Version classiqueVersion mobile

Sociétés, environnements, santé

 | 
Nicole Vernazza-Licht
, 
Marc-Éric Gruénais
, 
Daniel Bley

Partie 3. Comportements humains et maladies liés à l’environnement dans les pays du Sud

Un regard d’historien sur la lutte contre le paludisme au Cameroun (1950-1960)

Jean-Paul Bado

Texte intégral

1Le paludisme a constitué et continue d’être une menace pour la mise en valeur socio-économique des régions tropicales. Il a longtemps inquiété les administrations coloniales et celles issues des indépendances (Schweitz, 1949 ; Comité OMS, 1974). Avec la découverte du Plasmodium en 1880 et l’identification de l’anophèle femelle en 1898, un pas important a été franchi. Ces succès renforçaient les travaux de Caventou et de Pelletier qui isolèrent en 1820 le principe actif du quinquina, et les essais réussis de François-Clément Maillot d’abord à Perpignan puis en Algérie en 1834 dans l’utilisation de la quinine comme médicament préventif et curatif. Enfin, dès le début du vingtième siècle, les observations des médecins coloniaux dont beaucoup de parasitologues avaient permis de ruiner la croyance en la prétendue « immunité des Noirs » aux manifestations malariennes. Les spécialistes comprirent le rôle des températures, de la place fondamentale de l’eau, en particulier de l’emplacement de l’habitat par rapport aux sources d’eau et de la gestion de l’eau. Il fallut attendre 1947 pour comprendre le cycle exo-érythrocytaire du parasite dans l’organisme humain. Il restait à connaître toute la bio-écologie des anophèles impliqués dans la transmission, c’est-à-dire leurs habitats précis (lieux de repos, de reproduction), leurs habitudes alimentaires, leur espérance de vie, leur capacité de vol, ainsi que leurs rapports avec les êtres humains.

2En raison de son climat de type équatorial pour la partie sud avec des pluviométries dépassant les 4 000 millimètres d’eau par an et quatre saisons (deux pluvieuses et deux sèches), et de type soudanien pour la partie nord avec moins de 1 000 millimètres d’eau et deux saisons (une sèche et une pluvieuse), le Cameroun fut le territoire idéal pour progresser dans la recherche en vue de comprendre tous les facteurs favorisant l’essor de la maladie (Gramont, 1947).

  • 1 Institut de médecine tropicale du Service de santé des armées.

3Au début des années 1950, les administrations coloniale et internationale ont favorisé l’essor des plantations d’arbres à quinquina (Peirier, 1942 ; Archives IMTSS1, carton 232) dont on pouvait extraire la poudre de quinine dans le laboratoire de Dschang construit en 1940-1941. Les médecins recommandaient de munir les lits de moustiquaires et de protéger les ouvertures des maisons par des grillages métalliques aux mailles très fines. On disposait déjà des insecticides à effets rémanents, particulièrement le DDT, pour appuyer la politique de lutte défendue dès 1948 par l’OMS qui se fondait sur les réussites spectaculaires dans de nombreux pays aux caractéristiques différentes, particulièrement l’Italie, la Grèce, le Mexique, le Panama, les États-Unis et le Venezuela. En 1955, l’OMS se référant aux travaux de nombreux experts fixa comme objectif l’éradication du paludisme à l’échelle planétaire.

4Nous aborderons ici la question de lutte contre le paludisme dans le Cameroun sous mandat à la fin des années 1940, et les différentes stratégies anti-vectorielles et antiparasitaires appliquées dès les années 1950 avec le concours des experts de l’OMS et de l’Orstom. Nous nous attacherons également à montrer les difficultés rencontrées dans la conception d’une politique de santé publique prenant en compte les questions d’assainissement au sens large, c’est-à-dire d’hygiène du milieu, au moment de l’indépendance du pays.

État de la question du paludisme au Cameroun avant les années 1950

5Avant les années 1950, les administrations coloniales qui se succédèrent dans le protectorat du Cameroun disposèrent de moyens réduits pour combattre le paludisme qui demeurait une maladie prioritaire dans les textes sans l’être dans la réalité. La prophylaxie engagée dépendait étroitement des priorités économiques coloniales. Bien que dévoreuses de nombreuses vies humaines, les symptômes de la parasitose étaient moins spectaculaires que ceux de la maladie du sommeil et de la fièvre jaune. Yaoundé et Douala, ainsi que leurs environs immédiats étaient réputés pour la fréquence des accès pernicieux, des atteintes de fièvre hémoglobinurique. Ces deux villes disposaient de service urbain d’hygiène et de voirie dont le rayon d’action était limité et sans effet. À l’hôpital de Yaoundé de 1945 à 1949, 15 % des malades européens y étaient admis pour des cas de paludisme. Il convient de noter que la partie méridionale de la ville possédait de nombreux étangs, le plus souvent artificiels, véritables gîtes à moustiques ; l’eau s’accumulait en amont des routes qui barraient la vallée (Franqueville, 1968 ; Champaud, 1972). Douala, bâtie sur les rives du fleuve Wouri, était couverte de marécages et abritait une forte population flottante qui vivait dans des bidonvilles où régnaient la promiscuité et l’insalubrité (Calsat, 1946). Quant aux malades autochtones, les statistiques sont peu fiables sur le taux d’infestation. On peut affirmer que beaucoup d’enfants décédaient avant l’âge de cinq ans en raison des conditions de vie difficiles et de la virulence des parasites, particulièrement le Plasmodium falciparum répandu dans la région.

6Jusqu’en 1951, il y eut peu d’actions organisées dans les agglomérations urbaines contre les moustiques et leurs larves ; la lutte contre le paludisme ne figurait pas parmi les priorités de l’administration coloniale. Au manque de moyens s’ajoutait l’absence de connaissances précises sur l’écologie des anophèles. Les autorités sanitaires se contentaient de la chasse aux gîtes à moustiques et de la séparation des habitats européens et africains. Par mesure d’hygiène est alors édictée une décision introduisant une ségrégation de fait dans la ville de Yaoundé ; en 1923, toutes les cases des indigènes ou paillotes habitées par des Noirs ont été transférées hors du périmètre urbain ; la population européenne était invitée à ne pas laisser se former de villages indigènes aux alentours des maisons d’habitation (Franqueville, 1968 ; Champaud, 1972). Il faut noter que certains médecins influents s’opposaient aux mesures de lutte en avançant que la maladie avait toujours existé sans jamais provoquer de catastrophes démographiques.

7En dépit de cette désorganisation, les spécialistes biomédicaux poursuivirent leurs recherches pour confirmer la variation des infestations palustres qui dépendaient des régions où l’on se trouvait et des saisons. Ils purent établirent des zones et des périodes d’endémicité, d’épidémicité et de sporadicité du paludisme. Ces acquis aidèrent les autorités sanitaires, par ailleurs soumises aux pressions internationales, à faire finalement du paludisme une maladie dont il fallait s’occuper en priorité, conformément aux directives de l’OMS.

8Le protectorat disposait d’atouts : d’une part, les structures du Service général d’hygiène mobile et de prophylaxie (SGHMP) avec sa section paludisme où collaboraient les chercheurs et techniciens entomologistes de l’Orstom et d’autre part, les plantations d’arbres à quinquina dont on extrayait les sulfates de quinine. Sur le plan international, l’essor des antimalariques de synthèse permettait de nourrir beaucoup d’espoirs, espoirs que venait encore renforcer la possession des insecticides à effet rémanent (DDT, dieldrine) utilisés avec succès en Italie, puis en Corse. Il faut noter que sans rejeter la chimioprophylaxie par la « cure radicale » défendue par certains responsables médicaux, les autorités avaient opté pour l’usage des insecticides à effets rémanents tout en reconnaissant le risque d’accidents en cas de réimportation d’anophèles infestés (Archives IMTSSA, carton 108). Le Cameroun, comme le reste de l’Afrique française, bénéficia des subsides du Fonds d’investissement pour le développement économique et social (Fides), des aides du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Fise), et de la contribution des experts paludologues de l’OMS et de l’Orstom.

9Jusqu’en 1950, il n’existait pas de « médicament idéal » tel que le Comité d’experts du paludisme de l’OMS l’envisageait, à savoir « être un bon agent thérapeutique, et, en même temps capable de réaliser une guérison radicale ; avoir une faible toxicité ; pouvoir être facilement obtenu à un prix [réduit] » (Archives IMTSSA, carton 108).

10À la veille de la décision d’appliquer à l’échelle du protectorat une véritable lutte antipaludique, les autorités camerounaises améliorèrent les trois anciennes stratégies pour combattre efficacement la maladie : la « prophylaxie offensive », souvent qualifiée de guerre aux moustiques et centrée sur les gîtes anthropiques, et la « prophylaxie défensive » qui s’articule autour de la protection des individus contre les piqûres des arthropodes. La « prophylaxie médicamenteuse » constituait la troisième stratégie ; elle permettait de traiter les malades jusqu’à tarir les parasites chez les porteurs sains ou chez les malades.

Les années 1950 et les nouvelles stratégies de lutte contre le paludisme

11Le directeur de la santé au ministère des Colonies, le médecin inspecteur Vaucel, traça les grandes lignes à suivre dans la nouvelle stratégie de lutte fondée sur l’utilisation des insecticides à effets rémanents à combiner à la lutte chimioprophylactique. L’Afrique française devait s’inspirer des travaux du malariologiste A. Gilroy du service de santé du Nigeria de passage à Dakar pour former les responsables de l’A.-O. E (Chronique d’Outre-mer, 1951 ; Bado, 2004). De plus, les autorités camerounaises reçurent de la mission Jaugeon-Trinquier des consignes nécessaires pour réussir leurs campagnes antipaludiques, en particulier connaître les comportements des moustiques impliqués dans la propagation des parasites. La mission préconisait d’appliquer le système développé par le professeur Missiroli dans les marais Pontins, puis en Corse, et qui différenciait les anophèles endophiles et exophiles (Chronique d’Outre-mer, 1951 ; Bado, 2004). Cependant pour l’Afrique et les régions tropicales, Ronald Ross avait mis en garde contre ce schéma « de mœurs endophiles et exophiles » en raison des comportements exo-endophiles de certaines espèces et dont il fallait tenir compte dans les campagnes de pulvérisations. L’action répulsive du DDT devait également être prise en compte. Aussi, les autorités sanitaires étaient invitées à considérer le matériau de construction des habitations pour évaluer l’importance de l’imprégnation des insecticides et la durée de la rémanence : les maisons bâties avec du banco (boue séchée au soleil), surtout dans le nord du Cameroun, n’avaient pas la même capacité d’absorption des produits insecticides que celles fabriquées avec des parpaings ou du bois et des roseaux. La hauteur des plafonds devait également être prise en compte dans le programme de pulvérisation. Enfin, se posait le problème du recrutement de la main-d’œuvre qualifiée et des salaires qui devaient être attractifs en raison de la pénibilité du travail et surtout de la concurrence du secteur privé où les ouvriers étaient mieux payés.

  • 1 En l'absence d'expression française équivalente et aussi concise, ce terme anglo-saxon désigne l'ap (...)

12Le plan élaboré en 1949 qui concernait l’Afrique équatoriale française et le Cameroun, ne fonctionna, en fait, qu’à partir de 1953 par manque de moyens financiers et de personnels suffisamment formés. Ce plan-programme était financé par la France à travers le Fides, par l’OMS avec la contribution d’experts, et par le Fise avec la fourniture de la logistique (moyens de transport, pompes, insecticides ; et éventuellement médicaments chimio-prophylactiques) (Chastang, 1959). Il a été conduit successivement par les docteurs Morin et Najera et, depuis, 1957 par le professeur Livadas. Simultanément aux campagnes d’aspersion, les spécialistes de l’Orstom et les experts de l’OMS menèrent des recherches pour une meilleure identification des espèces anophéliennes présentes et impliquées dans la transmission de la parasitose, le Cameroun se chargeant du budget de fonctionnement. Les premières campagnes de masse débutèrent au nord dans la région du Diamaré pour protéger 390 000 personnes. Les campagnes au sud commencèrent au cours de la même année 1953, précédées comme au nord d’enquêtes relatives aux anophèles impliqués et suivies par des house-spraying1.

13Sur les quinze espèces d’anophèles répertoriées, seules quatre furent reconnues intervenir activement dans la transmission du Plasmodium. Il s’agit des Anopheles gambiae, funestus, moucheti et nili. Les travaux de Livadas, Mouchet, Gariou et Chastang ont permis de localiser géographiquement ces espèces sur l’ensemble du Cameroun (Archives IMTSSA, carton 233, Paludisme AOF-AEF). Déjà présent au nord en raison de ses besoins d’endroits déboisés et ensoleillés, à proximité des habitations, pour s’épanouir et se reproduire, A. gambiae a pénétré dans les régions forestières camerounaises à la faveur des activités humaines liées aux d2forestations et aux plantations. Cette espèce, qui n’était pas fréquemment rencontrée dans les villages du Cameroun méridional avant les campagnes de désinsectisation, était toutefois au contact direct des populations des agglomérations urbaines où elle était le principal vecteur du paludisme. A. funestus était également présent sur le territoire en particulier à Douala envahie par une forte population flottante. Des recherches menées dans le sud et l’est du pays n’ont rien donné, ce qui permit de conclure qu’il n’est pas non plus un moustique forestier. Ainsi que A. gambiae, il a investi les régions fortement urbanisées et dégradées, notamment les grandes agglomérations. Néanmoins, sa faible présence le fait considérer comme un vecteur secondaire du paludisme. En ce qui concerne A. moucheti, il est reconnu dans les gîtes naturels de la zone forestière où il demeure le véritable vecteur du paludisme dans la partie méridionale. Dans les villages prospectés et fortement impaludés, les chercheurs ont constaté sa seule présence. A. nili largement répandu au nord et dans toute l’Afrique tropicale, a été reconnu dans le sud du Cameroun où les recherches ont permis d’identifier ses larves dans presque tous les cours d’eau. Il est toutefois reconnu comme un vecteur secondaire du paludisme en raison de sa présence réduite dans les habitations.

14Simultanément à l’élaboration de la cartographie des espèces anophéliennes, les chercheurs ont identifié des facteurs favorisant les contacts entre les êtres humains et les anophèles pour mieux diriger les campagnes d’aspersions intra – et extra-domiciliaires. Le fait de passer la nuit dans les habitations, de conserver de l’eau dans les récipients non couverts et de vivre dans un environnement marécageux contribuait fortement à l’impaludation. Les moustiques se cachaient souvent dans les habitations mal éclairées et dotées de peu d’ouvertures. Les entomologistes et les parasitologues s’aperçurent que la faune anophélienne variait en quantité et en qualité d’un village à l’autre. Ils découvrirent que certaines localités étaient infestées par un seul vecteur soit A. nili, soit A. moucheti. Les localités infestées par A. gambiae seul étaient surtout les grandes villes. Souvent, deux espèces occupaient le même espace où elles se relayaient dans la transmission en fonction des saisons. On s’était aperçu lors des travaux d’assainissement des marécages où pullulait A. gambiae, que les larves de cet insecte disparaissaient et étaient remplacées par celles de A. funestus (Archives IMTSSA, Carton 232, Documents techniques). Lendémie était alors déterminée par l’importance des vecteurs.

15Au cours de ces travaux préliminaires, les enquêteurs soulignèrent l’impact des températures sur la persistance de la maladie, les températures élevées favorisant l’accomplissement du cycle sporogonyque des parasites toute l’année. Ces enquêtes épidémiologiques contribuèrent à mettre en cause l’administration coloniale dans la création de nouveaux foyers palustres et l’extension de certaines espèces anophéliennes, particulièrement A. gambiae, dans des régions où elles n’existaient pas auparavant.

16Outre les informations obtenues sur le moustique anophèle, les enquêteurs purent identifier les principales victimes du paludisme et qui participaient à son développement : les enfants, en particulier ceux âgés de zéro à cinq ans, les femmes enceintes, les personnes déjà fragilisées par d’autres affections, et les résidents de fraîche date. Les auteurs de ces enquêtes épidémiologiques se sont aperçus aussi que malgré la possession des anticorps antipaludiques par la majorité des habitants quel que fût leur âge, le taux de morbidité augmentait avec l’arrivée de la saison des pluies qui favorisaient la pullulation des moustiques et le taux élevé de piqûres par individu. En somme, les populations camerounaises payaient cher cette situation par la forte morbidité et mortalité chez les enfants, et avec des adultes soumis aux incessantes piqûres des anophèles, souvent en proie à des fièvres invalidantes qui affectaient leur rendement au travail.

Les campagnes de lutte

17Le mot d’ordre des campagnes était de frapper vite et fort les anophèles dans les centres urbains en anéantissant leurs larves et les lieux de reproduction. De ces centres et de leurs environs immédiats, l’action devait progressivement s’étendre aux régions rurales. L’OMS avait estimé qu’il fallait procéder par étapes à cause des spécificités des comportements des anophèles, des conditions climatiques et surtout de l’immensité des zones impaludées. Des zones pilotes (la région du Diamaré, au nord, et la région de Yaoundé) servirent de laboratoires d’expérimentations. Les travaux dans ces deux zones devaient permettre de tester les techniques à utiliser lors des phases dites de pré-éradication puis d’éradication en vue d’une extension à grande échelle des campagnes de pulvérisation et de chimioprophylaxie avec les anti-malariens de synthèse qui supplantaient la quinine (Archives IMTSSA, carton 108, Cameroun rapport 1951-1955).

18La cartographie des espèces aida à délimiter les zones à traiter avec des insecticides. Yaoundé et Douala qui bénéficiaient des services d’hygiène urbaine eurent peu de difficultés à recruter du personnel. Ces deux localités, en tant que telles, étaient exclues des zones pilotes d’expérimentation. Il restait à former les manœuvres aux méthodes de pulvérisation et à l’entretien du matériel. À Maroua, au nord, des campagnes d’aspersions furent réalisées en 1953 pour détruire A. funestus, le vecteur le plus répandu. Les saisons bien contrastées (saison sèche et saison pluvieuse) facilitaient le fait de pouvoir déloger les anophèles qui se réfugiaient dans les maisons à la saison sèche. D’autres campagnes de pulvérisation furent engagées jusqu’en novembre 1954 à Garoua et à Ngaoundéré. Dans ces campagnes de pulvérisation au nord, de mai à août 1954, il y eut 260 382 personnes protégées, 243 164 cases aspergées au DDT (dont 40 000 mètres carrés de locaux publics) équivalant à 8 880 mètres carrés de surface traitée avec 32,735 kg de produit. À l’ouest, ce furent les agglomérations de Foumban, Foubout, Bangangté, Mbouda, Dschang, Bafang, Bafoussam et Nkongsamba. À la fin de l’année 1954, les équipes de pulvérisation avaient réussi à protéger 327 185 personnes, en traitant 13 725 447 mètres carrés de surface avec 50 144 tonnes de DDT. Les 13 725 447 mètres carrés étaient composés de 12 943 263 mètres carrés de cases africaines, de 435 452 mètres carrés de cases européennes. Les 346 732 mètres carrés restant étaient constitués de locaux divers. De 1954 à 1957, il y a eu dans le Diamaré huit cycles semestriels d’aspersions au DDT. Ainsi que le nota le chef de la Section paludisme du Cameroun en 1959, les résultats obtenus ne jurent pas négligeables puisque les indices hématologiques se virent abaisser au niveau de l’hypo-endémie dans les villes et dans les villages de la brousse au taux d’une méso-endémie modérée (Chastang, 1959).

19Ainsi qu’il a été souligné précédemment, la zone pilote de la région de Yaoundé (à l’exception de la ville elle-même) créée en 1953 se limitait à une région habitée par près de 50 000 habitants autour de Yaoundé. Cette zone d’expérimentation s’étendit en permettant de protéger 70 000 personnes. Les conditions climatiques (abondantes précipitations, humidité constamment élevée, températures chaudes avec de faibles écarts) étaient très favorables, d’autant que la région était traversée d’est en ouest par trois cours d’eau importants (la Sanaga, le Nyong et le Ntem). À l’est coulaient la Kadéi, la Boumba et le Dja avec leurs nombreux affluents. Répartie en trois secteurs A, B et C, cette zone pilote de Yaoundé fut soumise aux séances d’aspersion au DDT, à la dieldrine et au HCH. Le chef d’équipe était secondé par un entomologiste et un épidémiologiste. Les aspersions d’insecticides commencées à la fin février 1953 partirent de la périphérie vers le centre de la zone en suivant dix axes qui convergeaient vers Yaoundé (Archives IMTSSA, carton 233, Cameroun AOF-AEF).

20Il faut retenir, aussi bien au sud qu’au nord, que la fréquence des opérations d’aspersions avaient fini par provoquer des réticences chez de nombreux habitants qui ne supportaient plus d’être dérangés, qui ne percevaient pas le danger du paludisme, et qui n’étaient guère impliqués dans la lutte antipaludique. De 1954 à 1956-1957, les campagnes d’aspersion conservèrent un caractère fragmentaire, ne parvenant pas à traiter tous les villages, ni à atteindre tous les habitants. Seuls 50 à 60 % de la population étaient protégés ce qui ne suffisait pas à assurer une sécurité. Ces conclusions décevantes obligèrent les responsables des campagnes d’aspersion à réorganiser la zone pilote autour de Yaoundé à partir de mars 1957 (fig. 1).

21Ils l’agrandirent en l’étendant d’est en ouest sur 60 kilomètres et du nord au sud sur 100 kilomètres afin de mettre le maximum de populations à l’abri, soit 120 000 habitants de zones rurales. Cette nouvelle zone regroupait trois catégories de villages. Il y avait les villages traités depuis 1954, 1955 et 1957 et des villages témoins conservés pour évaluer la pertinence de l’effet des insecticides à effets rémanents. Afin d’anticiper les échecs, du moins pour éviter de mauvaises répartitions de la pellicule des produits insecticides, les responsables s’imposèrent des mesures draconiennes à eux-mêmes et aux manœuvres affectés aux aspersions : avoir une connaissance précise de la région en dépit de la tension politique extrême du moment, contrôler quotidiennement les équipes d’aspersions sur le terrain pour les contraindre à entrer dans toutes les agglomérations et tous les hameaux, même les plus difficiles d’accès, effectuer surtout des tournées de rattrapage pour traiter les habitations trouvées fermées lors du premier passage. Il ne fallait en aucun cas laisser échapper des anophèles susceptibles de coloniser de nouveau les zones traitées et retransmettre la maladie.

Figure 1. Zone pilote de Yaoundé.
Carte extraite des Archives IMTSSA, carton 233, Cameroun, A.-O.F. A.-E.R, légèrement modifiée par l’auteur.

Figure 1. Zone pilote de Yaoundé.Carte extraite des Archives IMTSSA, carton 233, Cameroun, A.-O.F. A.-E.R, légèrement modifiée par l’auteur.

22Depuis sa réorganisation, la zone pilote reçut un traitement complet de mai à juin 1957, conformément aux recommandations du Comité d’experts de l’OMS qui reconnaissait qu’en Afrique, la transmission était si intense que des méthodes appliquées avec succès ailleurs y devenaient inefficaces. Il fallait donc traiter toutes les habitations et opérer des pulvérisations avec le plus grand soin et au bon moment dans toute la zone considérée (Archives OMS MHO/AS/52.57). Le DDT a servi de janvier à avril 1958 ; la dieldrine de mars à avril de la même année. La période d’aspersion fut ramenée à dix mois au lieu d’un an en raison de constatations entomologiques. On parlait déjà dans d’autres régions de résistance des anophèles aux insecticides. Dans la zone pilote de Yaoundé, puis du sud (en y englobant la zone forestière), les responsables des aspersions avaient pris des précautions pour prévenir les cas de résistances.

23Dans la partie A de la zone, il y eut les campagnes de pulvérisations de 1954 à 1956, puis un traitement complet en 1958 ; la transmission du paludisme y avait pratiquement disparu. Dans le secteur B traité depuis 1955-1956, les aspersions complètes ont permis de réduire considérablement le taux de transmission. Le paludisme y était sur le point d’être éliminé après les campagnes de 1958. Quant au secteur C, les indices malariométriques avaient fortement baissé après les campagnes de 1958.

24Outre les aspersions, des engins de terrassement procédaient aux grands travaux d’assainissement des espaces par le creusement de canaux de drainage des eaux de pluies dans les centres urbains, ou bien à leur nettoyage avant le passage des équipes d’aspersion. Des manœuvres engagés devaient parcourir chaque secteur avec leur pompe à main pour asperger les moindres flaques d’eau, ainsi que tous les endroits où des objets pouvaient se transformer en gîtes à moustiques. Le travail d’aspersion commençait le lundi matin pour se terminer le samedi à midi.

25Dans la partie sud du pays, en particulier dans la zone pilote, A. gambiae n’avait aucune chance de survivre en raison de l’environnement de plus en plus défavorable à son épanouissement. Par contre, dans la partie nord du Cameroun, la variété des gîtes le rendait plus difficile à atteindre. Quant à A. moucheti, il ne constituait plus un danger véritable puisque l’objectif de la lutte était de tarir sa source d’approvisionnement en parasites en le repoussant le plus loin possible des hommes pour mettre un terme à la transmission. Depuis 1955, A. nili n’avait plus été capturé. Néanmoins, en 1958, les équipes de recherche avaient récolté de nombreux cadavres à Nyabessan (Ntem) à l’entrée des maisons traitées. Même si A. nili ne constituait plus une menace de la transmission dans la partie sud-camerounaise, il fallait rester vigilant à cause de l’importance des déplacements des habitants et surtout du rôle que pouvait jouer la population flottante dans l’essaimage des parasites malariens. Cette partie du territoire était sécurisée jusqu’en 1958. Aucun phénomène de résistance aux insecticides n’y avait été découvert si bien que les chercheurs soulignaient qu’on pouvait raisonnablement éradiquer le paludisme du Cameroun à condition de résoudre les difficultés administratives et surtout de trouver les financements.

26Au cours de l’année 1958, les enquêtes et contre-enquêtes de parasitologues, d’entomologistes et de cliniciens autorisèrent à conclure que la situation palustre à Yaoundé qui comptait 56 000 habitants est aussi favorable que possible (Chastang, 1959 ; Hamong et al, 1963). Il était exceptionnel de trouver des hématozoaires dans un frottis de sang. Dans les très rares cas positifs, les porteurs de parasites s’étaient contaminés à l’extérieur de la zone ; on peut donc affirmer que dans la ville de Yaoundé la transmission du paludisme est totalement interrompue (Archives IMTSSA, carton 233). Déjà dès 1955, on n’y trouvait plus trace de larves et d’imago de A. gambiae en dépit de minutieuses recherches. Par contre à Douala, ville portuaire, capitale économique et principale centre commercial, peuplée de 120 000 personnes en 1958, la situation n’était pas satisfaisante malgré un traitement complet qui avait entraîné la disparition de A. gambiae. Sa présence dans les villages voisins avait permis une ré-invasion de la ville à la faveur des pluies abondantes et d’un ralentissement des opérations d’aspersions. Des prospections organisées dans le quartier de Kassalafan permirent de capturer de nombreux adultes A. gambiae. Douala souffrait de son statut qui attirait une forte population flottante difficile à contrôler et qui y introduisait de nouvelles normes de gestion de l’espace dans le paysage urbain. Par exemple les populations du Nord laissaient des trous liés à l’extraction de la terre pour bâtir des maisons en banco. Ces trous se transformaient en gîtes à moustique avec les chutes de pluies. Le fait d’agrandir la ville par des lotissements pour faire reculer la brousse et éloigner les taudis, laissait présager cette ré-invasion. Du reste, tout comme à Yaoundé, dans certains quartiers de Douala, les habitants avaient des activités qui facilitaient l’invasion des moustiques, tels l’élevage de porcs et le développement des jardins potagers. De plus, à la veille de l’indépendance du pays, certains hommes politiques pour des raisons électorales, contournaient des directives dérangeantes mais néanmoins nécessaires pour un contrôle effectif du paludisme.

27À l’indépendance en 1960, les équipes de campagne arrêtèrent les aspersions après le contrôle des experts de l’OMS et soumirent la zone pilote à une surveillance épidémiologique. Ces succès devaient être exploités dans d’autres régions du pays. Néanmoins, le phénomène de résistance tant redouté se précisa dans l’arrondissement de Nanga-Eboko fin 1959. Les A. gambiae étaient devenus insensibles au traitement à la dieldrine. L’OMS alertée prit des dispositions pour tenter de contrer la capacité de résistance qui commençait à s’étendre en proposant d’associer la distribution de chloroquine aux aspersions de la dieldrine. La pyriméthamine seule avait déjà été écartée en raison de la résistance observée en 1956. Au nord, aucune action anti-anophélienne n’avait réussi à faire baisser de façon durable après 1958 le niveau d’endémicité. Il fut alors décidé de proposer une lutte médicamenteuse. En novembre 1960, à l’exception des villes de Yaoundé et de Douala, les indices malariométriques remontèrent dans tous les groupes d’âge de la population. L’inefficacité du DDT déjà observée dans cette zone fit choisir aussi la lutte chimioprophylactique contre la parasitose surtout à destination des écoliers. Les actions entreprises auprès de ces derniers devaient amener à convaincre toute la population de se conformer à ce nouvel essai. Ainsi que le souligna un paludologue de l’OMS invité en 1966 à donner son avis sur le plan de chimioprophylaxie proposé au Cameroun, l’une des causes principales d’échecs de tous les essais et de tous les projets pilotes, dans diverses régions africaines, a été la sous-estimation du besoin de la collaboration active de la population, dans le cadre de l’éradication. Même cette nouvelle tentative de contrôle de la maladie par l’intermédiaire des écoliers souffrait de nombreux défauts surtout en période de vacances où les enfants se retrouvaient dans leur famille sans médicaments.

Conclusion

28La tentative de contrôle du paludisme au Cameroun à travers les zones pilotes a d’abord été un franc succès jusqu’au début des années 1960 en rendant l’environnement défavorable aux différentes espèces d’anophèles. Mais cette victoire fut de courte durée en raison de l’immensité des espaces, de l’insuffisance de contrôle des populations aux habitudes diverses, particulièrement dans la gestion de leurs habitats et de leurs habitations, ainsi que dans la compréhension de la maladie. À cela s’est ajouté l’essor des phénomènes de résistance des anophèles aux insecticides DDT et dieldrine, et la chimiorésistance à la pyriméthamine et à l’association prémaline-pyriméthamine, ce qui jeta un trouble parmi les experts paludologues.

29En voulant contrôler la maladie, les experts ont omis de prendre en considération les perceptions culturelles du paludisme mais aussi les pratiques dans les espaces de vie. Ce déficit dans l’analyse a constitué un important obstacle au contrôle de la maladie si bien que dès la découverte de l’ampleur des résistances, il était trop tard pour rectifier les erreurs et surtout pour s’opposer à l’arrêt des campagnes pilotes après l’interdiction par les experts de l’OMS de se servir des insecticides dont les scientifiques n’avaient pas anticipé le court délai d’efficacité.

30Face aux problèmes croissants, les nouvelles autorités du Cameroun n’eurent d’autre choix que d’arrêter les campagnes d’aspersion d’insecticides, de développer la prophylaxie médicamenteuse et de proposer aux habitants des villes un modèle d’habitation qui devait permettre de vivre à l’abri des piqûres des anophèles. Son coût élevé découragea les personnes susceptibles d’être intéressées. Aussi, les modèles proposés, malgré la prise en compte des impératifs sanitaires, ne cadraient pas avec les habitudes des habitants. Ainsi que le reconnut en 1967 un expert : Dans un programme de pré-éradication du paludisme, mises à part les tâches de développement des services de santé de base pour réaliser la couverture totale du pays, la tâche principale est de concentrer tous les efforts sur la protection de l’homme, c’est-à-dire faire l’éducation sanitaire, l’assainissement du milieu et assurer la protection médicamenteuse, avec comme but baisser le niveau du paludisme le plus bas possible afin d’assurer la prévention contre la mortalité et l’invalidité causées par cette maladie. Cette question non résolue au début des années 1960, se pose toujours aux populations africaines en proie au paludisme. Il serait intéressant de tirer des leçons de ces luttes entreprises au Cameroun en tenant compte des rapports étroits qui existent entre médecine préventive, santé publique, assainissement au sens large et milieu de vie.

Bibliographie

Bado J.–P., 2004 – La lutte contre le paludisme en Afrique centrale : problème d’hier et d’aujourd’hui. Enjeux, bulletin d’analyse géopolitique de l’Afrique centrale, n° 18, 10-14.

Bado J.–P., 2005 – « Malarial Campaigns in Francophone Africa from the 1940s : A Challenge for Medicine ». In Ngalamulume K., Viterbo P.: Colloque Health and Medicine in Africa, Brin Mwarn, avril.

Calsat J. H., 1946 – Enquête monographique pour le projet d’urbanisme de la région du Wouri et de Douala, sl du Gouvernement du Cameroun français. 155 feuillets ronéo.

Champaud J., 1972 – Genèse et typologie des villes du Cameroun Ouest. Cahiers Orstom, série Sciences humaines, vol. IX, n° 3 : 325-336.

Chastang R., 1959 – Quatre années de lutte antipaludique au Cameroun méridional. Médecine tropicale, vol. 19, 1 : 51-86.

Chronique d’Outre-mer, 1951 – La lutte contre le paludisme en Afrique française d’après le rapport de la conférence internationale du paludisme 29 nov./7 décembre 1950, octobre : 11-16.

Comité OMS d’experts du paludisme, 1974 – Seizième rapport OMS. Série Rapport techniques, n° 549.

Franqueville A., 1968 – Le paysage urbain de Yaoundé. Cahiers d’Outre-Mer, avril-juin : 113-154.

Gramont Dr J. L., 1947 – Le paludisme. Marchés tropicaux, nov. : 1679-1683.

Hamong J., Mouchet J., Chauvet G., Lumaret R., 1963 – Bilan de quatorze années de lutte contre le paludisme dans les pays francophones d’Afrique et de Madagascar. Considérations sur la persistance de la transmission et perspectives d’avenir. Bulletin de la Société de Pathologie exotique, Filiales, 56 : 933-971.

Peirier C, 1942 – Note sur le quinquina du Cameroun. Médecine tropicale, n° 2 : 99-119.

Schweitz J., 1949 – Le quatrième Congrès international de Médecine tropicale et de paludisme. Zaïre, vol III, n° 1, janvier : 35-45.

Notes

1 En l'absence d'expression française équivalente et aussi concise, ce terme anglo-saxon désigne l'application des insecticides à effet rémanent sur des surfaces intérieures des habitations.

Notes de fin

1 Institut de médecine tropicale du Service de santé des armées.

Auteur

jpaulbado@wanadoo.fr
est historien, chercheur associé à l’université d’Aix-en-Provence, Cemaf Aix, et directeur du groupe de réflexions et d’actions pour la santé en Afrique (Grasa). Spécialistes de l’histoire de la santé, des maladies et des sciences biomédicales en Afrique francophone, ses recherches actuelles portent sur une nouvelle approche de la notion d’espérance de vie à travers l’étude de maladies liées à l’environnement. Son dernier ouvrage paru en 2006, aux éditions Karthala porte sur Les conquêtes de la médecine moderne en Afrique.

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search