Version classiqueVersion mobile

Guide des serpents d’Afrique occidentale

 | 
Jean-François Trape
, 
Youssouph Mané

Avant-propos

Texte intégral

1Les serpents constituent en Afrique une importante cause de mortalité pour l’homme. Ainsi, dans plusieurs régions de savane d’Afrique de l’Ouest, l’incidence annuelle des décès par morsure de serpents dépasse 10 pour 100 000 habitants, ce qui est supérieur à la mortalité occasionnée en Afrique et en Europe par les accidents de la route. Pour cette raison, les serpents sont toujours très craints par les populations et sont chaque fois que possible systématiquement tués en cas de rencontre. Pourtant, beaucoup d’espèces de serpents sont totalement inoffensives ou sans danger important pour l’homme et seul un petit nombre d’espèces est responsable d’envenimations mortelles.

2L’objectif de ce guide est de permettre à chacun d’identifier facilement les différents serpents rencontrés dans les six pays de l’Afrique de l’Ouest soudano-sahélienne et saharienne : le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Toutes les espèces actuellement connues dans chacun de ces pays sont illustrées photographiquement et leurs principales caractéristiques sont présentées. Pour cela, nous nous sommes en premier lieu appuyés sur l’importante collection de serpents – plus de 13 000 spécimens – que nous avons constituée entre 1988 et 2005 et qui est conservée au Laboratoire de paludologie et zoologie médicale de l’Institut de recherche pour le développement (IRD, anciennement Orstom) à Dakar. Ces serpents proviennent principalement du Sénégal et du Mali, mais aussi de Mauritanie, du Niger et de Guinée. Nous avons aussi examiné l’importante collection qui a été réalisée au Burkina Faso à la fin des années 1960 par Benigno Roman et qui est toujours conservée au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) à Ouagadougou. D’autres collections nous ont été très utiles, notamment celle de l’Institut fondamental de l’Afrique noire (Ifan) à Dakar, réalisée par André Villiers et Michel Condamin, et celle du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, que Rolande Roux-Estève puis Ivan Ineich ont mis à notre disposition. Nous avons aussi largement utilisé les travaux publiés par les nombreux auteurs qui se sont intéressés aux serpents de cette partie de l’Afrique. Nous mentionnerons tout particulièrement les travaux anciens de G.A. Boulenger et Fernand Angel et ceux plus récents d’André Villiers, Benigno Roman, Barry Hughes, Rolande Roux-Estève, Wolfgang Bôhme, Ulrich Joger, Jens Rasmussen et Jean-Philippe Chippaux.

3Pour la réalisation de cet ouvrage, nous avons bénéficié de l’aide de plusieurs collègues et nous sommes particulièrement redevables à Olivier Pauwels, Laurent Chirio, Barry Hughes, Philippe Geniez, Ivan Ineich, Rolande Roux-Estève, Cellou Balde, Georges Diatta et Roland Ruffine. Nous remercions aussi Jean-Louis Frézil qui le premier nous a encouragés à entreprendre des travaux sur les serpents dans le cadre de nos activités de recherche à l’Orstom puis à l’IRD.

4 Des cartes de répartition par degrés carrés sont présentées pour chaque espèce de serpent. À l’évidence, ces cartes provisoires sont encore très incomplètes, notamment en ce qui concerne de vastes régions de Mauritanie, du Niger et du nord du Mali qui sont restées peu étudiées jusqu’à présent. Nous espérons que cet ouvrage, en stimulant de nouvelles observations, aidera à mieux connaître les limites de répartition des nombreuses espèces de serpents rencontrés dans cette partie de l’Afrique.

5Nous espérons aussi que ce travail sera utile à tous ceux qui sont confrontés au grave problème des morsures de serpents. Beaucoup de morsures sont occasionnées par des espèces non venimeuses ou incapables d’inoculer leur venin. Savoir les reconnaître permet de rassurer immédiatement la personne mordue et d’éviter des traitements inutiles et souvent dangereux ou coûteux. Inversement, reconnaître immédiatement que la morsure a été provoquée par une espèce potentiellement mortelle devrait permettre d’aider la victime à bénéficier de la meilleure prise en charge possible.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search