Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Partie 1 – L’histoire des insécurités

Chapitre 4. Insécurités anciennes au sud du bassin tchadien

Les lueurs de l’archéologie

Olivier Langlois

Résumé

Les sources historiques relatives au bassin tchadien méridional témoignent d’un développement de l’insécurité à partir du xive siècle. Mais que sait-on de ce phénomène aux périodes antérieures, pour lesquelles l’archéologie est la première source d’information ? À l’échelle de la région, la littérature archéologique ne fait que rarement mention des indicateurs d’insécurité les plus classiques. Ceux-ci étant rares et délicats à interpréter, un autre indicateur, plus spécifiquement adapté à la région d’étude, sera recherché. Associés, ces différents indicateurs archéologiques permettront d’envisager une recrudescence de l’insécurité à compter du xe siècle apr. J.-C. dans certaines parties du bassin tchadien méridional.

Texte intégral

Introduction

1À travers son passé récent, abondamment documenté par des récits de raids, d’exactions et de guerres, le sud du bassin du lac Tchad se présente comme le théâtre d’une violence extrême qui semble avoir atteint son paroxysme au xixe siècle, alors même que les premiers voyageurs européens pénétraient ces terres de razzia, souvent dans le sillage de colonnes esclavagistes. Si les premières descriptions de ces contrées sont sans équivoque quant à l’insécurité qui y régnait, l’ancienneté du phénomène reste difficile à évaluer. Tout porte à croire que l’insécurité s’est fortement accrue avec la mise en place des royaumes soudaniens. Les plus anciennes sources écrites disponibles, qui se rapportent au Kanem-Bornou, font ainsi état de conflits armés. Dans le Diwān salaīn Bornū, une liste dynastique rédigée à partir du xiiie siècle, plusieurs guerres sont évoquées, contre des ennemis pour certains clairement identifiables : Bulala, Sao (Lange, 1977). L’une d’elles nous est particulièrement bien connue grâce au Kitāb sha’n balad al-Bornū, récit d’Ibn Furtū (rédigé en 1576) des expéditions guerrières menées par Idriss Alaoma, le may (sultan, langue kanuri) du Bornou, contre les communautés sao installées au sud-ouest du lac. Ce texte permet de faire remonter au xive siècle, voire à la fin du siècle précédent, le début de ce long conflit qui coûta la vie à quatre may. Mais, dans certaines régions, des troubles semblent bien avoir préexisté aux États. Sur la base de sources orales, Christian Seignobos (Seignobos et al., 1987) a ainsi montré que d’incessants conflits, à l’origine de déplacements de populations, opposaient les « cités » (ngulmung, langue massa) implantées aux abords du Chari avant que le Baguirmi ne s’y développe. Cette période nous porte déjà au seuil de ces « temps obscurs » que les sources historiques, qu’elles soient écrites ou orales, ne parviennent plus guère à éclairer. L’information archéologique devenant alors la principale source documentaire, c’est à travers elle que nous tenterons d’envisager l’histoire ancienne de l’insécurité au sud du bassin tchadien.

2Il n’y a là rien de bien original puisque l’objet d’étude de l’archéologie – les vestiges matériels – offre a priori de multiples accès aux phénomènes de violences qui peuvent être abordés à travers une large gamme d’indicateurs relevant de différentes catégories et échelles : paléopathologie, armes, systèmes de défenses, destructions, topographie des implantations et distribution des sites (Buchenschutz et al., 2014)… Mais nous verrons que ces indicateurs classiques d’insécurité, en plus d’être souvent équivoques, n’ont été que rarement observés à l’échelle de notre région d’étude, sans que l’on puisse pour autant voir dans cette rareté le signe évident que les périodes concernées étaient paisibles. Nous tenterons donc de compléter notre information en considérant un autre indicateur archéologique, à la fois indirect et contextuel, des conditions de sécurité régionales. La première partie de l’étude sera ainsi consacrée aux indices classiques de troubles et de violences, que nous traiterons successivement. Pour chacun d’eux, nous évoquerons les difficultés d’interprétation et les rares découvertes archéologiques qui s’y rapportent. Dans la seconde partie, nous changerons de perspective pour nous intéresser aux mouvements de populations en direction des piémonts orientaux des monts Mandara, une zone souvent considérée comme un « refuge » pour les peuples des plaines orientales. Grâce à un marqueur archéologique particulier, les pâtes céramiques à dégraissant de chamotte, nous montrerons que ces piémonts furent régulièrement investis par des populations venues des plaines alluviales. En conclusion, en combinant les différentes informations collectées, nous dresserons un tableau très général de l’histoire ancienne de l’insécurité dans le sud du bassin tchadien.

Les victimes de violences

3Le moyen le plus direct d’apprécier les violences subies par les populations anciennes consiste à rechercher des stigmates de traumatismes sur les restes humains, généralement osseux, qui s’y rapportent. Mais encore faut-il pouvoir distinguer les conséquences d’actions humaines délibérées des lésions d’origines accidentelles (chutes, chocs…) ou résultant d’agressions animales (prédation, accident de chasse). Se voir confronté à cette difficulté, c’est déjà disposer d’informations anthropologiques précises. Or, à l’échelle du bassin tchadien méridional, de telles informations sont rares, surtout au regard du grand nombre de sépultures fouillées. Toutes se rapportent à des sites de la plaine péritchadienne (fig. 1) (Valois, 1938 ; Hartweg, 1942 ; Valeix, 1974 ; Lebeuf et al., 1980), et aucune ne fait état d’observations paléopathologiques. Les vestiges osseux étudiés sont bien souvent dans un état de conservation peu propice à l’identification de lésions traumatiques, si bien que l’absence de mention de ce type d’indice ne saurait donner lieu à une quelconque interprétation.

Figure 1 – Localisation des sites archéologiques mentionnés dans le texte.

Figure 1 – Localisation des sites archéologiques mentionnés dans le texte.
  • 1 En Haute-Nubie (Soudan), à la période Kerma (2500-1500 av. J.-C.), l’inhumation de « morts d’accomp (...)

4Quelques signes de violences ont pourtant été reconnus au sein de sépultures. Le cas le plus remarquable remonte au milieu du Ier millénaire avant notre ère et se rapporte à une tombe de Daima (période Daima 1) dans laquelle fut trouvée une armature à barbelure en os qui semble avoir pénétré l’aine du sujet adulte, présumé masculin, qui y reposait (Connah, 1981 ; cf. fig. 1 pour la localisation des sites). Les deux autres cas, qui portent sur des périodes beaucoup plus récentes, semblent plus discutables. L’un concerne l’horizon VI du site de Houlouf (daté d’environ 1200-1400 apr. J.-C.) où une jarre retournée renfermait un squelette d’enfant de 6 à 9 ans. D’autres signes évoquant une attaque soudaine, A. Holl (2002) suppose que l’enfant a péri dans la poterie dans laquelle il avait tenté de se cacher. L’autre cas se rapporte à la région de Garoua, et plus particulièrement au site de Bibémi I (non daté), où l’une des sépultures en jarre fouillées par J.-G. Gauthier était bordée par deux squelettes disposés tête-bêche. Selon ce chercheur, il ne serait « […] pas douteux que ces deux squelettes correspondent à ceux de personnages d’un rang inférieur, ou bien à ceux de captifs ou d’ennemis sacrifiés en l’honneur du défunt ; de telles pratiques étaient assez courantes si l’on en croit les traditions orales » (Gauthier, 1979 : 40). Si l’usage de déposer des « morts d’accompagnement » au côté des dépouilles de certains personnages est à la fois ancien et commun en Afrique1, les données qui nous sont livrées concernant cette sépulture semblent tout de même laisser place au doute.

Les destructions

5Les conflits entraînant souvent des destructions, celles-ci comptent parmi les possibles indicateurs de violences. Mais s’il est aisé de reconnaître un « niveau de destruction » dans l’histoire d’un bâtiment ou d’un espace habité, il s’avère souvent difficile d’en déterminer la cause. La nature des matériaux de construction généralement utilisés dans notre région – terre crue et/ou éléments végétaux (paille hachée, branches, tiges…) –, conjuguée aux conditions climatiques (fortes pluies) et aux processus biologiques (termites…), limite la durée de vie des bâtiments qui, une fois effondrés, servent souvent d’assises à de nouveaux édifices. Ainsi, la séquence d’occupation d’un site d’habitat stratifié comportera souvent une succession de niveaux de construction et de destruction. Même lorsqu’un incendie est manifestement responsable de la destruction d’un édifice, on ne saurait y voir la marque évidente d’une action volontaire. De nos jours encore, l’inflammabilité de certains matériaux de constructions utilisés, la présence de foyers au sein même des habitats (pour la cuisine, le chauffage…), et la conduite fréquente d’activités accidentogènes à leur voisinage (brûlis, arts du feu : forge, cuisson de poteries…) sont les causes de fréquents sinistres. Il en fut certainement de même par le passé. Dans la pratique, il arrive effectivement de rencontrer des constructions anciennes ayant conservé la trace d’un incendie. Ce fut notamment le cas à Mowo où la base d’un mur en argile, ultime vestige d’une case ronde édifiée au ixe siècle apr. J.-C., porte la trace d’une chauffe difficilement explicable autrement que par un événement de ce type (Langlois, 1995). Pour autant, rien n’indique que ce sinistre a résulté d’une action hostile. Finalement, à notre connaissance, il n’y a guère qu’à Houlouf que les caractéristiques particulières d’une occupation archéologique ont été interprétées comme les conséquences d’une attaque. Cette occupation, dénommée horizon VI, remonte à la sous-phase B de la phase Blé, une période qui s’étend du début du xiiie à la fin du xve siècle. Elle a notamment révélé un espace dédié à la production de sel qui, selon A. Holl (2002), porterait les traces d’une violente attaque, celle-là même qui aurait conduit l’enfant susmentionné à se cacher dans une jarre, où il serait mort.

Les systèmes de défense

6La présence d’un ouvrage à caractère défensif sur un site suggérera évidemment qu’une menace pesait sur ses habitants. L’importance de cette menace sera même parfois évaluée à l’aune de l’énergie investie pour réaliser cet ouvrage. Il faut pourtant se garder de penser qu’un système à capacité défensive traduit nécessairement un climat conflictuel. Ainsi, de nos jours, les ouvrages de terre qui entourent les cités kotoko constituent une frontière à la fois matérielle et symbolique avec le monde sauvage (Lebeuf et Lebeuf, 1977). Et, plus généralement, les ouvrages de ce type sont les marques évidentes de la puissance des communautés qu’ils abritent, et présentent ainsi une dimension ostentatoire de premier plan. Mais, pour s’interroger sur la nature d’un ouvrage à capacité défensive, encore faut-il avoir eu connaissance de son existence. Or, bien des enceintes de terre ont été détruites par l’érosion et bien des fossés se sont comblés sans laisser de trace perceptible à la surface des sites. Le site de Zilum, où le fossé d’enceinte ne fut repéré que suite à une prospection magnétique (Magnavita et al., 2006), de même que la butte de Deguesse, où l’enceinte de terre, aujourd’hui disparue, reste évoquée dans des récits, en témoignent (Holl, 2002). L’évanescence des ouvrages défensifs est un phénomène qu’il faut d’autant plus considérer qu’ils pouvaient être intégralement faits de matériaux périssables. Les travaux de C. Seignobos (1978, 1980, 1985) ont en effet montré la variété, la sophistication et l’efficacité de ces fortifications végétales autrefois élaborées par diverses populations du bassin tchadien méridional. Certains de ces systèmes, uniquement constitués de haies vives d’épineux, ne laisseraient aucune trace « archéologique ». Or, la linguistique semble montrer que les épineux sont depuis longtemps utilisés à des fins défensives par les populations régionales, notamment par les populations dites « sao » (Tourneux, 2008). Se fonder sur les ouvrages à caractère défensif pour évaluer l’insécurité d’une zone donnée, à une période donnée, c’est donc apprécier un phénomène à partir d’une documentation potentiellement très lacunaire.

  • 2 Une troisième catégorie, les buttes sao 3, correspond aux buttes les plus récentes, qui ne comporte (...)

7L’intérêt pour les défenses de terre remonte aux premiers temps de la recherche archéologique régionale. La présence de fossés et de levées de terres fut même longtemps considérée comme le principal critère d’évaluation chronologique des sites de la région péritchadienne. Selon J.-P. Lebeuf (1969), aux buttes sao 1, dépourvues d’ouvrages défensifs et supposées correspondre aux occupations les plus anciennes, auraient succédé les buttes sao 22, des établissements, souvent encore occupés, dotés d’une enceinte de terre. Cette typochronologie, conçue avant le développement des méthodes de datation radiométrique, n’est plus guère retenue aujourd’hui.

8De fait, nous savons aujourd’hui que des ouvrages de terre ont été élaborés dans l’aire péritchadienne à des périodes très anciennes. Ce type d’ouvrage y remonte pour le moins au milieu du Ier millénaire av. J.-C., période à laquelle fut creusé le fossé qui enceint le vaste site de Zilum (Magnavita et al., 2006). Ce fossé, autrefois probablement doublé d’une levée de terre aujourd’hui disparue, court sur un kilomètre et protège une douzaine d’hectares. Tout comme la hiérarchisation des sites du secteur et l’existence probable d’une spécialisation artisanale, l’important travail nécessaire au creusement de ce fossé et à la construction du mur qui devait le border témoigne d’une organisation sociale d’une complexité rarement reconnue au sud du Sahara à une période si reculée. Selon Magnavita et al. (2006), le fossé de Zilum et ceux d’autres sites contemporains (tel Rungwa, qui serait un site satellite de Zilum), suggéreraient que la phase Gajiganna III (600-400 av. J.-C.) fut moins paisible que les phases précédentes (Gajiganna I et II : 1800-600 av. J.-C.), ce qui expliquerait la mise en place précoce d’un habitat nucléé dans la région. On notera que l’ancienneté des systèmes de défense au voisinage du lac Tchad semble confirmée par la linguistique, l’étymologie même du terme « sao » renvoyant aux haies d’épineux qui auraient précédé, puis accompagné, les fossés et les défenses de terre. Par métonymie, ce terme aurait ensuite désigné les populations de la région du lac Tchad qui vivaient regroupées « […] en cités fortifiées, originellement protégées par des défenses végétales en épineux » (Tourneux, 2008 : 7).

9Si l’ancienneté des enceintes de terre ne fait aucun doute, la plupart de celles qui ont été observées se rapportent à des périodes relativement récentes. S. MacEachern (2001) suppose que ces systèmes de défenses se sont développés à partir de 1200 apr. J.-C., peut-être en réaction à l’expansion du Kanem. A. Holl (2002) les pense un peu plus tardifs : ils apparaîtraient à partir du xve siècle, en même temps que les cimetières, les deux phénomènes participant du processus de concentration du pouvoir politique qui aboutira, quelques siècles plus tard, aux principautés kotoko. Le tableau historique de la région de Houlouf dressé par cet auteur situe ainsi l’enceinte de terre présente sur ce site à la fin de la période Blé phase B, c’est-à-dire à la charnière des xive et xve siècles, au moment où se développe localement une puissante chefferie tenue par une aristocratie guerrière (Holl, 2002).

10Dans les piémonts orientaux des monts Mandara, de nombreux ouvrages défensifs ont aussi été reconnus sur d’anciens sites d’occupation, sous la forme d’alignements de pierres. La plupart se rapportent aux derniers siècles et durent servir d’assise aux « fortifications végétales » décrites par Christian Seignobos (1978, 1980, 1985). Parmi les nombreux sites présentant ce type de vestiges, certains ont fait l’objet de sondages archéologiques : Balda-Tagamré (Langlois, 1995), Manaouachi Gréa (MacEachern, 2012). L’ancienneté de ces ouvrages défensifs n’en reste pas moins hypothétique, les indications chronologiques fournies par les fouilles étant souvent trop imprécises pour permettre de tester les informations apportées par les sources orales.

Les armes et les guerriers

11Les armes sont évidemment des indicateurs à considérer. Toutefois, leur utilisation pose différents problèmes. Dans la pratique, il peut s’avérer difficile de distinguer une « arme par nature » d’un outil tranchant et/ou contondant : hache, couteau… Un tel outil peut d’ailleurs occasionnellement devenir une « arme par destination ». Et même lorsqu’un objet est clairement identifiable comme une arme, il reste à préciser son cadre d’utilisation et la ou les nature(s) de ses victimes. De fait, bien souvent, les armes dites « offensives » (flèches, lances, couteaux de jets…) mobilisées dans le cadre de confrontations armées le sont aussi pour les activités cynégétiques, voire halieutiques. Quoique « offensives », elles servent aussi à parer à de possibles agressions, qu’elles soient d’origine animale ou humaine. Pour toutes ces raisons, les armes « défensives », qui ne sont guère utilisées que pour le combat, les cérémonies et les danses guerrières, sont souvent considérées comme de meilleurs indicateurs de conflits armés que les armes « offensives ». Malheureusement, dans un contexte tel que le nôtre où, jusqu’à une période récente, les boucliers et les tenues de combat étaient essentiellement faits de matériaux périssables, ces armes ne sauraient être d’un grand secours. Si l’on ajoute à tout cela que des armes figurent souvent parmi les signes de prestige et/ou de virilité et que, à ce titre, elles sont souvent portées par les hommes lors de leurs déplacements, la découverte d’objets clairement assimilables à des armes ne saurait, à elle seule, prouver l’existence de conflits intercommunautaires.

12C’est ainsi que, si les travaux archéologiques menés dans le bassin tchadien ont livré leur lot de lames de couteau et de pointes de flèches ou de sagaies, la littérature ne présente guère d’objets clairement identifiables comme des armes de combat. Même l’armature retrouvée dans le squelette de Daima pourrait avoir appartenu à une arme de chasse ou de pêche (harpon) utilisée occasionnellement contre un semblable. Finalement, les objets les plus évocateurs de pratiques guerrières ne relèvent pas véritablement de l’armement, mais sont en relation avec la monte équestre. L’horizon VI de Houlouf, qui remonte aux xiiie-xive siècles apr. J.-C. (sous-phase B de la phase Blé), a révélé plusieurs tombes de « guerriers-cavaliers » inhumés avec leurs éperons en alliages cuivreux (Holl, 2002). Selon A. Holl (2002), ce stade chronologique marquerait le premier temps d’une complexification sociale intervenue dans le cadre d’un processus de compétition croissante ponctué de conflits entre différents pôles de peuplement. Ce processus aurait conduit à l’abandon de certains sites (dont Blé) et à la prise de contrôle de la zone par Houlouf, qui devient le centre d’une puissante chefferie.

13L’exemple de Houlouf semble ainsi matérialiser le rapport souvent établi sur la base d’informations historiques et ethnographiques entre l’usage du cheval, la guerre et la concentration du pouvoir politique (MacEachern, 2001, 2012 ; Seignobos et al., 1987). De fait, dans le bassin du lac Tchad, quel que soit le type de société considéré, Equus caballus renvoie à une aristocratie guerrière et à une économie plus ou moins largement fondée sur la razzia. Le cheval (barbe et dongolaw) est ainsi l’instrument essentiel de la puissance des royaumes musulmans, utilisé tout à la fois pour la guerre et pour les raids esclavagistes menés à l’encontre des populations environnantes. Sa possession était souvent limitée à une aristocratie spécialisée dans ces activités. Quant au poney, il renvoie à un autre modèle de sociétés anciennement représenté du Logone à l’Adamaoua. Bien documenté grâce aux travaux de C. Seignobos (Seignobos, 1995, 1999 ; Seignobos et al., 1987), ce modèle, auquel se rattachent notamment les sociétés marba-musey et paléo-musgum, se focalisait sur cet animal, utilisé dans le cadre de deux activités valorisées : la chasse et la rapine, parfois complétées par une agriculture sommaire. Chez les Marba-Musey, les traitements et les soins apportés aux poneys destinés à la chasse et à la guerre (kuluma, langue marba et musey) sont en tous points calqués sur ceux prodigués aux humains. On se saurait mieux témoigner de la place nodale de cet animal pour ces peuples fondamentalement guerriers. C’est ainsi que « la guerre, grande préoccupation des Marba et des Musey, influençait tout leur environnement et chacun de leur comportement. Ils vivaient dans des villages, véritables camps retranchés, toujours les armes à la main » (Seignobos et al., 1987 : 35). Il n’était d’ailleurs pas rare que des fractions de ces « peuples cavaliers » se mettent au service des royaumes soudaniens voisins, servant d’éclaireurs lors de raids engagés, éventuellement contre des communautés plus ou moins apparentées aux leurs. Tel fut le cas, notamment, des Musgum et des Gamergu (Seignobos et Jamin, 2003 ; Seignobos et al., 1987). Chez les Musey, les poneys, la richesse essentielle, étaient l’objet de prêts permettant de confirmer ou d’étendre des réseaux d’alliances mobilisables contre les communautés voisines. Quoique accessible à tous, cet animal apparaît comme l’élément moteur de la concentration du pouvoir et des richesses. Souvent obtenus lors de pillages organisés par quelques grands personnages rattachés à la partie dominante de la population (les gor vutta, langue musey), les poneys étaient l’instrument de domination d’une aristocratie guerrière dont le pouvoir reposait, par ailleurs, sur la possession de rituels spécifiques.

14On peut raisonnablement penser que les membres de l’aristocratie guerrière exhumés de l’horizon VI de Houlouf appartenaient à une société du type de celles évoquées. Mais il est probable que ce modèle socioculturel était déjà présent dans le bassin tchadien méridional bien avant le dépôt de l’horizon VI. Les plus anciens restes d’équidés connus y remontent au milieu au Ier millénaire apr. J.-C., période à laquelle correspondent quelques vestiges osseux découverts, là encore, à Houlouf, dans des niveaux associés à la phase Krenak (Holl, 2002). Dans la même région, quelques ossements d’équidés ont également été découverts à Mdaga ; les plus anciens remonteraient au viiie ou au ixe siècle (Holl, 1985, cité dans Seignobos et al., 1987). Mais c’est assurément à Aissa Dugjé, un site localisé au nord-ouest des monts Mandara, que la présence d’équidés est la plus remarquable, puisque pas moins de cinq squelettes de chevaux/poneys y furent découverts, en connexion (Bourges et al., 1999 ; MacEachern et al., 2001). Ces animaux, non consommés et pour certains mis en terre, se distribuent sur une longue séquence qui s’étend des viie-viiie siècles aux xiiie-xive siècles. Cette découverte est à mettre en relation avec celle faite à Moundour, un autre site des piémonts nord-orientaux, où le squelette d’un équidé de petite taille (environ 1,20 m au garrot), donc très probablement un poney, fut retrouvé en connexion dans une vaste fosse (Langlois, 1995). La céramique contenue dans le remplissage de la fosse situe le comblement de celle-ci après le xiiie siècle apr. J.-C. Dans les années 1930, non loin de là (aux environs du massif de Mogudi), d’autres squelettes de chevaux « placés comme dans des tombes » auraient aussi été mis au jour par des agriculteurs (Seignobos et al., 1987 : 149). Plus en plaine, une « inhumation » de cheval est aussi signalée par A. Marliac (1991) dans un niveau récent (niv. 2/3) du sondage 75/1 de Salak. Bref, tout porte à croire que le poney est présent depuis très longtemps dans notre région, et qu’il fut communément utilisé par les populations qui y vivaient, en particulier par celles qui occupaient le pied oriental des monts Mandara. Ces populations semblant avoir inhumé leurs poneys comme le feront beaucoup plus tard les peuples cavaliers qui vivaient dans la vallée du Logone, faut-il en conclure qu’au milieu du Ier millénaire apr. J.-C. des élites guerrières dominaient déjà certaines sociétés implantées dans les piémonts ? En tout cas, tout porte à croire que le poney a occupé une place importante dans le processus de hiérarchisation qui paraît s’être développé dans la région, peut-être à compter de cette période. Nous rejoignons donc Scott MacEachern (2012 : 51) pour qui l’apparition des poneys dans les niveaux de Haissa Dugjé « […] may indicate the emergence of social and political hierarchies in the Lake Chad Basin by the middle of the first millennium AD ». L’on admettra aussi avec cet auteur que la centralisation du pouvoir politique ne dépassera le niveau de la communauté que plusieurs siècles plus tard (MacEachern, 2012). Et considérant les indices archéologiques de violences observés à Houlouf, ainsi que les informations ethnographiques relatives aux « peuples cavaliers », il est très vraisemblable que ces changements sociaux et politiques ont accru l’insécurité dans les régions où ils s’opéraient.

La distribution géographique des sites

15Le sud du bassin tchadien est une terre de contrastes où quelques régions montagneuses (à l’ouest, la chaîne des Mandara et les massifs qui la bordent ; à l’est, le massif du Guéra) s’opposent à de vastes bassins sédimentaires. Quoique souvent peu accessibles en saison pluvieuse, du fait de leur engorgement, les plaines alluviales redeviennent ouvertes aux incursions extérieures dès le dessèchement des sols. Cette vulnérabilité saisonnière les oppose à quelques zones hors de portée des cavaleries des assaillants quelle que soit la saison. Parmi celles-ci, figurent au premier plan les montagnes et leurs piémonts, des contextes où les pentes et les sommets, parsemés de chaos rocheux, sont autant de refuges quasi inexpugnables. La répartition générale des peuplements entre les plaines vulnérables et les zones à forte capacité défensive apparaît ainsi potentiellement porteuse d’information sur les menaces qui pouvaient peser sur les populations régionales. Mais admettre cela, c’est déjà accepter les bases qui soutiennent ce qu’il est convenu de dénommer la « théorie des montagnes refuges », selon laquelle une partie importante des populations autrefois installées sur les montagnes serait issue des plaines alentour, en proie à une insécurité croissante. Comme bien d’autres régions soudaniennes, le sud du bassin tchadien présente des contrastes démographiques saisissants, depuis longtemps remarqués par les géographes (Gourou, 1970 ; Pélissier, 1995). Ces contrastes ont souvent été compris comme un « […] héritage de l’histoire, source principale d’explication du vide et de la surcharge, de l’abandon d’immenses espaces et de l’entassement des hommes en des sites auxquels leurs ressources naturelles ne confèrent généralement aucun caractère privilégié » (Pélissier, 1995, p. 146). Parmi ces pôles de concentrations humaines, P. Pélissier mentionne, à côté des créations politiques des États centralisés, « […] des zones refuges où les hommes se sont entassés pour survivre et où leur croissance démographique s’est trouvée capitalisée faute de pouvoir alimenter une expansion spatiale… ». On objectera à ces lignes que, dans la réalité, certaines de ces zones supposées « refuges » présentent bien d’autres attraits que défensifs. C’est d’ailleurs particulièrement évident concernant les massifs qui constituent autant de milieux d’écotones où les ressources (végétales, minérales…) sont particulièrement variées, alors même que la pluviométrie peut y dépasser celle des plaines alentour (MacEachern et al., 2001). Même si ces facteurs favorables sont compensés par les difficultés que représentent l’aménagement des pentes et la production/conservation de sols arables, on ne saurait nier l’intérêt intrinsèque des zones de montagne et de piémonts. Mais on ne saurait non plus négliger l’évident potentiel défensif de ces espaces, d’autant que celui-ci est souvent clairement évoqué par les sources orales des populations qui occupent les lieux.

16La distribution des peuplements archéologiques en des milieux aux capacités défensives contrastées peut donc apporter un éclairage utile sur les conditions de sécurité passées. De ce point de vue, la région située entre les monts Mandara et le Logone apparaît particulièrement intéressante, puisque sa moitié occidentale est constellée de massifs aux forts potentiels défensifs, alors que les plaines qui s’étendent plus à l’est n’offrent plus guère de refuges naturels aux populations qui y vivent.

17Les études archéologiques conduites dans cette région ont montré que durant la première moitié du Ier millénaire apr. J.-C., les piémonts sont occupés par des populations qui se rattachent à différentes cultures, certaines héritées du Néolithique local (CFDT, Tsanaga), d’autres sans équivalent connu (Bibalé-Tchuin). À cette période, la plaine du Diamaré semble encore peu peuplée. Durant la seconde moitié du millénaire, une culture probablement apparentée aux « pré-sao » de l’aire péritchadienne (Moundour), apparaît sur certains sites de piémonts : aux vie-viie siècles à Mowo, aux viiie-ixe siècles à Moundour, à une date inconnue à Tchoukol. Elle semble rapidement laisser la place à deux cultures qui vont prospérer non seulement sur les piémonts, mais aussi sur la plaine du Diamaré où les implantations se multiplient. Ce phénomène s’observe tant dans la partie extra-dunaire (nord) que dans la partie intra-dunaire (sud) où s’épanouissent, respectivement, les cultures mongossienne et salakienne (Marliac, 1991 ; Langlois, 1995). La seconde moitié du Ier millénaire semble avoir été une période d’expansion et de prospérité qui, quoique possiblement initiée par l’arrivée de populations péritchadiennes (pré-sao), ne laisse pas supposer l’existence de conflits. S. MacEachern et al. (2001 : 66) remarquent ainsi que « there is little evidence for inter-communal conflict around the Mandara Mountains in the late 1st millennium AD ». La fin de cette période reste difficile à dater. Dans la partie nord de la plaine, la culture mongossienne est peu évolutive. Pourtant, les auteurs précités, constatant que certains sites (Aissa Dugjé et Méhé Djiddéré) sont abandonnés, envisagent une dégradation des conditions de sécurité au début ou au milieu du second millénaire (voir également MacEachern, 2012). Plus au sud, dans la plaine extra-dunaire, les changements culturels sont plus marqués. La technologie céramique change vers le xe siècle, témoignant probablement d’arrivées de populations depuis les plaines alluviales. Les décors demeurants, on peut toutefois penser que ces populations furent culturellement assimilées par les communautés en place. Vers le xiiie siècle, à l’inverse, ce sont les décors qui changent radicalement. Un probable redéploiement du peuplement pourrait alors refléter une situation de crise, voire une multiplication des conflits.

Un indice contextuel : la chamotte dans les sites de piémont

  • 3 Matériaux ajoutés à l’argile dans le but de modifier sa plasticité et de réduire les phénomènes de  (...)

18Évaluer l’attrait suscité par les contextes à fortes capacités défensives pour en déduire l’ampleur des phénomènes d’insécurité peut aussi s’envisager à l’échelle du site. Dans la pratique, il s’agit de chercher dans les séquences des sites implantés en pied de massif, donc en des lieux présentant un fort potentiel défensif, l’empreinte de populations originaires des plaines alluviales alentour, plus vulnérables aux attaques. De fait, les sources orales attachées aux inselbergs montrent que bien des populations auparavant installées dans les plaines furent attirées par ces éminences qui se détachaient à l’horizon. Mais nombre de ces plaines alluviales sont vierges de toute recherche archéologique, si bien que l’empreinte laissée par les populations qui en proviennent est difficile à préciser. Heureusement, les pâtes argileuses préparées de nos jours par les potières du bassin tchadien méridional semblent apporter une solution originale à ce problème (Langlois, 2015). La carte de distribution de ces pâtes montre en effet que les potières qui occupent les montagnes et les piémonts utilisent une ou plusieurs argiles mélangées, sans ajouter de dégraissant3, tandis que celles qui occupent les plaines alluviales ajoutent toujours un dégraissant organique (crottin, bouse ou paille hachée) et/ou de la chamotte (c’est-à-dire des tessons broyés). Cette distribution semble s’expliquer par la nature différente des argiles disponibles dans ces deux types de contextes. Là où le substrat affleure, les argiles sont surtout des argiles d’altération, naturellement riches en inclusions, tandis que les bassins sédimentaires recèlent essentiellement des argiles alluviales de grande finesse. Les argiles d’altération étant naturellement dégraissées, les potières qui y ont accès les utilisent seules, ou en mélange, souvent après les avoir tamisées pour éliminer les inclusions minérales les plus grossières. Dans un contexte de ce type, l’usage de dégraissant apparaît ainsi comme exogène. Plus précisément, il renvoie aux traditions techniques des plaines alluviales. En outre, la carte de distribution des préparations argileuses actuelle témoigne de l’évanescence des traditions techniques de plaine, lorsqu’elles prennent pied dans une région dotée d’argiles d’altération. De fait, si, une fois parvenues dans ces régions, ces traditions techniques avaient prospéré, la carte de distribution aurait été différente. La présence d’une tradition technique « de plaine » au sein de la séquence d’un site de montagne ou de piémont a donc peu de chance de résulter d’un emprunt, et peut donc plutôt être vue comme la marque d’une installation de potières venues de plaines alluviales, ou éventuellement comme celle d’un réseau d’échanges existant entre les deux régions. Mais, jusqu’à une période récente, la poterie n’ayant guère fait l’objet d’échanges de longue distance, sauf éventuellement en tant que contenant, cette seconde hypothèse peut facilement être écartée. Bref, là où ces argiles d’altération abondent, c’est-à-dire dans les montagnes, leurs piémonts et les plaines voisines, l’ajout de dégraissants peut être considéré comme la marque d’une arrivée de population depuis les plaines alluviales.

19L’empreinte des peuples des plaines ayant été identifiée, il ne reste plus qu’à la rechercher à travers les séquences de sites installés en pied de massif. D’une part, cette situation topographique satisfait à la condition nécessaire à l’utilisation des dégraissants en tant que « marqueurs de migration », puisque les argiles d’altération y abondent ; d’autre part, elle garantit le potentiel défensif des sites considérés. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux piémonts orientaux des monts Mandara, un espace qui présente un double intérêt : celui d’être relativement bien documenté du point de vue archéologique, en particulier pour ce qui est des types de pâtes céramiques représentés, et celui d’être particulièrement propice à une recherche des signes précoces de dégradation des conditions de sécurité. Il se situe en effet entre les monts Mandara, une montagne classiquement considérée comme un « refuge », et les vastes plaines alluviales du Logone et du Chari qui, si l’on en juge par les nombreuses sources orales relevées et analysées (Seignobos, 2000, 2009 ; Seignobos et al., 1987 ; Tourneux et al., 1986), furent traversées par une série de flux migratoires d’axe nord-est - sud-ouest, au moins pour partie motivés par l’insécurité qui se serait développée localement, avant même la formation du Baguirmi. Située au débouché d’un « couloir de migrations » qui, des siècles durant, a buté sur les monts Mandara, la zone considérée ne devrait pas manquer de porter l’empreinte de l’arrivée et/ou du passage de ces populations venues des plaines orientales.

20Dans la région considérée, une douzaine de sites ont fait l’objet de sondages archéologiques, mais seuls cinq d’entre eux ont donné lieu à une étude quantitative des pâtes céramiques : Bibalé-Tchuin, Mowo, Moundour, Tchoukol, auxquels s’ajoute Balda-Tagamré qui présente la particularité de se situer au pied d’un massif très excentré vers l’est. Comme le montre la figure 2, la plupart des sites considérés ont livré un matériel céramique très majoritairement dépourvu de chamotte et de matériaux organiques. Seul Balda-Tagamré a en effet révélé un matériel communément chargé en dégraissants de ces types, une particularité qui pourrait s’expliquer par l’isolement de ce site au milieu de plaines alluviales où la chamotte est largement, et depuis longtemps, présente. Mais on remarquera surtout que toutes les séquences d’occupation montrent une même évolution : la chamotte apparaît après une période où les pâtes ne contiennent pas d’inclusions autres que des minéraux probablement naturellement associés aux argiles. Sur plusieurs sites (Balda-Tagamré, Moundour et Tchoukol) on constate en outre que les dégraissants organiques tendent finalement à se substituer à la chamotte.

21L’apparition des dégraissants organiques marque un phénomène précis, historiquement bien documenté. Les décors qui ornent les poteries renfermant ce dégraissant se rapportent en effet clairement à la tradition céramique bornouane. Leur apparition marque ainsi l’installation de potières kanuri, probablement à la faveur de la conquête peule (intervenue au début du xixe siècle), aux environs des sites concernés. Elle signe donc bien l’arrivée d’une population venue de la plaine. Toutefois, ce n’est pas la représentation de ces dégraissants qui va nous intéresser, mais plutôt celle de la chamotte.

22Quelques rares tessons renfermant de la chamotte ont été découverts dans des niveaux datés des tout premiers siècles de notre ère (Bibalé-Tchuin), voire dans des contextes peut-être encore plus anciens (CFDT). Des poteries renfermant ce matériau sont ainsi parvenues précocement dans les piémonts. Mais, à ces périodes anciennes, cette présence sporadique de matériel chamotté pourrait n’être que la marque de circulations de personnes et/ou de biens entre les plaines et les piémonts dans le cadre d’échanges. Un tel phénomène pourrait en particulier expliquer la présence de rares tessons chamottés au sein du site CFDT (Quéchon, 1974), un atelier de taille spécialisé dans la production d’outils lourds, probablement pour partie destinés aux populations des plaines (Langlois, 2007).

Figure 2 – Évolution des pâtes céramiques dans cinq sites d’habitat de pied de massif (Bibalé-Tchuin, Mowo, Moundour, Tchoukol, Balda‑Tagamré) et dans deux ateliers de taille (Tsanaga, CFDT).

Figure 2 – Évolution des pâtes céramiques dans cinq sites d’habitat de pied de massif (Bibalé-Tchuin, Mowo, Moundour, Tchoukol, Balda‑Tagamré) et dans deux ateliers de taille (Tsanaga, CFDT).
  • 4 Sur ce site, l’apparition de la chamotte est datée de 330 ± 130 BP et de 247 ± 45 BP, ce qui la sit (...)

23Si elle apparaît ponctuellement bien plus tôt, la chamotte ne se manifeste clairement sur les sites de pied de massifs qu’à partir du tout début du IIe millénaire apr. J.-C. (cf. fig. 2). C’est à Mowo que cette manifestation est la plus précoce. Apparue brusquement dans la couche c. 1041, datée du xe siècle, elle n’est déjà plus guère présente dans la couche sus-jacente (c. 1036), pourtant contemporaine. À Moundour (sond. VI), la chamotte semble s’implanter entre le milieu du xiiie siècle et la fin du siècle suivant, pour ne plus disparaître. Là, comme sur le site voisin de Tchoukol, les tessons chamottés resteront très minoritaires jusqu’à la fin de l’occupation. Il n’en va pas de même à Balda-Tagamré, où les pâtes chamottées, qui apparaissent à une période encore difficile à préciser4, mais certainement postérieure à la fin du xve siècle, prennent rapidement le pas sur les pâtes auparavant représentées, avant de se voir fortement concurrencées par les pâtes à dégraissant organiques.

  • 5 Yaayre : plaine d’inondation, langue peule.

24Sur plusieurs sites (Balda-Tagamré, Moundour, Mowo), les premiers tessons chamottés sont souvent décorés d’impressions roulées de cordelette. Bien que ce décor soit particulièrement commun à l’échelle du bassin tchadien méridional, il renvoie plutôt aux plaines intra-dunaires (plaine péritchadienne, yaayre5, vallée du Logone) qu’à la partie extradunaire du Diamaré, où il est beaucoup plus rare. On peut ainsi y voir un argument supplémentaire en faveur de l’origine orientale ou nord-orientale des populations qui introduisirent la chamotte. De fait, on peut douter que ces populations viennent de la plaine péritchadienne car, à la différence du périmètre Mandara-Diamaré, les roulettes sculptées y sont d’usage commun aux périodes considérées. Parmi toutes les régions sur lesquelles nous disposons d’une information archéologique, même sommaire, les yaayre et la vallée du Logone se présentent ainsi comme les provenances les plus plausibles de ces peuples de plaines qui ont rejoint les piémonts, peut-être pour y trouver refuge.

25Les sites de pied de massif semblent donc bien rendre compte d’arrivées récurrentes de populations depuis les plaines alluviales, possiblement depuis les plaines d’inondation du Logone et/ou du Chari. Ces arrivées se manifestent dès le xe siècle (à Mowo), et se répètent tout au long du IIe millénaire : aux xiiie-xive siècles à Moundour, probablement beaucoup plus tard à Balda-Tagamré. Il est évidemment tentant d’y voir la conséquence d’une dégradation des conditions de sécurité dans les plaines alluviales, un processus qui débuterait alors à la charnière des deux premiers millénaires apr. J.-C.

Conclusion

26Dans la plaine péri-tchadienne, quelques indices archéologiques semblent donc rendre compte de la grande ancienneté des phénomènes de violence. Les plus anciens remontent au milieu du Ier millénaire av. J.-C., période à laquelle se rapportent l’homme « harponné » découvert à Daima et les fossés mis en évidence à Zilum et sur quelques sites voisins. Si le premier de ces indices peut résulter d’un simple différend interindividuel, le second suggère l’existence d’une menace, voire d’un climat conflictuel. Si l’hypothèse mérite d’être posée, on peut encore difficilement affirmer que cette région était alors déjà organisée en cités rivales, conformément aux modèles qui, par la suite, entretiendront un climat d’insécurité dans les régions (plaine péritchadienne et rives du Logone et du Chari) où ils se sont développés. Il n’en reste pas moins évident que certaines populations péritchadiennes ont ressenti le besoin de se protéger derrière un système de défense bien avant le développement des premières structures étatiques. Pour autant, on ne saurait considérer que, dès cette époque reculée, l’ensemble du bassin tchadien méridional connut une insécurité chronique. De fait, l’information archéologique montre aussi que des périodes ultérieures furent globalement calmes et prospères pour certaines populations régionales. Cela semble avoir été en particulier le cas pour les populations mongosiennes et salakiennes qui, tout au long de la seconde moitié du Ier millénaire apr. J.-C., ont peuplé les plaines situées entre les yaayre et le sud du Diamaré. L’information historique permet d’envisager une dégradation des conditions de sécurité à partir des xive-xve siècles, notamment suite au développement des royaumes prédateurs qui étendront bientôt leur influence à la majeure partie du bassin tchadien méridional. Les données archéologiques disponibles qui concernent la région péritchadienne, en particulier celles obtenues à Houlouf, semblent témoigner de ce processus. Plus au sud, à travers la chamotte, les séquences des sites de pied de massif rendent compte de l’arrivée récurrente de populations depuis les plaines alluviales. Ces mouvements se manifestent dès le xe siècle et se répètent probablement jusqu’au xixe siècle. Il faudrait alors penser que, dans ces régions, l’insécurité a préexisté aux royaumes prédateurs. Les sources orales relatives à ces plaines faisant état de conflits entre cités rivales, et de mouvements de populations en direction des piémonts, antérieurement à l’émergence du Baguirmi, les apparitions récurrentes de traditions céramiques caractéristiques des plaines pourraient matérialiser cette période d’instabilité. Il n’est toutefois pas exclu que, dès cette époque, le Kanem, le plus ancien État régional, voire les Bulala, aient ponctuellement mené des incursions jusque dans ces contrées méridionales. Quoi qu’il en soit, il semble bien que les scènes effroyables observées par les premiers voyageurs européens s’inscrivent dans un processus de dégradation des conditions de sécurité déjà presque millénaire.

Bibliographie

Bourges C., MacEachern S., Reeves M., 1999
Excavations around Aissa Hardé, 1995 and 1996. Nyame Akuma, 51 : 6-13.

Buchenschutz O., Dutour O., Mordant C. (dir.), 2014
Archéologie de la violence et de la guerre dans les sociétés pré et protohistoriques. 136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Éditions du CTHS [en ligne], 232 p.

Connah G., 1981
Three thousand years in Africa. Cambridge, Cambridge University Press 267 p.

David N., 2013
The Hidi Midden Excavation: production of space and the construction of Sukur History [en ligne], 45 p.

Gauthier J.-G., 1979
Archéologie du pays Fali, Nord-Cameroun. Paris, CNRS, 181 p.

Gourou P., 1970
L’Afrique. Paris, Hachette, 488 p.

Hartweg R., 1942
Les squelettes humains anciens du village de Sao. Journal de la Société des Africanistes, 12 : 1-7.

Holl A., 1985
Ossements d’équidés de la butte de Mdaga (Tchad). Non publié. 7 p.

Holl A., 2002
The Land of Houlouf, Genesis of a Chadic Polity. 1900 BC-AD 1800. Michigan, Ann Arbor Editions, 271 p.

Lange D., 1977
Le dīwan des sultans du Kānem-Bornū : chronologie et histoire d’un royaume africain (de la fin du xe siècle jusqu’à 1808). Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 174 p.

Langlois O., 1995
Histoire du peuplement post-néolithique du Diamaré (Nord-Cameroun). Thèse, Université de Paris I, 797 p.

Langlois O., 2007
« De la pierre au fer dans la région de Maroua (Nord-Cameroun) : une mutation technologique anachronique, mais réussie ». In Rouillard P. (éd), Mobilités, immobilismes : l’emprunt et son refus, Paris, De Boccard : 283-294.

Langlois O., 2015
« Des pâtes argileuses au service de l’histoire du peuplement des montagnes du bassin tchadien méridional : identification, justification et utilisation d’un “marqueur” de migration ». In Thiaw I., Bocoum H. (éd.), Preserving African Cultural Heritage, Proceedings of the 13th Congress of the Panafrican Archaraeolgical Association for Prehistory and Related Studies (PAA), Mémoires de l’Ifan, 93 : 41-51.

Lebeuf J.-P., 1969
Carte archéologique des abords du lac Tchad (Cameroun, Nigeria, Tchad). Paris, CNRS, 171 p.

Lebeuf J.-P., Lebeuf A. M.-D., Treinen-Claustre F., Courtin J., 1980
Le gisement sao de Mdaga, Tchad, Fouilles 1960-1968. Nanterre, Société d’Ethnographie, 214 p.

Lebeuf J.-P., Lebeuf A., 1977
Les arts des Sao. Paris, Éditions du Chêne, 207 p.

MacEachern S., 2001
« State formation and enslavement in the southern Lake Chad Basin ». In DeCorse C. R. (éd.), West Africa during the Atlantic Slave Trade. Archaeological Perspectives, Londres, New York, Leicester University Press : 131-151.

MacEachern S., 2012
« The prehistory and early history of the northern Mandara Mountains and surrounding plains ». In David N. (éd.), Metals in Mandara Mountains, Society and Culture, Trenton, Africa World Press : 29-67.

MacEachern S., Bourges C., Reeves M., 2001
Early horse remains from northern Cameroon. Antiquity, 75 : 62-67.

Magnavita C., Breunig P., Ameje J., Posselt M., 2006
Zilum: a mid-first millennium BC fortified settlement near Lake Chad. Journal of African Archaeology, 4 (1) : 153-169.

Marliac A., 1991
De la préhistoire à l’histoire au Cameroun septentrional. Paris, Orstom Éditions, 2 vol., 943 p.

Pélissier P., 1995 [1978]
« Stratégies traditionnelles, prise de décision moderne et aménagement des ressources naturelles en Afrique soudanienne ». In Pélissier P. (éd.), Campagnes africaines en devenir, Paris, Arguments : 141-171.

Quéchon G., 1974
Un site protohistorique de Maroua, Nord-Cameroun. Cahiers Orstom, série sciences humaines, 11 (1) : 3-46.

Seignobos C., 1978
Les systèmes de défense végétaux précoloniaux ; Paysages de parcs et civilisations agraires (Tchad et Nord-Cameroun). Annales de l’Université du Tchad, série Lettres, langues vivantes et sciences humaines, numéro spécial : 1-93.

Seignobos C., 1980
Fortifications végétales dans la zone soudano-sahélienne (Tchad et Nord‑Cameroun). Cahiers Orstom, série sciences humaines, 17 (3-4) : 191-222.

Seignobos C., 1985
« Systèmes défensifs végétaux africains ». In Schweizer H., Grand Atlas de l’Archéologie, Paris, Encyclopaedia Universalis France : 322-323.

Seignobos C., 1995
« Les poneys du Logone à l’Adamawa, du xviie siècle à nos jours ». In Cavalieri dell’ Africa : storia, iconografia, simbolismo, Milan, Centro Studi Archaeologia Africana : 233-253.

Seignobos C., 1999
« Élevage social du poney musey : région de Gobo, Nord-Cameroun ». In Baroin C., Boutrais J. (éd.), L’homme et l’animal dans le bassin du lac Tchad, Paris, IRD : 394-407.

Seignobos C., 2000
« Mise en place du peuplement et répartition ethnique ». In Seignobos C., Iyébi-Mandjek O. (éd.), Atlas de la Province Extrême-Nord-Cameroun, Paris, IRD : 44-51.

Seignobos C., 2009
« Les migrations anciennes dans le bassin du lac Tchad : temps et codes ». In Tourneux H., Woïn N. (éd.), Migrations et mobilité dans le bassin du lac Tchad, Marseille, IRD Éditions : 135-162.

Seignobos C., Jamin F., 2003
La case obus. Histoire et reconstitution. Marseille, Parenthèses, 216 p.

Seignobos C., Tourneux H., Hentic A., Planchenault D., 1987
Le poney du Logone, Maisons-Alfort, Cirad, IEMVT, 213 p.

Tourneux H., 2008
Le nom des Sao : approche étymologique, [en ligne], 10 p.

Tourneux H., Seignobos C., Lafarge F., 1986
Les Mbara et leur langue (Tchad). Paris, Société d’études linguistiques et anthropologiques de France, 317 p.

Valeix P., 1974
Ossements humains du site de Mésso (Tchad). Journal de la Société des Africanistes, 44 (2) : 177-179.

Vallois H., 1938
Ossements anciens de la région de Fort-Lamy (Tchad). Revue anthropologique, 66 : 262-263.

Notes

1 En Haute-Nubie (Soudan), à la période Kerma (2500-1500 av. J.-C.), l’inhumation de « morts d’accompagnement », exécutés pour l’occasion, était chose courante. Localement, elle pourrait même avoir été pratiquée dès le Néolithique.

2 Une troisième catégorie, les buttes sao 3, correspond aux buttes les plus récentes, qui ne comportent pas, elles non plus, d’enceintes.

3 Matériaux ajoutés à l’argile dans le but de modifier sa plasticité et de réduire les phénomènes de retrait lors du séchage et de la cuisson de la poterie.

4 Sur ce site, l’apparition de la chamotte est datée de 330 ± 130 BP et de 247 ± 45 BP, ce qui la situe après la toute fin du xve siècle. Mais la présence d’un cauri (cypraea moneta) dans un niveau immédiatement antérieur au développement de la chamotte laisse penser que cette apparition est très récente. De fait, ces coquillages marins semblent n’avoir atteint le Bornou que durant le second quart du xixe siècle (David, 2013).

5 Yaayre : plaine d’inondation, langue peule.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Localisation des sites archéologiques mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 2 – Évolution des pâtes céramiques dans cinq sites d’habitat de pied de massif (Bibalé-Tchuin, Mowo, Moundour, Tchoukol, Balda‑Tagamré) et dans deux ateliers de taille (Tsanaga, CFDT).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/38302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 331k

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search