Version classiqueVersion mobile

Guide des serpents d’Afrique occidentale

 | 
Jean-François Trape
, 
Youssouph Mané

Partie 4. Présentation des espèces

Famille Atractaspididae

Texte intégral

Espèce Amblyodipsas unicolor (Reinhardt, 1843)

Noms communs

1Amblyodipsas unicolore
Western Purple-glossed Snake

Identification rapide

2Coloration brun-noir. Queue très courte. Loréale, préoculaire et temporale antérieure absentes. Dorsales lisses disposées sur 15 à 17 rangs droits. De 165 à 214 ventrales. De 19 à 41 sous-caudales.

Dimensions

3Longueur habituelle entre 40 cm et 70 cm, maximum 114 cm.

Répartition et habitat

4Du Sénégal au Kenya et au Congo. Savanes et forêts claires soudaniennes et guinéennes.

Description

5La tête est petite et située dans le prolongement du corps, sans cou distinct. Le museau est arrondi. Le corps est allongé. La queue est très courte, moins de 15 % de la longueur totale de l’animal. L’œil est petit avec une pupille ronde. La loréale est absente. Il n’y a pas de préoculaire ni de sous-oculaire. Il existe une postoculaire. Les labiales supérieures sont au nombre de 5 ou 6, la deuxième et la troisième ou la troisième et la quatrième bordant l’œil. La temporale antérieure est absente, la plus grande labiale supérieure touchant la pariétale. Il existe une seule temporale postérieure. Les dorsales sont lisses et disposées sur 15 à 17 rangs droits. Le rang vertébral n’est pas élargi. Le nombre de ventrales varie de 165 à 179 chez les mâles et de 190 à 214 chez les femelles. L’anale est divisée. Les sous-caudales sont divisées et leur nombre varie de 29 à 41 chez les mâles et de 19 à 30 chez les femelles.

6La coloration de l’animal est entièrement brun-noir.

Histoire naturelle

7Cette espèce fouisseuse n’est rencontrée en surface que la nuit, surtout après la pluie. Elle se nourrit d’amphisbènes, de petits serpents et de lézards fouisseurs. Elle se déplace lentement. Elle cherchera à mordre si on la saisit mais sa morsure n’est pas venimeuse.

Amblyodipsas unicolor. Mlomp (Casamance, Sénégal).

Amblyodipsas unicolor. Mlomp (Casamance, Sénégal).

Amblyodipsas unicolor. Mlomp (Casamance, Sénégal).

Amblyodipsas unicolor. Mlomp (Casamance, Sénégal).

Espèce Aparallactus lunulatus nigrocollaris (Chabanaud, 1916)

Noms communs

8Aparallacte à collier noir
Black-collared Centipede Eater

Identification rapide

9Coloration grisâtre avec un collier noir. Loréale absente. Dorsales lisses disposées sur 15 rangs droits. De 140 à 177 ventrales. De 41 à 65 sous-caudales.

Dimensions

10Longueur habituelle entre 20 cm et 40 cm, maximum 52 cm.

Répartition et habitat

11Du Burkina Faso aux savanes du nord du Congo, d’autres sous-espèces au statut mal défini à l’est et au sud de l’Afrique. Savanes et forêts claires.

Description

12La tête est petite et située dans le prolongement du corps, avec un cou peu marqué. Le museau est arrondi. Le corps est allongé. L’œil est petit avec une pupille ronde. La loréale est absente. Il existe une préoculaire et une postoculaire. Il n’y a pas de sous-oculaire. Les labiales supérieures sont au nombre de 6, la troisième et la quatrième bordant l’œil. La temporale antérieure est absente, la cinquième labiale supérieure touchant la pariétale. Il existe une seule temporale postérieure. Les dorsales sont lisses et disposées sur 15 rangs droits au milieu du corps. Le rang vertébral n’est pas élargi. Le nombre de ventrales varie de 140 à 162 chez les mâles et de 153 à 177 chez les femelles. L’anale est simple. Les sous-caudales sont simples et leur nombre varie de 53 à 65 chez les mâles et de 41 à 61 chez les femelles.

13La coloration de l’animal est grisâtre. Le dessus de la tête est brun sombre, cette coloration se prolongeant sur une partie des labiales supérieures en dessous de l’œil. Il existe un collier noirâtre sur la nuque et le côté du cou. La face ventrale est plus claire.

Histoire naturelle

14Cette espèce fouisseuse est rencontrée sur le sol la nuit, surtout après la pluie. Elle se nourrit d’arthropodes et parfois de petits serpents fouisseurs. Bien qu’opisthoglyphe, elle est sans danger pour l’homme.

Aparallactus lunulatus nigrocollaris. Yimbéré (Cameroun).

Aparallactus lunulatus nigrocollaris. Yimbéré (Cameroun).

Aparallactus lunulatus nigrocollaris. Environs de Bobo Dioulasso (Burkina Faso).

Aparallactus lunulatus nigrocollaris. Environs de Bobo Dioulasso (Burkina Faso).

Espèce Atractaspis aterrima (Günther, 1863)

Noms communs

15Atractaspide gracile
Slender Burrowing Asp

Identification rapide

16Coloration entièrement noire. Queue très courte. Loréale absente. Cinq labiales supérieures. Une seule temporale antérieure. Trois gulaires en contact avec les mentonnières. Dorsales lisses disposées sur 19 à 21 rangs droits. De 244 à 300 ventrales. De 17 à 25 sous-caudales simples.

Dimensions

17Longueur habituelle entre 35 cm et 45 cm, maximum 65 cm.

Répartition et habitat

18Du Sénégal au Congo et à la Tanzanie. Savanes et forêts claires soudaniennes et guinéennes.

Description

19La tête est petite et située dans le prolongement du corps, sans cou distinct. Le corps est fin. La queue est très courte, moins de 8 % de la longueur totale de l’animal. L’œil est petit avec une pupille ronde. La loréale est absente. Il existe une préoculaire et une postoculaire. Il n’y a pas de sous-oculaire. Les labiales supérieures sont au nombre de 5, la troisième et la quatrième bordant l’œil. La formule temporale est 1 + 2. Le nombre de gulaires en contact avec les mentonnières est de 3. Les dorsales sont lisses et disposées sur 19 à 21 rangs droits. Le rang vertébral n’est pas élargi. Le nombre de ventrales varie de 244 à 277 chez les mâles et de 263 à 300 chez les femelles. L’anale est simple. Les sous-caudales sont simples et leur nombre varie de 21 à 25 chez les mâles et de 17 à 21 chez les femelles.

20Le dessus du corps et de la queue est noir. La face ventrale est noire, avec le bord postérieur des écailles ventrales légèrement éclairci. La tête est entièrement noire.

Histoire naturelle

21Cette espèce fouisseuse est surtout trouvée dans des terriers et autres cavités, sous des amas végétaux ou dans le sol meuble. Elle est observée en surface quand elle sort la nuit, notamment après de fortes pluies. Elle se nourrit principalement de lézards, d’amphisbènes et de petits serpents. Comme tous les atractaspides, elle possède deux longs crochets venimeux dirigés vers l’arrière. Elle ne mord pas mais peut piquer par un mouvement de tête latéral. Sa piqûre est douloureuse et potentiellement dangereuse mais aucun cas mortel n’est connu. Il n’existe pas de sérum antivenimeux pour cette espèce.

Atractaspis aterrima. Ndébou (Sénégal oriental).

Atractaspis aterrima. Ndébou (Sénégal oriental).

Atractaspis aterrima. Ndébou (Sénégal oriental).

Atractaspis aterrima. Ndébou (Sénégal oriental).

Espèce Atractaspis dahomeyensis (Barboza du Bocage, 1887)

Noms communs

22Atractaspide du Dahomey
Dahomey Burrowing Asp

Identification rapide

23Coloration noire. Queue très courte. Loréale absente. Cinq labiales supérieures. Une seule temporale antérieure. Dorsales lisses disposées sur 29 à 35 rangs droits. De 210 à 250 ventrales. De 22 à 30 sous-caudales.

Dimensions

24Longueur habituelle entre 25 cm et 50 cm, maximum 56 cm.

Répartition et habitat

25De la Guinée au Cameroun. Savanes et forêts claires soudaniennes et guinéennes.

Description

26La tête est petite et située dans le prolongement du corps, sans cou distinct. Le museau est pointu. Le corps est allongé. La queue est très courte, moins de 10 % de la longueur totale de l’animal. L’œil est petit avec une pupille ronde. La loréale est absente. Il existe une préoculaire et une postoculaire. Il n’y a pas de sous-oculaire. Les labiales supérieures sont au nombre de 5, la troisième et la quatrième bordant l’œil. La formule temporale est 1 + 2 ou 1 + 3. Le nombre de gulaires en contact avec les mentonnières est de 5. Les dorsales sont lisses et disposées sur 29 à 35 rangs droits, généralement 29 ou 31 chez les mâles et 33 ou 35 chez les femelles. Le rang vertébral n’est pas élargi. Le nombre de ventrales varie de 210 à 234 chez les mâles et de 236 à 250 chez les femelles. L’anale est simple. Les sous-caudales sont partiellement divisées et leur nombre varie de 25 à 30 chez les mâles et de 22 à 25 chez les femelles.

27La coloration dorsale est uniformément noirâtre ou brun foncé. La face ventrale est gris foncé.

Histoire naturelle

28Comme les autres atractaspides, il s’agit d’une espèce nocturne et fouisseuse qui passe l’essentiel de sa vie dans des terriers et autres cavités, sous des amas végétaux ou dans le sol meuble. Elle possède deux longs crochets venimeux dirigés vers l’arrière. Dans les cas connus de morsure par cette espèce, les patients ont guéri en quelques jours. Il n’existe pas de sérum antivenimeux.

Atractaspis dahomeyensis. Parakou (Bénin).

Atractaspis dahomeyensis. Parakou (Bénin).

Atractaspis dahomeyensis. Environs de Sikasso (Mali).

Atractaspis dahomeyensis. Environs de Sikasso (Mali).

Espèce Atractaspis microlepidota (Günther, 1866)

Noms communs

29Atractaspide à petites écailles
Small-scaled Burrowing Asp

Identification rapide

30Coloration entièrement noire. Queue très courte. Loréale absente. Six labiales supérieures, la troisième et la quatrième bordant l’œil. Deux temporales antérieures. Cinq gulaires en contact avec les mentonnières. Grande frontale. Dorsales lisses disposées sur 29 à 31 rangs droits. De 198 à 218 ventrales. De 21 à 26 sous-caudales.

Dimensions

31Longueur habituelle entre 30 cm et 50 cm, maximum 67 cm.

Répartition et habitat

32Sénégal, Gambie et Mauritanie. Zone sahélienne et soudano-sahélienne.

Description

33La tête est petite et située dans le prolongement du corps, sans cou distinct. Le museau est arrondi. Le corps est allongé. La queue est très courte, moins de 10 % de la longueur totale de l’animal. L’œil est petit avec une pupille ronde. La loréale est absente. Il existe une préoculaire et une postoculaire. Il n’y a pas de sous-oculaire. Les labiales supérieures sont au nombre de 6, la troisième et la quatrième bordant l’œil. La formule temporale est 2 + 3 ou 2 + 4. Le nombre de gulaires en contact avec les mentonnières est constamment de 5. La frontale est grande, le rapport de la longueur de la frontale sur la longueur de la jonction médiane des deux pariétales variant de 3,2 à 4,2. Les dorsales sont lisses et disposées sur 29 à 31 rangs droits. Le rang vertébral n’est pas élargi. Le nombre de ventrales varie de 198 à 203 chez les mâles et de 205 à 218 chez les femelles. L’anale est simple. Les sous-caudales sont simples ou partiellement divisées et leur nombre varie de 24 à 26 chez les mâles et de 21 à 25 chez les femelles.

34La coloration dorsale est noire. La face ventrale est un peu moins sombre.

Histoire naturelle

35Cette espèce fouisseuse semble étroitement associée aux sols sablonneux. Elle est observée sur le sol la nuit, notamment après une pluie. Elle se nourrit de crapauds, de lézards et occasionnellement de serpents. Comme les autres atractaspides, elle possède deux longs crochets venimeux dirigés vers l’arrière. Elle ne mord pas mais peut piquer par un mouvement de tête latéral. Sa piqûre est potentiellement dangereuse mais le risque réel de décès n’est pas connu. Il n’existe pas de sérum antivenimeux.

Atractaspis microlepidota. Dielmo (Saloum, Sénégal).

Atractaspis microlepidota. Dielmo (Saloum, Sénégal).

Atractaspis microlepidota. Dielmo (Saloum, Sénégal).

Atractaspis microlepidota. Dielmo (Saloum, Sénégal).

Espèce Atractaspis micropholis (Günther, 1872)

Noms communs

36Atractaspide du Sahel
Sahelicm Burrowing Asp

Identification rapide

37Coloration brun foncé. Queue très courte. Loréale absente. Six labiales supérieures. Deux temporales antérieures. Sept gulaires en contact avec les mentonnières. Dorsales lisses disposées sur 25 à 27 rangs droits. De 211 à 230 ventrales. De 26 à 32 sous-caudales.

Dimensions

38Longueur habituelle entre 30 cm et 80 cm, maximum 91 cm.

Répartition et habitat

39Du Sénégal au Nigeria. Zone sahélienne et soudano-sahélienne.

Description

40La tête est petite et située dans le prolongement du corps, sans cou distinct. Le museau est pointu. Le corps est allongé. La queue est très courte, moins de 10 % de la longueur totale de l’animal. L’œil est petit avec une pupille ronde. La loréale est absente. Il existe une préoculaire et une postoculaire. Il n’y a pas de sous-oculaire. Les labiales supérieures sont au nombre de 6, la troisième et la quatrième bordant l’œil. La formule temporale est 2 + 3 ou 2 + 4. Le nombre de gulaires en contact avec les mentonnières est de 7, rarement de 8. Les dorsales sont lisses et disposées sur 25 à 27 rangs droits. Le rang vertébral n’est pas élargi. Le nombre de ventrales varie de 211 à 230 chez les mâles et de 217 à 227 chez les femelles. L’anale est simple. Les sous-caudales sont simples ou partiellement divisées et leur nombre varie de 27 à 32 chez les mâles et de 26 à 30 chez les femelles.

41La coloration de la tête et du corps est brunâtre. La partie postérieure des écailles dorsales est souvent blanchâtre. La face ventrale est brunâtre un peu plus clair.

Histoire naturelle

42Cette atractaspide est commune au Sénégal mais plus rare dans les autres pays d’Afrique de l’Ouest soudano-sahélienne. Nocturne et fouisseuse, elle se nourrit surtout de lézards. Un spécimen de grande taille qui était manipulé a été responsable au Sénégal d’une piqûre mortelle en moins d’une heure chez un militaire français. Il n’existe pas de sérum antivenimeux pour cette espèce.

Atractaspis micropholis. Médina Djikoye (Saloum, Sénégal).

Atractaspis micropholis. Médina Djikoye (Saloum, Sénégal).

Atractaspis micropholis. Médina Djikoye (Saloum, Sénégal).

Atractaspis micropholis. Médina Djikoye (Saloum, Sénégal).

Espèce Atractaspis watsoni (Boulenger, 1908)

Noms communs

43Atractaspide de Watson
Watson ’s Burrowing Asp

Identification rapide

44Coloration entièrement noire. Queue très courte. Loréale absente. Six labiales supérieures, habituellement la quatrième seule bordant l’œil. Deux temporales antérieures. Cinq gulaires en contact avec les mentonnières. Petite frontale. Dorsales lisses disposées sur 27 à 31 rangs droits. De 213 à 242 ventrales. De 21 à 30 sous-caudales.

Dimensions

45Longueur habituelle entre 30 cm et 65 cm, maximum 70 cm.

Répartition et habitat

46De la Mauritanie au Soudan. Zone sahélienne et soudano-sahélienne.

Description

47La tête est petite et située dans le prolongement du corps, sans cou distinct. Le museau est arrondi. Le corps est allongé. La queue est très courte, moins de 10 % de la longueur totale de l’animal. L’œil est petit avec une pupille ronde. La loréale est absente. Il existe une préoculaire et une postoculaire. Il n’y a pas de sous-oculaire. Les labiales supérieures sont au nombre de 6. Habituellement, seule la quatrième labiale supérieure borde l’œil. Parfois, la troisième labiale supérieure touche également l’œil, mais ce contact est seulement ponctuel. La formule temporale est 2 + 3 ou 2 + 4. Le nombre de gulaires en contact avec les mentonnières est constamment de 5. La frontale est petite, le rapport de la longueur de la frontale sur la longueur de la jonction médiane des deux pariétales varie de 2,3 à 3,5. Les dorsales sont lisses et disposées sur 27 à 31 rangs droits. Le rang vertébral n’est pas élargi. Le nombre de ventrales varie de 213 à 231 chez les mâles et de 220 à 242 chez les femelles. L’anale est simple. Les sous-caudales sont simples ou partiellement divisées et leur nombre varie de 24 à 30 chez les mâles et de 21 à 25 chez les femelles.

48La coloration dorsale est noire. La face ventrale est un peu moins sombre.

Histoire naturelle

49Cette espèce fouisseuse est occasionnellement rencontrée sur le sol la nuit. Elle se nourrit de reptiles. Comme les autres atractaspides, elle possède deux longs crochets venimeux dirigés vers l’arrière et peut piquer par un mouvement de tête latéral. Sa piqûre est rarement mortelle mais occasionne une nécrose locale. Il n’existe pas de sérum antivenimeux.

Atractaspis watsoni. Environs de Yélimané (Mali).

Atractaspis watsoni. Environs de Yélimané (Mali).

Atractaspis watsoni. Environs de Madaoua (Niger).

Atractaspis watsoni. Environs de Madaoua (Niger).

Espèce Polemon neuwiedi (Jan, 1858)

Noms communs

50Polémon de Neuwied
Neuwied ’s Polemon

Identification rapide

51Trois lignes noires sur le dessus du corps. Loréale absente. Dorsales lisses disposées sur 15 rangs droits. Moins de 22 sous-caudales.

Dimensions

52Longueur habituelle entre 15 cm et 30 cm, maximum 35 cm.

Répartition et habitat

53Du Mali et de la Côte d’ivoire au Nigeria. Savane et forêt claire guinéenne.

Description

54La tête est située dans le prolongement du corps, sans cou distinct. Le museau est arrondi. Le corps est allongé. La queue est très courte. L’œil est petit avec une pupille ronde. La loréale est absente. Il existe une préoculaire et une postoculaire. Il n’y a pas de sous-oculaire. Les labiales supérieures sont au nombre de 6 ou 7, la troisième et la quatrième bordant l’œil. La formule temporale est 0 + 1, la cinquième labiale supérieure touchant la pariétale, parfois aussi la quatrième ou la sixième. Les dorsales sont lisses et disposées sur 15 rangs droits. Le rang vertébral n’est pas élargi. Le nombre de ventrales varie de 219 à 261. L’anale est divisée. Les sous-caudales sont divisées et leur nombre varie de 11 à 21.

55Le dessus de la tête et la base de la queue sont noirâtres. Le corps est blanchâtre ou brun clair avec trois lignes noires sur toute sa longueur. La face ventrale est blanchâtre.

Histoire naturelle

56Cette espèce rare n’est connue dans la région considérée par cet ouvrage que par un seul spécimen des environs de Bobo-Dioulasso. C’est une espèce fouisseuse et nocturne. Bien qu’opisthoglyphe, elle n’est pas dangereuse pour l’homme.

Polemon neuwiedi. Wa (Ghana).

Polemon neuwiedi. Wa (Ghana).

Polemon neuwiedi. Environs de Sikasso (Mali).

Polemon neuwiedi. Environs de Sikasso (Mali).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Amblyodipsas unicolor. Mlomp (Casamance, Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Amblyodipsas unicolor. Mlomp (Casamance, Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Aparallactus lunulatus nigrocollaris. Yimbéré (Cameroun).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Aparallactus lunulatus nigrocollaris. Environs de Bobo Dioulasso (Burkina Faso).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Atractaspis aterrima. Ndébou (Sénégal oriental).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Atractaspis aterrima. Ndébou (Sénégal oriental).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Atractaspis dahomeyensis. Parakou (Bénin).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Atractaspis dahomeyensis. Environs de Sikasso (Mali).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Atractaspis microlepidota. Dielmo (Saloum, Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Atractaspis microlepidota. Dielmo (Saloum, Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Atractaspis micropholis. Médina Djikoye (Saloum, Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Atractaspis micropholis. Médina Djikoye (Saloum, Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Atractaspis watsoni. Environs de Yélimané (Mali).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Atractaspis watsoni. Environs de Madaoua (Niger).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Polemon neuwiedi. Wa (Ghana).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Polemon neuwiedi. Environs de Sikasso (Mali).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37362/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search