Version classiqueVersion mobile

Guide des serpents d’Afrique occidentale

 | 
Jean-François Trape
, 
Youssouph Mané

Partie 4. Présentation des espèces

Famille Boidae

Texte intégral

Espèce Gongylophis colubrinus (Linné, 1758)

Noms communs

1Boa des sables d’Égypte
Theban Sand Boa

Identification rapide

2Corps épais et cylindrique. Coloration caractéristique, avec des grandes taches sombres sur fond clair. De 9 à 12 écailles entre les yeux. De 44 à 59 rangs d’écailles dorsales carénées à l’arrière du corps. De 19 à 28 sous-caudales simples.

Dimensions

3Longueur habituelle entre 30 cm et 60 cm, maximum 90 cm.

Répartition et habitat

4Du Niger (Aïr et Ténéré) à l’Égypte et à l’Afrique de l’Est. Zones arides et savanes sèches, oasis.

Description

5La tête est peu distincte du corps. Les écailles céphaliques sont très petites et peu différenciées. Les yeux sont petits avec une pupille verticale. Ils sont séparés par 9 à 12 écailles. De 12 à 15 écailles entourent chaque œil. Il existe 12 ou 13 labiales supérieures, sans contact avec l’œil. Les écailles dorsales sont fortement carénées sur la queue et l’arrière du corps, mais lisses ou faiblement carénées vers l’avant. Elles sont disposées sur 44 à 59 rangs droits au milieu du corps. Les ventrales sont étroites et leur nombre est compris entre 162 et 205. L’anale est simple. La queue est courte, moins de 10 % de la longueur de l’animal. Les sous-caudales sont simples et leur nombre est compris entre 19 et 28.

6La coloration dorsale est habituellement jaunâtre, grisâtre ou orangée, avec de grandes taches brun foncé ou noirâtres plus ou moins circulaires et souvent confluentes. La face ventrale est claire.

Histoire naturelle

7Le boa des sables d’Égypte est un serpent fouisseur, qui vit dans des terriers, sous des rochers, entre les racines des buissons ou enfoui dans le sable, mais qui peut sortir pour se chauffer au soleil, notamment en début de matinée. Il chasse en embuscade, émergeant brutalement du sable quand une proie passe à sa portée. Les jeunes se nourrissent surtout de lézards, les adultes mangent également des rongeurs et parfois des oiseaux. Bien qu’habituellement de tempérament placide, certains individus peuvent mordre violemment, mais la morsure n’est pas venimeuse.

Gongylophis colubrinus. Nord de la Tanzanie.

Gongylophis colubrinus. Nord de la Tanzanie.

Gongylophis colubrinus. Awash (Éthiopie).

Gongylophis colubrinus. Awash (Éthiopie).

Espèce Gongylophis muelleri (Boulenger, 1892)

Noms communs

8Boa des sables de Müller
Müller’s Sand Boa

Identification rapide

9Corps épais et cylindrique, queue très courte. Coloration claire, avec des grandes taches brun foncé ou noirâtres. Cinq écailles entre les yeux. De 37 à 48 rangs d’écailles dorsales lisses. De 14 à 24 sous-caudales simples.

Dimensions

10Longueur habituelle entre 30 cm et 60 cm, maximum 80 cm.

Répartition et habitat

11Depuis la Mauritanie et le Sénégal jusqu’au Soudan. Zones sahélienne et soudanienne. Généralement associé aux sols sablonneux.

Description

12La tête est peu distincte du corps. Les yeux sont petits avec une pupille verticale. En vue dorsale, ils sont séparés par 5 écailles. De 8 à 11 écailles entourent chaque œil. Il existe de 8 à 10 labiales supérieures, sans contact avec l’œil. Les écailles dorsales sont lisses sur la totalité du corps. Elles sont disposées sur 37 à 48 rangs droits au milieu du corps. Le nombre de ventrales est compris entre 172 et 188. L’anale est simple. Les sous-caudales sont simples et leur nombre est compris entre 14 et 24. Il n’existe pas de dimorphisme sexuel net. La coloration de fond est jaune pâle, orangée ou crème, avec sur le dessus et le côté du corps et de la queue de grandes taches brun foncé ou noirâtres plus ou moins circulaires et réunies entre-elles.

Histoire naturelle

13Le boa des sables de Müller est un serpent fouisseur particulièrement bien adapté à la vie dans le sable bien qu’il n’y soit pas strictement inféodé. Il est nocturne. Lent dans ses déplacements, il chasse à l’affût les petits rongeurs en se tenant en partie enfoui dans le sable. Dans les zones moins sablonneuses, on le trouve dans les terriers. Il tue ses victimes par constriction. Il est sans danger pour l’homme mais peut se défendre en donnant des coups de tête lorsqu’il est manipulé.

Gongylophis muelleri. Environs de Maradi (Niger).

Gongylophis muelleri. Environs de Maradi (Niger).

Gongylophis muelleri. Environs de Maradi (Niger).

Gongylophis muelleri. Environs de Maradi (Niger).

Espèce Python regius (Shaw, 1802)

Noms communs

14Python royal
Royal Python

Identification rapide

15Forme massive. Coloration sombre avec de grands motifs jaunâtres. Quatre fossettes sensorielles entre le museau et l’œil. De 51 à 63 rangées d’écailles dorsales. De 28 à 37 sous-caudales divisées.

Dimensions

16Longueur habituelle entre 40 cm et 120 cm, maximum 150 cm.

Répartition et habitat

17Du Sénégal au Soudan et à l’Ouganda. Zone soudanienne et guinéenne, mais absent en forêt dense.

Description

18La tête, triangulaire et bien distincte du cou, est petite par rapport au plus grand diamètre du corps. La queue est très courte, moins de 10 % de la longueur totale de l’animal. L’œil est petit et la pupille est verticale. L’écaillure de la tête comprend de grandes plaques et de nombreuses petites écailles supplémentaires. 11 existe plusieurs loréales, 2 à 4 préoculaires et 3 à 4 postoculaires. Il n’y a pas de sous-oculaire. Le nombre de labiales supérieures est de 9 à 12, avec souvent la sixième ou la cinquième et sixième bordant l’œil, parfois aucune. Les quatre premières labiales supérieures présentent une grande fossette sensorielle. Il existe de 3 à 5 temporales antérieures, toutes de petite taille. Les dorsales sont lisses et disposées sur 51 à 63 rangs droits au milieu du corps. Le nombre de ventrales varie de 191 à 207. L’anale est généralement simple. Le nombre de sous-caudales est compris entre 28 et 37. Elles sont divisées.

19La coloration dorsale est noirâtre ou brun foncé avec de grandes taches jaunâtres arrondies ou ovalaires souvent centrées de noir. Le dessus de la tête est brun foncé avec de chaque côté une bande jaunâtre partant de la rostrale, allant au contact de l’œil et s’arrêtant à la base de la tête.

Histoire naturelle

20Le python royal est une espèce nocturne qui se nourrit principalement de petits rongeurs. De tempérament placide, il se déplace toujours lentement et se roule en boule lorsqu’il est menacé. Il ne manifeste jamais d’agressivité lorsqu’il est manipulé. Pour cette raison, ce serpent est très apprécié des terrariophiles. Il est strictement inoffensif pour l’homme.

Python regius. Ibel (Sénégal oriental).

Python regius. Ibel (Sénégal oriental).

Python regius. Ibel (Sénégal oriental).

Python regius. Ibel (Sénégal oriental).

Espèce Python sebae (Cmelin, 1788)

Noms communs

21Python de Séba
Central African Rock Python

Identification rapide

22Grand serpent de forme massive. Coloration olivâtre avec des dessins brun foncé. Deux fossettes sensorielles entre le museau et l’œil. De 81 à 96 rangs d’écailles dorsales. De 55 à 80 sous-caudales.

Dimensions

23Longueur habituelle des adultes entre 3 et 4 mètres. Le maximum connu est de 9,80 mètres mais les spécimens dépassant 6 mètres sont devenus très rares. Les jeunes à la naissance mesurent environ 60 cm.

Répartition et habitat

24Toute l’Afrique tropicale, depuis les franges du Sahara jusqu’à l’Afrique australe. Étroitement associé aux zones marécageuses et cours d’eau permanents en zone sahélienne et soudanienne.

Description

25La tête est triangulaire et bien distincte du cou. L’œil est petit et la pupille est verticale. L’écaillure de la tête comprend de grandes plaques et des petites écailles supplémentaires. Il existe plusieurs loréales, 2 à 4 préoculaires, une sous-oculaire et 3 à 4 postoculaires. Le nombre de labiales supérieures varie de 11 à 15, sans contact avec l’œil, et les deux premières présentent une fossette sensorielle. Il existe de 3 à 5 temporales antérieures. Les dorsales sont lisses et disposées sur 81 à 96 rangs droits au milieu du corps. Le nombre de ventrales varie de 265 à 294. L’anale est généralement simple. Le nombre de sous-caudales est compris entre 55 et 80. Elles sont divisées en totalité ou en partie.

26La coloration dorsale présente une alternance de zones brun foncé ramifiées entre elles, de forme variable, et de zones plus claires, marron ou olivâtre, parfois bordées de jaunâtre. Le dessus de la tête est brun foncé avec de chaque côté une bande jaunâtre rectiligne partant de la rostrale, passant au dessus de l’œil et s’arrêtant à la base de la tête.

Histoire naturelle

27Le plus grand serpent d’Afrique est une espèce surtout nocturne, nageant très bien mais aussi grimpant dans les arbres et capable de se déplacer très rapidement, y compris les grands spécimens. Cerné, il se défend en donnant de grands coups de tête et peut infliger de graves blessures. Il se nourrit de mammifères et d’oiseaux. Le bétail et d’autres animaux domestiques constituent une proie occasionnelle. Quelques cas exceptionnels sont connus où des enfants et parfois des adultes ont été la proie de pythons de grande taille. La morsure de ce serpent n’est pas venimeuse.

Python sebae. Dakar, zone des Niayes (Sénégal).

Python sebae. Dakar, zone des Niayes (Sénégal).

Python sebae. Dakar, zone des Niayes (Sénégal).

Python sebae. Dakar, zone des Niayes (Sénégal).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Gongylophis colubrinus. Nord de la Tanzanie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Gongylophis colubrinus. Awash (Éthiopie).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Gongylophis muelleri. Environs de Maradi (Niger).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Gongylophis muelleri. Environs de Maradi (Niger).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Python regius. Ibel (Sénégal oriental).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Python regius. Ibel (Sénégal oriental).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Python sebae. Dakar, zone des Niayes (Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Python sebae. Dakar, zone des Niayes (Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37352/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search