Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Partie 1 – L’histoire des insécurités

Chapitre 1. Une répétition de l’histoire ? Boko Haram et Hamman Yaji

Walter van Beek et Melchisedek Chétima

Résumé

Les monts Mandara, à la frontière entre le Nigeria et le nord du Cameroun, sont l’une des régions qui ont été durement touchées par l’insurrection de Boko Haram. Cependant, pour les habitants, cette insurrection n’est pas nouvelle, ce qui les porte constamment à mettre en parallèle Abubakar Shekau, leader présumé de Boko Haram, et Hamman Yaji, chef peul de Madagali qui avait mené des raids esclavagistes à grande échelle au début du xxe siècle. En partant de cette comparaison, ce chapitre explore l’histoire d’Hamman Yaji à partir du journal qu’il a rédigé et dans lequel il a consigné l’ensemble de ses raids. La situation frontalière contestée entre les colonies britanniques, françaises et allemandes explique en partie la survie des raids esclavagistes dans cette zone pendant les premiers jours de la colonisation. En déployant ses activités meurtrières dans la même région, Boko Haram a également profité de l’absence de l’État et de la situation économique et politique difficile des populations, d’où la question de savoir si, entre Hamman Yaji et Boko Haram, nous assistons à une répétition de l’histoire. Notre réponse est la suivante : l’histoire n’a pas besoin de se répéter, car elle n’a jamais disparu.

The Mandara Mountains on the border between Nigeria and North Cameroon are one of the regions that have suffered severely from the depredations of Boko Haram. However, for the inhabitants this plight is nothing new: they instantly recognize in its leader Abubakar Shekau another feared enemy from the deep past, Hamman Yaji. This Fulbe chief ravaged the area in the beginning of the 20th century, and is still remembered with trepidation and fear as an inveterate slave raider. Thus, the Montagnards view Boko Haram as a revival of slave raiding. The chapter focuses on the history of Hamman Yaji, who left a unique document, a diary of his slave raiding, that offers a surprising inside look into the life of a slave raider. In the analysis of how such a reign of terror was possible in the early days of the colonization, the contested border situation between the British, French and German colonies is shown to be a major factor. This is still the case, it is argued, in the situation of economic and political marginality in which Boko Haram operates, so the leading question, whether history is repeating itself between Hamman Yaji and Boko Haram, is answered in a specific way: history has never left in the first place.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Entretien avec Matakwan, réalisé en avril 2014, à Gousda‑Makanda (Cameroun), par Melchisedek Chétim (...)

1« Shekau n’est pas différent de Hamman Yaji. Les deux aiment les femmes ; les deux tuent sans pitié ; les deux boivent de l’eau dans des crânes d’hommes ; les deux viennent de Madagali. La différence entre les deux, c’est que Shekau est plus méchant qu’Hamman Yaji. Hamman Yaji comptait sur ses chevaux, alors que Shekau compte sur ses motos. Mais les deux tyrans fonctionnent de la même façon et ont les mêmes objectifs. »1

2Ces propos ont été recueillis par l’un des auteurs de ce texte auprès de Matakwan, un habitant du village de Gousda-Makanda dans les monts Mandara, dans le Nord-Cameroun. Le 17 avril 2014, nous sommes assis à l’ombre d’un grand arbre qui surplombe la maison de Matakwan, et qui nous protège de l’accablante chaleur de la fin de la saison sèche. Dans un premier temps, nous aborderons des sujets qui paraissent embarrasser notre interlocuteur, à savoir l’esclavage et la façon dont il est remémoré par les habitants des montagnes. Toutes nos tentatives pour produire une discussion fructueuse autour de ces questions ont été inutiles. Mais, lorsque le sujet de Boko Haram et d’Abubakar Shekau fut abordé, Matakawan, comme ayant subitement retrouvé sa mémoire, ne tarit pas d’arguments pour démontrer les liens qui unissent Boko Haram et l’esclavage qui affecta autrefois les montagnes et qui relient les deux personnages les plus emblématiques de ces phénomènes : Abubakar Shekau et Hamman Yaji. Il en prit pour preuve l’enlèvement des 237 lycéennes de Chibok le 14 avril 2014, intervenu seulement trois jours avant l’interview. Beaucoup plus tard, ayant appris l’existence d’un autre kidnapping de masse de jeunes filles, survenu le 19 février 2018, toujours au Nigeria, nous avons joint Matakwan au téléphone. Avant que nous ayons eu le temps d’aborder le sujet, notre interlocuteur s’empressa de nous annoncer lui-même la nouvelle : « Ils ont encore enlevé des filles, plus de 100 ! Je te l’avais dit : ces gens sont plus intéressés par les filles, comme les gens d’Hamman Yaji », lâcha-t-il avec un certain soulagement, content d’avoir apporté une preuve supplémentaire à ses propos du 17 avril 2014.

  • 2 Walter van Beek remercie Ada Dorgelo pour son aide dans la réalisation de cette version française d (...)

3L’interview de Matakwan montre non seulement que les montagnards sont au courant de tous les événements récents relatifs à Boko Haram, mais aussi que certains phénomènes et personnages, tels Boko Haram et Hamman Yaji, peuvent servir de déclencheur et de catalyseur pour introduire un sujet largement tabou, celui de l’esclavage. Boko Haram est certes vu comme un fléau immense, mais aussi comme un phénomène qui résonne dans la mémoire collective des habitants des montagnes du Mandara. Dans presque tous les commentaires relatifs à Boko Haram surgit un autre nom, celui d’Hamman Yaji, le destructeur qui, au début du xxe siècle, a infligé de profondes souffrances aux montagnards. Pour ces derniers, ce chef peul est l’incarnation du danger, du mal absolu et de l’esclavage brutal ; et c’est ce pillard qu’ils pensent revenu en la personne du leader de Boko Haram, Abubakar Shekau2.

  • 3 Entretien avec Manaouda, réalisé en avril 2014 à Zelevet (Cameroun) par Melchisedek Chétima.

4« Pour moi, Shekau, il est pareil au chef de Madagali qui avait l’habitude d’envoyer ses troupes pour capturer les jeunes filles. Quand les Blancs l’ont arrêté, il leur a dit “si vous me tuez, je vais ressusciter un jour et je ferai plus de mal que maintenant”. Les Blancs ne l’ont pas cru, et aujourd’hui c’est lui qui est là. »3

  • 4 Allusion aux filles de Chibok enlevées en avril 2014.
  • 5 Guidak Godali, Gousda‑Makanda, Cameroun, avril 2014.

5Le temps semble n’avoir guère effacé la mémoire des exactions commises par les Peuls, constamment évoquée dans les conversations locales concernant Boko Haram : « L’esclavage est maintenant de retour, et il est partout, même dans la montagne. Ils ont occupé une grotte à Godali ; ils kidnappent les gens la nuit et le jour, ils retournent dans leurs grottes. Aujourd’hui le danger est réel là-bas. Les gens ne sont plus en sécurité, surtout les filles. Il n’y a pas très longtemps, les Boko Haram ont enlevé 300 jeunes filles4 et ils disent que ça ne leur suffit pas. L’époque ancienne est en train de revenir, mais le problème c’est que même les montagnes ne protègent plus comme avant. »5

6Cette référence à la montagne prend tout son sens pour les habitants du lieu, du fait qu’elle représente non seulement un espace géographique habité, mais surtout un site qui les a tenus à l’écart des assauts répétés des cavaliers esclavagistes pendant des siècles (Chétima, 2017 ; Chétima et Gaimatakwan, 2016). C’est sur le versant nigérian des monts Mandara que s’est installé Boko Haram, mais des actions meurtrières ont également été menées à l’encontre de plusieurs communautés installées du côté camerounais de la frontière. En commentant ces attaques, les montagnards se disent emprisonnés dans une boucle cyclique et infernale du temps, les amenant à se poser la question d’une répétition de l’histoire. Examinons cette question d’un peu plus près.

Le journal d’un razzieur

7Dès le début, la présence coloniale au Nord-Cameroun et dans le nord-est du Nigeria a été marquée par une véritable explosion de l’esclavage. Les monts Mandara, qui marquaient la frontière entre les deux colonies, et marquent aujourd’hui celle entre le Cameroun et le Nigeria, étaient régulièrement investis par des esclavagistes peuls, qui y menaient des raids extrêmement destructeurs. Nos sources sont constituées en premier lieu de traditions orales collectées par les anthropologues, et en second lieu de documents écrits par les fonctionnaires de la première période de la colonisation allemande, française et anglaise. La troisième source est unique en son genre, puisqu’elle est autobiographique : il s’agit du journal tenu par un chasseur d’esclaves.

8Au début du xxe siècle, Hamman Yaji, le chef foulbé (peul) de Madagali, fut le razzieur le plus redouté du pays (Kirk-Greene, 1969). Avec sa milice, il fouillait les montagnes et les vallées à la recherche de ses proies, de bœufs, de produits du tissage local, et surtout d’esclaves. Pour les habitants de la région, la période durant laquelle il fut chef de Madagali représente toujours celle de la terreur absolue, et les histoires qui se rapportent au féroce Hamman Yaji sont racontées partout dans les monts Mandara. Il n’était pas le seul chasseur d’esclaves, mais il se distinguait par une démarche étonnante : la tenue d’un journal. En effet, pendant une grande partie de son règne, il dicta la rédaction d’un journal dans lequel étaient consciencieusement consignés le nombre d’esclaves et de bêtes capturés ainsi que le jour et l’endroit où s’étaient déroulés les raids. Le journal traitait aussi d’événements plus banals : les voyages qu’il avait effectués, les personnes avec lesquelles il avait échangé des cadeaux, mais aussi les crampes de son estomac sur lesquelles il s’est longuement étendu. Il n’a pas révélé la raison pour laquelle il a entrepris la rédaction de son journal. Mais nous savons qu’Hamman Yaji disposait d’un écrivain et d’un esclave pour garder le manuscrit, c’est-à-dire pour le cacher.

  • 6 Samizdat : système non officiel de circulation des écrits (langue russe).
  • 7 Walter van Beek a reçu une copie du manuscrit dactylographié de James Vaughan en 1983.

9Le journal fut retrouvé par les autorités coloniales. Le manuscrit est resté longtemps dans les archives nigérianes, car pour les Anglais, et plus tard pour les premiers gouvernements du Nigeria, il était considéré comme trop explosif pour en risquer la publication (Kirk-Greene, 1995 : 149). Après que le premier gouvernement militaire du Nigeria l’a rendu public, il circula longtemps en tant que samizdat6 parmi les historiens de l’Afrique de l’Ouest, avant d’être enfin publié, constituant l’une des rares sources écrites de la région (Vaughan et Kirk-Greene, 1995). En fait, seule la traduction est connue, le document original écrit en arabe ayant été perdu. La source actuelle est une traduction accompagnée d’un compte rendu que L. N. Reed fit immédiatement après l’arrestation de Yaji en 1927 (Reed, 1995). En raison des intentions changeantes des auteurs et de leur souci d’impliquer des chercheurs nigérians dans le projet, il s’écoula encore une longue période de temps avant qu’il ne soit finalement imprimé7.

  • 8 Pour une analyse approfondie des relations entre prédateurs et victimes dans les monts Mandara, voi (...)

10Le journal en question est un document ahurissant, à cause de la franchise et du naturel avec lequel Yaji prit le soin de noter le nombre de bœufs que ses soldats avaient volés, le nombre d’esclaves, filles et femmes notamment, qui avaient été capturés et le nombre de ceux qui avaient été tués. En plus de cela, il notait les échanges de cadeaux intervenus avec les autres seigneurs de la région, et relatait aussi les négociations pénibles qu’il avait conduites avec les nouveaux seigneurs, les Blancs. En outre, le journal rapporte de petits événements familiaux qui l’ont contrarié, tel le refus de son esclave de cuisiner pour lui. Bien que nous ayons plutôt affaire à une comptabilité qu’à un véritable journal, ce document nous donne une image de la situation politique de la fin du xixe et du début du xxe siècle, à la fois dans le nord-est du Nigeria et dans le nord du Cameroun. Ce document est précieux en lui-même, notamment parce qu’il a été produit par l’un des derniers et des plus féroces chasseurs d’esclaves de la région. De fait, à l’époque, Hamman Yaji fut probablement responsable des pires méfaits commis à l’encontre des populations montagnardes8.

Yaji ou le fléau des montagnes ?

  • 9 Pour l’interprétation des traditions orales comme source historique, voir Vansina, 1985.

11Nous commençons par un fragment de tradition orale, c’est-à-dire de contes et légendes que Hamman Yaji a générés dans les montagnes, en écoutant Vandu Zra Té, l’un des hommes les plus vieux de Mogodé en 1989 et connaisseur reconnu de l’histoire locale9 :

  • 10 C’était moi, Walter van Beek, sous mon nom Kapsiki de Zra Kangacé. D’ailleurs, Hamman Yaji avait 67 (...)

12« Hamman Yaji est venu de Madagali, où il était né. Il voulut être chef à Madagali, mais il ne pouvait pas encore y réussir, parce que son père l’était et il était encore jeune, comme Zra10 ici. Son père lui dit : “Tu es encore petit, tu ne peux pas être chef.”

13“Qui a dit cela ?”

14Son père lui répondit : “Zubeiro a dit que tu ne peux pas être chef.”

15Hamman Yaji alla vers Zubeiro [l’émir d’Adamawa, où est situé Madagali].

16“Fais-moi chef.”

17“Jamais, tu n’es pas qualifié pour l’être ; tu n’en es pas capable.”

18“Bien sûr que j’en suis capable. Qu’est-ce qu’il faut que je fasse ?”

19Zubeiro dit : “tu devrais opérer ton père. Que les hommes te donnent le cœur et le foie de ton père, tu les manges, et si tu peux faire cela, tu peux être chef”.

20Hamman Yaji retourna à Madagali et – behu – [idéophone pour “trancher la gorge”] tua son père. Praw praw [idéophone pour “ouvrir un cadavre”] il prit le foie et le cœur et les mangea. Donc les hommes lui confièrent le commandement. »

  • 11 En Afrique centrale, les histoires de ce genre, qui relatent des pratiques « cannibales » sont souv (...)

21De grands personnages génèrent souvent des histoires féroces, ce qui est certainement le cas d’Hamman Yaji, symbole de la guerre et de ses atrocités. Vandu Zra Té évoque avec verve cet ennemi, redouté mais admiré. Les sources historiques le représentent moins cannibale11. Le père d’Hamman Yaji, qui se nommait Bakari, était le chef foulbé de Madagali. Il régna sous l’autorité de l’émir Zubeiro de Yola, qui lui-même dépendait du califat de Sokoto, l’empire fondé par Usman dan Fodio au début du xixe siècle. L’origine de ce califat remonte à la guerre sainte menée par les souverains musulmans de l’époque dans le nord du Nigeria (van Beek, 1988, 1992). Sa caractéristique principale est la distinction nettement opérée entre les sujets musulmans et les « païens », c’est-à-dire les populations non converties qui habitaient souvent dans des endroits aisément défendables (Kopytoff, 1977).

  • 12 Traduction par les auteurs, comme les autres extraits de Kirk-Greene dans ce chapitre.

22Lorsqu’à la fin du xixe siècle, les Anglais et les Allemands pénétrèrent dans la région, ils se virent confrontés à ces forces : des émirats foulbé stables et bien organisés, avec un gouvernement central à Sokoto et de grandes provinces relativement autonomes, comme celle de l’Adamawa. Cette dernière s’étendait sur ce qui est maintenant le nord-est du Nigeria et le nord du Cameroun (Ade Ajayi et Crowder, 1976 ; Fage, 1978). Au tournant du siècle, les Anglais et les Allemands réussirent à battre – difficilement – ces armées foulbé grâce à leurs armes à feu. En 1901 les Anglais occupèrent Yola, et Zubeiro s’enfuit vers Maroua, un autre lieu de résidence des Foulbé (Vaughan, 1995). Une année plus tard, les Allemands, occupés à fonder leur propre colonie, le Kamerun, arrivèrent à Maroua et battirent les Foulbé. Zubeiro retourna à Madagali. Une fois là-bas, il fut reçu par Bakari, mais celui-ci, qui ne voulait pas être considéré par les nouveaux seigneurs occidentaux comme un partisan de Zubeiro, ne se montra pas très accueillant envers son suzerain (Kirk-Greene, 1995). Bakari fut néanmoins considéré comme tel, ce qui le conduisit à s’enfuir devant la probabilité d’être arrêté par les troupes allemandes. Il fut pourtant capturé par ces dernières, et le commandant allemand le força à abdiquer en faveur de son fils, Hamman Yaji. Bakari fit savoir aux Allemands qu’en raison de son caractère, son fils ne saurait devenir son successeur, puis il parvint à s’enfuir dans les montagnes. Le commandant allemand Dominik Zimmerman (un autre personnage quasiment mythique dans la tradition orale locale) réussit à le retrouver et à le ramener vivant à Madagali. Il promit à Bakari de ne pas attenter à sa vie (Vaughan, 1995 : 9), promesse qui ne fût cependant pas respectée puisqu’il fut finalement décapité. Pour un aperçu du récit de sa fin dramatique en 1902, comportant d’autres détails héroïques, citons la belle publication d’Anthony Kirk-Greene, à l’époque assistant officer du district de Madagali, et plus tard professeur à Oxford : « Ardo [titre du chef] Bakari demanda quel jour on était. On lui dit qu’on était mardi, et il répondit avec la résignation typique d’un musulman : “Il a été prédit que je devais mourir un mardi ; retournons à Madagali”. Lorsque le convoi s’approcha du territoire de l’administrateur régional, les troupes allemandes l’attendaient. Dominik ordonna d’ouvrir le feu. Dans le chaos qui s’ensuivit, Bakari descendit calmement de son cheval, et s’agenouilla pour prier. Seul son joueur d’algaita [corne] Mbico refusa de participer à la fuite collective car, son maître mort, il n’y aurait plus personne devant qui jouer. Tous les deux, Mbico et Bakari, furent exécutés de sang-froid. Apparemment, Bakari fut décapité car lorsque, le soir, les citadins arrivèrent, ils trouvèrent la tête séparée du corps. Il fut enterré au pied de la montagne noire dans la partie sud de la ville »12 (Kirk-Greene, 1969 : 81).

23Le lendemain, Hamman Yaji, alors âgé de 35 ans, fut nommé chef à la place de son père. Une dizaine d’années plus tard, plus précisément le 16 septembre 1912, il commença à écrire son journal dont il poursuivra la rédaction jusqu’au 25 août 1927 (Vaughan et Kirk-Greene, 1995). À titre d’exemple, voici quelques mentions concernant les villages des Kapsiki, domaine de recherche de l’un des auteurs de ce texte (Walter van Beek) : « 6 juillet 1913. Samedi, le 3e du Mairordu Sumaye, j’ai envoyé mes hommes à Sina et ils capturèrent 30 vaches et 6 filles esclaves. [Une semaine plus tard ces mêmes “païens de Sina” réussirent à chasser ses soldats et à libérer quelques esclaves]. Entre le 2 et le 27 février 1915, j’ai chassé à Humumzi [village higi au Nigeria] et capturé 4 filles esclaves et 20 vaches. 29 septembre 1918. Samedi matin 22, je fus à Futu et capturais 23 vaches, 22 habits, trois bonnets rouges et 15 chèvres. 7 mai 1919. Mercredi, le 6e du Laihadji Fadhl al Mar, j’ai chassé à Sir avec Lawan Aji de Gaur [Gawar] et nous avons capturé 8 esclaves, 122 vaches et 200 moutons. 24 juillet 1919. Jeudi, le 15e Juldandu, j’ai envoyé Fadhl al Nar chasser à Kamalé et il captura 34 esclaves, 26 vaches et 130 chèvres. 30 décembre 1919. J’ai chassé à Wula et nous avons capturé 20 esclaves. 15 mai 1920. Samedi, le 25e du Wairordu Soumaye, j’ai envoyé Jauro Soto chasser les païens de Gumshi [actuel Nigeria]. Ils capturèrent 70 esclaves, 48 vaches et 90 chèvres. »

24Parfois, il fut déçu : « 10 décembre 1912. Jeudi, le 30e Lajhadji, […] j’ai envoyé des soldats à Kamalé, mais ils n’ont pas atteint la maison du chef de village, et n’ont capturé qu’une femme esclave dont la main avait été coupée, et qui était vraiment stupide. J’étais furieux contre eux. »

25Pendant tout son règne, Hamman Yaji opéra à la vue des pouvoirs coloniaux. Mais ces derniers ont changé avec le temps. De 1884 à 1916, donc pendant tout le règne de Bakari et le début de celui d’Hamman, Madagali était contrôlé par les Allemands. La Première Guerre mondiale provoqua un changement de régime colonial et les Français régnèrent sur cette zone de 1916 à 1922. Entre 1922 et 1961, Madagali et sa région furent placés sous une autre autorité coloniale, l’autorité britannique, prenant le nom de Northern Cameroons. Après 1961, cette région fut rattachée au Nigeria. Mais l’actuel Cameroun du Nord, y compris la grande partie des monts Mandara qui fut son domaine de chasse, ne fut jamais sous l’autorité du gouvernement anglais. Autrement dit, il resta français, et devint à l’indépendance, en 1960, partie du territoire camerounais. Pendant son règne, Hamman Yaji eut donc affaire à trois pouvoirs coloniaux différents, avec chacun son propre point de vue, ses priorités et son propre système politique. Cependant, ces pouvoirs avaient une chose en commun : ils gouvernaient peu directement. Les seigneurs locaux restaient en place et l’attention de l’administration était centrée sur les souverains foulbé. Ce n’est qu’après 1920 que l’autorité coloniale essaya de mettre en place une véritable « pacification ». Les informateurs d’aujourd’hui sont bien conscients des avantages que représentait cette position en retrait de l’autorité coloniale pour le chef peul reconnu pour sa férocité.

  • 13 Entretien avec Simbé, Zelevet (Cameroun), avril 2014, réalisé par Melchisedek Chétima.

26« Hamman Yaji n’était pas un homme. Il était trop méchant pour être un homme. Il ne buvait que du sang humain comme boisson. C’est pourquoi il lui fallait tuer constamment pour avoir du sang à boire. À un moment, les Blancs n’étaient pas d’accord avec lui, et lui ont demandé d’arrêter. Mais c’était difficile de le contrôler quand il venait se cacher dans la montagne, et repartait à Madagali avec des captifs. Les Blancs qui contrôlaient la montagne étaient différents des Blancs qui contrôlaient Madagali, et il a su se jouer d’eux. »13

  • 14 Pendant un certain temps, les anthropologues ont eux aussi entretenu le mythe qui entourait Sukur, (...)
  • 15 Voir également Kirk‑Greene, 1969 : 75.

27Tandis que Bakari, le père d’Hamman Yaji, régnait sur un territoire qui dépendait d’un émirat plus grand et devait donc constamment rendre des comptes au sultan, au temps de Hamman Yaji l’autorité de Yola s’était évaporée et n’avait pas encore été remplacée par celle des Anglais. Ce vide politique permit à Yaji de faire comme bon lui semblait et d’opérer en toute impunité. Jusqu’en 1920, il continua ses razzias dans les montagnes en capturant des esclaves, des vaches et des chèvres autant qu’il le put. Dans son journal, il fait mention d’une centaine de razzias effectuées au cours desquelles 2 016 esclaves furent capturés (il s’agit uniquement de ceux qu’il a décomptés, avec occasionnellement une remarque sur le nombre des morts pendant les razzias) et un grand nombre de bœufs volés (Vaughan et Kirk-Greene, 1995). Certaines parties des montagnes souffrirent davantage que d’autres de ces razzias. Sukur, une chefferie située juste au nord des Kapsiki, fut particulièrement affectée par les actions d’Hamman Yaji (Sterner, 2003). Vaughan explique l’animosité particulière du chef de Madagali envers Sukur par la position rituelle spéciale de ce lieu (Vaughan, 1995). Sukur étant en effet connu pour être un petit royaume indépendant, et Yaji ne supportait pas la présence d’un autre centre de pouvoir dans son voisinage, bien que ce pouvoir soit purement rituel14. Aujourd’hui encore, à Sukur, de nombreuses histoires circulent sur la cruauté des Foulbé. Une tradition orale recueillie à Sukur par Judith Sterner (2003 : 145) raconte ce qui suit : « Pendant une razzia, les soldats d’Hamman Yaji coupèrent les têtes des villageois devant la maison de Tlidi [chef de Sukur], les jetèrent dans un trou, allumèrent un feu dedans, et se firent un repas au-dessus de ces têtes. Une autre fois, les femmes des hommes de Sukur tués durent venir pour ramener les têtes de leurs maris chez elles dans des calebasses ; et une autre fois encore, les soldats ramenèrent toutes les têtes à Madagali pour que les Foulbé puissent les voir. Des informateurs m’ont dit qu’ils ont vu les soldats enfoncer un fil de fer par les oreilles et les mâchoires d’enfants, et un autre racontait comment Hamman Yaji, apprenant la valeur qu’attachent les gens de Sukur aux rites funéraires, fit découper les morts en morceaux pour qu’ils ne puissent pas être enterrés convenablement. »15

28Malgré cette cruauté sans doute atypique, il n’y a pas de signe montrant qu’Hamman Yaji ait, à un moment ou à un autre, considéré sa conduite comme différente de celle d’un chef foulbé « normal ». Vaughan écrit à ce sujet que : « Les valeurs d’Hamman Yaji étaient celles de la société foulbé du xixe siècle, qui avait établi son autorité sur les païens dans une entente complexe avec le grand émirat de l’Adamawa » (Vaughan, 1995 : xiv). Son indifférence absolue vis-à-vis des « païens » contraste avec le soin personnel qu’il a pour ses esclaves (ibid. : xviii), tout comme le vol routinier de bétail contraste avec la comptabilité méticuleuse de son échange de cadeaux avec les autres chefs. Il prenait soin que ses vols de bétail et ses razzias n’eussent lieu que dans son territoire à lui, c’est-à-dire dans les villages qu’il considérait appartenir à son fief. Il était obéissant au gouvernement qu’Allah avait placé au-dessus de lui : il obéit aux Anglais lorsque ces derniers lui interdirent en 1920 de capturer encore des esclaves ou, du moins, à partir de ce moment, les razzias cessèrent-elles d’être mentionnées dans son journal. Cela ne veut cependant pas dire qu’il arrêta entièrement son commerce, car il y avait toujours d’autres formes d’approvisionnement en esclaves. Il y avait toujours de petites guerres internes, entre les villages des massifs, à la suite desquelles des prisonniers lui étaient parfois offerts en cadeau (Beek van, 1987 ; Vaughan, 1977) – sans doute en guise de soumission –, ou lui étaient simplement vendus. Parfois aussi, on lui offrait des habitants des montagnes accusés de sorcellerie ou de vol et d’autres formes de délits, comme cela est rapporté dans son journal : « 7 novembre 1922. Jeudi, le 17e du Haram Petel, les païens de Sina m’amenèrent une de leurs femmes, dont ils dirent qu’elle avait volé des gens. 17 novembre 1924. Lundi, le 19e du Banjaru Awwal, les païens de Tur, qui sont venus habiter Wamga, m’amenèrent deux esclaves femmes, pour lesquelles un garçon avait servi de rançon. Elles avaient été capturées parce qu’elles étaient des sorcières. Le 24 novembre 1925. Mardi, le 8e du Banjaru Tumbindu, les païens de Kamalé accusèrent un de leurs hommes de sortilège, le capturèrent et me l’amenèrent. Comme ils voulurent s’emparer également de sa récolte, j’ai envoyé mes cavaliers pour les accompagner. »

  • 16 Hamman Yaji avait une maison à Rafa, au nord de Mogodé.

29Si les actions cruelles d’Hamman Yaji sont racontées de façon légendaire par les montagnards, sa fin également est entrée dans la mythologie kapsiki, et plus globalement dans la mythologie montagnarde. Écoutons encore Vandu Zra Té : « Les gens de Mogodé avaient deux fois mis le feu à sa maison16. Hamman Yaji recruta donc des gens des villages voisins et se mit en route vers Mogodé. Ce fut la période où Kweji Miyi était chef de Mogodé. Avec tous ces gens, Hamman Yaji vint pour battre Mogodé. Il sortit de la forêt de Ldaka et se dirigea ensuite vers le nord, vers Rhwemetla [une montagne centrale à Mogodé]. Tout d’un coup, les mazavè [buses] descendirent sur sa tête et il perdit son bonnet rouge [symbole du chef]. Quatre hommes le portèrent [comme un cadavre] et parcoururent ainsi le village ; et il s’écria : “me voilà, Hamman Yaji, près de ma mort dans le pays de Mogodé, et le masavè a jeté mon bonnet sur la terre de Mogodé”. Plus tard, il alla à Madagali. Ce fut la saison des pluies de l’année où les Blancs l’ont attrapé. »

30L’histoire écrite donne une image un peu plus complexe, mais des problèmes religieux jouèrent effectivement un rôle dans sa chute. Pour Hamman Yaji, sa dévotion de musulman n’était aucunement inconciliable avec ce qu’il faisait. Vers la fin de son règne, elle devenait même de plus en plus importante pour lui : « 15 mai 1915. Samedi, le 30e du Banjaru Sakitindu, je me suis joint à la secte des mahdistes dirigée par Malam Muhammad.

318 août 1922. Mardi, le 14e du Dahu al Hijjah, j’ai arrêté l’habitude de prier Allah pour les choses de ce monde, et adopté celle de prier pour les choses du monde à venir. »

32Par ailleurs, dans la mémoire collective des montagnards, et particulièrement des Kapsiki, l’arrestation d’Hamman Yaji est aussi mythique que toute sa vie : « Le Blanc le chercha à Madagali. Il y avait des gens partout, mais où était Hamman Yaji ? Un des soldats de Yaji dit aux Blancs : “Il est dans la terre. Il a un trou dans la terre. C’est là que se trouve son lit, c’est sur son terrain”. “Peux-tu nous montrer cela ?” “Oui, je peux vous le montrer”. Le Blanc paya le soldat et ils allèrent à la fosse : “Hamman Yaji, c’est fini pour toi”. Yaji en sortit, tout nu. Ils le montèrent sur un cheval et partirent, et personne n’a plus jamais revu Hamman Yaji. »

33Les Kapsiki, pas plus que les Sukur et autres groupes des massifs, ne le revirent. La tradition orale, enregistrée par Judith Sterner à Sukur, est plus savoureuse (Kirk-Greene, 1995 : 151). « Il fut arrêté par les Européens qui le capturèrent et l’empoisonnèrent. Lorsqu’il mourut, il tomba par terre, bras et jambes écartés. Quand tu vas à la ville [Madagali] maintenant, tu vois les croix en bois que les Européens ont dressées à sa mémoire. »

34Les sources écrites donnent une image différente, mais tout aussi passionnante. Les Anglais voulaient se débarrasser de lui pour diverses raisons, mais surtout parce qu’ils redoutaient le mahdisme. Leur emprise administrative et militaire sur ce coin de la colonie était faible, et ils craignaient une résistance soutenue de Hamman Yaji et des siens. Kirk-Greene raconte longuement comment, après une correspondance intense entretenue entre Yola (le centre du gouvernement d’Adamawa) et leurs supérieurs coloniaux à Kaduna et Lagos, on décida d’adopter une stratégie prudente. Des colonnes de policiers et de militaires devaient partir de Yola à Madagali à des jours différents, et avec des feuilles de route différentes. Une annonce publique fut faite qu’il s’agissait d’un déplacement vers Maiduguri – une ville située plus au nord – et comme par hasard, ils devaient se rencontrer à Madagali (Kirk-Greene, 1995 : 32,-33). On disposait d’une petite armée d’à peu près trois cents Africains et trois Européens (ibid. : 32). Pour l’arrestation proprement dite, trente policiers placés sous le commandement du capitaine Wilkinson et de l’Assistant Officer du district suffirent. Lorsqu’ils vinrent à Madagali, Hamman Yaji pensait recevoir de nouveaux hôtes, mais il fut arrêté dans sa maison, en même temps que son fils Bello et son esclave principal Ajia. Son journal fut saisi plus ou moins par accident, car l’esclave chargé de le cacher (en s’asseyant dessus !) s’était assis par inadvertance sur le Coran (Kirk-Greene, 1995 : 34-35).

  • 17 La terreur qu’inspirait Hamman Yaji était déjà considérée alors comme étant la réfutation ultime de (...)

35Ni l’arrestation de Yaji, ni sa déportation vers Yola le 26 août 1927 ne donnèrent lieu à des révoltes à Madagali, comme le craignait l’administration coloniale britannique. Toutefois, des autorités supérieures ordonnèrent de l’expulser de Yola, et même de la région de l’Adamawa, car il était difficile d’estimer le nombre de ses adeptes. Le 8 octobre, après son procès accéléré, qui s’est tenu à Yola, Hamman Yaji fut embarqué sur un bateau qui le livra à Sokoto deux semaines plus tard17. Quoiqu’il n’y ait pas eu de soulèvement, l’office colonial de Kaduna considérait, dans ses rapports, l’arrestation d’Hamman Yaji comme un triomphe dans la lutte contre le mahdisme (Kirk-Greene, 1995 : 38). En raison de tout ce qui précède, et pour des raisons de politiques coloniales internes, la présence d’Hamman Yaji à Sokoto fut également considérée comme risquée : il était encore trop près des possessions coloniales françaises. Hamman Yaji avait en effet de nombreuses accointances au Cameroun (son frère étant lamido de Mokolo) et l’on considérait qu’il pouvait s’échapper facilement pour regagner Mokolo via la Bénoué. Il fut donc transféré à Kaduna avec Macido, l’ex-vizir de Sokoto. Cependant, il décéda quelque temps après, à Kaduna, à la suite d’une infection des voies urinaires (Kirk-Greene, 1995 : 41).

  • 18 Entretien avec Simbé, Zelevet (Cameroun), avril 2014, réalisé par Melchisedek Chétima.

36Ce que l’on peut finalement retenir des récits locaux sur Hamman Yaji est que, malgré leur caractère mythique et légendaire, ils laissent parfois transparaître quelques séquences réelles de la vie de ce personnage, notamment sa propension à la brutalité, sa préférence pour les esclaves femmes, ainsi que le flou ayant entouré son arrestation, sa déportation et sa mort. Abubakar Shekau est aujourd’hui perçu d’une manière analogue, quasi mythique, comme l’indique l’un des informateurs du second auteur. « On ne va jamais arrêter Shekau, c’est un esprit. C’est quelqu’un qui peut être à deux endroits à la fois. Sa nourriture est faite de chair humaine. Shekau et Hamman Yaji sont pareils. Ils ne couchent jamais deux fois avec la même femme. »18

37L’intervention européenne provoqua la destruction de la force militaire du sultanat de Sokoto, et des émirats qui en faisaient partie, comme ceux de Yola et de l’Adamawa. Par la suite, autant que possible, on s’efforça de garder intact l’appareil administratif officiel. Au sommet, les Européens avaient créé une nouvelle force militaire, mais sans lien avec l’appareil administratif traditionnel du sultanat. Cela créa au niveau inférieur un vide politique, renforcé par les armes que les gens du sultan reprenaient aux Européens – parfois avec le soutien militaire direct des régiments coloniaux. Dans ce contexte, les chefs foulbé avaient de nouvelles chances d’établir et de perpétuer leur hégémonie sur des groupes non musulmans. Pour la colonie allemande, Lestringant le signale d’ailleurs : « Les structures coloniales à l’arrivée du colonisateur allemand ne furent guère modifiées. Les rapports entre les Habé et les Foulbé restèrent ceux de vassaux payant un tribut à leurs féodaux, avec ce correctif que la puissance militaire européenne était mise au service des autorités autochtones instituées et jouait donc en faveur des chefs peuls. En effet, ces officiers allemands prirent appui sur les lamibés [sultans], aussi furent-ils enclins à confirmer officiellement l’autorité peule sur les groupements païens qui étaient depuis toujours hors de son obédience » (Lestringant, 1964 : 162).

38Le peu de contrôle administratif au sommet était donc compensé par un soutien actif au niveau de la base. Dans le pays kapsiki proprement dit, cela favorisa une nouvelle période de domination absolue des Foulbé au début de l’occupation européenne, c’est-à-dire dans les trente premières années du xxe siècle. Le commandant allemand Dominik Zimmerman fit sa première expédition dans les montagnes vers la fin de l’année 1905, mais, depuis des années déjà, il était en contact avec les chefs foulbé. L’Allemagne perdit l’hégémonie sur la région en 1916, à la suite de la Première Guerre mondiale. Les Kapsiki considéraient les Allemands comme étant de bons soldats, et ils les admiraient pour cela, au point que leurs armées reçurent spécialement un idéophone kapsiki : kwarhweredlèarhweredlèa, une sorte de caractérisation de fusillades. D’autres sociétés montagnardes partageaient cette même admiration pour les Allemands, comme les Mofu (Vincent, 1991 : 35), mais aussi les Podokwo, les Muktele et les Mura. Après la prise de contrôle du territoire par les Français, les problèmes entre les Foulbé et les Kirdi s’accrurent, car, partout dans les montagnes, les Kirdi essayaient de se venger des Foulbé. Renforcés par le nouvel armement des Français, les musulmans contre-attaquaient autant qu’ils le pouvaient, et les montagnards en payèrent le prix en vies humaines. Dans un tel contexte, les Français eurent de la peine à rétablir le calme, c’est-à-dire à instaurer une véritable « pacification ».

39Lorsque la partie ouest de la région fut transférée à l’Angleterre, en 1922 – devenant les Northern Cameroons –, une situation comparable s’y produisit. Les instructions coloniales britanniques stipulaient certes que les « païens qui n’avaient jamais été soumis, à savoir ceux des monts Mandara, doivent être laissés tranquilles pour le moment » (Kirk-Greene, 1969 : 75). Néanmoins, il n’y eut jamais de paix véritable, et l’on continua de noter des affrontements entre les montagnards, soucieux de préserver leur indépendance, et les Peuls, désireux de prolonger leur domination. Dans les années 1930, les frictions étaient si fortes qu’elles prirent la forme d’un véritable conflit. Jusqu’à cette date, aucune autorité ne put mettre un terme à cette situation, comme le remarque un fonctionnaire colonial : Les Northern Cameroons « […] sont les endroits les plus anarchiques et les moins bien gérés que j’ai vus au Nigeria depuis les années du protectorat nord nigérian. Le trafic d’esclaves et la chasse aux esclaves sont partout […]. Des chefs subalternes reçoivent des fusils et ils sont ainsi encouragés à attaquer les pauvres païens, qui se cachent comme des singes peureux dans les montagnes inaccessibles […]. Et bien sûr, tout le monde est complètement armé : lances, boucliers, arcs et flèches, matraques et cetera » (Kirk-Greene, 1969 : 84).

40Les montagnards ne voulaient pas, eux non plus, avoir affaire aux colonisateurs, et surtout pas à leurs impôts. Cependant, en 1930, une invasion de sauterelles aggrava leur situation et les rendit dépendants d’une aide extérieure (Beauvillain, 1989 : 247). Des parents durent parfois vendre leurs propres enfants aux Peuls en vue de disposer des ressources nécessaires pour nourrir les autres membres de la famille (Chétima, 2015). Précisons cependant que les Mafa ne vendaient pas n’importe quel enfant. Il s’agissait en général des « enfants du milieu », c’est-à-dire compris entre le premier et le dernier fils. Ceux-ci n’avaient aucune des fonctions religieuses ou rituelles qui avaient régulièrement cours dans les montagnes. En plus, comme le souligne José van Santen (1993 : 26), dans un contexte d’extrême famine, les parents estimaient que leurs enfants pourraient vivre dans de meilleures conditions ailleurs, bien qu’étant esclaves.

41Vers les années 1940, une « paix relative » sembla enfin se dessiner. Chronologiquement, ce furent d’abord les chasses aux esclaves à grande échelle qui disparurent, puis les dons et les ventes d’enfants en situation d’extrême famine, et enfin, progressivement, les escarmouches internes entre les villages des massifs. Les dernières véritables escarmouches eurent lieu dans les années 1950, bien après la Seconde Guerre mondiale. La frontière entre les colonies anglaise et française donnait lieu à des incertitudes (Barkindo, 1985, 1989 ; Sterner, 2003 : 54), mais, à la fin des années 1950, les domaines montagnards étaient entièrement intégrés dans l’administration coloniale. À vrai dire, ils n’étaient toujours pas tout à fait calmes, car, en 1972, pendant le premier séjour d’un des auteurs dans le pays kapsiki, le village de Kortchi attaqua un village voisin, Hine Gawar. Ainsi, bien que pour les montagnards la guerre soit devenue de l’histoire ancienne, elle reste aujourd’hui encore le thème principal des discours, car ils en ont été durablement marqués. Les Kapsiki et les Podokwo en parlent très souvent, de façon évocatrice et avec conviction : on entend siffler les flèches, gémir les victimes, le tumulte de la lutte, etc.

Boko Haram, Abubakar Shekau et les conditions du présent

42Nous n’allons pas détailler ici l’histoire de Boko Haram et l’arrivée de Shekau, qui a fait l’objet de nombreuses autres publications et revient à plusieurs reprises dans ce volume. Les différences entre la situation d’Hamman Yaji et celle d’Abubakar Shekau sont évidentes. La vie moderne, avec des relations autrement plus larges à l’intérieur et à l’extérieur du Nigeria, une technologie incomparable, un enracinement dans une situation étatique et une communauté globalisée, l’utilisation des motos comme moyen de mobilité, la présence d’Internet et un islam radical globalisé, tout cela donne une coloration qui distingue nos deux figures et les événements qu’ils incarnent, à savoir l’esclavage et la violence.

  • 19 L’expression « Wars without End », guerres sans fin, l’exprime bien (Reyna, 1990).

43En dépit de tout cela, les analogies entre Yaji et Shekau restent frappantes, et elles le sont encore davantage pour les habitants des monts Mandara. La violence extrême, la cruauté, la division du monde en « croyants » et « incroyants » et l’inspiration tirée de l’islam sont aisément reconnaissables chez l’un comme chez l’autre. Pour les deux hommes, les victimes n’ont aucun droit et sont considérées comme des « non-personnes » ou, mieux, comme des personnages sans existence. L’un comme l’autre se considèrent comme des représentants acceptables de leur temps, investis d’une mission divine au nom de laquelle ils considèrent les pouvoirs étatiques régionaux comme leur principal ennemi. Pour les deux acteurs, la situation de guerre, de ravages et d’esclavage est un choix19 et ils se complaisent à prononcer des discours quasi apocalyptiques. Plus spécifiques encore sont deux aspects fondamentaux, bien ancrés dans l’histoire et la géographie politique de la région : l’esclavage et la situation frontalière. Les montagnards du Mandara les soulignent fréquemment.

44Les commentaires locaux sur Boko Haram ne s’expriment donc pas tant en termes de « terrorisme », que de « retour des esclavagistes ». « L’esclavage est de retour » s’indignent les montagnards lorsqu’ils commentent les actions meurtrières de Boko Haram et les enlèvements des filles revendiqués. Dans l’imaginaire local, le nom de « Madagali » a d’ailleurs fini par se confondre avec l’esclavage et surtout, il est directement lié à la personne d’Hamman Yaji. Le fait que Hamman Yaji ait été le dernier chasseur d’esclaves connu et la façon cruelle dont il a mené ses raids dans les territoires des montagnards créent des points d’appui pour la mémoire collective. Par ailleurs, la pratique de l’esclavage dans cette zone frontalière a été particulièrement longue. Tout ceci fait que, dans cette zone, parler de Boko Haram revient à parler de l’esclavage, parler de Hamman Yaji revient à parler de Shekau, et parler des motos de Boko Haram revient à parler de la cavalerie des guerriers peuls. Non seulement les discours sur Boko Haram sont enchevêtrés avec ceux relatifs à l’esclavage, mais ils s’insèrent aussi parmi toute une série de violences presque endémiques qui ont rythmé l’histoire locale jusqu’à une période relativement récente. Dans cette optique, l’arrivée des bandes de Boko Haram dans les montagnes ne pouvait être que comprise comme le funeste retour des razzias esclavagistes musulmanes menées par les royaumes des plaines entre le xviie et le début du xxe siècle (Seignobos, 2015).

  • 20 L’esclavage féminin est un fait-clé dans l’histoire de l’esclavage ouest‑africain : voir Meillassou (...)

45Par ailleurs, l’épisode d’enlèvement des filles et des jeunes femmes de Chibok se moule étrangement dans cette même rhétorique du « retour de la chasse aux esclaves » que les habitants de la zone semblaient pourtant avoir refoulée, mais pas oubliée (Chétima, 2015). Pendant des siècles, et jusque dans les années 1960, de tels rapts de jeunes filles se pratiquaient en toute impunité. La prédilection d’Hamman Yaji pour la capture de jeunes femmes est sans équivoque dans le journal de l’ancien dévastateur peul20 : « 21 mai 1913 : j’ai capturé 20 esclaves filles. 11 juin 1913 : j’ai capturé six esclaves filles et dix bovins, et j’ai tué trois hommes. 25 juin 1913 : j’ai capturé 48 esclaves filles et 26 bovins et j’ai tué cinq personnes. 6 juillet 1913 : j’ai capturé 30 bovins et six esclaves filles. 26 août 1917 : Dimanche, le 8e du Siutorandu, j’ai fixé la punition pour chaque esclave qui me quitte sans raison valable, à savoir quatre esclaves filles et, s’il est pauvre, 200 coups de fouet. »

46L’affaire de Chibok montre aussi comment l’accès aux femmes a pu attirer vers Boko Haram de jeunes célibataires qui n’avaient pas les moyens de se marier. En versant des subsides à ses fidèles, Boko Haram a permis aux jeunes recrues de se marier plus aisément, ce qui rappelle une fois encore le phénomène du concubinage grâce auquel des leaders musulmans contournèrent l’interdiction formelle de détenir un esclave.

47Ce « retour à l’esclavage » dont parlent les montagnards s’opère grâce au phénomène frontalier. Les régions limitrophes des pays sont souvent des endroits où l’État refuse d’exercer sa pleine autorité, en raison des bénéfices et des opportunités que les activités illégales et semi-légales apportent, entre autres, aux fonctionnaires de l’État et aux bureaucrates (Roitman, 2005). Cette utilisation des zones frontalières hors de tout contrôle de l’État a été un facteur important pour le développement du pouvoir militaire de Boko Haram, comme elle l’était pour celui d’Hamman Yaji. En effet, en provenance de Maiduguri, Boko Haram a d’abord déplacé ses opérations dans la zone rurale située sur la frontière avec le Niger (Kangama), puis dans les montagnes du Mandara, à la frontière avec le Cameroun, avant de les déplacer à nouveau dans les eaux du lac Tchad, à la frontière entre le Cameroun, le Tchad, le Nigeria et le Niger.

48Les actions de Boko Haram sont ainsi localement perçues en termes de raids d’esclaves et de régions frontalières. Cette lecture locale a quelque chose à nous apprendre, d’autant plus que les auteurs ont, pour la plupart, étudié la secte en la situant dans le contexte global du djihadisme international, sans prendre en compte celui, historique, de sa naissance. Le regard des locaux est d’autant plus digne d’intérêt que les actions de Boko Haram ne sont pas une éruption mystérieuse et sans précédent de la violence et de la sauvagerie. Elles peuvent être lues et comprises dans les contextes locaux de la politique et de l’histoire, d’autant que son implantation dans les montagnes est venue se greffer sur des réalités omniprésentes de violence.

  • 21 Pour une comparaison, voir Maughan-Brown, 1980.

49Il faut y ajouter la situation socioéconomique difficile des montagnards, en particulier dès la fin des années 1950, avec leur descente forcée en plaine. En dépit des atrocités évidentes de Boko Haram et du manteau islamique dont il se vêt, on a enregistré des adhésions de jeunes montagnards, pourtant non-musulmans, à la secte. Pour ces jeunes, rejoindre Boko Haram apparaît comme une occasion de sortir de leur cycle infernal de déréliction. Autrement dit, l’identification à la secte sonne comme la revanche des meere’en (« gens de rien » en fulfulde) et des keda (« chiens » en mafa et en podokwo), qui ont échoué à s’élever dans l’échelle sociale (Seignobos, 2015). Ces éternels cadets sociaux voient en leur adhésion une revanche sur leur propre famille, sur leur village et surtout sur l’État postcolonial, responsable selon eux du fossé entre Kirdi et Islamo-Peuls, d’où la pertinence des idées avancées par E. Hobsbawm (1971) concernant le « banditisme social » et ce qu’il appelle « les formes archaïques de la protestation sociale »21.

50Finalement, les populations locales ne voient pas en Boko Haram un mouvement terroriste contemporain, mais un groupe qui s’inscrit dans la mouvance du cycle infernal des violences orchestrées, d’abord par le Bornou et ses alliés, ensuite par Sokoto et Hamman Yaji. Boko Haram fait lui-même constamment référence au Bornou et à Sokoto, et ces références devraient nous conduire à dépasser les paradigmes simplificateurs du terrorisme contemporain sur le mode d’Al-Qaïda, pour examiner plus sérieusement l’histoire de l’islam et du djihad dans la région. Comme le rappelle M-A. Pérouse de Montclos (2012), Boko Haram ne s’inscrit pas dans la logique du terrorisme international contemporain, et n’a pas non plus cette dimension internationale que les médias veulent lui donner. Plutôt que d’être une idéologie importée des pays arabes, les discours et les actions de Boko Haram sont enracinés dans des modèles locaux et victorieux de renouveau islamique par la guerre. Il tire sa légitimité des ressources doctrinales et historiques endogènes, même si, très souvent, les mises en scène médiatiques s’apparentent à celles des groupes djihadistes du Moyen-Orient. Ce constat doit inspirer les décideurs publics à examiner sérieusement les déterminants indigènes de la violence politique, et à questionner le pourquoi de la singularité de Boko Haram dans le débat sur le terrorisme mondial. Aussi, devra-t-il être étudié comme étant une manifestation de violence d’Africains dirigée contre d’autres Africains, et comme l’héritier d’une longue série d’agents destructeurs, dont Hamman Yaji est l’emblème. C’est pourquoi, si l’annonce de Shekau à propos de la vente comme esclaves des lycéennes a surpris de nombreux observateurs, elle n’a pas étonné les personnes vivant dans les monts Mandara, qui se souviennent encore de l’intérêt marqué des esclavagistes d’hier pour les filles et les femmes.

Conclusion

  • 22 Caractérisation du terrorisme dans une interview d’un expert aux Pays-Bas, J. de Ruiter, NPO Radio  (...)

51Revenons maintenant à notre question initiale : l’histoire se répète-t-elle ? L’État colonial de jadis n’est plus le même que l’État postcolonial d’aujourd’hui, et les relations avec l’extérieur sont bien transformées. Les médias et Internet ont changé les razzieurs en acteurs d’écran, et la terreur en un « théâtre de la rue hors contrôle »22 : le monde n’est plus le même, en effet. Mais le banditisme est toujours une manière d’exister, un way of life. Il y a toujours des frontières entre États, et notre planète bien ronde a toujours des coins perdus. Dans les monts Mandara, un de ces coins isolés, ce n’est pas tant une question de répétition de l’histoire que de sa continuité. L’histoire n’a pas besoin de se répéter, puisqu’elle n’a jamais disparu.

Bibliographie

Ade Ajayi J. F., Crowder M. (dir.), 1976
History of West Africa, vol. 1. Londres, Longman : 568 p.

Barkindo B., 1985
« The Mandara astride the Nigeria-Cameroun boundary ». In Asiwaju A. (dir.). Partitioned Africans: ethnic relations across Africa’s international boundaries 1884-1984, Londres, Lagos, Hurst, University of Lagos Press : 29-49.

Barkindo B., 1989
The sultanate of Mandara to 1902. History of the evolution, development and collapse of a Central Sudanese kingdom. Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 252 p.

Beauvillain A., 1989
Nord-Cameroun, crises et peuplement. Notre-Dame-de-Gravenchon, édité par l’auteur, 2 vol., 625 p.

Beek van W. E. A., 1987
The Kapsiki of the Mandara mountains. Long Grove, Prospect Heights, Waveland Press.

Beek van W. E. A., 1988
« Purity and statecraft: the Fulani jihad and its empire ». In Beek van W. E. A. (dir.). The quest for purity. Dynamics of puritan movements. Berlin, Mouton/de Gruyter : 149-182.

Beek van W. E. A., 1992
« Slave raiders and their people without history ». In Abbink J., Vermeulen H. (dir.). History and culture. Essays on the work of Eric R. Wolf. Amsterdam, Het Spinhuis : 53-71.

Chétima M., 2015
Mémoire refoulée, manipulée, instrumentalisée. Enjeux de la transmission de la mémoire servile dans les monts Mandara. Cahiers d’Études Africaines, 218 (2) : 303-329.

Chétima M., 2017
On ne naît pas ethnique, on le devient. Anthropos, 112 (1) : 1-19.

Chétima M., Gaimatakwan A. K. D., 2016
« Memories of slavery in the Mandara Mountains: Re-appropriating the repressive past ». In Lovejoy P., Oliveira V. (dir.), Slavery, memory, citizenship, Trenton, Africa World Press : 285-299.

David N., 2014
Patterns of slaving and prey-predator interfaces in and around the Mandara mountains (Nigeria and Cameroon). Africa: Journal of the International African Institute, 84 (3) : 371-397.

Fage J. D., 1978
A history of Africa. Londres, Hutchinson, 534 p.

Goodridge R. A., 1994
The issue of slavery in the establishment of British rule in Northern Cameroun to 1927. African Economic History, 22 : 19-33.

Hobsbawm E., 1971
Primitive rebels. Manchester, Manchester University Press, 211 p.

Kirk-Greene A. H., 1969
Adamawa Past and Present. An Historical Approach to the Development of a Northern Cameroons Province. Londres, International African Institute, 252 p.

Kirk-Greene A. H., 1995
« The view from Yola ». In Vaughan J. H., Kirk-Greene A. H. (dir.), The diary of Hamman Yaji. Chronicle of an African Ruler, Bloomington, Indiana University Press : 22-41.

Kopytoff I. (dir.), 1977
Slavery in Africa. Historical and anthropological perspectives. Madison, University of Wisconsin Press, 492 p.

Lestringant J., 1964
Le pays des Guider au Cameroun : essai d’une histoire régionale. Versailles, édité par l’auteur, 447 p.

Maughan-Brown D., 1980
Social banditry: Hobsbawm’s model and “Mau Mau”. African studies: a quarterly journal devoted to the study of African administration, cultures and languages, 39 (1) : 77-97.

Meillassoux C., 1983
« Female slavery ». In Robinson C., Klein M. A. (dir.). Women and slavery in Africa, Madison, Londres, University of Wisconsin Press : 49-66.

Pérouse de Montclos M.-A., 2012
Boko Haram et le terrorisme islamiste au Nigeria : insurrection religieuse, contestation politique ou protestation sociale ? Questions de recherches, 40 : 4-31.

Reed L. N., 1995
« Captain L.N. Reed’s introduction [1927] ». In Vaughan J. H., Kirk‑Greene A. H. (dir.), The diary of Hamman Yaji. Chronicle of an African Ruler, Bloomington, Indiana University Press : 46-50.

Reyna S. P., 1990
Wars Without End. The political economy of a precolonial African state. Hanover, University Press of New England, 210 p.

Roitman J., 2005
Fiscal Disobedience. An Anthropology of Economic Regulation in Central Africa. Princeton, Princeton University Press, 256 p.

Santen van J. C. M., 1993
They Leave their Jars Behind. The Conversion of Mafa Women to Islam. Leiden, Centrum Vrouwen en Autonnomie (VENA), 402 p.

Seignobos C., 2015
Boko Haram : innovations guerrières depuis les monts Mandara. Cosaquerie motorisée et islamisation forcée. Afrique Contemporaine, 4 : 149 -169.

Sterner J. A., 2003
The Ways of the Mandara Mountains. A Comparative Regional Approach. Cologne, Rüdiger Köppe Verlag, 317 p.

Vansina J., 1985
Oral Tradition as History. Londres, Nairobi, Currey, Heinemann. 258 p.

Vaughan J. H., 1977
« Mafakur: a limbic institution of the Marghi (Nigeria) ». In Miers S., Kopytoff I. (dir.), Slavery in Africa. Historical and anthropological perspectives, Madison, University of Wisconsin Press : 85-104.

Vaughan J. H., 1995
« The context ». In Vaughan J. H., Kirk-Greene A. H. (dir.), The diary of Hamman Yaji. Chronicle of an African Ruler, Bloomington, Indiana University Press : 1-21.

Vaughan J. H., Kirk-Greene A. H. (dir.), 1995
The diary of Hamman Yaji. Chronicle of an African Ruler. Bloomington, Indiana University Press, 184 p.

Vincent J.-F., 1991
Princes montagnards du Nord-Cameroun. Les Mofou-Diamaré et le pouvoir politique. Paris, L’Harmattan, 774 p.

Notes

1 Entretien avec Matakwan, réalisé en avril 2014, à Gousda‑Makanda (Cameroun), par Melchisedek Chétima.

2 Walter van Beek remercie Ada Dorgelo pour son aide dans la réalisation de cette version française du récit de Hamman Yaji.

3 Entretien avec Manaouda, réalisé en avril 2014 à Zelevet (Cameroun) par Melchisedek Chétima.

4 Allusion aux filles de Chibok enlevées en avril 2014.

5 Guidak Godali, Gousda‑Makanda, Cameroun, avril 2014.

6 Samizdat : système non officiel de circulation des écrits (langue russe).

7 Walter van Beek a reçu une copie du manuscrit dactylographié de James Vaughan en 1983.

8 Pour une analyse approfondie des relations entre prédateurs et victimes dans les monts Mandara, voir David, 2014.

9 Pour l’interprétation des traditions orales comme source historique, voir Vansina, 1985.

10 C’était moi, Walter van Beek, sous mon nom Kapsiki de Zra Kangacé. D’ailleurs, Hamman Yaji avait 67 ans à ce moment, et moi, lors de cette conversation, je n’en avais que 45 !

11 En Afrique centrale, les histoires de ce genre, qui relatent des pratiques « cannibales » sont souvent métaphoriques. Le cannibalisme y représente souvent le gouvernement central et le pouvoir absolu.

12 Traduction par les auteurs, comme les autres extraits de Kirk-Greene dans ce chapitre.

13 Entretien avec Simbé, Zelevet (Cameroun), avril 2014, réalisé par Melchisedek Chétima.

14 Pendant un certain temps, les anthropologues ont eux aussi entretenu le mythe qui entourait Sukur, et qui faisait du plateau de Sukur le siège d’une véritable principauté. Or, les recherches de Sterner et David ont détruit ce mythe : Sukur n’a jamais été davantage qu’un gros village indépendant, dont la grande renommée résultait de la place centrale qu’il occupait dans la production de fer et dans les mythes de migration de la région (Sterner, 2003 ; David, 2014). De nombreux villages, de même que la plupart des forgerons se disent issus de Sukur. Mais Sukur n’a jamais été un véritable royaume. Sa renommée a cependant suffi pour attirer l’attention d’Hamman Yaji.

15 Voir également Kirk‑Greene, 1969 : 75.

16 Hamman Yaji avait une maison à Rafa, au nord de Mogodé.

17 La terreur qu’inspirait Hamman Yaji était déjà considérée alors comme étant la réfutation ultime de la doctrine Lugard de l’indirect rule, et des analyses ultérieures ont établi que son arrestation marque la fin du système de non‑interference (Goodridge, 1994).

18 Entretien avec Simbé, Zelevet (Cameroun), avril 2014, réalisé par Melchisedek Chétima.

19 L’expression « Wars without End », guerres sans fin, l’exprime bien (Reyna, 1990).

20 L’esclavage féminin est un fait-clé dans l’histoire de l’esclavage ouest‑africain : voir Meillassoux, 1983.

21 Pour une comparaison, voir Maughan-Brown, 1980.

22 Caractérisation du terrorisme dans une interview d’un expert aux Pays-Bas, J. de Ruiter, NPO Radio 1, avril 2016.

Auteurs

Anthropologue, professeur à l’université de Tilbourg (Pays-Bas).

Historien, enseignant-chercheur à l’université de Maroua (Cameroun).

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search