Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géopolitique et environnement

 | 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa
, 
Chantal Blanc-Pamard
, 
Florence Pinton

Partie 3. Financer le développement ou financer la conservation, une question sociale

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Dans cette partie plus thématique et technique, deux acteurs nationaux de la politique environnementale malgache (A. L. Razafinjara et J. R. Rakotoarijaona) traitent la question de l’environnement par rapport au développement rural et à la conservation de la biodiversité en tant que question de société. Ils en font l’objet d’un débat et d’un enjeu politique. Les articulations entre les politiques et dispositifs conduits en France, en Europe et aux États-Unis et ceux véhiculés par les acteurs de la coopération internationale issus de ces pays et agissant à Madagascar peuvent être source de contradictions et d’incohérence. Le premier auteur, Aimé Lala Razafinjara, déplore la faiblesse de la recherche publique pour le développement rural ainsi que son manque d’orientation stratégique face aux rapports asymétriques que les bailleurs de fonds instaurent avec leurs partenaires. Le second, Jean Roger Rakotoarijaona, affiche une posture technicienne en quête d’indicateurs définis à un niveau supranational en vue d’un financement durable. À travers cet angle d’analyse, il s’agit de mieux comprendre la construction d’un champ international des politiques environnementales autour de la notion de service environnemental. En raison des dissensions politiques actuelles, le REDD qui pourrait prendre le relais des dispositifs de protection de la biodiversité reste en veille. Si les fondements de ce type de dispositif peuvent apparaître séduisants, ils reposent sur un changement profond de paradigme en mettant en avant la notion de performance environnementale à travers l’obligation de résultats. Il ne faut donc pas sous-estimer les cadres et aspects techniques contraignants de la séquestration du carbone. Les deux auteurs relèvent le poids des financements internationaux dans le choix de modèles de développement conditionnés par la question environnementale. La question des transitions agraire ou forestière sur les populations rurales est successivement posée par chaque auteur via les conséquences socio-économiques de l’agriculture de conservation et de la séquestration du carbone. Une absence de financement dans le premier cas, un potentiel de financement dans le second soulignent une dépendance qui affecte le monde rural car les enjeux locaux de développement de ce dernier s’en trouvent occultés.

2Reprenons la proposition formulée en introduction d’une mise en relation de la géopolitique et de l’environnement à Madagascar pour en souligner deux aspects. En premier lieu, on doit reconnaître l’invasion du politique dans la gestion environnementale, une invasion puissante, durable mais peu maîtrisée car souvent occultée qu’il est urgent d’analyser. Les politiques environnementales veulent produire de l’innovation même si elles s’accompagnent de flous institutionnels et d’insécurités sociétales. Le second aspect est la richesse des analyses présentées dans cet ouvrage qui dévoilent les pratiques à l’œuvre en relation avec les organismes nationaux et internationaux, mais aussi les tensions et incompréhensions entre conservation et logiques paysannes.

3L’internationalisation de l’environnement et l’émergence de nouveaux acteurs – à tous les niveaux – oblige les uns et les autres à penser autrement les articulations entre Nord et Sud, entre global et local, entre nature et société, entre échelles de temps et d’espace, entre rural et urbain, entre production et conservation. Prendre en compte à la fois la naturalisation des dispositifs de gestion environnementale et leur dimension politique est une démarche désormais validée par les travaux des auteurs de l’ouvrage.

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540