Version classiqueVersion mobile

Guide illustré de la flore de Patagonie

 | 
Daniel Barthélémy
, 
Cecilia Brion
, 
Javier Puntieri

Partie 1. Cadre géographique, climatique et environnemental de la Patagonie

Cadre géographique, climatique et environnemental de la Patagonie

Texte intégral

Historique

1Les Européens se sont très tôt intéressés à la flore du Chili. En 1767, alors que le Chili était une colonie de l’Espagne, l’expédition de Commerson et Bougainville permit de constituer les premières collections. La flore du Chili a été décrite pour la première fois au milieu du XIXe siècle. Un siècle plus tard, après avoir effectué de nombreuses recherches et rassemblé des collections dans ce pays, l’herbier du Musée national d’histoire naturelle de Santiago du Chili voit le jour ; il possède actuellement environ 100 000 spécimens : 82 000 correspondent à des phanérogames et 11 200 à des cryptogames de la flore du Chili (Hoffmann, 1989). Un groupe de chercheurs a travaillé à la description détaillée et actualisée de la flore chilienne (Marticorena et Rodriguez, 1995, 2001-2003 ; http://www.florachilena.cl).

2Dès les débuts de la conquête, la flore d’Argentine était moins connue que celle du Chili. Les premières collections botaniques dans le nord de la Patagonie argentine furent rassemblées par des naturalistes chiliens (Fonck et Cox) en 1860. Bien qu’elle ait été le point de départ de nombreuses expéditions européennes, la Patagonie argentine fut l’objet d’un faible nombre de collections pendant une bonne partie du XXe siècle. En Argentine, fut éditée entre 1969 et 1999 la première Flore de Patagonie, grâce au précieux travail du Dr Maevia Correa. Dans le premier volume de cet ouvrage (i.e. Correa, 1969), Del Vitto et al. font un compte rendu exhaustif sur l’exploration botanique en Patagonie argentine qu’ils divisent en trois périodes : l’époque coloniale, l’indépendance et la naissance de la botanique en Argentine. Cette étude a recensé toutes les collections botaniques du XXe siècle concernant la Patagonie argentine et sa bibliographie respective.

3Le catalogue de la flore argentine (Zuloaga et Morrone, 1994-1999) mentionne environ 10 000 espèces de plantes vasculaires pour l’ensemble du pays. Il a servi de base à la réalisation d’une publication (Zuloaga et al., 1999) concernant la diversité des espèces dans les provinces argentines. La Patagonie argentine comprend environ 2 400 espèces (Correa, 1998). Bien que la richesse spécifique en Patagonie argentine soit faible par rapport à celle des autres régions du pays, on distingue un nombre élevé de genres et d’espèces endémiques de Patagonie (15 genres et environ 300 espèces). Dans cette région, la biodiversité diminue du Nord au Sud. En Patagonie, comme dans le reste de l’Argentine, les familles des Asteraceae et des Poaceae dominent par leur nombre d’espèces. Dans toutes les provinces de Patagonie, le nombre d’espèces de chacune de ces deux familles est deux fois supérieur à celui de n’importe quelle autre famille. La région des forêts subantarctiques, qui se trouve en Patagonie le long des Andes, présente par ailleurs la plus forte concentration de familles endémiques d’Argentine (Zuloaga et al., 1999 ; www.floraargentina.eu.ar).

La Patagonie et son climat

4La région actuellement connue sous le nom de Patagonie ne correspond pas à une entité politique ou administrative. Elle comprend la partie la plus australe du continent américain (carte 1). Le Chili et l’Argentine se partagent cette région géographique. Des facteurs biogéographiques, climatiques et historiques, ainsi que leurs interactions sont à l’origine du fait que le terme « Patagonie » ait conservé jusqu’à présent un sens qui dépasse le cadre des unités politiques qu’elle renferme. Dans le contexte de la mondialisation actuelle, où les espaces deviennent de plus en plus accessibles, la Patagonie représente précisément l’inaccessible. Les difficultés rencontrées par l’homme pour s’établir en Patagonie ont permis la conservation des paysages naturels.

5À l’ouest, à l’est et au sud, la Patagonie est délimitée par les océans Pacifique et Atlantique. Sa limite septentrionale est moins facile à établir. Selon la majorité des critères, cette limite coïncide avec les limites septentrionales des provinces argentines de Neuquén et Río Negro, et de la région chilienne de Maule (Correa, 1998). Les îles qui se trouvent près de la « Patagonie continentale », sur la même plateforme sous-marine, font également partie de la Patagonie dans son acception générale. La Patagonie comprend les régions chiliennes de Maule (région VII), de Bío Bío (VIII), de La Araucanía (IX), de Los Rios (XIV), de Los Lagos (X), de Aisén (XI) et de Magallanes (XII), ainsi que les provinces argentines de Neuquén, Río Negro, Chubut, Santa Cruz et Terre de Feu.

6Le climat de la Patagonie (carte 2) peut être décrit comme tempéré ou tempéré-froid. La dominance de vents humides provenant de l’ouest a une grande influence sur la répartition des précipitations dans cette région. Les zones occidentales sont nettement plus humides que les zones orientales. Dans la partie septentrionale de la Patagonie, les précipitations se produisent essentiellement pendant la période la plus froide de l’année et c’est pendant la période sèche que pousse la majorité des plantes. C’est pourquoi, la capacité de rétention du sol en eau et la disponibilité en eau pour les plantes influencent fortement la composition des communautés végétales de la Patagonie. Au sud, l’influence des vents polaires augmente et la période estivale est plus froide et humide qu’au nord. Dans la zone orientale de la Patagonie, l’influence des vents provenant de l’océan Atlantique adoucit les variations de température. Les sécheresses estivales, les sols sableux, les vents persistants et la dynamique des reliefs ont contribué à donner naissance à des communautés végétales différentes de celles du reste de l’Amérique du Sud.

Carte 1
Principaux types de végétation en Patagonie

Les types de formations végétales de la Patagonie

7Les espèces de la Patagonie varient en fonction des types de végétation. Selon la région de Patagonie considérée, la flore a des affinités soit avec celle du reste de l’Amérique du Sud, soit avec celle des îles de l’Océanie. Par la dérive des continents, la Patagonie fut la région d’Amérique qui a été le plus longtemps reliée à travers l’Antarctique à ce que nous appelons aujourd’hui l’Océanie (Weberling, 1999). La similitude floristique qui existe actuellement entre le sud-ouest de l’Amérique du Sud et la Nouvelle-Zélande provient de cette ancienne relation (Dimitri, 1972 ; Wardle etal., 2001). On peut trouver un exemple type de cette relation avec le genre Nothofagus (famille des Fagaceae). La flore de la zone orientale de la Patagonie, plus sèche, a plus de similitudes avec celle observée dans le reste de l’Amérique du Sud. Parmi les genres sud-américains présents en Patagonie qui illustrent cette relation, on trouve le genre Tillandsia (famille des Bromeliaceae). Par ailleurs, le long des Andes, des espèces boréales comme celles du genre Anemone (famille des Ranunculaceae) ont migré vers le sud. L’homme, en arrivant en Patagonie par le nord, a introduit et dispersé soit de façon délibérée, soit de façon accidentelle, des espèces végétales originaires d’autres régions de la planète. Ces espèces, considérées comme exotiques pour la Patagonie, peuvent représenter un pourcentage substantiel de la totalité des espèces d’une région. Par exemple, on a qualifié d’exotiques environ 25 % des espèces végétales du parc national Nahuel Huapi (Ezcurra et Brion, 2005).

Tourbière, Terre de Feu, Argentine

Steppe patagonique dominée par Mulinum spinosum, Torres del Paine, Chili

Steppe patagonique dominée par Junellia tridens, Torres del Paine, Chili

8La variété des espèces qui vivent actuellement en Patagonie est liée à la diversité de leurs habitats. La zone de forte activité volcanique qui parcourt la Patagonie du Nord au Sud découpe le relief et fournit des substrats nouveaux et variés aux plantes. En outre, les Andes gênent la circulation des vents humides en provenance de l’océan Pacifique dont l’influence augmente le niveau des précipitations le long du versant occidental de la cordillère tandis qu’elle le diminue lorsqu’on s’éloigne vers l’est.

9On peut identifier les types suivants de végétation en Patagonie. La région orientale, entre l’océan Atlantique et le pied des Andes, comprend la steppe patagonique, où les reliefs sont particulièrement érodés par le vent et l’eau provenant de l’ouest ; sa végétation est faible et s’adapte au déficit hydrique, aux basses températures et aux vents forts au cours de la période de croissance. Dans le nord de la région orientale de la Patagonie, les précipitations peuvent être un peu plus abondantes et la végétation dont la croissance est alors plus forte est qualifiée de « monte » et s’apparente à la végétation du centre de l’Argentine.

Steppe patagonique et bord du lac, Torres del Paine, Chili

Forêt patagonique d’altitude dominée par Nothofagus dombeyi et Nothofagus pumilio

10La région occidentale de la Patagonie, du pied des Andes à l’océan Pacifique, est plus pluvieuse, les reliefs sont plus escarpés et les sols plus riches que dans la région orientale ; cette zone contribue dans une large mesure à la diversité biologique de la Patagonie. Les végétations les plus caractéristiques de cette région sont les communautés arbustives (appelées également matorrals), les bois et les forêts, dont les espèces varient en fonction de la localisation géographique. On décrit généralement ces communautés comme des forêts andino-patagoniques. Les espèces végétales qui les composent sont fortement conditionnées par les précipitations et les sols. Ainsi, dans les zones faiblement drainées et aux forts apports d’eaux de dégel et de précipitations, il se forme un substrat acide avec un taux élevé de matière organique connu sous le nom de tourbe. Les communautés végétales qui occupent ces zones, connues sous le nom de tourbières, se composent de petites herbes et d’arbustes nains qui tolèrent le substrat saturé en eau et acide. Les endroits plus chauds et secs, par contre, se caractérisent par des plantes aux feuilles dures, également connues sous le nom de plantes sclérophylles. Ainsi, on peut distinguer plusieurs types de communautés dans les forêts andino-patagoniques. Parmi elles, on peut mentionner : la forêt sempervirente, dans les régions occidentales de basse altitude et humides ; la forêt magellanique, au sud-ouest de la Patagonie ; la forêt et le matorral bas avec tourbières, dans les régions australes insulaires ; la forêt patagonique décidue, dans l’étage supérieur des forêts ; la forêt décidue chilienne, dans le centre du Chili ; ainsi que le matorral et la forêt sclérophylle du Chili. Les forêts situées plus à l’est se développent dans des conditions sèches et dans des sols sableux, elles comportent peu d’espèces arborées, principalement le « ciprés de la cordillera », Austrocedrus chilensis, et des arbustes aux feuilles dures ou épineuses, dont de nombreuses plantes en coussin. Enfin, les forêts situées plus à l’ouest se développent sous d’abondantes précipitations et dans des sols d’origine volcanique, elles comportent une grande variété d’espèces arborées, de fougères, de plantes grimpantes et épiphytes.

Steppe et « Monte », Trelew, Argentine

Forêt patagonique dominée par Fitzroya cupressoides et Nothofagus dombeyi, Puerto Blest, Argentine

Forêt patagonique sempervirente, Río Frías, Puerto Blest, Argentine

Forêt patagonique décidue de Nothofagus pumilio, Paso Puyehue, Argentine

11Il s’agit de la forêt valdivienne. Dans la plupart des forêts de Patagonie, on trouve principalement des espèces arborées du genre Nothofagus.

12Entre les forêts andino-patagoniques et la steppe patagonique, il y a une zone de transition dans laquelle les deux types de végétation se retrouvent en mélange. Cette végétation de transition s’appelle écotone.

13En altitude, où les arbres ne peuvent pas pousser, la végétation appelée steppe d’altitude est composée de plantes basses supportant des températures extrêmes et des vents forts.

14Dans toutes les communautés décrites, on trouve des zones bien circonscrites, relativement peu étendues, dans lesquelles la nappe d’eau souterraine atteint la surface du sol ou en est très proche. Ces zones, appelées marais, présentent un type de végétation basse et herbacée différente de celle qui les entoure.

Forêt patagonique décidue de Nothofagus antarctica, parc national Los Glaciares, Argentine

Forêt patagonique décidue de Nothofagus pumilio et glaciers, parc national Los Glaciares, Argentine

Forêt sempervirente, forêt valdivienne, parc national Alerce Andino, Chili

Forêt sempervirente, forêt valdivienne, Puente Ventisquero, Chaitén, Chili

Écotone steppe-forêt de Austrocedrus chilensis, Vallée enchantée, Argentine

Forêt patagonique décidue, bord du fleuve et glaciers, Tronador, Argentine

Écotone steppe-forêt de Araucaria araucana, Paso Tromen, Argentine

Écotone steppe-forêt de Austrocedrus chilensis, Vallée enchantée, Argentine

Prairie d’altitude, Antillanca, Chili

Marais en bordure de rivière et de glaciers, parc national Los Glaciares, Argentine

Marais et marécage, Puyehue, Chili

Prairie de Blechnum

Forêt patagonique décidue et végétation typique en bordure de lac, Tronador, Argentine

Table des illustrations

Légende Carte 1Principaux types de végétation en Patagonie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Tourbière, Terre de Feu, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Steppe patagonique dominée par Mulinum spinosum, Torres del Paine, Chili
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Steppe patagonique dominée par Junellia tridens, Torres del Paine, Chili
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Steppe patagonique et bord du lac, Torres del Paine, Chili
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Forêt patagonique d’altitude dominée par Nothofagus dombeyi et Nothofagus pumilio
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Steppe et « Monte », Trelew, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Forêt patagonique dominée par Fitzroya cupressoides et Nothofagus dombeyi, Puerto Blest, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Forêt patagonique sempervirente, Río Frías, Puerto Blest, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Forêt patagonique décidue de Nothofagus pumilio, Paso Puyehue, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Forêt patagonique décidue de Nothofagus antarctica, parc national Los Glaciares, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Forêt patagonique décidue de Nothofagus pumilio et glaciers, parc national Los Glaciares, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Forêt sempervirente, forêt valdivienne, parc national Alerce Andino, Chili
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Forêt sempervirente, forêt valdivienne, Puente Ventisquero, Chaitén, Chili
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Écotone steppe-forêt de Austrocedrus chilensis, Vallée enchantée, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Forêt patagonique décidue, bord du fleuve et glaciers, Tronador, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Écotone steppe-forêt de Araucaria araucana, Paso Tromen, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Écotone steppe-forêt de Austrocedrus chilensis, Vallée enchantée, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Prairie d’altitude, Antillanca, Chili
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Marais en bordure de rivière et de glaciers, parc national Los Glaciares, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Marais et marécage, Puyehue, Chili
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Prairie de Blechnum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Forêt patagonique décidue et végétation typique en bordure de lac, Tronador, Argentine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37594/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search