Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gestion durable des eaux et des sols au Maroc

 | 
Éric Roose
, 
Mohamed Sabir
, 
Abdellah Laouina

Partie 3. Améliorations des techniques traditionnelles

Chapitre 12. Choix de techniques de GCES par zone agro-écologique au Maroc

Mohamed Sabir et Éric Roose

Texte intégral

Fig. 25. Carte des régions agro-écologiques concernées par la lutte antiérosive (Laouina, 2010).

Tableau 13. Grappes d’aménagements en fonction des sept zones agro-écologiques

Tableau 13. Grappes d’aménagements en fonction des sept zones agro-écologiques

1Au chapitre 5, sont exposés les critères géographiques et humains de distribution des dispositifs de GCES. Aux chapitres 6 et 7, sont décrites 30 techniques de gestion de l’eau et des sols classées selon le mode de gestion de l’eau (capture, infiltration totale, diversion et dissipation) et leurs associations dans les bassins ou les toposéquences de plusieurs régions du Maroc.

2Dans ce chapitre, nous avons regroupé en grappes les techniques qui sont adaptées à chacune des sept zones agro-écologiques principales dans lesquelles les utilisateurs pourront choisir un ensemble de techniques en fonction des conditions socio-économiques du groupe de paysans exploitant un versant ou un terroir villageois. Nous tenterons ainsi de tenir compte du bilan hydrique (pluie, ETP), de la diversité des systèmes de production, de la pente et des sols, du type d’exploitation et du milieu humain, agriculteurs de longue tradition ou éleveurs ayant récemment évolué vers des systèmes agro-sylvo-pastoraux.

Zone désertique

Présahara, Sahara, Anti-Atlas oriental, versant sud du Haut Atlas Sud

Milieu

3Dans ces zones ne recevant que des pluies erratiques en période fraîche et subissant des chaleurs torrides en été (ETP > 2 000 mm), quasi aucune végétation ne résiste sur les versants. Seuls le lit des oueds et les alentours des sources, des forages et des vallées irriguées possèdent une maigre végétation naturelle ou cultivée (oasis de palmiers, acacias, épineux divers). Cependant, juste après les gros orages, se développent rapidement des prairies de plantes annuelles qui bouclent leur cycle en un mois.

Aménagements

  • Oasis et khettara : pour développer des cultures, les paysans ont aménagé des oasis où des eaux de sources et des nappes phréatiques sont capturées par forages ou par khettara (tunnels creusés dans les alluvions ou les piémonts jusqu’à la nappe phréatique). Vu le coût et le danger de l’entretien des galeries souterraines, la majorité des khettara sont abandonnées : elles pourraient être remplacées par de gros drains perforés en plastique ou en terre cuite. Toute une série de techniques de partage des eaux entre les propriétaires des oasis permettent d’irriguer des petites parcelles où poussent trois étages de végétation : des cultures (légumes, céréales et fourrages), des arbustes (oliviers, abricotiers, grenadiers), et des grands arbres (palmiers dattiers, oliviers, etc.). Des cuvettes entourent les arbres tandis que les cultures poussent sur billons dans des planches irriguées. Des haies de rosiers, amandiers, figuiers cloisonnent les parcelles et ralentissent les vents. Les abords des oasis doivent souvent être protégés des vents violents et du sable par des haies de palmes, des branches de lauriers-roses et divers arbustes. Les dangers majeurs consistent dans l’ensablement et la salinisation des sols d’où s’évaporent les eaux d’irrigation.
  • Localement, des fossés sont creusés au pied des collines pour récupérer les eaux de ruissellement et les concentrer sur des cultures d’arbres fruitiers plantés dans de grandes cuvettes dans les meilleures terres des vallées.
  • Des petits barrages collinaires stockent le ruissellement au confluent des vallées secondaires. Des faïd captent les eaux des crues grâce à des digues de terre dans l’oued et les redistribuent sur les champs et les cultures fruitières par des canaux creusés dans les plaines.

© É. Roose
Là où aucune végétation ne résiste sur les versants, les paysans ont mis à profit les maigres ressources en eau pour aménager des oasis.

Zone de plaines et plateaux arides steppiques

Oriental, Souss, Haouz, plateaux atlantiques arides

Milieu

4Avec 100 à 300 mm de pluies tombant en hiver, une ETP de l’ordre de 1 800 mm et trois mois d’été torrides, la steppe a encore du mal à survivre sur les versants surpâturés. Le meilleur mode de gestion des eaux consiste à capter le ruissellement sur les versants de parcours extensifs et à le stocker dans les meilleurs sols cultivés dans la vallée.

Aménagements

5En plus des aménagements des zones sahariennes, on a observé des cultures extensives sur colluvions de bas de colline qui captent les eaux de ruissellement des versants peu perméables. Ces champs rapidement labourés au tracteur produisent des grains tous les 2 ou 3 ans (années pluvieuses excédentaires) et surtout de la paille pour le bétail toutes les années. Les versants à parcours extensifs peuvent aussi être enrichis d’arbres plantés dans une cuvette ou un élément de banquette.

6Les structures de LAE pour la capture des eaux de crue des oueds comprennent :

  • Les liman sont des digues de terre tassée avec fusible barrant la confluence de deux petites vallées et stockant les eaux de ruissellement et les sédiments arrachés aux versants. Dès que les eaux de ruissellement ont infiltré le sol et l’ont mouillé sur plus d’un mètre, il est semé en céréales et autres cultures à cycle court.
  • Les jessour sont aussi des digues de terre (parfois renforcées de pierres) avec un exutoire latéral s’appuyant sur la colline : des digues successives barrent de petits vallons secondaires et stockent l’eau et les sédiments. Dès que le sol est assez épais, il est enrichi en fumier et planté d’arbres (palmiers, oliviers, figuiers acceptant d’être enfouis sous les sédiments) et semé de céréales et légumineuses (pois ou trèfle, luzerne) qui profitent de chaque averse ou écoulement.
  • Les faïd, digues de terre construites sur une partie du lit de l’oued, peuvent capter les crues et amener ces eaux sur des terrains aménagés en terrasses capables d’absorber rapidement ces apports complémentaires et d’irriguer ainsi des arbres fruitiers (oliviers ou amandiers) plantés dans des cuvettes, à densité variable selon la disponibilité en eau.
  • Sur les grandes vallées, il est nécessaire de maîtriser les eaux impétueuses des oueds et de protéger par des murs de pierres sèches les berges et terrasses quaternaires, souvent les meilleures terres du bassin. On y trouve des cordons de pierres, des épis et des seuils en gabions perpendiculaires aux flux. Ces murettes piègent l’eau des crues et leurs sédiments qui finissent par s’accumuler et former des terrasses où sont aménagés des petits jardins potagers.
  • En amont, des haies vives ou des cordons de grosses pierres, parallèles au courant, captent des eaux qui coulent tranquillement dans des séguias, canaux de terre ou de béton, qui vont irriguer des terrasses sur les colluvions et pieds de collines. Ces haies plantées dans le lit de l’oued (roseaux, lauriers-roses, peupliers, saules, frênes, aulnes) permettent quelquefois d’aménager des terrasses étroites le long des collines lors des grosses crues.

7Les structures de LAE pour la capture des eaux de ruissellement des versants arides comprennent :

  • les citernes privées (matfia) ou collectives (avec canal de collecte et d’amenée des eaux devant un des sableur) ;
  • les fossés de capture du ruissellement au pied des collines pour concentrer les eaux de ruissellement dans des micro-bassins sur sols profonds pour irriguer un arbre fruitier (dattier, olivier, amandier) ;

8Pour lutter contre les inondations sont préconisés :

  • des seuils dans les ravins secondaires ;
  • des prises d’eau au débouché des oueds primaires pour irriguer la terrasse quaternaire ;
  • des faïd ou diguettes fusibles pour bloquer le ruissellement au débouché d’un oued primaire, infiltrer assez d’eau pour un cycle cultural (tank indien) ;
  • des murs végétaux encadrant le ht de l’oued (palmiers, lauriers-roses, cannes, roseaux) ;
  • des murettes en gros moellons pour encadrer le ht de l’oued.

Proposition

9Murs de barrage dans les sables de la vallée pour capter les inféro-flux et recycler les eaux de crue qui serviront d’irrigation d’appoint en période sèche.

© É. Roose
Les versants creusés de ravines des reliefs steppiques sont utilisés pour capter l’eau des impluviums dénudés (Prérif oriental).

© É. Roose
Dans l’Atlas oriental, au pied des montagnes arides, fleurissent le long des oueds des oasis également alimentées par des séguias.

Zone aride de montagne

Haut Atlas oriental et sud, Anti-Atlas occidental

Milieu

10Avec moins de 300 mm de pluies tombant en hiver, les versants servent de parcours extensifs tandis que les cultures en jardins se développent dans les oasis de vallées : celles-ci sont irriguées presque toute l’année par la fonte des neiges dans l’Atlas oriental et méridional (ex-vallée du M’Goun). Les hivers sont rigoureux et les vents venus du désert torrides en été et froids l’hiver.

Aménagements

  • Les hauts versants sont couverts d’épineux dispersés surpâturés par des troupeaux de chèvres. Dans les dépressions entre deux collines sont aménagées des petites mares (ghdir) ou des citernes pour l’abreuvement des troupeaux. Sur des replats, on peut trouver quelques champs d’orge avec cordons de pierres discontinus.
  • Dans Γ Anti-Atlas occidental, la majorité des versants ont été aménagés jadis en terrasses progressives avec talus enherbés, renforcés de cailloux et de quelques arganiers : seules les terrasses irriguées situées près des villages ou le long des oueds sont encore cultivées de nos jours, ainsi que les terres autour de résurgences et de citernes.
  • Les citernes bétonnées (matfia), avec ou sans des sableurs, sont nombreuses le long des routes et au bas des versants rocheux. Certaines habitations collectent aussi leurs eaux pluviales, seule source d’eau potable qui fait gravement défaut dans cette région.
  • Le long des oueds sont entretenues des oasis linéaires de palmiers dattiers, oliviers, pistachiers, amandiers, grenadiers et diverses espèces locales. Des jardins fruitiers irrigués et cultivés avec soins autour de puits sont entourés de murettes de pierres pour les protéger des crues des oueds ou du broutage par les troupeaux.

Zone semi-aride de montagne

Haut Atlas central et occidental

Milieu

11Avec 300 à 600 mm de pluies, l’ensemble du paysage est couvert de forêts (cèdres de l’Atlas, chênes-verts, genévriers) ou de matorral, surtout en montagne où le climat est froid en hiver et plus frais en été. Tout le paysage est végétalisé sauf les hauts sommets pierreux, couverts de neige une grande partie de l’année. Les roches sont dures, volcaniques et métamorphiques dans l’Atlas occidental, calcaires dans l’Atlas central, mais elles sont tendres et marneuses à l’aval. La population est dense (40 hab./km2) et les villages sont localisés dans les vallées près des rivières. Les signes d’érosion sont surtout les rigoles, les ravines, la dégradation des berges, les inondations et des mouvements de masse.

Aménagements

Sur versants secs

  • Parcours extensifs enrichis en arbustes fourragers plantés dans des demi-lunes ou des éléments de banquettes stockant les eaux de ruissellement ;
  • cultures en sec (céréales, fèves, pois chiche, oignons, lentilles sur billons perpendiculaires à la pente) sur terrasses progressives s’appuyant sur des cordons de pierres, haies vives ou talus enherbés. On les trouve aux alentours des villages, sur les cônes de déjection des ravins et au-dessus de la première séguia.

Sur versants irrigués autour d’une source ou le long d’une vallée

  • Capture de sourcin ou de ruissellement, stockage des eaux dans une mare de quelques dizaines de mètres cubes (madgen) ou des citernes bétonnées (matfia), séguia ou tuyau plastique amenant les eaux de nappe ou de ruissellement vers les parcelles à irriguer ;
  • terrasses progressives s’appuyant sur des cordons de pierres, haies vives ou talus enherbés, avec cultures d’arbres fruitiers dans des cuvettes et irrigation par sillons et débordement d’une cuvette à la suivante, ou cultures annuelles irriguées. Quand les arbres deviennent grands, les cultures de légumes sont abandonnées au profit de cultures fourragères ou des céréales. Pour réduire les pertes d’eau par infiltration et évaporation dans les canaux, on peut acheminer l’eau des madgen jusqu’aux parcelles cultivées par tuyau et asperseur ou goutte-à-goutte ;
  • terrasses en gradins avec un canal d’amenée des eaux vers les cuvettes des arbres et vers les planches de culture : les talus et espaces en amont peuvent apporter un complément d’eau de ruissellement ;
  • techniques culturales pour irriguer les terrasses, assurer une bonne infiltration en profondeur et un drainage des excès de pluie : sillons amenant les eaux d’irrigation, billons drainés au bout opposé ou cuvettes de stockage pour chaque culture (arbres ou céréales, légumes, fourrages).

Colluvions de bas de pente et du lit des oueds

  • Les zones de colluvions aux sols plus riches et plus profonds sont généralement les premières aménagées en gradins irrigués et fumés. Les eaux d’irrigation proviennent d’une prise d’eau dans l’oued en amont. Une séguia distribue les eaux courantes vers diverses parcelles constituées d’arbres fruitiers (noyers, cerisiers, pommiers, pruniers, oliviers) plantés dans des cuvettes et des planches de cultures intercalaires qui finissent par laisser place à des cultures fourragères une fois que les arbres développent trop de couvert.
  • Les berges de l’oued doivent faire l’objet de soins particuliers pour protéger contre les crues du torrent les terres les plus riches des terrasses quaternaires. Des murs de grosses pierres protègent généralement les berges du torrent principal et des ravines qui s’y jettent.
  • Dès que le lit du torrent s’élargit, les paysans plantent des lignes de roseaux, peupliers, saules, lauriers qui poussent les pieds dans l’eau pour ralentir les eaux de crue, piéger des sédiments et former des terrasses étroites où poussent d’abord des herbes, puis des céréales et enfin des arbres.
  • Si le lit de l’oued est très large, il peut être aménagé par des cordons de grosses pierres perpendiculaires au lit de l’oued, isolant des parcelles rectangulaires où les eaux chargées des crues sont piégées, ralenties : elles déposent des galets, des sables puis des sédiments plus fins à mesure que poussent des herbes pâturées, des céréales et finalement des arbres fourragers ou fruitiers. Ces aménagements sont souvent détruits lors des crues majeures et les murettes ou cordons de pierres sont reconstruits jusqu’à ce que les arbres soient suffisamment bien implantés et capables de résister au torrent.

Techniques culturales conservatoires préconisées

12Pour infiltrer et capter les pluies sans créer des ravines ou des glissements de terrain :

  • labour grossier avec enfouissement de fumier, résidus de culture et mauvaises herbes ;
  • labour grossier, semis puis couverture du sol avec les émondes des haies vives ;
  • semis direct sur couverture morte (paillage, résidus de culture + mauvaises herbes herbicidées) ;
  • billonnage cloisonné ou paillé ;
  • irrigation sur billons ou planches déprimées, avec séguia amenant l’eau et fossé de drainage à l’autre bout des planches pour diriger les excès d’eau d’irrigation ou de ruissellement vers la terrasse suivante ou un chemin d’eau (ravine stabilisée, citerne et agriculture intensive).

© É. Roose
Sur les colluvions des bas de pente des montagnes semi-arides sont aménagés des gradins irrigués ; des murs de pierres protègent les berges de l’oued des crues saisonnières.

Prérif et Rif central et oriental semi-aride

Le milieu

13Les pluies (300 à 600 mm) sont beaucoup moins abondantes que dans le Rif occidental et la saison sèche est plus longue (3 à 5 mois). Les forêts ont laissé la place aux matorrals parcourus par les troupeaux et ces parcours dégradés sont finalement cultivés ou laissés en jachères. Les oliviers laissent la place aux amandiers plus résistants à la sécheresse. Les sols dénudés sont en danger d’érosion en nappe, en rigoles et surtout en ravine. Les berges sont dégradées ou protégées par des épis en gabion perpendiculaires aux écoulements. Il faut donc à la fois protéger les sols de l’érosion, stocker un maximum d’eau en période transitoire et organiser le drainage à travers tous les versants susceptibles d’être cultivés et enfin protéger les berges des oueds. La céréaliculture domine sur les versants, associée à l’élevage et aux amandiers plantés dans des cuvettes ou demi-lunes. Les roches sont sédimentaires ou constituées de flyschs tendres : les sols sont bruns, bruns vertiques ou des lithosols.

Les aménagements sur les hauts de versants

  • Les fortes pentes doivent être couvertes en permanence par les forêts et les parcours doivent s’effectuer dans le matorral et prairies enrichies en légumineuses.
  • Les céréales dominent sur les pentes moyennes (< 40 %) ; il vaut mieux étaler les eaux de ruissellement sur le versant rugueux, les ralentir par des cordons pierreux ou des haies vives et former des terrasses progressives avec un fossé de drainage près de la base du talus protégé par des herbes drues : Andropogon, diss. Les banquettes d’absorption totale ou de diversion n’ont pas donné les résultats escomptés et ne s’avèrent pas ici une bonne solution.
  • Les ravines sont stabilisées par des seuils en pierres sèches et souvent plantées de fruitiers au milieu de cuvettes.

Les aménagements sur les bas de versants et les colluvions

  • Sur les talus de bas de pente, aménagement de terrasses en gradins irrigués. Talus protégés par un revêtement de pierres ou d’herbes avec un fruit de 20 %. La terrasse est cultivée en billons ou sur planches pour maintenir hors d’eau les jeunes plants.
  • Dans les vallées assez larges, on trouve des jardins irrigués, protégés des crues de l’oued par des épis en gabions ou en cordons de grosses pierres et des haies vives de roseaux, cannes de Provence, peupliers, lauriers-roses, etc.
  • Pour parer au manque d’eau, on a creusé des puits, et construit des matfia et des cuves en béton pour assurer l’irrigation des jardins sur les berges.

© Ê. Roose
Champ d’amandiers alimenté par une séguia partant de l’oued principal dans la région semi-aride du Prérif.

Prérif, Rif occidental et Moyen Atlas sub-humide à humide

Le milieu

14Bien que le milieu soit encore sec durant les 3 mois chauds de l’été, les pluies à l’automne et au printemps sont abondantes (600 à > 1 500 mm) et provoquent du ruissellement et du drainage si la surface du sol n’est pas totalement couverte par la végétation forestière, la litière ou les résidus de culture. Il faut donc à la fois infiltrer le maximum d’eau durant les périodes transitoires et gérer les excédents des eaux de surface en organisant le drainage lors des plus fortes averses. Les risques d’érosion en rigole, ravine, masse, sapement de berge sont très élevés dès que la végétation forestière est remplacée par les cultures.

Les aménagements sur les versants

  • Les sommets rocailleux sont généralement utilisés en parcours arbustifs évoluant avec les feux répétés en jachères herbacées dont les parties exploitables sont souvent clôturées par des cordons de pierres ou des murettes à claire-voie (Rif occidental, barre dolomitique) ;
  • Les sommets sur roche tendre et sols plus profonds sont au départ couverts de forêts évoluant en matorral surpâturé qui, sous la pression démographique, finira par être brûlé et défriché pour les cultures (céréales, légumineuses). Vu les fortes pentes, il est urgent de couvrir le sol (résidus de culture, adventices ou plantes de couverture), de réduire la pente (cordons de pierres ou haies vives exploitées comme fourrage ou paillage) et d’assurer une bonne rugosité (labour grossier), une fertilisation raisonnée pour que la culture couvre le sol le plus rapidement possible et de préférence une culture pérenne (fourrages, luzerne).
  • L’ensemble du versant peut être cultivé. Il est donc prudent de prévoir des chemins creux ou des fossés stabilisés par des pierres et des herbes pour collecter le ruissellement issu des parcours des sommets et le redistribuer dans une zone de terrasses en gradins cultivés très intensivement (légumes en rotation, fumure organique et minérale raisonnée, irrigation en planches, sillons, goutte-à-goutte ou pulvérisation).
  • Vu la surabondance des pluies et du ruissellement en périodes fraîches, il est nécessaire de prévoir un circuit de drainage guidant les excès d’eau temporaires vers des drains naturels du paysage (ravineaux stabilisés, ondulations du versant) ou des chemins d’eau artificiels bien stabilisés par l’enherbement et éventuellement des citernes de stockage pour des périodes sèches difficiles pour le troupeau ou les cultures.
  • La concentration des eaux de ruissellement entraîne la formation de ravins. Tant que les ravins sont peu profonds, on peut tenter de les reboucher en y déversant des pierres, adventices, jujubiers et déchets de culture puis en y repoussant la terre en labourant les berges. Mais si le ruissellement perdure sur ces chemins d’eau naturels, il vaut mieux stabiliser le fond par des petits seuils en pierres sèches renforcés par les herbes et arbustes croissant naturellement dans ces situations difficiles (palmier doum, laurier-rose, cannes, roseaux, bambous, cypéracées et diverses herbes). Si les ravins sont plus larges, on peut réduire leur pente par des petits seuils en grillage et planter des arbres divers sur les bords des sédiments et des herbages au centre qui vont se pencher pour laisser passer les excès d’eau. Enfin, s’il s’agit de ravins torrentiels au fond garni de grosses pierres mouvantes, la végétation ne peut résister et il faut faire appel à des seuils bétonnés et feraillés résistants aux galets en transit.
  • Si le versant est long, une partie est consacrée aux céréales extensives qui ne bénéficient que de peu d’aménagements : talus de fin de parcelles stabilisés par des herbes et buissons naturels (palmier doum, agaves, etc.). On peut les stabiliser par des rangées d’amandiers ou d’oliviers serrés sur la ligne (4-5 m), les rangées étant écartées de 10 à 25 m sur le versant avec des cultures intercalaires en courbes de niveau entre les lignes d’arbres et de fourrages pérennes.
  • Sur les colluvions de bas de pente et dans le fond de la vallée, on rencontre souvent des terrasses en gradins irriguées et fumées, tout un système agro-forestier combinant des arbres fourragers (frênes, peupliers) et fruitiers (oliviers, amandiers, cognassiers, citrus, pommiers, cerisiers et noyers en altitude) avec des cultures annuelles intercalaires.
  • Les berges de l’oued exigent une fixation efficace par des arbres (peupliers, aulnes) et par diverses herbes (bambous, cannes de Provence), ou par des épis en gabions ou en murettes de grosses pierres.

© É. Roose
L’ensemble du versant des montagnes humides peut être cultivé. En bas de pente, des arbres fourragers et fruitiers bordent des terrasses cultivées intensivement

Techniques culturales conservatoires

  • labour grossier en courbe de niveau et fumier sur jachère broutée, tassée ;
  • labour grossier, semis, puis paillage avec les émondes (coupe des haies) ;
  • semis direct sur résidus de culture, adventices, légumineuses de couvertures ;
  • irrigation en planches, billons, cuvettes avec drainage du surplus.

15Pour assurer le drainage :

  • billonnage incliné vers le drain ;
  • billons courts dans le sens de la pente, bien couverts, reprise du ruissellement par des sillons décalés ou des drains obliques ;
  • drains au pied des talus et déversoirs vers la terrasse sous-jacente ou vers un chemin d’eau, ou une ravine stabilisée (herbes + arbres = jardin de ravine).

Zone de grandes cultures des plaines et plateaux semi-arides

Plaines et plateaux atlantiques, collines du N.-O., Rharb, Doukkala, Tadla, basse Moulouya

16La plupart des grandes plaines céréalières du Maroc sont quasi dépourvues d’aménagements antiérosifs, à part quelques talus enherbés en bordure des champs, ou des citernes en aval des pistes ou à proximité des habitations. Aussi la plupart sont-elles dégradées par les pluies (300 à 600 mm) mais aussi par le vent et elles voient leur fertilité épuisée par les exportations des grains et des pailles depuis des dizaines voir des centaines d’années. La mécanisation du labour, du sarclage et des récoltes combinée au pâturage des chaumes a entraîné la minéralisation des matières organiques, l’instabilité structurale et le tassement de la semelle de labour. Ces sols sont devenus plus sensibles à l’érosion hydrique et éolienne, très durs en saison sèche et boueux durant les pluies, difficiles à travailler, en humide et en sec.

17Les systèmes de culture doivent donc être modifiés progressivement pour restituer aux sols leur macroporosité, leur humus, leur capacité de stocker l’eau et les nutriments.

18Pour gérer l’eau, il est important d’effectuer des labours grossiers avec enfouissement des chaumes ou au contraire de tenter le semis direct sous la litière des cultures précédentes, de maintenir des cordons de pierres ou des bandes enherbées tous les 50 m et de développer des cultures en courbes de niveau. L’établissement de rideaux d’arbres pourrait réduire l’évapotranspiration des cultures, tout en ramenant une meilleure diversité de la flore et de la faune. Les brise-vent permettent une meilleure homogénéité de l’irrigation par aspersion (réduction du vent).

19Pour améliorer la gestion des matières organiques du sol, il convient de réduire les travaux culturaux, de semer directement sous la litière (laisser 10 à 20 cm de paille) des céréales et des cultures fourragères en rotation. Si on est proche des villes et usines, on peut favoriser les épandages des boues de traitement des eaux usées pour les surfaces irriguées.

20Enfin, il faut gérer les nutriments en équilibrant les exportations de nutriments par les grains et les pailles, par l’apport de fumures organiques (rares) complétées par des fumures minérales. Il faut entrer dans le cercle bénéfique des cultures intensives : plus les sols sont fertiles, plus les cultures se développent vite et produisent beaucoup de biomasse, plus les sols sont couverts et les résidus de culture abondants, plus ils résistent à la battance des pluies et à l’énergie du ruissellement. Le Maroc a la chance de posséder d’importantes réserves de phosphates de chaux : elles permettraient de valoriser ses faibles réserves en eau et en sol en nourrissant plus correctement les céréales et légumineuses tout en favorisant la stabilité de la structure du sol, donc sa résistance à l’érosion.

© É. Roose
Sur le plateau des Phosphates, les pentes sont consacrées aux céréales extensives qui ne nécessitent que de peu d’aménagements : des talus de fin de parcelles stabilisés par des herbes et buissons naturels.

Table des illustrations

Légende Fig. 25. Carte des régions agro-écologiques concernées par la lutte antiérosive (Laouina, 2010).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 975k
Titre Tableau 13. Grappes d’aménagements en fonction des sept zones agro-écologiques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Légende © É. RooseLà où aucune végétation ne résiste sur les versants, les paysans ont mis à profit les maigres ressources en eau pour aménager des oasis.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Légende © É. RooseLes versants creusés de ravines des reliefs steppiques sont utilisés pour capter l’eau des impluviums dénudés (Prérif oriental).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/336/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Légende © É. RooseDans l’Atlas oriental, au pied des montagnes arides, fleurissent le long des oueds des oasis également alimentées par des séguias.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/336/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Légende © É. RooseSur les colluvions des bas de pente des montagnes semi-arides sont aménagés des gradins irrigués ; des murs de pierres protègent les berges de l’oued des crues saisonnières.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/336/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Légende © Ê. RooseChamp d’amandiers alimenté par une séguia partant de l’oued principal dans la région semi-aride du Prérif.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/336/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Légende © É. RooseL’ensemble du versant des montagnes humides peut être cultivé. En bas de pente, des arbres fourragers et fruitiers bordent des terrasses cultivées intensivement
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/336/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Légende © É. RooseSur le plateau des Phosphates, les pentes sont consacrées aux céréales extensives qui ne nécessitent que de peu d’aménagements : des talus de fin de parcelles stabilisés par des herbes et buissons naturels.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/336/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 637k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540