Version classiqueVersion mobile

Alimentation et nutrition dans les départements et régions d’Outre-mer/Food and nutrition in the French overseas departments and regions

 | 
Caroline Méjean
, 
Xavier Debussche
, 
Yves Martin-Prével
, 
et al.

I. Nutrition et santé

2. Facteurs de l’état nutritionnel

Texte intégral

Qualité nutritionnelle des régimes alimentaires

Adéquation aux recommandations

1Les apports nutritionnels et la qualité de l’alimentation constituent un facteur déterminant de l’état nutritionnel de la population. Un état des lieux de la consommation alimentaire peut être fait pour les Drom à travers l’adéquation aux recommandations pour les nutriments (synthèse 4) et pour les groupes d’aliments, pour les adultes, puis pour les enfants et adolescents. Toutefois, il n’existe pas de données représentatives sur les apports nutritionnels chez les adultes en Guyane.

2Pour les nutriments, les Drom se caractérisent par des similitudes au niveau des fibres, du fer et du sodium et des différences au niveau des apports énergétiques et macronutriments.

3Ainsi, les apports en fibres sont légèrement moins élevés que ceux de la France hexagonale, sauf pour La Réunion, et ils sont éloignés des RNP (repères nutritionnels pour la population) notamment chez les femmes martiniquaises. Pour le fer, les apports sont conformes aux RNP. Pour le sodium, les apports sont légèrement inférieurs à la France hexagonale. Quant aux apports en énergie, ils sont faibles, ce qui peut être dû à des sous-déclarations (les faibles apports ne correspondant pas aux prévalences d’obésité). L’apport en énergie déclaré est plus faible aux Antilles que dans les autres Drom. Cet apport est d’environ 10 % plus faible que celui de la France hexagonale, lequel est d’environ 1 800 kcal/j. Ce dernier est proche de celui de Mayotte et La Réunion. Cependant, la contribution à l’énergie est très différente à Mayotte par rapport aux autres Drom. Dans cette région, les apports en lipides sont d’environ 25 % de l’apport énergétique sans alcool (AESA) (contre 35-40 % de l’AESA selon les repères) et ceux des glucides de 60 % de l’AESA (contre 40-55 % selon les repères). L’apport en protéines est également plus faible à Mayotte que dans les autres Drom, mais dans la conformité des repères (12-20 % de l’AESA).

4Les données sur les micronutriments sont incomplètes. L’apport en vitamine B1 est très en deçà du repère pour les hommes comme pour les femmes à Mayotte, alors qu’il est à peu près adéquat à La Réunion. Pour la vitamine C, l’apport est adéquat aux Antilles mais pas à La Réunion.

5En complément de l’adéquation aux recommandations pour les nutriments, la question de l’adéquation aux recommandations se pose pour les groupes d’aliments. Si la moitié de la population adulte a des apports en viandes, volailles, produits de la pêche et œufs (VPO) conformes au repère de consommation du PNNS en France hexagonale, la situation est disparate dans les Drom avec un pourcentage plus important en Guadeloupe (82 %), contre environ 38 % pour la Martinique et Mayotte. Pour les aliments, la consommation de VPO dans les Drom est d’une portion et demie, conforme aux repères et celle de la viande rouge est très modérée (50 % de la population est en dessous du nouveau repère limité de consommation par semaine de 500 g). La consommation de viande rouge est un peu plus élevée aux Antilles que dans la France hexagonale et moins élevée pour Mayotte et La Réunion. Pour la viande, les œufs, les produits de la pêche, près de quatre adultes mahorais sur dix se situaient en dessous des recommandations.

  • 11 Le bata consiste en légumes-féculents bouillis (banane, manioc, fruit à pain, etc).

6Pour les féculents, les pourcentages d’adéquation au repère du PNNS 3 sont proches pour les Antilles et Mayotte. Les données sur les céréales complètes sont absentes. Les consommations du groupe d’aliments « pain, céréales, pommes de terre et légumes secs » sont conformes aux repères pour un peu plus de la moitié des habitants de Mayotte. Aujourd’hui, le riz est présent dans 40 % des prises alimentaires des Mahorais, à côté des protéines animales, du bata11 (Brasset, 2014a), du pain et des viennoiseries, des boissons gazeuses. Aux Antilles, la consommation des féculents est ainsi diversifiée, le riz ne constituant pas l’aliment de base et le pain étant le féculent le plus consommé. À La Réunion, les céréales, féculents et légumineuses sont les produits les plus consommés, soit 1,7 fois plus que dans l’Hexagone. Parmi ce groupe de produits, le riz est le plus mangé, comme base de l’alimentation traditionnelle réunionnaise, dix fois plus qu’en France hexagonale (Ricquebourg, 2018). Les consommations de légumineuses, qui sont une caractéristique des modèles alimentaires créoles, demeurent élevées, mais avec une forte baisse ces dix à vingt dernières années.

7La consommation de produits laitiers est moins élevée dans les Drom qu’en France hexagonale. Les produits laitiers sont insuffisamment consommés par la quasi-totalité des adultes mahorais, ce qui induit des problématiques liées aux carences en calcium. Pour les autres régions, le respect des repères est faible aux Antilles (14 %), très faible à Mayotte (2 %), alors que la moitié de la population réunionnaise a des apports conformes au repère de consommation du PNNS 3, ce qui est supérieur à la France hexagonale (29 %). Le pourcentage de consommateurs en adéquation avec le repère du PNNS 3 pour les produits laitiers varie donc grandement d’un Drom à l’autre : en allant d’une valeur de 2 % à Mayotte à une valeur 59 % à La Réunion. Le PNNS 4 ayant proposé de diminuer le repère à deux par jour, ces valeurs du faible pourcentage de consommateurs en adéquation avec le repère sont à réévaluer.

8Pour les fruits et légumes, la consommation est également plus faible pour tous les Drom que celle dans la France hexagonale. À Mayotte, les fruits et légumes consommés atteignaient les recommandations du plan national nutrition santé (PNNS) pour 18 % des adultes seulement, d’où une carence en vitamines (Vernay et al., 2009) (voir III.1). La consommation de jus de fruits est élevée (presque la moitié à la Martinique). Des similitudes dans le pourcentage de consommateurs en adéquation avec le repère du PNNS : seulement 8 % pour La Réunion et 11 % pour la Martinique, 18 % pour Mayotte et la Guadeloupe.

9La consommation de sel est inférieure à celle de la France hexagonale. Quant au score PNNS, il est très proche pour tous les Drom et aussi de celui de la France hexagonale.

  • 12 Le mPNNS-GS : modified PNNS Guindeline Score, excluant l’activité physique, a été calculé pour la M (...)

10Les consommations journalières moyennes de boissons sucrées en Guadeloupe et Martinique sont presque trois fois plus élevées que celles de la France hexagonale. La Guyane est presque au double. Les consommations à Mayotte et à La Réunion sont légèrement supérieures (voir I.2) à celles de la France hexagonale. Dans le cas de la Martinique, si on rajoute celle des jus de fruits, la limite journalière de consommation de boissons sucrée est presque atteinte. Trois Réunionnais sur dix consomment des boissons sucrées au moins quatre fois par semaine, dont un sur cinq tous les jours et davantage chez les jeunes de 18 à 30 ans. Quant aux produits sucrés, l’adéquation aux recommandations est plus faible en Guadeloupe (42 %) par rapport à la Martinique, dont le respect est très voisin de celui de la France hexagonale (73 %). C’est à Mayotte que l’adéquation au repère pour les produits sucrés est la plus élevée (90 %). Dans l’ensemble, les scores d’adéquation aux recommandations du PNNS12 de la Guadeloupe et de la Martinique sont très proches de celui de la France hexagonale.

11Pour les différences de consommations des adultes par sexe, les carences en calcium à Mayotte concernent particulièrement les jeunes femmes (15-29 ans). Dans le groupe d’aliments « pain, céréales, pommes de terre et légumes secs », plus du double de femmes mahoraises que d’hommes avait des apports inférieurs au seuil recommandé et davantage d’hommes mahorais que de femmes avaient des apports dépassant le repère. Plus de femmes à Mayotte se situent en dessous des recommandations pour la consommation de viande, d’œufs et de produits de la pêche. En revanche, hommes comme femmes étaient 70 % à consommer les produits de la mer au moins deux fois par semaine. Un autre point commun entre les Drom, mais aussi avec l’Hexagone, réside dans le fait que les hommes et les moins de 50 ans sont de plus grands consommateurs de matières grasses, de féculents, de boissons alcoolisées (encadré 2) et d’aliments du groupe « viande, poisson, œuf ». On repère néanmoins une différence en Guadeloupe et en Martinique, où les hommes sont de plus grands consommateurs de poisson et fruits de mer que les femmes. Dans tous les contextes, les femmes et les séniors sont plus consommateurs de fruits et légumes et de produits laitiers, contrairement aux hommes. Sur ce plan, Mayotte représente une exception, puisque les hommes y sont moins nombreux que les femmes à être de petits consommateurs de fruits et légumes. Pour les boissons sucrées, les hommes sont beaucoup plus nombreux à en consommer que les femmes. La consommation de boissons sucrées et aromatisées a doublé depuis 2005 à Mayotte. Pendant les trois derniers mois de grossesse, près du tiers des femmes de l’étude Nutrimay (Vernay et al., 2009) affirmaient ne plus consommer certains aliments tabous, principalement le poisson séché et les fruits de mer, tandis que près d’une femme allaitante sur cinq cessait de consommer des fruits de mer, des insectes et du poisson frais. Quant à la consommation en sel, elle reste faible pour les deux sexes. Aux Antilles françaises, la Guadeloupe et la Martinique sont assez proches dans leur consommation des grands groupes alimentaires selon le genre et l’âge.

  • 13 Les snacks comprennent les préparations pâtissières salées (quiches, tartes ou cakes, pizzas), les (...)

12Concernant l’âge, aux Antilles, la consommation de jus de fruits diminue avec l’avancée en âge. Les personnes de moins de 45 ans mangent moins de fruits et légumes, au contraire des plus de 60 ans. Les moins de 45 ans sont également les plus nombreux à manger de la volaille, de la charcuterie, des gâteaux, boissons sucrées, snacks et produits de fast-food. En particulier, les snacks13 et produits apéritifs sont fréquemment consommés par les jeunes adultes. À La Réunion, la consommation de fruits et légumes est significativement plus fréquente chez les personnes plus âgées.

13Pour les enfants et adolescents, les données de consommation ne concernent que les Antilles et Mayotte. Des similitudes de consommation sont notables pour la Guadeloupe et la Martinique. Concernant les nutriments, les apports en fibres sont proches entre la Guadeloupe, la Martinique et Mayotte pour la tranche d’âge de 11 à 14/15 ans, et légèrement inférieurs aux repères qui sont de 20 g pour un adolescent de 15 ans. Par rapport à Mayotte, on note des différences au niveau des apports en énergie, macronutriments et calcium. L’apport en énergie est plus faible que les RNP (de 1 400 kcal/jour pour les 5 ans à 2 500 kcal pour les 13-15 ans). Il est beaucoup plus faible à Mayotte (1 260 kcal/jour pour les enfants de 5 à 14 ans) par rapport aux Antilles (1 750 kcal/jour). À Mayotte, comme pour les adultes mahorais, les apports en lipides des enfants sont très faibles (24 % de l’AESA) par rapport aux RNP (35 % de l’AESA) et ceux des glucides atteignent 60 % de l’AESA par rapport aux RNP (40-55 % de l’AESA). Quant à l’apport en protéines, il est également plus faible à Mayotte qu’aux Antilles, mais il se situe dans l’intervalle des repères (12-20 % de l’AESA). Mayotte présente une spécificité sur la déficience en vitamine B1 : l’apport en vitamine B1 est inférieur pour les deux tranches d’âge 5-10 ans et les 11-14 ans.

14Concernant l’adéquation aux recommandations par groupe d’aliments, pour les enfants, les petits Antillais consomment quant à eux peu de yaourts et de fromage (un enfant sur cinq seulement étant en accord avec le PNNS), peu de fruits et légumes. De plus, près de trois sur dix parmi les 11-15 ans sont en dessous des recommandations du PNNS pour la viande, le poisson et les œufs, mais avec une consommation de poissons au moins deux fois par semaine pour six sur dix d’entre eux. En Guyane, une étude (Carbunar et al., 2014) indique que plus du quart des élèves guyanais du CP au CE2 consommaient une à deux fois par jour des fruits et légumes, et autant en mangeaient quotidiennement trois fois ou plus. Les produits laitiers comme les protéines étaient consommés une à deux fois par jour par un tiers des enfants de 6-10 ans. La quasi-majorité des élèves mangeait des féculents « de temps en temps » et, pour la majorité d’entre eux, l’eau constitue la boisson des repas. La consommation de produits gras, salés ou sucrés était faible pour plus de la moitié des enfants de l’étude.

15Pour conclure sur l’adéquation aux recommandations nutritionnelles, les données disponibles font apparaître des tendances proches de celles de l’Hexagone, avec cependant certaines différences. Les aliments moins consommés dans l’ensemble des régions ultramarines sont les fruits et légumes, ainsi que les produits laitiers. Les féculents reculent, tandis que les consommations de protéines animales, de glucides rapides et de produits nouveaux (produits de l’industrie agroalimentaire et des fast-foods) augmentent. Dans tous les contextes également, les enfants, les adolescents et les moins de 30 ans sont majoritairement en dessous des seuils préconisés par le PNNS pour les fruits et légumes et en deçà pour le groupe VPO pour les boissons et produits sucrés, ainsi que pour les produits laitiers. Sur ce plan, le lait représente la principale source d’apport, avec une part plus élevée chez les garçons. D’une manière générale, les adolescents, en particulier les garçons, sont de plus grands consommateurs de boissons sucrées et de produits de type biscuits, aliments gras sucrés et salés, snacks.

Encadré 2
La consommation d’alcool et ses conséquences pour la santé
L’alcool constitue un aliment à part, tant par ses impacts sur la santé (voir II.5) et l’état nutritionnel des consommateurs que par sa dimension culturelle (spécialement le rhum pour la Guadeloupe, la Martinique et La Réunion).
Consommation par Drom
En Guadeloupe (fig. 4), la consommation déclarée d’alcool – en premier lieu, la bière – est inférieure à celle de l’Hexagone avec un peu plus d’un tiers de Guadeloupéens concernés par une consommation hebdomadaire (Richardet al., 2014a, 2014b, 2014c, 2014d) et une personne sur dix connaissant une alcoolisation importante au moins une fois par mois (contre un peu moins d’une personne sur cinq en France hexagonale). Comme dans l’Hexagone, le budget consacré aux boissons alcoolisées croît avec le niveau de revenus dans les cinq Drom (Brasset, 2014a).
Plus d’un tiers des Guyanais et des Martiniquais déclarait consommer de l’alcool toutes les semaines, ce qui reste inférieur à l’Hexagone (Richard et al., 2014a, 2014b, 2014c, 2014d). En revanche, la consommation de bières et d’alcools forts est plus de trois fois plus importante chez les 15-30 ans en Guyane par rapport à la France hexagonale. La proportion de consommateurs réguliers d’alcool est similaire en Martinique et en Guyane, supérieure à l’Hexagone.
À La Réunion, les jeunes apprécient davantage l’alcool fort, tandis que les femmes préfèrent le vin et les hommes, la bière. Près de quatre hommes sur dix consomment de l’alcool de façon hebdomadaire et La Réunion se distingue par un fort taux d’alcoolisation ponctuelle (mais pas chronique). Il est notable que la fiscalité et la structure des prix orientent vers la consommation d’alcool fort à La Réunion (voir IV).
Enfin, la situation de Mayotte face à l’alcool est particulière et moins connue, le Baromètre santé DOM 2014 n’y ayant pas été mené. En effet, 95 % de la population à Mayotte étant de confession musulmane, la consommation d’alcool n’est pas toujours bien perçue et l’alcool s’y consomme alors de façon cachée. Entre 2016 et 2017, l’importation d’alcool pur y a augmenté de 20 %.
La part de consommateurs à risque chronique ou de dépendance atteint 5 % en Guadeloupe et à La Réunion, plus de 8 % en Martinique et en Guyane (proche de l’Hexagone) (Richard et al., 2014a, 2014b, 2014c, 2014d).
Mortalité, morbidité et alcoolisation fœtale
L’ingestion d’alcool peut conduire à des problèmes majeurs de santé. Ainsi, les cancers des voies aéro-digestives supérieures (VADS) et les cirrhoses alcooliques constituent les principales causes de décès associées à la consommation d’alcool, suivies des psychoses alcooliques. Une particularité de la Guadeloupe et de la Martinique est d’avoir deux fois plus de décès résultant de psychoses alcooliques qu’en France hexagonale (Orsag, 2018 ; ORS OI, 2018).

Figure 4
Consommation ingérée d’alcool dans les Drom et en France hexagonale (en %).
Les données pour Mayotte ne sont pas disponibles.

Sources : données Baromètre santé DOM, 2014 (Richard, 2014).

Pour la période 2014-2016, les décès liés à l’abus d’alcool sont nettement supérieurs dans les Drom (hors Mayotte) que dans l’Hexagone. En effet, il est classique de dire que les alcools consommés (rhum en particulier) sont plus neurotoxiques qu’hépatotoxiques. Les taux standardisés pour 100 000 habitants sont les suivants (Inserm, Cépidc, s.d.) : chez les hommes, 6 (Hexagone), 27 (Martinique), 18 (Guyane), 31 (Guadeloupe) et 44 (La Réunion) ; chez les femmes, 1 (Hexagone), 10 (Martinique), 17 (Guyane), 13 (Guadeloupe) et 22 (La Réunion). Les données 2014-2016 mettent en avant un écart de mortalité entre les hommes et les femmes moins marqué dans les territoires ultramarins que dans l’Hexagone (quatre fois plus de mortalité masculine dans l’Hexagone contre deux à La Réunion). Deux particularités des Drom tiennent d’une part à ce que la mortalité liée à l’alcool touche les hommes davantage que les femmes dans des écarts bien plus importants qu’en France hexagonale et, d’autre part, à une surmortalité précoce.
Concernant la morbidité, pour la période 2005-2010, le taux de nouvelles admissions en affections de longue durée (ALD) s’avère nettement inférieur à celui de France hexagonale (Sniiram, système national d’information interrégimes de l’Assurance maladie). Les cas d’hospitalisation due à l’alcool (intoxications éthyliques aiguës) en 2016 à La Réunion étaient trois fois supérieurs à ceux de l’Hexagone. Au contraire, en Guadeloupe, entre 2013 et 2015, le taux de patients hospitalisés était inférieur au taux hexagonal (Orsag, 2018).
Une pathologie particulière est celle des troubles causés par l’alcoolisation fœtale (TCAF), dont les taux entre 2006 et 2013 sont largement supérieurs à la moyenne nationale en Guadeloupe et surtout à La Réunion, qui présente les taux les plus élevés de toute la France (Laporal et al., 2018).
Les conséquences de la consommation d’alcool sont variables selon les territoires : La Réunion est davantage touchée par les conséquences sanitaires, moins la Martinique, tandis que la Guyane occupe avec la Guadeloupe une place intermédiaire.

Relations avec l’état nutritionnel

16L’analyse des relations entre le statut nutritionnel des individus et leur alimentation est rendue difficile dans les Drom en raison, d’une part, du petit nombre d’études les ayant explorées et, d’autre part, des biais de désirabilité ou de causalité inverse, bien connus et non spécifiques aux Drom, dès lors que les études sont transversales et que les individus ont connaissance d’un diagnostic de pathologie nutritionnelle (diabète, hypertension) ou simplement conscience de leur forte corpulence. C’est dans les Antilles qu’ont été recensées le plus d’études ayant donné lieu à ce type d’analyse et une illustration claire des biais évoqués ci-dessus a été montrée à partir de l’étude Kannari : une meilleure qualité globale du régime alimentaire, mesurée par le Diet Quality Index International (DQI-I), était paradoxalement associée à une plus grande fréquence du syndrome métabolique (p = 0,04), mais cette relation disparaissait quand on prenait en compte dans l’analyse le fait que les sujets aient, ou non, connaissance d’un diagnostic de maladie chronique liée à l’alimentation (Colombet et al., 2019b). Une seule étude de cohorte a été recensée dans l’expertise, s’intéressant à la nutrition des femmes enceintes en Guadeloupe entre 2004 et 2007 (Saunders et al., 2014). Elle a montré qu’une alimentation se rapprochant davantage du régime méditerranéen traditionnel était associée à un moindre risque de prématurité chez les femmes de corpulence élevée (OR = 0,7, p < 0,01) et à un moindre risque de retard de croissance intra-utérin chez les autres femmes (OR = 0,8 ; p < 0,05). Pour certains indicateurs de l’alimentation moins sensibles aux biais des enquêtes transversales, certaines études ont montré des relations allant davantage dans le sens attendu : ainsi, à La Réunion, l’étude Reconsal a montré que les personnes ayant une plus forte corpulence d’après leur tour de taille avaient des apports alimentaires a priori énergétiquement plus denses (dépassant les recommandations en lipides et protides), mais moins variés d’un point de vue nutritionnel (n’atteignant pas les recommandations en fibres, calcium, magnésium, vitamine B2). En Guyane, l’étude Nutriel a quant à elle montré une association positive entre obésité infantile et le fait de prendre un repas chez un marchand ambulant pour des élèves de CE2. Enfin, quand les études portaient sur la sous-nutrition, très peu d’associations avec la consommation alimentaire ont été mises en évidence, mais les comportements alimentaires semblaient plus en cohérence avec les pathologies observées comme à Mayotte, où les pratiques alimentaires restrictives des mères pendant la fin de grossesse et la période d’allaitement, la faible diversité alimentaire, les faibles apports calciques et vitaminiques, montrés par l’enquête Nutrimay en 2006, sont des causes très probables de l’épidémie de béribéri survenue en 2004.

Activité physique et sédentarité

17L’activité physique désigne « toute forme d’activité qui améliore la santé et la capacité fonctionnelle sans dommage ni risque excessif » (HEPA Europe, 2010) (voir II.3).

18La sédentarité se caractérise par des activités dont la dépense énergétique est proche de celle du repos (voir note 4). Elle diffère de l’inactivité physique, définie comme un niveau insuffisant d’activité physique, inférieur aux recommandations. Les transformations sociétales contribuent à modifier le rapport de la population à l’activité physique et à la sédentarité. L’évolution des modes de vie amène la population à réduire son niveau d’activité physique. Les facteurs sociodémographiques tels que le sexe, l’âge (avec d’éventuelles dynamiques générationnelles), le statut professionnel ou encore la structure familiale sont corrélés avec les comportements en matière d’alimentation et d’activité physique.

19L’activité physique et la sédentarité seront abordées à travers plusieurs points (synthèse 5). En premier lieu seront décrits les niveaux d’activité physique et de sédentarité en lien avec les recommandations, puis seront détaillés les déterminants sociodémographiques et socioéconomiques de l’activité et de la sédentarité, comparés entre Drom et avec l’Hexagone. Ensuite seront présentées la répartition des infrastructures (aménagements et équipements sportifs) selon les territoires et les possibilités de les améliorer. Enfin seront développés les liens de l’activité avec l’état nutritionnel et les maladies chroniques liées à l’alimentation.

Synthèse 4
Adéquation ou non-adéquation de la population ultramarine aux repères nutritionnels.
L’adéquation apparente pour l’énergie s’expliquerait par les sous-déclarations.
On ne dispose pas de données suffisamment fiables pour la Guyane.

Adéquation aux recommandations

20Une large partie des populations ultramarines ne pratique pas le niveau d’activité physique recommandé par les repères nationaux relatifs à l’activité physique délivrés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) d’au moins 30 minutes par jour. Les rares données disponibles pour décrire le niveau d’activité physique et sportive et la sédentarité dans les départements d’Outre-mer sont pour la plupart déclaratives, mesurées par questionnaire.

  • 14 La fréquence de l’activité physique a été évaluée par le nombre de jours par semaine d’une pratique (...)

21La pratique d’une activité physique régulière14 (au moins cinq fois par semaine) chez les adultes concerne environ un tiers des populations des Drom, soit un niveau assez proche de celui de l’Hexagone (fig. 5-6). D’après le Baromètre santé DOM (Richard et al., 2014b), 36 % des Guyanais déclaraient une activité physique régulière et 25 % rarement ou jamais. La Réunion présente la spécificité d’avoir le niveau d’activité physique régulière le plus élevé des Drom et supérieur à l’Hexagone : 44 % des Réunionnais pratiqueraient une activité physique régulière et 12 % moins d’une fois par semaine. Les Martiniquais étaient 28 % à pratiquer régulièrement contre 25 % moins d’une fois par semaine. Quant à Mayotte, les données de l’étude Nutrimay menée en 2006 montrent que 26 % de la population de plus de 15 ans a un niveau d’activité physique modéré et 29 % un niveau élevé. En 2014, 31 % des Guadeloupéens déclaraient une activité physique régulière, 44 % assez régulière (d’une à quatre fois par semaine) et 25 % affirmaient n’en pratiquer que rarement ou jamais (moins d’une fois par semaine). En Guadeloupe, l’enquête Aphyguad, menée en 2007 par l’Observatoire régional de santé, conclut que 59 % de la population adulte pratique une activité physique conforme aux recommandations nationales.

22Pour les enfants, l’enquête Aphyguad (2010) en Guadeloupe fait ressortir que près d’un tiers des 6 à 14 ans utilise la marche ou le vélo pour se rendre à l’école, mais seulement 56 % d’entre eux marchent dix minutes ou plus par jour. De plus, moins de la moitié a un comportement actif durant les pauses et cette inactivité s’accroît au collège. Près de la moitié d’entre eux s’adonne à une pratique sportive en dehors des classes. En Martinique, une étude (Caïus et Bénéfice, 2002) montre une pratique sportive courante chez les adolescents : plus de 66 % ont une activité sportive hebdomadaire extérieure au cadre scolaire ; la moyenne hebdomadaire atteint quatre heures pour les garçons et deux heures pour les filles. En Guyane, un programme nutritionnel auprès des élèves suivis du CP jusqu’en CE2 met en évidence que la marche n’est pas reconnue pour plus d’un tiers des élèves comme une activité physique, de même que le vélo (Carbunar et al., 2014). On ne dispose pas de données pour La Réunion et Mayotte sur ce thème pour les enfants et adolescents.

Figure 5
Fréquence de l’activité physique dans les quatre Drom et en France hexagonale chez les personnes âgées de 15 à 75 ans.

Sources : Richard et al., 2014a, 2014b, 2014c, 2014d.

23Concernant la sédentarité, les jours sans école, plus du tiers des 5-6 ans en Guadeloupe (36 %), Martinique et Guyane (35 %) passe plus de trois heures par jour devant la télévision ou les jeux vidéo (Guignon et al., 2010). Chez les élèves de 15 ans, un quart des lycéens réunionnais déclarent passer quatre heures ou plus sur Internet les jours d’école, et 55 % par jour les week-ends (Guignon, 2010).

Déterminants sociodémographiques et socioéconomiques

24Du point de vue des variables sociodémographiques, dans tous les contextes, les hommes ont une activité physique plus élevée que les femmes et le niveau d’activité décroît avec l’âge. Ainsi, selon Kannari, en Martinique, les hommes pratiquaient 3,5 fois plus souvent que les femmes une activité d’intensité modérée à élevée.

25Concernant les séniors, l’enquête « État de santé et conditions de vie des personnes âgées de 65 ans et plus à La Réunion » (2018) établit que les personnes âgées de 65 ans et plus conservaient une activité physique hebdomadaire régulière, 28 % une activité quotidienne, mais ils étaient tout de même 31 % à n’avoir aucune activité. En Guadeloupe, d’après l’étude réalisée par l’Orsag, 43 % des personnes âgées de 65 ans et plus respectent les recommandations nationales. Pour Mayotte et la Guyane, les informations sont lacunaires sur les séniors.

26Concernant la sédentarité, l’âge intervient sur le temps passé devant un écran en Guadeloupe, puisque les jeunes adultes (15-24 ans) sont plus nombreux à regarder la télévision plus de deux heures par jour que les adultes et séniors.

27D’après les données issues d’études en Guadeloupe, le niveau global d’activité physique varie selon la PSE chez l’adulte : une relation positive est ainsi constatée entre une PSE élevée et une pratique sportive, tandis qu’une activité physique élevée au travail est plutôt associée à une PSE plus faible (ouvriers, techniciens). Le pourcentage de personnes pratiquant un sport est plus important quand le niveau d’éducation augmente et il est plus élevé chez les inactifs et les actifs à temps plein comparés aux chômeurs, résultat comparable à celui de la France hexagonale (Inserm, 2014). De plus, la relation entre la pratique d’un sport et le revenu est en cloche, avec une proportion plus élevée d’individus pratiquant un sport pour les catégories de revenu intermédiaires. L’étude Kannari en Martinique (Castetbon et al., 2016a ; 2016b) a mis en évidence que le niveau d’activité physique n’était associé ni au niveau d’études, ni au statut d’emploi, ni au fait d’être bénéficiaire du RSA (Colombet, à paraître).

28Si on se penche sur les disparités socioéconomiques de la sédentarité, les résultats sont paradoxaux selon l’indicateur de sédentarité. Par exemple, aucune relation significative n’est observée en Guadeloupe entre le temps passé devant la télévision et le niveau de diplôme, mais les personnes ayant un diplôme supérieur au bac sont plus nombreuses à passer plus de deux heures par jour devant un ordinateur et passent plus de temps assise que celles de niveau de diplôme inférieur. Ce résultat pourrait s’expliquer du fait de leur activité professionnelle probablement plus sédentaire. Dans l’étude Kannari en Martinique, la prévalence de sédentarité était plus élevée chez les personnes sans emploi ou bénéficiaires du RSA, mais aussi chez les cadres comparés aux ouvriers et employés (Colombet, à paraître). À Mayotte, selon l’enquête Nutrimay (2006), le risque de sédentarité chez les femmes était plus faible chez celles n’ayant jamais été scolarisées et celles qui ne maîtrisaient pas le français (Vernay et al., 2009), constat identique à la situation en France hexagonale (Inserm, 2014).

29Chez les enfants, une faible PSE semble être associée défavorablement au niveau d’activité physique et à la sédentarité, mais les études ne sont pas suffisantes pour conclure. D’après l’enquête Aphyguad en Guadeloupe (Orsag, 2010a), la proportion d’enfants se rendant à pied ou à vélo à l’école était plus élevée chez ceux dont le chef de ménage était au chômage. En revanche, les enfants issus des ménages dont le chef de famille a un emploi à plein-temps étaient plus susceptibles d’avoir une pratique sportive en dehors du cadre scolaire et passaient moins de temps devant un écran à midi les jours d’école et sur un ordinateur les jours sans école. Concernant la structure familiale, la présence d’un enfant de moins de 15 ans en Guadeloupe semble confirmer cette tendance à pratiquer une activité physique, de même que le fait de travailler. Les données de l’étude Kannari en Martinique ont montré que le pourcentage d’enfants ayant un niveau d’activité faible est plus élevé chez les enfants dont le référent avait un niveau d’études faible et était ouvrier ou employé, ou inactif (Colombet, à paraître). Il en va de même pour la prévalence de sédentarité : elle est plus élevée quand le référent des enfants avait un niveau d’études faible et était ouvrier ou employé, ou inactif (Colombet, à paraître). Une étude à La Réunion a montré que la pratique sportive est plus faible pour les élèves de filière professionnelle que pour ceux de filière générale ou technologique (Bardot, 2018).

Couverture territoriale des équipements sportifs

30Dans tous les territoires (sauf en Guyane) les activités d’extérieur sont prisées : la voile, le surf ou encore la yole martiniquaise parmi les activités nautiques, et la randonnée comme activité pédestre. Pour les sports collectifs, c’est le football qui arrive en premier, suivi par le basket-ball et le handball. L’athlétisme et la natation sont les sports individuels les plus pratiqués, avec les arts martiaux (surtout en Guyane et à La Réunion). À La Réunion, le sport dit « nature » (parapente, VTT, randonnées, trails, etc.) a connu un fort engouement. La Martinique compte quant à elle de nombreuses écoles de yoles, canot à voile typique de l’île.

31Les activités sportives (à bien distinguer de la notion d’activité physique) nécessitent des équipements qui sont inégalement répartis entre Drom et en interne dans chaque région. Globalement, le taux d’équipements sportifs dans les Drom est inférieur à celui de l’Hexagone : la moyenne nationale était en 2010 de 39,9 équipements sportifs pour 10 000 habitants, contre 28,6 à La Réunion, 23,6 en Martinique et 23,6 en Guadeloupe et 27,4 en Guyane. En 2019, Mayotte disposait de 12,9 équipements pour 10 000 habitants. La Guyane et Mayotte sont en retard général pour l’implantation des infrastructures sportives par rapport aux autres Drom et à l’Hexagone, mais la Guyane connaît une bonne implantation de bassins de natation, toutefois essentiellement littorale.

32Sur l’île de La Réunion, il existe un décalage entre les équipements des sports « terrestres » (randonnées, escalade, cyclisme) et des sports nautiques, développés plus récemment. L’île s’oriente vers un usage conjoint des infrastructures sportives scolaires avec d’autres publics (double entrée pour les élèves et les extérieurs). Ces infrastructures sportives sont inégalement réparties sur le territoire avec une implantation sur les côtes, davantage au nord de l’île qu’au sud.

33La Martinique est globalement sous-dotée en équipements sportifs par rapport à la France hexagonale, avec une disparité entre le nord et le sud de l’île : par exemple, pas de bassin de natation dans le nord ni dans le sud-ouest de l’île, peu de courts de tennis dans le nord et le sud de l’île, contrairement au centre.

34Dans les territoires ultramarins, le type d’activité, l’ancienneté des infrastructures, les normes anticycloniques et antisismiques apportent des contraintes supplémentaires pour améliorer la couverture du territoire et maintenir l’existant. En termes de prospective, malgré le manque d’installations sportives à La Réunion, l’optimisation de celles existantes demeure possible, par exemple en utilisant les créneaux horaires disponibles pour d’autres publics (entreprises, retraités…) ou en apportant un éclairage nocturne.

Relations avec l’état nutritionnel

35Comme cela avait été signalé pour l’étude des liens de l’état nutritionnel avec l’alimentation, les mêmes biais de désirabilité et de causalité inverse s’observent dans les enquêtes qui estiment l’activité physique des individus, qui sont toutes transversales et dont les résultats ne sont finalement pas très concluants. Les seules relations significatives retrouvées dans ces enquêtes concernaient par ailleurs uniquement les activités sportives et non l’activité physique en général, et principalement les femmes. Ainsi, en Martinique l’enquête Escal (Quenelet al., 2008 ; Merle et al., 2008) montrait que la pratique d’un autre sport que la marche au moins une fois par semaine était plus fréquente chez les femmes sans surcharge pondérale que chez celles en surpoids ou obèses (respectivement 41 et 28 % ; p < 0,05), mais chez les filles âgées de 3-15 ans, on observait l’inverse : la pratique d’une activité sportive plus souvent déclarée par les obèses (p < 0,05). Chez les adultes de La Réunion, d’après l’étude Reconsal (2002), la pratique d’une activité sportive était plus fréquente pour les sujets n’ayant pas un tour de taille à risque.

36Quand il s’agit de l’estimation du niveau de sédentarité, au sein des mêmes études, les relations avec l’état nutritionnel sont en revanche plus claires et vont dans le sens attendu d’une plus forte corpulence associée à une plus grande sédentarité. Cela concerne cependant toujours les femmes dans l’enquête Escal en Martinique : à l’âge adulte, le pourcentage de femmes regardant la télévision quatre heures par jour ou plus augmentait en effet avec la corpulence (pas de surpoids : 13 % ; surpoids : 16 % ; obèses : 22 % ; p < 0,05) et la même relation était retrouvée pour les filles de 3-15 ans (p < 0,05). L’étude Reconsal à La Réunion montrait de façon similaire que 37 % des personnes obèses, hommes et femmes mélangés, regardaient la télévision plus de trois heures par jour, contre 30 % des personnes ayant un IMC normal et 20 % des personnes maigres (p < 0,05). Les autres enquêtes ayant estimé l’activité physique et/ou la sédentarité chez les adultes et/ou les enfants (notamment Kannari en Martinique, Aphyguad en Guadeloupe ou Nutriel en Guyane) n’ont mis en évidence aucune relation significative avec la corpulence, dès lors que les comparaisons étaient ajustées sur les principales caractéristiques socioéconomiques. Toutefois, une analyse de l’enquête Kannari (Colombet, à paraître) a révélé que le risque d’hypertriglycéridémie était d’autant plus faible que les sujets avaient un niveau d’activité physique global élevé.

Synthèse 5
Particularités de l’activité physique et de la sédentarité dans les Drom.

Synthèse 5 (suite)
Particularités de l’activité physique et de la sédentarité dans les Drom.

37Enfin, au sein de la population particulière des adultes atteints d’une pathologie chronique liée à l’alimentation, les résultats sont à nouveau assez peu concluants. En Martinique, dans l’enquête Escal, la pratique d’une activité sportive concernait 26 % des hypertendus contre 40 % des normotendus (p < 0,0001), mais cette relation n’était pas retrouvée dans l’enquête Kannari ni dans l’enquête Aphyguad en Guadeloupe. Pour le diabète, à l’inverse, la déclaration d’une activité sportive était plus fréquente parmi les personnes diabétiques connues, au cours de l’enquête Redia 2 à La Réunion (2006-2009) (Lenclume et Favier, 2012).

Facteurs génétiques

  • 15 Nutriépigénétique : étude de l’impact des facteurs nutritionnels sur l’expression des gènes, par un (...)

38Parmi les facteurs de risque de développer une obésité figure l’interaction entre la consommation de produits fortement énergétiques, une faible dépense énergétique et des facteurs génétiques (mutations de gènes contrôlant l’appétit et action d’une centaine de gènes liés à l’obésité). Notre alimentation est en effet susceptible de provoquer des mutations de gènes, transitoires ou pérennes, dont des mutations épigénétiques possiblement héréditaires d’après ce que suggèrent certaines recherches (voir I. encadré 2). Ces études en nutriépigénétique15 permettent de cerner des profils davantage à risque dans la population.

39Peu d’entre elles concernent les habitants de Drom, dont les origines sont diverses et se sont plus ou moins mélangées. Ainsi, 80 % de la population guadeloupéenne a des ancêtres d’origine africaine. L’une des études a mis en évidence chez des enfants d’origine afro-antillaise cinq mutations sur quatre gènes liés à l’obésité. La fréquence des polymorphismes génétiques associés à l’obésité varie pour cette population par rapport aux habitants d’origine principalement européenne. Pour atténuer les effets de certains facteurs génétiques, l’activité physique peut être utilisée : ainsi, via l’analyse du génome total, les Genome Wide Association Study (GWAS) ont évalué le risque accru d’obésité associé à certains variants du gène Fat mass and obesity-associated protein (FTO) qui pourrait être contrecarré par l’accroissement de l’activité physique.

40Certaines variations génétiques modifient l’appétence pour le goût sucré de façon plus ou moins marquée selon les populations et l’âge. Ainsi, les enfants d’ascendance principale afro-américaine seraient particulièrement attirés par une consommation élevée de sucre, ce qui ne se vérifie pas chez les adultes de même ascendance (Mennella et al., 2005). Ce constat suggère que, pour les préférences sucrées, l’expérience alimentaire pourrait être plus déterminante que le patrimoine génétique. Une autre étude fait ressortir que la perception du goût sucré provient pour 30 % de facteurs génétiques (Hwang et al., 2015). Ces facteurs génétiques interviennent également dans la perception de certaines molécules qui influence nos choix alimentaires. Enfin, ces perceptions s’avèrent très différentes entre populations d’origine européenne ou africaine.

41Les études existantes montrent ainsi la forte interaction entre la génétique et le mode de vie en termes de pratiques alimentaires et d’activité physique, ouvrant la perspective d’utiliser les bonnes pratiques comme leviers de lutte contre les prédispositions génétiques de maladies chroniques.

Contaminations alimentaires et pollutions environnementales

42L’impact des pollutions environnementales sur la santé des populations ne sera pas traité ici. Les changements de comportements de la population face aux contaminations alimentaires ou aux pollutions environnementales ne peuvent être décrits par manque d’études sur le sujet. La présentation vise donc à faire une synthèse de la situation particulière à laquelle est confronté chaque Drom et à évoquer l’acceptabilité de la population face à l’information sur ces enjeux (voir II.2).

Le chlordécone aux Antilles

43Le chlordécone a été utilisé comme insecticide aux Antilles des années 1960 jusqu’en 1993, notamment pour la culture de banane. Sa faible capacité de dégradation environnementale explique l’importante et persistante pollution des sols. Ce polluant est le plus fréquemment retrouvé dans le sang des Antillais (Anses, 2017), qui sont exposés de façon chronique à des faibles doses. La contamination à l’homme passe principalement par son alimentation. De fait, les milieux aquatiques sont atteints, avec une bio-accumulation du chlordécone par les crustacés et d’autres espèces. La pollution du sol contamine quant à elle les légumes, tubercules, mais aussi les œufs et la viande.

44En 2013, on estime que 52 % de Guadeloupéens et 31 % des Martiniquais se fournissent par un circuit court (Anses, 2017) et les personnes les plus exposées au chlordécone s’approvisionnent via ces circuits informels.

45La connaissance de cette contamination des sols et de ses effets sur la santé s’est diffusée progressivement dans la population générale. En Martinique et Guadeloupe, l’usage du chlordécone et ses conséquences environnementales et sanitaires ont conduit à modifier les comportements alimentaires de quatre personnes sur dix (Inpes, 2009), du fait d’un sentiment de crainte par rapport à la sécurité alimentaire. Pour les foyers de Guadeloupe et Martinique dont les jardins étaient contaminés au chlordécone au-dessus des limites maximales résiduelles, le programme Jafa (jardins familiaux) a été mis en place pour réduire l’exposition au chlordécone par les produits des jardins ou élevages familiaux sur des sols contaminés. Si les terrains ont une contamination supérieure à 100 μg/kg, des conseillers Jafa peuvent assurer un suivi personnalisé. Les conseils portent sur les comportements (limitation des légumes racines à deux fois par semaine par exemple, lavage soigneux et épluchage épais avant cuisson, diversification avec davantage de légumes verts…), mais aussi les types et modes de culture à privilégier (en buttes ou hors sol).

Le mercure et le plomb en Guyane

46Les activités d’orpaillage ont conduit au principal problème sanitaire guyanais par l’alimentation, le mercure. En effet, dans le milieu aquatique, le mercure est converti en méthylmercure qui est avalé par les poissons, eux-mêmes consommés par l’homme. Ingéré, le mercure peut provoquer l’altération du développement neurologique ou neurocomportemental chez les fœtus et les enfants. Les populations amérindiennes du haut Maroni et de l’Oyapock sont particulièrement exposées, du fait d’une alimentation riche en poisson.

47Le saturnisme chez les enfants guyanais constitue un autre problème de santé publique, avec de fortes suspicions sur une cause alimentaire. L’étude Guyaplomb entre 2015 et 2017 a montré que la contamination par le plomb touche surtout les garçons, les enfants de milieux socioéconomiques défavorisés, et ceux habitant sur le littoral ou dans des villages sur le fleuve Oyapock (Camopi et Trois-Sauts).

Des risques multiples à La Réunion

48Une contamination au mercure existe à La Réunion comme en Guyane : les femmes enceintes et les jeunes enfants auraient un risque sanitaire accru lié à la consommation d’espadons et autres grands prédateurs, du fait de teneurs élevées de méthylmercure (Afssa, 2006 ; Anses, 2013).

49Comme dans l’Hexagone, la médiatisation actuelle porte sur le glyphosate, utilisé à La Réunion comme herbicide autour des champs de canne à sucre. La contamination proviendrait principalement de l’eau de boisson. Selon le président de l’association Oasis Réunion, pour la campagne « du glyphosate dans nos urines », il y aurait 100 % de résultats positifs chez les personnes testées dans l’Hexagone, même pour celles consommant seulement des produits biologiques.

50Concernant la santé animale, la leucose bovine constitue un autre risque sanitaire à La Réunion, qui toucherait 70 à 80 % du cheptel réunionnais. À La Réunion et contrairement à l’Hexagone, comme la viande n’était pas exportée, les bêtes contaminées n’ont pas été abattues car le virus présent dans la viande et le lait est détruit par la chaleur (lait par stérilisation et viande par cuisson). Le virus n’est pas impliqué dans des maladies humaines, mais une certaine méfiance envers les produits Péi commence à être relevée par les médias.

Les risques sanitaires liés à l’eau

51L’eau de boisson constitue un risque sanitaire commun à plusieurs Drom. Ainsi, à Mayotte, on rencontre des difficultés à la fois pour la consommation d’eau et pour le traitement des eaux usées. D’une part, un nombre important de Mahorais n’a pas facilement accès à l’eau potable. En 2013, l’Insee estime que seulement 72 % des résidences principales disposaient d’un point d’eau dans le logement (Luce et al., 2017). La contamination par certaines rivières pourrait également être à l’origine de plusieurs cas d’hépatite A (Aboudou et al., 2019). D’autre part, l’assainissement s’avère insuffisant et conduit à des transmissions féco-orales à fort risque d’évolution épidémique.

52L’eau de boisson soulève aussi un certain nombre de questions sur le territoire réunionnais. De fait, l’incidence des gastro-entérites aiguës serait le double à La Réunion par rapport à l’Hexagone. Des parasites ont été détectés dans les ressources en eau superficielles. De plus, ces captages superficiels – pour plus de la moitié de l’eau distribuée par les réseaux publics – les rendent fragiles face aux pollutions. Plus globalement, les infrastructures publiques d’adduction d’eau de consommation humaine connaissent un retard important à La Réunion, d’où une qualité sanitaire insuffisante (selon les secteurs ou les périodes), une éventuelle pénurie lors de la saison sèche, une montée des nitrates et pesticides. Des dispositifs de traitement de l’eau demeurent importants à mettre en place face aux risques sanitaires pour la population réunionnaise.

53Pour cette question des contaminations alimentaires et des crises sanitaires, les mécanismes de contamination sont beaucoup étudiés, mais peu les inquiétudes chez les consommateurs et la manière dont ces questions impactent les comportements de la population.

Notes

11 Le bata consiste en légumes-féculents bouillis (banane, manioc, fruit à pain, etc).

12 Le mPNNS-GS : modified PNNS Guindeline Score, excluant l’activité physique, a été calculé pour la Martinique et la Guadeloupe (Colombet, à paraître).

13 Les snacks comprennent les préparations pâtissières salées (quiches, tartes ou cakes, pizzas), les préparations frites (nuggets…), les préparations fourrées (crêpes, burritos…) et les sandwiches (hamburgers…).

14 La fréquence de l’activité physique a été évaluée par le nombre de jours par semaine d’une pratique « d’au moins 30 minutes d’activité physique, que ce soit dans le cadre du travail, des déplacements ou des loisirs ».

15 Nutriépigénétique : étude de l’impact des facteurs nutritionnels sur l’expression des gènes, par une modification temporaire inscrite sur la molécule d’ADN, mais sans modification de la séquence.

Table des illustrations

Légende Figure 4Consommation ingérée d’alcool dans les Drom et en France hexagonale (en %).Les données pour Mayotte ne sont pas disponibles.
Crédits Sources : données Baromètre santé DOM, 2014 (Richard, 2014).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Synthèse 4Adéquation ou non-adéquation de la population ultramarine aux repères nutritionnels.L’adéquation apparente pour l’énergie s’expliquerait par les sous-déclarations.On ne dispose pas de données suffisamment fiables pour la Guyane.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 5Fréquence de l’activité physique dans les quatre Drom et en France hexagonale chez les personnes âgées de 15 à 75 ans.
Crédits Sources : Richard et al., 2014a, 2014b, 2014c, 2014d.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Synthèse 5Particularités de l’activité physique et de la sédentarité dans les Drom.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Synthèse 5 (suite)Particularités de l’activité physique et de la sédentarité dans les Drom.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/36752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© IRD Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search