Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Partie 2 – Ressources et insécurités, des influences réciproques

Chapitre 10. Vaches de temps de paix, vaches de temps de guerre (Adamaoua camerounais, Centrafrique)

Jean Boutrais

Résumé

Au cours de leur histoire, les pasteurs mbororo de l’Adamaoua au Cameroun et de Centrafrique ont remodelé leurs races bovines. Les vaches rouges leur ont longtemps permis de faire face à des agressions de populations locales. Remplacées par la race bovine de Foulbé (Peuls) sédentaires, elles ont pourtant été revalorisées récemment en contexte d’insécurité. Une race bovine caractérise l’élevage en temps de paix, tandis qu’une autre est considérée comme plus adaptée aux temps de guerre.

Texte intégral

Introduction

1Dans l’histoire de l’Afrique subsaharienne, les éleveurs et leur bétail paient souvent un lourd tribut aux périodes de violences et de guerres. Le bétail est davantage visé par des belligérants que les récoltes des cultivateurs. Les petits ruminants et surtout les bovins sont abattus pour nourrir les gens en armes, manger de la viande en abondance étant l’expression de la puissance, de la richesse et du prestige. La destruction du cheptel, surtout bovin, représente une perte plus grave, pour les éleveurs, que celle des cultures pour les cultivateurs, surtout s’il s’agit de plantes annuelles. Un capital agricole peut être reconstitué dès l’année suivante tandis que le bétail marque l’aboutissement d’un effort d’accumulation sur une longue durée. Certes, des pertes agricoles brutales en temps de guerre provoquent des changements agraires, mais elles ne remettent pas en cause cette activité comme le font des abattages massifs de bétail. Quelques exemples échelonnés dans l’histoire de l’Adamaoua camerounais et de la Centrafrique illustrent l’ampleur des ponctions opérées sur le bétail en périodes de guerres.

  • 1 Foulbé est l’équivalent de Peul(s).
  • 2 Ardo Nyaboula (ou Hamadou Nyamboula) régna à Tibati de 1851 à 1868. Les Foulbé de Tibati entretienn (...)
  • 3 Tous les termes mentionnés en italique sont en langue peule.
  • 4 D’autres orthographies existent : zargina, zarguinas, zaraguinas.

2Les traditions orales de l’histoire des lamidats foulbé1 de l’Adamaoua, rapportées par Mohammadou (1978), mentionnent un épisode significatif, à côté des grands événements politiques et militaires. Au cours de la guerre entre Tibati et Ngaoundéré, dans les années 1860, Ardo Nyaboula2 de Tibati bat en retraite, poursuivi par l’armée de Ngaoundéré. En découvrant un campement nocturne de l’armée de Tibati, les gens de Ngaoundéré y trouvent une centaine de crânes de bœufs abattus en une soirée pour nourrir les guerriers de Tibati. Un abattage d’une telle ampleur est le signe d’une grande puissance, à tel point qu’impressionnés, les gens de Ngaoundéré renoncent à poursuivre davantage ceux de Tibati. Étant donné qu’Ardo Nyaboula a enchaîné les guerres contre ses voisins, les ponctions effectuées sur le bétail des éleveurs ont dû être considérables. Pendant la période coloniale, la révolte des Gbaya en 1928-1930 entraîna de nombreux abattages d’animaux, aussi bien par des Gbaya lors de fêtes qui célébraient l’état de guerre que de la part de colonnes militaires chargées de la répression. Le capitaine Boutin (1932), le vainqueur des Gbaya, avoue que les détachements militaires « furent dans l’obligation de vivre sur le pays ». La formule est un euphémisme pour signifier de nombreux abattages de bétail. Rien qu’en 1931, à l’occasion de « la guerre des grottes » contre les Pana, l’un des derniers épisodes de l’insurrection et qui marqua la fin de la « pacification » française, des Mbororo proches de Bocaranga eurent à livrer 200 bœufs aux militaires. Pendant la Seconde Guerre mondiale, « l’effort de guerre » demandé par la France à ses colonies en Afrique se manifestait souvent par des prélèvements de bétail. Les prélèvements qui ont marqué la mémoire des Mbororo en Centrafrique furent ainsi pratiqués par Ardo Ijje à Carnot en 1943. Nommé chef de tous les Mbororo de l’Oubangui-Chari, il fut chargé par l’administration coloniale de fournir des contingents de bœufs pour ravitailler la colonne Leclerc, en formation à Fort-Lamy. Aidé de goumiers, il effectua des prélèvements de façon brutale : recensement du bétail, confiscation des animaux les plus gros, emprisonnement des éleveurs récalcitrants… De nombreux Mbororo s’enfuirent alors vers le Cameroun, d’où ils étaient venus quelques années auparavant. Pour eux, c’était un cofal3 : la taxe sur le bétail par ponction violente, comme la pratiquaient les Foulbé de l’Adamaoua, chaque fois que les Mbororo passaient d’un de leur territoire à un autre. Cette fois, le cofal était d’autant plus insupportable aux Mbororo qu’il était imposé par l’un des leurs. Récemment, les jargina4 (coupeurs de route et voleurs de bétail) en Centrafrique, établis en « bases », se nourrissent surtout de viande bovine (Chauvin, 2015). Les besoins alimentaires de ces bases sont assurés par du bétail volé et convoyé par des bouviers mbororo enrôlés de force. L’alimentation carnée est tellement importante et régulière dans ces camps que des informateurs évaluent leur population d’après le nombre de bœufs qui y sont abattus chaque jour.

  • 5 A. H. à Samaki, Meiganga, Cameroun, le 17 janvier 1978.
  • 6 Ce texte est basé sur des entretiens avec les Peuls (Mbororo et Foulbé) échelonnés de 1971 à 2000 e (...)

3Abattre du bétail pour se nourrir est donc une constante en temps de guerre et ce, quel que soit le type de conflit. De plus, les gens en armes prélèvent et volent des animaux en guise de butin. À l’ère précoloniale et encore à l’époque allemande, les Mbororo qui séjournaient dans le lamidat de Ngaoundéré étaient razziés en bétail par les guerriers du lamido. Ces animaux étaient ensuite parqués aux abords de la ville avant d’être abattus. En langue peule, les vaches sont appelées na’i mais aussi jawdi : la « richesse ». Ce sont des biens précieux susceptibles d’être volés, capturés, détournés et accaparés. Les éleveurs sont conscients de la fragilité de cette richesse, surtout en temps de guerre. Ils disent que les vaches ne peuvent pas « être enfermées dans une caisse » comme le serait un trésor5. Chaque jour, elles doivent accéder à des pâturages où elles sont exposées à des attaques. Face à ces menaces, les éleveurs défendent parfois leurs animaux, mais, le plus souvent, ils les font fuir. La fuite, dans ses formes diverses (doga : courir, daDa : se sauver, échapper à un danger, feeyo : se sauver à toute vitesse, fera : s’enfuir en groupe, partir très loin pour échapper à une persécution) est la tactique privilégiée par les Mbororo pour soustraire le bétail d’une attaque (Boutrais, 1999). Or, toutes les vaches n’ont pas les mêmes capacités de courir vite et loin. Cela dépend des types d’animaux et surtout des races bovines6.

Remodelages et changements de races bovines

  • 7 « kanji min pini, min tawi » (L. M. à Kowon, Paoua, Centrafrique, le 10 septembre 1984).
  • 8 « diga asli, diga kaaka, diga baaba haa Bikkon, kanji min ndoni » (K. H. à Horé Pendé, Bocaranga, C (...)

4Il convient d’abord de remettre en cause le postulat de races bovines fixes et liées de façon inaltérée et immémoriale à des groupes d’éleveurs. Il est vrai que des informateurs donnent souvent eux-mêmes l’idée de races bovines intangibles, en recourant à la notion de na’i asliiji : vaches d’origine (Seignobos, 2008). Ils disent volontiers qu’ils n’ont toujours connu que celles-là : « Ce sont elles qu’en nous éveillant, nous avons trouvées. »7 Ces vaches relèvent de la notion peule fina tawa : l’héritage, la tradition, en ce sens qu’elles auraient toujours été présentes. Des informateurs insistent sur la transmission des mêmes vaches, de génération en génération d’éleveurs : « Depuis l’origine, depuis l’arrière-grand-père, depuis le père jusqu’aux fils, ce sont elles que nous avons héritées. »8 Pourtant, à l’opposé du postulat d’une identité fixe d’un cheptel bovin, beaucoup d’éleveurs n’ont pas hésité à modifier leur race bovine en introduisant d’autres souches d’animaux. Ils ont procédé par imitations, par essais (foonda), poursuivis en fonction de leur succès (jaBa) ou non. Certains affirment même qu’ils souhaitent carrément mélanger (jilla) les races bovines de leurs troupeaux.

  • 9 En Centrafrique, Desrotour (1967) la cite mais il la considère comme une variété mal définie, ne se (...)
  • 10 « min fuu, minin Mbororo’en, min yiDi boDeeji » (A. B. S. à Horé Mbang, Meiganga, Cameroun, le 19 n (...)

5La plasticité des races bovines dans le temps s’est parfois traduite par l’effacement, voire la disparition de certaines d’entre elles. C’est le cas des taurins (mbuuji) des Mboum de l’Adamaoua mais aussi des grands zébus blancs mbororo qui étaient détenus, à leur arrivée en Adamaoua, par des WoDaaBe et des Jaafun dabanko’en. Les informateurs appellent cette race celle des grandes blanches (daneeji mawDi) ou des WoDaaBe blanches (daneeji boDaaDi)9. Elles n’auraient pas prospéré en Adamaoua et subi de graves pertes lors d’une peste bovine en 1924. De plus, la couleur blanche de leur robe a suscité des moqueries de la part des autres Mbororo, détenteurs de grands zébus rouges. Dès lors, des WoDaaBe à vaches blanches ont aspiré, eux aussi, à posséder de tels zébus rouges. Leur race ancienne a été perdue. Un Dabanko justifie ainsi le changement de race effectué par son père dans les années 1940 : « Nous tous, Mbororo, nous aimions alors les vaches rouges. »10

  • 11 M. D. à Kombo Laka, Meiganga, le 16 mai 1976.
  • 12 Ces mutations de race bovine furent largement pratiquées par les familles proches d’Ardo Mota, un A (...)

6L’arrivée des premiers troupeaux blancs des Mbororo dits Aku sur le plateau de Meiganga, dans les années 1950, a provoqué à nouveau des railleries de la part des Jaafun qui se demandent « si ce sont de vraies vaches, si leur lait est blanc, s’il est bon… »11. Ils disent que ces vaches ne sont pas belles à regarder. Au fur et à mesure que leur séjour se prolonge en Adamaoua, les Aku finissent par adopter eux-mêmes le discrédit envers leur race ancienne. Ils ne veulent plus de ces vaches blanches typiques du Nord, dont ils s’efforcent d’assombrir et de noircir (sawaa) la robe. En bénéficiant soit du don, soit du prêt d’un taureau (gu’aari) pendant quelques années, des Aku changent progressivement l’identité de leur cheptel familial. D’autres juxtaposent les deux races bovines, le père de famille s’attribuant les zébus rouges prestigieux et cédant les vaches blanches anciennes aux fils12. D’autres Aku ont effacé leur race ancienne en coexistant simplement avec des Jaafun dont les taureaux montaient leurs vaches.

  • 13 « boDeeji tan mboodi » (A. B. à Ladoumi, Yaloké, Centrafrique, le 29 juillet 1984).
  • 14 « jawmu na’i fuu yiDi na’i towa, heBa luwal bongal, ranwa tar » (ibid.).
  • 15 « naane, to mawBe yi’i kalhaldi daneeri nder na’i maBBe, sey Be ndoga » (D. D. à Kahewol, Bozoum, C (...)

7À l’opposé, le cheptel des zébus rouges (boDeeji ou mbororooji) a prospéré en Adamaoua et au Nord-Ouest centrafricain pendant la première moitié du xxe siècle (fig. 1). De grandes aires d’élevage sont alors peuplées de Jaafun : le Tchabbal Mbabo, le plateau de Meiganga (Tchabbal Ngou) au Cameroun, les plateaux de Bouar et Bocaranga en Centrafrique. La faveur dont jouissent les zébus rouges auprès des Mbororo ne répond pas, alors, au projet d’augmenter leur mobilité pastorale, notamment par des transhumances de plus grande amplitude. Cette faveur s’inscrit plutôt dans un projet social de promotion pastorale. Le cheptel des zébus rouges est prestigieux, d’abord pour ses qualités esthétiques : « Seuls les rouges sont beaux »13, si bien que « tous les éleveurs veulent avoir de grandes vaches rouges, à belles cornes toutes blanches »14. La préférence pour les grands zébus rouges est commune aux Mbororo jaafun et woDaaBe. L’un de ces derniers témoigne : « Autrefois, quand les anciens voyaient un taureau blanc au milieu de leurs vaches, ils s’enfuyaient. »15

Figure 1 – Vache mbororo rouge (boDeeji) de l’Adamaoua.

Figure 1 – Vache mbororo rouge (boDeeji) de l’Adamaoua.

© J. Boutrais, 2019

  • 16 « min on nderke’en, na’i boDeeji tan min ngiDi » (A. H. à Boguisi, Bossembelé, Centrafrique, le 26  (...)

8Au Cameroun et en Centrafrique, l’administration coloniale a tenté, au cours des années 1950, de diffuser des Montbéliardes pour améliorer les zébus rouges. Mais leur descendance a été vite absorbée dans les troupeaux mbororo. Un informateur reconnaît plus tard : « Quand nous étions jeunes, nous n’aimions que les vaches rouges. »16

  • 17 « moy waddi leggal ngal ? » (N. à Laba, Meiganga, Cameroun, le 5 novembre 1976).
  • 18 Les vétérinaires coloniaux souhaitaient également séparer les cheptels mbororo et foulbé, le premie (...)
  • 19 La demande d’expulsion des Mbororo fut accordée par l’administration aux Foulbé en contrepartie de  (...)

9Alors même que les Mbororo tendent à homogénéiser leur cheptel autour des zébus rouges, cette race est détestée par les Foulbé, notamment ceux de Ngaoundéré. Ils lui reprochent d’épuiser les pâturages et haïssent sa conformation corporelle osseuse. À l’un des leurs qui, ancien berger de Mbororo, présente une vache rouge sur un marché à bétail, ils lancent : « Qui a amené cette trique ? »17 Les Mbororo sont attirés par la source natronée de la Vina, mais les Foulbé de Ngaoundéré et de Rey n’ont de cesse de les chasser de leurs pâturages18. La protection vétérinaire assurant un essor constant du cheptel des gudaali foulbé, celui-ci, autrefois confiné aux abords de Ngaoundéré et des villages (ruumde) proches, investit des pâturages de plus en plus éloignés, en repoussant chaque fois des troupeaux mbororo. En effet, les Foulbé refusent que les deux races bovines coexistent, pour éviter des croisements. La grande expulsion de 1961 achève le déguerpissement des Mbororo du territoire de Ngaoundéré19. À l’indépendance du Cameroun, l’Adamaoua est ainsi partagé entre les Foulbé et leur bétail d’un côté et les Mbororo de l’autre. Pour ceux-ci, l’expulsion s’inscrivait dans une longue histoire d’évitements et de fuites face à des harcèlements, violences et oppressions infligés par les Foulbé.

Vaches mbororo rouges et temps historiques de violences

10Bien que des révoltes anciennes soient appelées des guerres (konu) par les Mbororo, elles ne donnèrent pas lieu aux grands affrontements qui composent souvent la trame des chroniques historiques. Cependant, elles ont marqué la conscience collective des Mbororo, surtout des Jaafun, et elles constituent des repères chronologiques importants de leur histoire pastorale.

11Dans la restitution historique de la fondation du lamidat de Ngaoundéré, Mohammadou (1978 : 272) décrit l’étonnement des Foulbé face aux relations pacifiques établies initialement entre les Mboum autochtones et les premiers Foulbé venus sur le plateau. Curieusement, les Mboum « ne leur ont pas fait de mal » (Be toonyaay min). Pour comprendre cette coexistence pacifique, il convient de se reporter à l’appellation méprisante des Foulbé de Ngaoundéré par ceux de Tibati. Pour ceux-ci, les premiers n’étaient que « de simples bergers » (waynaaBe meere). Pour les Foulbé de Tibati, guerriers et conquérants, ceux qui s’adonnent uniquement à l’élevage ne comptent guère. Le caractère inoffensif des éleveurs est, a fortiori, attribué aux Mbororo qui, habituellement, ne prétendent pas s’imposer par la force aux autochtones. Certes, des bagarres surviennent de façon sporadique, notamment à la suite de dégâts agricoles ou de vols d’animaux, mais sans donner lieu à des confrontations généralisées.

12Pourtant, sans être des belligérants, les Mbororo ont craint souvent, dans leur histoire, de faire les frais de guerres. Face à des agressions, les WoDaaBe étaient réputés pour une grande mobilité, leur bétail étant capable de se déplacer d’une seule traite sur de longues distances. C’était une véritable stratégie d’interposition de vastes espaces entre eux et leurs agresseurs. Quelques rappels historiques illustrent cette stratégie d’évitement par la fuite.

  • 20 « lesdi de’itaay » (M. à Koundé, Meiganga, Cameroun, le 3 juin 1977).

13Dès le milieu du xixe siècle, des WoDaaBe avaient migré du Bornou vers l’Adamaoua, en s’établissant en périphérie des territoires foulbé de Ngaoundéré et de Tibati, afin de ne dépendre ni des uns ni des autres. En fait, ils arrivèrent en pleine guerre entre Tibati et Ngaoundéré et leur bétail en fit les frais : « Le pays n’était pas tranquille. »20 De plus, ils souffrirent de la faim, conséquence de la stratégie de la terre brûlée pratiquée habituellement par Tibati dans les guerres contre ses voisins (Mohammadou, 1978). Dès lors, ils s’enfuirent et retournèrent au Bornou, en parcourant une seconde fois plus de 600 km. Un va-et-vient d’une telle ampleur implique de détenir un type de bétail très mobile et capable d’accomplir de longues marches.

14Pendant la période coloniale, les Mbororo de l’Adamaoua furent confrontés à deux révoltes de populations autochtones. Au début du xxe siècle, les Nyam Nyam de Galim s’insurgèrent à la fois contre les Foulbé et les Allemands, mais les Mbororo furent ceux qui en souffrirent le plus. Ce fut la guerre dite de Bouré-Galim (Pfeffer, 1936). Il était impossible aux troupeaux d’exploiter les hauts pâturages du Tchabbal Mbabo sans subir des agressions. Pourtant, les anciens disent que leurs vaches savaient prévenir de l’imminence d’attaques, en levant la tête et en reniflant fortement l’air. En fait, la source natronée de Bouré constituait l’enjeu principal des affrontements. Très appréciée par les troupeaux, cette source est proche de la montagne de Galim où les insurgés s’embusquaient. Les Foulbé y amenaient leurs troupeaux sous la protection de cavaliers armés, mais les Mbororo ne bénéficiaient pas d’une telle protection. Certains y abreuvaient quand même leurs animaux, mais ce n’était pas sans risques. Dès que des troupeaux se rassemblaient à la source, des Nyam Nyam fondaient sur eux pour tuer ou capturer des vaches. Les Mbororo ne pouvaient pas séjourner de nuit aux abords de la source. Une fois les animaux abreuvés, ils les éloignaient le plus vite possible et se tenaient à l’écart, à des distances de 10 à 20 km. Même là, ils restaient vulnérables car des bandes de Nyam Nyam opéraient, de nuit, sur les territoires de Tignère et de Tibati jusqu’à une cinquantaine de kilomètres de leur base. Les Mbororo ne pouvaient pas allumer des feux la nuit, de peur d’être repérés (fig. 2).

Figure 2 – Les Mbororo et la « guerre de Bouré-Galim ».

Figure 2 – Les Mbororo et la « guerre de Bouré-Galim ».

Sources : enquêtes personnelles

15En 1906, à la requête de Tibati, les Allemands organisèrent une expédition punitive contre les Nyam Nyam, mais sans réussir à anéantir leur résistance. Un poste militaire fut créé à Galim pour surveiller et faciliter l’utilisation de la source natronée, équipée d’une pompe, et un territoire fut attribué aux Mbororo à Lompta. Cependant, les tensions persistèrent pendant toute la période allemande (Dognin, 1981). L’administration française, prenant le contre-pied des actions militaires allemandes, réussit à convaincre les Nyam Nyam de descendre de leur montagne en leur octroyant des contreparties, si bien que les relations avec les Mbororo s’apaisèrent. D’un côté, la chefferie de Lompta fut confirmée mais sans véritable assise territoriale. D’un autre côté, le chef nyam nyam de Galim fut reconnu comme le maître de la source natronée. Les Mbororo devaient lui remettre une tête par troupeau pour l’utiliser, ce qu’ils refusaient autrefois. Malgré cette taxation, dans les années 1920, près de 100 000 bovins venaient s’y abreuver chaque année (Pfeffer, 1936). Du moins, la chefferie de Lompta a-t-elle libéré les Mbororo des prélèvements en bétail imposés par les Foulbé de Tignère et de Tibati. Cependant, des Mbororo avaient entre-temps découvert de bons pâturages dans les régions de Meiganga et de Bouar. C’est là qu’ils furent confrontés à une autre révolte d’autochtones.

  • 21 Encore plus nombreux que le contingent précédent, ils s’affrontèrent aux Mboum dans la basse vallée (...)

16Une première tentative d’entrée de Mbororo en Centrafrique eut lieu en 1914, mais les Gbaya firent « un mauvais sort aux troupeaux et même aux gens » (Desrotour, 1967 : 287). Retournés dans le lamidat de Ngaoundéré, les Mbororo y restaient sous la coupe des Foulbé qui les taxaient lourdement et refusaient de les laisser partir, pour garder des revenus déjà amputés par l’interdiction coloniale de pratiquer des razzias d’esclaves. En 1916, une tentative des Mbororo pour sortir de Ngaoundéré s’acheva par un combat dans la vallée de la Mbéré au cours duquel l’Ardo (chef pastoral) fut tué ainsi qu’une centaine de Mbororo, tandis que leur bétail fut convoyé à Ngaoundéré. Des fuyards se réfugièrent dans le secteur de Baïbokoum, au Tchad. Quelques années plus tard, la sortie d’un autre groupe mbororo fut tout aussi dramatique21.

  • 22 « min kuli haala jawdi » (D. D. à Kahewol, Bozoum, Centrafrique, le 18 novembre 1984).
  • 23 « nagge on, min doggi » (ibid.).
  • 24 « sey eggugo tan bee sembe, minin pat min dilli haa Ngaundere direct » (D. H. à Kahewol, Bozoum, Ce (...)

17En 1923, l’administration coloniale accueillit les survivants des premiers fuyards dans la région de Baboua avec les rares troupeaux qu’ils avaient pu sauver. Les familles se regroupèrent et le cheptel se reconstituait rapidement quand ils furent attaqués par les insurgés de la guerre du Kongo-Wara en 1928. Les Mbororo appellent cette guerre celle de Karnu, du nom de son instigateur, un prophète de la libération des Gbaya. Quand le mouvement, d’abord pacifique, prit des formes violentes, les Mbororo en furent les premières cibles (O’Toole, 1984 ; Nzabakomada-Yaloké, 1986). Les insurgés leur reprochaient une collusion avec l’administration coloniale qui, il est vrai, se montrait très favorable à leur entrée. Les Mbororo furent effrayés par des morts de bergers et des abattages de centaines de têtes de bétail perpétrés sur des troupeaux en retour de transhumance : « Nous avons eu peur pour nos vaches. »22 Dès lors, beaucoup d’entre eux s’enfuirent au Cameroun : « À cause des vaches, nous sommes partis en courant. »23 « Il n’y avait plus qu’à partir très vite ; nous tous, nous sommes allés directement sur Ngaoundéré. »24 De fait, d’après le capitaine Boutin (1932), les Gbaya révoltés « décimèrent les troupeaux des Mbororo » et cette révolte les « rejeta au Cameroun ».

  • 25 « min pat, min daDi » (ibid.).

18Les distances parcourues lors de ces fuites furent importantes (fig. 3). Des Hamaranko’en qui stationnaient près de Bocaranga gagnèrent les environs de Meiganga, à 120 km à vol d’oiseau. Des Sayganko’en quittèrent les hauts pâturages, au sud de Bocaranga, pour entrer sur Meiganga, traverser le territoire de Ngaoundéré et revenir sur celui de Rey où ils avaient séjourné quelques années auparavant, soit un périple de 150 km parcouru en saison des pluies. Des WoDaaBe préférèrent se diriger vers la source natronée de la Vina, soit un parcours de 200 km à partir de Bocaranga : « Tous, nous nous sommes sauvés. »25 Des Dabanko’en s’enfuirent également. Les Faranko’en autour d’Ardo Ijje furent les seuls à rester aux environs du poste de Bouar ; leur leader refusa de retourner au Cameroun se placer sous la protection, mais aussi la domination, des Foulbé. La plupart des fuyards sont restés deux ou trois ans au Cameroun puis ils sont revenus dans les secteurs de Bouar et Bocaranga, après la fin de l’insurrection.

Figure 3 – Les Mbororo et la « guerre de Karnu ».

Figure 3 – Les Mbororo et la « guerre de Karnu ».

Sources : enquêtes personnelles

  • 26 « Di don dogga haa ladde » (Y. O. à Tchabbal Garbaya, Tignère, Cameroun, le 21 juillet 1978).

19Face au déchaînement de violences des deux côtés des belligérants pendant la « guerre de Karnu », la majorité des Mbororo ont donc choisi de s’enfuir loin et le plus vite possible. Pour cela, ils pouvaient compter sur les capacités de leurs vaches rouges à parcourir de longues distances à marche forcée. Ces vaches sont adaptées à eggol : la migration-fuite. Elles sont endurantes, « ce sont des coureuses de brousse »26.

L’adoption des gudaali de Ngaoundéré : les « vaches de temps de paix »

20Les Mbororo se montrèrent très attachés aux grandes vaches rouges tant qu’ils étaient mobiles. En fait, même s’ils les refusaient, ils connaissaient déjà depuis longtemps d’autres races bovines.

21Après la peste bovine catastrophique de 1890, des Mbororo du Bauchi et de Sokoto, pratiquement ruinés en bétail, vinrent en Adamaoua, une région relativement épargnée, pour se procurer des animaux. Ce faisant, ils retournèrent avec des gudaali, mais, au fur et à mesure de la reconstitution de leur cheptel, ils ne gardèrent que les taureaux mbororo. Les gudaali, qui n’intéressaient pas alors les Mbororo, ont été absorbés par leur race. Les Mbororo de Lompta furent les premiers à innover dans le domaine des races bovines. L’ethnologue allemande Gulla Pfeffer (1936) a décrit finement les familles sédentarisées en 1933, dans l’entourage de l’arDo. À l’exception d’un troupeau de race rouge, les autres qui évoluaient à longueur d’année aux environs du village pastoral étaient composés de gudaali. En même temps qu’ils accédaient à un certain pouvoir, les premiers Mbororo à se sédentariser en Adamaoua avaient adopté la race bovine des Foulbé. À partir du milieu du xxe siècle, cette innovation s’est répandue, en dehors même d’un contexte politique comparable à Lompta. La prospérité de l’élevage mbororo entraîne alors des surpâturages, à la fois sur les plateaux de Meiganga et de Bouar-Bocaranga. En certains secteurs, la dégradation pastorale est telle que le service d’élevage décrète des mises en repos autoritaires des pâturages, au début des années 1950, avec éloignement forcé des troupeaux. Cette directive est impopulaire auprès des Mbororo qui préfèrent intervenir sur les races bovines.

  • 27 Il s’agissait d’éviter que les troupeaux mbororo, parfois atteints de péripneumonie, une maladie tr (...)
  • 28 « min kuli haala nagge boDeejum jonta, ngam ladde waati » (A. M. à Lissey, Bocaranga, Centrafrique, (...)
  • 29 « boDeeji do tora, Di do Billa boo tan » (D. O. à Liringuel, Bocaranga, Centrafrique, le 25 août 19 (...)

22Les zébus rouges sont réputés exigeants en fourrages, à la fois en quantité et en qualité. S’ils ont de grandes capacités de récupération dès le début des pluies, ils s’amaigrissent beaucoup en saison sèche sur des pâturages appauvris. Dès lors, il faut les emmener en transhumance très vite et de plus en plus loin. Les Jaafun de Meiganga transhument ainsi vers Garoua Boulaï puis Bétaré Oya, puis au sud de Bétaré Oya (Douffissa, 1993). Ceux de Bocaranga s’en vont vers Paoua et Bozoum, ceux de Bouar vers Carnot et Yaloké. En Centrafrique, le service d’élevage interdit aux transhumants de prolonger leur séjour dans ces secteurs en saison des pluies27, si ce n’est dans celui de Carnot où une opération de délestage est organisée dans les années 1960. Le refoulement des transhumants vers les plateaux de Bouar et Bocaranga, dès le retour des pluies, y accentue les dégradations des pâturages et fragilise les zébus rouges : « Maintenant, nous craignons pour la vache rouge parce que la brousse est morte. »28 Quand elles sont épuisées par les privations, les vaches rouges tarissent vite. Le manque de lait fragilise également les éleveurs, surtout ceux qui ont beaucoup de jeunes enfants : « Les vaches rouges souffrent, mais elles font aussi souffrir. »29

  • 30 Une robe pie rouge mouchetée (nyaawe) ou tachetée (saege) différencie les gudaali typiques de Ngaou (...)
  • 31 « gudaali saati waane » (O. D. à Ouham, Bocaranga, Centrafrique, le 21 août 1984).
  • 32 D’après des Mbororo, leurs vaches vieillissent plus vite que les gudaali. Cela veut dire qu’elles s (...)
  • 33 « gudaali munyan mbidu » (A. H. à Boguisi, Yaloké, Centrafrique, le 26 juillet 1984).
  • 34 « gudaali, mbeewa on » (ibid.).

23Pour les Mbororo, la race gudaali des Foulbé de Ngaoundéré représente la meilleure alternative à cette vulnérabilité (fig. 4). Moins grand que le zébu rouge, le gudaali de Ngaoundéré a une corpulence plus massive et plus trapue, accentuée par une grosse bosse dorsale30. C’est surtout un bovin rustique qui peut se contenter de fourrages grossiers : « Le gudaali est vraiment résistant. »31 Contrairement au zébu rouge, il ne perd pas beaucoup de poids en saison sèche. Le taux de vêlage, plus élevé, se traduit par des lactations plus fréquentes et, surtout, la possibilité de continuer des traites en saison sèche. Beaucoup de Mbororo disent qu’ils ont adopté des gudaali pour cette raison32. C’est un bovin qui s’accommode de conditions difficiles d’élevage : « Le gudaali supporte les souffrances. »33 Sa rusticité est résumée par une comparaison : « Le gudaali est comme la chèvre. »34 Ce type de bovin s’avère donc adapté aux pâturages appauvris de Meiganga et de Bouar-Bocaranga. En dépit de la fierté de détenir un type de bétail prestigieux, les Jaafun deviennent demandeurs de gudaali.

  • 35 Dans cet objectif, 500 génisses gudaali furent achetées en Adamaoua par la station de Bouar à la fi (...)

24Dès lors, à partir des années 1950, un commerce de bétail s’est mis en place pour acheminer des troupeaux gudaali, du lamidat de Ngaoundéré vers les Mbororo de Meiganga et Bouar-Bocaranga. Le trafic s’est développé de façon endogène, sans intervention du service d’élevage, mais avec tout de même sa bienveillance initiale. En Centrafrique, le service d’élevage a même apporté un appui aux croisements des deux races bovines avec, comme objectif, la substitution des gudaali de Ngaoundéré aux zébus rouges. Pour les zootechniciens de Bouar, ce changement de race bovine est le gage d’un élevage plus productif (en viande), plus sédentaire et moins destructeur des pâturages35.

Figure 4 – Taureau gudaali de Ngaoundéré.

Figure 4 – Taureau gudaali de Ngaoundéré.

© J. Boutrais, 2019

25Des Foulbé de Ngaoundéré, en fait souvent originaires de Garoua ou de Maroua, se spécialisent dans ce commerce de bétail, organisé en deux étapes. À l’aide d’acheteurs de bovins (cakayna), les marchands de bestiaux constituent de gros troupeaux (parfois une centaine de têtes) composés uniquement de vaches gudaali : des génisses (bijji) et des jeunes vaches (kaabi). Ces troupeaux sont d’abord convoyés à pied jusqu’à Meiganga (Fada et Ngaoui) ou Bouar-Bocaranga, où un troc est proposé aux Mbororo, à raison d’une jeune vache gudaali contre un grand bœuf rouge de 5 à 7 ans (Daandi tapaannDi). Une fois tous les animaux échangés, le nouveau troupeau de commerce est acheminé vers Bangui ou Berbérati ou, le plus souvent, vers Yaoundé (fig 5).

26Pour les marchands de bestiaux, l’affaire est très profitable : avec la vente d’un gros bœuf rouge aux bouchers du Sud, ils pourront racheter trois à quatre génisses gudaali à Ngaoundéré. Mais le troc est également intéressant pour les Mbororo, qui n’ont pas de gros besoins monétaires : au lieu d’argent, ils reçoivent des vaches reproductrices, gage de l’essor du cheptel familial et de sa mutation en une race bovine convoitée. En Centrafrique, des marchands de bestiaux à Bouar et Bocaranga (Ouro Dolé) ont pris le relais de ceux de Ngaoundéré pour proposer le même type de troc aux Mbororo.

Figure 5 – Commerce de bétail et changement de races bovines.

Figure 5 – Commerce de bétail et changement de races bovines.

Sources : enquêtes personnelles

27D’après une enquête personnelle en Centrafrique, la plupart des Mbororo qui détenaient moins de 100 têtes troquaient de temps à autre deux à cinq bœufs contre des vaches gudaali. Les riches éleveurs, possédant 200 à 300 têtes, pouvaient présenter des lots de 20 à 40 bœufs simultanément. En recevant le même nombre de vaches gudaali, ils étaient en mesure d’amorcer immédiatement un troupeau dans la nouvelle race bovine. Ainsi, le troc de races bovines était-il surtout l’affaire des Mbororo les plus riches. Quant aux éleveurs pauvres, incapables de garder des bœufs à l’embouche jusqu’à 7 ans, ils étaient exclus de ces échanges.

  • 36 « taa boDeeji majja » (H. G. à Maringueza, Boali, Centrafrique, le 10 août 1984).

28Le maintien de la race gudaali dépend de la présence d’un taureau de cette race dans le nouveau troupeau. Là aussi, les Mbororo riches avaient plus de possibilités que les autres, réduits à mêler les nouvelles vaches avec les rouges. Au fil des vêlages, cela donnait des métis (mbakaleeji), puis risquait d’aboutir à l’absorption des gudaali. En fait, la majorité des Mbororo veillaient à maintenir un ou des taureaux rouges : « Il ne faut pas que les rouges soient perdus. »36

  • 37 « yaake Bocaranga, mi Binngel, mi yiDaa gudaali, mi woodi boDeeji » (E. H. à Guedjeli, Yaloké, Cent (...)
  • 38 « gudaali, waane mi senndiraay e majji » (A. B. à Ladoumi, Yaloké, le 29 juillet 1984).
  • 39 « mi woowi joonde, gudaali munyan weelo » (Y. D. à Mayo Bake, Bossembelé, Centrafrique, le 26 juill (...)
  • 40 « mi warti Huyaajo, mi rimdataa jonta » (S. T. à Mbimbali, Bossembelé, Centrafrique, le 28 juillet  (...)
  • 41 Simultanément, les Jaafun du Tchabbal Mbabo ont changé une partie de leurs zébus rouges pour des gu (...)

29En Centrafrique, une quinzaine ou une vingtaine d’années après des trocs de bétail, seuls deux Mbororo sur vingt ne détiennent que des gudaali. Les autres juxtaposent un troupeau gudaali à un ou plusieurs troupeaux de zébus rouges. La répartition des deux races bovines dans les cheptels familiaux suit toujours le même schéma : le chef de famille s’attribue les gudaali tandis qu’il affecte les troupeaux de zébus rouges aux fils, selon un système de pré-héritage. Adoptés par les Mbororo, les gudaali y sont des « vaches de vieux » : na’i ndottiijo. Les troupeaux gudaali sont souvent sédentaires alors que les fils transhument avec les rouges. Les gudaali conviennent aux personnes âgées qui n’ont plus assez de forces pour effectuer de longues transhumances et inversement. L’introduction des gudaali déclenche souvent des tensions dans les familles entre les anciens et les jeunes : « Quand nous étions à Bocaranga, j’étais jeune, je n’aimais pas les gudaali, j’avais des rouges. »37 Le refus des gudaali par les jeunes peut même les amener à castrer les taureaux de cette race, si le chef de famille ne les surveille pas de près. Cependant, au fur et à mesure que le jeune Mbororo prend de l’âge, son attitude change à l’égard des gudaali. Il finit par en accepter l’héritage, puis elles lui deviennent indispensables : « Les gudaali, je ne peux vraiment pas me séparer d’elles », avoue un Mbororo entouré d’une famille de deux épouses et neuf enfants38. Vaches de vieux, les gudaali sont en même temps des vaches de sédentaires : « na’i joodiiBe ». Elles permettent de séjourner sur place à longueur d’année, même sur de maigres pâturages. Tel Mbororo qui ne transhume plus depuis 8 ans se réjouit d’avoir obtenu un taureau gudaali en prêt pendant 5 ans : « J’ai l’habitude d’être sédentaire et les gudaali supportent la faim. »39 En se sédentarisant, les Mbororo estiment qu’ils se comportent comme des Foulbé : « Je suis devenu un Foulbé, je ne transhume plus maintenant. »40 De fait, cette sédentarisation est une facette d’une évolution sociale plus large marquée par une « foulbéisation » : changement du statut de la femme mbororo, influence plus marquée de l’islam (Burnham, 1996)41.

  • 42 « himBe fuu do sannja, heBa kosam » (R. Y. à Wankoro, Meiganga, Cameroun, le 30 mai 1977).

30Les échanges de races bovines prennent un grand essor dans les années 1960. Le marché à bétail de Ngaoui, à la frontière Cameroun-Centrafrique, devient le lieu privilégié de ces échanges. Tel Mbororo indique qu’il a alors introduit des gudaali « comme tout le monde, pour avoir du lait »42. Les substitutions de bétail déclinent cependant à partir de 1975 pour plusieurs raisons, en particulier un tarissement dans l’approvisionnement en vaches gudaali. L’achat uniquement de jeunes vaches sur Ngaoundéré constituait un défi car, habituellement, ce sont des animaux dont les éleveurs ne se séparent pas. La vente de nombreuses jeunes vaches par les Foulbé était l’indice d’une surexploitation de leur cheptel dont le service d’élevage s’est bientôt alarmé au Cameroun. Afin de préserver la race gudaali de Ngaoundéré, des décrets ont interdit la sortie de jeunes vaches du département de la Vina dès les années 1970. Entre-temps, des Foulbé ayant émigré de Ngaoundéré vers Meiganga, des échanges de bétail y ont été transférés, mais avec une ampleur moindre. La demande en vaches gudaali restant forte, les prix de ces animaux tendent à augmenter régulièrement, réduisant d’autant l’écart avec le prix des bœufs rouges. Cela diminue l’intérêt monétaire du troc de bétail pour les marchands de bestiaux.

  • 43 Telle est la mésaventure d’un Mbororo aux environs de Bossembelé qui, en 1978, a passé commande de  (...)
  • 44 « jonta, mi yiDi gudaali, mi heBaay » (B. B. à Bodangui, Bozoum, Centrafrique, le 14 novembre 1984)
  • 45 « ko mi woodi Daali, gudaali acci warugo haa Do » (D. A. à Yonkala, Bossembelé, Centrafrique, le 5  (...)
  • 46 « gudaali walaa haa lesdi Do » (S. S. à Ouro Djafoun, Boda, Centrafrique, le 15 décembre 1984).

31Du côté centrafricain, la nationalisation du service d’élevage en 1970 s’est traduite par la levée des interdits de stationnement des éleveurs dans le centre-ouest du pays. Dès lors, des Jaafun s’installent sur les pâturages de Yaloké, Boda, Bossembelé et même Boali non loin de Bangui. Ce faisant, ils s’éloignent d’autant plus de Bocaranga et de Bouar qui sont les portes d’entrée habituelles des gudaali. Dans les années 1970, à Bouar, des marchands de bestiaux expédient encore des troupeaux de gudaali vers Yaloké pour les proposer aux Mbororo, mais ces envois ne sont pas fréquents et ils satisfont rarement les Mbororo. Ceux-ci se plaignent que ce ne sont pas de vraies vaches gudaali ou qu’elles sont stériles, comme c’est souvent le cas des vaches fournies par les éleveurs au titre de la zakkat, l’impôt religieux, et mises sur le marché43. Dans les années 1970, il existe une demande en vaches gudaali qui n’est pas satisfaite, surtout en Centrafrique. Un Jaafun qui a migré de Bocaranga au sud de Bozoum tire le constat de cet éloignement : « Aujourd’hui, je voudrais des gudaali, mais je n’en trouve pas. »44 Un autre Mbororo reconnaît qu’autrefois, sur Bouar, il n’aimait pas les gudaali. Installé aux environs de Bossembelé et, ayant pris de l’âge, il en voudrait bien, mais il n’a pas assez de bœufs à échanger. De toute façon, « même si j’avais des bœufs, les gudaali n’arrivent plus ici »45. Les Mbororo installés dans les savanes de Boda, à l’ouest de Bangui, font le même constat : « Il n’y a pas de gudaali dans ce pays. »46

  • 47 « Di munyan mbidu nder ceedu » (H. M. Y. à Wantoro, Meiganga, Cameroun, le 18 mai 1977).
  • 48 « min mboowaay akuuji, ammaa Di munyay kam » (M. M. à Kowon, Bocaranga, Centrafrique, le 10 septemb (...)
  • 49 « kosam akuuji, Dum ndiyam meere, ammaa min njaray ngam weelo » (M. B. à Bogoin, Boali, Centrafriqu (...)

32Devant ce blocage de l’adaptation de leur cheptel à un contexte pastoral dégradé, des Jaafun de Centrafrique se résignent à un substitut autrefois impensable : l’adoption de zébus blancs akuuji. Avec leur silhouette fine et leur bosse dorsale peu développée, les zébus blancs akuuji sont des animaux mbororo (fig. 6), mais ils manifestent une rusticité comparable à celle des gudaali. « Ils supportent la souffrance en saison sèche. »47 Bien qu’exprimant toujours des réticences à leur égard, les Jaafun reconnaissent cette rusticité : « Nous ne sommes pas habitués aux vaches akuuji, mais elles supportent des conditions difficiles. »48 En saison sèche, elles se nourrissent d’herbes desséchées. Elles donnent encore du lait en cette saison et elles vêlent davantage que les vaches rouges. Comme avec les gudaali, c’est pour avoir du lait que des Jaafun adoptent des akuuji. « Le lait des vaches akou, ce n’est que de l’eau mais nous en buvons quand même, à cause de la faim. »49 Comme avec les gudaali, quand des Jaafun disposent de vaches akuuji, ils les réservent en tant que vaches de campement (sureeji), de façon à pourvoir la famille en lait.

Figure 6 – Taureau mbororo aku.

Figure 6 – Taureau mbororo aku.

© J. Boutrais, 2019

  • 50 A. D. à Badjer, Meiganga, Cameroun, le 20 novembre 1978.

33Des troupeaux d’akuuji arrivent nombreux en Adamaoua à partir des années 1960 et d’autres débouchent en Centrafrique à partir des années 1970, après avoir transité par le sud du Tchad (Boutrais, 1988). Dès lors, ce type de bétail devient disponible auprès de marchands de bestiaux qui proposent le même type de troc qu’avec les gudaali : un bœuf contre une vache. Cependant, les Mbororo Aku ne sont pas prêts à se défaire de leurs jeunes vaches avec la même facilité que les Foulbé de l’Adamaoua. Ces trocs de bétail restent donc limités. Les demandeurs d’akuuji introduisent plutôt un taureau de cette race, obtenu soit par achat, soit par prêt. Il en résulte bientôt des animaux mbororo croisés (njilluDi). Alors que les substitutions de gudaali aux zébus rouges étaient surtout le fait de Mbororo riches en bétail, c’est l’inverse avec les akuuji. Leur introduction s’inscrit souvent dans une volonté de reconstituer rapidement un cheptel qui a été affecté par des pertes. Dans ce cas, le demandeur sollicite un taureau akuuji en prêt, selon le même principe que la vache dite d’attache (Boutrais, 2008). Même des WoDaaBe, pourtant très liés aux zébus rouges, introduisent des akuuji quand ils ont été appauvris par de graves pertes en bétail. Un Mbororo de l’Adamaoua qui ne détient plus que des gudaali et des akuuji affirme même que ce sont les vraies races bovines d’avenir. Il demande : « Qui est capable de garder des zébus rouges aujourd’hui ? »50 C’est pourtant compter sans l’insécurité et la violence qui marquent maintenant le contexte du pastoralisme.

34Les significations pastorales et socioculturelles de l’adoption des gudaali par les Mbororo de l’Adamaoua et de Centrafrique ont déjà été mises en évidence. Cependant, cette substitution comporte également une dimension dont la gravité de la situation récente en Centrafrique fait prendre conscience de façon rétrospective. En effet, l’adoption des gudaali a été rendue possible par un contexte politique général de paix et de sécurité. De fait, les gudaali se caractérisent comme des vaches de temps de paix et d’élevages protégées. En ce sens, les gudaali et les zébus mbororo rouges s’inscrivent dans des cadres sociopolitiques différents, les uns étant liés à des sociétés dominantes, les autres à des sociétés en marge des pouvoirs et exposées aux violences.

Réhabilitations des zébus mbororo rouges

  • 51 « sey na’i boDeeji wurti tan » (B. D. à Kaba, Boali, Centrafrique, le 8 août 1984).
  • 52 « haa eggol, gudaali nafataa » (M. W. L. à Didango, Boali, Centrafrique, le 1er août 1984).
  • 53 « na’i asliiji, naa huunde rikisi » (V. H. à Koussindoro, Boali, le 7 août 1984).

35Un épisode de l’histoire migratoire des Mbororo a mis en évidence les différences d’aptitudes entre races bovines face à l’adversité. À la faveur de la sécheresse de 1983 et de l’étiage des eaux de l’Oubangui, des Jaafun ont fait une première tentative d’intrusion au nord du Zaïre de l’époque. Les autorités zaïroises réagirent à cette incursion en refoulant les Mbororo en Centrafrique, mais en confisquant leurs troupeaux sur place (Chauvin, 2015). Dès lors, des jeunes Mbororo sont repartis au Zaïre pour récupérer de force leurs animaux. D’après des témoignages, ils réussirent à ramener une bonne partie des vaches rouges malgré les coups de feu de l’armée zaïroise, mais seule une vache gudaali serait parvenue à retraverser l’Oubangui. Les riverains tiraient, eux aussi, sur les vaches qui, effrayées, s’embourbaient dans les marécages. Même blessées, des vaches rouges réussirent quand même à revenir en Centrafrique : « Les vaches rouges s’en sont sorties toutes seules. »51 Quant aux gudaali, elles furent achevées sur place. Les années suivantes, des Jaafun ont tiré la leçon de cette mésaventure en castrant leurs mâles gudaali parce qu’« ils ne peuvent pas s’enfuir vite »52. Au contraire, ils ont fait les louanges de leurs vaches rouges : « Les vaches d’origine, ce n’est pas quelque chose qui trahit. »53 Pour les éleveurs, la notion de trahison (rikisi) implique une rupture de la confiance qui les lie avec le bétail.

  • 54 « nagge, walaa waylinnde, goDDo yiDi nge » (S. H. à Bougoula, Boali, Centrafrique, le 4 août 1984).

36Même les Jaafun très engagés dans l’adoption de gudaali tenaient à garder un ou des troupeaux de leur race ancienne. Malgré les difficultés de longues transhumances et de faibles lactations, les vaches rouges sont liées intimement à leur identité ethnique (Burnham, 1996). Quant aux WoDaaBe, ils sont restés les plus attachés aux vaches rouges : « La vache, ce n’est pas une chose qu’on change, parce que l’éleveur l’aime. »54 La dégradation des relations entre les Mbororo et les villageois gbaya en Centrafrique a entraîné une réhabilitation des vaches rouge vis-à-vis à la fois des gudaali et des akuuji. En contexte de conflits violents, l’adoption des gudaali a été vécue, a posteriori, comme un piège pastoral. En plus de leur inaptitude à courir vite et longtemps, les Mbororo incriminent le comportement de ces vaches à la pâture. Alors que les vaches rouges paissent en groupe et de manière disciplinée, les gudaali se dispersent et elles peuvent divaguer pendant des jours en brousse, ce qui en fait des cibles faciles. À la limite, les gudaali suscitent des conflits avec les villageois, en étant attirées par les sentiers qui mènent aux champs et aux villages. À l’inverse, les vaches rouges n’empruntent pas ces chemins d’elles-mêmes et évitent les ambiances villageoises. L’opposition entre l’attirance et la crainte vis-à-vis des espaces villageois va de pair avec des caractères foncièrement différents. Les vaches rouges sont des animaux ombrageux et farouches qui ne se laissent pas approcher par des personnes inconnues. Au contraire, les gudaali sont réputées pour leur tempérament familier et placide. Des observateurs l’ont remarqué il y a longtemps : « Ces animaux, même les taureaux, sont excessivement doux, ils se laissent toucher et conduire par le premier venu » (Périquet, 1916 : 359). Les uns sont pratiquement impossibles à capturer tandis que les autres peuvent être facilement détournés et convoyés comme butins.

37Tout en étant craintives et farouches comme les rouges, les vaches akuuji partagent le même comportement à la pâture que les gudaali, notamment leur absence d’esprit de groupe, voire leur indiscipline. Elles se dispersent en brousse et ne reviennent pas d’elles-mêmes au campement chaque soir, si bien qu’au matin, des éleveurs doivent aller à leur recherche. Dès les années 1980, des abattages répétés de ces vaches sont déplorés dans les savanes de Bossangoa en Centrafrique. C’est le fait de chasseurs gbaya et banda qui, accusant les Mbororo d’avoir fait fuir la faune, se vengent contre leurs vaches. Les éleveurs sont contraints de garder ces troupeaux à longueur de journée. Même si le berger les appelle, les vaches akuuji sont réputées ne pas le suivre. La conduite de ces bovins étant difficile à gérer, les éleveurs les cantonnent aux abords des campements et évitent les transhumances. C’est pourquoi des Jaafun restent réticents à les introduire dans leur cheptel. Le mépris encore affiché par les Jaafun à l’encontre des akuuji invoque certes des jugements esthétiques, mais il est également fondé sur des critiques de leurs comportements à la pâture et vis-à-vis du berger.

  • 55 « gudaali nanataa, to yi’i fitina, accataa » (I. A. à Kila Molé, Bocaranga, Centrafrique, le 12 sep (...)
  • 56 « wakkati ko woodi konu, woDeeye woodi » (A. D. à Diel, Djohong, Cameroun, le 8 novembre 1976).
  • 57 « konu nyaamataa boDeeji » (idem).
  • 58 « ba konu waDi, to boDeeji no njahre, na’i feere njahataa » (B. G. à Kontokong, Djohong, Cameroun, (...)
  • 59 « na’i feere mi faalaaki nii, na’i am tan mi nuDDini » (E. B. à Bawi, Yaloké, Centrafrique, le 7 dé (...)
  • 60 « na’i amin, Di woodi alkawal, Di woodi alfaalu » (H. E. A. à Ngaoundéréhoy, Bocaranga, Centrafriqu (...)

38Les Jaafun estiment que les gudaali et les akuuji ne sont pas attentives à l’environnement de leurs pâturages, notamment aux menaces : « La gudaali ne comprend pas, quand elle voit du danger, elle ne cesse pas pour autant de paître. »55 Il n’y a pas d’intercompréhension entre ces vaches et leurs éleveurs. C’est exactement l’inverse entre les Jaafun et leurs vaches rouges. En cas d’approche inopinée de personnes malveillantes près de son troupeau de vaches rouges, le Mbororo adopte une tactique singulière. Il lance un cri d’appel des animaux et, sans perdre de temps à les rassembler, il s’enfuit. Aussitôt, les vaches rouges se mettent en mouvement et courent en le suivant. Cela implique qu’à la pâture, ces vaches ne s’écartent pas de leur berger, qu’elles se tiennent toujours « comme à son ombre » disent les Mbororo. Elles connaissent (annda) leur berger et elles savent le reconnaître (anndita), en le distinguant des personnes étrangères. Tout en pâturant, les vaches rouges se tiennent attentives à l’attitude de leur berger et elles la comprennent (faama, nana). Elles savent que sa fuite soudaine signifie l’imminence d’un danger. Certes, le gardiennage des troupeaux est devenu lâche en Adamaoua et en Centrafrique, par rapport au Sahel. Des bergers se contentent souvent de conduire les troupeaux aux points d’eau puis de les pousser (oora) aux pâturages. Ensuite, ils passent les journées aux campements, dans l’attente du retour des animaux. Mais ils savent que, chaque soir, les vaches rouges reviennent d’elles-mêmes lentement vers le campement qu’elles regagnent toujours à la même heure. Les Mbororo accordent une grande importance à ce mode de pâture régulier, discipliné et selon les mêmes circuits quotidiens. En cas d’incident en brousse, les vaches rouges reviennent toutes ensemble au campement en courant. Tout en étant attachées à leur berger, les vaches rouges manifestent un comportement un peu sauvage (jarro, jarlude). Les Mbororo apprécient l’attitude farouche de ces vaches et ils s’efforcent même de l’accentuer en recourant à des médicaments-drogues (safaare). Au lieu de stationnement du troupeau, ils brûlent les feuilles de certains arbres dont la fumée, inhalée par les vaches avant de partir au pâturage, aurait pour effet de les rendre encore plus nerveuses. Par contre, les autres races bovines ne seraient pas sensibles à ces traitements d’excitation. Grandes coureuses, tout en gardant une cohésion de troupeau, les vaches rouges sont mieux adaptées que les autres à des contextes d’insécurités pastorales. Les Mbororo disent qu’elles ne sont pas faciles à voler (nguyka), ni à prendre de force, à capturer (teeta). Elles n’acceptent pas d’être convoyées par des personnes inconnues. Elles sont particulièrement difficiles à razzier en brousse. Pour les Jaafun, ce sont des vaches de temps de guerre : na’i zamanu konu. Ils se réfèrent surtout à des temps anciens marqués par la guerre : « Quand il y avait la guerre, il y avait aussi les vaches rouges. »56 Sous-entendu : ce sont ces vaches qui ont permis aux Mbororo de maintenir leur activité. « La guerre ne “mange pas” (n’extermine pas) les vaches rouges »57. L’aptitude des vaches rouges à faire face à des violences serait toujours actuelle : « Quand il y a la guerre, là où l’on emmène les vaches rouges, les autres vaches n’y vont pas. »58 Les Mbororo classent les races bovines en distinguant celles qui sont fragiles et vulnérables aux violences et les autres qui réussissent à en être relativement épargnées. Ils estiment que les premières ne sont pas fiables en contexte d’insécurité. Tel Jaafun en Centrafrique, resté fidèle à ses vaches rouges, affirme : « Les autres vaches ne m’intéressent pas, ce n’est qu’en mes vaches que j’ai confiance. »59 Cette confiance ne repose pas seulement sur les liens entre le berger et son troupeau, mais aussi sur les qualités morales des vaches rouges. La plus fréquemment citée est hakkillo, l’intelligence, l’attention. Des informateurs leur attribuent même des qualités qui relèvent presque du domaine religieux : alkawal, la confiance et fidélité, alfaalu, la promesse, barka, la bénédiction, la faveur divine. « Nos vaches sont dignes de confiance et pleines de promesses. »60

39Selon une autre approche, des zootechniciens estiment que « le dressage de ces animaux a été poussé très loin, vraisemblablement dans un but guerrier, soit offensif, soit défensif » (Capitaine, 1971 : 567). En fait, contrairement au Macina, où des grandes vaches auraient été utilisées comme animaux de combat par Sékou Amadou, cet usage n’a pas été mentionné, ni par les Jaafun, ni par les WoDaaBe. Ils valorisent leurs vaches rouges parce qu’elles leur permettent simplement d’échapper aux violences classiques exercées contre les éleveurs.

Limites de la gestion des races bovines en réponse aux insécurités

40La réaction de pasteurs aux insécurités par le remodelage du cheptel bovin s’inscrit dans une longue histoire de sélection des animaux en fonction de cette contrainte. Au contraire, le gudaali de Ngaoundéré jouit de la faveur des zootechniciens pour son bon potentiel en production de viande (Lhoste, 1971 ; Capitaine, 1971). Bien qu’ils soient sensibles aux différences de prix sur les marchés à bétail, les Mbororo ne tiennent pas compte uniquement de la conformation bouchère des animaux. Ils portent sur eux un jugement plus global qui inclut les comportements. L’aggravation récente des conflits au Sahel et dans la plupart des aires d’élevage accentue les divergences entre les stratégies d’adaptation des pasteurs et les politiques nationales d’élevage, conçues dans une optique productiviste.

41Cependant, la résistance des vaches rouges aux actions hostiles atteint actuellement des limites, par suite de changements d’identité des protagonistes. Habituellement, les comportements de crainte, d’effarouchement et de fuite des vaches rouges étaient provoqués par des « étrangers », notamment des HaaBe : les Non-Peuls, qui sont considérés comme des ennemis potentiels séculaires. Or, en Centrafrique, beaucoup d’attaques récentes de troupeaux sont le fait de jeunes Foulbé et même de Mbororo. Ceux-ci détiennent un savoir-faire pastoral ; ils connaissent les animaux mbororo et savent leur parler, ou bien ils forcent les bergers à les appeler, sous la menace d’armes. Tout se passe alors comme si les vaches mbororo rouges perdaient les repères habituels entre leur berger (duroowo) ou éleveur (joomum), d’une part, et l’inconnu (neDDo), l’étranger (jananno), de l’autre.

42Le basculement des fauteurs de violences s’est prolongé par la prise en otage d’enfants mbororo par des jargina qui sont souvent d’anciens bergers (Chauvin, 2015). Dès lors, des éleveurs sont contraints d’amener eux-mêmes des animaux aux marchés à bétail pour les vendre à vil prix. Le comportement défensif des vaches rouges est contourné et comme neutralisé. En contexte d’insécurité aiguë, comme celle qui a prévalu en Centrafrique pendant la crise de 2013-2014, la mobilité pastorale comme tactique de défense quotidienne n’est plus aussi efficace, face à des agresseurs équipés d’armes modernes. Même les WoDaaBe, qui pouvaient pratiquer autrefois de grands déplacements de pâture chaque jour, se trouvent alors contraints de les réduire au maximum pour sauvegarder leur vie et celle de leur bétail.

43Même sans attaque ouverte, en contexte d’appauvrissement général de la population, le bétail des pasteurs est perçu de plus en plus par les autres comme une richesse difficile à accepter. Le bétail attise des convoitises multiples. Les populations rurales s’en prennent au bétail de leurs voisins pasteurs et elles entérinent les abattages perpétrés par des groupes armés. La « dé-cheptelisation » récente des Mbororo de Centrafrique n’est pas seulement le résultat de violences guerrières, mais également l’aboutissement d’une longue fracture sociale et économique. Pour ces Mbororo, « c’est tout le patrimoine accumulé sur plusieurs générations qui a disparu en quelques mois » (AIDSPC, 2015 : 46).

Bibliographie

AIDSPC, 2015
Les Peuhls Mbororo de Centrafrique, une communauté qui souffre. Bangui, AIDSPC, CCFD-Terre solidaire, 50 p.

Boutin Capitaine, 1932
Cahier de renseignements sur la région de Bouar-Baboua ; colonie de l’Oubangui-Chari, AEF
. Non publié, 56 p.

Boutrais J., 1988
Des Peuls en savanes humides ; développement pastoral dans l’Ouest centrafricain. Paris, Orstom, 387 p.

Boutrais J., 1999
« Les éleveurs, une catégorie oubliée de migrants forcés ». In Lassailly‑Jacob V., Marchal J.-Y., Quesnel A. (éd.), Déplacés et réfugiés, la mobilité sous contrainte, Paris, IRD : 161-192.

Boutrais J., 2008
La vache d’attache chez les Peuls pasteurs (Niger et Centrafrique). Journal des africanistes, 78 (1-2) : 71-104.

Burnham P., 1996
The politics of cultural difference in Northern Cameroon. Édimbourg, Edinburgh University Press, 210 p.

Capitaine P., 1971
« Projet d’amélioration de zébu m’bororo par croisement d’absorption avec le zébu foulbé de N’Gaoundéré ». In Colloque sur l’élevage, Fort-Lamy, Maisons‑Alfort, IEMVT : 566-570.

Chauvin E., 2015
Violences en Centrafrique ; pouvoirs de déplacer, manières de migrer ; Centrafricains déplacés et réfugiés (Cameroun, Tchad). Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 485 p.

Desrotour J., 1967
« Les pasteurs Bororos et leurs troupeaux ; organisation, mode de vie, modes d’élevage ». In Lacrouts M., Sarniguet J., Tyc J., Le cheptel bovin de la République Centrafricaine. Paris, Secrétariat d’État aux Affaires Étrangères chargé de la coopération : 287-297.

Dognin R., 1981
« L’installation des Djafoun dans l’Adamaoua camerounais ; la djakka chez les Peuls de l’Adamaoua ». In Tardits C. (éd.), Contribution de la recherche ethnologique à l’histoire des civilisations du Cameroun. Paris, CNRS : 139-157.

Douffissa A., 1993
L’élevage bovin dans le Mbéré (Adamaoua camerounais). Paris, Orstom, 281 p.

Gates G. M., 1952
Breeds of cattle found in Nigeria. Farm and forest, 11 : 19-43.

Lhoste P., 1971
« Les races bovines de l’Adamaoua (Cameroun) ». In Colloque sur l’élevage, Fort-Lamy, Maisons-Alfort, IEMVT : 519-533.

Mohammadou E., 1978
Les royaumes foulbé du plateau de l’Adamaoua au xixe siècle. Tokyo, ILCAA, 439 p.

Nzabakomada-Yakoma R., 1986
L’Afrique Centrale insurgée. La guerre du Kongo-Wara, 1928-1931. Paris, L’Harmattan, 191 p.

O’Toole T., 1984
The 1928-1931 Gbaya Insurrection in Ubangui-Shari: messianic movement or village self-defense ? Revue canadienne des études africaines, 18 (2) : 329-344.

Périquet L., 1916
Rapport général sur la mission de délimitation Afrique Équatoriale Française – Cameroun (1912-1913-1914). Paris, Imp, Chapelot, 3, 375 p.

Pfeffer G., 1936
Die Djafun-Bororo, ihre Gesellschaft, Wirtschaft und Sesshaftwerdung auf dem Hochland von Gaundere. Zeitschrift für Ethnologie, 1-3 : 150-196.

Seignobos C., 2008
La question mbororo. Réfugiés de la RCA au Cameroun. Yaoundé-Paris, IRD, non publié.

Notes

1 Foulbé est l’équivalent de Peul(s).

2 Ardo Nyaboula (ou Hamadou Nyamboula) régna à Tibati de 1851 à 1868. Les Foulbé de Tibati entretiennent la mémoire de ce chef qui étendit son territoire de façon considérable par des guerres répétées, même contre ses voisins foulbé.

3 Tous les termes mentionnés en italique sont en langue peule.

4 D’autres orthographies existent : zargina, zarguinas, zaraguinas.

5 A. H. à Samaki, Meiganga, Cameroun, le 17 janvier 1978.

6 Ce texte est basé sur des entretiens avec les Peuls (Mbororo et Foulbé) échelonnés de 1971 à 2000 en Adamaoua et menés en 1984 en Centrafrique. Les citations insérées dans le texte ont souvent été notées directement en langue peule, puis traduites en français.

7 « kanji min pini, min tawi » (L. M. à Kowon, Paoua, Centrafrique, le 10 septembre 1984).

8 « diga asli, diga kaaka, diga baaba haa Bikkon, kanji min ndoni » (K. H. à Horé Pendé, Bocaranga, Centrafrique, le 24 août 1984).

9 En Centrafrique, Desrotour (1967) la cite mais il la considère comme une variété mal définie, ne se trouvant en troupeaux homogènes que chez les Dabanko’en.

10 « min fuu, minin Mbororo’en, min yiDi boDeeji » (A. B. S. à Horé Mbang, Meiganga, Cameroun, le 19 novembre 1976).

11 M. D. à Kombo Laka, Meiganga, le 16 mai 1976.

12 Ces mutations de race bovine furent largement pratiquées par les familles proches d’Ardo Mota, un Aku qui séjournait dans le lamidat de Tignère au cours des années 1930-1940 et qui était réputé pour sa richesse en bétail.

13 « boDeeji tan mboodi » (A. B. à Ladoumi, Yaloké, Centrafrique, le 29 juillet 1984).

14 « jawmu na’i fuu yiDi na’i towa, heBa luwal bongal, ranwa tar » (ibid.).

15 « naane, to mawBe yi’i kalhaldi daneeri nder na’i maBBe, sey Be ndoga » (D. D. à Kahewol, Bozoum, Centrafrique, le 18 novembre 1984).

16 « min on nderke’en, na’i boDeeji tan min ngiDi » (A. H. à Boguisi, Bossembelé, Centrafrique, le 26 juillet 1984).

17 « moy waddi leggal ngal ? » (N. à Laba, Meiganga, Cameroun, le 5 novembre 1976).

18 Les vétérinaires coloniaux souhaitaient également séparer les cheptels mbororo et foulbé, le premier étant considéré comme potentiellement dangereux, car porteur de maladies contagieuses (Burnham, 1996).

19 La demande d’expulsion des Mbororo fut accordée par l’administration aux Foulbé en contrepartie de la libération de leurs esclaves, imposée par le gouvernement du Cameroun indépendant.

20 « lesdi de’itaay » (M. à Koundé, Meiganga, Cameroun, le 3 juin 1977).

21 Encore plus nombreux que le contingent précédent, ils s’affrontèrent aux Mboum dans la basse vallée de la Mbéré, mais ils furent vaincus, leur arDo tué et les Mbororo une nouvelle fois dispersés. Les Mbororo appellent cette fuite catastrophique « l’exode d’Ardo Yakane » (perol ArDo Yakane).

22 « min kuli haala jawdi » (D. D. à Kahewol, Bozoum, Centrafrique, le 18 novembre 1984).

23 « nagge on, min doggi » (ibid.).

24 « sey eggugo tan bee sembe, minin pat min dilli haa Ngaundere direct » (D. H. à Kahewol, Bozoum, Centrafrique, le 18 novembre 1984).

25 « min pat, min daDi » (ibid.).

26 « Di don dogga haa ladde » (Y. O. à Tchabbal Garbaya, Tignère, Cameroun, le 21 juillet 1978).

27 Il s’agissait d’éviter que les troupeaux mbororo, parfois atteints de péripneumonie, une maladie très contagieuse, entrent en contact avec des taurins que le service d’élevage avait introduits auprès des villageois de ces régions.

28 « min kuli haala nagge boDeejum jonta, ngam ladde waati » (A. M. à Lissey, Bocaranga, Centrafrique, le 12 septembre 1984).

29 « boDeeji do tora, Di do Billa boo tan » (D. O. à Liringuel, Bocaranga, Centrafrique, le 25 août 1984).

30 Une robe pie rouge mouchetée (nyaawe) ou tachetée (saege) différencie les gudaali typiques de Ngaoundéré des ma’ineeji, originaires de la région de Yola, dont la silhouette est plus fine et la robe de couleur rouge avec une tache blanche au chanfrein (buule ou wuule).

31 « gudaali saati waane » (O. D. à Ouham, Bocaranga, Centrafrique, le 21 août 1984).

32 D’après des Mbororo, leurs vaches vieillissent plus vite que les gudaali. Cela veut dire qu’elles sont moins longtemps des reproductrices, ce qui représente un handicap pour des éleveurs « naisseurs ».

33 « gudaali munyan mbidu » (A. H. à Boguisi, Yaloké, Centrafrique, le 26 juillet 1984).

34 « gudaali, mbeewa on » (ibid.).

35 Dans cet objectif, 500 génisses gudaali furent achetées en Adamaoua par la station de Bouar à la fin des années 1960 afin de diffuser leur descendance auprès des Mbororo (Capitaine, 1971). Cependant, la nationalisation du service d’élevage centrafricain a arrêté ce projet ambitieux.

36 « taa boDeeji majja » (H. G. à Maringueza, Boali, Centrafrique, le 10 août 1984).

37 « yaake Bocaranga, mi Binngel, mi yiDaa gudaali, mi woodi boDeeji » (E. H. à Guedjeli, Yaloké, Centrafrique, le 22 novembre 1984).

38 « gudaali, waane mi senndiraay e majji » (A. B. à Ladoumi, Yaloké, le 29 juillet 1984).

39 « mi woowi joonde, gudaali munyan weelo » (Y. D. à Mayo Bake, Bossembelé, Centrafrique, le 26 juillet 1984).

40 « mi warti Huyaajo, mi rimdataa jonta » (S. T. à Mbimbali, Bossembelé, Centrafrique, le 28 juillet 1984).

41 Simultanément, les Jaafun du Tchabbal Mbabo ont changé une partie de leurs zébus rouges pour des gudaali, cette fois de la variété dite de Banyo, elle‑même issue de croisements anciens entre les mbororooji et des gudaali de l’Adamaoua (Gates, 1952 ; Lhoste, 1971).

42 « himBe fuu do sannja, heBa kosam » (R. Y. à Wankoro, Meiganga, Cameroun, le 30 mai 1977).

43 Telle est la mésaventure d’un Mbororo aux environs de Bossembelé qui, en 1978, a passé commande de 30 vaches à un maquignon de Bouar. Une fois le troupeau arrivé, il constate que ce ne sont pas de vraies gudaali de Ngaoundéré. Contraint malgré tout de livrer 30 bœufs en échange, il se promet qu’il ne recommencera plus.

44 « jonta, mi yiDi gudaali, mi heBaay » (B. B. à Bodangui, Bozoum, Centrafrique, le 14 novembre 1984).

45 « ko mi woodi Daali, gudaali acci warugo haa Do » (D. A. à Yonkala, Bossembelé, Centrafrique, le 5 décembre 1984).

46 « gudaali walaa haa lesdi Do » (S. S. à Ouro Djafoun, Boda, Centrafrique, le 15 décembre 1984).

47 « Di munyan mbidu nder ceedu » (H. M. Y. à Wantoro, Meiganga, Cameroun, le 18 mai 1977).

48 « min mboowaay akuuji, ammaa Di munyay kam » (M. M. à Kowon, Bocaranga, Centrafrique, le 10 septembre 1984).

49 « kosam akuuji, Dum ndiyam meere, ammaa min njaray ngam weelo » (M. B. à Bogoin, Boali, Centrafrique, le 1er août 1984).

50 A. D. à Badjer, Meiganga, Cameroun, le 20 novembre 1978.

51 « sey na’i boDeeji wurti tan » (B. D. à Kaba, Boali, Centrafrique, le 8 août 1984).

52 « haa eggol, gudaali nafataa » (M. W. L. à Didango, Boali, Centrafrique, le 1er août 1984).

53 « na’i asliiji, naa huunde rikisi » (V. H. à Koussindoro, Boali, le 7 août 1984).

54 « nagge, walaa waylinnde, goDDo yiDi nge » (S. H. à Bougoula, Boali, Centrafrique, le 4 août 1984).

55 « gudaali nanataa, to yi’i fitina, accataa » (I. A. à Kila Molé, Bocaranga, Centrafrique, le 12 septembre 1984).

56 « wakkati ko woodi konu, woDeeye woodi » (A. D. à Diel, Djohong, Cameroun, le 8 novembre 1976).

57 « konu nyaamataa boDeeji » (idem).

58 « ba konu waDi, to boDeeji no njahre, na’i feere njahataa » (B. G. à Kontokong, Djohong, Cameroun, le 12 novembre 1976).

59 « na’i feere mi faalaaki nii, na’i am tan mi nuDDini » (E. B. à Bawi, Yaloké, Centrafrique, le 7 décembre 1984).

60 « na’i amin, Di woodi alkawal, Di woodi alfaalu » (H. E. A. à Ngaoundéréhoy, Bocaranga, Centrafrique, le 19 août 1984).

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Vache mbororo rouge (boDeeji) de l’Adamaoua.
Crédits © J. Boutrais, 2019
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 2 – Les Mbororo et la « guerre de Bouré-Galim ».
Crédits Sources : enquêtes personnelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38337/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Figure 3 – Les Mbororo et la « guerre de Karnu ».
Crédits Sources : enquêtes personnelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38337/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 4 – Taureau gudaali de Ngaoundéré.
Crédits © J. Boutrais, 2019
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38337/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Figure 5 – Commerce de bétail et changement de races bovines.
Crédits Sources : enquêtes personnelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38337/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Figure 6 – Taureau mbororo aku.
Crédits © J. Boutrais, 2019
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38337/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search