Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Partie 1 – L’histoire des insécurités

Chapitre 6. Le lac Fitri (Tchad) face à la montée des insécurités

Repenser la gouvernance d’une zone humide autour d’un pouvoir local fort

Christine Raimond, Audrey Mbagogo, Robert Madjigoto et Dangbet Zakinet

Résumé

Au Fitri (Tchad), l’augmentation de la pression sur les ressources, la diversification des acteurs et la perte de légitimité du sultan perturbent le fonctionnement du socio-écosystème et renforcent les insécurités foncières, alimentaires et sociales à l’origine des conflits. Une nouvelle gouvernance est à inventer entre pouvoir local, État et représentants des usagers.

Texte intégral

Introduction

1Les zones humides sahéliennes, lacs et plaines d’inondation, obéissent à un rythme saisonnier qui détermine la vie animale et végétale, et contrastent avec l’aridité ambiante. Elles sont souvent considérées comme des « oasis » au cœur du Sahel, ou des zones de refuge face à la sécheresse saisonnière ou multi-annuelle, en raison de l’abondance des services qu’elles fournissent (Ramsar, 2014) et des potentialités qu’elles offrent aux pêcheurs, agriculteurs et éleveurs (Orange et al., 2002 ; Dixon et Wood, 2003 ; Réounodji et al., 2015). Elles sont également perçues comme des zones d’insécurité, du fait de leur insalubrité et de la capacité de leurs populations à échapper au contrôle des États (Bouquet, 1991 ; Seignobos, 2015 ; Magrin et Pérouse de Montclos, 2018). Leur aménagement est souvent présenté comme la solution idéale pour augmenter les superficies cultivables et les rendements agricoles, tout en étendant le pouvoir des États sur des populations considérées comme insoumises. Nous nous intéressons ici à un système lacustre peu aménagé reposant sur un pouvoir local fort et des règles explicites d’accès aux ressources naturelles, où le cadre classique de la gouvernance (décentralisation, structuration de la société civile) n’existe pas. Nous analyserons les conditions qui lui permettent d’assurer la subsistance d’un nombre croissant de sédentaires et d’éleveurs transhumants. Les dysfonctionnements de ce socioécosystème, révélés par la multiplication des conflits, soulignent une crise de gouvernance qui n’est pas à relier à une pénurie de ressources, mais à plusieurs facteurs d’insécurité qui se cumulent dans cet espace : pluralité de règlement des conflits, foncier, alimentation, sécurité des biens et des personnes.

  • 1 Coopération franco‑tchadienne, Fonds de solidarité prioritaire (FSP) de l’ambassade de France au Tc (...)

2Le lac Fitri au Tchad est un modèle de gestion intégrée d’une zone humide sahélienne (Courel et al., 1996), considéré comme un bien commun par le pouvoir coutumier qui en gère les droits d’accès (Ostrom, 1990). L’analyse de la crise qu’il traverse est exemplaire des insécurités multiples qui touchent les sociétés sahéliennes et des leviers d’intervention possibles aux échelles locales et nationales. Dans le cadre du programme « Grands écosystèmes lacustres tchadiens »1 (Gelt) et s’appuyant sur des recherches ethnographiques existantes (Marty et al., 2012 ; Zakinet, 2015), des enquêtes de terrain ont été menées en janvier-février 2015 et 2016 : des entretiens en focus group avec les chefs de villages et leurs notables précisent les règles et modalités d’accès aux ressources naturelles, ainsi que les conflits émergents dans le territoire ; des enquêtes auprès de 45 personnes documentent les pratiques foncières et le règlement des conflits, complétés par des entretiens avec les sultans bilala et arabe djaatne entourés de leur cour. Le chapitre est organisé en trois parties. La première reprend les éléments d’histoire et la mise en place du sultanat du Fitri. La deuxième partie montre l’originalité de ce système adapté à la mobilité des ressources et fondé sur la sécurisation de leur accès pour tous les usagers. Enfin, nous analysons la montée des insécurités, l’émergence d’une nouvelle territorialisation et la fragilisation du pouvoir coutumier.

Une sécurisation par un pouvoir coutumier fort

3Vestige du paléo-méga-lac Tchad, le lac Fitri constitue une vaste cuvette endoréique comprenant, en 2015, une pièce d’eau libre de 30 km de long et 10 km de large, peu profonde et entourée de marécages, dont l’approvisionnement dépend exclusivement de la zone sahélienne (fig. 1, cf. p. 3 cahier hors-texte). La cuvette déborde dès la fin juillet avec l’arrivée des eaux drainées par la rivière Batha, puis la région est isolée plusieurs mois, jusqu’à la décrue en octobre. Ce milieu aux ressources abondantes a connu une histoire mouvementée, mais les grands principes de son fonctionnement socioécologique demeurent.

Conquête territoriale et installation du sultanat bilala

4L’histoire du Fitri est sujette à controverse, avec deux versions de la conquête contrastées entre sédentaires bilala et transhumants arabes djaatne (Marty et al., 2012). Tous s’accordent sur un peuplement ancien, d’origine hétérogène, installé à la périphérie du lac Fitri. Ces groupes se nommaient Toufoulou, Gamsa, Dini, Gollon Gala, Kabara, Gorko, Kenga, Modoumou, Golo et Seïta (Hagenbucher, 1967), noms qui correspondent aujourd’hui à des toponymes villageois. La présence des Arabes Djaatne est attestée dès le xive siècle (Zeltner, 1980), avec des séjours très courts aux abords du lac Fitri en raison de l’humidité et de la présence de la mouche tsé-tsé.

  • 2 Pour plus de précisions, voir Marty et al., 2012 et le film documentaire Raimond et al., 2017.

5La domination kouka est plus tardive et a duré près d’un siècle. Elle provoqua une homogénéisation culturelle et linguistique, mais est aussi identifiée comme une période de très forte insécurité en raison du lourd tribut payé par les populations opprimées. Ces dernières cherchèrent des appuis à l’extérieur, s’alliant avec les Kenga au début du xvie siècle, puis avec les Baguirmiens à la moitié du xvie siècle. Elles se tournent finalement vers les Bilala, réputés pour leurs qualités guerrières, qui occupaient alors le Kanem2.

6Selon la source officielle bilala, les autochtones seraient venus les chercher en vantant l’abondance des ressources du lac Fitri, dans un contexte d’aridification au Kanem ; les Djaatne ne seraient arrivés qu’après. Selon les Djaatne, ce sont eux-mêmes qui auraient demandé du renfort aux Bilala alors qu’ils étaient depuis plusieurs années en guerre contre les Kouka, qui leur interdisaient l’accès aux pâturages. Ce serait donc une alliance Bilala-Djaatne qui aurait remporté la guerre, confortant les Arabes Djaatne dans leur légitimité à exploiter les pâturages et l’eau. Dans les deux versions est mise en avant l’ancienneté de l’entente et des alliances entre les deux groupes sédentaires et transhumants.

  • 3 Sur les relations du Fitri avec les royaumes voisins, voir aussi Marty et al., 2012.

7Après une période d’instabilité liée à l’installation d’une armée dans une région « libérée » de la domination kouka, les Bilala organisent leur chefferie à Yao selon un modèle hiérarchique, à l’image des autres sultanats du Tchad. La protection naturelle apportée par les marécages, l’abondance des ressources, un fort contrôle territorial et la sécurisation des biens et des personnes font prospérer un pouvoir fort et guerrier, inscrit dans des luttes de pouvoir à l’échelle régionale3. Pendant plusieurs siècles, la richesse de ce pouvoir a reposé (en plus de la traite esclavagiste) sur l’exploitation des ressources naturelles selon un système pluriactif et multifonctionnel qui perdure jusqu’à aujourd’hui. La controverse historique sur l’ordre d’installation des groupes de populations s’inscrit de nos jours dans le contexte d’une lutte pour la revendication des droits d’usage des ressources du lac Fitri.

Peuplement, mobilité et territoires lignagers

8La vie au Fitri est rythmée par les saisons et l’ampleur de l’inondation. Pour protéger le territoire lacustre et échapper aux attaques, les Bilala se sont d’abord fixés dans les villages en bordure du lac Fitri, là où étaient installées les populations autochtones. Ils ont adopté les mêmes mobilités saisonnières entre les villages permanents sur les rives du lac Fitri et les villages de saison des pluies. En octobre-novembre, après la récolte des cultures pluviales, les agriculteurs reviennent à la périphérie du lac Fitri pour implanter les pépinières, puis repiquer le sorgho de décrue (berbere, en arabe tchadien). Ils alternent ensuite la pêche et l’entretien du berbere jusqu’à la récolte, qui intervient en février-mars. Les troupeaux transhumants arrivent à cette période et gagnent les riches pâturages des bourgoutières (Echinochloa stagnina) après avoir brouté les tiges de berbere. La fin de l’année se déroule autour de l’eau, sur les rives et dans les îles, dans les campements de pêche ou de pâturage, jusqu’au retour des pluies qui déclenche un nouveau départ vers les villages extérieurs et, pour les éleveurs, vers les terroirs d’attache situés dans le nord du Batha. Comme dans d’autres espaces lacustres similaires (Raimond et al., 2014 ; Rangé, 2016), la mobilité est l’un des éléments structurants du système.

9Monarque d’un État islamisé, le sultan est le chef suprême de l’ensemble du territoire. Il exerce son autorité par l’intermédiaire de sa cour de hauts dignitaires et de ses représentants (khalifat) répartis à la tête des sept provinces. Depuis l’organisation administrative coloniale française en 1903 et jusqu’en 2015, le sultanat a conservé son intégrité territoriale. Le canton créé en 1967 se situait dans la sous-préfecture d’Ati jusqu’en 2000, puis dans celle de Yao, remplacée en 2004 par le département du Batha-Ouest, lui-même divisé en deux sous-préfectures (Yao et Am-Djamena Bilala). En 2015, une réforme administrative a morcelé le territoire bilala en sept cantons, correspondants aux anciennes provinces, tout en lui accordant le statut, honorifique, de sultanat, au même titre que les autres sultanats tchadiens. Le contrôle territorial bilala suit un ordre hiérarchique descendant : sultan, khalifat, chefs de villages, puis chefs de quartiers et de campements. Si les relations avec les acteurs extérieurs sont arbitrées au niveau du sultan et de sa cour, les décisions sur l’accès des Bilala aux ressources sont prises au niveau des villages et des lignages. Ainsi, chacun des villages anciens dénommés villages-mères par Hagenbucher (1967) comprend un chef de terre qui gère l’accès aux terres de décrue et aux villages de saison des pluies qui leur sont liés (villages-satellites). Avec l’accroissement naturel de la population, le nombre de villages s’est multiplié et la mobilité s’est inversée entre des villages en zone exondée qui se pérennisent et des populations qui ne se déplacent plus que pour la saison de culture du berbere et de pêche. Le lieu de résidence principale a changé, mais les territoires lignagers dépendants des premiers villages implantés autour du lac Fitri demeurent.

La sécurisation des usagers face à la mobilité des ressources

10Le sultanat intervient dans la régulation de l’accès aux ressources du Fitri, essentiellement pour assurer la fluidité nécessaire au déroulement de toutes les activités dans l’espace et dans le temps. Ainsi, il fixe le calendrier des récoltes et des arrivées des acteurs extérieurs au lac Fitri (éleveurs, pêcheurs). Il répartit les résidents temporaires dans les espaces les moins occupés et assure l’arbitrage lors de conflits d’usage. Il opère également une redistribution du parcellaire agricole lors d’épisodes de crue exceptionnelle et de sécheresse sévère.

Régulation de l’accès aux ressources naturelles

11La régulation de l’accès aux pâturages et à l’eau du lac Fitri repose sur les rapports séculaires de complémentarités et d’alliances entre Bilala et éleveurs transhumants (Marty et al., 2012).

12Les alliances très anciennes entre les Arabes Djaatne, qui partagent l’histoire du Fitri, et les Bilala portent notamment sur la dia (en arabe tchadien), ou droit du sang. La dia est la compensation d’un crime remise à la famille de la victime, généralement payée en animaux, qui règle le conflit et limite les sentiments de revanche. Malgré la réforme pénale de 1947 en matière de jugement coutumier, la dia, comme outil de gestion des conflits, reste d’actualité au Tchad. Les alliances entre groupes réduisent le montant à régler, voire l’annulent totalement, comme c’est le cas entre Djaatne et Bilala. Ce principe fondamental d’entente permet de ne pas envenimer les conflits et prévient les affrontements collectifs. De nouvelles alliances tendent à être instaurées avec les autres groupes d’éleveurs fréquentant le Fitri, mais aucune n’est aussi forte que celle qui lie Djaatne et Bilala.

13D’autres éléments scellent la complémentarité et l’entente des communautés sédentaires et transhumantes. Certains sont occasionnels, comme les échanges sur les marchés, ou inscrits dans des démarches instituées, comme l’accès à l’eau et au pâturage, qui passent par les chefs de villages et les khalifats. D’autres relèvent de réseaux de connaissances plus étroits, comme pour l’accès aux résidus agricoles ou le transport des récoltes de berbere jusqu’au village, qui se négocient directement entre l’éleveur et le cultivateur. Ces relations durables se traduisent aussi par des échanges de services, à l’exemple du matériel de campement des éleveurs qui reste au village pour la saison suivante. La garde des animaux des Bilala par les éleveurs en transhumance est une pratique courante. Ces complémentarités sont inhérentes au système et aux rythmes des mobilités : c’est quand les ressources en eau se tarissent pour les troupeaux dans les zones sahéliennes et que le berbere est récolté au Fitri que les éleveurs arrivent pour profiter des sous-produits de l’agriculture, transporter les récoltes et accéder aux pâturages de décrue. Le respect de ce calendrier saisonnier est l’une des charges du sultan.

Un foncier agricole adapté aux aléas de la crue

  • 4 FCFA : Franc de la communauté financière africaine.

14Le principe de mobilité est également intégré dans le foncier agricole, qui tient compte des variabilités inter- et intra-annuelles de la crue. Il est contrasté entre zones inondables ou non. Les terres exondées se caractérisent par des sols sableux peu fertiles, où sont cultivés le mil pénicillaire, le sorgho pluvial, l’arachide et le niébé. Dans un contexte de faibles rendements agricoles, fortement dépendants de la pluviométrie et disponibles sur de vastes superficies, le mode d’accès à ces terres est libre et gratuit pour tous. L’implantation d’une habitation nécessite l’accord du chef de village, mais l’installation du champ ne requiert aucune autorisation particulière. La demande en terres agricoles se concentre sur les terres de décrue, où les sols argileux très fertiles ont des superficies limitées. La principale culture est le berbere, mais les cultures maraîchères (patate douce, tomate, concombre, niébé, gombo) s’y développent depuis leur introduction en 1984 par le Secours catholique pour le développement (organisation caritative non gouvernementale). Dans cet espace inondable, toutes les terres sont réparties entre les territoires lignagers. Les principaux modes d’accès aux terres sont l’héritage et le prêt ; malgré la pression anthropique, la terre ne se vend pas au Fitri et le droit musulman reste appliqué. Ce n’est que depuis deux décennies que s’observent deux nouveaux contrats engageant un échange monétarisé : la mise en gage des terres pour une période de 3 à 10 ans et la location annuelle pour un montant variant entre 7 500 et 15 000 FCFA4 par hectare.

15Si le sultan est présenté quelquefois comme le « propriétaire » du Fitri, la réalité est plus complexe en raison des réminiscences d’un système foncier antérieur, profondément ancré dans les croyances et les pratiques bilala. Ainsi, chaque communauté bilala se définit en référence à un ancêtre fondateur commun et contrôle les terres de son territoire lignager (Mbagogo, 2019). Ces territoires dépendent des villages-mères préexistants à la conquête bilala. L’ancêtre fondateur est le gardien du patrimoine foncier lignager. Le kaïdala est son représentant contemporain, nommé par le sultan et très souvent proposé par le groupe lignager concerné (parfois le titre est hérité). Il réceptionne et examine les demandes d’accès à la terre, veille à l’application des règles sur les terres du sultanat et gère les conflits au niveau du territoire lignager. Il en réfère au khalifat, puis au sultan si le problème le dépasse. Le kaïdala est accompagné du de-arde, ou chef de terre, garant des règles d’attribution et de transmission de la terre au sein des segments lignagers. Le sacrificateur (ngarmane) pratique les rites agraires avant le semis, le repiquage et la récolte de berbere. Ces rites étaient pratiqués avec de la bière de mil dans la période pré-islamique. Aujourd’hui, une chèvre ou un mouton est tué et des prières sont prononcées par l’imam ou le marabout en reconnaissance à Allah et pour implorer la clémence des divinités ancestrales. Au sein du territoire lignager, les parcelles sont attribuées à chaque famille, qui en a l’usufruit. Elles sont transmises par héritage de père en fils. Les femmes bilala détiennent très rarement les droits d’usage d’une parcelle. L’agriculteur ayant droit sur la parcelle (de-djar) l’exploite, il peut éventuellement la prêter mais ne peut pas la vendre.

16L’originalité du système foncier réside dans l’adaptation de ces règles générales aux contextes localisés de l’inondation. Les secteurs régulièrement inondés sont localisés le long du Batha, dans le delta et les rives proches où la crue s’étale en priorité : il s’agit des plaines de Seïta, Djira, Sizoro et Sorman-maf (fig. 2, cf. p. 3 cahier hors-texte). Dans ces secteurs, la culture du berbere est régulière, avec un parcellaire fixe et les règles exposées ci-dessus sont appliquées. Le sultan, au travers des khalifat et kaïdala, n’intervient qu’en années de fort déficit, comme en 2009 où le berbere du lac Fitri n’a pu être repiqué que dans ce secteur. Une redistribution temporaire du parcellaire est opérée pour que chaque famille dispose au moins d’une petite portion à repiquer. Les familles retrouvent leur domaine foncier avec le retour des crues plus abondantes. Dans les secteurs irrégulièrement inondés, au nord-ouest et à l’ouest du lac Fitri, l’accès au foncier est strictement contrôlé et renouvelé chaque année par le kaïdala et le de-arde. Cela concerne principalement les plaines de Manga et Tchémané. Ici, le domaine lignager est régulièrement redistribué entre les familles du lignage en fonction du niveau de la crue et de la taille de la famille. Ce système assure une production minimale en année de faible crue ; dans le cas de forte crue, comme en 2015, il permet d’optimiser la production agricole et de dégager de très grandes récoltes. C’est aussi dans la plaine de Manga, au nord de Gorko, que se localisent les « réserves de terre » du sultan. Il s’agit de terres non attribuées, habituellement trop longtemps inondées pour être repiquées, et qui sont réparties, les années de très faible crue, entre les cultivateurs dont les parcelles n’ont pas été inondées.

17Ces dispositifs sécurisent l’accès aux parcelles agricoles pour les cultivateurs et réduisent leur vulnérabilité face aux aléas de la crue. La gestion des terres est pensée à l’échelle de l’ensemble du lac Fitri et l’adaptation l’est au niveau collectif et non individuel. Dans ces conditions, la redevance (wasak nanga [langue bilala] ou zakât [langue arabe]) d’un dixième sur la récolte céréalière versée annuellement au sultan n’est, dans l’ensemble, pas mal vécue. Elle sert non seulement à recevoir les étrangers à la chefferie et aux frais de représentation, mais aussi à l’assistance des personnes nécessiteuses.

Croissance des insécurités

18Depuis la moitié du xxe siècle, plusieurs éléments fragilisent le socioécosystème. Les principaux sont la croissance démographique, l’insécurité et l’assèchement plus rapide des puits en zone sahélienne qui obligent les éleveurs à séjourner au Fitri plus tôt et plus longtemps dans la saison (Zakinet, 2015), l’arrivée de nouveaux acteurs dans le territoire (pêcheurs, orpailleurs), la déconcentration des services de l’État qui interfèrent avec les prérogatives du sultanat et la crise de légitimité du sultan.

Densification du parcellaire agricole et conséquences sur le foncier

19D’après les derniers recensements, la population a doublé en vingt ans dans le canton du Fitri, passant de 59 500 habitants en 1989 à 110 400 habitants en 2009 (densité de 20 habitants par kilomètre carré en 2009). Ces chiffres sont sous-estimés, compte tenu de la très grande mobilité des populations et de l’arrivée saisonnière des éleveurs transhumants, qui étaient estimés à 17 500 personnes à la fin des années 1980 (Biep, 1989). Les cheptels ont également fortement augmenté durant la même période (Marty et al., 2012). Le corollaire de cette situation est une augmentation de la pression anthropique sur le milieu (BEGC, 2016), qui se traduit par une densification du parcellaire agricole et une hausse des prélèvements de ressources (pâturage, pêche, chasse, bois, autres produits de cueillette). Le suivi de la zone humide depuis 1987 montre une extension des eaux libres et des marécages, qui a permis à une population plus nombreuse d’exploiter des ressources naturelles plus abondantes (Yalikun et al., 2019). Ainsi, les superficies cultivées ont suivi la croissance démographique et l’augmentation des surfaces de décrue (3 000 ha en 1987 ; 60 000 ha en 2015) jusqu’à former une auréole de champs de berbere autour du lac Fitri (fig. 3, cf. p. 4 cahier hors-texte).

20La densification du parcellaire agricole réduit la fluidité qui permettait au système de sécuriser l’accès aux parcelles de décrue. Des tensions apparaissent sur les allocations de parcelles et les cas de location et d’hypothèque sur plusieurs années se multiplient dans les terroirs les plus denses. Dans les villages qui ne sont pas liés à des territoires lignagers comprenant des champs de berbere (à l’exemple des îles Modo), les Bilala optent pour des stratégies matrimoniales pour obtenir une parcelle. On observe une exclusion d’un nombre croissant d’agriculteurs aux terres de berbere, qui se reportent sur le maraîchage sur les rives et les îles dont le statut foncier n’est pas clarifié. Le système de redistribution foncière lors de faibles crues devient difficile à appliquer en raison du grand nombre de familles à contenter. Des stratégies individuelles se développent, qui consistent à disposer de deux parcelles plus ou moins proches du lac Fitri pour s’adapter au niveau de la crue.

21La multiplication des champs représente aussi une entrave à la mobilité des troupeaux, d’autant plus grande que les éleveurs arrivent de plus en plus tôt dans la saison et ne peuvent pas traverser les champs déjà repiqués pour atteindre le lac Fitri. Les complémentarités entre agriculture et élevage se réduisent avec, pour les agriculteurs, une obligation de garder leurs champs face à l’incursion des animaux et, pour les éleveurs, celle de payer pour accéder aux sous-produits agricoles. Les conflits agriculteurs-éleveurs se multiplient. Certains éleveurs transhumants arrivent avant les périodes de repiquage, d’autres sédentarisent une partie de la famille dans le Fitri pour sécuriser l’accès de leurs troupeaux au lac. Dans ce dernier cas, ils cherchent aussi à cultiver et accroissent la demande de parcelles agricoles. Celle-ci risque d’augmenter encore si les orpailleurs, arrivés en grand nombre lors de la ruée vers l’or de janvier 2016, décident de se fixer et de consacrer une partie de leur temps à l’agriculture. La pression sur les pâturages s’accroît également ; des conflits meurtriers entre éleveurs sont apparus à l’ouest du lac Fitri pour leur contrôle, que le sultan n’est pas parvenu à régler (Zakinet, 2015).

Usages concurrentiels et territorialisation des eaux libres

22À l’intérieur des eaux libres, la concurrence se fait aussi très rude. Le désenclavement en cours de la région du Fitri par le bitumage de la route qui la traverse (commencé en 2011 mais inachevé : cf. fig. 1, p. 3 cahier hors-texte) réduit les temps de transport vers les grandes villes du Tchad (N’Djamena, Ati, Abéché) et fait prospérer une nouvelle filière de commercialisation du poisson. Ainsi, du poisson frais est désormais vendu, en plus du poisson séché ou fumé acheminé vers le Nigeria depuis les années 1980 (Dagou et al., 2005). De nouveaux pêcheurs arrivent de l’extérieur, notamment du lac Tchad depuis la crise Boko Haram en 2014, avec de nouvelles techniques qui augmentent la productivité de la pêche. Comme tous les nouveaux arrivants, ces pêcheurs s’adressent au sultan qui leur désigne un campement de pêche. Les eaux libres sont collectives et non comprises dans les territoires lignagers, il n’y a donc officiellement aucun droit d’installation à payer, ni au niveau du sultan, ni à celui des kaïdala.

23Pour préserver la ressource, le sultan interdit les nasses et les filets dérivants, la seule technique autorisée étant celle des Bilala, la ligne d’hameçons. Depuis l’installation du service des Eaux et Forêts à Yao au début des années 2000, la réglementation de la loi 14/PR/2008 s’applique. Elle impose les permis de pêche et interdit les filets aux mailles trop fines, les nasses et les sennes de plage. Dans la pratique, ces interdictions sont peu respectées, et la pression de la pêche est devenue telle que les conflits apparaissent entre pêcheurs bilala et allochtones, et entre pêcheurs et éleveurs qui fréquentent les îles au même moment. L’extension des cultures maraîchères sur les îles ajoute à la pression sur ces espaces et réduit encore la mobilité des troupeaux.

24Une revendication de droit d’usage exclusif apparaît de la part des Bilala qui créent des règles d’usages différenciées dans les eaux libres (Saunier et al., 2019). Dans les eaux proches des terres et les îles sous influence des kaïdala de Gamsa et Daga par exemple, les Bilala détruisent systématiquement les filets et les nasses, excluant de fait tous les pêcheurs allochtones. D’autres kaïdala imposent le règlement d’un forfait pour avoir le droit de s’installer sur les îles. Une territorialisation des eaux du lac est ainsi en train de s’opérer à partir des territoires lignagers et des îles et rives du lac Fitri que les Bilala contrôlent. Cette situation démontre la forte insécurité ressentie par les Bilala, qui n’obtiennent plus des prises aussi abondantes que par le passé avec des techniques de pêche peu concurrentielles. L’insécurité est ressentie aussi par les pêcheurs allochtones, soumis à l’arbitraire d’une légalité fluctuante.

Vers une crise de légitimité du sultanat ?

25Le sultanat bilala constitue encore en 2018 un pouvoir local fort, mais il a été réduit depuis l’administration coloniale et il n’échappe ni aux dissensions internes, ni aux contestations de sa légitimité à administrer le territoire et à rendre la justice dans un État moderne. Le sultan n’a plus le droit de vie et de mort depuis la période coloniale, et il ne perçoit plus, depuis 1947, le droit de pacage que lui devaient les éleveurs qui arrivaient dans le Fitri. Cette perte a érodé son influence sur les installations des éleveurs, et donc l’intérêt de gérer un calendrier strict des récoltes. Celui-ci n’est plus proclamé qu’à Gamsa et Daga, qui se révèlent être les territoires lignagers les plus conservateurs. Le nombre croissant de conflits entre sédentaires et transhumants met à rude épreuve les alliances par la dia. Les nouveaux groupes d’éleveurs n’ont pas fait d’alliance avec les Bilala, ce qui envenime les conflits, qui dégénèrent plus facilement.

26La multiplication des acteurs, nouveaux éleveurs, pêcheurs ou orpailleurs, met à mal l’autorité du sultanat, car tous ne la reconnaissent pas. Les plaignants disposent désormais de plusieurs voies pour régler leurs différends : la chefferie traditionnelle, la brigade et le tribunal en cas de blessures et de meurtres, la sous-préfecture et la préfecture en cas de litige sur le foncier. Dans cette situation de pluralité dans la gestion des conflits et de diversification des acteurs, le sultan peine à réguler certains affrontements et à gérer les ressources. Il appelle lui-même à plus d’intervention de l’État. Le dernier épisode qui vient fragiliser le sultanat est la réforme administrative qui morcelle le territoire et donne du pouvoir aux sept khalifat-gouverneurs des provinces transformées en canton. Si cette réforme administrative intervient aujourd’hui, c’est aussi en raison d’une demande, de la part de notables du sultan, d’un partage du pouvoir aujourd’hui concentré aux seules mains de ce dernier (Mugelé, 2019).

Conclusion

27Le socioécosystème du Fitri reposait sur la reconnaissance de l’autorité coutumière par l’ensemble des usagers, assurant la sécurité des personnes et de leur accès aux ressources naturelles grâce à la gestion d’un calendrier précis et à la redistribution des droits d’usage en fonction de la disponibilité des ressources. L’augmentation de la pression sur les ressources, la diversification des acteurs et la perte de légitimité du pouvoir du sultan perturbent l’ensemble du système et renforcent les insécurités foncières, alimentaires et sociales à l’origine des conflits. Ces résultats amènent à nuancer le rôle du climat dans l’accroissement des insécurités et à ne sous-estimer ni celui du poids de la démographie sur les écosystèmes, ni celui de l’affaiblissement des pouvoirs coutumiers.

28L’exemple du Fitri est remarquable de plusieurs points de vue. Il montre le développement d’un territoire fondé sur le fonctionnement écologique d’une zone humide et de sa biodiversité selon un système complexe et une gouvernance arbitrant intérêts personnels et collectifs. Sa résilience intègre la variabilité environnementale en tenant compte des interactions entre les hommes et la nature, et en sécurisant les acteurs face aux risques et aléas de l’environnement physique, socioéconomique et politique. Il présente aussi une situation originale d’un pouvoir local fort qui permet de penser des règles et arrangements institutionnels nouveaux, transposables dans d’autres situations similaires, comme au lac Tchad, où de nouvelles formes de gouvernance sont à inventer.

Bibliographie

Biep, 1989
Étude de développement rural intégré du lac Fitri. N’Djamena, République du Tchad, Ministère de l’Agriculture, Banque islamique de développement, Cedrat-SA, Biep, document de synthèse et annexes, 61 p.

Bouquet C., 1991
Insulaires et riverains du lac Tchad. Paris, L’Harmattan, 412 p. (tome 1) et 464 p. (tome 2).

Bureau d’études géo-conseil (BEGC), 2016
Étude diagnostique de la diversité biologique de la Réserve de Biosphère du lac Fitri. N’Djamena, République du Tchad, Ministère de l’Environnement et des Pêches, FSE, 81 p.

Courel M. F., Morin F., Raimond C., 1997
« Intégration modèle ou modèle d’intégration ? La gestion de l’environnement au lac Fitri (Tchad) ». In Singaravelou P. (dir.), Pratiques de gestion de l’environnement dans les pays tropicaux, Talence, Dymset, Cret : 311‐327.

Dagou P. et al., 2005
« La pêche dans les lacs Fitri et Léré au Tchad. Techniques de capture, conservation des produits et enjeux de protection ». In Raimond C., Garine E., Langlois O. (dir.), Ressources vivrières et choix alimentaires dans le bassin du lac Tchad, Paris, IRD, Prodig : 87‐112.

Dixon A. B., Wood A. P., 2003
Wetland cultivation and hydrological management in eastern Africa: Matching community and hydrological needs through sustainable wetland use. Natural Ressources Forum, 27 : 117-129.

Hagenbucher F., 1967
Notes sur les Bilala du Fitri. Cahiers Orstom, série sciences humaines, 5 (4) : 40‐75.

Kemsol N. A., 2018
Dynamique spatiale des cultures de décrue dans les zones lacustres soudano‑sahéliennes de 1985 à 2015 : le cas des lacs Fitri et Iro au Tchad. Thèse de doctorat, Université Félix Houphouët-Boigny (Abidjan), 178 p.

Magrin G., Pérouse de Montclos M. A. (dir.), 2018
Crise et développement. La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram. Paris, AFD, 294 p.

Marty A., Zakinet D., Khamis Djibrine D., Bénard C., 2012
Analyse de l’évolution des ressources dans le département du Fitri. N’Djamena, AFD, Antea-Iram pour le Programme Almy Al Afia 2, 128 p.

Mbagogo A., 2019
« Pratiques et enjeux de la gestion foncière autour du lac Fitri ». In Raimond C., Sylvestre F., Zakinet D., Moussa A., Le Tchad des lacs. Les zones humides sahéliennes au défi du changement global, Paris, IRD.

Mugelé R., 2019
« Le lac Fitri, un modèle de gestion en crise ? ». In Raimond C., Sylvestre F., Zakinet D., Moussa A., Le Tchad des lacs. Les zones humides sahéliennes au défi du changement global, Paris, IRD.

Orange D., Arfi R., Kuper M., Morand P., Poncet Y. (éd.), 2002
Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales. Paris, Bamako, IRD, CNRST, 995 p.

Ostrom E., 1990
Governing the Commons. The Evolution of Institutions for Collective Action. Cambridge, Cambridge University Press, 298 p.

Raimond C., Rangé C., Guérin H., 2014
« La multi-activité et la multifonctionnalité, principes d’un développement pour le Lac ? ». In Lemoalle J., Magrin G. (dir.), Le développement du lac Tchad : situation actuelle et futurs possibles, Marseille, IRD : 423-474.

Raimond C., Mouazamou A., Zakinet D., 2017
Le lac Fitri, entre ordre et désordres. Film, 26’, Paris, N’Djamena, Maroua, FSP Gelt, IRD Audiovisuel, Laboratoire d’anthropologie visuelle de Maroua, UMR Prodig [en ligne].

Ramsar, 2014
Wetlands and Agriculture: Partners for growth, World Wetlands Day 2 February, 16 p.

Rangé C., 2016
Gouvernance foncière et intensification du multi-usage de l’espace. Le cas de la fenêtre camerounaise du lac Tchad. Économie rurale, 353-354 : 45-53.

Réounodji F., Rangé C., Guérin H., 2015
« L’élevage au Lac Tchad : une oasis pastorale diversifiée ». In Magrin G., Lemoalle J., Pourtier R. (éd.), Atlas du lac Tchad. Paris, Passages, 183 : 114-116.

Saunier M., 2019
« Les “territoires d’eau” ou comment gérer les ressources halieutiques dans les espaces lacustres : les cas du lac Fitri et Iro ». In Raimond C., Sylvestre F., Zakinet D., Moussa A., Le Tchad des lacs. Les zones humides sahéliennes au défi du changement global, Paris, IRD.

Seignobos C., 2015
Boko Haram et le lac Tchad. Extension ou sanctuarisation ? Afrique contemporaine, 225 : 93-120.

Yalikun T. et al., 2019
« Variabilité des crues et des paysages du Fitri depuis les grandes sécheresses des années 1970-1980 : plus ou moins de ressources pour les riverains du lac ? ». In Raimond C., Sylvestre F., Zakinet D., Moussa A., Le Tchad des lacs. Les zones humides sahéliennes au défi du changement global, Paris, IRD.

Zakinet D., 2015
Des transhumants entre alliances et conflits, les Arabes du Batha : 1635-2016. Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 466 p.

Zeltner J.-C., 1980
Pages d’histoire du Kanem, pays tchadien. Paris, L’Harmattan, 279 p.

Notes

1 Coopération franco‑tchadienne, Fonds de solidarité prioritaire (FSP) de l’ambassade de France au Tchad (2014-2017).

2 Pour plus de précisions, voir Marty et al., 2012 et le film documentaire Raimond et al., 2017.

3 Sur les relations du Fitri avec les royaumes voisins, voir aussi Marty et al., 2012.

4 FCFA : Franc de la communauté financière africaine.

Auteurs

Géographe, enseignante-chercheuse à l’université d’Ati (Tchad), doctorante à l’université Gaston Berger de Saint‑Louis (Sénégal) et à l’UMR Prodig (France).

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search