Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brasília, ville fermée, environnement ouvert

 | 
Marcia Regina De Andrade Mathieu
, 
Ignez Costa Barbosa Ferreira
, 
Dominique Couret

Le rôle des utopies fondatrices dans la formation de l’agglomération urbaine de Brasília

Introduction

Texte intégral

1Le Dictionnaire Aurélio (1975) donne du mot « utopie » la définition suivante : Pays imaginaire, où un gouvernement organisé de la meilleure manière, dispense d'excellentes conditions de vie à un peuple équilibré et heureux. Si l'on se fonde sur cette définition, Brasília fut et continue à être une utopie.

2Il s'agit d'abord bien sûr de l'utopie urbanistique du Plano Piloto de Lúcio Costa qui conçoit une cité modèle, monumentale, rectiligne, socialement intégratrice, et soigneusement dessinée.

3Il s'agit ensuite d'une utopie pionnière d'occupation de l'intérieur du pays, le projet étant d'y développer des activités primaires pour alimenter principalement la région littorale sud-est à « vocation industrielle ». Cette conjugaison était conçue comme la base d'une économie forte capable de concrétiser le grand destin national du Brésil.

4Il s'agit enfin d'une utopie nationale dans la mesure où l'idée sousjacente à ce transfert de la capitale au centre du Brésil était l'émergence d'une nouvelle construction nationale. La conviction était alors par ailleurs forte, tant au sein du pays qu'au niveau des nations étrangères, que le Brésil ne pourrait manquer d'assumer son destin de grande nation sud-américaine. Ainsi ce projet de transfert, au-delà des seuls enjeux économiques, politiques et sociales, était porteur d'une forte valeur symbolique nationale.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540