Version classiqueVersion mobile

Les virus émergents

 | 
Jean-François Saluzzo
, 
Pierre Vidal
, 
Jean-Paul Gonzalez

Conclusion

Texte intégral

1Le concept de maladie virale émergente a été créé en 1989 par des épidémiologistes américains sous l’impulsion du prix Nobel de médecine Joshua Lederberg. En dix ans, il a connu un réel succès, favorisé par une série d’événements comme l’apparition des virus Ebola, Hantaan et West Nile aux États-Unis, ainsi que par diverses autres épidémies dévastatrices dues à des virus nouveaux, dont le Coronavirus responsable du SRAS. Si ces événements ont sensibilisé à la fois les médias et le grand public, ils ont aussi rappelé aux responsables de santé publique le cadre dans lequel s’inscrit aujourd’hui le risque biologique dans nos sociétés.

2Il était temps que la communauté scientifique évolue, comme l’atteste l’anecdote qui suit. En 1983, une importante épidémie de fièvre jaune se déclara au Burkina Faso. Une équipe d’épidémiologistes du centre Muraz, accompagnée d’entomologistes médicaux de l’IRD (anciennement Orstom), se trouvait sur les lieux de l’épidémie. Un grand nombre d’échantillons furent prélevés et adressés pour des études virologiques aux Instituts Pasteur de Dakar et de Côte d’Ivoire, qui venaient justement de mettre au point des techniques nouvelles de diagnostic de cette virose. La somme d’informations recueillies au cours de cette épidémie fut exceptionnelle. Plus de 5 000 sérums furent testés et permirent de déterminer l’incidence de la maladie. Alors que près de 30 000 personnes avaient été infectées par le virus, la mortalité relevée n’était que de 4 %. Antérieurement, l’OMS considérait que la mortalité lors des épidémies de fièvre jaune avoisinait 80 %. En fait, jusqu’à cette épidémie, les statistiques se référaient à la mortalité observée dans les hôpitaux, qui ne notifiaient que les cas graves. Les données virologiques obtenues au cours de cette épidémie se révélèrent d’un apport précieux : de nombreuses souches de virus de la fièvre jaune furent isolées, aussi bien à partir de prélèvements humains que de moustiques capturés sur le terrain, et il fut possible pour la première fois de connaître le taux d’infection des moustiques pendant une épidémie (8 %). Enfin, sur le plan technique, l’utilisation de lignées de cellules d’insectes et les méthodes de capture d’antigènes dans le sérum des malades, évaluées pour la première fois, révolutionnèrent le diagnostic de cette virose, mais aussi d’autres maladies virales, en particulier celles dues aux infections par les Flavivirus. Il s’agissait de toute évidence de l’épidémie de fièvre jaune la mieux étudiée dans la longue histoire de cette maladie.

3Les résultats furent présentés par le docteur Jean Roux, directeur du centre Muraz, au cours d’un congrès international de la Société américaine de médecine et d’hygiène tropicale, qui se tint en 1983 à Calgary (Canada). Dans l’immense salle de l’hôtel Hilton, nous étions cinq à écouter le Dr Roux : deux coauteurs, l’un des vétérans de la fondation Rockefeller, le Dr Wilburn Down, et deux autres arbovirologistes américains. Autant dire que les informations recueillies au cours de cette épidémie passèrent tout à fait inaperçues.

4En 1993, lors d’un nouveau congrès de cette même société, Paul Reiter (CDC) présenta l’épidémie de fièvre jaune qui venait d’avoir lieu au Kenya. Les données étaient limitées. L’équipe du CDC était arrivée sur le terrain après l’épidémie, le virus n’avait pas été isolé, le vecteur restait inconnu, seules quelques données sérologiques associées aux informations cliniques permettaient de conclure à une probable épidémie de fièvre jaune. La salle où Reiter faisait sa présentation fut prise d’assaut, l’audience se composait de plus de cent cinquante personnes. On y retrouvait les anciens arbovirologistes transformés en experts des maladies virales émergentes, de nombreux jeunes étudiants à l’affût d’un thème pour une bourse d’étude et, bien entendu, la presse américaine. Entre les deux conférences de 1983 et 1993, le terme de maladies émergentes avait produit son effet séducteur.

5Les congrès se succèdent sur le thème des maladies virales émergentes (nous en avons organisé deux en France) et la revue Emerging Infectious Diseases lui est consacrée. L’Organisation mondiale de la santé a mis en place un réseau coordonné à partir de Genève afin de mobiliser les ressources nécessaires en cas d’épidémie, comme cela vient d’être le cas pour l’épidémie de SRAS.

6Toutefois, beaucoup reste à faire. Lors de la définition du concept de maladie virale émergente, la question posée au travers de la pandémie de sida était la suivante : aurions-nous pu prévenir cette pandémie ? D’autres pandémies sont-elles possibles ? Comment y faire face ?

7Si l’on admet, comme cela semble désormais bien établi, l’origine africaine des virus VIH et de leur diffusion planétaire, la prévention passe par des études de terrain au point d’émergence du virus. C’est le cas pour le virus Ebola. Depuis la première épidémie en 1976, l’OMS mobilise des équipes internationales aptes à se rendre sur le terrain lors des manifestations épidémiques. Toutefois, depuis cette date – et malgré différentes épidémies bien documentées -, aucun progrès n’a été réalisé dans l’étude du réservoir, étape initiale et indispensable pour la prévention des épidémies. Il n’existe pas sur le terrain en Afrique d’équipe apte à étudier le cycle naturel du virus (à l’exception notable d’une équipe récemment installée à Franceville, au Gabon). Tous les laboratoires de classe 4, indispensables à la manipulation du virus, sont localisés aux États-Unis ou en Europe (depuis peu !) dans l’attente d’une mobilisation lors du déclenchement d’une nouvelle épidémie.

8On observe donc de graves lacunes au niveau de l’investigation épidémiologique de terrain mais également dans le développement de vaccins contre ces redoutables viroses. À l’exception des travaux menés sur le vaccin contre la dengue, il n’y a à l’heure actuelle au sein des grands groupes pharmaceutiques aucun exemple de vaccin en phase clinique contre les viroses que nous avons évoquées dans cet ouvrage.

9La faiblesse d’investigation sur le terrain est connue des experts des maladies exotiques, et notamment aux États-Unis où les virologistes regrettent l’extraordinaire aventure de la Fondation Rockefeller. Une enquête récente réalisée par le CDC dans les centres de référence OMS situés en zone tropicale a révélé la faiblesse de leur capacité de diagnostic : seuls quelques laboratoires sont capables de diagnostiquer une arbovirose majeure telle que la fièvre jaune, et pratiquement aucun n’est en mesure de réaliser le diagnostic de fièvre hémorragique. Il est absolument nécessaire de mettre en place des équipes internationales sur le terrain afin d’assurer une surveillance épidémiologique permanente en utilisant les outils de diagnostic modernes créés dans les centres de recherche des pays occidentaux. À quoi cela sert-il de posséder un diagnostic PCR pour la fièvre jaune et le virus Ebola, si ces tests ne sont pas appliqués en zone endémique ? De même, il est temps de développer un concept de vaccin orphelin, à l’instar des médicaments, afin de mobiliser des crédits et de faire évoluer les réglementations internationales pour favoriser le développement de tels vaccins, qui ne peuvent intéresser l’industrie pharmaceutique.

10Les virus nouveaux existent, et on en découvre régulièrement, en particulier en milieu tropical. Les mécanismes d’émergence sont connus, l’homme y tient un rôle déterminant, et à un degré moindre, la nature participe aussi à la diffusion des virus. Il est actuellement illusoire de vouloir maîtriser le développement agricole ou industriel des pays en voie de développement. Les facteurs économiques passeront toujours en priorité, dans ces pays, par rapport à la logique écologique telle que nous la définissons dans les pays occidentaux. L’extrême diversité des virus que nous avons décrits dans cet ouvrage et la plasticité de leur génome prouvent le risque potentiel d’émergence de nouveaux agents infectieux. Le travail des scientifiques représente certainement la meilleure barrière à la diffusion de ces agents. Au xixe siècle, Louis Pasteur, sans connaître la nature physique des agents filtrables, non visibles au microscope, a eu l’idée géniale d’adapter ces agents infectieux à la croissance in vivo, ce qui devait aboutir à la mise au point du vaccin contre la rage. Au xviiie siècle, Jenner avait également eu l’idée, à partir d’une observation épidémiologique, de créer ce que l’on appelle « l’approche vaccinale jennérienne », c’est-à-dire d’utiliser un virus adapté à une autre espèce – en l’occurrence la vache – pour vacciner contre l’une des maladies humaines les plus redoutables que l’on connaisse, la variole. C’est également de façon très empirique que Max Theiler, en adaptant le virus de la fièvre jaune à la culture sur œuf, mit au point l’un des vaccins les plus efficaces – et qui est encore utilisé. De nos jours, tous ces vaccins seraient probablement refusés par les autorités nationales de santé en raison des risques potentiels qu’ils pourraient représenter.

11Nous entrons dans une ère nouvelle, où l’approche du vaccin chimique rêvée par Pasteur devient une réalité. Les outils de biologie moléculaire nous permettent de connaître la structure des génomes viraux, d’étudier le support moléculaire de la virulence. Les données actuelles, encore fragmentaires, souvent limitées par l’absence de modèle animal, commencent à révéler les premiers secrets. Qui aurait pu penser que le support moléculaire du virus de la polio se trouve partiellement dans une région non codante, que des mutants présentant des délétions dans les gènes codant pour des protéines non structurales sont viables, et qui plus est qu’ils pourraient servir de candidats vaccins, comme c’est le cas pour les virus de la fièvre de la vallée du Rift ou de la grippe ? Peu à peu, l’homme apprend à dompter les virus. Ceux-ci deviennent des vecteurs de gènes utilisés en thérapie génique ou encore en cancérologie. Souvent, ces travaux font preuve de beaucoup d’audace, en témoignent ces virus chimères associant une partie du génome du vaccin de la fièvre jaune et le génome des protéines d’enveloppe des virus de l’encéphalite japonaise, de la dengue, de l’hépatite C, etc. Comme au début du xxe siècle, lorsqu’il fallut faire accepter les travaux de Pasteur, il faudra beaucoup de persévérance, et également de la chance, mais le jour n’est peut-être pas si éloigné où les virus viendront aider l’homme comme sources de médicaments à usage préventif et curatif.

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search