Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Partie 2 – Ressources et insécurités, des influences réciproques

Chapitre 12. Insécurités et rumeurs autour des ruées vers l’or

Les difficultés d’une enquête à distance dans le Sahara nigérien

Laurent Gagnol, Emmanuel Grégoire et Boukari (Aboubacar) Ahmed

Résumé

Depuis 2014, le Sahara nigérien connaît de véritables ruées vers l’or, si bien que l’orpaillage constitue aujourd’hui une ressource importante pour toute une population qui, sans cela, serait sans emploi. Mais l’insécurité qui règne dans cette zone rend les sites aurifères inaccessibles aux chercheurs qui doivent, pour les appréhender, adopter une méthodologie originale, fondée sur l’enquête à distance et l’analyse des rumeurs.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La première version du manuscrit a été soumise en décembre 2017. Certains éléments de l’analyse ont (...)

1Depuis moins d’une dizaine d’années, le Sahara s’apparente à un vaste front pionnier de prospection aurifère1. L’orpaillage occupe aujourd’hui des centaines de milliers d’individus, dont plusieurs dizaines de milliers, très mobiles, circulent dans ces vastes espaces désertiques au gré des découvertes successives de gisements, mais aussi des déguerpissements consécutifs aux fermetures de mines décidées par les autorités centrales. Ces ruées vers l’or sahariennes, qui débordent aussi au Sahel, se sont succédé en « se diffusant » d’est en ouest (Chevrillon-Guibert et al., 2019), depuis les rives du Nil au Soudan à partir de 2009 jusqu’aux abords de l’océan Atlantique, en Mauritanie, en 2016. Après le Soudan (Chevrillon-Guibert, 2016) et le Tchad à partir de 2013 (Magrin, 2017 ; Mugelé, 2016), mais avant la Mauritanie en 2016 (Gagnol et al., 2019), le Niger a connu sa première ruée vers l’or saharien en 2014 (Grégoire et Gagnol, 2017 ; Pellerin, 2017).

  • 2 Le maire de Djado a estimé à 13 042 le nombre d’orpailleurs en mai 2014, et entre 25 000 et 30 000 (...)

2Au début de l’année 2014, une rumeur enfle : on a trouvé de l’or dans la région du Djado, aux confins sahariens du Niger (photo 1, cf. p. 7 cahier hors-texte). Des photographies circulent sur les réseaux sociaux, montrant des mains, voire des sacs, remplis de pépites. Il suffit, dit-on, de se baisser pour ramasser l’or à même le sol. L’information se répand très vite dans les campements et les villages, avant d’être connue dans la ville d’Agadez, puis dans le reste du Niger et les pays alentour. Dès le départ, la ruée prend une dimension transnationale. Les Toubou du Niger, du Tchad, de Libye accourent les premiers sur place, suivis par les Zaghawa (Beri) du Tchad et du Soudan. Au Niger, les Touaregs de l’Aïr, puis les Hausa et les Djerma sont rejoints par des Arabes et des Touaregs libyens, algériens, maliens, mauritaniens, puis par des ressortissants d’autres États sahéliens (Burkina Faso, Mali, etc.) ou côtiers (Nigeria, Ghana, Côte d’Ivoire, etc.), souvent aguerris à l’orpaillage dans leurs pays respectifs. En quelques jours, de nombreux convois de véhicules tout-terrain et de camions s’organisent, depuis Agadez notamment, pour tenter l’aventure (photo 2, cf. p. 7 cahier hors-texte). Sans dépêcher de journalistes sur place, quelques organes de presse nationaux (Le Sahel) et internationaux (agences de presse, Radio France internationale, Jeune Afrique) fournissent des informations à la fois vagues et lapidaires, entretenant les rêves d’or et les rumeurs. Tous les médias insistent sur la rapidité et l’ampleur de l’afflux de populations, n’hésitant pas à qualifier l’événement de « ruée vers l’or », en s’appuyant sur l’évaluation démographique incertaine du maire de Djado2.

  • 3 Certains demeurent sur place avec la complicité des militaires ou en étant hors de portée des patro (...)

3En août 2014, ou peut-être dès juin, un deuxième site d’orpaillage saharien nigérien (Tchibarakaten) est découvert, cette fois à proximité immédiate de la frontière algérienne, dans une zone désertique parcourue par les Touaregs. Contrairement au Djado, où la prospection, légère et mobile, s’effectue à l’aide de simples détecteurs de métaux, le site de Tchibarakaten se présente sous la forme de filons qui nécessitent le creusement de puits, parfois très profonds (jusqu’à une centaine de mètres). Plus intensive et stabilisée, l’exploitation est organisée par des « chefs » et des « patrons » qui instituent un comité des « sages » (comité wan imgharan, langue tamasheq), dominé par les Touaregs (les autres communautés nationales y ont un représentant). Alors que le site du Djado ferme officiellement début 2017 et que les orpailleurs sont expulsés3, ce comité règle les conflits et intercède auprès des autorités pour éviter la fermeture de Tchibarakaten. Depuis lors, des sites secondaires éparpillés dans le massif de l’Aïr sont découverts le long de vallées et de filons (Gofat, Fasso, Arrey, Amzeguer, Takolokouzet, Ibil, Dabaga, etc.). De nombreux orpailleurs expulsés du Djado s’y installent, faisant du village de Tabelot un lieu de ravitaillement et un centre de traitement mécanique et chimique des roches plus proche des lieux d’extraction que les centres d’Arlit et d’Agadez (photo 3, cf. p. 7 cahier hors-texte).

4Sans nous attarder sur la description des sites d’extraction de l’or et sur l’organisation de la filière (Grégoire et Gagnol, 2017), ce chapitre interroge l’orpaillage artisanal dans le Sahara nigérien à travers les différentes formes d’insécurités nées du contexte de ruées vers l’or. Nous discuterons d’abord des difficultés méthodologiques posées par l’étude de ces ruées vers l’or situées en terrain sensible (Ayimpam et Bouju, 2015). L’inaccessibilité et l’insécurité qui règnent sur les sites d’extraction et les rumeurs qui les entourent ne permettent pas la mise en œuvre d’enquêtes classiques, mais elles peuvent constituer en elles-mêmes un matériau d’étude. Nous analyserons ensuite les insécurités engendrées par ces ruées vers l’or du point de vue de l’État, puis à partir du vécu des orpailleurs, afin de comprendre en quoi ces ruées sont productrices d’opportunités et de risques.

Inaccessibilité et rumeurs, la méthodologie d’un terrain sensible

5Lorsqu’ils enquêtent sur les ruées vers l’or, les chercheurs sont confrontés à deux difficultés méthodologiques : un terrain inaccessible, voire dangereux, et un thème propice aux rumeurs, les deux se renforçant mutuellement. Cet objet insaisissable pose des difficultés méthodologiques, se dérobant à l’enquête classique en sciences sociales par observation directe et par entretiens auprès d’acteurs sur le terrain.

Les sites d’orpaillage : un terrain difficilement accessible

6Isolé et difficile d’accès, le nord du Niger est considéré comme un espace dangereux en raison des groupes djihadistes et des trafiquants armés qui le parcourent (Grégoire, 2018, 2019). Zone de confins frontaliers (Gagnol, 2017), la région du Djado est un lieu de passage entre le Niger, d’une part, l’Algérie et la Libye, de l’autre. Comme la vallée fossile du Tafassasset, où se trouve Tchibarakaten, elle fait l’objet d’une surveillance accrue de la part des militaires nigériens et d’autres forces armées internationales (Berghezan, 2016). La présence militaire états-unienne, française et allemande est visible au Niger, notamment dans le nord du pays. Depuis 2014, dans le cadre de l’opération Barkhane, l’armée française s’est ainsi positionnée à Madama, dans un ancien fort colonial. Ces ruées vers l’or s’inscrivent donc dans un contexte hautement géostratégique et marqué par une forte instabilité du point de vue de la sécurité internationale.

  • 4 C’est-à-dire qu’il est formellement déconseillé de s’y rendre.

7Classée en zone « rouge » par le ministère français des Affaires étrangères4, la presque totalité du Niger est « fermée » aux chercheurs étrangers depuis une dizaine d’années, tandis que les nationaux éprouvent des difficultés à obtenir une autorisation de recherche pour se rendre sur les sites miniers, tolérés provisoirement pour la plupart, mais non reconnus par l’État. L’instabilité et les difficultés d’accès aux zones minières expliquent que l’orpaillage saharien nigérien soit un thème peu traité par les scientifiques comme par les médias et les Organisations non gouvernementales (ONG).

  • 5 Celui-ci s’est rendu de façon régulière sur les sites d’extraction pour y mener des enquêtes prépar (...)

8Cette rétractation des terrains d’étude implique que le chercheur ne peut pas, comme à l’accoutumée, étudier lui-même son objet de recherche, par observation et entretiens in situ, ce qui procure frustration et malaise. De surcroît, les discours collectés sont souvent « enfiévrés » par la quête de l’or et font l’objet de rumeurs difficilement vérifiables. Pour contourner ou conjurer ces difficultés méthodologiques, cette étude a pris le parti de conduire et d’exposer une enquête à distance, par observations indirectes (lecture de la presse, des réseaux sociaux et d’actes administratifs, entretiens téléphoniques) réalisées depuis la France, par des entretiens menés auprès d’orpailleurs à Niamey et en recourant au concours actif d’un observateur/informateur privilégié devenu coauteur de cette recherche, Boukari (Aboubacar) Ahmed5.

La rumeur, facteur d’activation des ruées vers l’or

9Les rumeurs sont parfois présentées comme une psychose collective, un dérèglement social lié dans le cas présent à la fièvre de l’or, rendant irrationnels les comportements individuels et imprévisibles les mouvements de foule. Cette analyse prend le contre-pied de cette approche, en montrant que les orpailleurs disposent de stratégies dans le contexte de rumeurs.

  • 6 Les femmes sont interdites d’accès aux sites miniers sahariens. Il s’agit d’une politique délibérée (...)

10L’expression « ruée vers l’or » rend compte de ce moment exceptionnel et éphémère d’ouverture des possibles dans la quête d’une fortune rapide, grâce à des découvertes inattendues réalisées dans des espaces de marges. À partir d’une rumeur, qui se présente souvent sous la forme de plusieurs versions plus ou moins avérées et confirmées, un mouvement de foule se produit avec une rapidité et une ampleur sans précédent. On peut décrire de cette manière les ruées liées à la fièvre de l’or qui s’est emparée progressivement de certains Sahariens et Sahéliens6. Les communications interpersonnelles, les médias et les autres moyens d’information et de communication (téléphonie mobile, applications mobiles WhatsApp et Snapchat, réseaux sociaux) ont servi de caisse de résonance et ont amplifié les rumeurs. Les comportements individuels et les échanges d’informations sont électrisés par les découvertes successives d’or et les récits de réussites fulgurantes. Certains ont même profité de la crédulité de ceux qui voulaient tenter leur chance en vendant des soi-disant coordonnées GPS de sites miniers, qui auraient été récupérées au ministère des Mines ou aux géologues et compagnies minières occidentales.

11Pour autant, loin de se réduire à des processus irrationnels et fantasmés, la ruée répond à des stratégies individuelles et collectives fondées sur la prise de risque et la mobilité. Nombreux sont ceux qui n’y ont pas cru, avant de se rendre sur place ou d’être convaincus par des orpailleurs revenant des sites d’extraction. D’autres, sur place, se sont rendu compte de l’extrême difficulté et de la dangerosité du travail, des gains parfois minimes chèrement payés, préférant renoncer à l’orpaillage. La prise de risque est calculée différemment selon les catégories d’acteurs, en fonction de leurs chances et de leur courage et, surtout, de leurs expériences et de leurs moyens financiers et matériels. De nombreux récits recueillis attestent que les pionniers ont fait les découvertes les plus fructueuses et les plus faciles d’accès avec un détecteur de métaux. La rapidité et la mobilité sont donc des facteurs de réussite incontestables qui activent les ruées.

12Le milieu urbain a aussi eu son lot d’informations plus ou moins attestées à propos de l’or. De nombreux citadins ont participé à ces ruées lointaines, au Nord-Niger, dans des lieux particulièrement désertiques et peu accessibles. Mais la découverte inopinée d’or dans des lieux proches des villes a produit un phénomène encore plus massif et rapide : la ruée s’est faite en quelques heures. C’est ce qui s’est produit à Gofat, une vallée de l’Aïr située à quelques dizaines de kilomètres d’Agadez. Des centaines de citadins ont accouru sur place en voiture ou à moto. Au bout de quelques jours, les autorités administratives et militaires ont préféré fermer le site en raison d’un afflux considérable et désordonné de population. Comme l’ont révélé les médias, les fièvres de l’or les plus effrénées se sont produites en 2017 à proximité immédiate de Djanet (Algérie), de Niamey et de Zinder (Niger), où des milliers de personnes ont accouru et creusé des jours durant sans trouver la moindre trace d’or.

La propagation des rumeurs en contexte d’insécurités

  • 7 Le sous-sol saharien renferme d’importantes richesses naturelles (hydrocarbures, uranium, fer, phos (...)

13Comme l’explique Julien Bonhomme (2009) à propos de la sorcellerie liée au vol de sexe en Afrique de l’Ouest, la rumeur témoigne d’une « insécurité interactionnelle », dans un contexte social et psychologique marqué par l’incertitude et la dangerosité potentielle des interactions sociales qui font planer la menace d’une déstabilisation des normes sociales et de l’ordre établi. Pour comprendre le contexte des ruées vers l’or, à cette insécurité interactionnelle il faudrait ajouter une insécurité que l’on peut qualifier d’« écouménale » (Berque, 2000), c’est-à-dire fondée sur le sens des milieux humains pour ceux qui les habitent. Face à un processus de découvertes inédites dans la région, par leur ampleur et leur rapidité, c’est l’ordre normal des imaginaires géographiques qui est déstabilisé. En milieu urbain notamment, chacun a en effet été surpris et frappé par l’abondance d’or dans le désert, censé être un lieu de désolation et de privation. Or, un événement inattendu et imprévisible s’est produit, remettant en cause l’ordre habituel des choses et notamment l’imaginaire propre au désert. L’image du mirage vient facilement à l’esprit et rares sont ceux qui ont refusé d’y croire au début. C’est comme si, soudainement, des lieux censés être dépourvus de tout recelaient de grandes richesses insoupçonnées jusqu’alors7. Il suffit de savoir prêter attention à des espaces sans qualité apparente, d’avoir la chance ou l’information pour être au bon endroit et si possible avant tout le monde. C’est alors que peut s’ouvrir une opportunité de fortune rapide dont se saisissent les plus audacieux et surtout les plus rapides. Cette ouverture soudaine des possibles est à l’origine de cette fièvre.

14Des ruées vers un or fictif se sont ainsi déclenchées en périphérie des deux plus grandes villes du Niger, à Niamey et à Zinder, au contact de la « brousse ». En quelques heures, à pied, en charrette tirée par un âne, à moto ou en taxi, hommes, femmes et enfants, des milliers de personnes ont ainsi accouru pour creuser des bas-fonds proches de Niamey ou extraire la roche d’une colline aux marges de Zinder. Au moyen d’une pelle, d’un seau ou d’un sac, des jours durant, des citadins sans emploi ou ayant délaissé leur activité, ont creusé en vain. Tout vient, semble-t-il, de l’observation d’individus, certains évoquent des « enturbannés » (Touaregs ou Toubou), munis de détecteurs de métaux : aujourd’hui, on raconte qu’ils ont sonné en raison de la présence de minerai de fer ou même de détritus. On moque le commerçant ayant précipitamment fermé boutique, l’instituteur ayant quitté sa classe, le policier et le fonctionnaire ayant rompu leur service, etc. À Zinder, le terrain était déjà bien préparé : début 2012, un archéologue nigérien avait annoncé sur une radio locale la découverte de pyramides et d’un sphinx égyptiens à une vingtaine de kilomètres de la ville. Dans l’espoir d’en piller les 40 000 objets en or qu’elles contiendraient, des centaines de personnes s’étaient rendues au pied de ce qui s’est avéré être de simples buttes-témoins, comme l’a montré la mission scientifique diligentée par le gouvernement. À Djado aussi la rumeur court que l’or retrouvé sous la forme de pépites serait les vestiges et les trésors de civilisations disparues. Même un géologue de l’université de Niamey a assuré dans la presse que les pépites résultaient d’une fonderie pratiquée par une civilisation ancienne. Ces phénomènes s’inscrivent sans doute dans l’idée afro-centrée selon laquelle l’Égypte est une civilisation noire issue d’une ancienne civilisation nigérienne. Mais l’idée d’une origine archéologique de l’or n’est pas que de pur fantasme, car elle trouve une réalité dans le pillage de sites archéologiques, notamment dans le Ténéré et l’Aïr, où se trouvent de nombreuses tombes préislamiques. Les dégâts liés à la prospection intense par détecteur de métaux sont une perte irréversible pour la connaissance de la préhistoire et de l’histoire du Sahara.

  • 8 Des militaires tchadiens et soudanais sont suspectés de prospecter au Sahara.

15Enfin, les rumeurs peuvent être une réponse à des insécurités géopolitiques, liées à la présence des puissances occidentales au Sahara. La présence française au nord du Mali, parfois perçue négativement par certains groupes sociaux, a été reconsidérée à l’aune du contexte des ruées vers l’or sahariennes. Dans les réseaux sociaux sont partagées des photos officielles de l’opération Barkhane qui ont été détournées de leur message initial : au lieu de cachettes de munitions déterrées, c’est ici l’or que rechercheraient les militaires français. Des photographies de la mine d’or mauritanienne de Tasiast, exploitée de façon industrielle par une société canadienne, suggèrent que des soldats français s’approprient clandestinement l’or dans leurs casernes, avec l’aide parfois des Tchadiens8. D’autres rumeurs affirment également qu’au Niger, ce sont les « Blancs », anciens colons ou géologues se faisant passer pour des touristes, qui ont découvert les sites et auraient donné les coordonnées GPS à leurs guides et amis touaregs, notamment à d’anciens chefs de la rébellion des années 1990-1995 et 2007-2008, ces derniers ayant été parmi les premiers à exploiter l’or de Tchibarakaten. Au Tchad, le bref épisode d’ouverture au tourisme du Nord saharien entre 2012 et 2014, suite à l’arrivée de vols charters du Point Afrique, a coïncidé précisément avec les découvertes d’or. Les chefs de canton teda du Tibesti et bideyat de l’Ennedi surveillaient alors avec suspicion les groupes de touristes à la recherche de sites d’art rupestre ou de beaux panoramas, en leur interdisant parfois l’accès à certains massifs (observation personnelle, L. Gagnol, 2015).

Les ruées vers l’or, facteur d’insécurités ou d’opportunités ?

16À partir d’enquêtes menées sur les insécurités liées à l’orpaillage, nous analyserons d’abord le point de vue de l’État nigérien, qui recoupe en partie les intérêts géopolitiques des puissances extérieures (France, Union européenne, États-Unis) focalisées sur la menace djihadiste et la question migratoire, puis celui des orpailleurs. Nous verrons que tous les acteurs n’ont pas les mêmes représentations ni expériences de l’exploitation de l’or.

Les ruées pour l’État nigérien : entre stabilité et instabilité

17Pour l’État, les conséquences de l’orpaillage saharien sont plutôt positives, car il a concouru à stabiliser politiquement la région en offrant des opportunités de travail et de revenus à toute une population qui n’avait guère de perspectives auparavant. Dans un pays tel que le Mali, en se substituant à la migration vers le Maghreb, l’orpaillage a évité que des « retournés de Libye » ne soient tentés de reprendre les armes contre l’État. La découverte de l’or a aussi évité que des hommes soient attirés par les djihadistes qui recrutent le plus souvent auprès des jeunes et des chômeurs des villes, leur promettant ce que l’économie formelle et informelle ne peut leur offrir. Enfin, de nombreux trafiquants et passeurs sont devenus transporteurs en réaffectant leur véhicule à l’acheminement d’orpailleurs, à leur ravitaillement, ainsi qu’au transfert du minerai des sites vers les centres de traitement. Aussi, l’État a bien compris l’intérêt de la filière en revenant sur sa décision (2014) de fermer les sites de Djado, de Tchibarakaten et de Gofat. Un orpailleur interrogé à Niamey (novembre 2016) l’a exprimé ainsi : « Que feront alors les gens ? Piller ? Reprendre les armes ? L’État est coincé. » Le risque est réel de voir ceux qui profitent de la ruée vers l’or se retourner contre l’État, d’autant plus que de nombreux chefs des anciennes rébellions touarègues en tirent des bénéfices.

18Cette situation comporte cependant un certain nombre de menaces du point de vue de l’État. D’abord, la ruée vers l’or a pris dès le début une ampleur considérable et internationale. De nombreux orpailleurs expérimentés et organisés sont notamment venus du Tchad et du Soudan. Les Nigériens affirment que ce sont eux qui ont été les plus rapides sur les lieux et les plus productifs, et ont dénoncé cet état de fait aux autorités centrales. C’est pour des raisons de respect de l’intégrité territoriale, de sécurisation et de « nationalisation » de l’orpaillage que l’État a fermé le site de Djado et fait déguerpir les mineurs, notamment les étrangers. Beaucoup d’entre eux se sont reportés ailleurs, notamment sur les sites de l’Aïr. Ce changement de politique est probablement lié à des pressions géopolitiques : l’Union européenne (UE) et la France, assimilant les chercheurs d’or à des migrants en transit au Niger, craignent que ces derniers financent par ce biais la poursuite de leur voyage vers le Maghreb et l’Europe (ce que nos enquêtes ne montrent pas). L’or pourrait également entretenir le djihadisme ou de futures rébellions, à l’image du pétrole libyen ou du diamant centrafricain. Mais, là encore, nos interlocuteurs affirment qu’il n’y a aucune « infiltration » de ce genre et que l’or profite aux personnes qui travaillent pour leur propre compte ou celui d’un patron.

19Enfin, reste le vécu au quotidien du banditisme et du maintien de l’ordre. Beaucoup d’orpailleurs sont armés pour se protéger des coupeurs de route. L’appât du gain a évidemment suscité de nombreuses attaques d’orpailleurs, moins sur les sites que sur les pistes pour y accéder. Pour les éviter, ils s’en remettent aux deux sociétés de transfert d’argent installées au Djado (Binif et Al Hiza), à des gardes rémunérés et surtout, moyennant finance, empruntent les convois encadrés par les Forces armées nationales (FAN) depuis les sites jusqu’aux centres urbains (Agadez pour Djado, Arlit pour Tchibarakaten). Sur les sites, les vols et les rixes ne semblent pas fréquents malgré la présence d’une douzaine de nationalités parfois rivales, voire hostiles. Si, avec la circulation des armes, le niveau de violence a augmenté au début de la ruée, les attaques ont aujourd’hui diminué : des bandits sont devenus orpailleurs, dit-on, et n’ont plus besoin de risquer leur vie pour bien la gagner.

20Si l’armée nigérienne a contribué à rendre plus sûres les pistes, elle a augmenté les insécurités routières à travers des barrages où sont prélevées des taxes informelles (véritables rackets) auprès des orpailleurs qui portent sur la possession d’un véhicule ou d’un détecteur de métaux. La corruption est donc omniprésente dans la zone : autant, pour un fonctionnaire, y être affecté était autrefois ressenti comme une punition, autant une telle affectation est désormais perçue comme une opportunité d’enrichissement rapide. Il en est de même des autorités communales qui prélèvent des taxes, la plupart informelles, sur les puits d’extraction et les pistes. D’ailleurs des conflits entre communes sont apparus (leurs limites géographiques ne sont pas fixées précisément), certaines tentant de s’attribuer les sites pour y prélever des taxes (litiges entre Tabelot et Aderbissanat, Iferouane et Gougaram, etc.). Enfin, l’armée algérienne est un autre acteur important de la sécurité/insécurité : elle surveille de près sa frontière pour éviter toute incursion et exploitation clandestine de l’or sur son sol. En risquant leur vie, des orpailleurs de Tchibarakaten exploitent en effet de nuit les mines d’or abandonnées en Algérie. La réponse des militaires algériens est particulièrement violente : tirs sans sommation, arrestations extrajudiciaires, cas de tortures et d’incendies de mines sont signalés.

  • 9 Des forages privés ont été autorisés récemment dans la vallée du Tafassasset, non loin de Tchibarak (...)

21Aujourd’hui, la plupart du temps, les orpailleurs font des allers-retours entre chez eux et les sites, les conditions de vie et de travail étant trop difficiles pour y habiter en permanence. Quoiqu’étant présents de manière intermittente, ces milliers d’orpailleurs ont tout de même fini par créer des villes éphémères en plein désert, sans eau ni infrastructure. Les sites miniers ne sont pas devenus des agglomérations, mais de grands bidonvilles fonctionnels. La seule politique constante de l’État est de maintenir la précarité de cet habitat. De façon non officielle, l’armée est chargée d’interdire de forer des puits pour accéder à l’eau9, de construire en dur, de faire venir des femmes. L’unique intervention de l’État a été d’autoriser la création d’une antenne de téléphonie (Orange). Pour garantir la sécurité, il s’agit donc d’insécuriser les orpailleurs pour qu’ils demeurent dans une clandestinité tolérée.

L’orpaillage, un travail risqué

22Les ruées vers l’or ont généré des retombées économiques importantes au niveau régional : l’orpaillage étant une activité informelle, il est difficile d’évaluer le nombre de personnes qui s’y livrent, de même que leur gain. D’après plusieurs informateurs, ce serait une centaine de milliers de personnes qui seraient parties sur les sites. S’y ajoute une proportion importante d’emplois indirects à la fois dans les sites, dans les aires de traitement du minerai qui sont aussi des centres de ravitaillement (Agadez, Arlit et Tabelot) et dans les villages et les campements de l’Aïr d’où une partie des orpailleurs et surtout des propriétaires de mines sont originaires. Ces derniers réinvestissent leur profit dans de nouvelles exploitations aurifères (achat de matériel, de véhicules, etc.), la construction d’habitations, l’agriculture (achats de motopompes, exploitation de jardins potagers), l’élevage, le transport (achats de motos, voitures 4×4 et camions) ainsi que dans le commerce. Dans ce contexte, les villes d’Arlit et d’Agadez connaissent un regain de dynamisme. Quant au village de Tabelot situé au cœur du massif de l’Aïr, il est devenu en quelques mois un centre urbain sous l’effet du boom minier (marché permanent, installation de population étrangère, investissements fonciers, abandon du jardinage, etc.).

23Du point de vue social, on a assisté à une amélioration des conditions de vie pour une partie de la population : si certains jeunes ont réalisé des dépenses ostentatoires grâce à l’or, d’autres ont pu aider leur famille et fonder un foyer, ce qui leur était auparavant difficile. Dans tous les esprits, le caractère aléatoire de l’orpaillage est présent : « L’or, c’est une économie de rêve, une loterie où tu peux gagner beaucoup, alors tu tentes ta chance, mais cela ne marche pas toujours. C’est alors déshonorant de rentrer au pays sans rien », explique un orpailleur rencontré à Niamey (novembre 2016), dont le point de vue s’apparente à ceux des migrants qui reviennent bredouilles au village.

24En plus des taxes informelles et du banditisme, les orpailleurs doivent faire face à une insécurité marchande : ils commercialisent leur or tantôt sur les sites pour faire face à leurs dépenses courantes, tantôt dans le centre artisanal d’Agadez, voire à Niamey, afin d’accroître leurs gains, mais avec le risque de se faire dévaliser en route. Ils sont fréquemment lésés par les commerçants, dont les outils de pesage ne sont pas toujours exacts et qui peuvent profiter d’un besoin impératif d’argent ou de crédit. Certains orpailleurs arrivent sans argent et s’endettent même pour venir. Ils ne peuvent que proposer leur force de travail et se mettent au service d’un patron. Ce dernier prend intégralement en charge ses employés (eau, nourriture, soins éventuels) et met à leur disposition le matériel de travail et la parcelle à exploiter. Après avoir extrait la roche, l’avoir concassée puis acheminée pour être traitée chimiquement, l’or (ou son prix en liquidités) est partagé à parts égales entre les employés et leur patron. Ces derniers et les commerçants sont ainsi les principaux bénéficiaires de la filière. À mesure que l’exploitation s’intensifie, les revenus tirés de l’orpaillage diminuent progressivement pour ceux qui ne peuvent pas acquérir les outils performants et forer profondément. L’exploitation se mécanise et requiert des moyens financiers importants. Seuls les patrons peuvent alors investir en organisant collectivement l’orpaillage, ce qui renforce les inégalités et fait disparaître ce qui expliquait la fièvre du début des ruées : le pactole à portée de tout un chacun. Les orpailleurs sont également confrontés à des insécurités d’ordre sanitaire dans ce qui s’apparente à un travail de forçat (cf. photo 3, p. 7 cahier hors-texte).

  • 10 Certains meurent de froid, de déshydratation et d’insolation.

25La recherche d’or donne lieu à de nombreux accidents dus à des chutes et à des effondrements de puits ainsi qu’à la mauvaise manipulation des outils ou des produits dangereux (explosifs) ou toxiques (acide sulfurique, détergents, mercure, cyanure). À cela s’ajoute le développement de maladies (tuberculose, bronchites, etc.) et d’épidémies (typhoïde, choléra, méningite, etc.) en raison du manque d’eau et d’hygiène, de la rigueur du climat10 et de l’absence de protection contre les poussières dégagées par les machines. L’absorption abusive d’un médicament de contrebande (le Tramadol, opioïde de synthèse) aggrave les conditions sanitaires des mineurs d’autant plus que les soins médicaux sont limités sur les sites et les évacuations vers les hôpitaux sont longues et coûteuses.

26L’orpaillage crée enfin des insécurités environnementales en raison de l’afflux de populations dans un milieu désertique fragile sans gestion des déchets ni des eaux usées (absence de sanitaires, amoncellement de détritus), mais aussi de méthodes d’exploitation et de traitement qui s’industrialisent. Le traitement du minerai s’effectue dans des terrains éloignés des agglomérations mis à disposition des orpailleurs par les municipalités. Il entraîne une pollution en raison de l’utilisation de produits chimiques et une augmentation des poussières due à la constitution de terrils. L’eau du sous-sol y est contaminée par l’usage de produits toxiques. Les terrains décapés par la prospection dégradent le couvert végétal et les faibles ressources pastorales (la demande accrue en charbon de bois accélère la déforestation). Le braconnage des animaux sauvages, notamment des gazelles dorcas, s’est par ailleurs intensifié.

Conclusion

27Les effets de cette ruée vers l’or sont donc ambivalents. Du point de vue sanitaire et environnemental, ses conséquences sont négatives, sous-estimées et durables. Du point de vue socioéconomique et politique, ses retombées immédiates semblent globalement positives, à l’échelle régionale et même saharienne. Pour autant, ces ruées, contrairement à celles qui se produisent plus au sud, n’impliquent pas la création d’une communauté minière et un ancrage local avec installation et brassage avec la population locale (Grätz, 2004). Si, aujourd’hui, la prospection continue, en s’intensifiant et en s’étendant à tout le Sahara, ce front pionnier saharien de l’orpaillage va sans doute finir par s’épuiser, faute de ressources aurifères accessibles de façon artisanale ou semi-industrielle, et, surtout, en raison des expulsions et des fermetures de sites informels liées à la légalisation de l’exploitation et à la vente de permis à des sociétés minières. Que deviendra cette population flottante, souvent jeune et qui a connu l’argent facile ? Cette question de l’équilibre à rechercher entre l’orpaillage artisanal fournisseur d’emplois et l’orpaillage industriel pourvoyeur de devises, de même que celle, qui lui est liée, des enjeux sécuritaires sont au cœur de la position ambiguë et changeante des autorités. L’État nigérien a en effet été dépassé, puis hésitant. Après avoir décidé de fermer les sites au cours du dernier trimestre de l’année 2014, il est revenu sur sa décision craignant des mouvements de protestations d’ampleur des orpailleurs. Il a finalement compris tout l’intérêt de l’or pour la stabilité politique et religieuse du pays et s’est alors efforcé d’accompagner a minima l’orpaillage, tout en tentant d’en tirer quelques revenus, quelques taxes et de la corruption. À présent, il a fermé momentanément le site du Djado pour l’organiser du point de vue sanitaire, sécuritaire, hydraulique et mieux contrôler l’activité. Il n’entend pas interdire l’orpaillage à Tchibarakaten, ni dans l’Aïr, car il occupe nombre de personnes dans une région sans opportunités de travail et hautement instable.

Bibliographie

Ayimpam S., Bouju J., 2015
Objets tabous, sujets sensibles, lieux dangereux. Les terrains difficiles aujourd’hui. Civilisations, 64 (1) : 11-20.

Berghezan G., 2016
Militaires occidentaux au Niger : présence contestée, utilité à démontrer. Bruxelles, GRIP [en ligne].

Berque A., 2000
Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains. Paris, Belin, 271 p.

Bonhomme J., 2009
Les Voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine. Paris, Le Seuil, 192 p.

Chevrillon-Guibert R., 2016
Le Boom de l’or au Soudan. International Development Policy, 7.1 [en ligne].

Chevrillon-Guibert R., Gagnol L., Magrin G., 2019
Les ruées vers l’or au Sahara et au nord du Sahel. Ferment de crise ou stabilisateur ? Hérodote, 172 : 193-215.

Gagnol L., 2017
« Les frontières nomades : de la ligne à la trace ». In Moullé F. (dir.), Frontières, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux : 181-201.

Gagnol L., Magrin G., Chevrillon-Guibert R., 2019
Chami, ville nouvelle et ville de l’or. Une trajectoire urbaine insolite en Mauritanie. L’Espace Politique, 38 [En ligne].

Grätz T., 2004
Les frontières de l’orpaillage en Afrique occidentale. Autrepart, 30 (2) : 135-150.

Grégoire E., 2018
Frontières étatiques, frontières mobiles et rentes frontalières dans l’espace saharo-sahélien. L’Information géographique, 82 : 82-98.

Grégoire E. (dir.), 2019
Géopolitique du Sahara et du Sahel, Hérodote, 172.

Grégoire E., Gagnol L., 2017
Ruées vers l’or au Sahara : l’orpaillage dans le désert du Ténéré et le massif de l’Aïr (Niger). EchoGéo [en ligne].

Magrin G., 2017
Image à la une : orpaillage illégal au Fitri (Tchad central). Géoconfluences [en ligne].

Mugelé R., 2016
Rapport de mission, lac Fitri, février 2016. Grands écosystèmes lacustres tchadiens, non publié, 12 p.

Pellerin M., 2017
Beyond the « Wild West »: The Gold Rush in Northern Niger, Small Arms Survey. Briefing Paper, juin, 16 p.

Saifa, 2015
Étude sur les opportunités en matière de main-d’œuvre, de fournitures de biens et de services et d’activités génératrices de revenus liés aux activités extractives dans les régions d’Agadez, Diffa Tahoua, Tillabéry et Zinder. Usaid, PDEV II, 74 p.

Notes

1 La première version du manuscrit a été soumise en décembre 2017. Certains éléments de l’analyse ont pu évoluer à la date de publication, en 2020.

2 Le maire de Djado a estimé à 13 042 le nombre d’orpailleurs en mai 2014, et entre 25 000 et 30 000 le nombre de personnes installées près des mines un mois plus tard (ces chiffres sont sans doute sous‑estimés tant le recensement est difficile dans une zone aussi vaste et isolée). Une mission diligentée par l’Agence des États‑Unis pour le développement international (Usaid) a évalué le nombre d’orpailleurs en septembre 2015 entre 20 000 et 30 000 (Saifa, 2015), dont beaucoup d’étrangers.

3 Certains demeurent sur place avec la complicité des militaires ou en étant hors de portée des patrouilles des « corps habillés ».

4 C’est-à-dire qu’il est formellement déconseillé de s’y rendre.

5 Celui-ci s’est rendu de façon régulière sur les sites d’extraction pour y mener des enquêtes préparées collectivement.

6 Les femmes sont interdites d’accès aux sites miniers sahariens. Il s’agit d’une politique délibérée (mais non explicite) des autorités nationales et locales, dont le but est d’éviter la prostitution et l’ancrage de villes minières.

7 Le sous-sol saharien renferme d’importantes richesses naturelles (hydrocarbures, uranium, fer, phosphate, aquifères, etc.). Contrairement à l’or, ces ressources ne sont pas accessibles directement et nécessitent des techniques sophistiquées et coûteuses pour les exploiter. Dans l’imaginaire de la ruée vers l’or, il suffit de se baisser pour tomber sur le pactole ou, du moins, observer attentivement le sol pour découvrir un filon.

8 Des militaires tchadiens et soudanais sont suspectés de prospecter au Sahara.

9 Des forages privés ont été autorisés récemment dans la vallée du Tafassasset, non loin de Tchibarakaten.

10 Certains meurent de froid, de déshydratation et d’insolation.

© IRD Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search