Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préfaces

p. 9-11


Texte intégral

1L’alimentation et l’activité physique sont des sources de plaisir, de bien-être et des déterminants majeurs de notre état de santé. Agir sur ces deux volets est un des objectifs premiers de la politique de prévention portée par le gouvernement. La continuité de l’action de l’État dans ce domaine depuis près de vingt ans a permis de limiter l’expansion du surpoids et de l’obésité.

2À ce titre, le Livre bleu Outre-mer et le volet Outre-mer de la stratégie nationale de santé, en réaffirmant la priorité donnée à la lutte contre les maladies chroniques, notamment le diabète – très lié à l’obésité –, ont impulsé une dynamique forte dans le domaine de la prévention par l’alimentation et l’activité physique en Outre-mer.

3Mais, dans les départements et la plupart des collectivités d’Outre-mer, la prévalence du surpoids et de l’obésité et les pathologies associées (diabète, hypertension artérielle, maladies cardio-vasculaires) demeurent plus élevées que dans l’Hexagone et les études menées tant sur ces indicateurs de santé que sur l’environnement, telles que la qualité nutritionnelle des aliments ultramarins, y sont moins développées. Or, pour agir efficacement, un état des lieux est nécessaire et c’est tout l’enjeu de cette expertise collective sur la nutrition en Outre-mer que j’ai confiée à l’Institut de recherche pour le développement. Elle dresse un constat complet des connaissances dans ce domaine et des leviers pour cibler efficacement les actions de prévention.

4Cette expertise collective est ainsi un outil indispensable pour l’élaboration du volet Outre-mer du Programme national nutrition santé 2019-2023 (PNNS 4). La déclinaison de ce volet, qui sera pilotée par les Agences régionales de santé ultramarines, permettra de porter une politique volontariste de santé publique par l’alimentation et l’activité physique, adaptée aux spécificités populationnelles et territoriales de l’Outre-mer.

5C’est ainsi que nous pourrons agir ensemble pour que l’alimentation et l’activité physique dans l’Hexagone comme en Outre-mer soient une source de plaisir partagé pour toutes et tous, et contribuent fortement au quotidien à améliorer la santé de chacun.

6Jérôme Salomon

*

7La Direction générale de la Santé (DGS) a fait l’honneur de confier à l’IRD la réalisation de cette expertise scientifique collective sur le thème de l’alimentation et de la nutrition dans les Outre-mer français. Ce sujet est au cœur d’enjeux politiques et scientifiques importants au moment où, suite aux assises des Outre-mer, tous les regards se tournent vers ces régions. Le Livre bleu Outre-mer, publié après ces assises, comporte l’engagement clair de l’État de faire de la nutrition et de l’autonomie alimentaire un levier de développement humain et économique des territoires ultramarins. Dans ce cadre, l’IRD, organisme de recherche pour le développement durable, se mobilise face au besoin d’une refonte des systèmes alimentaires pour permettre une nutrition adéquate des populations en amplifiant le partage d’expériences et en accélérant la diffusion des connaissances et des pratiques.

8Les départements et régions d’Outre-mer connaissent de profondes et rapides mutations démographiques, économiques et sociétales, et l’amélioration de la santé publique dans ces territoires est devenue une priorité nationale. Les modèles alimentaires y prennent de nouvelles formes, plus dépendantes des importations, de la grande distribution et des aliments transformés, tandis que les modes de vie se modifient profondément, devenant de plus en plus sédentaires. Il est donc impératif de comprendre ces changements dans leur globalité pour construire les politiques de santé publique et d’accès à des aliments de bonne qualité nutritionnelle. C’est précisément dans cet esprit d’interdisciplinarité et de science de la durabilité que cette expertise a été conduite. Elle apporte ainsi une contribution aux projets du Livre bleu, et en particulier au projet n° 6 (« assurer à chaque enfant un bon départ dans la vie » en veillant à sa nutrition) et au projet n° 19 (« l’alimentation et la bioéconomie au cœur de projets d’agriculture durable »).

9Je suis reconnaissant que ce travail exigeant ait pu être mené avec autant d’implication et d’enthousiasme par un collège pluridisciplinaire d’experts venant non seulement du monde de la recherche, mais également des services régionaux de la santé. Épidémiologistes, nutritionnistes, médecins de santé publique, endocrinologues, économistes et sociologue ont collaboré efficacement, démontrant une nouvelle fois la fécondité de l’interdisciplinarité et de l’inter-sectorialité. Outre les contributions intégrales des experts rassemblées en version numérique, ce rapport comprend la synthèse des connaissances actualisées sur le sujet et les recommandations formulées par le collège des experts.

10Proposer des recommandations pour bâtir des politiques publiques éclairées est au cœur de la mission de notre institut, et je me réjouis de la participation de l’IRD aux travaux sur les Outre-mer. En effet, sur une quinzaine d’expertises scientifiques collectives menées à ce jour par l’IRD, celle-ci est la huitième produite sur une question de développement concernant directement une région, un département, une collectivité ou un territoire de l’Outre-mer français.

11Enfin, je remercie commanditaire et contributeurs pour cette collaboration fructueuse, qui illustre une fois de plus combien sciences et politiques publiques peuvent dialoguer pour contribuer au développement durable et humain des territoires.

12Jean-Paul Moatti

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.