ces enveloppes. Ces changements d’approches des questions migratoires, qui correspondent à un véritable durcissement des politiques migratoires, ne sont pas perceptibles uniquement à l’échelle des pays, mais aussi, de manière plus large, au niveau d’une organisation interétatique comme la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Cette organisation a mis en place un véritable protocole de libre circulation des ressortissants de ses États membres dès 19795. Tous les ressortissants d’Afrique de l’Ouest devraient ainsi pouvoir se rendre, par exemple, jusqu’aux frontières septentrionales du Mali et du Niger, sans restriction d’ordre administratif. Que les migrants soient ressortissants ou non d’un État membre de la Cedeao, en possession ou non d’un carnet de voyage Cedeao et d’un certificat de vaccination (documents officiellement demandés aux ressortissants de la Cedeao pour circuler librement dans l’espace communautaire), les conditions de leur mobilité ne diffèrent pas beaucoup : tous peuvent en pratique circuler au sud du Sahara, en s’acquittant fréquemment de taxes illégales prélevées au passage des frontières ou à l’intérieur des pays par les agents des corps de contrôle des États (Brachet, 2009). Les migrants affirment ainsi de manière récurrente qu’il « est facile de voyager sans visa » au sud du Sahara, d’où que l’on vienne. Mais cette situation est en passe de changer depuis que les chefs d’États de la Cedeao ont adopté, en janvier 2008, une « approche commune sur la migration », visant à améliorer leur gestion des circulations migratoires intra et interrégionales. Largement inspiré des conférences euro-africaines de Rabat et de Tripoli de 2006 sur les migrations et le développement et donc influencé par la vision européenne des migrations ouest-africaines, ce texte affiche la lutte contre « l’émigration irrégulière » parmi ses objectifs prioritaires. Cette aberration juridique qui permet d’arrêter et de condamner des individus dans leur propre pays sur la seule base d’intentions supposées (c’est-à-dire sans qu’aucune infraction n’ait été commise, sur la simple supposition de l’intention de se rendre illégalement dans un autre pays), au mépris de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (article 12.2) et de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui stipulent que « toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien », reflète toute la violence inique des logiques de contrôle des migrants. Cet objectif reflète un changement d’orientation de la Cedeao : outre l’organisation de la libre circulation des personnes à l’intérieur de l’espace communautaire, elle met dorénavant également en œuvre des mesures relatives aux migrations vers l’extérieur de cet espace et au renforcement du contrôle de ses frontières extérieures. On assiste donc à un transfert du vocabulaire et des logiques sécuritaires européennes vers ces élites ouest-africaines qui n’envisagent plus prioritairement la mobilité internationale comme facteur de développement et qui acceptent de participer activement à la lutte contre une émigration supposée être à destination de l’Europe.

7Malgré ces changements juridiques et un durcissement effectif de la mise en œuvre à différentes échelles des politiques migratoires au Sahara, les migrants continuent d’y circuler, mais dans des conditions de plus en plus difficiles. Outre le renforcement en cours des contrôles au niveau des frontières internationales (notamment entre États du Sahel et du Maghreb), de nombreux checkpoints existent à l’intérieur des territoires nationaux, en l’occurrence le long des principales pistes transsahariennes et constituent autant de barrières à franchir pour les migrants. Car, à l’instar de ce qui se passe aux frontières, à chacun de ces checkpoints, en plus des contrôles et du racket, ont dorénavant lieu de plus en plus souvent des arrestations et des refoulements, en dépit du droit international et des accords éventuellement passés entre États. On assiste ainsi à une démultiplication de ce qui fait office de frontière, sous différentes formes, permettant chaque fois de ralentir, de trier, de « gérer » les circulations d’individus considérés quelque part, ailleurs, comme indésirables (Agier, 2008). Face à cela, afin de contourner ces nouvelles entraves aux circulations, des réseaux de transports clandestins se sont développés, proposant aux migrants des voyages toujours plus éprouvants, risqués et onéreux.

La loi de mai 2015 au Niger : un tournant répressif contreproductif ?

  • 6 D’un point de vue juridique, en dehors des textes internationaux ratifiés par le gouvernement et mi (...)

8Jusqu’à récemment, dans un pays comme le Niger, les migrations internationales n’étaient pas considérées comme un problème à résoudre et ne faisaient pas l’objet d’une politique spécifique6. Ces dernières années, tandis que le directeur général de l’OIM affirmait (sans aucun chiffre à l’appui) qu’il y a dorénavant autant de décès de migrants au Sahara qu’en Méditerranée (OIM, 2015), préparant le terrain à des interventions rapides et d’ampleur, l’UE mettait le gouvernement nigérien sous pression pour en finir avec « le modèle économique des passeurs » (Commission européenne, 2016). Plusieurs projets et programmes ont été mis en œuvre pour y parvenir. Ceci est particulièrement visible dans la région d’Agadez, dans le nord du pays, qui est plus que jamais considérée par les experts européens comme « le lieu où passent la plupart des flux [de migrants irréguliers] qui vont en Libye puis en Europe par la route de la Méditerranée centrale » (Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, 2016).

9La mission européenne Eucap (European Union Capacity Building Mission in Niger) Sahel Niger, lancée en 2012, apparaît comme un des outils clés de la politique migratoire et sécuritaire européenne au Niger, dont le but est « d’assister les autorités nigériennes locales et nationales, ainsi que les forces de sécurité, dans le développement de politiques, de techniques et de procédures permettant d’améliorer le contrôle et la lutte contre les migrations irrégulières » et d’articuler cela avec la « lutte anti-terroriste » et contre « les activités criminelles associées » (Service européen pour l’action extérieure, 2016). Outre cette imbrication officialisée des préoccupations migratoires et sécuritaires, l’Eucap Sahel Niger et le nouveau Cadre de partenariat pour les migrations, mis en place par l’UE en juin 2016 en collaboration avec le gouvernement nigérien, visent directement à mettre en application la loi nigérienne no 2015-36 de mai 2015 sur le trafic de migrants, elle-même faite sur mesure pour s’accorder aux attentes européennes en la matière.

10Cette loi, qui vise à « prévenir et combattre le trafic illicite de migrants » dans le pays, définit comme trafiquant de migrants « toute personne qui, intentionnellement et pour en tirer, directement ou indirectement, un avantage financier ou un autre avantage matériel, assure l’entrée ou la sortie illégale au Niger d’une personne qui n’est ni un ressortissant ni un résident permanent au Niger ». Transporter ou loger des ressortissants étrangers en situation irrégulière fait ainsi encourir des amendes allant jusqu’à 30 millions de FCFA et des peines jusqu’à 30 ans de prison (articles 10, 11, 12). Et, cerise sur le gâteau de la répression aveugle : l’article 13 précise que « la tentative des infractions prévue par la présente loi est punie des mêmes peines ». La présomption de culpabilité est entrée dans la loi. Une loi qui va également à l’encontre du protocole sur la libre circulation des résidents au sein de l’espace Cedeao, de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, ou encore de la Déclaration internationale des droits de l’homme. Le fait que tous ces accords, conventions et principes soient ainsi suspendus suggère que la question des migrations vers et à travers le Sahara est dorénavant traitée par le gouvernement nigérien, et par ses partenaires internationaux, à travers des dispositifs dérivés du droit de la guerre, et particulièrement de la « guerre contre le terrorisme » et de l’institutionnalisation de lois d’exception qui l’accompagne. Résultat, à plusieurs centaines de kilomètres de la frontière, des transporteurs, « passeurs » avérés ou supposés, requalifiés en « trafiquants », jugés sur leurs intentions et non sur leurs actes, peuvent dorénavant être arrêtés. Et les arrestations suivies de peines d’emprisonnement sont nombreuses depuis 2016, tout au moins dans la région d’Agadez, frontalière de l’Algérie et de la Libye, qui semble jusqu’à présent être la seule région du pays où cette loi est mise en application.

11Pour autant, ici comme ailleurs, aucune police ne peut totalement empêcher les gens de circuler, si ce n’est localement et temporairement – certainement pas dans la durée et à l’échelle du Sahara. Migrants et transporteurs s’adaptent et contournent désormais la ville, empruntant des voies plus discrètes, et toujours plus risquées. Cette « clandestinisation » généralisée du transport de migrants s’accompagne d’une diminution, voire d’une disparition, du contrôle social jusque-là exercé sur les différents acteurs, entre eux, mais aussi par les proches ou les agents de l’État qui ponctionnaient leurs activités (Brachet, 2018). Jusqu’à récemment, il était en effet aisé de savoir qui était parti d’où, quel jour, avec combien de passagers, et de savoir si tous étaient arrivés à bon port, ce qui incitait chacun à rester dans les limites morales de l’acceptable. Ces dernières années, entre les risques pris par les transporteurs et les migrants, et les abandons de passagers dans le désert, le nombre de morts sur les itinéraires sahariens a certainement augmenté. La boucle est bouclée, et la logique humanitaire-sécuritaire telle que professée par l’OIM et son directeur général peut continuer de s’appliquer.

Politiques migratoires insécuritaires et profitabilité de l’échec

  • 7 L’OIM et le gouvernement nigérien se félicitent de la baisse des volumes des flux migratoires enreg (...)

12Depuis plusieurs années, les rencontres euro-africaines traitant des migrations entre les deux continents se succèdent (réunissant les représentants de plusieurs dizaines de gouvernements et d’organisations internationales). Les régions sahariennes sont aujourd’hui considérées en Europe comme des zones prioritaires de lutte contre l’immigration africaine irrégulière. Or, s’il est vrai qu’une partie des migrants qui arrivent illégalement en Europe du Sud ont effectivement traversé dans un premier temps le Sahara, en revanche une minorité seulement de ceux qui traversent le Sahara essaie de poursuivre leur route jusqu’en Europe. Les études montrent en effet que les circulations migratoires au Sahara ont toujours été et sont encore aujourd’hui très majoritairement intra-africaines, et qu’elles contribuent au dynamisme économique des régions de départ et d’accueil, autant que des régions de transit. Cette assimilation des migrations vers et à travers le Sahara aux migrations à destination de l’Europe, ainsi que l’annonce par les médias et les pouvoirs publics de chiffres aux origines peu fiables concernant les volumes de ces flux entretiennent la peur d’un péril migratoire qui ne serait contenu que grâce aux politiques migratoires restrictives mises en œuvre et servent de justification à l’existence même de ces politiques et aux importants moyens qui leur sont alloués. Ces représentations fausses des phénomènes migratoires sahariens reflètent et alimentent une certaine idéologie de la « menace du Sud » (Bigo, 1991). Et c’est ainsi que l’Europe, dans une volonté de lutter contre l’immigration irrégulière en provenance d’Afrique subsaharienne – qui est une immigration numériquement très peu importante (Lessault et Beauchemin, 2009) –, incite les États du Maghreb et du Sahel à contrôler drastiquement leurs frontières afin d’endiguer les circulations migratoires en provenance du Sud, sans se soucier des intérêts propres de ces États et de l’existence d’espaces africains de libre circulation. Ces politiques migratoires participent activement de la dégradation des conditions de circulation au Sahara et perturbent ainsi tout un système migratoire intra-africain ancien. La sécurité future supposée de territoires est ainsi priorisée par rapport à la sécurité réelle immédiate de personnes (et du respect de leurs droits), et ce, alors même que l’efficacité de ces politiques sécuritaires n’a jamais été prouvée7. Au contraire, on peut considérer que ces politiques sont globalement des échecs, au sens où elles n’atteignent pas leur principal objectif : l’endiguement des migrations irrégulières entre l’Afrique et l’Europe. Leur incidence même sur le volume des flux reste très incertaine à l’échelle d’une région comme le Sahara. C’est en ce sens que l’on peut parler simultanément de politiques insécuritaires et d’échec de ces politiques migratoires. Mais cet échec apparent n’est peut-être pas un échec pour tous. Question de perspective.

Conclusion

13Les États européens les plus puissants tentent de créer au Sahara, et notamment dans le nord du Niger, un espace de sécurisation en matière de migration, via des organisations internationales et des structures ad hoc, comme ils le font partout où ils considèrent qu’une « menace » pourrait les atteindre, y compris quand tout montre que celle-ci est des plus imaginaires. L’état d’exception permanent créé par cette logique sécuritaire et par la qualification de tout champ dans lequel il y a volonté d’intervenir comme étant en crise et facteur d’insécurité évacue l’histoire et la politique locales au profit de la gestion internationale immédiate, de la gestion de crise, de la nécessité de faire face à l’urgence, et tente par là même de légitimer auprès des opinions publiques la suspension – au moins temporaire – du droit et de la morale.

  • 8 À titre d’exemples, le budget de l’Eucap Sahel Niger a été multiplié par 2,5 en quatre ans, celui d (...)

14Le management des migrations internationales, entendu au sens large, tend ainsi à devenir une véritable « industrie », un champ économique permettant de générer d’immenses profits pour de nombreux acteurs, allant des fournisseurs de matériels militaires permettant de surveiller et contrôler les migrants, aux agences onusiennes, organisations internationales et autres ONG qui reçoivent des financements pour intervenir dans ce domaine (Andersson, 2014 ; Gammeltoft-Hansen et Sorensen, 2012 ; Rodier, 2012)8. Et, comme toute industrie, celle-ci tend à reproduire les conditions de son existence, voire de son succès : plus les contrôles sont renforcés, plus l’illégalité se professionnalise et les insécurités se généralisent et justifient davantage de contrôles selon une logique et une légitimation mi-humanitaire mi-sécuritaire, dans une spirale sans fin. En ce sens, l’échec global de l’industrie sécuritaire du management des migrations est peut-être sa plus grande réussite.

Bibliographie

Agier M., 2008
Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire. Paris, Flammarion, 350 p.

Andersson R., 2014
Illegality, Inc.: Clandestine Migration and the Business of Bordering Europe. Oakland, University of California Press, 360 p.

Bensaâd A. (éd.), 2009
Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration. Paris, Karthala, 448 p.

Bigo D., 1991
L’idéologie de la menace du Sud. Cultures et conflits, 2 : 3-15.

Brachet J., 2009
Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger). Paris, Le Croquant, 322 p.

Brachet J., 2011
« The Blind Spot of Repression: Migration Policies and Human Survival in the Central Sahara ». In Truong T.-D., Gasper D. (éd.), Transnational Migration and Human Security. The Migration-Development-Security Nexus. Berlin, New York, Springer : 57-66.

Brachet J., 2016
Policing the Desert: The IOM in Libya Beyond War and Peace. Antipode, 48 (2) : 272-292.

Brachet J., 2018
Manufacturing Smugglers: From Irregular to Clandestine Mobility in the Sahara. The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 676 (1) : 16-35.

Commission européenne, 2016
Communication on establishing a new Partnership Framework with third countries under the European Agenda on Migration. COM, 385, Final, Strasbourg, 7 juin, 18 p.

Conférence ministérielle sur la migration en Méditerranée occidentale, 2002
Déclaration de Tunis. Dialogue 5 + 5, Tunis, 16-17 octobre 2002, 7 p.

Gammeltoft-Hansen T., Sorensen N. N. (éd.), 2012
The Migration Industry and the Commercialization of International Migration. Oxford, Routledge, 302 p.

Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, 2016
Press conference HRVP Mogherini on the progress under the Migration Partnership Framework. Bruxelles, 18 octobre, non publié.

Larzillière P., 2008
L’influence des approches sécuritaires sur les politiques de développement au Proche-Orient. Humanitaire, 20 [en ligne].

Lessault D., Beauchemin C., 2009
Ni invasion, ni exode. Regards statistiques sur les migrations d’Afrique subsaharienne. Revue Européenne des Migrations Internationales, 25 (1) : 163-194.

OIM (Organisation internationale pour les migrations), 2015
IOM Cites Discovery of More Victims in Sahara among Migrants Bound for Libya. Genève, 16 juin, non publié.

Perrin D., 2008
L’étranger rendu visible au Maghreb. La voie ouverte à la transposition des politiques juridiques migratoires européennes. Asylon(s), 4 [en ligne].

Perrin D., 2009
« Immigration et création juridique au Maghreb. La fragmentation des mondes et des droits ». In Bensaâd A. (éd.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala : 245-265.

Pliez O., 2004
« De l’immigration au transit ? La Libye dans l’espace migratoire euro‑africain ». In Olivier P. (éd.), La nouvelle Libye. Sociétés, espaces et géopolitique au lendemain de l’embargo, Paris, Karthala, Iremam : 138-155.

Rodier C., 2012
Xénophobie business. À quoi servent les contrôles migratoires ? Paris, La Découverte, 200 p.

Service européen pour l’action extérieure, 2016
Eucap Sahel Niger: mission extended, budget agreed, mandate amended. Bruxelles, 18 juillet, non publié.

Notes

1 Entre les représentants des gouvernements d’Algérie, d’Espagne, de France, d’Italie, de Libye, de Malte, du Maroc, de Mauritanie, du Portugal et de Tunisie.

2 Le terme « sécuritaire » est ici employé dans son acception large : qui vise à préserver l’intégrité, la prospérité et/ou la pérennité, réelles ou supposées, d’un groupe ou d’un espace, potentiellement au détriment de celles d’un autre groupe social ou d’un autre espace, ou au détriment du respect des droits humains par exemple. Sur l’influence des approches sécuritaires dans les relations internationales et les politiques de développement, voir Larzillière, 2008.

3 Voir également le projet de recherche Molecops mené par l’auteur à l’université d’Oxford (2015-2017), dans le cadre d’un Marie Sklodowska‑Curie Individual Fellowship du programme européen Horizon 2020 (grant agreement no 652755).

4 Communauté des États sahélo‑sahariens (28 États membres). Le principe de la libre circulation des individus entre les États membres de la Cen-Sad est régulièrement réaffirmé par les dirigeants des États qui en font partie depuis qu’il a été mentionné dans la charte fondatrice de l’organisation rédigée en 1998 à Syrte, ville natale de l’ancien dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, qui en était l’instigateur. Mais ce principe, à l’échelle communautaire, n’est jamais resté que dans le champ des intentions.

5 L’accord sur la libre circulation des personnes, signé et ratifié par tous les membres de la Cedeao, stipule que « tout citoyen de la Communauté, […] désirant séjourner dans un État‑membre […], pourra entrer sur le territoire de cet État membre sans avoir à présenter un visa » (extrait du protocole de Dakar, Dakar, 29 mai 1979).

6 D’un point de vue juridique, en dehors des textes internationaux ratifiés par le gouvernement et mis en application avec plus ou moins de réussite, seule une loi portant sur le statut des réfugiés avait jusque‑là trait à la présence étrangère sur le territoire national (République du Niger, loi 97‑17 du 20 juin 1997).

7 L’OIM et le gouvernement nigérien se félicitent de la baisse des volumes des flux migratoires enregistrés dans le nord du pays, mais leurs données ne reflètent que la baisse du nombre de personnes qui passent par les points de contrôle mis en place par l’OIM (situés à Arlit et Séguédine) et non pas la baisse – supposée – du nombre de personnes circulant entre l’Afrique subsaharienne et l’Afrique du Nord via le Niger, ce qui est très différent dans un contexte d’invisibilité grandissante de ces circulations.

8 À titre d’exemples, le budget de l’Eucap Sahel Niger a été multiplié par 2,5 en quatre ans, celui de l’OIM par 5 en quinze ans, celui de Frontex par 7 en dix ans, tandis que depuis 2015, le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique – mis en place par l’UE – dispose d’un budget de 2,5 milliards d’euros pour s’attaquer « aux causes profondes de la migration irrégulière » sur le continent.

Auteur

Géographe, chargé de recherche à l’IRD et à l’UMR Développement et sociétés (Devsoc) (France).

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search