Version classiqueVersion mobile

Alimentation et nutrition dans les départements et régions d’Outre-mer/Food and nutrition in the French overseas departments and regions

 | 
Caroline Méjean
, 
Xavier Debussche
, 
Yves Martin-Prével
, 
et al.

II. Modèles alimentaires

Modèles alimentaires

Texte intégral

1L’alimentation constitue une pratique éminemment sociale, adossée à des systèmes de valeurs et de normes et intervenant dans la construction des identités collectives. Par ailleurs, les interactions qui la sous-tendent, au sein des familles, entre amis ou collègues, lui confèrent un rôle structurant essentiel dans la vie en société. Les sociétés ultramarines sont passées en quelques décennies du statut de sociétés à dominante agricole à celui de sociétés de services et de consommation de masse. Dans la sphère alimentaire, certaines d’entre elles (Guadeloupe, Martinique, La Réunion en particulier) ont vécu en à peine cinquante ans les transitions épidémiologique, nutritionnelle et alimentaire que les États européens ont mis quatre ou cinq générations à traverser (Popkin, 1993). D’autres (Mayotte, Guyane) les expérimentent encore actuellement. Ces mutations sociétales profondes ont contribué au développement de nouvelles habitudes alimentaires dans lesquelles les anciennes sont présentes à divers degrés.

  • 16 La créolisation correspond à l’acculturation intervenue dans certaines sociétés issues de la coloni (...)

2En effet, à l’exception de Mayotte, les traditions alimentaires des départements et régions d’Outre-mer s’articulent autour de certains éléments communs traditionnels résultant des processus de créolisation16. Aujourd’hui, les pratiques se diversifient, faisant cohabiter, dans un contexte de changements rapides dans les modes de vie et les environnements, composantes traditionnelles et nouveautés. Ces transformations s’opèrent très souvent par adoption, par substitution ou par addition d’éléments nouveaux (Fischler, 1990) et ont bien souvent des impacts sur les situations nutritionnelles et sanitaires de ces territoires.

  • 17 Dans cette partie, le terme de « consommation » est le plus souvent entendu au sens des « ingérés a (...)

3Dans ses dimensions sociales, l’alimentation peut s’étudier sous plusieurs aspects (voir III.3) : d’abord, les comportements alimentaires (évolutions des habitudes alimentaires, typologies de consommation17 et tendances actuelles), puis la structure des prises alimentaires et la sociabilité alimentaire, enfin les représentations qui entourent ces modèles alimentaires et conditionnent les prises alimentaires (le sens du mot « manger », les perceptions de l’alimentation et les modèles corporels).

Notes

16 La créolisation correspond à l’acculturation intervenue dans certaines sociétés issues de la colonisation, dans lesquelles les contacts ayant eu lieu entre le xviie et le xixe siècle entre des populations de cultures différentes ont favorisé les hybridations et les reformulations culturelles et ont donné naissance à des langues, des systèmes de croyance, des formes esthétiques, des cultures culinaires et alimentaires nouvelles. Ces créations socio-anthropologiques se sont enrichies des influences des migrants arrivés après le xixe siècle et l’abolition de l’esclavage, qui ont à leur tour adopté la cuisine créole tout en conservant certaines de leurs habitudes alimentaires (Bastide 1996 ; Benoist 1998 ; Tibère, 2006, 2009 ; Lombion, 2012).

17 Dans cette partie, le terme de « consommation » est le plus souvent entendu au sens des « ingérés alimentaires », et non au sens des « achats alimentaires ».

© IRD Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search