Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamique et usages de la mangrove dans les pays des rivières du Sud, du Sénégal à la Sierra Leone

 | 
Marie-Christine Cormier-Salem

Groupe de travail 3. Richesse spécifique comparative de la faune

Comparaison des ichtyofaunes estuariennes du Sénégal, de Gambie et de Guinée

Éric Baran

Entrées d'index

Mots clés :

estuaire, icthyofaune, variation

Keywords :

estuary, ichtyofauna, variation

Texte intégral

INTRODUCTION

1Une étude pluridisciplinaire des mangroves de la zone des Rivières du Sud se doit d’évoquer, au chapitre écologie, l’importance de la faune aquatique et particulièrement de sa composante ichtyologique. Le domaine aquatique des Rivières du Sud incluant la frange côtière, les chenaux, les plaines inondables et les estuaires, nous ne traiterons ici que de ce dernier milieu.

2Les estuaires sont définis au sens large comme des « indentations de la côte en contact restreint avec l’océan et demeurant ouvertes au moins temporairement » (Day et al., 1989). Ceci implique que la salinité y soit non nulle au moins à un moment de l’année, et c’est ce critère qui nous servira à définir les secteurs estuariens des fleuves évoqués plus bas.

3Ainsi les estuaires font partie inhérente du système mangrovien, leurs caractéristiques hydrochimiques - apports d’eau douce et terrigènes, salinité variable, alternance marégraphique - favorisant le développement de la mangrove (Hutchings et Saenger, 1987).

4D’autre part ils sont reconnus comme des milieux à très forte productivité (Ricklefs 1990), qu’elle soit primaire ou secondaire (Day et al., 1989). Il a ainsi été estimé que deux-tiers de la production halieutique des États-Unis et 90 % de celle du Golfe du Mexique proviennent d’espèces dont le cycle vital passe à un moment donné par une écophase estuarienne (Mc Hugh, 1980 ; Lindall et Saloman, 1977).

5Enfin les estuaires constituent des formations écologiquement très importantes, surtout en tant que zones de nurserie et d’alimentation (Robertson et Duke, 1987), d’où leur impact sur le milieu marin côtier.

6Cependant il semble que l’ichtyofaune exploitée en zone côtière ne soit pas partout aussi dépendante des estuaires, et notamment que celle du Golfe de Guinée le soit moins que celle du Golfe du Mexique (Day et al., 1989). Enfin à l’intérieur d’une même zone biogéographique l’abondance et la diversité d’espèces dépendent de l’hydrologie des fleuves considérés, que ce soit par la superficie du bassin versant, par la taille, la salinité ou la turbidité de l’estuaire (Marais, 1988 ; Blaber, 1985 ; Whitfield, 1983).

7Nous allons donc nous intéresser à la composition de l’ichtyofaune dans les principaux estuaires à mangrove de la zone des Rivières du Sud, et chercher à préciser ses éventuelles variations le long d’un gradient nord-sud.

MATÉRIEL ET MÉTHODES

DONNÉES UTILISÉES

8Le principal problème auquel on se trouve confronté est le peu de références bibliographiques disponibles actuellement sur l’ichtyofaune estuarienne de cette région.

9Au Sénégal, l’essentiel est du à Albaret (1984, 1986, 1987) et Pandaré (1986, 1987) pour la Casamance, ainsi qu’à Séret (1983), complété par Diouf et Deme-Cningue pour le Sine-Saloum (1992).

10En Gambie deux grandes études ont été menées sur ce milieu, à savoir celles de Dorr et al., en 1985 et de Lesack en 1986. Nous ne connaissons pas de références sur la Guinée-Bissau.

11Nous baserons nos comparaisons sur ces principaux travaux, en les complétant par les résultats acquis en Guinée sur le fleuve Fatala par le programme « Rôle de l’environnement physique et biologique sur les ressources ichtyologiques en Basse-Guinée » de l’Orstom.

Casamance

12L’étude se base surtout sur des observations des captures de pêche artisanale (intégrant un maximum d’engins et de renseignements), converties en abondances relatives selon un système de quotation d’abondance. Les observations ont été réalisées en mars et novembre 1984.

Sine-Saloum

13La liste spécifique présentée a été constituée après 18 mois de missions bimensuelles à la senne tournante coulissante (250 m x 20 m de chute, maille 14 mm de côté).

Gambie

14Nous avons retenu les résultats obtenus aux filets maillants dans la zone estuarienne sensu stricto (32 filets de 66 m2, 12 tailles de mailles comprises entre 13 et 102 mm, deux sites de pêche durant quatre missions réparties sur un an).

Fatala

  • Comparaison avec la Gambie : elle s’est faite sur la base des pêches effectuées aux filets maillants (20 filets de 50 m2, 10 tailles de mailles comprises entre 10 et 60 mm ; quatre sites de pêche durant cinq missions réparties sur un an).
  • Comparaison avec le Sine-Saloum : la liste spécifique est celle obtenue en dix mois de missions bimensuelles sur l’estuaire du fleuve Fatala avec un protocole et une senne tournante coulissante identiques à ceux du Sine-Saloum.
  • Comparaison avec la Casamance : elle se base sur les abondances relatives dans les captures à la senne tournante en Fatala en mars et novembre 1993.

MILIEU PHYSIQUE

15L’hydrologie des quatre systèmes est résumée dans le tableau 1.

16La Fatala et la Gambie sont des fleuves à estuaire normal, c’est-à-dire à salinité décroissante de l’aval vers l’amont. L’estuaire de la Casamance est inverse (gradient salin croissant de l’aval vers l’amont) en saison sèche et normal en saison des pluies, tandis que le Sine-Saloum est une ria où les arrivées d’eau fluviale sont nulles et l’estuaire toujours inverse.

17Malgré une intensité très différente, les saisons pluviométriques sont globalement synchrones entre la Guinée et le Sénégal, ce qui autorise une comparaison des pêches aux mêmes mois.

Tabl. 1 : Caractéristiques des milieux étudiés.

RÉSULTATS

COMPARAISON FATALA - SINE-SALOUM

18Cette comparaison, assez limitée du fait de la nature des données disponibles, indique nettement une plus grande richesse spécifique dans le Sine-Saloum (93 espèces) que dans le fleuve Fatala (61 espèces) (Tab. 2).

Tabl. 2 : Liste spécifique des ichtyofaunes estuariennes du Sine-Saloum (Sénégal) et de Fatala (Guinée) d’après des pêches à la senne tournante coulissante.

19La majorité des espèces présentes dans le Saloum et absentes en estuaire guinéen est d’origine marine. On remarquera également quatre taxons notables qui ne figurent pas dans l’inventaire guinéen, à savoir les Rajiformes (4 espèces), Sparidae (4 espèces), Cichlidae (3 espèces), Serrani-dae (2 espèces), ainsi que les Mugilidae qui comprennent trois espèces de plus au Sénégal qu’en Guinée.

20L’estuaire guinéen se différencie par contre par la présence de taxons d’eau douce (Bagridae, Characidae, Centropomidae, Notopteridae) et de Gobiidae inféodés aux milieux vaseux.

21L’ichtyofaune du Saloum est donc nettement plus riche que celle de la Fatala, surtout par la présence d’espèces d’origine marine, tandis que ce sont les espèces d’origine dulçaquicoles qui particulariseraient l’estuaire de la Fatala.

COMPARAISON FATALA - CASAMANCE

22Les données concernant la Fatala sont indiquées Tab. 3 et 4 ; pour les données concernant la Casamance on se reportera à l’article d’Albaret (1987, op. cit.) ; les codes spécifiques sont les mêmes dans les deux cas (Tab. 5).

23On constate qu’en mars en Guinée le nombre d’espèces dans les 24 premiers kilomètres de l’estuaire reste à peu près constant, autour de 15 (salinité comprise entre 29 et 22 ‰), puis qu’il chute pour atteindre 4 espèces au kilomètre 39 (salinité 14 %) (Fig 1).

24En Casamance par contre on trouve 36 espèces à l’embouchure, et encore 30 espèces à 62 km à l’intérieur des terres (salinité comprise entre 42 et 55 ‰).

25Les espèces dominantes sont dans les deux cas des Clupeïdae, (Ethmalosa fimbriata ou llisha africana), suivies par les familles estuariennes typiques que sont les Sciaenidae, Polynemidae et Mugilidae. On notera la présence importante de Rajiformes (raies) au Sénégal, et l’absence totale de Cichlidae en Guinée, malgré des eaux plus dessalées. La plupart des espèces différenciant la Casamance de la Fatala est d’origine marine (50 % du peuplement en Casamance).

26On est donc en présence d’une faune plus riche dans des eaux plus salées en Casamance. Sur la Fatala, la réduction de 75 % du nombre des espèces s’effectue sur une dizaine de kilomètres et correspond à une baisse de salinité de 15 ‰, tandis qu’en Casamance une réduction équivalente de la richesse spécifique s’observe en 130 km, alors que la salinité augmente de 40 ‰.

Tabl. 3 : Espèces présentes, abondantes et salinités moyennes dans les différentes stations du fleuve Fatala (Guinée) en mars 1993.

Tabl. 4 : Espèces présentes, abondantes et salinités moyennes dans les différentes stations du fleuve Fatala (Guinée) en novembre 1993.

27Il est à noter que sur les 93 espèces recensées en Casamance dans les articles cités, les listes spécifiques fournies par Pandaré (1986, 1987) mentionnent trois espèces de Cyprinodontidae dulçaquicoles qui peuvent être présentes en Guinée (Romand, 1992) mais dont la capture est impossible compte tenu du maillage utilisé. Ces espèces ne seront donc pas prises en compte dans nos comparaisons.

28Au mois de novembre, après la saison des pluies le gradient salin dans l’estuaire de la Casamance est redevenu normal et la richesse spécifique (40 espèces à l’embouchure dans des eaux à 35 ‰) ne descend jamais au dessous de 6 espèces même à plus de 200 km de l’embouchure (salinité de 7 ‰). Par comparaison la richesse passe en Fatala de 17 à 3 espèces sur 43 km, quand la salinité décroît de 17 à 0 ‰.

29Il semble donc que :

  • la richesse spécifique de la faune ichthyologique soit plus grande dans l’estuaire de la Casamance que dans celui de la Fatala
  • si l’on se base sur les seuls paramètres de salinité et de confinement, la richesse spécifique soit maximale entre 35 et 45 ‰ ; la concentration saline semble ainsi constituer un facteur de structuration nettement plus marqué que la distance à la mer.

COMPARAISON FATALA-GAMBIE

30Dans des conditions d’échantillonnage sensiblement équivalentes, les résultats indiquent une ichtyofaune estuarienne plus riche en Guinée (66 espèces) qu’en Gambie (40 espèces), dans une gamme de salinités annuelles comparable (0 à 28 ; 0 à 33 ‰ respectivement) (Tab. 5).

31Ce résultat doit être modulé par le fait que l’effectif total capturé a été nettement plus faible en Gambie qu’en Fatala (3 210 individus au lieu de 8 715) ; or le nombre d’espèces est une fonction asymptotique de l’effectif capturé (Magurran 1988).

32Dans les deux cas les Clupeidae, représentés par 3 et 4 espèces respectivement, sont les plus abondants (60 à 80 % en nombre), suivis par les Sciaenidae et Polynemidae ; on notera l’importance des Ariidae marins en Gambie (4 espèces et 7,6 % des captures contre 1 espèce représentant moins de 0,1 % des captures en Fatala) et celle des Mugilidae estuariens en Fatala (4 espèces pour 11,9 % des captures, contre une seule espèce et 0,2 % des captures en Gambie).

33Ici encore l’estuaire guinéen se caractérise par l’importance de ses espèces d’origine dulçaquicoles (11 contre 6 en Gambie).

34Toutefois la stratégie d’échantillonnage en stations fixes (indépendantes des conditions hydrochimiques) conduit à un suréchantillonnage des secteurs oligohalins des estuaires en période de crue, et donc à une surreprésentation possible des espèces dulçaquicoles dans les captures des fleuves à fortes crues tels la Fatala.

COMPARAISON GAMBIE-CASAMANCE

35Les données de Lesack (1985), basées sur l’observation des captures « les plus importantes » de la pêche artisanale, mentionnent 21 espèces dans la zone estuarienne de la Gambie. Il semble cependant difficile de les comparer directement à celles obtenues par Albaret (op. cit.) dans la mesure où ces observations issues d’enquêtes du Département des Pêches de Gambie n’ont pas été complétées par des pêches expérimentales comme en Casamance.

36Ces données confirment toutefois la prédominance numérique d’un Clupeidae (ici Ethmalosa fimbriata) puis des Ariidae et des Sciaenidae dans les captures.

CONCLUSIONS

37Sur la base de ces données, et bien qu’il faille apparemment relativiser celles provenant de Gambie, il ne semble pas y avoir de gradient de diversité du nord au sud.

38Pour ce qui est de la composition des peuplements, l’influence marine est prépondérante dans les estuaires inverses du Sénégal, l’ichtyofaune dulçaquicole quasiment inexistante et la richesse spécifique très supérieure à celle des autres systèmes estuariens.

39A contrario l’estuaire guinéen se caractérise par une influence continentale marquée (importance des débits, estuaire « court », forte crue), et la composante d’origine dulçaquicole dans le peuplement y est forte (1 % en Casamance, 1 7 % en Guinée).

40La Gambie occuperait, de par la composition de son ichthyofaune estuarienne, une position proche de celle de la Fatala (15 % d’espèces d’origine dulçaquicole), bien que le nombre absolu d’espèces continentales y soit plus faible.

41C’est dans ce dernier système que l’on risque de trouver le peuplement le plus mature, les contraintes salines n’étant pas aussi sélectives qu’en Casamance, et la variabilité hydrologique moins brutale qu’en Guinée.

42On constate enfin que comparativement à la Casamance, la continuité fleuve-océan en Fatala et en Gambie ne se traduit pas par une diversité spécifique plus élevée dans l’estuaire du fait d’un éventuel mélange des faunes dulçaquicole et marine.

43Pour autant que trois cas seulement permettent de le faire, on peut avancer l’hypothèse selon laquelle la diversité spécifique en estuaire sera d’autant plus élevée que les conditions physico-chimiques du milieu se rapprocheront de celles du milieu marin. A contrario une influence accrue de l’hydrosystème continental sur l’estuaire ne semble pas suivie d’une colonisation équivalente par les espèces dulçaquicoles.

44L’océan est en effet beaucoup plus riche en espèces que le milieu fluvial et a donc, par simple effet statistique, un potentiel colonisateur supérieur : 120 espèces dans le fleuve Sénégal, 92 dans le fleuve Gambie (Lévêque, Paugy, Teugels, 1991), 104 espèces dans les fleuves de Guinée (Lévêque et al., 1989) contre 295 espèces sur le plateau continental sénégalais (Bellemans et al., 1988).

45On notera enfin que dans tous les estuaires pour lesquels les abondances relatives ont été quantifiées, les Clupeidae dominent nettement, sans que l’espèce majoritaire soit la même. Ceci met en évidence le rôle majeur de ces filtreurs pélagiques dans les réseaux trophiques estuariens, en tant que consommateurs du matériel particulaire (phytoplancton, zooplancton, détritus) caractéristique de ces zones de front, mais aussi comme proies secondaires pour les poissons des niveaux trophiques suivants.

46La réalisation d’études complémentaires en d’autres estuaires, et particulièrement en Guinée-Bissau, selon des protocoles standardisables (senne tournante coulissante ou filets maillants) permettrait de tester l’hypothèse évoquée.

47Enfin, ces premières comparaisons devraient pouvoir être complétées sous peu par les résultats d’une étude détaillée conduite simultanément entre les estuaires de la Fatala et du Sine-Saloum.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Hutchings P., Saenger S., 1987 – Ecology of mangroves, St Lucia, Australia, University of Queensland Press, 20 p.

Lindali, W. N., Saioman CH., 1977 – Alteration and destruction of estuaries affecting fishery resources of the Gulf of Mexico, Mar. Fish Rev., 39 : 1-7.

Robertson, A. I., Duke, N. C., 1987 – Mangroves as nursery sites : comparisons of the abundance and species composition of fish and crustaceans in mangroves and other nearshore habitats in tropical Australia, Mar. Biol,. 96 :193-205

Table des illustrations

Légende Tabl. 1 : Caractéristiques des milieux étudiés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Tabl. 2 : Liste spécifique des ichtyofaunes estuariennes du Sine-Saloum (Sénégal) et de Fatala (Guinée) d’après des pêches à la senne tournante coulissante.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende Tabl. 3 : Espèces présentes, abondantes et salinités moyennes dans les différentes stations du fleuve Fatala (Guinée) en mars 1993.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Tabl. 4 : Espèces présentes, abondantes et salinités moyennes dans les différentes stations du fleuve Fatala (Guinée) en novembre 1993.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 962k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/3727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 665k

Auteur

Ichtyologiste, Laboratoire d’écologie des eaux douces Université de Lyon

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.