Version classiqueVersion mobile

Guide des serpents d’Afrique occidentale

 | 
Jean-François Trape
, 
Youssouph Mané

Introduction

Texte intégral

Espèces retenues

1Toutes les espèces dont nous considérons que la présence est actuellement établie au Sénégal, en Gambie, en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso et au Niger sont présentées et illustrées dans cet ouvrage. Au total, 81 espèces sont retenues. Par rapport à l’ouvrage le plus récent traitant des serpents de cette région de l’Afrique (Chippaux, 2001), 20 espèces supplémentaires sont présentées. Il s’agit de trois espèces de Typhlopidés, huit espèces de Leptotyphlopidés, sept espèces de Colubridés, une espèce d’Atractaspididé et une espèce d’Élapidé. Les Typhlopidés et les Leptotyphlopidés étaient exclus du travail de Jean-Philippe Chippaux et seulement trois des huit espèces de Leptotyphlopidés étaient précédemment mentionnées dans celui de A. Villiers (1975) sur les serpents de l’Ouest africain.

2Les espèces suivantes sont nouvellement inclues dans la région traitée par ce livre :

  • Leptotyphlops adleri Hahn et Wallach, 1998, espèce décrite du Tchad, que nous avons retrouvée au Sénégal (Trape, 2002) et au Burkina Faso (Trape, 2005).
  • Leptotyphlops albiventer Hallermann et Rödel, 1995, espèce décrite de Côte d’Ivoire, que nous avons retrouvée au Mali (Trape et Mané, en préparation).
  • Leptotyphlops algeriensis (Jacquet, 1896), espèce décrite d’Algérie puis placée à tort dans la synonymie de Leptotyphlops macrorhynchus. Nous l’avons rétablie comme espèce valide et retrouvée au Niger (Trape, 2002) et en Mauritanie (Trape et Mané, en préparation).
  • Leptotyphlops cairi (Duméril et Bibron, 1844). Ainsi qu’indiqué précédemment (Trape, 2002), nous attribuons à cette espèce décrite d’Égypte la série de spécimens de Bilma à partir de laquelle Angel (1936) avait décrit la sous-espèce Leptotyphlops macrorhynchus bilmaensis.
  • Leptotyphlops rouxestevae Trape et Mané, 2004, que nous venons de décrire du Sénégal et de retrouver au Mali (Trape et Mané, en préparation).
  • Dasypeltis sahelensis Trape et Mané, 2006, espèce largement répandue en zone sahélienne qui était confondue avec D. scabra.
  • Dasypeltis conjusa Trape et Mané, 2006, espèce de savane boisée guinéenne qui était également confondue avec D. scabra.
  • Dasypeltis gansi Trape et Mané, 2006, espèce de savane soudanienne qui était confondue avec D. fasciata.
  • Mehelya gabouensis Trape et Mané, 2005, que nous venons de décrire de haute Casamance.
  • Prosymna greigerti Mocquard, 1906, qui est rétablie comme espèce à part entière avec deux sous-espèces dans la région considérée : Prosymna g. greigerti de la Casamance au sud-ouest du Burkina Faso et Prosymna g. collaris Sternfeld, 1908, également rétablie, qui est largement répandue dans la majeure partie du Burkina Faso ainsi que dans les régions sahéliennes du Sénégal, du Mali et du Niger (Chirio, Ineich et Trape, en préparation) .
  • Psammophis sudanensis leucogaster Spawls, 1983. Nous suivons Hughes (1999) pour rapprocher de P. sudanensis Werner, 1919, le type de Psammophis leucogaster qui est de Wa au Ghana. Toutefois, l’examen d’une série de spécimens du Sénégal, du Burkina Faso et du Niger (Trape 2005 ; Trape et Mané, en préparation) montre des différences avec les populations d’Afrique de l’Est qui nous semblent justifier, au moins provisoirement, d’attribuer un statut de sous-espèce aux populations d’Afrique de l’Ouest.
  • Psammophis aegyptius Marx, 1958, espèce décrite d’Égypte. Nous attribuons à cette espèce le spécimen d’Agadez (Niger) n° 47-4- 45 de la collection de l’Ifan, que Villiers (1950 a, 1950 b) avait attribué à Psammophis schokari, ainsi que trois autres spécimens du Niger (Trape et Mané, en préparation).
  • Atractaspis watsoni Boulenger, 1908, espèce décrite du Nigeria puis placée à tort dans la synonymie de Atractaspis microlepidota. L’examen de plus de 150 spécimens de divers pays d’Afrique de ce complexe d’espèces nous a conduit à rétablir Atractaspis watsoni comme espèce valide et à restreindre à la partie la plus occidentale de l’Afrique de l’Ouest l’aire de répartition connue de Atractaspis microlepidota (Trape et al., 2006).
  • Naja nubiae Wüster et Broadley, 2003. Nous suivons ces auteurs pour attribuer à cette espèce nouvellement décrite du nord-est de l’Afrique les deux spécimens de l’Aïr (Niger) Ifan n° 47-4-41 et 42 que Villiers (1950 a, 1950 b) avait attribués à Naja nigricollis et Hughes (1983) à Najapallida.

3Deux sous-espèces en cours de description sont également nouvellement reconnues :

  • Philothamnus semivariegatus ssp., dont la distribution s’étend du Sénégal au Cameroun.
  • Naja haje ssp., qui est présent au Sénégal, au Mali, au Burkina Faso et au Niger.

Espèces non retenues

4Quinze espèces précédemment mentionnées dans les pays couverts par cet ouvrage ne sont pas traitées car nous considérons leur statut ou leur présence comme incertains :

  • Aparallactus modestus (Günther, 1859) est indiqué par erreur de deux localités du Burkina Faso sur la carte de distribution de Chippaux (2001). Il s’agit d’une confusion avec Aparallactus lunulatus nigrocollaris Chabanaud, 1916, à la suite d’une erreur de détermination de Roman (1984).
  • Chamaelycusfasciatus (Günther, 1858) a été signalé de Casamance par Condamin et Villiers (1962) à partir d’un seul spécimen que nous attribuons à Lycophidion albomaculatum.
  • Dasypeltis fasciata Smith, 1849, est une espèce strictement forestière qui était confondue en zone de savane avec D. gansi.
  • Dasypeltis scabra (Linné, 1758) est absent d’Afrique de l’Ouest où il était confondu avec D. confusa et D. sahelensis.
  • Echis jogeri Cherlin, 1990, est une espèce décrite de Tombouctou (Mali) dont le type nous semble avoir été transporté accidentellement. Ce nom pourrait s’appliquer aux populations du Sénégal et de l’ouest du Mali à faible nombre de ventrales que nous continuons de rattacher à Echis ocellatus du fait de l’existence d’un cline ouest-est dans le nombre de ventrales de cette espèce. Des analyses génétiques en cours devraient clarifier le statut de ce taxon. – Hapsidophrys smaragdina (Schlegel, 1837) est considéré comme fréquent dans la petite forêt galerie d’Abuko en Gambie par Hakansson (1981) et par Gruschwitz et al. (1991) à partir d’observations visuelles. Cette présence n’a pas été confirmée par la suite (Barnett et al. 2001) et n’est pas étayée par des spécimens de collection. Nous pensons qu’il s’agit probablement d’une confusion avec Philothamnus irregularis et P. semivariegatus.
  • Lamprophis virgatus (Hallowell, 1856) est mentionné de Fajara en Gambie par Hakansson (1981) à partir d’un spécimen dont la détermination nous semble incertaine et qui n’a pas été conservé en collection.
  • Leptotyphlops natatrix Andersson, 1937, a été décrit sur un seul spécimen de Mac Carthy Island en Gambie. Capturé en train de nager, il présentait la particularité remarquable de posséder une queue aplatie à la façon des serpents marins. Le type, qui est en mauvais état et dont la description était inexacte, a été réexaminé par Wallach (2003) qui le rapproche d’une série d’espèces proches de L. macrorhynchus. Il est actuellement impossible de se prononcer sur le statut de ce taxon.
  • Lycophidion taylori Broadley et Hughes, 1993, est une espèce d’Afrique de l’Est dont la présence en Afrique de l’Ouest est basée sur un seul spécimen dont l’origine présumée est les environs de Kaffrine au Sénégal. D’autres collectes nous semblent nécessaires pour confirmer la présence de cette espèce en Afrique de l’Ouest.
  • Natriciteres fuliginoides (Günther, 1858) a été mentionné du Burkina Faso par Roman (1980) à partir d’un seul spécimen que nous attribuons a Natriciteres olivacea.
  • Philothamnus angolensis Bocage, 1882, est une espèce d’Afrique centrale dont deux spécimens de collection sont enregistrés comme provenant du Sénégal (Hughes, 1983). Cette espèce n’est pas représentée dans notre collection du Sénégal et n’est pas signalée dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. Une erreur de provenance nous semble probable.
  • Psammophis rukwae Broadley, 1966, est une espèce décrite de Tanzanie. Sans argument convaincant, ce nom a successivement été utilisé pour nommer les spécimens d’Afrique de l’Ouest désormais attribués a Psammophis sudanensis leucogaster puis pour désigner ceux jusqu’alors rattachés à Psammophis sibilans. Nous suivons Villiers (1975) et Hughes (1999) pour continuer à désigner sous l’appellation de Psammophis sibilans le plus abondant des serpents des savanes d’Afrique de l’Ouest malgré l’incertitude qui persiste sur sa répartition géographique, le type étant originaire d’Égypte. Des analyses génétiques devraient pouvoir à l’avenir clarifier définitivement le statut des populations ouest-africaines.
  • Rhamphiophis maradiensis Chirio et Ineich, 1991, est une espèce décrite du Niger. Le matériel nouveau que nous avons collecté dans ce pays nous conduit à la considérer comme synonyme de Malpolon moilensis.
  • Telescopus obtusus (Reuss, 1834), dont le type provient d’Égypte, a plusieurs fois été signalé en Afrique de l’Ouest soudano-sahélienne et saharienne. Toutefois, tous les spécimens que nous avons examinés ou dont le compte d’écailles a été publié possèdent moins de 230 ventrales, ce qui nous conduit à suivre Roman (1977) qui les rattache à Telescopus tripolitanus (Werner, 1909). Les spécimens d’Afrique de l’Ouest nous semblent en effet indistinguables de ceux du Maghreb et de Libye. Nous ne sommes pas convaincus par les arguments de Böhme et al. (1989) qui considèrent comme nomen dubium l’espèce de Werner. De plus, au cas où cela serait justifié, c’est à Telescopus guidimakaensis (Chabanaud, 1916), nom qui deviendrait disponible, qu’il faudrait alors rattacher ces spécimens qui diffèrent nettement des types de Telescopus obtusus (Reuss, 1834) et de Telescopus dhara (Forsskal, 1775).
  • Thelotornis kirtlandi est mentionné du Sénégal par Dupuy (1975) à partir d’un spécimen qui aurait été observé dans le Parc national de basse Casamance. Cette observation non étayée par un spécimen en collection nous semble devoir être confirmée.

Caractères de l’écaillure

5Les données présentées pour la description et l’identification des espèces de serpents proviennent en premier lieu de plus de 10 000 spécimens des six pays concernés pour lesquels nous avons procédé à un décompte complet des écailles utilisées en systématique. Nous avons aussi beaucoup utilisées les comptes d’écailles publiés par Roman (1973, 1974, 1976, 1977) et, chaque fois que disponibles, ceux publiés par d’autres auteurs sur des spécimens collectés dans notre région d’étude. Quand moins de cent spécimens étaient disponibles pour une espèce donnée ou qu’ils représentaient mal l’ensemble des pays concernés, nous avons aussi pris en compte les données publiées sur des spécimens provenant d’autres régions d’Afrique, préférentiellement les pays riverains du golfe de Guinée et ceux d’Afrique centrale et d’Afrique du Nord.

6Pour le compte des ventrales, nous avons utilisé la méthode classique (de la première écaille élargie en arrière des gulaires jusqu’à l’écaille qui précède l’anale) et non la méthode de Dowling (1951), car la première nous paraît plus naturelle et nous partageons l’avis de Largen et Rasmussen (1993) qu’il est important de continuer à utiliser directement la littérature ancienne. Pour le décompte des sous-caudales, la dernière écaille en pointe à l’extrémité de la queue a été exclue et nous avons systématiquement éliminé les mesures pour lesquelles il existait un doute sur l’intégrité de la queue. Concernant l’écaillure de la tête, les anomalies rares du nombre ou de l’aspect de certaines plaques ou écailles céphaliques ne sont mentionnées que lorsqu’elles risquent d’induire en erreur pour la détermination de l’espèce, notamment quand on utilise les clés de détermination proposées dans cet ouvrage. La longueur habituelle des serpents que nous mentionnons est celle qui correspond au moins aux trois quarts des spécimens que nous avons examinés ; la longueur maximale indiquée est celle de la littérature quand elle est supérieure à celle que nous avons observée et quand il n’existe pas de doute sur la détermination de l’espèce concernée.

Cartes de répartition

  • * Adresse des auteurs : Institut de recherche pour le développement (IRD), BP 1386, Dakar, Sénégal. E (...)

7Les cartes de répartition par degré carré ont été établies en prenant initialement en compte les seuls spécimens dont nous avons personnellement vérifié la détermination. La presque totalité des degrés carrés mentionnés pour la Sénégambie, le Mali et la Guinée et plus des trois quarts de ceux mentionnés pour la Mauritanie, le Burkina Faso et le Niger correspondent ainsi à des déterminations que nous avons vérifiées. Dans le cas du Burkina Faso, nous avons également en grande partie repris les cartes de répartition publiées par Roman (1980). Pour les espèces dont la systématique est délicate ou a évolué depuis les travaux de cet auteur, notamment dans les genres Typhlops, Leptotyphlops, Dasypeltis, Gonionotophis, Lycophidion, Mehelya, Meizodon, Natriciteres, Philothamnus, Prosymna, Psammophis, Rhamphiophis, Atractaspis, Polemon et Elapsoidea, nous avons systématiquement contrôlé les spécimens toujours conservés au CNRST à Ouagadougou. Pour chaque donnée de la littérature, les localités des spécimens que nous n’avons pas vérifiés et pour lesquels les comptes d’écailles n’étaient pas publiés n’ont été prises en compte que si elles s’inscrivaient à l’intérieur des limites connues de la répartition géographique de chaque espèce. Chaque fois qu’un doute subsistait, notamment pour les espèces dont la détermination est délicate, nous avons préféré ne pas retenir le degré carré correspondant. Nos cartes de répartition sont donc ainsi très incomplètes. Pour faciliter une mise à jour des cartes de répartition lors d’une réédition ultérieure de cet ouvrage, nous encourageons vivement nos lecteurs à nous contacter pour nous faire part de leurs observations ou à publier directement leurs observations dans des revues spécialisées*. On trouvera en fin d’ouvrage les références des publications qui nous ont été les plus utiles pour la réalisation de ce travail.

Echis leucogaster. Environs de Niamey (Niger).

Echis leucogaster. Environs de Niamey (Niger).

Notes de fin

* Adresse des auteurs : Institut de recherche pour le développement (IRD), BP 1386, Dakar, Sénégal. E-mail : trape@ird.sn, maney@ird.sn.

Table des illustrations

Titre Echis leucogaster. Environs de Niamey (Niger).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/37312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search