Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Partie 2 – Ressources et insécurités, des influences réciproques

Chapitre 11. Peut-on encore être éleveur en République centrafricaine ?

Éléments de réponse dans la région de Batangafo (Ouham)

Lise Archambaud, Ibrahim Tidjani et Benoît Lallau

Résumé

Ce chapitre documente la situation des populations pastorales en Ouham, au nord-ouest du pays, en 2016. Au travers d’une grille de lecture fondée sur la résilience, il décrit les évolutions des systèmes pastoraux et les trajectoires des ménages face à la crise politico-militaire centrafricaine.

Texte intégral

Introduction

  • 1 D’autres orthographies existent : zargina, zarguinas, jargina.

1Depuis la crise sécuritaire de 2003 et notamment le développement du phénomène des coupeurs de route (appelés localement zaraguinas1), les moyens d’existence des populations pastorales en République centrafricaine (RCA) se sont considérablement affaiblis. Mais c’est à partir de 2013 que le pays a connu un niveau de violences sans précédent. Cette crise a entraîné un déplacement interne de certains pasteurs et la fuite d’autres éleveurs vers les pays voisins (notamment vers le Tchad et le Cameroun) (International Crisis Group, 2014 ; CRS, 2015). Du fait des exactions chroniques, certains des éleveurs restés sur le territoire ne peuvent plus pratiquer cette activité, ayant perdu la totalité de leur bétail. L’ampleur du choc vécu par les populations pastorales, la difficile préservation du bétail face à des groupes armés prédateurs, la forte paupérisation et la reconversion de nombreux éleveurs amènent à se poser la question suivante : cette crise sécuritaire n’est-elle pas la crise de trop ? Autrement dit, peut-on encore être éleveur aujourd’hui en République centrafricaine ? Pour apporter quelques éléments de réponse à cette vaste question, nous nous fondons principalement sur les enseignements tirés d’une étude commanditée par Action contre la faim (ACF), menée en mai et juin 2016 dans la région de Batangafo (préfecture de l’Ouham), au nord-ouest du pays (Archambaud et Tidjani, 2016). L’enjeu de ce chapitre est donc double. Un enjeu de connaissance, d’abord : nous documenterons les situations hétérogènes des éleveurs, méconnues du fait de leur inaccessibilité actuelle (mobilité, discrétion lors des déplacements). Un enjeu d’analyse, ensuite : nous proposerons une grille de lecture de la situation des éleveurs en termes de résilience et de soutenabilité. Nous présentons en premier lieu les systèmes pastoraux existant dans l’Ouham. Puis nous abordons nos choix conceptuels et méthodologiques. Sur ces deux bases, nous tentons de reconstituer les trajectoires des systèmes pastoraux. Et enfin nous construisons une typologie des ménages rencontrés, dans une visée prospective.

Les systèmes pastoraux de l’Ouham

Quelques éléments d’histoire

  • 2 Cette dernière estimation est peu fiable.
  • 3 Cette appellation ne désigne ni une fraction ethnique ni un système d’activités, mais fait allusion (...)

2L’histoire de l’élevage bovin en Oubangui-Chari (puis RCA) débute par l’arrivée des premiers groupes d’éleveurs peuls. Leurs zones de départ, du début des années 1920 jusque dans les années 1970, sont localisées au Nigeria (Chauvin et Seignobos, 2013). Estimé à près de 150 000 têtes en 1933 et 200 000 en 1937 (Boutrais, 1985), le cheptel bovin centrafricain aurait atteint 3 776 000 têtes en 2011 selon les estimations de la Food and Agriculture Organization (FAO)2. En RCA, l’élevage bovin reste dominé par les éleveurs peuls répartis avant la crise sur l’ensemble du territoire. Le positionnement de la préfecture de l’Ouham – à la frontière avec le Tchad – lui confère une histoire tout à fait spécifique en termes de migrations d’éleveurs. En effet, par le passé, cette zone était considérée comme une simple porte d’entrée et de passage pour les transhumants transfrontaliers, et non comme une zone d’attache. Mais la sécheresse de 1972-1973, celle de 1983-1984, puis une épizootie de peste bovine, ont poussé une partie de ces éleveurs d’origine tchadienne vers le sud. Ils se sont alors avancés par paliers, convertissant les zones de pâturage de saison sèche en territoire d’attache durant la saison des pluies (Chauvin et Seignobos, 2013). Ainsi les éleveurs se sont-ils installés plus tardivement en Ouham. Les Peuls – majoritaires – commencent à s’installer à la fin des années 1990, tandis que les Arabes sont venus par la suite. De nouvelles vagues d’arrivée de transhumants transfrontaliers sont à signaler depuis quelques années, transhumants appelés couramment Mbararas3. Au moment de notre passage, les pasteurs étaient fortement implantés en Ouham. Cette concentration pastorale s’expliquait d’une part par la fermeture depuis 2014 de la frontière tchadienne, limitant les mouvements de transhumance, d’autre part par les cycles de violences qui affectent les régions de l’Ouest et du Centre, provoquant des décapitalisations brusques pour tous les éleveurs s’aventurant en dehors du territoire contrôlé par la Séléka. Mais, même dans cette zone jugée plus sûre, les pasteurs sont soumis à un racket important. Ils doivent, de plus, faire face à des baisses de revenus du fait des perturbations rencontrées par la filière bovine et de l’impossibilité de rejoindre les marchés les plus rémunérateurs.

Le système pastoral comme entrée analytique

  • 4 Pour les premiers, il s’agit d’agriculteurs qui, généralement dans le cadre de la culture attelée, (...)

3Landais (1994) définit le système d’élevage comme un ensemble d’éléments en interaction dynamique organisés par l’homme pour exploiter des ressources naturelles, en vue de valoriser ces ressources par l’intermédiaire du bétail. Le système pastoral est donc une construction socioterritoriale : une superposition de territoires où s’organise la vie socioéconomique et culturelle d’une communauté, dont les moyens d’existence sont essentiellement fondés sur la valorisation des ressources animales en fonction des potentialités et des contraintes de leur milieu. Cette définition permet de restreindre notre analyse, en excluant de fait les agro-éleveurs, et les commerçants éleveurs4. Le système pastoral se fonde sur le campement : il prend en compte l’organisation sociale traditionnelle des pasteurs (allégeance à une même autorité), le partage des ressources et surtout la gestion commune de la mobilité. Cette dernière est l’une des caractéristiques principales du campement d’élevage. La mobilité est au cœur du mode de vie et d’activité des populations non sédentaires, dans lequel la recherche de pâturage et le déplacement des animaux fondent le déplacement des hommes. C’est une stratégie économique essentielle en ce sens que le déplacement des troupeaux en période sèche assure la survie du bétail, facilitant aussi l’accès aux marchés pour la vente des produits d’élevage. Les éleveurs peuls de Centrafrique sont régis par une organisation sociale lignagère. Au premier niveau hiérarchique, celui du campement, se trouvent les ardo (chef pastoral en langue peule), à la fois leaders de migration et représentants du groupe vis-à-vis de l’extérieur. Ils sont sans pouvoir coercitif et leur autorité repose sur l’adhésion volontaire des autres éleveurs (Ankogui-Mpoko et Betabelet, 2015). Les prises de décision concernant la mobilité du campement sont donc issues d’une négociation collective, mais la décision finale est généralement le fait de l’ardo. Toutefois, la succession des chocs a poussé certains éleveurs à remettre en cause les décisions de leur ardo, en choisissant une gestion de la mobilité différente. Ils ont alors rejoint un autre campement ou fondé un nouveau campement.

Quatre modes de gestion de la mobilité

4Les différentes formes de mobilité sont en particulier déterminées par les distances de parcours et le retour ou non aux terroirs d’attache. Quatre cas sont distingués en Ouham : les systèmes pastoraux sédentaires, les semi-transhumants, les transhumants internes et les transhumants transfrontaliers.

5Les systèmes sédentaires se caractérisent par la présence de l’ensemble de la famille toute l’année, au niveau d’une zone d’attache fixe. Les déplacements du bétail sont donc de courte distance et réalisés par les jeunes hommes. Ces déplacements limités donnent la possibilité d’avoir un engagement agricole important. Cette gestion de la mobilité est majoritairement illustrée, en Ouham, par des éleveurs arabes implantés autour de Kabo.

6À l’instar des sédentaires, les systèmes pastoraux semi-transhumants comportent également des zones d’attache fixes. Ils s’en distinguent par les déplacements effectués en période sèche, en procédant au fractionnement du troupeau et de la famille. La majorité des hommes partent en transhumance avec une grande partie du bétail, à la recherche des ressources pastorales, laissant derrière eux l’autre partie de la famille dite résidente (femmes, enfants et quelques hommes) et quelques vaches en lactation. La partie résidente de la famille est très engagée dans l’agriculture, afin de limiter le déstockage du bétail. La partie transhumante rejoint le campement fixe dès le début des pluies. La présence d’un campement fixe permet de développer des relations étroites avec les agriculteurs, et de faciliter les transactions au sein des villages pour les autres éleveurs (transhumants).

7Les éleveurs transhumants internes se différencient des semi-transhumants par les déplacements, qui s’effectuent avec toute la famille et l’ensemble du cheptel. Si la plupart considèrent la zone où ils se sont implantés durant la dernière saison des pluies comme leur zone d’attache, le retour vers cette zone à la fin de la saison sèche n’est pas systématique. Leur mobilité ne leur permet pas de s’engager dans l’agriculture. Ils développent des relations avec les autres éleveurs (partage des campements, convoyage pour la transhumance, transactions via les semi-transhumants internes pour les approvisionnements, etc.). Ils ont su développer des relations très fortes avec les commerçants éleveurs, avec des échanges de services.

8Enfin, les transhumants transfrontaliers sont des éleveurs étrangers (tchadiens, dans l’Ouham), qui effectuent des mouvements de grande amplitude entre les deux pays, afin d’accéder aux ressources pastorales centrafricaines durant la saison sèche. Dans cette catégorie, nous distinguons les éleveurs propriétaires, des bergers engagés par des propriétaires tchadiens, à qui l’on a confié du bétail. Les éleveurs propriétaires se déplacent dans le cadre de mouvements pendulaires saisonniers avec une partie de leur famille. L’autre partie (les femmes, les enfants, les anciens) reste dans la zone d’attache au Tchad, où se pratiquent des activités agricoles.

Analyser les systèmes pastoraux : concepts et méthodes

9Le terme d’éleveur recouvre donc de nombreuses réalités en RCA et en Ouham. Face à la crise sécuritaire, ces éleveurs ont modifié leurs pratiques et leur mobilité, provoquant une recomposition et une fragmentation du monde pastoral. C’est alors la résilience des ménages pastoraux que nous interrogeons.

L’entrée de la résilience

10Cette notion est ici définie comme une capacité à faire face à l’adversité. Nous la mobilisons à l’échelle du ménage pastoral, que nous délimitons par le chef de famille qui détient le gros du troupeau et les personnes qu’il a à charge (femmes, enfants, frères cadets principalement, éventuellement enfants confiés). Ici, faire face signifie maintenir des conditions de vie dignes, et disposer des moyens d’existence requis pour ses besoins économiques et sociaux, aujourd’hui et dans l’avenir, sans que cela soit remis en cause au moindre choc. Une faible résilience se traduit le plus souvent par le primat des pratiques défensives, visant à sauvegarder ce qui peut l’être, alors qu’une forte résilience permet l’adaptation des pratiques productives et des modes d’accumulation (Lallau et Mbétid-Bessane, 2010). La résilience doit de ce fait être appréhendée comme un processus, la trajectoire qui permet de passer d’une situation à une autre après un ou plusieurs chocs, sans hypothéquer l’avenir. Raisonner en termes de trajectoire pose la question des discontinuités, des seuils en deçà ou au-delà desquels ces processus changeraient de nature. Nous envisageons deux seuils, un seuil de résilience et un seuil de déchéance, comme proposé par Lallau et Droy (2014). Le seuil de resilience correspond à la situation à partir de laquelle le ménage peut initier une dynamique autonome d’amélioration de ses conditions d’existence, tandis que le seuil de déchéance représente une situation de dégradation irréversible des moyens d’existence. Entre les deux, le ménage connaît une situation de résistance, caractérisée par des pratiques majoritairement défensives.

11Pour opérationnaliser ces réflexions, nous proposons une approche de la viabilité économique et de la soutenabilité sociale à l’échelle des ménages, qui forment les deux piliers d’une situation de résilience dite « souhaitable » (Cantoni et Lallau, 2010). Les systèmes d’activités mis en place par les ménages doivent leur permettre de répondre à leurs besoins de façon satisfaisante, actuellement mais aussi dans l’avenir. C’est ce que nous nommons la viabilité économique, qui fait référence non seulement aux conditions de vie présentes, mais aussi à l’ensemble des facteurs influençant la reproduction des activités, la protection des moyens d’existence pour le futur, et donc le maintien de ces conditions de vie dans l’avenir. Par ailleurs, nous parlons de soutenabilité sociale lorsque les pratiques d’un ménage ne portent pas atteinte à la viabilité économique d’un ou plusieurs autres, et à la cohésion de la société pastorale (Ballet et al., 2011). Elle est particulièrement importante à considérer dans l’Ouham, où semblent s’être multipliés (et perdurer) les comportements de prédations, l’accaparement des ressources et l’usage de l’influence politique de certains acteurs au détriment d’autres, qui peuvent induire une fracture du tissu social dans certains cas.

La construction d’une typologie des trajectoires

12Au cœur de ce cadre d’analyse, nous plaçons donc l’étude des trajectoires des ménages pastoraux, et donc celle des transformations induites par les risques et les chocs (Bonnet et Guibert, 2014). L’instabilité politique, le délitement des politiques d’appui, les coupeurs de route, les prises d’otage au sein des campements ont impacté les pratiques des éleveurs dès les années 1990. Plus récemment sont venues s’ajouter de nouvelles formes d’insécurités : hostilité des agriculteurs, attaques et vols de bétail, racket par les groupes armés, verrouillage des marchés par les intermédiaires, etc. Face à l’ampleur de ces insécurités, on relève une importance croissante des pratiques de mobilité pastorale et de l’individualisation des stratégies. La caractérisation des trajectoires passe donc par le croisement de la situation du ménage en termes de viabilité économique et de soutenabilité sociale, et de la mise en perspective de cette situation dans le temps (amélioration, stagnation ou dégradation). De cette façon, cinq types de trajectoires peuvent être mis en évidence (tabl. 1).

Tableau 1 – Caractérisation des différentes trajectoires des ménages pastoraux.

Tableau 1 – Caractérisation des différentes trajectoires des ménages pastoraux.

13Les trajectoires de rebond regroupent les processus qui sont à la fois viables économiquement et dont les pratiques sont socialement soutenables. Le rebond est caractérisé par une amélioration sensible de la situation du ménage. Les trajectoires d’individualisme nuisible sont caractérisées par la viabilité économique du système d’activités, mais aussi par des pratiques non soutenables socialement. La situation économique se maintient, voire s’améliore, mais l’intégration sociale est hypothéquée. Les trajectoires de rebond potentiel sont assimilées à des processus ne permettant pas un niveau de viabilité économique suffisant (pour l’instant du moins), mais avec des pratiques soutenables socialement. On parle de rebond potentiel car l’incertitude est encore entière à ce stade, un choc pouvant venir bouleverser la situation du ménage. Les trajectoires de rupture sociale ne présentent pas non plus un niveau de viabilité économique suffisant, par ailleurs les pratiques mises en place ne sont pas soutenables socialement. On parle alors de statu quo économique (les activités, même nuisibles apportent un minimum de revenus, insuffisant toutefois pour capitaliser et améliorer ses conditions de vie), tandis que l’intégration sociale se dégrade. Les trajectoires de déclin sont caractérisées par une absence totale de viabilité économique. Cela fait écho à la notion de destitution, mobilisée au sein de l’approche des livelihoods (moyens de subsistance) (Devereux, 2003). À ce stade, le ménage « n’a plus rien » mais aussi « n’est plus rien » au sein de sa communauté. Il n’est alors plus pertinent de parler de soutenabilité des pratiques, puisque le ménage est dans une situation si difficile qu’il n’est même plus en état de nuire.

14La catégorisation des ménages pastoraux selon leur trajectoire permet de mettre en évidence l’hétérogénéité des situations et donc la nécessité de différencier les interventions humanitaires pour répondre aux besoins de ces populations.

Le système de production de données

15La méthodologie s’est principalement appuyée sur deux types d’entretiens semi-directifs, menés dans chaque campement visité : auprès du responsable de campement et auprès d’autres chefs de ménage (tabl. 2).

Tableau 2 – Les sujets abordés durant les entretiens.

Tableau 2 – Les sujets abordés durant les entretiens.
  • 5 Les systèmes pastoraux transhumants transfrontaliers n’ont été que très peu rencontrés lors de l’ét (...)

16La production d’informations en Ouham a été réalisée dans la sous-préfecture de Batangafo, sur les axes traversant les localités d’Ouandago, Kabo, Kambakota et Ouogo. Un échantillon raisonné a été constitué, incluant la plus grande diversité de population possible sur le plan des pratiques d’élevage. Au total, ce sont huit campements qui ont été visités. Le choix s’est opéré selon la volonté de l’ardo de nous recevoir, la fraction ethnique des éleveurs, la taille du campement, et la distance par rapport à Batangafo. De même, la sélection des ménages s’est faite de façon raisonnée, en fonction du lien avec l’ardo, de leur niveau de vie apparent et de leur disponibilité. Ainsi, outre nos observations directes, c’est sur 10 entretiens avec des ardo et 32 entretiens avec des chefs de ménage que nous fondons notre analyse5.

La reconstitution des trajectoires des systèmes pastoraux

17Face aux différentes insécurités, les populations pastorales ont été contraintes de changer tout ou partie de leurs pratiques. Certains éleveurs ont perdu leur bétail et doivent donc se reconvertir dans une autre activité, tandis que d’autres ont quitté le territoire centrafricain pour tenter de préserver leur vie et leur cheptel. Mais il existe également des éleveurs qui résistent tant bien que mal aux insécurités en ayant encore un cheptel tout en restant en RCA. Ce sont ces éleveurs que nous avons principalement rencontrés et interrogés. À partir des différentes formes de mobilité qui existaient avant la crise, nous avons reconstitué les évolutions des quatre systèmes pastoraux identifiés. La figure 1 synthétise ces différentes évolutions.

L’évolution des systèmes pastoraux transhumants transfrontaliers

18Jusqu’au début des années 1980, les passages des ménages pastoraux étrangers pour accéder aux points d’eau et aux pâturages représentaient les seules présences d’éleveurs en Ouham. Certains éleveurs ont maintenu ce système de transhumance transfrontalière, circulant chaque année entre le Tchad et la Centrafrique. La plupart d’entre eux n’ont pas (ou très peu) changé leurs pratiques suite aux événements de 2013. Toutefois, après avoir passé en force la frontière (en 2015 le plus souvent), certains de ces éleveurs – moins bien positionnés dans les rapports de force au Tchad en termes d’accès aux ressources pastorales – ont finalement pris la décision de rester sur le territoire centrafricain. Ils s’apparentent alors, peut-être seulement temporairement, à des éleveurs transhumants internes. Leur cheptel important, ainsi que leur armement leur permettent d’être en position de force face aux ex-Séléka. Ils ne sont pas réellement soumis au racket, mais s’acquittent plutôt, de manière relativement volontaire, d’une contribution à « l’effort de guerre ».

L’évolution des systèmes pastoraux transhumants internes

19C’est au début des années 1980 qu’émergent des systèmes transhumants internes. Les éleveurs choisissent alors les alentours d’Ouin, Bessé, et Kambakota comme zones d’attaches pour la saison des pluies. Ils partent plus au sud, vers Bossangoa et Bouca notamment, lors de la saison sèche. Le début de la décennie suivante, avec la multiplication des violences, contraint certains éleveurs fragilisés à opter pour une zone d’attache fixe, mais les autres maintiennent leur système en transhumance interne, lorsqu’ils ont suffisamment de bétail pour faire face aux risques de cette période. Depuis 2013, la majorité des éleveurs transhumants internes ont maintenu leur système, en modifiant leurs parcours et les pratiques de transhumance (changement des itinéraires, contournement des zones jugées à risque, approvisionnements moins fréquents, passage plus éloigné des villages et des axes) et en augmentant leur mobilité (stationnements limités à deux jours maximum). Certains transhumants internes ont dû fuir dans les pays voisins (Tchad et Cameroun) suite aux attaques des anti-balaka. Il y a alors généralement éclatement du campement, avec des éleveurs qui préfèrent passer la frontière pour pouvoir cultiver et protéger leur famille (ils deviennent transhumants transfrontaliers) et ceux qui choisissent de contourner l’Ouham et de se joindre à d’autres campements pour renforcer la sécurité, ou encore de rester dans les zones auxquelles ils sont habitués. Pour ces derniers, leurs relations avec des commerçants-éleveurs leur permettent d’être sensiblement moins soumis aux rackets des ex-Séléka que d’autres (en fonction de leur fraction ethnique, et de leur réseau à Batangafo).

L’évolution des systèmes pastoraux semi‑transhumants

20L’instabilité politique, les phénomènes de coupeurs de route, les prises d’otage au sein des campements contre rançon sous forme de bétail ont exigé des réponses appropriées dès les années 1990. Les ménages pastoraux les plus en difficulté ont alors limité leurs déplacements et se sont rapprochés des villes et villages. Ils se sont engagés dans l’agriculture pour favoriser la recapitalisation en bétail. Les éleveurs rencontrés qui étaient semi-transhumants avant la crise de 2013 étaient auparavant implantés dans les sous-préfectures de Bossangoa ou de Bouca. Ces zones étant maintenant sous contrôle des anti-balaka, ils ont généralement fui, puis maintenu un niveau de mobilité relativement élevé (par rapport à leur système pastoral avant 2013), pour des raisons de sécurité. Dans les zones contrôlées par les ex-Séléka, ils sont très fréquemment soumis au racket, car facilement repérables et moins mobiles que les autres. En abandonnant leurs campements fixes, ils ont arrêté leurs activités agricoles, provoquant une fragilisation de leurs systèmes d’activités.

L’évolution des systèmes pastoraux sédentaires

21Dans les autres parties du pays, le processus de sédentarisation progressif qui a conduit certains éleveurs étrangers à s’implanter en Centrafrique a été facilité par la création de communes d’élevage. En Ouham, la sédentarisation s’est faite non seulement plus tard, mais aussi de façon marginale, en raison de l’absence de telles communes d’élevage. Seuls quelques éleveurs autour de Kabo pouvaient être considérés comme sédentaires avant la crise. Parmi eux, de nombreux éleveurs touchés par les exactions ont été contraints de sortir du pastoralisme. Par ailleurs, la crise sécuritaire a provoqué les replis et la concentration de nombreux éleveurs, anciennement transhumants ou semi-transhumants, autour de Batangafo et de Kabo, dans un rayon de 50 km environ. Ces ménages pastoraux, qui ne veulent pas prendre le risque de reprendre les parcours de transhumance, et qui doivent rester à proximité des zones agricoles pour s’approvisionner, s’accommodent contre leur gré de cette forme de sédentarisation imposée, qu’ils souhaitent temporaire.

22En synthèse donc, les différents modes de mobilité rencontrés en Ouham s’expliquent en partie au travers des événements historiques et du positionnement dans les rapports de force locaux des différents groupes pastoraux. Le processus de sédentarisation des éleveurs a constitué une réponse aux pertes de bétail répétées, ainsi qu’aux difficultés d’accès aux ressources pastorales. Or, si lors de la crise récente la plupart des systèmes pastoraux ont subi des décapitalisations, les plus touchés ont généralement été les systèmes les moins mobiles. Pour se protéger, certains éleveurs ont alors choisi d’augmenter leur mobilité (semi-transhumants internes qui deviennent transhumants internes), d’autres au contraire de la diminuer (transhumants transfrontaliers qui deviennent transhumants internes), ce qui explique la concentration importante de systèmes transhumants internes en Ouham en 2016. Il s’agit là de pratiques probablement temporaires, car les éleveurs les plus fragilisés sont dans la nécessité d’obtenir des revenus complémentaires pour maintenir l’activité d’élevage, tout en subvenant à leurs besoins, et donc de s’engager ou se réengager dans l’agriculture. C’est ce que nous mettons en évidence à l’échelle des ménages pastoraux.

Une typologie des trajectoires des ménages pastoraux

23Afin de répondre plus précisément à notre question de départ, nous caractérisons les situations des ménages rencontrés et leurs pratiques en termes de viabilité économique et de soutenabilité sociale. Nous retrouvons les cinq situations archétypiques présentées plus haut : rebond, individualisme nuisible, rebond potentiel, déclin, et, dans une moindre mesure, rupture sociale.

Les ménages en situation de rebond

24Les ménages pastoraux en situation de rebond sont ceux qui ont su maintenir un élevage de taille conséquente, généralement en lien avec un niveau élevé de mobilité (encadré 1). Avec une race bovine prisée (Acajou, qui se vend plus cher) et des effectifs assez importants de bétail, ils parviennent à couvrir aisément leurs besoins. Parfois, ils ont initié l’élevage d’ovins, qui sert à couvrir les besoins de la famille, les dépenses imprévues, les besoins d’autres éleveurs qui viennent demander de l’aide. Eux-mêmes n’ont recours qu’exceptionnellement aux autres, lorsqu’une vente du bétail prend du retard. Dans ce cas, il leur arrive d’acheter à crédit des biens de consommation auprès des commerçants, qu’ils remboursent sans intérêt dès que la vente du bétail est conclue. Dans les rapports de force, ils bénéficient d’une position relativement élevée, grâce à leur proximité avec des fractions ex-Séléka, et pour certains leur armement. Leur système de valeur est assez rigide : ils sont attachés à la race Acajou de leur bétail, et perçoivent la commercialisation des produits d’élevage tels que le lait ou le beurre comme une régression sociale. En respectant ces valeurs, ils n’ont que très peu de marge de manœuvre pour faire évoluer leur système d’activités et s’en tiennent à leur idéal de système en élevage pur. Leurs conditions de vie sont austères, comme c’est généralement le cas chez les éleveurs, mais ils assurent sans difficulté la couverture de leurs besoins essentiels. Leurs aspirations concernent la santé de leur bétail principalement, ainsi que l’accès aux ressources pastorales et à la sécurité.

Encadré 1 – Illustration de la trajectoire d’un ménage pastoral en situation de rebond

Témoignage de type « récit de vie », recueilli auprès de G. Maoundé, le 10 juin 2016 à Batangafo (Centrafrique) : « Originaire de Moïssala, au Tchad, je venais en transhumance en Centrafrique pour compenser le manque de pâturage et de points d’eau engendré par la grande sécheresse de 1973. En 1981, après avoir passé la période sèche en RCA, j’ai décidé de ne plus repartir à Moïssala et de rester à Dji avec ma famille [sur l’axe de Bouca], pour profiter des ressources pastorales disponibles, et parce que les parcours de transhumance, très longs, me fatiguaient. Je descendais chaque année vers le sud [Bokangolo, Sibut, Damara] en période sèche et remontais vers Bouca en période humide. En dépit de la peste bovine [1983] et du phénomène des coupeurs de route [dans les années 1990] entraînant la perte d’une partie importante de mes animaux, je maintiens encore cette activité qui est aujourd’hui la seule source de revenu pour faire face aux besoins de ma famille. Avec la crise sécuritaire de 2013, j’ai effectué un repli sur Batangafo, réduisant ainsi mes déplacements vers des zones à risques. Ici, je peux accéder aux points d’eau, et il y a des pâturages, surtout une fois que ceux qui font encore les grandes transhumances sont partis. Bien sûr, il y a des contraintes, notamment militaires [les ex-Seléka] qui viennent nous visiter, mais on finit par s’arranger. Depuis que je suis à Batangafo, je n’ai pas vraiment eu de problème. »

Les ménages en situation d’individualisme nuisible

25Les éleveurs en situation d’individualisme nuisible, qui sont en grande majorité des transhumants transfrontaliers, se caractérisent par un cheptel généralement plus important que les précédents. De ce fait, ils ne développent pas l’élevage des ovins. Leur mobilité est très importante. Ils ne sollicitent que très rarement les commerçants, car ils ne restent que peu de temps au même endroit. Ils bénéficient d’un capital politique très important, à la fois grâce à un armement conséquent, mais aussi, dans le cas des bergers, à des connexions avec des hommes politiques ou des hauts fonctionnaires tchadiens. Les comportements nuisibles qu’ils développent sont : l’accaparement des ressources au préjudice des autres éleveurs (domination dans les rapports de force du fait de leur cheptel important et leur agressivité) ; les passages en force dans les zones cultivées, au mépris des dégâts occasionnés ; la non-coopération dans les règlements des litiges entre éleveurs et avec les agriculteurs ; l’utilisation de la force armée face aux autres populations. Ces ménages ont également un système de valeur rigide. En termes d’aspirations, la survie du bétail leur est essentielle, et ils accordent donc une priorité absolue à la santé animale.

Les ménages en situation de rebond potentiel

26La situation de rebond potentiel concerne les éleveurs qui se distinguent par un effectif assez réduit de bétail (encadré 2). Avant la crise de 2013, ils avaient généralement diminué leur mobilité, mais en devant fuir leur zone d’attache, ils ont parfois repris une mobilité plus élevée. Ces ménages savent leur cheptel fragilisé par les attaques, par les pertes d’animaux lors des fuites, mais aussi par le stress, qui diminue la reproduction. Ils font appel à des aides ponctuelles pour couvrir les besoins de leur famille, rendues possibles car ces éleveurs sont perçus comme solvables. Ils empruntent de l’argent auprès des membres du campement, auprès des bouchers (en échange de bœufs qui seront remis ultérieurement) ou encore auprès des commerçants (produits alimentaires ou autres biens de première nécessité). Bien que les mécanismes de solidarité se soient largement érodés depuis les années 2000, certains persistent, mais connaissent une réorientation : les ménages pastoraux qui reçoivent de l’aide ne sont plus les ménages qui ont perdu tout leur bétail, comme c’était le cas auparavant, mais bien les ménages en situation de rebond potentiel.

Encadré 2 – Illustration de la trajectoire d’un ménage pastoral en situation de rebond potentiel

Témoignage de type « récit de vie », recueilli auprès d’O. Moussa, le 7 juin 2016 à Kakosso (Centrafrique) : « Éleveur à Yaloké, j’avais un effectif de 76 bêtes. La situation sécuritaire nous a obligés à partir vers le Tchad pour nous protéger et protéger nos troupeaux. Les attaques permanentes des anti-balaka ont entraîné la perte de 61 bœufs [à l’échelle du campement] et l’assassinat de notre ardo. Réussissant à rejoindre le Tchad avec 45 têtes, je suis resté là-bas jusqu’en 2015 du fait de la fermeture de la frontière tchadienne. La rareté des ressources pastorales a justifié mon retour à Batangafo où je me suis placé sous l’autorité d’un nouveau ardo. Avec les rackets et les autres problèmes, le troupeau n’évolue pas. En temps normal, depuis l’année dernière, l’effectif aurait dû augmenter de 30 % au moins, même plus, mais je suis obligé de vendre les veaux régulièrement pour payer les ex-Séléka. Il faut que la situation revienne à la normale, car sinon je n’arriverais pas à tenir plus de 2 ou 3 ans comme ça, tout le bétail va finir. »

  • 6 Le fait que ces éleveurs mentionnent cet aspect peut révéler qu’ils rencontrent des difficultés pou (...)
  • 7 Le montant du racket par les ex‑Séléka s’élevait de 40 000 et 75 000 FCFA tous les 3 mois lors de n (...)

27Ces ménages semblent plus souples en ce qui concerne leur système de valeurs : ils acceptent une mobilité plus réduite, principalement pour faciliter la commercialisation des produits. Par ailleurs, ces éleveurs acceptent également le bétail blanc, qui remplace progressivement le bétail Acajou. Il est vendu moins cher mais est moins exigeant en termes de pâturage. De plus, ils tiennent impérativement au remboursement de leurs dettes6. Ce sont des éleveurs qui ont des potentialités pour se relever, ils pourraient maintenir leur situation à condition que la décapitalisation ne s’accélère pas. Ils se montrent d’ailleurs préoccupés par la santé animale, mais aussi par l’accès aux ressources, car ils sont défavorisés dans le rapport de force qui les oppose aux éleveurs en situation d’individualisme nuisible. Ils entretiennent par ailleurs leurs liens auprès des responsables locaux (autorités villageoises et religieuses) via des contributions sociales. Toutefois, ils ne sont pas exemptés de racket7. Enfin, ce sont ces ménages qui tentent de renouer des relations privilégiées avec des agriculteurs.

Les ménages en situation de rupture sociale

28Des situations de rupture sociale ont également été identifiées, en nombre plus restreint, et principalement de façon indirecte, au travers de propos rapportés et de témoignages d’autres éleveurs et commerçants-éleveurs. Il s’agit de jeunes éleveurs ayant perdu tout leur cheptel du fait de la crise, et qui choisissent alors de s’affilier à un groupe armé, ou de devenir berger et de voler le bétail du propriétaire, ou encore de se positionner en tant qu’intermédiaire sur la filière bovine et de forcer les éleveurs en difficulté à vendre à bas prix afin d’augmenter leurs propres marges. Ces personnes ne vivant plus dans les campements du fait de la perte de leur bétail, nous ne les recensons pas parmi les ménages pastoraux.

Les ménages en situation de déclin

  • 8 Nous suggérons ici que les systèmes de valeurs des éleveurs sont en partie influencés par leur capa (...)

29Les éleveurs en situation de déclin vivent des situations très précaires, avec une incapacité à assurer la subsistance du ménage (encadré 3), et ce, malgré un changement d’habitude alimentaire. Du fait des prix élevés des productions locales, ces ménages consomment du riz (issu de la revente des rations alimentaires distribuées par les acteurs humanitaires) au lieu du manioc qui était habituellement leur aliment de base. Comme pour les éleveurs en situation de rebond potentiel, ces ménages avaient, pour la plupart, déjà amorcé un processus de sédentarisation bien avant la crise de 2013. Pour tenter tant bien que mal d’assurer leur subsistance alimentaire, ils doivent demander de la nourriture ou de l’argent aux autres ménages. Les appuis qui proviennent des membres de la famille sont rares, car ces ménages ne sont plus solvables. Comme mentionné ci-dessus, les systèmes de solidarité se sont réorientés et ces ménages qui possèdent trop peu de bœufs ne sont pas ceux qui peuvent avoir recours à leurs proches ou à d’autres éleveurs pour recapitaliser. Ces ménages en situation de déclin sont donc considérés comme « perdus » par les autres éleveurs, ce qui souligne le caractère irréversible de leur situation. Ils doivent brader leur bétail pour couvrir leurs besoins fondamentaux et ne parviennent pas à soutenir les rackets des ex-Séléka. De ce fait, ils sont nombreux à quitter le pastoralisme, ou à être sur le point de le quitter. Par défaut probablement, leur système de valeurs est le plus flexible8 : il repose sur le pulaaku (système de valeur peul, langue peule : ne pas voler, mendier, racketter, tuer, etc.). Toute autre forme d’activité ou de pratique qui permet de subvenir aux besoins du ménage est acceptée. Résignés, ils voient leur avenir dans les sites de déplacés, subsistant grâce aux appuis humanitaires qu’ils recevraient, ou à faire de la prestation de services (intermédiation, gardiennage).

Encadré 3 – Illustration de la trajectoire d’un ménage pastoral en situation de déclin

Témoignage de type « récit de vie », recueilli auprès de K. Aladji, le 4 juin 2016 à Goffo (Centrafrique) : « J’ai tout perdu. Il ne me reste que cinq bœufs. On ne peut pas vivre avec ça. Une personne ne peut pas vivre, et encore moins une famille. J’ai 10 enfants à nourrir. Avant l’attaque près de Bouca [par les anti-balaka], j’avais 40 têtes. Ce n’était pas beaucoup, mais ça pouvait aller, on pouvait continuer. Maintenant, cela fait 4 mois que je suis obligé de demander de la nourriture auprès de mon frère. J’ai honte de demander, mais je n’ai pas le choix, mes enfants pleurent la nuit, ils ont faim. J’ai déjà des dettes auprès de Y. [un commerçant arabe de Batangafo], j’ai aussi des dettes auprès de certains éleveurs ici, qui m’ont donné pour que je puisse donner à mon tour aux ex-Séléka qui viennent visiter. Ils viennent de plus en plus souvent. Les autres familles ne peuvent plus m’aider. Dans cinq jours, j’irai vendre une bête, puis je laisserai mon fils avec les quatre bêtes restantes. Moi et ma famille, on quittera le campement. On ira au site, près de Ouandago, en espérant que l’on s’occupe de nous. »

Conclusion

  • 9 Les trajectoires des ménages étant en partie liées aux formes de mobilité, notre échantillon ne com (...)

30Que nous permet de conclure l’analyse de ces différents types de trajectoires quant à la question posée dans le titre de ce chapitre ? Si nous ne pouvons pas prétendre à la représentativité statistique de nos entretiens et observations, pour les raisons de saisonnalité et d’accessibilité déjà évoquées9, nous pouvons néanmoins en tirer quelques enseignements à portée générale. En premier lieu, nous estimons que les trajectoires les plus fréquentes en 2016 étaient celles d’un rebond potentiel d’une part, et de déclin d’autre part, ce qui montre bien la fragilité du monde pastoral en RCA. En second lieu, nous relevons aussi l’importance des trajectoires d’individualisme nuisible, qui révèlent une fragmentation de plus en plus marquée des sociétés pastorales. Un tel contexte « produit » des gagnants et des perdants, en termes de pouvoir et de rapport de force. Les « gagnants » sont de mieux en mieux positionnés dans les rapports de force, ils profitent du vide institutionnel, ils ont accès aux ressources pastorales au Tchad comme en RCA, ils bénéficient de connexions avec les groupes armés et les autorités tchadiennes. Pouvant se permettre de défier les autorités centrafricaines, ils s’arment de plus en plus lourdement et répondent à la violence par la violence. Les « perdants » sont les éleveurs qui tentent de résister tant bien que mal, au travers d’une augmentation de leur mobilité et de la modification du système d’activités, et de la persistance de quelques systèmes de solidarité. Ils s’efforcent de développer des liens stratégiques avec des détenteurs locaux de pouvoir (autorités locales, commerçants-éleveurs), mais aussi avec les agriculteurs pour faciliter leur approvisionnement en vivrier. Parmi ces éleveurs, certains sont en situation tellement précaire qu’il ne faudra très certainement que quelques mois pour qu’ils se retrouvent dans un site de déplacés internes, le contexte ne leur permettant pas de rester éleveurs.

31En réponse donc à la question posée, il s’avère très difficile d’être et de demeurer éleveur dans cette zone de Centrafrique, si l’on ne dispose pas d’une position avantageuse en termes de rapports de force au sein des sociétés pastorales, voire d’une capacité à faire preuve de violence. Ce constat peut être toutefois nuancé par un dernier élément d’analyse. Du fait des mouvements de fuite et du développement de la mobilité comme stratégie de protection, les systèmes en transhumance interne ont augmenté. Nombreux sont ainsi les ménages pastoraux qui ont cessé leur engagement agricole. Or, la tendance inverse est observée pour les ménages agricoles. Que ceux-ci soient contraints par leur décapitalisation et/ou la fermeture de la filière coton, ou juste hésitants à investir, le nombre de systèmes d’activités centrés sur le vivrier a augmenté. Si, en 2016-2017, les problèmes de débouchés ne sont pas ressentis dans la zone, il se pourrait qu’à moyen terme le manque d’opportunités pour la vente des productions constitue une réelle difficulté pour les agriculteurs. Finalement, l’augmentation du nombre d’exploitations agricoles centrées sur le vivrier, d’une part, et sur des systèmes pastoraux en transhumance interne (qui ne peuvent compter que sur l’achat de leurs denrées alimentaires), d’autre part, pourrait constituer un terreau plutôt favorable pour retisser des liens entre les deux communautés.

Bibliographie

Ankogui-Mpoko G-F., Betabelet J., 2015
Situation de la transhumance en République Centrafricaine suite aux crises de 2013 et 2014. Bangui, Danish Refugee Council, 66 p.

Archambaud L., Tidjani I., 2016
Étude des réalités agricoles et pastorales en Ouham. Bangui, Action contre la faim, 110 p.

Ballet J., Dubois J.-L., Mahieu F.-R., 2011
La soutenabilité sociale du développement durable : de l’omission à l’émergence. Mondes en développement, 156 : 89-110.

Bonnet B., Guibert B., 2014
Stratégies d’adaptation aux vulnérabilités du pastoralisme. Trajectoires de famille de pasteurs (1972-2010). Afrique contemporaine, 249 : 37-51.

Boutrais J., 1985
Les savanes humides, dernier refuge pastoral : l’exemple des WoDaaBe, Mbororo de Centrafrique. Genève-Afrique, 28 (1), 14 p.

Cantoni C., Lallau B., 2010
La resilience des Turkana. Une communauté de pasteurs Kenyans à l’épreuve des incertitudes climatiques et politiques. Développement durable et territoires, 1 (2) [en ligne].

Chauvin E., Seignobos C., 2013
L’imbroglio centrafricain. État, rebelles et bandits. Afrique contemporaine, 248 : 119-148.

CRS, 2015
Impact de la crise politico-militaire de 2013-2014 sur le pastoralisme et la transhumance en République Centrafricaine. Rapport d’étude socioanthropologique du conflit. Bangui, CRS.

Devereux S., 2003
Conceptualizing destitution. IDS Working Paper 216, Brighton, Institute of Development Studies, 28 p.

International Crisis Group, 2014
Afrique centrale : les défis sécuritaires du pastoralisme. Rapport Afrique ICG, 215 : 1-40.

Lallau B., Droy I., 2014
« Qu’est-ce qu’un ménage résilient ? Concepts, méthodes, illustrations ». In Châtaigner J.-M. (dir.), Fragilités et résilience : les nouvelles frontières de la mondialisation : 149-170.

Lallau B., Mbetid-Bessane E., 2010
La résilience des paysans centrafricains. Réflexions conceptuelles, illustrations empiriques et propositions méthodologiques. Colloque « Agir en situation d’incertitude », 22-24 novembre, Agropolis, Montpellier, Non publié.

Landais E., 1994
« Système d’élevage. D’une intuition holiste à une méthode de recherche, le cheminement d’un concept ». In Blanc-Pamard Ch., Boutrais J. (éd.), Dynamique des systèmes agraires : à la croisée des parcours : pasteurs, éleveurs, cultivateurs, Paris, Orstom : 15-49.

Notes

1 D’autres orthographies existent : zargina, zarguinas, jargina.

2 Cette dernière estimation est peu fiable.

3 Cette appellation ne désigne ni une fraction ethnique ni un système d’activités, mais fait allusion à des éleveurs qui viennent d’ailleurs (étrangers) en opposition à ceux qui ont une présence ancienne dans la zone.

4 Pour les premiers, il s’agit d’agriculteurs qui, généralement dans le cadre de la culture attelée, ont fait l’acquisition de jeunes bovins. Par la suite, ils ont multiplié les bêtes, constituant ainsi un petit cheptel. Les seconds ont commencé une activité d’élevage à partir des revenus de leur commerce, cet élevage constituant la seule forme d’épargne dans ces zones non bancarisées.

5 Les systèmes pastoraux transhumants transfrontaliers n’ont été que très peu rencontrés lors de l’étude, du fait de la période à laquelle cette dernière a été menée. Il en est de même pour les éleveurs sédentaires, non rencontrés pour des raisons de sécurité (ils sont implantés autour de Kabo, où nous n’avons pas été autorisés à nous rendre).

6 Le fait que ces éleveurs mentionnent cet aspect peut révéler qu’ils rencontrent des difficultés pour rembourser leurs dettes, qu’ils doivent faire des « sacrifices » pour y parvenir.

7 Le montant du racket par les ex‑Séléka s’élevait de 40 000 et 75 000 FCFA tous les 3 mois lors de notre passage, selon le pouvoir de négociation des éleveurs, soit, pour une année, plus ou moins l’équivalent de quatre bœufs de 2 ans.

8 Nous suggérons ici que les systèmes de valeurs des éleveurs sont en partie influencés par leur capacité économique. Cela semble confirmé par le fait que, au sein d’un même campement homogène ethniquement, la position quant à la diversification du cheptel ou la vente des produits laitiers par les femmes diffère selon la situation matérielle du chef de famille. Toutefois, ces systèmes de valeurs sont aussi influencés par l’appartenance à un lignage, et par le positionnement des chefferies (ardo, lamido) sur ces questions.

9 Les trajectoires des ménages étant en partie liées aux formes de mobilité, notre échantillon ne comporte que peu de ménages en situation d’individualisme nuisible, du fait de la période de la production d’information, de leur mobilité importante, et de leur faible réponse à nos sollicitations (sollicitations que nous avons transmises via les représentants des éleveurs à Batangafo). De même, les stratégies de discrétion des éleveurs en situation de rebond les conduisent à s’éloigner des villes, villages et axes fréquentés. À l’inverse, les ménages pastoraux en situation de rebond potentiel ou de survie sont contraints de s’approcher des villes et villages pour saisir le peu d’opportunités économiques existantes et ils se montrent plus ouverts à la discussion.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Caractérisation des différentes trajectoires des ménages pastoraux.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 2 – Les sujets abordés durant les entretiens.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteurs

Économiste, ingénieure en agrodéveloppement (AgroParisTech) et doctorante à l’université de Lille et à l’Unité mixte de recherche (UMR) Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clerse) (France).

Économiste, doctorant aux universités de Lille (France) et de Bangui (Centrafrique).

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search