Version classiqueVersion mobile

Guide des serpents d’Afrique occidentale

 | 
Jean-François Trape
, 
Youssouph Mané

Partie 1. Les morsures de serpents

Texte intégral

Photo : © J.-F. Trape

Contexte général

1Sur les 81 espèces de serpents rencontrées dans la région considérée par ce guide, moins d’une vingtaine présentent un danger important pour l’homme. Les plus redoutables appartiennent à deux familles, les Vipéridés et les Élapidés, qui sont responsables de la presque totalité des envenimations mortelles. Les autres familles sont soit totalement inoffensives car ne mordant jamais (Typhlopidés et Leptotyphlopidés), soit rarement responsables d’accidents graves (Atractaspididés, Boïdés, Colubridés).

2En zone soudano-sahélienne, l’incidence des décès attribuables à des morsures de serpents varie en zone rurale d’environ 2 à 15 pour 100 000 personnes par an selon les régions. L’incidence des décès est au moins dix fois plus faible en zone urbaine et reste mal connue en zone saharienne. Le danger potentiel d’une morsure de serpent repose en premier lieu sur le risque d’inoculation de venin. Beaucoup de venins de serpents sont très actifs et potentiellement mortels pour l’homme. Toutefois, même en cas de morsure par une espèce non venimeuse, des complications septiques ne sont pas rares, en particulier si la plaie n’est pas désinfectée et si un emplâtre traditionnel est appliqué. Enfin, exceptionnellement, l’homme peut être la proie d’un python de grande taille.

3Beaucoup de morsures de serpents sont sans gravité, soit qu’elles aient été occasionnées par des espèces non ou peu venimeuses, soit qu’il n’y ait pas eu inoculation de venin. Même sans traitement, la majorité des morsures par des espèces hautement venimeuses n’occasionne pas la mort. Ainsi, dans le sud-est du Sénégal, le tiers des personnes âgées de plus de 48 ans a été mordu au moins une fois dans sa vie par un serpent. Les résultats des études les plus approfondies réalisées en Afrique soudano-sahélienne suggèrent qu’en moyenne seulement 2 % à 6 % des morsures de serpents occasionnent le décès de la victime.

Les morsures de Vipéridés

4Ce sont elles qui sont responsables du plus grand nombre de décès. Cinq espèces sont hautement dangereuses.

La vipère heurtante

5Bitis arietans présente une vaste répartition. Cette vipère de grande taille et de forme massive – son diamètre atteint celui du bras d’un homme adulte – possède des crochets venimeux dont la longueur peut dépasser 4 cm. Elle se déplace lentement et n’attire guère l’attention en raison de sa coloration dorsale aux motifs complexes qui constitue un bon camouflage au milieu des herbes sèches et des amas de feuilles mortes. C’est en lui marchant dessus que surviennent la plupart des accidents. L’espacement de plusieurs centimètres entre la marque des deux crochets permet d’identifier la morsure si elle est intervenue la nuit et qu’elle n’a pu être observée. Le décès peut survenir en quelques heures et les complications locales de la morsure sont souvent importantes.

Gouttes de venin à l’extrémité des crochets d’une Bitis arietans.

Gouttes de venin à l’extrémité des crochets d’une Bitis arietans.

Echis ocellatus. Cette petite vipère très abondante en zone de savane soudanienne est responsable d’un grand nombre de décès. Ici un spécimen de San (Mali).

Echis ocellatus. Cette petite vipère très abondante en zone de savane soudanienne est responsable d’un grand nombre de décès. Ici un spécimen de San (Mali).

L’échide ocellé

6Echis ocellatus est une petite vipère rencontrée dans le sud-est du Sénégal, dans la moitié sud du Mali, dans la presque totalité du Burkina Faso et dans le sud-ouest du Niger. Elle est souvent très abondante localement. Dans la journée, cette vipère reste cachée sous des pierres ou des débris végétaux. C’est en les soulevant que surviennent les cas de morsure. La nuit, elle sort de son abri et risque de mordre quand on marche à proximité sans la voir. En zone de savane soudanienne, elle est probablement responsable à elle seule de plus de décès que toutes les autres espèces de serpents réunies.

L’échide à ventre blanc

7Echis leucogaster remplace l’espèce précédente en zone sahélienne et dans les oasis du Sahara. De mœurs similaires, elle s’abrite pendant la journée sous les pierres, sous les amas végétaux ou dans les terriers de rongeurs. Comme avec l’espèce précédente et d’autres Vipéridés, il est fréquent que le décès survienne plusieurs jours après la morsure.

La vipère à cornes et la vipère des sables

8Cerastes cerastes et Cerastes vipera sont deux petites vipères sahariennes dont la première est rencontrée dans une grande diversité de milieux et la seconde est associée aux zones fortement sablonneuses. Elles hibernent généralement de décembre à février et sont surtout actives la nuit les autres mois de l’année. Elles se dissimulent souvent à proximité d’une touffe d’herbe ou d’un buisson où elles chassent leurs proies. La vipère des sables enfouit totalement son corps dans le sable et devient ainsi pratiquement indétectable. Pour ces deux espèces de petite taille, la plupart des morsures intéressent le pied ou la cheville et peuvent être évitées par le port de chaussures montantes. En cas de morsure, le risque de décès semble nettement plus faible qu’avec les espèces précédentes.

La vipère à cornes Cerastes cerastes est très commune dans la plupart des biotopes sahariens. Ce spécimen des environs de Zouérate était embusqué au pied d’un buisson.

La vipère à cornes Cerastes cerastes est très commune dans la plupart des biotopes sahariens. Ce spécimen des environs de Zouérate était embusqué au pied d’un buisson.

La vipère des sables, Cerastes vipera, est rencontrée en zone saharienne seulement dans les zones sablonneuses. Ce spécimen du Ténéré, en bordure de l’Aïr, était totalement enfoui dans le sable. C’est l’interruption de ses traces au pied d’un buisson qui a permis de le localiser.

La vipère des sables, Cerastes vipera, est rencontrée en zone saharienne seulement dans les zones sablonneuses. Ce spécimen du Ténéré, en bordure de l’Aïr, était totalement enfoui dans le sable. C’est l’interruption de ses traces au pied d’un buisson qui a permis de le localiser.

L’envenimation par morsure de vipéridés

9Elle provoque toujours d’importants signes locaux d’apparition très rapide. Chez certaines espèces peu venimeuses, comme Causus maculatus, seul un œdème, parfois très important, accompagnera la douleur. Chez les espèces les plus dangereuses, le tableau clinique, outre l’œdème et la douleur, est vite dominé par la double action hémorragique et nécrosante des enzymes et des toxines protéiques qui constituent le venin.

Le syndrome hémorragique

10Il résulte d’une part de l’altération diffuse de la paroi des vaisseaux sanguins, d’autre part de l’altération des mécanismes biochimiques qui permettent au sang de coaguler. On observe ainsi une persistance du saignement au point de morsure, des saignements des muqueuses – notamment des gencives et du nez – et des hémorragies internes. Outre la perte volumétrique, le sang est altéré dans sa capacité à assurer le transport de l’oxygène et l’épuration du gaz carbonique. La tension artérielle diminue, le pouls s’accélère puis devient faible et un état de choc s’installe progressivement. La mort peut survenir en quelques heures ou quelques jours, parfois plus d’une semaine après la morsure quand une insuffisance rénale s’installe progressivement et empêche l’épuration des substances toxiques issues de la destruction des cellules et des tissus. L’action nécrosante du venin est surtout locale. Dans un premier temps, c’est l’oedème qui domine. Il est souvent intense, dépassant en quelques heures une première puis une deuxième articulation et gagnant jusqu’à la racine du membre mordu. Des phlyctènes (cloques cutanées remplies de sérosités sanglantes) peuvent apparaître dès le premier jour près du site de la morsure et seront suivies d’une nécrose humide et suintante les jours suivants. Souvent associée à une gangrène, la nécrose aboutit à des pertes tissulaires parfois considérables qui pourront conduire – notamment dans le cas d’une morsure par Bitis arietans – à l’amputation d’une partie du membre mordu ou à des séquelles fonctionnelles particulièrement importantes.

Le diagnostic d’envenimation

11Le diagnostic d’envenimation vipérine est basé sur la rapidité et l’importance de l’oedème, l’intensité de la douleur, puis éventuellement l’apparition d’un syndrome hémorragique et d’un état de choc. Comme un délai de plusieurs jours entre la morsure et le décès est fréquent, notamment avec Echis ocellatus et Echis leucogaster, l’apparition de signes de gravité doit conduire à l’évacuation même tardive du malade vers la structure sanitaire la plus adaptée à la mise en route d’un traitement approprié, notamment des perfusions, une sérothérapie et si nécessaire une épuration extra-rénale.

Les morsures d’Élapidés

12Les Élapidés constituent une famille de serpents dont deux genres sont particulièrement redoutables dans la région considérée par cet ouvrage : les mambas et les najas.

Le mamba noir

13Dendroaspis polylepis est un serpent de très grande taille : les juvéniles dépassent rapidement 1,5 mètre et les adultes peuvent mesurer plus de 3 mètres. Contrairement à son nom, sa couleur n’est pas noire mais gris clair. Connu surtout du sud et de l’est du continent africain, c’est le plus rare des serpents venimeux des savanes d’Afrique de l’Ouest. Il chasse le jour et est extrêmement rapide. Du fait de sa vivacité et de sa grande taille, il est extrêmement dangereux d’essayer de le tuer ou de le capturer : le premier cas connu de morsure mortelle au Burkina Faso est survenu dans ces circonstances.

Le mamba vert Dendroaspis viridis est abondant dans les forêts de basse Casamance.

Le mamba vert Dendroaspis viridis est abondant dans les forêts de basse Casamance.

Attitude caractéristique d’un naja en position d’attaque. Ce Naja haje de grande taille a été capturé en savane dans les environs de Tahoua au Niger.

Attitude caractéristique d’un naja en position d’attaque. Ce Naja haje de grande taille a été capturé en savane dans les environs de Tahoua au Niger.

Le mamba vert

14Dendroaspis viridis est limité à quelques secteurs de Casamance et de Gambie. Il affectionne les grands arbres où il chasse pendant la journée. Très vif et volontiers emporté par son élan, il lui arrive de tomber sur le sol à quelques pas d’un piéton ou d’un cycliste, d’où sa réputation usurpée de serpent agressif. En fait, même pour les professions les plus exposées – récolteur de vin de palme par exemple –, les accidents dus à cette espèce sont rares dans la région considérée par cet ouvrage. Par ailleurs, du fait de l’abondance des couleuvres arboricoles vertes du genre Philothamnus, c’est bien souvent par erreur qu’on croit l’observer. Le meilleur caractère distinctif est la couleur jaune d’or avec une trame noire de sa

15queue. Sa morsure est souvent mortelle.

Le naja cracheur à cou noir

16Naja nigricollis est le plus remarquable des cinq espèces de najas (ou cobras) de la région couverte par cet ouvrage. Ce grand serpent est entièrement noir avec quelques écailles blanchâtres, roses ou rouge vif sur la partie antérieure de la face ventrale. Lorsqu’il est inquiété, il se dresse et fait face en aplatissant son cou en forme de coiffe. L’orifice du canal d’évacuation de ses glandes venimeuses étant situé sur le devant de ses deux dents antérieures en forme de crochet, il est capable de projeter son venin vers l’avant à plusieurs mètres de distance. Il vise les yeux de la personne qui lui fait face avec une précision étonnante. L’action du venin est fortement irritante pour les yeux et un lavage prolongé à l’eau suivi de l’application d’un collyre antiseptique est nécessaire pour éviter le risque d’altération de la cornée. Les cas de morsures ne sont pas rares et c’est probablement l’Élapidé le plus souvent responsable d’envenimations graves en zone de savane d’Afrique de l’Ouest.

Le naja cracheur de Kati

17Naja katiensis est un petit naja cracheur qui est resté longtemps confondu avec l’espèce précédente malgré sa description dès 1922 par Angel. Redécouvert par Roman en 1968, il reste encore assez mal connu bien qu’il soit souvent le plus abondant des Élapidés en zone de savane soudanienne. Sa couleur est habituellement brun rougeâtre, avec un collier noir plus ou moins nettement distinct. Son venin est très actif mais la fréquence et la gravité habituelle de sa morsure restent mal connues.

Le naja d’Égypte

18Naja haje possède une large distribution en Afrique. Il déploie sa coiffe pour faire face à un agresseur potentiel mais est incapable de projeter son venin à distance. C’est le naja favori des charmeurs de serpents. Sa morsure est très dangereuse et de nombreux cas mortels ont été rapportés. Au Sénégal, un charmeur de serpent bien connu du Sine-Saloum est ainsi décédé au début des années 1990 de la morsure d’un des spécimens qu’il gardait en captivité. On le reconnaît à sa grande taille et à sa coloration brunâtre ou jaunâtre. S’il est tué ou capturé, les petites écailles sous-oculaires qui séparent l’œil des labiales supérieures permettent de le distinguer de toutes les autres espèces de najas d’Afrique de l’Ouest.

Le naja noir et blanc

19Naja melanoleuca est étroitement associé, en zone de savane, aux rivières et plans d’eau permanents. Comme l’espèce précédente, il déploie sa coiffe mais est incapable de projeter son venin à distance. De couleur dominante noire, il est facilement identifiable aux larges parties blanches de la moitié antérieure de sa face ventrale, à ses labiales supérieures blanches bordées de noir et aux larges anneaux éclaircis qu’il présente habituellement sur sa face dorsale. Bien que sa morsure soit potentiellement mortelle et que plusieurs décès aient été rapportés, ce naja n’est pas agressif et il semble qu’assez fréquemment sa morsure ne soit pas accompagnée d’inoculation de venin.

Le naja cracheur de Nubie

20Naja nubiae est le plus récemment découvert (2003) des najas africains. Dans la région couverte par cet ouvrage, il semble limité au Sahara nigérien où il était jusqu’à présent confondu avec Naja nigricollis. Il n’existe pas de cas connu de morsure de l’homme par cette espèce, mais cela doit se produire occasionnellement. Le seul cas connu de projection de venin dans les yeux a été sans gravité.

L’envenimation par morsure d’Élapidé

21Cette envenimation est habituellement peu douloureuse et les signes locaux sont souvent absents ou mineurs. En quelques dizaines de minutes le tableau clinique est dominé par l’action neurologique paralysante du venin. Celui-ci bloque la transmission de l’influx nerveux au niveau des muscles, empêchant la commande musculaire. La paralysie progressive qui s’installe est d’abord très apparente au niveau des paupières qui ont tendance à tomber : c’est la ptôse palpébrale bilatérale. Plus tard, en deux à huit heures, la paralysie des muscles respiratoires aboutira à la mort. Les autres symptômes souvent rencontrés sont des picotements autour du point de morsure, des contractions intermittentes du membre mordu, une contracture de la bouche, des nausées et vomissements, des bourdonnements d’oreille, des points lumineux devant les yeux, une sensation de soif et de sécheresse des muqueuses, ou au contraire des larmoiements, une hypersalivation et une hypersudation. Le pouls s’accélère puis devient faible, un état de choc s’installe mais le cœur continuera longtemps à battre après l’arrêt respiratoire. Si le malade passe le cap de la première demi-journée, il guérira normalement sans séquelle. Dans le cas de Naja nigricollis, dont le venin est également nécrosant, des séquelles locales parfois importantes sont fréquentes.

Le diagnostic

22Le diagnostic d’envenimation par Élapidé est basé sur la discrétion des signes locaux contrastant avec la rapidité d’installation de signes généraux neurologiques et tout particulièrement l’apparition d’une ptôse palpébrale et de difficultés respiratoires. L’urgence est de permettre l’accès très rapide à une réanimation respiratoire, qui est seule capable d’éviter la mort par asphyxie si un sérum antivenimeux n’est pas disponible. Un bouche-à-bouche pendant l’évacuation vers une structure hospitalière disposant d’oxygène peut permettre de sauver la vie de la victime.

Le long crochet latéral de Atractaspis aterrima.

Le long crochet latéral de Atractaspis aterrima.

Les morsures d’Atractaspididés, de Colubridés et de Boïdés

Les Atractaspididés

23Ils constituent une famille de serpents fouisseurs longtemps rattachée aux Colubridés. À l’intérieur de cette famille, seules les espèces du genre Atractaspis présentent un danger pour l’homme. Elles possèdent un très long crochet venimeux implanté à l’avant de la bouche et dirigé vers l’arrière. Du fait de la longueur de ce crochet, les Atractaspis sont incapables d’inoculer leur venin directement par morsure. En revanche, ils peuvent piquer latéralement par torsion et mouvement latéral de la tête, un de leurs deux crochets faisant alors saillie au niveau de la commissure de la bouche. Ce type de piqûre intervient parfois quand ce serpent est surpris, par exemple lors du déplacement d’un objet posé sur le sol. Surtout, il risque de se produire quand on manipule l’animal. Les Atractaspis sont ainsi les seuls serpents qu’il ne faut jamais tenir par l’arrière de la tête, car ils n’ont aucune difficulté à piquer latéralement le pouce ou le doigt qui les maintiennent. Leur venin, proche de celui des Vipéridés, est très nécrosant et le risque est grand de perdre le doigt piqué. Le risque de décès est faible mais possible.

Les Colubridés

24Ils constituent une famille de serpents dont plusieurs genres possèdent des glandes venimeuses et des dents canaliculées, situées à l’arrière du maxillaire, susceptibles d’inoculer le venin (Colubridés opisthoglyphes). Théoriquement dangereuse en cas de morsure impliquant ces dents postérieures, la morsure de colubridé opisthoglyphe est en pratique toujours bénigne, à l’exception de celle occasionnée par deux espèces : Dispholidus typus et, dans une moindre mesure, Toxicodryas blandingi. Dans le cas de Dispholidus typus, dont les dents venimeuses postérieures sont très avancées, la probabilité d’inoculation de venin est importante. Le venin est hémotoxique et présente un risque élevé d’évolution fatale. Dans le cas de Toxicodryas blandingi, la grande taille de ce serpent augmente le risque de morsure profonde. Son venin est neurotoxique avec risque de collapsus cardio-vasculaire.

La plupart des Colubridés sont sans danger pour l’homme même lorsqu’ils possèdent des glandes venimeuses. La principale exception est Dispholidus typus dont la morsure peut être mortelle.

La plupart des Colubridés sont sans danger pour l’homme même lorsqu’ils possèdent des glandes venimeuses. La principale exception est Dispholidus typus dont la morsure peut être mortelle.

La morsure des Boïdés n’est pas venimeuse mais un python de Séba de grande taille peut infliger de graves blessures s’il est menacé.

La morsure des Boïdés n’est pas venimeuse mais un python de Séba de grande taille peut infliger de graves blessures s’il est menacé.

Les Leptotyphlopidés, qui sont bien connus des populations rurales, sont toujours très craints malgré leur petite taille. Ils sont totalement inoffensifs.

Les Leptotyphlopidés, qui sont bien connus des populations rurales, sont toujours très craints malgré leur petite taille. Ils sont totalement inoffensifs.

Les Boïdés

25Ces serpents ne présentent pas de dents venimeuses. Menacés, ils sont rarement agressifs, sauf le python de Séba qui présente en outre la particularité d’être le seul serpent africain susceptible – exceptionnellement – d’attaquer un enfant, voire un adulte, pour se nourrir.

Conduite à tenir devant une morsure de serpent

26Toute morsure animale, même non venimeuse, peut être fatale pour l’homme si la plaie n’est pas désinfectée et sert de porte d’entrée à une infection. En cas de morsure de serpent, ce risque est d’autant plus grand que la cavité buccale est souvent riche en germes infectieux, dont ceux responsables de gangrène, et que les traitements traditionnels appliqués sur le siège de la morsure constituent volontiers une source supplémentaire de contamination. Par ailleurs, un garrot trop serré laissé en place de nombreuses heures est capable de provoquer une ischémie redoutable qui nécessitera l’amputation du membre mordu même si le serpent responsable de la morsure n’est pas venimeux.

Quelques principes simples doivent guider la conduite à tenir en cas de morsure

271. Garder à l’esprit que la proportion de morsures mortelles est faible. Même en cas de morsure par une espèce hautement venimeuse, la probabilité de guérir sans traitement reste plus grande que celle de mourir. Beaucoup de paramètres imprévisibles ou encore mal compris entrent dans la gravité d’une morsure de serpent. En particulier, pour une même espèce, la quantité de venin inoculée varie considérablement d’un serpent à l’autre.

282. Chaque fois que possible, chercher à identifier le serpent responsable de la morsure : le retrouver s’il a été tué ou si la végétation n’est pas trop dense, obtenir de la victime une description la plus précise possible du serpent et des circonstances de la morsure, examiner attentivement la trace de la morsure et notamment l’espacement entre les dents.

293. S’il existe une certitude ou une suspicion de morsure par Echis, Bitis, Cerastes, Naja, Dendroaspis, Atractaspis ou Dispholidus, mettre en place un bandage compressif léger de l’ensemble du membre mordu laissant apparaître le siège de la morsure. A défaut de bande de crêpe ou de tissu disponible, utiliser des vêtements. Ensuite, immobiliser avec une attelle le membre mordu et désinfecter la plaie avec un antiseptique, de l’alcool ou du savon.

304. Évacuer le blessé en véhicule ou en charrette vers la meilleure structure sanitaire joignable rapidement. Pendant cette évacuation, on peut utiliser les petits moyens classiques visant à réduire localement la quantité de venin : pierre noire de préférence, éventuellement aspiration instrumentale (Aspivenin®, Extractor®, Venom-Ex®) ou succion de la plaie. Il est déconseillé de pratiquer une incision. Si une paralysie respiratoire s’installe pendant l’évacuation, entreprendre un bouche-à-bouche. Si un œdème trop important survient, il faudra progressivement desserrer le bandage compressif au niveau de l’œdème.

315. À l’arrivée dans cette structure sanitaire, faire un bilan clinique précis de l’état du blessé et organiser la suite de sa prise en charge.

Le bilan clinique

32Celui-ci visera d’une part à confirmer ou à infirmer l’envenimation et d’autre part à rechercher des signes de gravité. Il comportera au moins quatre gestes clés : (a) la recherche d’un œdème local extensif par examen visuel du site de la morsure ; (b) la recherche d’une hypotension ou d’un état de choc par la prise de la tension artérielle ; (c) la recherche d’un début de paralysie par l’examen des paupières et en faisant souffler la victime ; (d) la recherche d’un syndrome hémorragique par l’examen des gencives et de la salive.

33La suite de la prise en charge sera fonction de la présence ou de l’absence de signes d’envenimation et de gravité, et des délais prévisibles pour l’accès à des transfusions, à une réanimation respiratoire et à un sérum antivenimeux.

341. Si l’examen clinique est normal (œdème léger et stabilisé, tension artérielle supérieure à 11, pas de saignement, pas de troubles neurologiques), on complétera cet examen par la réalisation d’un test de coagulation sur tube sec (résultat normal : temps de coagulation inférieur à 30 minutes) et on mettra en observation le blessé pendant une douzaine d’heures.

352. Une menace d’état de choc (tension artérielle inférieure à 9) et un syndrome hémorragique doivent conduire à placer immédiatement une perfusion, ce qui est généralement possible dans beaucoup de dispensaires de brousse.

363. Un début de paralysie respiratoire peut longtemps être compensé par un bouche-à-bouche, ceci en attendant qu’une intubation avec oxygénothérapie soit possible.

374. Un syndrome hémorragique nécessite une prise en charge rapide. De plus, il est souvent accompagné de complications tardives, après plusieurs jours, qui sont du ressort d’un service de réanimation équipé, notamment en cas d’insuffisance rénale secondaire.

385. Dans beaucoup de cas d’envenimation grave (tension artérielle inférieure à 7, saignements diffus ou installation rapide d’une paralysie respiratoire), la seule chance de survie de la victime est l’injection intraveineuse d’une quantité souvent importante de sérum antivenimeux (jusqu’à 120 ml peuvent être nécessaires).

396. L’organisation de la prise en charge d’une morsure de serpent est désormais facilitée par le développement des communications (télé-centres dans de nombreux villages, réseau de téléphonie portable couvrant un nombre croissant de localités et d’axes routiers, apparition des téléphones satellites). Il est essentiel de prendre contact le plus rapidement possible avec la structure sanitaire vers laquelle on évacue la victime.

Le sérum antivenimeux

40Trop peu de personnes peuvent y avoir accès en Afrique. Pendant longtemps le sérum antivenimeux polyvalent IPSER Afrique produit par Pasteur Vaccins a été la référence pour le traitement des envenimations en Afrique tropicale. Malgré des problèmes de conservation à la chaleur et un risque limité de réactions allergiques, il a rendu d’immenses services. Ce sérum a malheureusement été retiré du commerce à la fin des années 1990 par Avantis Pasteur et aucun sérum équivalent à coût comparable n’est actuellement disponible dans les pays concernés par cet ouvrage.

41Le nouveau sérum Favafrique® du même laboratoire est constitué de fragments purifiés d’immunoglobulines équines antivenimeuses de dix serpents africains, dont les huit les plus dangereux des savanes d’Afrique de l’Ouest : Echis ocellatus, Echis leucogaster, Bitis arietans, Naja haje, Naja melanoleuca, Naja nigricollis, Dendroaspis polylepis et Dendroaspis viridis. Sa purification par chauffage et chromatographie supprime pratiquement tout risque infectieux secondaire, mais son coût est prohibitif pour les populations qui en ont le plus besoin : 65 000 CFA (99 €) l’ampoule de 10 ml, soit 390 000 CFA (595 €) le coût minimum du traitement d’une envenimation grave (au moins 60 ml répartis en trois injections intraveineuses lentes de 20 ml). La durée de conservation est de 3 ans à une température comprise entre 2 °C et 8 °C. Du fait de son prix bien trop élevé (12 fois supérieur à celui de l’ancien IPSER Afrique), Favafrique® est très peu distribué en Afrique et est presque toujours introuvable dans les pharmacies, les dispensaires et les hôpitaux. Connaître sa disponibilité auprès du fabricant relève du parcours du combattant. Il est conseillé de contacter le représentant d’Aventis Pasteur à Dakar (tél. : 00 221 822 83 12, 00 221 638 10 46 ou 00 221 839 92 00), la Cophase à Dakar (tél. : 00 221 849 32 80) la DEP ou Laborex à Bamako (tél. : 00 223 673 68 11, 00 229 07 90), la Cophadis à Ouagadougou (tél : 00 226 50 43 54 98) et la Copharni à Niamey (tél : 00 227 97 70 91).

42Avantis Pasteur n’ayant pas demandé d’autorisation de mise sur le marché hors d’Afrique, il est impossible de se procurer ce sérum en France ou ailleurs en Europe. Il n’est pas immédiatement disponible non plus dans les centres antipoisons : en cas de rapatriement sanitaire, les délais d’obtention d’une Autorisation temporaire d’utilisation (ATU) impliquent que ce sérum risque d’être obtenu trop tard. Il en est de même de Favirept®, du même fabricant, qui est adapté aux régions sahariennes (sérum polyvalent contre les morsures de Bitis arietans, Echis leucogaster, Naja haje, Naja nigricollis, Cerastes cerastes et Macrovipera deserti).

43Face à des pratiques commerciales éthiquement inacceptables, il est urgent que soit trouvée une solution permettant de nouveau l’accès des populations d’Afrique de l’Ouest à une sérothérapie antivenimeuse. En collaboration avec l’IRD, un laboratoire mexicain a récemment débuté le développement d’un nouveau sérum destiné à l’Afrique subsaharienne. Il pourrait être assez rapidement disponible.

Traitement d’une morsure de serpent dans le Tagant (Mauritanie). Un emplâtre de bouse de vache recouvre la jambe de la victime afin de lutter contre l’œdème. À l’emplacement de la morsure, qui est situé derrière le talon, la pierre noire est appliquée pour aspirer le venin. L’accident s’est produit à l’intérieur de la tente de la victime, la veille de la prise de cette photographie, en soulevant une natte sous laquelle était dissimulé un Echis leucogaster de taille adulte qui a été tué et conservé. Toute la nuit les proches ont veillé la jeune femme, l’obligeant à parler dans le but de l’empêcher de perdre conscience. Elle a survécu à la morsure.

Traitement d’une morsure de serpent dans le Tagant (Mauritanie). Un emplâtre de bouse de vache recouvre la jambe de la victime afin de lutter contre l’œdème. À l’emplacement de la morsure, qui est situé derrière le talon, la pierre noire est appliquée pour aspirer le venin. L’accident s’est produit à l’intérieur de la tente de la victime, la veille de la prise de cette photographie, en soulevant une natte sous laquelle était dissimulé un Echis leucogaster de taille adulte qui a été tué et conservé. Toute la nuit les proches ont veillé la jeune femme, l’obligeant à parler dans le but de l’empêcher de perdre conscience. Elle a survécu à la morsure.

Malpolon moilensis. Environs d’Ayoûn el Atroûs (Mauritanie).

Table des illustrations

Crédits Photo : © J.-F. Trape
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Gouttes de venin à l’extrémité des crochets d’une Bitis arietans.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Echis ocellatus. Cette petite vipère très abondante en zone de savane soudanienne est responsable d’un grand nombre de décès. Ici un spécimen de San (Mali).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre La vipère à cornes Cerastes cerastes est très commune dans la plupart des biotopes sahariens. Ce spécimen des environs de Zouérate était embusqué au pied d’un buisson.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre La vipère des sables, Cerastes vipera, est rencontrée en zone saharienne seulement dans les zones sablonneuses. Ce spécimen du Ténéré, en bordure de l’Aïr, était totalement enfoui dans le sable. C’est l’interruption de ses traces au pied d’un buisson qui a permis de le localiser.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Le mamba vert Dendroaspis viridis est abondant dans les forêts de basse Casamance.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Attitude caractéristique d’un naja en position d’attaque. Ce Naja haje de grande taille a été capturé en savane dans les environs de Tahoua au Niger.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Le long crochet latéral de Atractaspis aterrima.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre La plupart des Colubridés sont sans danger pour l’homme même lorsqu’ils possèdent des glandes venimeuses. La principale exception est Dispholidus typus dont la morsure peut être mortelle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre La morsure des Boïdés n’est pas venimeuse mais un python de Séba de grande taille peut infliger de graves blessures s’il est menacé.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Les Leptotyphlopidés, qui sont bien connus des populations rurales, sont toujours très craints malgré leur petite taille. Ils sont totalement inoffensifs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Traitement d’une morsure de serpent dans le Tagant (Mauritanie). Un emplâtre de bouse de vache recouvre la jambe de la victime afin de lutter contre l’œdème. À l’emplacement de la morsure, qui est situé derrière le talon, la pierre noire est appliquée pour aspirer le venin. L’accident s’est produit à l’intérieur de la tente de la victime, la veille de la prise de cette photographie, en soulevant une natte sous laquelle était dissimulé un Echis leucogaster de taille adulte qui a été tué et conservé. Toute la nuit les proches ont veillé la jeune femme, l’obligeant à parler dans le but de l’empêcher de perdre conscience. Elle a survécu à la morsure.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37317/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search