Version classiqueVersion mobile

Alimentation et nutrition dans les départements et régions d’Outre-mer/Food and nutrition in the French overseas departments and regions

 | 
Caroline Méjean
, 
Xavier Debussche
, 
Yves Martin-Prével
, 
et al.

III. Déterminants socioéconomiques et offre alimentaire

8. Circuits d’approvisionnement

Texte intégral

1L’offre alimentaire se compose de produits locaux ou importés, distribués par plusieurs lieux d’approvisionnement (grandes et moyennes surfaces, supérettes…), utilisés différentiellement selon les catégories socioéconomiques de population.

Production alimentaire locale et importation

2L’évaluation des produits locaux dans l’offre globale passe par l’analyse du taux de couverture, c’est-à-dire la proportion de produits locaux dans la consommation totale. Pour la moyenne des années 2013-2017 (Odeadom, 2018), il ressort que le taux de couverture était très bon pour les œufs dans l’ensemble des Drom. Les meilleurs taux pour les fruits étaient atteints par la Guyane et Mayotte, suivis de La Réunion, mais ils étaient plus bas aux Antilles. Celles-ci conservaient un taux bas pour les légumes, tandis qu’il est élevé pour la Guyane, Mayotte et La Réunion. Les résultats les plus bas concernaient les produits animaux, assez faibles pour tous les Drom (sauf La Réunion pour les volailles), spécialement pour les produits laitiers : Mayotte et La Réunion affichaient en effet des taux bas, tandis que la production laitière était presque absente des autres Drom.

3En ce qui concerne les évolutions sur la période 2007-2017, la comparaison des taux de croissance de la production agricole et de la démographie montrait que le taux de couverture avait tendance à s’accroître en Guyane, à diminuer en Guadeloupe et Martinique et à stagner à La Réunion. Ces évolutions s’expliquaient par la dynamique des surfaces agricoles en diversification végétales et animales, qui diminuent fortement aux Antilles (moins 1 600 ha en moyenne par an), augmentent légèrement à la Réunion (plus 146 ha en moyenne par an), et plus fortement en Guyane (plus 1 129 ha par an).

  • 20 En effet, la surface nécessaire pour répondre aux besoins est située dans une fourchette comprise e (...)

4Compte tenu de la structure de la consommation actuelle et des potentialités agricoles, la couverture des consommations de viande par la production locale est inenvisageable20. En revanche, selon l’Office de développement de l’économie agricole des départements d’Outre-mer (Odeadom), pour les fruits et les légumes, la surface en production manquante pour couvrir l’ensemble des besoins en produits frais est située entre 11 000 et 26 000 ha selon les estimations, soit entre 6 et 14 % de la surface agricole ultramarine. Ce calcul ne prend pas en compte l’éventuel besoin d’accroître les consommations en fruits et légumes dans un objectif d’amélioration de qualité de la diète.

5Concernant la structure des importations pour les cinq Drom, on observe en 2015 des différences importantes (tabl. 1) : pour la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique, environ 40 % des calories étaient importées sous forme de lipides, 42 à 47 % sous forme de glucides et 14 à 18 % sous forme de protéines. Au contraire, à Mayotte, la part de glucides était beaucoup plus importante tandis que la part de lipides était bien plus faible, ce qui faisait sens avec les enquêtes de consommation individuelle montrant que la population mahoraise avait des apports inférieurs aux recommandations pour les lipides alors qu’elle dépassait les recommandations pour les apports en glucides totaux. La Réunion possédait un profil intermédiaire entre Mayotte et les trois autres Drom. En Martinique, les calories importées représentaient 90 % des calories consommées, chiffre légèrement plus bas à La Réunion, tandis qu’une grande part de la production locale était exportée pour ces deux régions ultramarines (sucre, fruits tropicaux).

6La production alimentaire locale s’est concentrée sur quelques familles de produits. Ainsi, en Martinique, l’industrie locale approvisionne principalement les secteurs des boissons non alcoolisées (sodas, jus de fruits, nectars…) et alcoolisées (rhum), de la charcuterie, de la biscuiterie et des produits laitiers. La question de la qualité nutritionnelle des produits fabriqués localement par rapport à ceux qui sont importés a été soulevée à plusieurs reprises. Elle recouvre deux sujets. Le premier est celui des segments sur lesquels se positionne l’industrie locale par rapport aux produits importés : par exemple, produits de saumure sensiblement plus salés que le reste des produits de charcuterie ; nectars de fruits, sensiblement plus sucrés que le reste des boissons non alcoolisées. Le second est celui de la qualité nutritionnelle pour les mêmes types de produits : teneurs en sucres des yaourts (ou des sodas) produits localement par rapport à ceux produits dans l’Hexagone. Sur ce second sujet, des études ont mis en évidence des différences entre les produits importés et ceux produits localement (2011-2013), en particulier pour les sodas ou produits laitiers locaux, dont les taux de sucres étaient plus importants que leurs équivalents de l’Hexagone. À la suite d’une mesure législative (loi du 3 juin 2013), les industriels sont censés avoir reformulé leurs produits pour réduire les taux de sucres. Une évaluation systématique des écarts entre la Martinique (et les Drom en général) et l’Hexagone sur la qualité nutritionnelle de l’offre locale reste à faire. Dans l’hypothèse où des écarts sur les deux sujets mentionnés plus haut étaient observés, il faudrait examiner quelles modalités d’accompagnement de l’industrie locale pourraient faciliter une amélioration de la qualité nutritionnelle de cette offre locale.

Tableau 1
Bilan des disponibilités énergétiques et structure nutritionnelle des importations alimentaires des Drom en 2015.

Qualité nutritionnelle de l’offre alimentaire

7Une bonne connaissance des caractéristiques nutritionnelle de l’offre alimentaire disponible dans les Drom serait utile à plusieurs titres. Le premier point serait de déterminer si les aliments vendus dans les Drom, importés ou produits localement, ont une composition nutritionnelle différente de celle des produits disponibles dans l’Hexagone, et donc si l’environnement alimentaire présente des spécificités de qualité qui amplifient ou amoindrissent les risques de santé par rapport à l’Hexagone. Le deuxième point serait de savoir dans quelle mesure la qualité nutritionnelle des produits alimentaires varie selon les circuits de distribution et les niveaux de prix, de façon à déterminer si, dans chaque catégorie de produits, ceux de meilleure qualité nutritionnelle sont positionnés ou non à des niveaux de prix accessibles. Enfin, la question serait de déterminer quels pourraient être la pertinence et l’impact d’une politique publique orientée vers l’offre alimentaire et visant à inciter les producteurs industriels à modifier les caractéristiques des produits dans le sens d’un meilleur contenu nutritionnel (reformulation des produits). De façon générale, on dispose de peu de travaux et publications pour répondre à ces questions.

8Concernant la qualité des produits, des études conduites en 2011 et 2012 avaient noté des différences de composition nutritionnelle entre les produits disponibles dans certains Drom et ceux vendus dans l’Hexagone. À la suite de ce constat, la loi du 3 juin 2013 (dite loi Lurel) a eu pour objectif de garantir la qualité de l’offre alimentaire en Outre-mer. L’arrêté du 9 mai 2016 précise que « la teneur en sucres ajoutés des denrées alimentaires […] distribuées dans les collectivités d’Outre-mer […] mais non distribuées par les mêmes enseignes en France hexagonale ne peut être supérieure à la teneur en sucres ajoutés la plus élevée constatée dans les denrées alimentaires assimilables de la même famille les plus distribuées en France hexagonale ». Sont concernés par cette loi les produits suivants : boissons rafraîchissantes sans alcool sucrées, produits laitiers et assimilés, biscuits et gâteaux, glaces et sorbets, céréales du petit-déjeuner, barres céréalières, chocolats et barres chocolatées. En réponse, des industriels des secteurs des boissons et des produits laitiers ont annoncé des démarches de reformulation des produits et de réduction des teneurs en sucres, mais nous ne disposons pas de bilan systématique à ce jour dans l’ensemble des Drom permettant d’évaluer l’impact de cette loi.

9Des études conduites récemment dans le cadre du projet de recherche ANR Nutwind en Martinique et Guadeloupe apportent un éclairage ponctuel sur le secteur des boissons sucrées dont on sait qu’elles constituent un des principaux vecteurs d’exposition au sucre dans les Antilles. Le caractère spécifique de ces études impose de considérer les résultats avec prudence et d’éviter à ce stade des généralisations.

10Les résultats disponibles suggèrent qu’il existe dans le marché des boissons sucrées aux Antilles une fraction très minime de références-produits dont la teneur en sucre est supérieure à la teneur la plus élevée observée dans la même famille de produits dans l’Hexagone . Au-delà de ces quelques cas particuliers, on note néanmoins que les teneurs en sucre moyennes observées aux Antilles dans certaines familles de produits sont significativement supérieures à celles observées dans l’Hexagone (fig. 7). De plus, les familles de produits présentant le plus grand nombre de références-produits sont des familles à teneurs moyennes en sucre parmi les plus élevées. En conséquence, la teneur moyenne en sucre par référence-produit est significativement supérieure à celle observée dans l’Hexagone (tabl. 2, voir IV). Si on admet que le nombre de références par famille est un indicateur des quantités vendues, cela signifie que la structure de la consommation est nettement orientée vers les familles de produits les plus sucrés en moyenne.

11Par ailleurs, on note qu’il n’y a pas de corrélation entre les prix des produits et leurs teneurs en sucre. Toute la gamme des teneurs en sucre est disponible sur toute la gamme des prix. Les boissons les moins sucrées ne sont donc ni plus ni moins accessibles que les boissons les plus sucrées.

12Les résultats issus de cet exemple antillais à propos des boissons sucrées ne peuvent être à ce stade généralisés à d’autres catégories de produits et à d’autres Drom. Cela devra être fait à l’avenir. Cet exemple souligne néanmoins l’importance d’une réflexion sur les qualités de l’offre dans les Drom. Les niveaux de qualité observés mettent en jeu à la fois la demande des consommateurs (le fait que les références-produits soient les plus nombreuses dans les familles de produits les plus sucrés est un reflet de la demande des consommateurs dont les préférences les conduisent à privilégier ces produits) et les décisions des entreprises en matière de formulation des produits. Les réflexions sur les conditions d’amélioration des qualités (ici, une baisse des teneurs en sucre) doivent tenir compte des interactions entre ces deux dimensions.

13Ces réflexions devront aussi intégrer le fait qu’une large part de l’offre alimentaire est constituée de produits importés, en particulier de l’Hexagone. Les actions visant à améliorer cette offre relèvent donc d’abord du niveau national. Mais il existe aussi une offre alimentaire produite localement, qui peut être significative, de façon variable selon les Drom, dans plusieurs secteurs comme les boissons, la charcuterie, les biscuits et certains produits laitiers. Des démarches de reformulation dans ces familles de produits devraient pouvoir être envisagées également par les producteurs locaux, tout particulièrement dans les familles de produits dont les teneurs moyennes en sucre sont supérieures à celles observées dans l’Hexagone.

Figure 7
Distribution des teneurs en sucre des produits mis sur le marché dans l’Hexagone (en vert) et en Martinique et Guadeloupe (en rouge) dans diverses familles de boissons sucrées.

Sources : données des études Nutwind (en vert) et Oqali (en rouge), 2013.

Tableau 2
Nombre de références-produits et teneurs en sucre par familles de boissons sucrées dans l’Hexagone et dans les Antilles (Martinique et Guadeloupe).

Description des lieux d’approvisionnement

14En fonction de leur position socioéconomique, les populations des Drom ne s’approvisionnent pas de la même façon dans les hypermarchés, supermarchés, supérettes, marchés et par les circuits informels (autoconsommation, dons) (synthèse 9).

15Comme en France hexagonale, les grandes et moyennes surfaces (GMS) sont le mode d’approvisionnement majoritaire, devant les petits commerces qui voient diminuer leurs achats (sauf pour les boulangeries) (tabl. 3, voir IV.2). À côté des GMS, des commerces de proximité et spécialisés se développent de nouveaux points de distribution avec la restauration commerciale (fast-food), la restauration collective, les marchands de rue et camions-bars. Les circuits informels demeurent quant à eux difficiles à documenter.

Tableau 3
Nombre d’hypermarchés, supermarchés et supérettes dans les Drom.

16En Martinique et à La Réunion, à partir de 2015, ce sont près de huit achats sur dix qui s’effectuent en GMS (Iedom, 2017 ; DAAF de La Réunion, 2015 ; CCI de La Réunion, 2016), davantage qu’en France hexagonale (Brasset et al., 2015 ; Cossou et Forgeot, 2010, Kranklader, 2014). Les Réunionnais s’approvisionnent en GMS pour la moitié de leurs achats en fruits et légumes frais, les marchés restant par ailleurs pour ceux-ci un lieu d’approvisionnement important. Bien que les grandes et moyennes surfaces représentent les principaux lieux d’achats en Guadeloupe, quels que soient le niveau d’éducation, le statut d’emploi et le niveau de revenus, elles sont davantage fréquentées par les individus ayant un emploi, ceux ayant des revenus intermédiaires ou élevés et ceux de niveau d’éducation supérieur au bac, comparés aux catégories moins favorisées (Brasset et al., 2015 ; Orsag, s.d b). En Guadeloupe, la fréquentation des GMS augmente quand s’accroissent le niveau d’études et le niveau d’éducation, ainsi que chez les actifs.

17Les hypermarchés représentent près de la moitié des GMS en Martinique et à La Réunion, proportion supérieure à la France hexagonale (Iedom, 2017 ; CCI de la Guadeloupe, 2015 ; CCI de La Réunion, 2016 ; Kranklader, 2014), tandis que le hard discount en Martinique et Guadeloupe occupe une part supérieure comparée à l’Hexagone et à La Réunion. Sur les relations entre lieu d’approvisionnement et position socioéconomique (Brasset et al., 2015 ; Orsag, 2010c), les GMS représentent en Guadeloupe les principaux lieux d’achats pour toutes les catégories, mais elles sont davantage fréquentées par les personnes appartenant aux catégories socioéconomiques les plus favorisées. À La Réunion aussi, tous les foyers achètent en GMS indépendamment du revenu. Les magasins de hard discount sont plus fréquentés par les PSE faibles, en Guadeloupe comme à La Réunion, tout comme les commerces de proximité. Les Mahorais se fournissent en grandes surfaces (à Mamoudzou) autant que dans les petits magasins villageois et un peu moins en magasins spécialisés (surtout pour les produits frais) (Martin, 2010 ; Iedom, 2017). Près de quatre produits sur dix proviennent de l’autoproduction, des dons et des approvisionnements informels (Guyot, 2013). De plus, à Mayotte, beaucoup de Mahorais précaires et des demandeurs d’asile se tournent vers l’aide alimentaire comme source permanente d’approvisionnement (Aboudou et al., 2019). En Guyane, les prix des produits alimentaires de base sont élevés (Iedom, 2018a ; CCI de la Guyane, 2014) et les achats se font pour beaucoup en GMS (principalement à Cayenne).

18L’approvisionnement par autoconsommation (production personnelle ou dons) n’est quant à lui pas négligeable à La Réunion, en Martinique et en Guadeloupe, surtout pour les couples avec enfants et pour les populations les moins favorisées. En Guadeloupe, ce sont deux habitants sur trois qui en bénéficient (Orsag, 2010c). À La Réunion, elle permet d’augmenter les consommations en fruits, œufs, lait et fromage. À Mayotte, elle est importante pour la consommation de banane et les produits de la pêche.

19En conclusion, la part importante et grandissante des achats en grandes et moyennes surfaces dans les Drom, comme dans certaines grandes villes de province en France hexagonale, dépasse déjà les 80 %. Les Antilles se distinguent par une part plus importante d’achats en hard discount. En dehors des grandes et moyennes surfaces, les achats se font dans les boulangeries et, pour les produits frais et les poissons, dans les marchés. Les achats informels et en bord de route sont peu quantifiables, mais non négligeables. La part de l’autoconsommation et de la production locale reste conséquente pour les légumes, les féculents et racines, les fruits. En Guyane, la part de la production locale et de l’autoconsommation, de même que celle des circuits informels restent peu documentées. Les critères des achats, leur typologie et leur évolution sont peu connus du fait de la rareté des données sur le sujet. Et il n’y a pas de données disponibles sur les influences d’achats en fonction des présentations, étiquettes de composition, ni Nutriscore dans les Drom.

Synthèse 9
Pratiques d’achats alimentaires par Drom.

Notes

20 En effet, la surface nécessaire pour répondre aux besoins est située dans une fourchette comprise entre 360 000 et 660 000 ha, soit 200 à 360 % de la SAU (surface agricole utile) totale des Drom.

Table des illustrations

Légende Tableau 1Bilan des disponibilités énergétiques et structure nutritionnelle des importations alimentaires des Drom en 2015.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Figure 7Distribution des teneurs en sucre des produits mis sur le marché dans l’Hexagone (en vert) et en Martinique et Guadeloupe (en rouge) dans diverses familles de boissons sucrées.
Crédits Sources : données des études Nutwind (en vert) et Oqali (en rouge), 2013.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Tableau 2Nombre de références-produits et teneurs en sucre par familles de boissons sucrées dans l’Hexagone et dans les Antilles (Martinique et Guadeloupe).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Tableau 3Nombre d’hypermarchés, supermarchés et supérettes dans les Drom.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Synthèse 9Pratiques d’achats alimentaires par Drom.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© IRD Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search