Version classiqueVersion mobile

Guide des serpents d’Afrique occidentale

 | 
Jean-François Trape
, 
Youssouph Mané

Partie 2. Cadre géographique

Texte intégral

Monts Hombori, Mali.

Monts Hombori, Mali.

Photo : © J.-F. Trape

Relief

1Les six pays qui constituent l’Afrique de l’Ouest soudano-sahélienne et saharienne totalisent plus de 4 millions de kilomètres carrés. Malgré cette étendue considérable, l’altitude est presque toujours inférieure à 500 m et les principaux reliefs ne sont jamais très élevés. La colline la plus haute de Gambie n’atteint que 153 m. La plus grande partie du Sénégal est située à moins de 100 m au-dessus du niveau de la mer et le point culminant du pays, le mont Sambagalou, situé sur les contreforts du Fouta Djalon à la frontière de la Guinée, atteint seulement 581 m. En Mauritanie, le Kediet ej-jill, relief isolé près de Zouérate, culmine à 915 m. Une partie seulement des plateaux gréseux du Zemmour, de l’Adrar et du Tagant dépasse 500 m. Le Mali est formé majoritairement de plaines d’altitude inférieure à 350 m. La plus haute des buttes du Hombori atteint 1 155 m tandis que le plateau Mandingue, le plateau Dogon et l’Adrar des Ifoghas ont une altitude généralement comprise entre 400 m et 800 m. La majeure partie du Burkina Faso est constituée de plaines, entre 200 m et 400 m, les plateaux gréseux du sud-ouest du pays culminant à 749 m au pic de Nakourou. C’est au Niger, dans l’Aïr, que se trouvent les plus hauts sommets de l’Afrique de l’Ouest, avec notamment les monts Bagzane qui atteignent 2 020 m. Sauf dans l’Aïr et le nord-est du pays, l’altitude est habituellement inférieure à 500 m.

Climat et hydrographie

2Le climat est caractérisé par l’alternance d’une longue saison sèche, débutant en octobre ou en novembre et finissant entre mai et juillet selon les régions, et d’une saison des pluies dont la durée est d’autant plus courte que l’on remonte vers le nord. La pluviométrie annuelle moyenne varie ainsi selon un gradient nord-sud de moins de 50 mm dans le nord de la Mauritanie, du Mali et du Niger à environ 1 100- 1 300 mm dans le sud du Sénégal, du Mali et du Burkina Faso.

3Du fait de la persistance de la sécheresse depuis le début des années 1970, qui a occasionné une diminution de la pluviométrie moyenne de 15 % à 40 % selon les régions, il s’est produit une descente générale vers le sud des isohyètes. Cela a fortement affecté la disponibilité en eaux de surface : l’étendue des lacs, mares et marais permanents, comme le lac Tchad ou la mare d’Oursi, a considérablement régressé, l’importance et la durée de mise en eau des mares temporaires ont diminué et de nombreux cours d’eau saisonniers ne coulent plus qu’épisodiquement. Dans le cas du Burkina Faso, la création de milliers de petits barrages pour lutter contre les conséquences de la sécheresse a au contraire permis d’augmenter le nombre de collections d’eau permanentes.

4Trois fleuves principaux traversent les pays étudiés, tous ayant leur source dans le Fouta Djalon en Guinée : le fleuve Gambie qui traverse le sud-est du Sénégal puis toute la longueur de la Gambie, le fleuve Sénégal qui naît de la jonction du Bakoye et du Bafing dans l’ouest du Mali et sépare ensuite la Mauritanie du Sénégal, et le fleuve Niger qui présente un immense delta intérieur dans le centre du Mali avant d’atteindre les sables du Sahara puis orienter son cours vers l’ouest du Niger, descendre au sud vers le Nigeria et finalement se jeter dans le golfe de Guinée. Outre ces trois fleuves, quelques grands cours d’eau plus ou moins permanents traversent plusieurs régions du sud de ces pays, notamment la Volta Noire au Burkina Faso, le Baoulé au Mali et la Falémé entre le Sénégal et le Mali.

Pluviométrie annuelle moyenne pendant la période 1970-2000.

Pluviométrie annuelle moyenne pendant la période 1970-2000.

23° 00’ N, 12° 00’ W (Mauritanie)

23° 00’ N, 12° 00’ W (Mauritanie)

19° 01’ N, 01° 50’ E (Mali)

19° 01’ N, 01° 50’ E (Mali)

16° 26’ N, 10° 19’ W (Mauritanie)

16° 26’ N, 10° 19’ W (Mauritanie)

15° 28’ N, 16° 21’ W (Sénégal)

15° 28’ N, 16° 21’ W (Sénégal)

20° 15’ N, 13° 05’ W (Mauritanie)

20° 15’ N, 13° 05’ W (Mauritanie)

18° 55’ N, 08° 33’ E (Niger)

18° 55’ N, 08° 33’ E (Niger)

16° 04’ N, 03° 57’ W (Mali)

16° 04’ N, 03° 57’ W (Mali)

15° 14’ N, 01° 49’ W (Mali)

15° 14’ N, 01° 49’ W (Mali)

14° 00’ N, 00° 01’ W (Burkina Faso)

14° 00’ N, 00° 01’ W (Burkina Faso)

13° 23’ N, 16° 39’ W (Gambie)

13° 23’ N, 16° 39’ W (Gambie)

12° 53’ N, 11° 34’ W (Sénégal)

12° 53’ N, 11° 34’ W (Sénégal)

12° 22’ N, 12° 20’ W (Sénégal)

12° 22’ N, 12° 20’ W (Sénégal)

13° 56’ N, 10° 23’ E (Niger)

13° 56’ N, 10° 23’ E (Niger)

13° 10’ N, 10° 38’W (Mali)

13° 10’ N, 10° 38’W (Mali)

JL Z 30’ N, 02° 25’ E (Niger)

JL Z 30’ N, 02° 25’ E (Niger)

11° 14’ N, 07° 46’ W (Mali)

11° 14’ N, 07° 46’ W (Mali)

Végétation

5Du fait de l’absence de relief significatif et de l’importance du gradient pluviométrique nord-sud, la végétation naturelle de cette partie de l’Afrique de l’Ouest est distribuée en quatre grandes bandes parallèles est-ouest étagées en latitude selon l’importance de la pluviométrie. Au nord, le désert absolu occupe l’essentiel des régions où la pluviométrie est inférieure à 50 mm. Là où elle existe, la végétation est très discontinue, limitée à quelques plantes pérennes éparses quand la nature du sol le permet, et les oasis sont rares. Les pluies sporadiques permettent occasionnellement le développement d’une végétation éphémère.

6Dans les régions où la pluviométrie est comprise entre 50 mm et 200 mm, la végétation dominante dans les vastes zones sableuses est une steppe herbeuse semi-désertique. La densité des arbustes et buissons, qui est largement déterminée par les conditions locales, est habituellement très faible, à l’exception notable des lits des oueds. Les arbustes ne dépassent pas 5 m de hauteur et mesurent souvent moins de 2 m. Les principaux reliefs – Adrar mauritanien, Tagant, Adrar des Ifoghas, Aïr – restituent ou conservent une partie des précipitations reçues sous forme de petites sources ou de gueltas autour desquelles la végétation est souvent dense, en particulier quand la nappe phréatique est proche. Outre les palmiers plantés par l’homme, on peut y trouver de grands tamarix et acacias.

7Les régions où la pluviométrie est comprise entre 200 mm et 500 mm correspondent au cœur de la zone sahélienne. Les sols sont le plus souvent sablonneux et la végétation type est une formation herbeuse boisée, souvent à Acacia raddiana. Cet arbre buissonnant peut atteindre 8 m de haut dans la partie méridionale de son aire de répartition, mais ne dépasse guère 4 m ailleurs. C’est à cette espèce qu’appartenait l’arbre du Ténéré, le seul arbre au monde indiqué sur les cartes routières. La densité des arbres et arbustes est très variable, principalement en fonction des apports d’eau, de la nature du sol et de plus en plus de l’intervention de l’homme. La graminée dominante est Cenchrus biflorus, plus connue et redoutée sous le nom de « cram-cram ». On considère volontiers que là où le cram-cram s’arrête, vers le nord commence le Sahara, vers le sud commence la savane soudanienne.

8C’est dans les régions où la pluviométrie actuelle moyenne est comprise entre 500 mm et 1 000 mm que s’étendent la savane et la forêt claire soudanienne. Plus ou moins transformées depuis longtemps par l’action de l’homme et soumises chaque année aux feux de brousse, elles ont subi ces trente dernières années le double assaut de la sécheresse et d’une déforestation massive consécutive à l’explosion démographique de ces régions à forte potentialité agricole. Rares sont les espaces protégés qui correspondent encore à la description classique de la savane arborée ou de la forêt claire soudanienne aux grands arbres à cimes plus ou moins jointives. Les paysages dominants dans les zones cultivées évoquent de grands parcs arborés, les seuls arbres épargnés étant ceux considérés comme utiles, essentiellement ceux présentant une importance économique. Dans les zones moins densément peuplées où les jachères sont plus longues, c’est la forêt claire ou la savane buissonnante à différents stades de régénération qui prédomine. Les forêts classées, souvent mal protégées, et les parcs nationaux constituent les seules reliques de la belle végétation naturelle de ces régions.

9Dans le sud du Sénégal, du Mali et du Burkina Faso, la pluviométrie moyenne atteint 1 000 mm et dépassait encore récemment 1 300 mm. Ces régions appartiennent pour l’essentiel au domaine de transition soudano-guinéen. Les arbres sont surtout des espèces soudaniennes qui atteignent ici une grande taille, tandis que les espèces sahéliennes disparaissent totalement et que plusieurs espèces guinéennes commencent à apparaître. Les grandes forêts claires originelles de ces régions ont généralement disparu, remplacées par des cultures. Toutefois, il subsiste encore des zones plus ou moins préservées là où la pression démographique est moins forte, notamment en Casamance, malgré les coupes massives des charbonniers. Les rivières permanentes de ces régions sont bordées de forêts galeries dont les grands arbres permettent souvent un important développement des plantes qui recherchent l’ombre et l’humidité.

10C’est la basse Casamance, entre Ziguinchor et le cap Skirring, qui constitue la région la plus arrosée des six pays étudiés. Bien que la pluviométrie soit désormais inférieure à 1 500 mm et que la mangrove domine, l’influence guinéenne est nette dans les rares îlots forestiers préservés. Sur le plan faunistique, plusieurs espèces de serpents de la forêt dense guinéenne remontent jusque dans cette partie de la Casamance.

Table des illustrations

Titre Monts Hombori, Mali.
Crédits Photo : © J.-F. Trape
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Pluviométrie annuelle moyenne pendant la période 1970-2000.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre 23° 00’ N, 12° 00’ W (Mauritanie)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre 19° 01’ N, 01° 50’ E (Mali)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre 16° 26’ N, 10° 19’ W (Mauritanie)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 15° 28’ N, 16° 21’ W (Sénégal)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre 20° 15’ N, 13° 05’ W (Mauritanie)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre 18° 55’ N, 08° 33’ E (Niger)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 16° 04’ N, 03° 57’ W (Mali)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre 15° 14’ N, 01° 49’ W (Mali)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 14° 00’ N, 00° 01’ W (Burkina Faso)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre 13° 23’ N, 16° 39’ W (Gambie)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre 12° 53’ N, 11° 34’ W (Sénégal)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre 12° 22’ N, 12° 20’ W (Sénégal)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre 13° 56’ N, 10° 23’ E (Niger)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre 13° 10’ N, 10° 38’W (Mali)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre JL Z 30’ N, 02° 25’ E (Niger)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre 11° 14’ N, 07° 46’ W (Mali)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37322/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search