Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamique et usages de la mangrove dans les pays des rivières du Sud, du Sénégal à la Sierra Leone

 | 
Marie-Christine Cormier-Salem

Avant-propos

Marie-Christine Cormier-Salem

Texte intégral

1L’ORSTOM, en coopération avec le CTA (Centre Technique de coopération Agricole et rurale) de Wageningen, le CRODT (Centre de Recherche Océanographique de Dakar-Tiaroye)-ISRA (Institut Sénégalais de Recherches Agricoles) et l’UCAD (Université Cheikh Anta Diop), a entrepris un programme de recherche sur « Dynamique et usages de la mangrove dans les Pays des Rivières du Sud (du Sénégal à la Sierra Leone) », dont les objectifs sont les suivants :

  • révéler la diversité spatiale et temporelle des usages et valeurs de la mangrove afin de mieux gérer cet écosystème ;
  • valoriser et diffuser les travaux de recherche déjà réalisés sur les mangroves des pays des Rivières du Sud en éditant un ouvrage de synthèse à la fois pluridisciplinaire et régional.

2Pour élaborer cet ouvrage de synthèse, un atelier de travail a été organisé à Dakar au CRODT-ISRA du 8 au 15 mai 1994, avec la participation de spécialistes relevant des sciences de la nature et des sciences de la société, venus du Sénégal, Guinée-Bissau, Guinée, Sierra Leone, Ghana et France.

OBJECTIFS DE L’ATELIER DE TRAVAIL

Pourquoi un atelier à Dakar sur les mangroves ?

3Il faut tout d’abord souligner l’engouement récent pour les zones humides littorales, dont on redécouvre l’importance écologique et les multiples valeurs. Plus que toute autre zone, les littoraux à mangroves sont soumis à de multiples pressions et pour reprendre les termes de la Conférence mondiale de l’environnement de Rio, les politiques de gestion de la mangrove se doivent de préserver tout à la fois l’environnement et le bien-être des populations qui dépendent de ces milieux pour leur subsistance.

4L’intérêt pour les mangroves se retrouve dans toutes les zones géographiques concernées : l’Afrique mais aussi l’Amérique latine, l’Asie et le Pacifique.

Quelle est la justification scientifique de l’atelier ?

5Il ressort des différents travaux et discours sur la mangrove des représentations très contrastées et des politiques de gestion contradictoires. À partir des études empiriques menées dans les Pays des Rivières du Sud - travaux de recherche déjà réalisés ou en cours et dont les données ne sont pas encore diffusées -, il a semblé urgent de faire le point sur ce que l’on sait des mangroves et donc de réaliser une synthèse sur les mangroves des Pays des Rivières du Sud. L’ambition est de dresser un état des lieux, mettant en avant les acquis mais aussi portant un regard critique sur les données disponibles et leur fiabilité, et soulignant les disparités.

6Cette démarche paraît d’autant plus pressante que depuis une cinquantaine d’années de profondes mutations ont affecté cette région. Il faut ainsi évaluer :

  • l’état de la mangrove, des sols et des formations végétales,
  • la diversité et la richesse spécifique,
  • l’impact de la sécheresse et des autres facteurs géophysiques,
  • la pression démographique sur les littoraux,
  • l’ancienneté et l’importance des usages de la mangrove,
  • les processus d’innovation et les stratégies paysannes face aux modifications de l’environnement.

7Il faut également dresser un bilan des programmes de réhabilitation des rizières, de construction des barrages anti-sel, des stations de crevetticulture et d’ostréiculture.

8Il faut enfin s’interroger sur l’efficacité des appareils législatifs mis en place.

9Cette approche nécessairement pluridisciplinaire a constitué un des principaux objectifs scientifiques de l’atelier de travail. Et il a fallu bien évidemment tenir compte de la diversité des situations des pays concernés.

10Ainsi, pour réaliser la synthèse, répondre à ces différentes questions, des groupes de travail ont été constitués. Chaque groupe a eu pour tâche de se positionner par rapport aux discours dominants, de faire le point sur l’état des connaissances à l’échelle régionale, soulignant l’unité et la diversité de la zone étudiée, les Pays des Rivières du Sud, du Sénégal à la Sierra Leone.

11Donc, pour résumer les objectifs scientifiques de cet atelier, en dépit de l’hétérogénéité des données et des nombreuses lacunes que l’atelier s’est s’efforcé de mettre en avant, il a semblé possible - et nécessaire - de réaliser une synthèse à l’échelle régionale pour comprendre la dynamique de la mangrove du Sénégal à la Sierra Leone mais aussi de croiser les regards des différentes disciplines sur le même terrain, de confronter nos approches pour élaborer de nouvelles opérations de recherche pluri-disciplinaires.

PRÉSENTATION DES ACTES

12Dans un souci de diffusion rapide de l’information, il a paru utile de publier les contributions de l’atelier, les comptes-rendus des travaux et débats de l’atelier et la base bibliographique du programme DUM.

Les contributions privilégiant une approche par discipline

13Les contributions sont regroupées selon les six groupes de travail définis pour l’atelier de Dakar à savoir :

  1. Climatologie-hydrologie-sédimentologie
  2. Formations végétales-pédologie
  3. Richesse spécifique comparative de la faune
  4. Histoire des sociétés, cultures et activités
  5. Population, santé
  6. Systèmes actuels d’exploitation

14Les contributions devaient être conformes à l’esprit du programme DUM - comparatif à l’échelle régionale -s’efforçant de dresser un état de la question par discipline.

15Pour éviter les répétitions, toutes les références bibliographiques, concernant les mangroves des Rivières du Sud, sont traitées dans la base bibliographique DUM (cf ci-après). Ne sont donc mentionnées, à la suite des différentes contributions, que les références bibliographiques de portée plus générale sur les mangroves ou sur les pays de la zone d’étude ou bien encore plus spécifiques à une approche disciplinaire.

Les travaux de l’atelier privilégiant la confrontation entre les disciplines

16Le déroulement de l’atelier avec les comptes-rendus des travaux et débats a été intégralement retranscrit. La liste des participants - une cinquantaine au total - montre la diversité des disciplines, institutions et pays représentés à Dakar.

La base bibliographique DUM

17La base bibliographique DUM compte près de 2 000 références sur les littoraux à mangroves des pays des Rivières du Sud. Tous les aspects - physiques, biologiques, sociaux, économiques etc. - ont été pris en compte. Certaines références, non spécifiques au programme DUM, ont malgré tout été indexées dans cette base du fait de leur importance pour la compréhension soit des mangroves, soit des pays de la zone concernée (Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Rép. de Guinée et Sierra Leone). Cette liste est loin d’être exhaustive sur le sujet mais constitue cependant un outil de travail utile à diffuser.

18Cette base a été recueillie et indexée par M.C. Cormier-Salem à partir de recherches personnelles et des données fournies par les participants au programme DUM. Elle a été saisie avec l’aide de M. H. Isambert, au moyen du logiciel File Maker pro sur Mac Intosh.

19L’atelier de travail de Dakar et les Actes qui en sont issus sont une étape dans le programme DUM, devant servir de document de travail de base pour les nouveaux programmes de recherches et les futures publications en particulier l’ouvrage de synthèse pluridisciplinaire et régionale sur « Sociétés et mangroves des Rivières du Sud ».

20Le programme DUM, entrepris dans le cadre de l’Action Incitative DURR « Dynamique et Usage des ressources renouvelables » de l’ORSTOM, n’aurait pu être mené à bien sans le soutien et les encouragements de nombreuses personnes et institutions.

21Les départements - MAA, TOA, DEC, SUD -, les commissions scientifiques - Sciences sociales, Hydrobiologie et Océanographie tropicale, Sciences biologiques et biochimiques appliquées à l’homme - et la Dist de l’ORSTOM ont apporté leur soutien financier pour l’organisation de l’atelier de travail et la publication des Actes. Le CTA de Wageningen a permis d’inviter à l’atelier de Dakar des spécialistes de la mangrove de Guinée-Bissau, Guinée, Ghana et Sierra Leone. Sur place à Dakar, l’atelier a reçu l’appui de l’Orstom-Hann et de son directeur, P. Mathieu, du CRODT-ISRA et de son directeur, D. Touré, et de l’UCAD. L’organisation matérielle a été assurée par l’EPEEC (Équipe Pluridisicplinaire d’Étude des Écosystèmes Côtiers) et plus particulièrement Mariline Bâ.

22Que tous et toutes en soient remerciés.

23Je remercie de leur contribution tous les participants à l’atelier de travail, dont la présence à Dakar a témoigné du souci premier de ce programme d’être à la fois régional et pluridisciplinaire.

24Je remercie Paul Pélissier, qui, par sa longue familiarité avec les « Rivières du Sud », a su donner une dimension particulière aux travaux de l’atelier.

25Je remercie enfin tous ceux et celles qui ont aidé à la réalisation de ces Actes, en particulier, au centre ORSTOM-Montpellier, Mesdames M.H. Isambert, S. Grussenmeyer, M.C. Pascal, F. Delmas et Monsieur P. Lopez.

© IRD Éditions, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.