Version classiqueVersion mobile

Guide des serpents d’Afrique occidentale

 | 
Jean-François Trape
, 
Youssouph Mané

Partie 3. L’identification des serpents

Note de l’éditeur

Les indications de pagination renvoient à la version papier de cet ouvrage.

Texte intégral

Grayia smithi. Rivière Diani, Guinée.

Grayia smithi. Rivière Diani, Guinée.

Photo : © J.-F. Trape

Aspect général

1L’aspect général d’un serpent et sa couleur sont des caractères qui, avec un peu d’expérience, permettent d’identifier de nombreuses espèces ou de suspecter une famille ou un genre. Si le serpent a été tué ou s’il est capturé vivant, l’examen attentif des détails de l’écaillure permettra toujours d’identifier l’espèce à laquelle il appartient.

Écaillure de la tête

2La figure 1 montre l’écaillure de la tête d’un Colubridé. Elle est caractérisée par la présence de plaques céphaliques. La surface des plus grandes de ces plaques, sur le dessus de la tête, est très nettement supérieure à la surface des écailles qui recouvrent la nuque et le dos du serpent. On retrouve la présence de grandes plaques céphaliques chez deux autres familles de serpents, les Élapidés et les Atractaspididés. En revanche, chez les Vipéridés, les écailles du dessus de la tête sont très petites et similaires à celles qui recouvrent la nuque et le dos du serpent (fig. 2). Dans la région couverte par cet ouvrage, la seule exception concerne une vipère du genre Causus, dont l’écaillure de la tête est similaire à celle des Colubridés. Dans le cas de la famille des Boïdés, l’écaillure de la tête est souvent intermédiaire entre celle des Colubridés et celle des Vipéridés : les écailles du dessus de la tête sont nombreuses et de taille souvent identique à celles de la nuque et du dos, mais quelques-unes sont élargies (fig. 3). Enfin, l’écaillure de la tête est très simplifiée chez les deux familles de serpents fouisseurs, les Typhlopidés (fig. 4) et les Leptotyphlopidés (fig. 5). Ces derniers sont de très petite taille et l’examen précis des caractères de leur écaillure céphalique nécessite de disposer d’une loupe binoculaire. Toutefois, cet examen n’est pas indispensable pour séparer les espèces rencontrées en Afrique de l’Ouest.

3Pour déterminer avec certitude un serpent de la famille des Colubridés, des Élapidés et des Atractaspididés, il est nécessaire de connaître la nomenclature des plaques céphaliques.

Sur le dessus et le côté de la tête

4La rostrale est la plaque située en avant du museau. Sa forme est habituellement arrondie. Chez certaines espèces fouisseuses, elle est fortement épaissie ou pointue vers l’avant.

5Les internasales sont situées en arrière de la rostrale. Il s’agit de deux plaques symétriques, sauf dans le genre Prosymna où ces deux plaques sont fusionnées en une seule grande plaque transversale.

Figure 1 Écaillure de la tête d’un Colubridé. F : Frontale ; G : Gulaire ; IN : Internasale ; L : Loréale ; LI : Labiale inférieure ; LS : Labiale supérieure ; M : Mentonnière ; N : Nasale ; P : Pariétale ; PF : Préfrontale ; PRO : Préoculaire ; PSO : Postoculaire ; R : Rostrale ; S : Symphysiale ; SO : Supraoculaire ; TA : Temporale antérieure ; TP : Temporale postérieure ; V : Ventrale.

Figure 1 Écaillure de la tête d’un Colubridé. F : Frontale ; G : Gulaire ; IN : Internasale ; L : Loréale ; LI : Labiale inférieure ; LS : Labiale supérieure ; M : Mentonnière ; N : Nasale ; P : Pariétale ; PF : Préfrontale ; PRO : Préoculaire ; PSO : Postoculaire ; R : Rostrale ; S : Symphysiale ; SO : Supraoculaire ; TA : Temporale antérieure ; TP : Temporale postérieure ; V : Ventrale.

Figure 2 – Écaillure de la tête d’un Vipéridé.

Figure 2 – Écaillure de la tête d’un Vipéridé.

Figure 3 – Écaillure de la tête d’un Boïdé.

Figure 3 – Écaillure de la tête d’un Boïdé.

Figure 4 Écaillure de la tête d’un Typhlopidé. F : Frontale ; L : Labiale ; N : Nasale ; O : Oculaire ; PO : Préoculaire ; R : Rostrale ; SO : Supraoculaire.

Figure 4 Écaillure de la tête d’un Typhlopidé. F : Frontale ; L : Labiale ; N : Nasale ; O : Oculaire ; PO : Préoculaire ; R : Rostrale ; SO : Supraoculaire.

6Les préfrontales viennent en arrière des internasales. Ces deux plaques symétriques sont également fusionnées dans le genre Prosymna.

7La frontale est une plaque médiane située entre les deux yeux dont elle est séparée par les supraoculaires.

8Les supraoculaires sont deux plaques symétriques situées entre la frontale et l’œil.

9Les pariétales sont deux plaques symétriques, souvent de grande taille, situées en arrière de la frontale et des supraoculaires.

10Les nasales sont situées de chaque coté de la tête en arrière de la rostrale. Chacune est percée par l’orifice de la narine. Selon la forme de cet orifice, elles peuvent être entières, semi-divisées ou divisées.

11Les loréales sont des petites plaques symétriques sur le côté de la tête. Elles sont situées entre la nasale vers l’avant, les préoculaires vers l’arrière, la préfrontale vers le haut et les labiales supérieures vers le bas. Il n’y a pas de loréale chez les Élapidés, les Atractaspididés et les Colubridés du genre Dasypeltis.

12Les préoculaires sont situées en avant de l’œil, habituellement au nombre d’une ou deux de chaque côté de la tête. Au moins une préoculaire est en contact avec la loréale (si elle existe) ou la nasale vers l’avant, la supraoculaire ou l’internasale vers le haut et une ou deux labiales supérieures vers le bas.

Figure 5 Écaillure de la tête d’un Leptotyphlopidé. F : Frontale ; IN : Infranasale ; IP : Interpariétale ; LA : Labiale antérieure ; LP : Labiale postérieure ; N : Nasale ; O : Oculaire ; OC : Occipitale ; P : Pariétale ; PF : Préfrontale ; R : Rostrale ; SO : Supraoculaire ; T : Temporale.

Figure 5 Écaillure de la tête d’un Leptotyphlopidé. F : Frontale ; IN : Infranasale ; IP : Interpariétale ; LA : Labiale antérieure ; LP : Labiale postérieure ; N : Nasale ; O : Oculaire ; OC : Occipitale ; P : Pariétale ; PF : Préfrontale ; R : Rostrale ; SO : Supraoculaire ; T : Temporale.

13Les labiales supérieures (ou supralabiales) sont les plaques qui bordent les lèvres supérieures, depuis la rostrale jusqu’à l’arrière de la bouche. Vers le haut, elles sont habituellement en contact avec la nasale, la loréale, une préoculaire, l’œil, une postoculaire, une temporale antérieure et une temporale postérieure. Elles sont parfois séparées de l’œil par une ou plusieurs sous-oculaires.

14Les sous-oculaires sont observées chez quelques espèces seulement. Elles séparent l’œil des labiales supérieures.

15Les postoculaires sont situées en arrière de l’œil qu’elles séparent des temporales. Habituellement au nombre de un à trois, elles sont généralement en contact avec la supraoculaire et la pariétale vers le haut, une ou plusieurs temporales antérieures vers l’arrière, une ou deux labiales supérieures vers le bas, et une sous-oculaire chez certaines espèces.

16Les temporales sont situées en arrière des postoculaires, entre les pariétales en haut et les labiales supérieures en bas. Elles sont souvent disposées sur deux rangs, parfois trois. Les temporales antérieures sont celles du premier rang qui touche les postoculaires. La formule temporale indique le nombre de temporales dans chaque rang. Ainsi, une formule 1+2 indique la présence d’une temporale antérieure et de deux temporales postérieures.

17Les occipitales sont différenciées en plaques chez certaines espèces seulement. Elles sont situées à la partie postérieure du crâne, derrière les pariétales.

Sous la tête

18La symphysiale est la plaque médiane située à l’extrémité antérieure du dessous de la tête.

19Les labiales inférieures (ou infralabiales) bordent les lèvres inférieures de chaque côté de la symphysiale jusqu’à l’arrière de la bouche.

20Les mentonnières sont situées en arrière de la symphysiale et souvent de la première paire de labiales inférieures. Ce sont de grandes plaques disposées habituellement sur un ou deux rangs entre les labiales inférieures.

21Les gulaires sont les petites écailles situées en arrière des mentonnières. Elles sont limitées latéralement par les labiales inférieures et postérieurement par les premières ventrales.

Écaillures dorsale et ventrale

22L’examen rapide de la face dorsale et de la face ventrale d’un serpent permet de préciser immédiatement si les écailles du dos et du ventre ont une forme identique ou si les écailles ventrales sont élargies.

Les Typhlopidés et les Leptotyphlopidés

23Chez ces familles, toutes les écailles du corps sont similaires. En particulier, il n’existe pas d’écailles ventrales individualisées. Pour distinguer ces deux familles et les espèces qui les composent, il est utile de compter le nombre de rangs d’écailles au milieu du corps. Ce décompte est difficile sans loupe chez les Leptotyphlopidés, en raison de leur très petite taille et de l’absence de repère lorsqu’on fait tourner le corps de l’animal pour le décompte. Chez les spécimens morts, il sera utile de transpercer auparavant le corps de l’animal avec une aiguille très fine pour faciliter ce décompte. Avec un peu d’expérience, on reconnaîtra un Leptotyphlopidé à son aspect général, le seul risque de confusion étant avec Ramphotyphlops braminus et certains Amphisbènes (reptiles apodes intermédiaires entre les lézards et les serpents ; leur corps annelé permet de les distinguer des Typhlopidés et des Leptotyphlopidés). L’identification de l’espèce chez les Leptotyphlopidés de la région considérée par cet ouvrage sera généralement possible, que le spécimen soit vivant ou mort, à partir de quelques caractères simples : la forme du museau en vue latérale, la coloration dorsale et ventrale, le rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue, le rapport entre le diamètre du corps et la longueur totale. Si on dispose d’une bonne loupe, on pourra confirmer cette détermination en comptant le nombre d’écailles longitudinales depuis l’arrière de la frontale jusqu’à l’extrémité de la queue et le nombre d’écailles sous-caudales entre l’orifice cloacal et l’extrémité de la queue.

Les Boïdés, les Colubridés, les Atractaspididés, les Élapidés et les Vipéridés

24Chez ces familles, les écailles du dessus et du dessous du corps sont différentes.

25Les écailles dorsales sont disposées en plusieurs rangées sur le dessus et le côté du corps. Elles peuvent être lisses ou carénées, et disposées en rangs droits ou obliques (fig. 6 et 7). Une carène est une petite crête qui partage l’écaille en deux dans le sens de la longueur. Un rang est droit quand les deux côtés latéraux de chaque écaille sont grossièrement égaux et symétriques. Quand un rang est oblique, le recouvrement asymétrique de chaque écaille fait que ses côtés deviennent nettement inégaux.

26Les écailles ventrales sont nettement élargies latéralement et disposées sur une seule rangée depuis le cou de l’animal jusqu’à la plaque anale qui recouvre l’orifice cloacal.

Figure 6 Rangs dorsaux obliques, écailles dorsales lisses.

Figure 6 Rangs dorsaux obliques, écailles dorsales lisses.

Figure 7 Rangs dorsaux droits, écailles dorsales carénées.

Figure 7 Rangs dorsaux droits, écailles dorsales carénées.

Figure 8 Écailles ventrales carénées, anale simple, sous-caudales divisées.

Figure 8 Écailles ventrales carénées, anale simple, sous-caudales divisées.

Figure 9 Écailles ventrales lisses, anale divisée, sous-caudales simples.

Figure 9 Écailles ventrales lisses, anale divisée, sous-caudales simples.

Figure 10 Rang vertébral élargi et bicaréné, écailles dorsales carénées disposées sur 15 rangs droits.

Figure 10 Rang vertébral élargi et bicaréné, écailles dorsales carénées disposées sur 15 rangs droits.

Figure 11 Rang vertébral non élargi, écailles dorsales lisses diposées sur 19 rangs droits.

Figure 11 Rang vertébral non élargi, écailles dorsales lisses diposées sur 19 rangs droits.

27Elles peuvent être lisses ou carénées latéralement (fig. 8 et 9). Elles sont habituellement comptées depuis la première écaille plus large que longue en arrière des gulaires jusqu’à l’écaille qui précède celle qui recouvre l’orifice cloacal. Dans la méthode de Dowling (1951), la première ventrale correspond au premier rang dorsal, ce qui réduit habituellement d’une à trois écailles le décompte des ventrales.

28La plaque anale est l’écaille qui recouvre l’orifice cloacal où débute la queue. Elle est simple ou divisée (fig. 8 et 9).

29Les écailles sous-caudales sont situées sous la queue, entre l’orifice cloacal et la petite écaille simple et effilée qui est située à l’extrémité de la queue lorsque celle-ci est complète. Elles peuvent être simples ou entièrement ou partiellement divisées (fig. 8 et 9) et carénées ou non.

30Le rang vertébral est le rang central d’écailles dorsales, au milieu du dos. Il est parfois élargi et peut être lisse ou comporter une carène simple, double ou triple (fig. 10 et 11).

Détermination du sexe

31L’appareil génital du mâle comprend deux hémipénis situés à la base de la queue. Ils ne sont apparents que lors de l’érection et un seul est utilisé lors de la copulation.

32La détermination du sexe est possible chez un serpent fixé dans l’alcool ou le formol en pratiquant une incision médiane de quelques centimètres de long à la base de la queue, en arrière de l’orifice cloacal. Les hémipénis apparaîtront comme deux longs cordons blancs bien individualisés de chaque côté de l’incision.

33Chez un spécimen fraîchement tué, il est possible de dévaginer les hémipénis par pression sur la base de la queue ou par injection de liquide à l’intérieur de celle-ci.

Capturer un serpent vivant

34La plupart des espèces de serpents sont totalement inoffensives. Comme toutes les espèces animales, elles sont utiles à l’équilibre écologique et peuvent rendre service à l’homme – par exemple en limitant la multiplication de rongeurs qui ravagent les cultures, prolifèrent dans les greniers ou constituent des réservoirs de maladies transmissibles à l’homme.

35Savoir identifier un serpent permet d’une part de ne pas prendre peur inutilement devant une espèce inoffensive, ce qui est le cas de la majorité des serpents rencontrés, et d’autre part de reconnaître immédiatement quand il y a danger. Capturer un serpent vivant afin de l’identifier avec certitude puis le relâcher est assez facile, en particulier la nuit (beaucoup d’espèces ne fuient pas lorsqu’elles sont éclairées avec une lampe torche) et après une forte pluie (beaucoup de serpents entrent en activité et les espèces fouisseuses et terrestres sont chassées de leurs abris par l’eau). Cela peut se faire sans risque à condition de respecter quelques principes simples :

361. Ne jamais chercher à capturer vivant un serpent susceptible d’appartenir à une espèce dangereuse. L’appréhension va augmenter considérablement les risques de maladresses – qui pourront être fatales. De plus, les serpents en captivité sont les champions de l’évasion. Aussi, avant de chercher à capturer un serpent, il faudra l’observer suffisamment longtemps pour s’assurer avec certitude qu’il n’appartient pas aux genres suivants : Echis, Bitis, Cerastes, Atractaspis, Dendroaspis, Naja et Dispholidus. Si ces quatre premiers genres sont facilement identifiables car ils se déplacent lentement ou restent immobiles quand on les découvre, le risque de confusion est grand pour les trois autres genres, ce qui expose à une morsure fatale.

372. A moins de connaître déjà parfaitement les serpents de sa région, ne chercher à capturer que des spécimens de petite taille, moins d’un mètre par exemple. Les serpents de plus grande taille ont souvent bien plus de force et de vivacité que prévu, ce qui expose au risque de morsure.

383. Immobiliser le serpent avec un bâton en le plaçant le plus près possible de sa tête. Appuyez ensuite fermement un deuxième bâton sur sa tête (à défaut d’un deuxième bâton, on peut rapprocher progressivement le premier bâton du dessus de la tête, mais l’opération est parfois délicate).

394. Quand la tête du serpent est immobilisée, vérifier de nouveau qu’il ne s’agit pas d’un Atractaspis (tête petite dans le prolongement du corps, sans cou marqué, et corps uniformément noir ou brun foncé). On pourra alors saisir le serpent au niveau du cou. Une fois celui-ci fermement saisi, vérifier une nouvelle fois qu’il est sans danger en contrôlant d’abord l’absence de petites écailles sur le dessus de la tête (ce qui exclut un Vipéridé dangereux) puis la présence d’une loréale (ce qui exclut un Élapidé et un Atractaspididé). Si les écailles dorsales sont obliques, on s’assurera qu’il ne s’agit pas de Dispholidus typus, dont la coloration est très variable (verte, brune ou noirâtre) mais dont les écailles fortement carénées, le rang vertébral élargi et l’œil de grande taille facilitent l’identification, ni de Toxicodryas blandingi qui présente lui aussi le rang vertébral élargi. On vérifiera aussi l’absence de sous-oculaires, car, sauf en zone saharienne, il s’agirait de Causus maculatus, dont la morsure n’est pas mortelle mais très douloureuse. Une fois ces vérifications faites, le serpent pourra être manipulé, notamment pour compter le nombre de rangs d’écailles dorsales, celui de ventrales et de sous-caudales, et vérifier les autres caractères utilisés dans les clés de détermination. On pourra ensuite le relâcher.

Conserver un serpent mort

40La répartition géographique précise de la plupart des espèces de serpents rencontrés en Afrique de l’Ouest reste encore très mal connue, ainsi que leur abondance relative dans différents milieux écologiques. De plus, il est probable que plusieurs espèces encore inconnues restent à découvrir. Ainsi, sur les 81 espèces traitées dans cet ouvrage, sept ont été découvertes depuis moins de dix ans. Ces découvertes reposent le plus souvent sur l’examen de séries importantes de spécimens : une particularité de l’écaillure qui était passée inaperçue ou considérée comme une anomalie rare au sein d’une espèce connue se révèle être le caractère distinctif d’une espèce non encore décrite. Par ailleurs, apprendre à reconnaître les différentes espèces de serpents est très facilité quand on a accès à des spécimens conservés en collection. Pour toutes ces raisons, il est toujours utile de conserver dans un récipient hermétiquement fermé contenant de l’alcool ou du formol un serpent qui a été tué. Le formol présente l’avantage d’être un excellent fixateur, permettant une conservation optimale de l’animal. On l’utilisera plus ou moins fortement dilué. Pour un volume du formol du commerce – qui est en général déjà dilué à 40 % – on ajoutera classiquement 9 volumes d’eau pour la conservation d’un seul spécimen dans un grand bocal. On ajoutera seulement 4 ou 5 volumes d’eau si beaucoup de spécimens doivent être fixés et conservés dans le même récipient (cas d’un bidon laissé de nombreux mois dans un village). Il est cependant souvent difficile de se procurer du formol et peu agréable d’examiner un spécimen ainsi conservé. Aussi, le plus souvent on utilisera de l’alcool à 70°, qui est disponible partout dans les dispensaires et les pharmacies, et qui convient parfaitement. On peut aussi utiliser l’alcool à brûler du commerce, de préférence en le diluant légèrement afin de ramener son taux d’alcool aux environs de 70°. Là encore, il faudra utiliser des dilutions plus faibles ou renouveler fréquemment l’alcool au début de la conservation si plusieurs spécimens doivent être conservés dans un même récipient. Sauf pour les petits spécimens, il est important de pratiquer plusieurs incisions dans l’abdomen du serpent afin de faciliter la pénétration du liquide. Dans le récipient, on introduira une étiquette cartonnée sur laquelle sera mentionné au crayon le nom de la localité de capture du serpent.

Capture d’un Rhamphiophis oxyrhynchus près de Simiri (Niger). De nombreuses espèces de serpents peuvent être saisies derrière la tête sans danger. Les espèces du genre Atractaspis constituent une exception redoutable : les maintenir ainsi derrière la tête occasionne systématiquement une piqûre du pouce ou de l’index, qui peut être mortelle, en raison de l’existence de deux longs crochets latéraux que ces serpents hautement venimeux font sortir vers l’arrière de la commissure de la bouche.

Capture d’un Rhamphiophis oxyrhynchus près de Simiri (Niger). De nombreuses espèces de serpents peuvent être saisies derrière la tête sans danger. Les espèces du genre Atractaspis constituent une exception redoutable : les maintenir ainsi derrière la tête occasionne systématiquement une piqûre du pouce ou de l’index, qui peut être mortelle, en raison de l’existence de deux longs crochets latéraux que ces serpents hautement venimeux font sortir vers l’arrière de la commissure de la bouche.

Tÿphlopidé (Typhlops lineolatus)

Tÿphlopidé (Typhlops lineolatus)

Écailles ventrales élargies (vue ventrale de Lycophidion albomaculatum’)

Écailles ventrales élargies (vue ventrale de Lycophidion albomaculatum’)

Leptotyphlopidé (Leptotyphlops albiventer)

Leptotyphlopidé (Leptotyphlops albiventer)

Boïdé (Python regius)

Boïdé (Python regius)

Clé de détermination des familles de serpents
A – Ressemble à un ver de terre, notamment les petits spécimens. Tête et queue peu distincts même chez les grands spécimens. Écailles ventrales et dorsales identiques. . Longueur comprise entre 3 cm et 66 cm ... Aller en B
– Aspect classique d’un serpent. Queue effilée facilement distinguable de la tête. Écailles ventrales élargies. Longueur comprise entre moins de 10 cm et plusieurs mètres ... Aller en C
B – 14 ou 16 rangs d’écailles transversales au milieu du corps. Queue moyenne à minuscule, le rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue compris entre 6 et 37 ... Famille des Leptotyphlopidés (clé page 43)
– De 20 à 34 rangs d’écailles transversales au milieu du corps. Queue minuscule, le rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue compris entre 28 et 69... Famille des Typhlopidés (clé page 40)
C – De 37 à 96 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... Famille des Boïdés (clé page 40)
– De 13 à 37 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... Aller en D
D – Présence d’un grand nombre de petites écailles sur le dessus de la tête, leur dimension et leur forme étant similaires à celles des écailles situées sur la nuque et le dos. En vue dorsale, de 6 à 20 écailles séparent les deux yeux ... Famille des Vipéridés (sauf genre Causas) (clé page 41)
– Écailles du dessus de la tête différenciées en plaques céphaliques dont la surface des plus grandes est au moins le triple de celle des écailles situées sur la nuque et le dos. En vue dorsale, 3 plaques séparent les deux yeux ... Aller en E
E – Présence d’une ou plusieurs loréales ... Aller en F
– Absence de loréale ... Aller en G
F – Moins de 27 sous-caudales avec présence de sous-oculaires ... Famille des Vipéridés, genre Causas (clé page 47)
– Plus de 30 sous-caudales ou absence de sous-oculaires ... Famille des Colubridés (sauf genre Dasypeltis) (clé page 43)
G -Écailles dorsales carénées ... Famille des Colubridés, genre Dasypeltis (clé page 43)
– Écailles dorsales lisses ... Aller en H
H – Une seule postoculaire ... Famille des Atractaspididés (clé page 45)
– Au moins deux postoculaires Famille des Élapidés (clé page 46)

Clé de détermination des Typhlopidés
1 – 20 rangs d’écailles transversales au milieu du corps. Dessus du corps uniformément noir ... Ramphotyphlops braminus (page 54)
– De 24 à 34 rangs d’écailles transversales au milieu du corps. Dessus du corps jamais uniformément noir ... 2
2 – De 24 à 28 rangs d’écailles transversales au milieu du corps. Rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue supérieur à 50 ... Typhlops lineolatus (page 56)
– De 30 à 34 rangs d’écailles transversales au milieu du corps. Rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue inférieur à 50 ... Typhlops punctatus (page 58)

Clé de détermination des Leptotyphlopidés
1 – Rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue supérieur à 18. De 14 à 16 rangs d’écailles transversales au milieu du corps ... 2
– Rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue inférieur à 18. Toujours 14 rangs d’écailles transversales au milieu du corps ... 3
2 – 16 rangs d’écailles transversales au milieu du corps. Plus de 400 écailles longitudinales. Museau pointu. Dessus du corps de couleur ocre ... Rhinoleptus koniagui (page 74)
– 14 rangs d’écailles transversales au milieu du corps. Moins de 300 écailles longitudinales. Museau arrondi. Dessus du corps brun foncé ... Leptotyphlops bicolor (page 66)
3 – Rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue inférieur à 9 ... 4
– Rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue supérieur à 9,5 ... 5
4 – Plus de 300 écailles longitudinales. Rapport entre la longueur totale et le diamètre du corps supérieur à 70 ... Leptotyphlops adleri (page 60)
– Moins de 230 écailles longitudinales. Rapport entre la longueur totale et le diamètre du corps inférieur à 60 ... Leptotyphlops albiventer (page 62)
5 – Moins de 380 écailles longitudinales. Rapport entre la longueur totale et le diamètre du corps compris entre 52 et 105. Museau arrondi ou proéminent, jamais crochu ... 6
– Plus de 450 écailles longitudinales. Rapport entre la longueur totale et le diamètre du corps compris entre 99 et 196. Museau crochu ... Leptotyphlops algeriensis (page 64)
6 – Plus de 287 écailles longitudinales. Dessus du corps rosâtre. Museau proéminent ... 7
– De 260 à 299 écailles longitudinales. Dessus du corps brun foncé. Museau arrondi ... Leptotyphlops rouxestevae (page 72)
7 – Moins de 320 écailles longitudinales. Rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue compris entre 10,2 et 13,9. Zone sahélo-soudanienne ... Leptotyphlops boueti (page 68)
– Plus de 325 écailles longitudinales. Rapport entre la longueur totale et la longueur de la queue compris entre 12,7 et 17,5. Sahara ... Leptotyphlops cairi (page 70)

Clé de détermination des Boïdés
1 – Écailles sous-caudales simples ... 2
– Écailles sous-caudales doubles (en totalité ou en majorité) ... 3
2 – De 9 à 12 écailles entre les yeux ... Gongylophis colubrinus (page 76)
– 5 écailles entre les yeux ... Gongylophis muelleri (page 78)
3 – 4 grandes fossettes sensorielles entre le museau et l’œil. De 51 à 63 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. De 191 à 207 ventrales. De 28 à 37 sous-caudales ... Python regius (page 80)
– 2 grandes fossettes sensorielles entre le museau et l’œil. De 81 à 96 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. De 265 à 294 ventrales. De 55 à 80 sous-caudales ... Python sebae (page 82)

Clé de détermination des Colubridés
1 – Écailles dorsales carénées ... 2
– Écailles dorsales lisses ... 12
2 – 15 à 19 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... 3
– 21 à 29 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... 8
3 – Moins de 205 ventrales ... 4
– Plus de 210 ventrales ... Mehelya crossi (page 128)
4 – Écailles dorsales droites ... 5
– Écailles dorsales obliques ... 7
5 – 15 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. Rang vertébral élargi ... 6
– 19 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. Rang vertébral non élargi ... Crotaphopeltis hotamboeia (page 88)
6 – Plus de 55 sous-caudales, ventrales lisses ... Gonionotophis granti (page 102)
– Moins de 50 sous-caudales, ventrales carénées ... Mehelya gabouensis (page 130)
7 – Rang vertébral élargi. Troisième et quatrième labiales supérieures en contact avec l’œil. 19 rangs d’écailles dorsales ... Dispholidus typus (page 96)
– Rang vertébral non élargi. Quatrième et cinquième labiales supérieures en contact avec l’œil. 15 rangs d’écailles dorsales ... Thrasops occidentalis (page 66)
8 – Moins de 160 ventrales ... Afronatrix anoscopus (page 84)
– Au moins 190 ventrales ... 9
9 – Écailles dorsales droites. Présence de plusieurs loréales et de sous-oculaires. De 10 à 13 labiales supérieures sans contact avec l’œil ... Spalerosophis cliffordi (page 160)
– Écailles dorsales obliques. Absence de loréale et de sous-oculaires.
7 labiales supérieures, la troisième et la quatrième en contact avec l’œil ... 10
10 – Coloration beige clair uniforme ou présence de taches sombres médianes et latérales alternées. Zone sahélienne et soudanienne ... 11
– Taches médianes et latérales alignées et très contrastées, toutes partiellement brun foncé et noir. Casamance et zone soudano-guinéenne ... Dasypeltis confusa (page 90)
11 – Coloration jamais uniformément beige clair. De 207 à 221 ventrales et de 56 à 67 sous-caudales chez les mâles (rapport LT/LQ ˂ 6,5), de 214 à 237 ventrales et de 45 à 57 sous-caudales chez les femelles (rapport LT/LQ ≥ 6,5) ... Dasypeltis sahelensis (page 94)
– Coloration soit uniformément beige clair, soit rosâtre avec des taches médianes et latérales brun-rouge. De 219 à 242 ventrales et de 66 à 86 sous-caudales chez les mâles (rapport LT/LQ ˂ 6,5), de 234 à 262 ventrales et de 59 à 73 sous-caudales chez les femelles (rapport LT/LQ ≥ 6,5) ... Dasypeltis gansi (page 92)
12 – 15 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... 13
– 17 à 33 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... 19
13 – Une seule internasale et une seule préfrontale ... 14
– Deux internasales et deux préfrontales ... 15
14 – De 136 à 151 ventrales et de 29 à 36 sous-caudales (mâles) ou de 153 à 168 ventrales et de 17 à 23 sous-caudales (femelles) ... Prosymna meleagris (page 144)
– De 149 à 165 ventrales et de 32 à 39 sous-caudales (mâles) ou de 166 à 187 ventrales et de 19 à 27 sous-caudales (femelles) ... Prosymna greigerti (page 142)
15 -Moinsde 152ventrales ... 16
– Plus de 155 ventrales ... 17
16 – Deux temporales antérieures. Plus de 100 sous-caudales quand la queue est intacte ... Grayia tholloni (page 106)
– Une seule temporale antérieure. De 60 à 80 sous-caudales quand la queue est intacte ... Natriciteres variegata (page 136)
17 – Écailles dorsales droites. Coloration brun clair avec des barres et lignes noires ... Dromophis praeornatus (page 100)
– Écailles dorsales obliques. Coloration verte ... 18
18 – De 187 à 209 ventrales. De 130 à 158 sous-caudales fortement carénées. Intérieur de la bouche clair. Une ou deux temporales antérieures ... Philothamnus semivariegatus (page 140)
– De 158 à 186 ventrales. De 93 à 137 sous-caudales non carénées. Intérieur de la bouche noir. Une seule temporale antérieure ... Philothamnus irregularis (page 138)
19 -17 ou 19 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... 20
– 21 à 33 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... 38
20 – Rostrale fortement développée et protubérante, anguleuse ou en forme de bec ou de bouclier ... 21
– Rostrale arrondie et non protubérante ... 23
21 – Rostrale protubérante en forme de bouclier. 19 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. De 33 à 47 sous-caudales. Sahara.... Lytorhynchus diadema (page 124) – Rostrale de forme différente. 17 ou 19 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... 22
22 – Rostrale anguleuse. Moins de 75 sous-caudales .. Malpolon moilensis (page 126) – Rostrale en forme de bec. Plus de 75 sous-caudales ... Rhamphiophis oxyrhynchus (page 158)
23 – Frontale traversée en son milieu par une ligne médiane claire partant du museau. Présence d’une large bande vertébrale claire ... Psammophis sudanensis leucoyaster (page 156)
– Frontale non traversée en son milieu par une ligne médiane claire partant du museau ... 24
24 – Une seule temporale antérieure ... 25
– Deux ou trois temporales antérieures ... 32
25 – Moins de 60 sous-caudales ... 26
– Plus de 60 sous-caudales ... 29
26 – 19 rangs d’écailles dorsales ... Crotaphopeltis hippocrepis (page 90)
– 17 rangs d’écailles dorsales ... 27
27 – Mentonnières antérieures deux fois plus longues que les postérieures ... Lycophidion irroratum (page 120)
– Mentonnières antérieures et postérieures sensiblement de même taille ... 28
28 – Coloration noire avec des bandes transversales blanches ... Lycophidion semicinctum (page 122)
– Coloration noire uniforme ou avec de grandes taches orangées ... Lycophidion albomaculatum (page 118)
29 – 19 rangs d’écailles dorsales (rarement 17) ... 30
– 17 rangs d’écailles dorsales ... 31
30 – Labiales supérieures claires bordées de noir. De 139 à 150 ventrales ... Natriciteres olivacea (page 134)
– Labiales supérieures sans bordure noire. De 165 à 190 ventrales ... Meizodon coronatus (page 132)
31 – Internasales de 2 à 3 fois plus courtes que les préfrontales. De 138 à 159 ventrales.
De 89 à 107 sous-caudales ... Dromophis lineatus (page 98)
– Internasales à peine plus courtes que les préfrontales. De 151 à 179 ventrales.
De 65 à 95 sous-caudales ... Hemirhayerrhis nototaenia (page 112)
32 – Écailles dorsales droites. Milieux aquatiques en zone soudanienne. ... Grayia smithi (page 108)
– Écailles dorsales obliques ... 33
33 – Pupille verticale. De 55 à 73 sous-caudales ... Telescopus variegatus (page 164)
– Pupille ronde. Au moins 90 sous-caudales ... 34
34 – Anale simple. Coloration dorsale brunâtre uniforme. Quatre labiales inférieures en contact avec les mentonnières antérieures. Basse Casamance ... Psammophis phillipsi (page 150)
– Anale divisée ... 35
35 – Plus de 184 ventrales ... 36
– Moins de 184 ventrales ... 37
36 – Plus de 140 sous-caudales. Zone soudano-sahélienne ... Psammophis elegans (page 148)
– Moins de 130 sous-caudales. Zone saharienne ... Psammophis aegyptius (page 146)
37 – Huit labiales supérieures, la quatrième et la cinquième en contact avec l’œil ... Psammophis sibilans (page 154)
– Neuf labiales supérieures, la cinquième et la sixième en contact avec l’œil. Zone saharienne ... Psammophis schokari (page 152)
38 – De 21 à 25 rangs d’écailles dorsales ... 39
– De 29 à 33 rangs d’écailles dorsales ... 41
39 -Pupille ronde. Écailles dorsales droites. De 83 à 117 sous-caudales. Zone saharienne ... Haemorrhois algirus (page 108)
– Pupille verticale. Écailles dorsales obliques ... 40
40 – De 205 à 230 ventrales. De 55 à 83 sous-caudales. Zone sahélienne et saharienne ... Télescopas tripolitanus (page 162)
– De 240 à 289 ventrales. De 120 à 147 sous-caudales. Casamance ... Toxicodryas blandingi (page 168)
41 – Pupille ronde. Deux ou trois temporales antérieures. De 75 à 90 sous-caudales ... Haemorrhois dorri (page 110)
– Pupille verticale. Une seule temporale antérieure. Moins de 73 sous-caudales ... 42
42 – Coloration dorsale noirâtre. Pas de ligne claire sur le côté de la tête ... Lamprophis fuliginosus (page 114)
– Coloration dorsale marron. Deux lignes claires sur le côté de la tête ... Lamprophis lineatus (page 116)

Clé de détermination des Atractaspididés
1 – De 15 à 17 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. Pas de temporale antérieure ... 2
– 19 à 35 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. Une ou deux temporales antérieures ... 4
2 – Pas de préoculaire. De 165 à 214 ventrales. De 19 à 41 sous-caudales ... Amblyodipsas unicolor (page 170)
– Une préoculaire. Moins de 178 ou plus de 218 ventrales. Moins de 22 ou plus de 40 sous-caudales ...3
3 – Sous-caudales simples. De 140 à 177 ventrales. De 41 à 65 sous-caudales.
Six labiales supérieures ... Aparallactus lunulatus nigrocollaris (page 172)
– Sous-caudales divisées. De 219 à 261 ventrales. De 11 à 21 sous-caudales.
Six ou sept labiales supérieures ... Polemon neuwiedi (page 184)
4 – De 19 à 21 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. De 244 à 300 ventrales ... Atractaspis aterrima (page 174)
– De 25 à 35 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. Moins de 252 ventrales ... 5
5 – Une seule grande temporale antérieure. Cinq labiales supérieures ... Atractaspis dahomeyensis (page 176)
– Deux temporales antérieures. Six labiales supérieures ... 6
6 – De 25 à 27 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. Sept gulaires en contact avec
les mentonnières ... Atractaspis micropholis (page 180)
– De 27 à 35 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. Cinq gulaires en contact avec les mentonnières ... 7
7 – De 198 à 218 ventrales. La troisième et la quatrième labiale supérieure largement en contact avec l’œil. Grande frontale, sa longueur de 3,2 à 4,2 fois plus grande que la jonction médiane des pariétales ... Atractaspis microlepidota (page 178)
– De 213 à 242 ventrales. La quatrième labiale supérieure seule en contact avec l’œil, ou parfois également contact ponctuel de la troisième labiale supérieure.
Petite frontale, sa longueur de 2,3 à 3,5 fois plus grande que la jonction médiane des pariétales ... Atractaspis watsoni (page 182)

Clé de détermination des Élapidés
1-13 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps ... 2
– 19 à 27 rangs d’écailles dorsales au milieu du corps. Plus de 40 sous-caudales ... 4
2 – Plus de 100 sous-caudales. Grand serpent vert... Dendroaspis viridis (page 188)
– Moins de 30 sous-caudales Coloration dorsale noirâtre avec souvent des anneaux clairs ... 3
3 – Six labiales supérieures. Abdomen sombre ... Elapsoidea trapei (page 192)
– Sept labiales supérieures. Abdomen clair ... Elapsoidea semiannulata moebiusi (page 190)
4 – Plus de 240 ventrales. Plus de 120 sous-caudales. Anale divisée ... Dendroaspis polylepis (page 186)
– Moins de 230 ventrales. Moins de 80 sous-caudales. Anale simple ... 5
5 – Labiales supérieures séparées de l’œil par des sous-oculaires Naja haje (page 194)
– Au moins une labiale supérieure en contact avec l’œil ... 6
6 – Écailles dorsales sur 19 rangs. Labiales supérieures postérieures claires bordées de noir ... Naja melanoleuca (page 198)
– Au moins 21 rangs d’écailles dorsales. Pas de rebord noir sur les labiales supérieures ... 7
7 – Moins de 188 ventrales. Coloration dorsale brun-rouge Naja katiensis (page 196)
– Plus de 188 ventrales ... 8
8 -Écailles dorsales sur 21 rangs (rarement 23). Tête et corps en majeure partie noirâtres ... Naja nigricollis (page 200)
– Écailles dorsales sur 23 à 27 rangs. Tête et corps en majeure partie brunâtres.
Une tache noire sous l’œil. Sahara nigérien Naja nubiae (page 202)

Clé de détermination des Vipéridés
1 – Présence d’un grand nombre de petites écailles sur le dessus de la tête, leur dimension et leur forme étant similaires à celles des écailles situées sur la nuque et le dessus du dos. En vue dorsale, de 6 à 20 écailles séparent les deux yeux ... 2
– Les écailles du dessus de la tête sont différenciées en forme de plaques céphaliques, la surface des plus grandes plaques étant au moins le triple de celle des écailles situées sur la nuque et le dessus du dos. En vue dorsale, 3 plaques séparent les deux yeux. Présence de sous-oculaires. Sous-caudales divisées ... Causas maculatus (page 206)
2 – Écailles sous-caudales simples ... 3
– Écailles sous-caudales divisées ... 4
3 – De 121 à 167 ventrales blanches à points sombres. De 17 à 30 sous-caudales. Moins de 26 sous-caudales chez les spécimens à plus de 157 ventrales ... Echis ocellatus (page 214)
– De 158 à 189 ventrales uniformément blanches. De 25 à 39 sous-caudales. Plus de 30 sous-caudales chez les spécimens à moins de 168 ventrales ... Echis leucogaster (page 212)
4 – De 99 à 128 ventrales. De 23 à 27 rangs d’écailles dorsales. De 16 à 26 sous-caudales. Jamais de cornes sur le dessus de la tête. Zones sablonneuses du Sahara uniquement ... Cerastes vipera (page 210)
– Plus de 129 ventrales. De 27 à 37 rangs d’écailles dorsales ... 5
5 – Sahara et zone sahélienne limitrophe. Habituellement deux grandes cornes sur le dessus de la tête. De 130 à 165 ventrales. De 25 à 42 sous-caudales. Écailles sur les flancs avec des carènes présentant de minuscules dents de scie ...
Cerastes cerastes (page 208)
– Zones soudanienne et sahélienne, milieux humides du Sahara. Jamais de corne sur le dessus de la tête. De 132 à 150 ventrales. De 15 à 30 sous-caudales. Carènes ne présentant jamais des dents de scie ... Bitis arietans (page 204)

Tableaux comparatifs des principales caractéristiques de l’écaillure

Tableaux comparatifs des principales caractéristiques de l’écaillure

Ces tableaux récapitulent les principales caractéristiques de l’écaillure de chaque espèce, cela afin de faciliter l’identification rapide d’un spécimen sans avoir recours aux clés de déterminations. La légende des abréviations utilisées est indiquée en fin de tableau.

Tableau comparatif des longueurs

Tableau comparatif des longueurs

Ce tableau indique la longueur maximale connue pour chaque espèce. Pour faciliter l’identification d’un serpent qui a été simplement aperçu, il est ainsi possible d’écarter les espèces dont la longueur maximum est inférieure. Il est à noter que la longueur d’un serpent est habituellement très inférieure au maximum connu pour son espèce.

Vipéridé (Echis leucogaster)

Vipéridé (Echis leucogaster)

Colubridé (Rhamphiophis oxyrhynchus)

Colubridé (Rhamphiophis oxyrhynchus)

Atractaspididé (Atractaspis ivatsoni)

Atractaspididé (Atractaspis ivatsoni)

Élapidé (Dendroaspis viridis)

Élapidé (Dendroaspis viridis)

Table des illustrations

Titre Grayia smithi. Rivière Diani, Guinée.
Crédits Photo : © J.-F. Trape
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Figure 1 Écaillure de la tête d’un Colubridé. F : Frontale ; G : Gulaire ; IN : Internasale ; L : Loréale ; LI : Labiale inférieure ; LS : Labiale supérieure ; M : Mentonnière ; N : Nasale ; P : Pariétale ; PF : Préfrontale ; PRO : Préoculaire ; PSO : Postoculaire ; R : Rostrale ; S : Symphysiale ; SO : Supraoculaire ; TA : Temporale antérieure ; TP : Temporale postérieure ; V : Ventrale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Figure 2 – Écaillure de la tête d’un Vipéridé.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3 – Écaillure de la tête d’un Boïdé.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4 Écaillure de la tête d’un Typhlopidé. F : Frontale ; L : Labiale ; N : Nasale ; O : Oculaire ; PO : Préoculaire ; R : Rostrale ; SO : Supraoculaire.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Figure 5 Écaillure de la tête d’un Leptotyphlopidé. F : Frontale ; IN : Infranasale ; IP : Interpariétale ; LA : Labiale antérieure ; LP : Labiale postérieure ; N : Nasale ; O : Oculaire ; OC : Occipitale ; P : Pariétale ; PF : Préfrontale ; R : Rostrale ; SO : Supraoculaire ; T : Temporale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure 6 Rangs dorsaux obliques, écailles dorsales lisses.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure 7 Rangs dorsaux droits, écailles dorsales carénées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 8 Écailles ventrales carénées, anale simple, sous-caudales divisées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Figure 9 Écailles ventrales lisses, anale divisée, sous-caudales simples.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Figure 10 Rang vertébral élargi et bicaréné, écailles dorsales carénées disposées sur 15 rangs droits.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure 11 Rang vertébral non élargi, écailles dorsales lisses diposées sur 19 rangs droits.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Capture d’un Rhamphiophis oxyrhynchus près de Simiri (Niger). De nombreuses espèces de serpents peuvent être saisies derrière la tête sans danger. Les espèces du genre Atractaspis constituent une exception redoutable : les maintenir ainsi derrière la tête occasionne systématiquement une piqûre du pouce ou de l’index, qui peut être mortelle, en raison de l’existence de deux longs crochets latéraux que ces serpents hautement venimeux font sortir vers l’arrière de la commissure de la bouche.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tÿphlopidé (Typhlops lineolatus)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Écailles ventrales élargies (vue ventrale de Lycophidion albomaculatum’)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Leptotyphlopidé (Leptotyphlops albiventer)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Titre Boïdé (Python regius)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableaux comparatifs des principales caractéristiques de l’écaillure
Légende Ces tableaux récapitulent les principales caractéristiques de l’écaillure de chaque espèce, cela afin de faciliter l’identification rapide d’un spécimen sans avoir recours aux clés de déterminations. La légende des abréviations utilisées est indiquée en fin de tableau.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Tableau comparatif des longueurs
Légende Ce tableau indique la longueur maximale connue pour chaque espèce. Pour faciliter l’identification d’un serpent qui a été simplement aperçu, il est ainsi possible d’écarter les espèces dont la longueur maximum est inférieure. Il est à noter que la longueur d’un serpent est habituellement très inférieure au maximum connu pour son espèce.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Vipéridé (Echis leucogaster)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Colubridé (Rhamphiophis oxyrhynchus)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Atractaspididé (Atractaspis ivatsoni)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Élapidé (Dendroaspis viridis)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37327/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search