Version classiqueVersion mobile

Conflits et violences dans le bassin du lac Tchad

 | 
Emmanuel Chauvin
, 
Olivier Langlois
, 
Christian Seignobos
, 
et al.

Introduction

Les conflits, les violences et les risques dans le bassin du lac Tchad

Emmanuel Chauvin, Olivier Langlois, Christian Seignobos et Catherine Baroin

Texte intégral

  • 1 Le XVIIe colloque Méga-Tchad, consacré aux insécurités dans le bassin du lac Tchad, a eu lieu en ju (...)

1De Boko Haram à la guerre en Centrafrique, les insécurités constituent un facteur majeur de recompositions des sociétés dans le bassin du lac Tchad (Cameroun, Centrafrique, Niger, Nigeria, Tchad). Peu connus, difficiles d’accès, les espaces de conflits et de violences de cette région du monde peuvent être révélés par des enquêtes de terrain. Convoquant diverses disciplines de sciences humaines et sociales, cet ouvrage en propose une lecture fondée sur l’étude des dynamiques locales et du vécu des populations. Il montre la diversité des insécurités, de la violence ordinaire à la guerre, leur profondeur historique, ainsi que les enjeux économiques et politiques qui les sous-tendent. Des échanges entre chercheurs en sciences sociales se sont noués à ce propos lors d’un colloque du réseau Méga-Tchad1. Cet ouvrage est le résultat de ces débats, mais son but plus large est d’offrir, au-delà du monde scientifique, des clés de lecture sur un phénomène majeur de l’Afrique contemporaine. Étudiants, chercheurs et décideurs y trouveront informations et analyses sur les risques, les violences et les conflits, tout comme sur la lutte contre les insécurités, qu’elle relève du militaire, du politique ou du développement.

Les insécurités : diversité et entrecroisement

2La notion d’insécurité renvoie à l’idée de danger, dont la diversité d’appréhension et de perception complexifie la définition. Trois situations sociales traitées dans cet ouvrage, le conflit, la violence et le risque, sont parmi les principaux facteurs d’insécurité.

Conflit, violence et risque vécus

3Le conflit est une confrontation entre des acteurs, qui oppose généralement des personnes ou des groupes poursuivant des buts incompatibles (Aron, 1984) ou, de manière moins finaliste, ayant des comportements remettant en cause leurs intérêts réciproques. Il s’agit donc d’une forme de relation sociale, alternative à d’autres, comme la coopération entre certains acteurs ou l’évitement d’autrui. Les conflits sont différenciables en fonction de leur échelle spatiale (du local au mondial), de leur intensité (de la tension à la guerre) et de leur objet (politique, ressource, environnement, etc.). Le conflit suppose « le scénario d’un duel, d’un face-à-face entre deux adversaires déclarés, d’un affrontement ouvert et risqué entre deux volontés autonomes ou du moins se percevant comme telles » (Bazin et Terray, 1982 : 12).

4La violence oppose plutôt agresseur et victime au sein d’une relation d’assujettissement. Dans celle-ci, la force sert à soumettre, contraindre ou obtenir quelque chose de quelqu’un. La violence peut donc être confondue avec l’agression physique à l’encontre d’autrui ou de ses biens, mais son sens peut aussi être plus immatériel, comme c’est le cas au sein des notions de violences structurelle et symbolique (Galtung, 1969 ; Bourdieu, 1980). Parmi les formes de violence peuvent être distinguées les violences politiques, attachées à l’autorité et au collectif, et les violences sociales ou ordinaires, exercées à un niveau plus exclusivement local et dans des relations interindividuelles (Crettiez, 2008).

5Le risque, quant à lui, peut être défini comme la probabilité que survienne un événement entraînant des dommages. Il combine l’aléa, événement plus ou moins susceptible de se produire, et la vulnérabilité, niveau d’impact social de cet événement. La source d’insécurité n’est pas tant le risque, que l’absence d’anticipation de l’aléa et de réduction de la vulnérabilité. Un risque peut être naturel, technologique, sanitaire, alimentaire ou encore géopolitique.

6Les insécurités ont donc des causes diversifiées, d’autant plus que les ressorts qui les animent sont soumis à l’interprétation, à la perception et à la représentation des personnes qui les vivent. Le danger, au fondement de l’insécurité, se forme en effet au croisement d’une menace objectivable, d’un fait réel ou d’un risque mesurable et d’un état intérieur, de peur ou d’inquiétude (Gros, 2012). Rappelons que cette menace peut être pur fantasme, tout en provoquant un sentiment d’insécurité bien réel, notamment quand elle se développe à la faveur de fausses nouvelles de guerre (Bloch, 1999). L’étude des insécurités nécessite ainsi de s’intéresser à ceux qui les vivent, à leurs espaces et à leurs temps, ici dans le bassin du lac Tchad (encadré 1).

Encadré 1 – Le bassin du lac Tchad

Le bassin du lac Tchad est un vaste espace qui s’étend sur cinq pays situés autour du lac Tchad (Cameroun, Centrafrique, Niger, Nigeria, Tchad), ainsi qu’aux confins du Soudan, de la Libye et de l’Algérie (fig. 1, cf. p. 2 cahier hors-texte). Le bassin du lac Tchad ainsi considéré correspond aux limites maximales d’extension du bassin hydrographique du lac Tchad (Méga-Tchad), entre 7 000 et 4 500 ans BP (before present) (Sylvestre, 2013). Le bassin du lac Tchad est aussi une région actuelle, formée par des pratiques communes, des échanges et des facteurs d’homogénéité sociale (Raimond et al., 2005).

Formes et niveaux des insécurités dans le bassin du lac Tchad

7Diverses dans leur nature, les insécurités le sont aussi à travers leurs arènes sociales et leurs échelles spatiales, ainsi que par leur fréquence.

  • 2 Période séparant l’épuisement de la récolte d’une année et la consommation de la récolte de l’année (...)

8Les insécurités microsociales sont celles qui se retrouvent de façon routinière dans l’espace de vie, c’est-à-dire les lieux fréquentés au quotidien par un individu ou par un groupe (maisons, villages, quartiers, etc.) (Frémont, 1979). Les risques et les violences ordinaires entrent dans cette catégorie. Dans l’histoire du bassin du lac Tchad, les risques alimentaires et sanitaires sont chroniques (carence, malnutrition, soudure2, sous-alimentation, endémie, etc.) et ceux exceptionnels par leur intensité ou leur extension spatiale sont récurrents (disette, famine, épidémie, pandémie, etc.) (Gado, 1993). Par ailleurs, les violences ordinaires trouvent une place privilégiée au sein des relations générationnelles, de genre et de classes sociales. S’ils ont comme principale enveloppe spatiale des lieux du quotidien, risques et violences ordinaires n’en sont pas moins inclus dans des systèmes plus globaux : ils sont notamment liés aux contraintes environnementales aux effets souvent aggravés par des systèmes sociopolitiques (Gourou, 1982 ; Gallais, 1994 ; Cambrézy et Janin, 2003) et sont associés à de fortes inégalités subies par les jeunes, les femmes et les pauvres (Janin et Marie, 2003 ; Bouju et Bruijn, 2008).

9Les insécurités mésosociales se jouent davantage au niveau de l’espace social, des interactions entre groupes et entre réseaux, sur un rythme temporel généralement ponctuel. Les ressources, les appartenances identitaires et le pouvoir sont les enjeux centraux de ces insécurités mésosociales dans le bassin du lac Tchad. En zone rurale, la forte croissance démographique combinée à la nature extensive de l’agriculture et à la multiplicité des arènes de régulation peut favoriser les conflits autour des activités productives. Les zones humides sahéliennes (Raison et Magrin, 2009 ; Raimond et al., 2019) et les savanes humides méridionales (Boutrais, 1990 ; Blench, 1994 ; Clanet, 1996), dans lesquelles s’accumulent ces activités, sont particulièrement touchées. Dans les villes et à leurs franges péri-urbaines, les conflits autour des ressources foncières ou hydriques sont courants (Baron et Bonnassieux, 2011 ; Piermay, 1993 ; Pélissier, 2000). Les structures sociopolitiques plus larges, notamment régionales, ethniques et religieuses peuvent également être sources d’insécurités par le rôle qu’elles jouent dans les conflits à travers l’instrumentalisation des appartenances et l’essentialisation du territoire, que les leaders cultivent ou construisent pour asseoir ou conquérir le pouvoir (Cambrézy et Magnon, 2012). Ces insécurités mésosociales, si elles se forment souvent dans les interactions entre groupes sociaux, n’en touchent pas moins les espaces de vie des populations et sont souvent conduites ou relayées par les leaders politiques nationaux.

  • 3 Pour des détails sur l’intensité des conflits armés dans le monde et en Afrique, le lecteur pourra (...)

10Les insécurités macrosociales se forment davantage autour des grands systèmes politiques et de leurs (dys)fonctionnements. Plus rares, elles sont néanmoins fréquentes dans un continent particulièrement marqué par les conflits armés3. Ceux-ci ont été fréquents dans le bassin du lac Tchad contemporain : ce sont le plus souvent des guerres civiles (Tchad, Darfour, Centrafrique, etc.), sans sécession (hors le cas excentré du Soudan du Sud), entraînant parfois une partition de facto des États, comme au Tchad dans les années 1980 (Lanne, 1984) ou en République centrafricaine (RCA) aujourd’hui (Chauvin, 2015). À plusieurs reprises ces guerres civiles se sont régionalisées au sein de systèmes de conflits (Tchad-Darfour) (Marchal, 2006) ou à travers une escalade conflictuelle régionale (Centrafrique) (Chauvin, 2018a). Les conflits entre États furent rares, peu intenses et centrés sur des frontières disputées, comme autour de la bande d’Aozou, de Bakassi, ou du lac Tchad. Les violences de grande ampleur peuvent avoir divers référents : religieux, à l’instar de Boko Haram (Pérouse de Montclos, 2012 ; Seignobos, 2015), criminel, comme le banditisme des « coupeurs de route » (Saïbou, 2010 ; Seignobos, 2011 ; Chauvin et Seignobos, 2013), ou étatiques, que ce soit à travers l’autoritarisme du pouvoir central ou les pratiques arbitraires des « corps habillés » (militaires, policiers, etc.) (Debos et Glasman, 2012). Les insécurités macrosociales sont lisibles à d’autres échelles : « La violence dont se chargent les relations politiques stricto sensu n’est pas dissociable de celle qui imprègne l’ensemble des rapports sociaux » (Janin et Marie, 2003 : 6). Cet ouvrage montre d’ailleurs comment des insécurités de plusieurs niveaux s’entrecroisent.

L’enchevêtrement des insécurités

11La focale large de cet ouvrage sur les insécurités s’inscrit dans le sillage de travaux qui, ces dernières années, ont questionné diverses violences politiques, ou des situations intermédiaires de « ni guerre, ni paix » en Afrique, et dans le bassin du lac Tchad plus particulièrement (Andersen et al., 2007 ; Issa, 2010 ; Debos, 2013 ; Lombard, 2016 ; Chauvin, 2018a ; Magrin et Pérouse de Monclos, 2018 ; MacEachern, 2018). Mais le choix d’appréhender conflits, violences et risques dans un même ensemble découle aussi d’une volonté de mettre en lumière l’enchevêtrement temporel et spatial des insécurités.

  • 4 Comme l’ont d’ailleurs montré des auteurs à propos d’un pays périphérique du bassin du lac Tchad, l (...)

12D’un point de vue temporel, les insécurités peuvent s’enchaîner ou coexister. Ainsi, il peut exister un champ socioculturel de violences matérielles et symboliques (tensions sociopolitiques, insécurités foncières, clivages interethniques, etc.) pouvant favoriser l’éclosion de violences ou de conflits macrosociaux (Janin et Marie, 2003). À l’inverse, des violences politiques infusent des situations sociales postérieures4, recomposant par exemple la compétition autour des ressources halio-agropastorales ou les conflits fonciers. L’accent est mis dans cet ouvrage sur le vécu de diverses formes d’insécurités par des groupes sociaux sur le temps long : par exemple la guerre civile, les conflits locaux, le banditisme chez les éleveurs du Batha (Tchad), les conflits précoloniaux, les révoltes anticoloniales, la Seconde Guerre mondiale, le banditisme puis la guerre civile chez les pasteurs de l’Adamaoua (Cameroun, Centrafrique), le banditisme rural et Boko Haram dans la confrérie des chasseurs kotoko (Cameroun) ou les razzias et les violences coloniales pour les montagnards des monts Mandara (Cameroun). Le premier texte de cet ouvrage montre bien comment violences anciennes (razzias esclavagistes) et contemporaines (Boko Haram) coexistent par le prisme de la mémoire.

13D’un point de vue spatial, cet ouvrage montre comment, dans bien des cas, il existe une coprésence, dans un même espace, de diverses formes d’insécurités : foncières, alimentaires et physiques au lac Fitri (Tchad) ; physique, risques environnementaux et sanitaires dans les sites d’extraction d’or (Niger) ; vols de bétail et meurtres dans une logique de vengeance chez les Toubou et les Bédouins (Sahara), etc. La coprésence concerne aussi les insécurités et les politiques de sécurité. Les politiques sécuritaires étatiques, elles-mêmes créatrices d’insécurités pour la population, sont ainsi dénoncées par plusieurs auteurs (déguerpissements forcés, pratiques des « corps habillés », politiques migratoires, etc.).

14Cet ouvrage montre donc la complexité des insécurités vécues par les populations, qui ne se limitent pas à des faits d’armes médiatisés, mais qui imprègnent le corps social et ses espaces à multiples échelles. Cette complexité et ce vécu des insécurités ont pu être restitués grâce aux enquêtes de terrain menées par les auteurs de cet ouvrage.

Les insécurités vues du terrain, le terrain des insécurités

15Attachés à des disciplines diverses (agronomie, anthropologie, archéologie, économie, géographie, histoire, hydrologie, linguistique, sciences politiques), les auteurs ont pour méthode de recherche commune les enquêtes de terrain. Ces enquêtes menées dans le bassin du lac Tchad permettent de dépasser un paradoxe courant dans les situations d’insécurités : la saturation des sources secondaires et la rareté des sources primaires. Mais les insécurités rendent forcément malaisée l’obtention de données empiriques, recomposant en profondeur les pratiques de terrain.

Le terrain pour comprendre les insécurités

  • 5 La médiocrité dans la collecte des informations produites sur les insécurités est courante en raiso (...)

16Les informations de seconde main sur les insécurités sont nombreuses et variées dans leur nature (actualité, littérature grise, témoignage, rapport public, etc.) et leur source (diplomates, États, Organisations non gouvernementales (ONG) et intergouvernementales (OIG), militaires, journalistes, voyageurs, etc.), mais ont souvent un point commun : leur médiocre qualité5. Les enquêtes de terrain permettent d’interpréter ces informations, notamment en évaluant leurs conditions techniques et sociopolitiques de production. Ainsi est-il possible de montrer comment des phénomènes d’insécurités très différents, tels que la faim, les conflits, le travail des enfants, le viol peuvent être interprétés et modifiés par ces sources secondaires à travers les médias ou la rumeur par exemple (Arditi, 2005 ; Frère et al., 2005 ; Moufflet, 2008 ; Bonhomme, 2009 ; Janin, 2010 ; Ceriana, 2014 ; Pommerolle, 2015).

17Toutefois, rares sont les données empiriques de première main concernant les insécurités car, d’une part, l’observateur, quel que soit son métier, devra se placer en situation de violences ou à proximité de dangers pour les recueillir et, d’autre part, les insécurités impliquent de travailler sur des objets traumatisants ou tabous pour les personnes, ou politiquement sensibles (le viol, l’exil, etc.), qui bloquent la parole (Ayimpam et Bouju, 2015). Pourtant, seules les enquêtes de terrain, menées avec prudence, peuvent pallier cette rareté par le recueil de sources directes.

Les insécurités recomposent les pratiques de terrain

  • 6 En 1974, l’enlèvement – l’un des plus longs dans sa catégorie – de l’archéologue Françoise Claustre (...)

18Les insécurités, qu’elles soient l’objet même de la recherche ou seulement une condition de travail du chercheur, bouleversent les pratiques de terrain. Si, depuis longtemps, la plupart des chercheurs se sont accommodés des risques du quotidien (sanitaire, alimentaire, etc.), la violence armée paraît d’un autre ordre. Et jamais, sans doute, s’y confronter n’a été aussi courant dans le bassin du lac Tchad pour les chercheurs6.

  • 7 Sur la dimension extensive des insécurités dans la présentation du ministère des Affaires étrangère (...)

19La violence armée et les politiques de sécurité introduisent une série d’obstacles, et donc de la distance sociospatiale, entre le chercheur et les sociétés étudiées. Obstacles institutionnels ou politiques d’abord. Les centres de recherches des pays du Nord s’alignent le plus souvent sur les recommandations restrictives des ministères des Affaires étrangères7 pour accorder des ordres de missions. Les États du bassin du lac Tchad évitent de délivrer des autorisations de recherche à propos de sujets considérés comme trop politiques. Si le chercheur s’appuie sur une ONG ou une OIG pour accéder à un espace d’étude, il est alors soumis aux règles de sécurité plus ou moins drastiques de cette organisation. La distance sociospatiale découle ensuite de la multiplication des intermédiaires entre l’enquêteur et l’enquêté (« fixeurs », enquêteurs locaux, etc.) qui, s’ils facilitent l’accès au terrain, limitent en même temps son contact direct avec l’interlocuteur. Enfin, des obstacles plus personnels et interindividuels freinent les interactions entre enquêteur et enquêté selon l’appétence au risque et la charge émotionnelle du chercheur et des personnes rencontrées.

20Cette mise à distance s’accompagne souvent d’un raccourcissement du temps de la recherche. Ordre de mission, autorisation de recherche, « entretien sécurité » à l’ambassade, signature de décharge de responsabilité, assurance représentent autant de sésames pour accéder au terrain, ne serait-ce que pour respecter une procédure légale. Par ailleurs, la volatilité de la sécurité rend souvent difficile l’ancrage in situ, ce qui explique en partie pourquoi peu de chercheurs travaillent réellement « en situation » de violences, privilégiant la situation a posteriori (Bouju, 2015) ou l’espace contigu de la violence.

La réflexivité sur les pratiques de terrain et l’insécurité

  • 8 Le chapitre 4 traite plus spécifiquement de l’exploitation des données archéologiques.

21Les contributions à cet ouvrage sont fondées sur des données empiriques, issues le plus souvent d’entretiens, parfois complétées par des observations (situation sociale, paysage) et l’analyse de documents écrits (presse, actes administratifs, archives, etc.)8. On pourrait regretter la réserve de certains auteurs sur le déploiement de ces techniques d’enquêtes dans des conditions de sécurité incertaines ou, de manière plus positive, remarquer les réflexions de certaines contributions en matière de contournement d’obstacles créés par les insécurités.

22Dans un texte traitant de l’exploitation aurifère au nord du Niger, Laurent Gagnol et Emmanuel Grégoire content leur impossibilité de mener une enquête de terrain in situ pour des raisons de sécurité. Ils contournent l’inaccessibilité de ces sites par deux choix méthodologiques : l’enquête à distance, étude des discours, des rumeurs, sur l’extraction aurifère depuis la capitale nigérienne, Niamey, et le recours à un intermédiaire (co-auteur de l’article) pouvant mener des enquêtes de terrain in situ. Autre exemple, le texte de Mirjam de Bruijn traite de l’enquête à distance à travers les nouvelles technologies de l’information et de la communication, qui peuvent à la fois être un contournement de l’insécurité et un objet d’étude des insécurités – comme support de contestation du pouvoir central.

23Ainsi, les enquêtes de terrain, même si elles sont rendues difficiles et si elles se recomposent en situation d’insécurité, restent la principale méthode pour comprendre les insécurités vécues et pour saisir leurs dynamiques locales. Or, les espaces non sécurisés connaissent souvent un cercle vicieux : plus l’insécurité s’y accroît, plus ils deviennent inaccessibles, plus l’information à leur propos diminue, plus l’interprétation de l’insécurité se fait globalisante, plus les politiques de lutte contre l’insécurité mise en œuvre sont inadaptées…

Les thèmes de l’ouvrage : histoire, ressources et pouvoir

24Les insécurités vécues par les sociétés et vues du terrain sont abordées à travers trois thématiques-phares : l’histoire, les ressources et le pouvoir. Un cadrage régional et théorique permet de resituer la place des contributions de cet ouvrage dans la littérature scientifique sur ces sujets.

L’histoire des insécurités : des temps anciens à la mémoire

25Le bassin du lac Tchad est souvent présenté comme un espace marqué par des violences chroniques et la guerre perpétuelle. Si la violence est un fait important de l’histoire de cet espace géographique, elle s’est, comme les autres phénomènes sociaux, transformée. Comme en Occident (Gros, 2012), plusieurs temps peuvent être identifiés à partir d’agencements matériels et de discours sur le sens de la sécurité et de l’insécurité.

26À l’époque précoloniale, l’insécurité se pense principalement à travers la grande violence de l’esclavage. « Les esclaves sont toujours, d’une manière ou d’une autre, étrangers physiquement, intellectuellement ou moralement à la société au sein de laquelle ils sont asservis » (Lefebvre, 2012 : 119). C’est dans la scissiparité entre l’intérieur et l’extérieur des sociétés, le citoyen et l’étranger, que s’établit la relation entre agresseurs et victimes. Au sein des traites esclavagistes, le bassin du lac Tchad a surtout été le théâtre de celle, saharo-sahélienne, menée par des États musulmans de la bande sahélo-soudanienne, tournés vers la Méditerranée, à l’encontre de sociétés segmentaires « païennes », formant un archipel d’unités spatiales de petites tailles, politiques et de peuplement, généralement implantées plus au sud. La razzia, raid effectué en territoire ennemi ou étranger dans le but d’enlever des biens, est alors la principale technique de domination par la force, qui permet l’assujettissement (Bazin et Terray, 1982).

27Les administrations coloniales vont instaurer une nouvelle vision de l’insécurité en mettant progressivement fin à la traite esclavagiste et en imposant leurs dominations par la force. L’idée de pacification est centrale dans ce mouvement conjoint : la répression et la dissuasion par la force sont légitimées par l’administration coloniale pour faire cesser l’« état de guerre présenté comme endémique ou permanent » (Joly, 2009 : 113 ; El-Mechat, 2014). Son fondement s’établit par une dichotomie entre le colonisateur et le colonisé, la sécurité étant la conséquence de la soumission des seconds à la force des premiers. Les deux grandes figures de l’(in)sécurité deviennent alors le militaire et l’administrateur. Le militaire conduit le rétablissement de l’ordre, l’administrateur le consolide. Ce mouvement de pacification passe par la technique du quadrillage, l’occupation partielle (stratégie de la tache d’huile), puis totale (la marche enveloppante) du territoire colonisé (Mazenot, 1966), le fusil, puis le cloisonnement des territoires par des limites linéaires (frontière, limite, réseau de communication, contrôle des mobilités, etc.).

28Depuis les indépendances, « la menace […] est [principalement] interne : elle réside dans toute atteinte supposée ou réelle à l’exercice du pouvoir » (Bangoura, 1996 : 41), comme l’atteste la nature essentiellement civile des guerres. Mais le pouvoir ne peut être réduit à ses dimensions centrale et étatique : ses arènes (village, État, institution internationale, etc.) ainsi que ses sources de légitimité (traditionnelle, patrimoniale, bureaucratique, clientéliste, militante, etc.) sont multiples. C’est à travers une pluralité normative que se définissent et se déploient l’insécurité et la sécurité : il en résulte des conflits entre systèmes de normes, pouvant s’accompagner de violences et d’exclusion de groupes sociaux entiers ; à l’inverse, le recours à différents registres aboutit à des arrangements entre groupes en conflits (Chauveau et al., 2001). Par ailleurs, le sens des notions de sécurité/insécurité s’est élargi, à travers les politiques de réduction des risques vitaux portées par les acteurs internationaux (bailleurs de fonds, OIG, ONG, etc.) et les États du bassin du lac Tchad, en particulier autour de la santé et de l’alimentation.

29Les dispositifs anciens, la razzia et le quadrillage, ne disparaissent pas pour autant : les strates se superposent sans s’annuler, ce qui implique de potentielles résurgences de modes de gouvernement et de pratiques anciennes de l’insécurité sous forme recomposée, comme les razzias (Seignobos, 2011) ou les systèmes défensifs (Cordell, 2002 ; Chauvin, 2014).

30Divers phénomènes d’insécurité actuels disposent d’une profondeur historique permettant en partie d’en comprendre l’émergence. Ainsi, Christian Seignobos éclaire les ressorts historiques de la sédition salafiste Boko Haram au Nigeria. Sans en être la seule cause, la perte d’hégémonie des Bornouans depuis les années 1970 a favorisé un soulèvement populaire de religiosité radicale, celle-ci servant aux populations kanuri à pallier leur perte de puissance politique au sein des relations interethniques régionales. Christine Raimond, Audrey Mbabogo, Robert Madjigoto et Zakinet Dangbet exposent, à travers une approche géohistorique, les sources grandissantes de conflits autour du lac Fitri. La pression démographique, l’arrivée de nouveaux acteurs et l’affaiblissement du pouvoir coutumier créent des insécurités foncières, alimentaires et sociales dans cette « oasis » du Sahel tchadien.

  • 9 Il a été démontré par ailleurs l’importance des souvenirs des violences dans les logiques de clivag (...)

31Plusieurs textes s’attachent à proposer une histoire vécue des insécurités. Dangbet Zakinet propose une lecture locale de l’histoire conflictuelle du Tchad contemporain, à travers le regard des Arabes du Batha. Ces éleveurs se sont adaptés de manière évolutive aux insécurités (guerre civile, banditisme, conflits locaux), par l’évitement ou l’alliance avec des forces armées, la prise des armes ou la mutation productive, avec la richesse pastorale comme préoccupation permanente. Deux textes relatent l’histoire vécue de l’insécurité à travers la mémoire, réactivation du passé dans le présent à travers le souvenir et l’oubli9. Walter van Beek et Melchisedek Chétima dressent le constat que les populations des monts Mandara (Cameroun) mettent en parallèle l’insurrection de Boko Haram qui marque ce début du xxie siècle et les razzias esclavagistes peules intervenues un siècle plus tôt. Cette continuité mémorielle passe par l’assimilation d’Abubakar Shekau, à la tête de Boko Haram, à une réincarnation de Hamman Yadji, ancien chef-razzieur. Gigla Garakcheme montre comment la toponymie des sites-refuges et des champs de bataille construit une mémoire collective des insécurités dans les monts Mandara, au Cameroun. À travers les noms de lieux, ce ne sont guère les agressions extérieures venues de la plaine que les montagnards racontent, mais plutôt leur propre histoire de l’insécurité, centrée sur les conflits endogènes.

32Par ailleurs, si les questions de l’existence et de la fiabilité des sources se posent à toute analyse de l’histoire des insécurités, Olivier Langlois, qui examine l’état de l’insécurité dans le bassin du lac Tchad avant le xive siècle, montre leur complexité particulière lorsque l’on aborde des périodes anciennes. En complément des rares traces archéologiques classiques, et plus ou moins aisément interprétables, de la violence (traumatismes osseux, indices de destruction d’implantations, armes, etc.), ce sera une technologie céramique particulière qui, reconnue dans des contextes topographiques inhabituels, permettra d’identifier une recrudescence de l’insécurité à compter du xe siècle dans certaines parties du bassin tchadien méridional.

Les ressources et les insécurités : des influences réciproques

33La compétition autour des ressources, de leur exploitation, de leur usage, de leur représentation est un autre enjeu central du déclenchement, du déroulement et de la résolution des conflits dans le bassin du lac Tchad.

34Le rôle de la captation des ressources, de leur pénurie ou de leur abondance, et de leur représentation est analysé comme cause et rouage des conflits dans la littérature scientifique. La plupart des travaux montrent l’importance des ressources dans les dynamiques conflictuelles tout en réfutant une interprétation trop exclusivement économique des conflits. La compétition autour des ressources est une dimension du déclenchement et du déroulement des conflits, mais ceux-ci n’ont pas pour objet exclusif la captation des ressources (Marchal et Messiant, 2002 ; Kalyvas, 2003 ; Rosser, 2006 ; Chauveau et al., 2015).

35Les ressources influent sur la formation et l’évolution des conflits. L’inégale répartition des ressources tend à favoriser les clivages entre groupes sociaux quand elle se politise (Réseau Impact, 2007), soit au niveau national, autour de la rente d’État entre clientèles régionales ou ethniques, soit au niveau local, autour des ressources primaires, halio-agropastorales et extractives, entre groupes professionnels, lignagers, d’âge, etc. Par ailleurs, le coût des conflits est bien évidemment soutenu par les ressources. Dans le cadre des conflits armés internes, le coût de la guerre est payé, côté pouvoir central, par les exportations de produits primaires (Bayart, 1999), côté rebelle par les ressources des territoires qu’ils contrôlent. D’un côté comme de l’autre, le prélèvement de ces ressources passe par l’extraction, le pillage, le racket ou l’impôt. La répartition et la nature des ressources influencent également la forme géographique des groupes armés (Le Billon, 2005) : leur dispersion a facilité à plusieurs reprises le factionnalisme armé, par exemple au Tchad (Lemarchand, 1986 ; Buijtenhuis, 1987) ou en RCA (Chauvin, 2015).

36À l’inverse, les conflits transforment les ressources (nature, répartition, contrôle, commercialisation). Divers auteurs ont par exemple démontré comment les conflits ont pu créer des rentes de situation aux limites externes ou internes aux États (Nassa, 2010 ; Chauvin, 2014), recomposer la localisation des bassins de production pastoraux (Betabelet et al., 2015), décentraliser les ressources rentières de l’État vers des bandes armées (Chauvin, 2015) ou « informaliser » des filières de commercialisation (Prunier, 1983). Ces mutations réorganisent aussi les territoires, jusqu’aux régions, les conflits recomposant les flux de ressources interétatiques structurant ces aires géographiques, comme actuellement autour de l’axe Bangui-Tchad (Chauvin, 2018a, 2018b) ou du lac Tchad (Magrin et Pérouse de Montclos, 2018).

37La place des ressources dans la résolution des conflits semble moins discutée dans la littérature scientifique. Il a été montré que les politiques d’aide internationale, humanitaire, au développement, au désarmement, peuvent être vectrices de paix, mais aussi de prolongement des conflits (Cambrézy, 2001 ; Favre, 2008 ; Lombard, 2012), voire de guerre (Pérouse de Montclos, 2001). En dehors de ces ressources internationales, peu de place est accordée à la répartition des ressources internes dans la résolution des conflits, l’économie passant souvent derrière le militaire, le politique ou la justice dans les médiations entre acteurs.

38Deux textes interrogent sur la façon dont la création d’une ressource ou sa perte potentielle sont à l’origine des insécurités. Géraud Magrin et Jacques Lemoalle prennent le contre-pied des discours faisant des crises environnementales la source des conflits au Sahel. L’arrivée de Boko Haram au lac Tchad se déroule dans une situation hydrologique favorable pour les activités productives. Les insécurités environnementales et politiques suivent des temporalités distinctes, très partiellement enchevêtrées. Laurent Gagnol, Emmanuel Grégoire et Boukari (Aboubacar) Ahmed analysent les ruées vers l’or dans le Sahara nigérien. Si l’orpaillage constitue une importante ressource, les ruées créent une insécurité physique pour la population et le gouvernement.

39Deux autres textes s’intéressent plutôt aux conséquences des insécurités sur l’exploitation des ressources. Lise Archambaud, Ibrahim Tidjani et Benoît Lallau analysent les trajectoires des systèmes pastoraux dans le contexte de la guerre en Centrafrique (Ouham). À partir de fondements conceptuels gravitant autour de la résilience, les auteurs montrent la diversité de ces trajectoires et des adaptations des ménages d’éleveurs restés sur place, alors que d’autres ont fui vers l’étranger pour échapper aux violences. Hadiza Kiari Fougou décrit les changements socioéconomiques de la partie nigérienne du lac Tchad suite à Boko Haram et aux mesures gouvernementales de contre-insurrection. Après une exposition des termes vernaculaires pour désigner Boko Haram, elle étudie les mutations productives et commerciales des ressources halio-agropastorales en lien avec les stratégies économiques des migrants forcés.

40Enfin, d’autres travaux choisissent un point de vue plus transversal, par l’analyse de l’évolution d’une ressource avant, pendant, voire après des phénomènes d’insécurités. Ainsi, Charline Rangé se penche sur l’évolution de l’enjeu foncier sur les rives camerounaises du lac Tchad avant et pendant la crise Boko Haram. Géré de manière fluide dans un espace de pluriactivités jusqu’au début des années 2000, l’enjeu foncier est ensuite marqué par des stratégies de contrôle territorial et de mainmise sur la terre. L’arrivée de Boko Haram ne fait que multiplier les pouvoirs clientélistes déjà à l’œuvre. Jean Boutrais décrit les évolutions croisées des races bovines des pasteurs mbororo et de la sécurité dans le massif de l’Adamaoua (Cameroun, Centrafrique). Ces pasteurs revalorisent tantôt un bétail de marcheurs très inféodés à leurs bergers, en temps de guerre, tantôt un autre, plus sédentaire et placide, mais bien en chair, à des époques plus paisibles et sans grande transhumance.

Les insécurités et le pouvoir : l’État et en deçà

41La relation à l’État est une autre dimension fondamentale des insécurités dans le bassin du lac Tchad. Selon des points de vue opposés, l’État peut être perçu comme une source de sécurité ou d’insécurité, et l’insécurité comme un facteur de construction ou de délitement de l’État. D’autres travaux s’attachent à dépasser un point de vue exclusivement centré sur l’État pour se consacrer à l’analyse d’autres cercles de pouvoirs en lien avec les insécurités.

42Certains auteurs considèrent que la sécurité, c’est l’État (tel qu’il est pensé, tel qu’il devrait fonctionner). L’État comme sujet de la sécurité : la sécurité, c’est ce pourquoi on fait l’État. L’État comme objet de la sécurité : l’État, c’est ce qui amène la sécurité (Gros, 2012). Jusqu’aux années 1950, l’absence d’État a été pointée comme le ressort des insécurités. L’idée que les sociétés africaines étaient anarchiques, voire gouvernées par la barbarie et la sauvagerie, remonte au siècle des Lumières (Montesquieu, 1748). Par la suite, les administrations coloniales se sont volontiers présentées comme des autorités politiques centralisées, capables de faire cesser l’anarchie et de ramener la paix en important l’État (Joly, 2009). À partir des années 1960, l’État inachevé fut convoqué dans la littérature scientifique comme facteur explicatif des insécurités. Cette idée est fondée sur l’écart au modèle webérien de l’État à domination légale (Weber, 1995), exprimé à travers les notions d’« État mou » (Myrdal, 1969), de « modèle politique patrimonial » (Adam, 2002) ou d’« État néopatrimonial » (Médard, 1983). Plus récemment, des liens ont pu être établis entre les insécurités et la faiblesse de l’État, son effondrement (Zartman, 1995), ou encore la constitution d’États-fantômes, aux bureaucraties faibles mais aux réseaux informels forts, progressivement investis par des seigneurs de guerre (Reno, 1998).

43D’autres auteurs, s’ils admettent la faiblesse de l’État en termes de bureaucratisation et de services offerts à la population, soulignent à l’inverse la force des pouvoirs centraux dans la production de la violence. De manière un peu caricaturale, dans cette perspective, l’insécurité c’est l’État (tel qu’il fonctionne). La guerre et la violence en sont l’une des modalités de sa formation (Bayart, 1989 ; Berman et Lonsdale, 1992). Cette idée est étudiée à travers la violence des élites politiques, comme Jean-Bedel Bokassa et son pouvoir personnel fondé sur la violence arbitraire et spectaculaire (Bigo, 1988), ou encore à travers ses agents en uniforme (militaires, douaniers, policiers, etc.), l’incertitude de leur loyauté et leur arbitraire pouvant servir à la force de l’État (Debos, 2013).

44D’aucuns considèrent que la guerre construit l’État. En Europe, la guerre a pu être pensée comme un moyen d’accumulation productive participant à la centralisation politique, passant par une période d’extorsion des ressources, puis une légitimation progressive de l’État par la protection qu’il apporte (Aron, 1984 ; Hintze, 1975 ; Tilly, 1985). Si ce point de vue peut servir à relativiser l’idée que l’insécurité est la conséquence du manque d’État, elle s’applique mal aux réalités de l’Afrique subsaharienne : on ne peut pas l’exclure, mais on ne peut pas l’observer… (Bayart, 1999). Dans le panorama des États en (post-)conflit, il est en effet difficile de trouver un État qui s’est construit (et légitimé) par la guerre. De même, les cas de bureaucratisation, fiscalité, centralisation durables et légitimes aux yeux de la population, issus directement des bandes armées non conventionnelles, restent exceptionnels (Somaliland). Certes, il est courant que la population trouve légitime d’être sous la coupe de bandes armées exerçant prédation et fiscalité quand elles apportent de la sécurité ; les rebellions peuvent copier les structures étatiques dans leur organisation, notamment d’un point de vue territorial, en instaurant un quadrillage ; mais cela ne dure qu’un temps (Menkhaus, 2008 ; Chauvin et Seignobos, 2013). Certains y verront l’effet de la compétition entre bandes armées, de leur caractère communautaire et surtout de la reconnaissance internationale des États déjà existants (Reno, 2007), mais on peut y reconnaître aussi le résultat de deux choix : d’une part, celui du « refus de l’État », l’idéal implicite des factions armées étant, au fil du temps, la perpétuation de la guerre, et non la prise de la capitale, et encore moins la construction de l’État (Triaud, 1985) ; d’autre part, celui de l’intangibilité des frontières, décrétée par les États africains eux-mêmes.

45Trois textes montrent comment les politiques de sécurité de l’État sont des sources d’insécurité et comment la violence est un mode de gouvernement étatique. Julien Brachet revient sur les politiques d’endiguement des circulations irrégulières transsahariennes, dites « sécuritaires » d’un point de vue international, mais souvent vécues comme « insécuritaires » d’un point de vue local. Ces politiques favorisent une entrée en clandestinité de nombreux acteurs de ces circulations et le fleurissement d’une « industrie » de la gestion et du contrôle des mobilités. Ronan Mugelé porte son attention sur la corporation militarisée des Eaux et Forêts au Tchad, mobilisée par l’État pour contrôler les territoires ruraux. Par une analyse de sa trajectoire historique et de son rôle local, cette corporation peut être présentée comme un facteur d’insécurités pour les populations rurales et leurs pratiques d’exploitation des ressources naturelles. Alessio Iocchi questionne les déguerpissements forcés au pont N’Guéli, au Tchad, en les replaçant dans le contexte politico-financier de l’urbanisme à N’Djamena. Les mesures de sureté, la gouvernance urbaine et les revers de la guerre contre le terrorisme sont interrogés à un niveau local.

46Deux textes, bien que différents, peuvent être regroupés car ils offrent des points de vue originaux sur le lien entre l’État et l’insécurité. Le premier se concentre sur une forme de contestation du pouvoir central. Mirjam de Bruijn étudie l’influence des Technologies de l’information et de la communication (TIC) sur la vie politique au Tchad. Les jeunes utilisent les TIC pour créer de nouvelles possibilités de communication et de pilotage de flux de l’information, contestant à travers les outils numériques le pouvoir central. Le second texte traite de la violence et de sa régulation dans une société supposée sans État. Catherine Baroin défend l’idée que la violence structurelle dans les sociétés d’éleveurs du désert est la conséquence du mode d’exploitation du milieu, très peu peuplé, avec des élevages de camelins, animaux peu grégaires. La violence est néanmoins régulée par des codes sociaux, notamment par les valeurs de honte chez les Toubou et d’honneur chez les Bédouins arabes.

47Enfin, deux autres textes traitent du lien entre les insécurités et d’autres arènes de pouvoirs que l’État. Marc-Antoine Pérouse de Montclos interroge les causes de la répartition inégale de Boko Haram dans l’espace nigérian, à partir du cas de la collectivité de Kwaya Kusar, peu touchée par la mortalité violente. Ce cas permet de questionner, plus largement, les différentes variables explicatives du succès ou de l’échec de l’insurrection islamiste. Mahamat Adam décrit une société de chasseurs traditionnels parmi les Kotoko de Makari (Cameroun) et son évolution dans le contexte de Boko Haram. Cette guilde de chasseurs s’est trouvée requalifiée en comité de vigilance pour lutter contre les actions du mouvement islamiste, comme nombre d’autres dans la région.

Conclusion

48Cet ouvrage sur les insécurités dans le bassin du lac Tchad, appréhendées par des enquêtes de terrain, tente de saisir les manières dont les populations les vivent. Dans tout projet scientifique et éditorial, il est toujours possible de regretter l’absence de certains auteurs et de certaines thématiques qui aurait pu enrichir la compréhension du croisement des insécurités. Les violences de genre, domestiques, la sorcellerie, le banditisme sont sans doute trop peu traités par rapport à leur importance dans le bassin du lac Tchad. Mais cet ouvrage conséquent, issu du XVIIe colloque du réseau Méga-Tchad, permettra, nous l’espérons, aux chercheurs et aux non-initiés de mieux comprendre les insécurités dans cette région du monde.

Bibliographie

Adam M., 2002
Guerres africaines. Études rurales, 163-164 : 167-186.

Agier M., 1997
Anthropologues en dangers. L’engagement sur le terrain. Paris, Jean-Michel Place, 128 p.

Andersen L., Møller B., Stepputat F., 2007
Fragile States and Insecure People? Violence, Security, and Statehood in the Twenty-First Century. New York, Palgrave Macmillan, 260 p.

Arditi C., 2003
Les violences ordinaires ont une histoire : le cas du Tchad, Politique africaine, 91 : 51-67.

Arditi C., 2005
Les « enfants bouviers » du sud du Tchad, nouveaux esclaves ou apprentis éleveurs ? Cahiers d’études africaines, 179-180 : 713-729.

Aron R., 1984 [1962]
Paix et guerre entre les nations. Paris, Calmann-Lévy. 794 p.

Ayimpam S., Bouju J., 2015
Objets tabous, sujets sensibles, lieux dangereux. Les terrains difficiles d’aujourd’hui. Civilisations, 64 (1) : 11-20.

Banégas R., 2017
La politique par le bas-fond. Pouvoir local, violence milicienne et recompositions sociales dans la Côte d’Ivoire « post-conflit ». Afrique contemporaine, 263-264 : 103-120.

Bangoura D., 1996
État et sécurité en Afrique. Politique africaine, 61 : 39-53.

Baron C., Bonnassieux A., 2011
Les enjeux de l’accès à l’eau en Afrique de l’Ouest : diversité des modes de gouvernance et conflits d’usages. Mondes en développement, 156 : 17-32.

Bayart J.-F., 1989
L’État en Afrique : la politique du ventre. Paris, Fayard, 439 p.

Bayart J.-F., 1999
L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion, Critique internationale, 5 : 97-120.

Bazin J., Terray E., 1982
« Avant-propos ». In Bazin J., Terray E. (dir.). Guerres de lignages et guerres d’États en Afrique. Paris, Éditions des Archives contemporaines : 9-31.

Berman B., Lonsdale J., 1992
Unhappy Valley. Conflict in Kenya and Africa. Book one: State and Class. Londres, Nairobi, Athènes, James Currey, Heinemann Kenya, Ohio University Press 247 p.

Betabelet J. R., Maïna Ababa A., Tidjani I., 2015
Élevage bovin et conflits en Centrafrique. Les Cahiers d’Outre-Mer, 272 : 557-575.

Bigo D., 1988
Pouvoir et obéissance en Centrafrique. Paris, Karthala, 337 p.

Blench R., 1994
The Expansion and Adaptation of Fulbe Pastoralism to Subhumid and Humid Conditions in Nigeria. Cahiers d’études africaines, 34 (133-135) : 197-212.

Bloch M., 1999 [1921]
Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de guerre. Paris, Éditions Allia, 56 p.

Bonhomme J., 2009
Les voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine. Paris, Seuil, 192 p.

Bouillon F., Fresia M., Tallio V., 2005
Terrains sensibles : une expérience de l’Anthropologie. Paris, Éditions de l’EHESS, 208 p.

Bouju J., 2015
Une ethnographie à distance ? Retour critique sur l’anthropologie de la violence en République centrafricaine. Civilisations, 64 (1) : 153-162.

Bouju J., Bruijn de M., 2008
Violences structurelles et violences systémiques. La violence ordinaire des rapports sociaux en Afrique. Bulletin de l’Apad, 27-28 [en ligne] : https://journals.openedition.org/apad/3673

Bouquet C., 2012
Comment le Nord cartographie les risques au Sud : « Conseils aux voyageurs » et « Risques-Pays » en Afrique. Bulletin de l’Association des géographes français, 1 : 94-103.

Bourdieu P., 1980
Le sens pratique. Paris, Éditions de Minuit, 219 p.

Boutrais J., 1990
Les savanes humides, dernier refuge pastoral : l’exemple des WoDaaBe, Mbororo de Centrafrique. Genève Afrique, 28 : 65-90.

Bouzama M., Campana A., 2007
Enquêter en milieu « difficile ». Introduction. Revue française de science politique, 57 (1) : 5-25.

Buijtenhuis R., 1987
Le Frolinat et les guerres civiles du Tchad. Paris, Karthala, 479 p.

Cambrézy L., 2001
Réfugiés et exilés, crise des sociétés, crise des territoires. Paris, Éditions des archives contemporaines, 216 p.

Cambrézy L., Janin P., 2003
« Le risque alimentaire en Afrique ». In Veyret Y. (dir.). Les risques, Paris, Sedes : 88-103.

Cambrézy L., Magnon Y., 2012
« La question foncière en milieu rural ». In Cambrézy L., Petit V. (dir.), Population, mondialisation et développement : quelles dynamiques ? Paris, La documentation française : 109-128.

Ceriana M. A., 2014
La Centrafrique, de la rébellion Séléka aux groupes anti-balaka (2012-2014). Usages de la violence, schème persécutif et traitement médiatique du conflit. Politique africaine, 134 : 179-193.

Chauveau J.-P., Le Pape M., Olivier de Sardan J.-P., 2001
« La pluralité des normes et leurs dynamiques en Afrique : implications pour les politiques publiques ». In Winter G., Inégalités et politiques publiques en Afrique : pluralités des normes et flux d’acteurs, Paris, IRD, Karthala : 145-162.

Chauveau J.-P., Richards P., 2008
Les racines agraires des insurrections ouest-africaines. Une comparaison Côte d’Ivoire-Sierra Leone. Politique africaine, 111 : 131-167.

Chauvin E., 2014
« Conflits armés, mobilités sous contraintes et recompositions des échanges vivriers dans le nord-ouest de la Centrafrique ». In Baldi S., Magrin G. (éd.), Les échanges et la communication dans le bassin du lac Tchad, Actes du colloque du réseau Méga-Tchad, Université de Naples, 13-15 septembre 2012, Naples, Università degli studi di Napoli L’Orientale : 263-287.

Chauvin E., 2015
Pour une poignée de ressources. Violences armées et pénurie des rentes en Centrafrique. Les Cahiers d’Outre-Mer, 272 : 481-500.

Chauvin E., 2018a
La guerre en Centrafrique à l’ombre du Tchad. Une escalade conflictuelle régionale ? Paris, Éditions de l’AFD, 136 p.

Chauvin E., 2018b
La Centrafrique, ventre-mou de l’Afrique centrale. La recomposition des échanges régionaux par la guerre. Afrique contemporaine, 267-268 : 89-111.

Chauvin E., Lallau B., Magrin G., 2015
Le contrôle des ressources dans une guerre civile régionalisée (Centrafrique). Une dynamique de décentralisation par les armes. Les Cahiers d’Outre-Mer, 272 : 467-479.

Chauvin E., Seignobos C., 2013
L’imbroglio centrafricain. État, rebelles et bandits. Afrique contemporaine, 248 : 119-148.

Choplin A., Pliez O., 2011
De la difficulté de cartographie l’espace saharo-sahélien. Mappemonde [en ligne].

Clanet J.-C., 1996
« L’évolution récente des mouvements pastoraux dans le Bassin Conventionnel du lac Tchad ». In Atlas d’élevage du Bassin du lac Tchad, Wageninguen, CIRAD-EMVT/CTA : 97-103.

Cordell D. D., 2002
Des « réfugiés » dans l’Afrique précoloniale ? L’exemple de la Centrafrique, 1850-1910. Politique africaine, 85 : 16-28.

Crettiez X., 2008
Les formes de la violence. Paris, La Découverte, 120 p.

Debos M., 2013
Le métier des armes au Tchad. Le gouvernement de l’entre-guerres, Paris, Karthala, 256 p.

Debos M., Glasman J., 2012
Politique des corps habillés. État, pouvoir et métiers de l’ordre en Afrique. Politique africaine, 128 : 5-23.

El-Mechat S., 2014
Coloniser, pacifier, administrer. xixe-xxie siècles. Paris, CNRS Éditions, 382 p.

Favre J., 2008
Insécurités. Une interprétation environnementale de la violence au Ouaddaï (Tchad oriental). Thèse de doctorat, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 435 p.

Frémont A., 1979
« Espace vécu et niveaux sociaux ». In Bertrand M.-J., Frémont A., Gallais J., Metton A., L’espace vécu, Caen, Université de Caen : 218-226.

Frère M.-S., Howard R., Marthoz J.-P., Sebahara P., 2005
Afrique centrale, médias et conflits. Vecteurs de guerre ou acteurs de paix, Paris, Bruxelles, Éditions complexe, Grip, 320 p.

Gado B. A., 1993
Une histoire des famines au Sahel. Étude des grandes crises alimentaires (xixe-xxe siècles), Paris, L’Harmattan, 201 p.

Gallais J., 1994
Les tropiques : terres de risque et de violences, Paris, Armand Colin, 266 p.

Galtung J., 1969
Violence, Peace, and Peace Research. Journal of Peace Research, 6 (3): 167-191.

Gourou P., 1982
Terres de bonne espérance : le monde tropical. Paris, Plon, 455 p.

Gros F., 2012
Le principe sécurité. Paris, Gallimard, 286 p.

Hintze O., 1975
« Military Organization and the Organization of the State ». In Hintze O., Gilbert F. (éd.), The historical essays of Otto Hintze, New York, Oxford University Press : 178-215.

Issa S., 2010
Les coupeurs de route. Histoire du banditisme rural et transfrontalier dans le bassin du lac Tchad. Paris, Karthala, 276 p.

Janin P., 2010
Faim et politique : mobilisations et instrumentations. Politique africaine, 119 : 5-22.

Janin P., Marie A., 2003
Violences ordinaires, violences enracinées, violences matricielles. Politique africaine, 91 : 5-12.

Joly V., 2009
Guerres d’Afrique. 130 ans de guerres coloniales. L’expérience française. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 336 p.

Kalyvas S. N., 2003
« Les guerres civiles après la guerre froide ». In Hassner P., Marchal R. (dir.), Guerres et sociétés. État et violence après la guerre froide, Paris, Karthala : 107-135.

Lanne B., 1984
Le Sud, l’État et la révolution. Politique africaine, 16 : 30-44.

Le Billon P. (dir.), 2005
The geopolitics of resource wars. Resource dependence, governance and violence. Londres, New York, Routledge, 277 p.

Lefebvre C., 2012
Un esclave a vu le monde. Se déplacer en tant qu’esclave au Soudan central (xixe siècle). Locus, Revista de História, 35 (2) : 105-143.

Lemarchand R., 1986
Chad: The misadventures of the North-South dialectic. African Studies Review, 29 (3): 27-41.

Lombard L., 2012
Rébellion et limites de la consolidation de la paix en République centrafricaine. Politique africaine, 125 : 189-208.

Lombard L., 2016
State of rebellion: violence and intervention in the Central African Republic. Londres, Zed Books, 192 p.

MacEachern S., 2018
Searching for Boko Haram: A History of Violence in Central Africa. New York, OUP USA, 248 p.

Magrin G., Pérouse de Montclos M.-A. (dir.), 2018
Crise et développement. La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram. Paris, Éditions de l’AFD, 294 p.

Marchal R., 2006
Tchad/Darfour : vers un système de conflits, Politique africaine, 102 : 135-154.

Marchal R., Messiant C., 2002
De l’avidité des rebelles. L’analyse économique de la guerre selon Paul Collier. Critique internationale, 16 : 58-69.

Martinelli B., Pénel J.-D., 2015
Comprendre la crise centrafricaine. Paris, Observatoire Pharos, 84 p.

Mazenot G., 1966
L’occupation du Bassin de la Likouala-Mossaka. Cahiers d’études africaines, 6 (22) : 268-307.

Médard J.-F., 1983
La spécificité des pouvoirs africains. Pouvoirs, 25 : 5-22.

Menkhaus K., 2008
Arrangements sécuritaires locaux dans les régions somalies de la Corne de l’Afrique. Politique africaine, 111 : 22-43.

Montesquieu C.-L. de Secondat, 1748
De l’esprit des loix ou du Rapport que les loix doivent avoir avec la constitution de chaque gouvernement, les mœurs, le climat, la religion, le commerce, &c. à quoi l’auteur a ajouté des recherches nouvelles sur les loix romaines touchant les successions, sur les loix françoises, & sur les loix féodales. Genève, Barrillot & fils, 522 p. (vol. 1), 564 p. (vol. 2).

Moufflet V., 2008
Le paradigme du viol comme arme de guerre à l’est de la République démocratique du Congo. Afrique contemporaine, 227 : 119-133.

Myrdal G., 1969
L’État « mou » en pays sous-développé.
Tiers-Monde, 10 (37) : 5-24.

Nassa D. D. A., 2010
Les frontières nord de la Côte d’Ivoire dans un contexte de crise. Les Cahiers d’Outre-Mer, 251 : 461-483.

Nordstrom C., Robben A. C. G. M., 1995
Fieldwork under fire. Contemporary studies of violence and survival. Berkeley, University of California Press, 306 p.

Pélissier P., 2000
Les interactions rurales urbaines en Afrique de l’Ouest et Centrale. Bulletin de l’APAD, 19 [en ligne].

Pérouse de Montclos M.-A., 2001
Aide humanitaire, aide à la guerre ? Bruxelles, Complexe, 208 p.

Pérouse de Montclos M.-A., 2012
Boko Haram et le terrorisme islamiste au Nigeria : insurrection religieuse, contestation politique ou protestation sociale ? Ceri, Questions de recherche, 40 : 1-33.

Piermay J.-L., 1993
Citadins et quête du sol dans les villes d’Afrique centrale, Paris, L’Harmattan, 579 p.

Pommerolle M.-L., 2015
Les violences dans l’extrême-nord du Cameroun : le complot comme outil d’interprétation et de luttes politiques. Politique africaine, 138 : 163-177.

Prunier G., 1983
Le Magendo. Politique africaine, 9 : 53-62.

Raimond C., Garine E., Langlois O., 2005
« Approches pluridisciplinaires de l’alimentation dans le bassin du lac Tchad ». In Raimond C., Garine E., Langlois O. (dir.), Ressources vivrières et choix alimentaires dans le bassin du lac Tchad, Paris, IRD : 13-27.

Raimond C., Sylvestre F., Zakinet D., Moussa A., 2019
Le Tchad des lacs. Les zones humides sahéliennes au défi du changement global. Paris, IRD.

Raison J.-P., Magrin G., 2009
Des fleuves entre conflits et compromis. Essais d’hydropolitique africaine. Paris, Karthala, 300 p.

Reno W., 1998
Warlord Politics and African States. Boulder, Londres, Lynne Rienner Publishers, 257 p.

Reno W., 2007
« Protectors and Predators: Why Is There a Difference among West African Militias? ». In Andersen L., Møller B., Stepputat F., Fragile States and Insecure People? Violence, Security, and Statehood in the Twenty-First Century, New York, Palgrave Macmillan : 99-121.

Réseau impact, 2007
« Les inégalités sont-elles facteurs de fragilité ? ». In Châtaignier J.-M., Magro H. (dir.), États et sociétés fragiles. Entre conflits, reconstruction et développement. Paris, Karthala : 75-90.

Rosser A., 2006
The political economy of the resource curse: A literature survey. Centre for the Future State, IDS working paper, 268 : 1-34.

Saïbou I., 2010
Les coupeurs de route. Histoire du banditisme rural et transfrontalier dans le bassin du lac Tchad. Paris, Karthala, 276 p.

Seignobos C., 2011
Le phénomène zargina dans le nord du Cameroun. Coupeurs de route et prises d’otages, la crise des sociétés pastorales mbororo. Afrique contemporaine, 239 : 35-59.

Seignobos C., 2015
Boko Haram et le lac Tchad. Extension ou sanctuarisation ? Afrique contemporaine, 255 : 93-120.

Sriram C. L., King J. C., Mertus J. A., Martin-Ortega O., Herman J. (dir.), 2009
Surviving Field Research: Working in violent and Difficult Situations. Londres, Routledge, 280 p.

Sylvestre F., 2013
« Variabilité paléo-hydrologique et changement climatique ». In Lemoalle J., Magrin G. (dir.), Le développement du lac Tchad : situation actuelle et futurs possibles, Marseille, IRD : 79-82.

Tilly C., 1985
« War Making and State Making as Organized Crime ». In Evans P. B, Rueschmeyer D., Skocpol T. (éd.), Bringing the State Back In, Cambridge, Cambridge University Press : 169-191.

Triaud J.-L., 1985
Le refus de l’État. L’exemple tchadien. Esprit, 100 : 20-26.

Weber M., 1995 [1922]
Économie et société. 1. Les catégories de la sociologie. Paris, Pocket, 411 p.

Zartman W., 1995
Collapsed States. The Disintegration and Restoration of Legitimate Authority. Boulder, Londres, Lynne Rienner Publishers, 303 p.

Notes

1 Le XVIIe colloque Méga-Tchad, consacré aux insécurités dans le bassin du lac Tchad, a eu lieu en juin 2017 à l’université Nice Sophia Antipolis.

2 Période séparant l’épuisement de la récolte d’une année et la consommation de la récolte de l’année suivante.

3 Pour des détails sur l’intensité des conflits armés dans le monde et en Afrique, le lecteur pourra se reporter à deux bases de données, Uppsala Conflict Data Project de l’université d’Uppsala et Armed Conflict Location and Event Data de l’Institut de recherche sur la paix de l’université d’Oslo.

4 Comme l’ont d’ailleurs montré des auteurs à propos d’un pays périphérique du bassin du lac Tchad, la Côte d’Ivoire (Chauveau et Richards, 2008 ; Banégas, 2017).

5 La médiocrité dans la collecte des informations produites sur les insécurités est courante en raison de la méconnaissance des sociétés locales, de la rotation des équipes de travail, de l’obsession statisticienne sans protocole d’enquêtes rigoureux, du travail dans l’urgence, des mesures de sécurité restrictives, etc.

6 En 1974, l’enlèvement – l’un des plus longs dans sa catégorie – de l’archéologue Françoise Claustre par un groupe rebelle au Tchad avait marqué une étape importante dans la fermeture du terrain saharo-sahélien. Ailleurs, d’autres chercheurs ont pu travailler dans des terrains sensibles et revoir leurs pratiques de recherche (Nordstrom et Robben, 1995 ; Agier, 1997 ; Bouillon, Fresia, Tallio, 2005 ; Bouzama et Campana, 2007 ; Sriram et al., 2009). Mais la violence armée est sans doute aujourd’hui davantage généralisée dans le bassin du lac Tchad.

7 Sur la dimension extensive des insécurités dans la présentation du ministère des Affaires étrangères français, voir par exemple : Choplin et Pliez, 2011. Une analyse de la cartographie des risques en Afrique par le Quai d’Orsay, Bercy et les compagnies d’assurances a également été proposée par Christian Bouquet (Bouquet, 2012).

8 Le chapitre 4 traite plus spécifiquement de l’exploitation des données archéologiques.

9 Il a été démontré par ailleurs l’importance des souvenirs des violences dans les logiques de clivage entre groupes sociaux (Arditi, 2003 ; Martinelli et Pénel, 2015).

Auteurs

Géographe, maître de conférences à l’université Toulouse-Jean Jaurès et à l’UMR Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST), associé à l’UMR Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique (Prodig) et membre de l’Institut convergences migrations (ICM) (France).

Anthropologue, chargée de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et dans l’équipe Ethnologie préhistorique de l’UMR Archéologies et sciences de l’Antiquité (Arscan) (France).

© IRD Éditions, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search