Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gestion durable des eaux et des sols au Maroc

 | 
Éric Roose
, 
Mohamed Sabir
, 
Abdellah Laouina

Partie 2. Le Maroc, terre de tradition agricole

Chapitre 7. Intégration des structures de GCES à l’échelle du versant, du terroir ou du bassin versant

Abdellah Laouina, Mohamed Sabir et Éric Roose

Texte intégral

1Au chapitre 6, les aménagements qui structurent le paysage en vue de gérer la circulation des eaux superficielles sur les parcelles cultivées, les versants et les bassins versants ont été décrits dans une trentaine de fiches et analysés comme des entités élémentaires. En réalité, plusieurs dispositifs sont conjugués sur les versants ou les bassins versants qui combinent leurs actions bénéfiques pour la valorisation de ces ressources naturelles que sont les eaux, la biomasse et les sols sur les terroirs exploités par des sociétés rurales.

2Dans ce chapitre sont présentées des études réalisées par des agro-pédologues sur des toposéquences (versants) ou par des géographes sur des zones rurales du Maroc, où sont présents dans le paysage divers aménagements complémentaires. L’analyse de ces cas, représentatifs d’une zone agro-écologique supportant une même grappe d’aménagements, va intégrer des aspects socio-économiques tels que l’origine des populations (éleveurs ou agriculteurs), la dominance de certains types de roches et de sols, la fréquence et la forme des pentes, les dangers de pluies exceptionnelles.

Les usages de la GCES selon les ensembles agro-écologiques

3Le croisement des facteurs physiques et sociaux donne plusieurs types de contextes au Maroc.

  • Les aménagements diversifiés des montagnes du Nord marocain, où la conservation du sol devient primordiale pour les sites les plus productifs, alors que le reste des versants est utilisé sans dispositifs de protection. Deux sous-types y seront distingués, celui du Rif occidental (sub-humide) et celui du Rif central et oriental (semi-aride).
  • La GCES associée aux aménagements complexes des terrasses irriguées ou en sec du Haut Atlas occidental et central avec, pour impératifs primordiaux, la constitution d’une surface cultivable et la gestion des risques dans un environnement difficile.
  • La GCES associée à l’aridoculture des montagnes et piémonts arides, type Anti-Atlas, Souss, Maroc oriental ; dans ce contexte de rareté, l’avantage est à l’interception et à l’infiltration de l’eau, c’est-à-dire créer les conditions pour cultiver et profiter au maximum des eaux de pluie et de ruissellement.
  • La GCES associée aux oasis irriguées de montagne, de piémont ou de plaine dans les zones arides ; l’objectif est double, construire un espace plan, aménagé pour y conduire l’eau d’irrigation.
  • Les aménagements limités des régions agro-pastorales atlantiques et des régions pastorales steppiques.
  • Les zones de grande agriculture à faible emprise des aménagements de GCES.

Les aménagements diversifiés des montagnes du Nord marocain

4Le Rif souffre d’un certain isolement dû à des raisons physiques et historiques. C’est un pays de moyennes montagnes tombant brutalement sur la Méditerranée et qui fut longtemps isolé par la frontière des deux protectorats espagnol et français. L’importance de la masse montagneuse est accentuée par l’entaille profonde des vallées, qui gêne fortement les communications. Cette zone barrière est néanmoins fortement peuplée de montagnards sédentaires qui peinent à satisfaire leurs besoins à travers l’activité agricole et sont donc à la recherche de ressources d’appoint.

5Cette montagne composite juxtapose divers éléments. Le cœur montagneux continental est constitué de schistes gréseux donnant de lourds massifs, bordés vers le sud par des collines marneuses et vers le nord-ouest et le nord par des affleurements de calcaires. Les crêtes de grès ou de quartzites dominent des bassins intérieurs perchés et des collines ravinées d’où s’échappent des vallées profondes. Une nette opposition climatique sépare la montagne occidentale, recevant jusqu’à 1 500 mm de précipitations, couverte de cèdres ou de sapins, au-dessus de l’étage du chêne-liège, de la montagne orientale plus sèche, où la forêt de chênes verts, en lambeaux, est souvent remplacée par un matorral très dégradé.

6Traditionnellement, le système agraire se basait sur la complémentarité agro-sylvo-pastorale et parvenait, grâce à la culture itinérante, à pallier les risques liés à l’érosion. C’est pourquoi, dans le Rif, les aménagements en gradins sont restés limités aux terres « demna », proches des habitations. Ailleurs, on observait peu d’aménagements car les précipitations sont suffisantes pour assurer régulièrement les récoltes.

7Mais, actuellement, le système a tendance à changer. On observe de nombreux cas d’extension des aménagements hors des terrains irrigués, en liaison avec le retour des émigrés, les investissements qu’ils réalisent sur leurs terres et en liaison avec l’argent du cannabis (terrasses en gradins, fiche 14).

Le Rif occidental

8Le Rif occidental est une région aux sols pauvres sur pentes fortes ; l’érosion active sous toutes ses formes est accélérée par les défrichements liés à la forte densité de la population. La mise en culture des sols squelettiques est peu rentable. Dans ces conditions, les paysans rifains ont toujours été à la recherche de revenus extérieurs ou ont opté pour des cultures spéculatives hautement rentables.

9L’éclaircissement des peuplements forestiers par surexploitation du bois, les effets de la culture itinérante qui nécessite de disposer continuellement de nouveaux terrains à défricher et l’association au système de culture d’un cheptel caprin, conduit de façon extensive en forêt, constituent des contraintes majeures. De plus, on enregistre une augmentation rapide de la population, dans une région déjà très densément peuplée (plus de 200 hab./km2 dans certaines communes). La population continue de s’accroître en grande partie du fait de l’expansion de la culture du cannabis qui provoque un appel de main-d’œuvre. Cela induit des besoins en espaces et en ressources naturelles en constante augmentation.

10Différentes approches ont été tentées pour apporter des solutions à ces problèmes. On peut ainsi relever différentes générations de projets, dont le plus important a été le projet DERRO. De nombreux périmètres aménagés ont vu le jour dans la région. La plupart d’entre eux ont ignoré les aménagements endogènes et la technologie traditionnelle. Cette dernière est pourtant remarquablement variée, en fonction des conditions locales. Deux exemples vont permettre d’illustrer ces aménagements de GCES.

L’exemple du périmètre Lamrabtach, au sud-ouest de Chaouen1

  • 1 Ce travail est le résultat de recherches conduites en collaboration avec l’étudiant A. El Mansouri

11Sur une surface de 1 250 ha, dont 700 de SAU et le reste en matorral servant de parcours, s’étend le douar Lamrabtach qui regroupe plus de 1 200 habitants à la fin du xxe siècle. L’agriculture représente l’activité principale de la population : les adultes s’occupent des travaux agricoles, alors que les enfants conduisent les troupeaux dans les parcours proches. C’est le chef de famille qui conduit les travaux compliqués, comme le labour, l’entretien de l’arboriculture ou la moisson. C’est aussi lui qui s’occupe de construire les ouvrages d’amélioration foncière ou de protection du sol ; les femmes et les grands enfants l’aident dans ces différents travaux et effectuent d’autres travaux considérés comme secondaires.

12Le système foncier de la région comporte 3 statuts principaux, qu’on peut classer ainsi par ordre d’importance :

  • les terres de propriété privée (melk) couvrent plus de 75 % du terrain et sont fortement morcelées ; la taille moyenne n’atteint pas 1 ha ; par ailleurs, chaque propriété est morcelée en parcelles dispersées (12 parcelles en moyenne) ;
  • les terres domaniales sont régies par le droit forestier et couvrent les forêts naturelles, le matorral dense et les plantations forestières ; elles représentent pour la population un parcours et la source de bois pour la consommation énergétique ;
  • les terres des religieux (habous) sont limitées à de petits secteurs et sont louées à des particuliers.

13La culture est pratiquée sur des terres qui résultent d’un défrichement ancien pour une bonne partie du finage et récent sur les bordures, malgré le contrôle des services forestiers. Sur les bordures, le paysage en mosaïque mêle des parcelles cultivées et d’autres de cistes en matorral bas ; ces marges connaissent des abandons périodiques sur 8 à 10 ans. La présence dans ces parcelles de plantes post-culturales et de vieux ouvrages construits prouve l’ancienneté de l’exploitation de ces terres et leur abandon momentané.

14Les habitants pratiquent des cultures annuelles de faible productivité (céréales et légumineuses). Le blé se place au premier plan en termes de surfaces cultivées et de production. L’orge et les fèves viennent en deuxième et troisième places et servent d’aliments du bétail. Le maïs est cultivé comme fourrage.

15La faible quantité de fumure produite sur place ne suffit pas à amender les terres. C’est pourquoi la tendance à utiliser des engrais chimiques est de plus en plus affirmée ; la fumure n’est plus utilisée que pour les parcelles irriguées et les plantations.

16Les techniques culturales varient d’une parcelle à l’autre, en fonction de la pente, de la taille de la parcelle et des possibilités matérielles du paysan, et notamment des animaux de trait qu’il possède. Le labour à l’araire tracté par deux animaux (bœufs, mulets, ânes) représente la technique la plus usitée sur les champs de faible pente. Sur les terrains rocheux avec des blocs parsemés, ainsi que sur les terrains en forte pente, l’araire devient difficilement utilisable ; les paysans recourent alors à des moyens manuels, comme la pioche ou la sape. Mais en tout cas, sur tout terrain, l’utilisation des pioches est obligatoire en association avec l’araire, dans le but de déchausser certains blocs rocheux ou des arbustes qui entravent le chemin de l’attelage.

17L’arbre fruitier occupe une place importante et accompagne souvent les cultures annuelles et les terres irriguées. Les plantations se répartissent dans tout le finage et ont tendance à couvrir aussi bien les sols favorables que ceux qui présentent des conditions plus difficiles. La moyenne d’arbres par famille semble être, selon le sondage réalisé, 44 oliviers, 16 pieds de vigne et 13 figuiers. Par ailleurs, la majorité des arbres plantés sont assez jeunes. L’olivier est encore essentiellement greffé sur oléastre, mais les oliviers plantés ont tendance à devenir de plus en plus répandus. L’intérêt pour l’arboriculture est évident ; le sol est soigneusement labouré entre les arbres pour éradiquer les mauvaises herbes et empêcher ainsi la pénétration du troupeau ; la fumure est utilisée. La production est pourtant loin d’être satisfaisante puisque chaque famille ne tire qu’environ 1,5 à 2 tonnes d’olives de sa plantation.

18Un certain nombre de techniques de GCES ont été développées dans une optique de protection contre le ruissellement violent et d’utilisation rationnelle des eaux afin d’améliorer la production. Les techniques de conservation du sol concernent aussi bien les terrains irrigués (fiche 14) et les parties du bour (culture en sec) utilisées de manière permanente, c’est-à-dire les sols anciennement défrichés et progressivement améliorés. Les terrains récemment conquis sont, par contre, plus rarement concernés par l’implantation de ces techniques, quoiqu’on remarque une certaine extension des cordons de pierres (fiche 7). Par ailleurs, on observe un parallélisme important entre les concentrations de l’habitat et la localisation des techniques de GCES. Enfin, cette localisation est étroitement dépendante de la disponibilité en pierres puisque, sur versants purement schisteux, les techniques de conservation du sol deviennent beaucoup plus rares.

19Les techniques de GCES sont anciennes dans ce secteur, mais elles ont été étendues récemment à certaines parties du finage. L’habitat s’est installé dans les secteurs les plus favorables, ceux que les hommes ont eu tendance à protéger depuis longtemps. La technique de conservation la plus usitée dans cette partie du Rif humide se base sur la pierre comme élément de construction pour servir de barrage au ruissellement sur le versant. Le but de la mise en place de ces techniques semble confus dans l’esprit des habitants ; certaines réponses avantagent l’amélioration foncière par l’épierrage et la réalisation de champs géométriques ; d’autres font référence à la volonté de conservation du sol ; mais il existe aussi le désir de disposer de limites des parcelles. Cependant, la généralisation des techniques de murettes, leur quadrillage géométrique précis, leur réalisation soignée sur les terrains irrigués, et donc les plus productifs et les plus précieux, signifient sans doute que le but de conservation est présent à l’esprit au moment de leur mise en place.

20Les murettes de pierres (fiche 14) concernent les versants à matériaux détritiques à blocs rocheux ; elles sont construites perpendiculairement à la pente. Le choix est porté sur les blocs les plus angulaires, les plus proches du parallélépipède ; ce muret barre derrière lui les matériaux fins en transit, par ruissellement, glissement lent ou sous l’effet de l’érosion aratoire. La hauteur du muret est fonction de la pente et de la stabilité du socle sur lequel il est disposé ; la tendance est à la construction d’un mur plus élevé lorsque la pente est forte, mais en prenant les précautions nécessaires pour qu’il ne s’éboule pas, c’est-à-dire en le disposant sur un socle de rochers bien enracinés. La morphologie du versant a guidé l’aménagement qui s’y est adapté dans ses moindres contours. Ces réalisations expliquent la constitution naturelle de terrassettes progressives (fiche 18) derrière les vieux murs, aujourd’hui totalement fossilisés sur leur face amont. Ces terrassettes ont un double avantage : d’une part, elles sont de pente nettement plus faible que le versant originel, ce qui facilite leur labour et réduit leur érodabilité ; d’autre part, elles sont débarrassées d’une bonne partie des blocs les plus gros qui en jonchaient la surface, ce qui améliore leur potentiel de production.

21Certaines murettes sont construites parallèlement à la pente ; il s’agit alors de simples limites de parcelles et d’amas pour les blocs retirés des sols ; leur hauteur est souvent plus faible et leur disposition moins travaillée ; mais elles ont un effet indirect sur la stabilité des sols puisqu’elles empêchent la pénétration du troupeau dans les champs.

22Les rejets de pierres et blocs dans les ravines agissent pour empêcher toute reprise de creusement des ravins (fiche 19). C’est là le fruit d’une observation que les habitants ont faite dans de nombreuses ravines de ce bassin versant, naturellement bloquées dans leur incision par les grands blocs éboulés. Là où la tendance à la reprise du creusement apparaît, les habitants ont rapidement pensé à aménager le lit de la ravine en y jetant de grosses pierres. L’observation des processus naturels a guidé les choix de l’aménagement. Il faut pourtant continuellement entretenir ces ouvrages, pour empêcher les ravins de contourner ces amas de blocs en s’encaissant sur leur côté. Les ouvrages de maintien des ravines et vallons permettent de fixer les axes de ruissellement et d’empêcher les débordements pouvant entraîner des dégâts sérieux.

23Globalement, les ouvrages antiérosifs sont bien entretenus et refaits après chaque événement responsable de dégâts. Des ouvrages récents, mais moins continus, sont édifiés sur des parcelles nouvellement conquises, sans doute dans l’espoir d’en faire une parcelle de culture permanente et intensive.

24Les travaux de construction ou d’entretien des ouvrages de GCES ont tendance à être de plus en plus menés individuellement par les membres de la famille, alors qu’ils étaient pratiqués avec l’aide des autres habitants du douar. Ces travaux, à la différence des autres tâches agricoles, sont exclusivement masculins.

25Les travaux de terrassement sur les pentes ont aidé dans l’extension de l’irrigation. En effet, les eaux de sources à faible débit sont multiples au contact du massif gréseux, mais sont difficilement utilisables sur les pentes raides de la région. La technique la plus répandue consiste à mener l’eau des sources et des vallons vers des réservoirs de stockage (fiche 9), d’où elle est par la suite distribuée grâce à des canaux en terre dans le finage. Les réservoirs sont de petite taille, mais ils pullulent dans le terroir cultivé, car les points d’eau sont eux-mêmes éparpillés. Ils sont souvent représentés par de simples trous d’environ 2 à 3 m3, ou construits avec des blocs de pierres enduits d’argile ; ce n’est que récemment que des bassins véritables se sont construits.

26Les canaux ressemblent plus à de simples sillons peu incisés. Leur rôle de distribution de l’eau est purement local et n’intéresse qu’une petite portion d’espace. La plupart sont creusés à la limite des parcelles et distribuent l’eau à des canaux internes à la propriété, plus sinueux, en fonction des carrés de culture, intéressés par l’irrigation.

27Les ressources en eau, quoique multiples, sont insuffisantes. La propriété de l’eau est indépendante de celle de la terre ; avec l’effet de l’héritage, la part de chaque famille est allée en se réduisant fortement ; elle se limite pour certaines familles pauvres à moins d’une heure par semaine, ce qui empêche ces familles de pratiquer l’irrigation, l’eau devenant ainsi réservée exclusivement aux usages domestiques ; les plus nantis possèdent un tour d’eau de 24 heures par semaine. La distribution de l’eau et la réparation constante des canaux et des réservoirs exige un temps de travail très long ; c’est là aussi un travail essentiellement masculin.

28Le drainage des champs est aussi un souci majeur ; en effet, dans ces milieux où de grosses pluies sont enregistrées, l’excès d’eau est un phénomène commun. Ses effets sont doubles, mais répartis dans l’espace, avec d’une part des mouvements de masse dans certains secteurs et ailleurs un ruissellement abondant. Heureusement, la position du finage sur le terrain occupé par un paléo-glissement et l’abondance des blocs rocheux explique la rareté des secteurs intéressés par des phénomènes de ruissellement sur de longs parcours ; rapidement, l’eau ruisselante est déviée par les obstacles naturels représentés par la blocaille et son énergie fortement réduite. Des sillons creusés selon un tracé oblique par rapport à la pente (fiche 17), contribuent à évacuer les eaux qui s’accumulent dans le sol sur les parcelles les plus longues. Le danger de solifluxion est lui aussi combattu de cette manière ; les sols argileux peuvent retenir de l’eau en excès en cas de pluie prolongée ; les sillons obliques répondent ainsi à ce besoin de drainage de l’eau hypodermique.

29L’élevage a connu, comme c’est le cas dans l’ensemble de la chaîne rifaine, un ralentissement important durant les 30 dernières années. Les troupeaux de moutons et de chèvres ont été fortement réduits en raison de l’extension du domaine cultivé, de la délimitation de la forêt et de la plantation d’arbres forestiers dans de nombreux secteurs. Un autre facteur concourt à expliquer cette situation de ralentissement de la fonction pastorale et réside dans la raréfaction de la main-d’œuvre disponible pour s’occuper du troupeau, en relation avec la scolarisation et l’exode rural. La comparaison de la taille moyenne du troupeau familial, il y a 15 ans est aujourd’hui est pleine d’enseignements. Cette réduction quantitative n’a malheureusement pas été accompagnée par une amélioration de la qualité de l’activité pastorale. Les troupeaux sont toujours conduits dans le matorral et sur les jachères où leur influence sur la dégradation n’a pas nécessairement baissé.

La toposéquence de Bettara

30Bettara est un petit village entre Tétouan et Chaouen, dans la vallée de l’oued Laou. Le bioclimat est méditerranéen sub-humide à variante tempérée. Les précipitations annuelles varient de 700 à plus de 900 mm. La pluie journalière de fréquence décennale est de l’ordre de 100 mm. La saison sèche dure 4 mois de juin à septembre.

31Le sommet de la colline (altitude de 800 m) est façonné dans la dorsale de calcaire dolomitique perméable, profondément dégradée par l’exploitation des forêts de chênes et thuyas et par le surpâturage. Sur les rares friches s’étendent des nappes de cistes de Montpellier, de callicotum, de lentisques, d’oléastres, de palmier doum et quelques restes de la forêt de chêne vert, de chêne-liège et de thuya, dans les vallons à pentes très raides. Les sols sont des rendzines sur les calcaires ou des sols minéraux peu évolués d’érosion ou colluviaux sur schistes, flysch ou marnes et des sols peu évolués alluviaux dans les vallées. Les seuls aménagements observés sur les parcours des sommets sont des murettes de pierres ajourées qui servent plus à contenir le troupeau et à délimiter les parcelles qu’à retenir la terre.

Fig.20. Séquence de Bettara : alternance de zones tassées produisant du ruissellement et de zones aménagées pour absorber le ruissellement (d’après Sabir et Roose, 2002).

32Plus bas, au contact avec des couches moins perméables de schistes, grès et marnes débouchent quelques sources aménagées. Des séguias dirigent les eaux abondantes vers les hameaux du douar Bettara, situés plus bas au milieu d’une zone de terrasses en gradins irriguées et drainées (fiche 15) où sont concentrées la fumure organique et diverses cultures de légumes, de fourrages et de tabac. Sur ces terrasses agroforestières se développe une grande diversité d’arbres fruitiers et forestiers : pruniers, oliviers, cognassiers, figuiers, pommiers, chênes verts, frênes et quelques acacias et eucalyptus.

33Les talus des gradins sont en terre, protégés par une abondante végétation (ronces, lierre, arbres) et renforcés localement par des murettes de pierres. La base des talus est drainée par des petits fossés rejoignant la terrasse sous-jacente (fiche 17). Des chemins creux et empierrés (fiche 5) relient les douars aux parcours : ils captent les eaux de ruissellement des parcours dégradés et les redistribuent sur les terrasses (sauts empierrés pour disperser l’énergie du ruissellement). Là, les eaux de source et de ruissellement sont guidées vers les cultures sur billon ou sur planches par des petits sillons, et l’excédent d’eau rejoint un drain, puis un vallon ou une ravine aménagée.

34Sous la zone habitée, constituée de terrasses en gradins, s’étend une zone de culture de céréales avec ou sans oliviers, très peu aménagée sur marnes : les rendements en céréales sont très modestes (1 à 5 q/ha selon la pluviosité) ; seul le cannabis et le tabac profitent d’un appoint d’engrais minéraux. Localement, le projet DERRO y avait aménagé des oliveraies sur banquettes d’absorption totale (fiche 2), mais celles-ci ont mal résisté aux grosses averses, au surpâturage ou aux labours traditionnels à l’araire tracté aux mules : on y déplore des ravines et des glissements de terrain liés au terrassement. Plus récemment, le projet PREM a encouragé l’aménagement de seuils sur les ravines (fiche 22), le stockage du ruissellement dans des citernes bétonnées (fiche 11) dont les eaux sont utilisées pour une irrigation d’appoint des jeunes oliviers plantés sur cuvettes ou éléments de banquettes (fiche 4).

© É. Roose
Blé, maraîchage et jardins agroforestiers se côtoient dans la vallée de Bettara,

35Enfin les bas-fonds et vallées, les sols alluviaux plus riches sont traités en jardins agroforestiers (frênes, peupliers blancs, noyers), irrigués, souvent fumés : les cultures de céréales alternent avec du maraîchage ou des cultures fourragères (luzerne, orge mélangé à des légumineuses). Les petites parcelles sont isolées par des talus enherbés. Des puits sont creusés dans les colluvions pour les besoins domestiques, le bétail et l’irrigation, là où il manque de sources permanentes.

36L’élevage est extensif avec le parcours du matorral comme source principale de fourrage. En moyenne, chaque exploitation dispose de quelques poulets et lapins, 2 à 4 caprins/moutons, 1 à 2 vaches et 2 mulets. Le bois constitue la source d’énergie dominante (consommation = 8 stères/an/foyer). Le gaz est utilisé pour l’éclairage et la préparation du thé. Avec 2 à 6 ha de terres de montagne, le budget familial ne pourrait suffire pour nourrir les grandes familles rurales sans l’apport financier de rémigration et du cannabis.

Le Rif central et oriental semi-aride : le cas de la vallée des Beni Boufrah (J.AI Karkouri, 2003)

37Le Rif central et oriental est couvert de roches tendres (marnes, flysch) et de calcaires sur lesquels on trouve des lithosols, des sols brun rouge et des rendzines. Les pluies sont irrégulières, généralement insuffisantes (ETP = 2 000 mm) et varient de 200 à 400 mm selon les années, l’altitude et l’orientation du massif. La pluie décennale journalière est de l’ordre de 40 mm.

38Le Rif central montagneux et le Rif oriental semi-aride sont caractérisés par des terres cultivables limitées et de faibles réserves hydriques, dans un contexte de sécheresses récurrentes et de phases de pluies violentes.

39Dans la vallée des Beni Boufrah, le paysage est caractérisé par la disparition presque généralisée de la forêt de thuya. Au sommet, seuls restent quelques témoins isolés au milieu des champs sur fortes pentes et quelques matorrals pâturés. Sur les versants, la céréaliculture est l’utilisation dominante des terres. Le rendement en grain est faible (0,1 à 0,5 t/ha/an) en relation avec la répartition des pluies dans l’année. La production de paille a beaucoup d’importance pour l’élevage : on stocke les pailles les bonnes années pour assurer l’élevage extensif en complément du parcours dans le matorral résiduel et les jachères. Les plantations d’oliviers s’effacent en faveur des amandiers qui résistent mieux à la sécheresse.

40Un système de production polyvalent a été lentement développé, basé sur la diversification des ressources et la complémentarité des terroirs. Le souci de sauvegarde est en tout cas présent, attesté par les comportements d’entretien collectif et par la gestion itinérante des terrains (défrichement et utilisation sur quelques années, puis reconstitution de la végétation et de la fertilité des sols, sur une plus longue période). L’appropriation des terres a été à la base du développement de pratiques de conservation, avec le partage dans le sens des courbes de niveau, l’assolement, l’épierrage, la fertilisation, la construction de cordons de pierres et la protection de terrasses derrière des rideaux de roseaux ou d’arbres. Le stockage de l’eau, pour les besoins d’eau potable, d’abreuvement et d’arrosage complète cette panoplie de mesures, suite à la collecte d’eau de ruissellement.

41En dépit des conditions contraignantes (climat semi-aride, ressources en eau limitées et averses orageuses agressives, roches peu résistantes, sols dégradés sur pentes fortes), ces moyennes montagnes abritent une population très dense (100 à 150 habitants/km2) et sédentarisée depuis longtemps. Il s’en suit une occupation intense du sol aux dépens du couvert naturel : la SAU représente 60 à 70 % de ces massifs montagneux aux potentialités agronomiques médiocres. Plus de 80 % de la surface de la région sont touchés par le ruissellement intense qui entraîne le décapage de la couche humifère, le ravinement très fréquent et la perte de fertilité des terres. D’où une forte émigration, l’abandon des terres agricoles marginales, le développement de l’arboriculture et d’un grand nombre de techniques culturales et de dispositifs de capture du ruissellement pour faire face à la désertification du milieu.

42La forte pression humaine au xxe siècle et l’intensification de l’utilisation des ressources, par la mise en valeur de terrains marginaux supplémentaires, expliquent la recrudescence des phénomènes de dégradation. Par ailleurs, la discipline communautaire s’est relâchée, après la colonisation espagnole, à l’avantage de comportements plus individuels et moins conservateurs.

43La population est organisée en images subdivisés en 3 terroirs inégaux : la terre irriguée, les terrains de cultures en sec (bour) et les terrains de parcours. Les aménagements de conservation intéressent la totalité de l’espace irrigué et une petite partie de l’espace en bour.

44Au sein des terrains en bour, la délimitation des parcelles est matérialisée par des ruptures de pente en talus qui se sont exagérées avec le temps dans la roche tendre, du fait du labour. Ces talus suivent à peu près les courbes de niveau et sont localement enherbés, ce qui en renforce la stabilité, ou sont maintenus grâce à des blocs issus de l’épierrage des champs, dans les sites fragiles. Dès que la pente devient trop forte, les talus montrent leur inadaptation et sont parfois ravinés. Mais, en conditions normales, ces talus jouent le rôle de rupture dans l’énergie du ruissellement.

45Les cordons de pierres sont fréquents dans cette région où les affleurements rocheux sont abondants. Leur forme de petite taille est la plus représentée et consiste dans un simple empilement en ligne, de blocs et de cailloux à des distances variables le long du versant, suite à l’épierrage des champs, sur une longueur de 5 m en moyenne, souvent en quinconce. Le mouvement des sols, du fait du labour et de la reptation, crée progressivement une rupture de pente et parfois un replat. Le terrassement joue à la fois le rôle de réduction d’énergie des eaux ruisselantes et de facilitation du travail du sol. Les grands cordons dérivent de la jonction de petits cordons par construction progressive.

46Les terrasses en gradins encadrent le cours de l’oued principal sur les bas de versant et sont réservées aux cultures irriguées, souvent maraîchères. D’autres terrasses sont localisées en amont, immédiatement à l’aval des sources. Dans ce cas, leur taille est beaucoup plus petite. On peut les rapprocher des terrasses construites à proximité des douars et qui reçoivent le maximum de soins. Très souvent, leur extension récente s’explique par la multiplication des motopompes. Dans tous les cas, l’investissement en efforts de construction et d’entretien est élevé. C’est un travail continu et qui ne progresse que très lentement, dans les sites les plus favorables. Les rideaux de roseaux et d’arbres, en fond de vallée, arrivent normalement à protéger les terrasses contre les inondations. Mais lors des crues, des portions de ces terrasses peuvent être emportées.

47Sur les portions ravinées, des traitements particuliers sont réalisés pour limiter l’extension des incisions. Le comblement par des pierres, de la terre et des végétaux, la plantation d’arbres et arbustes et la construction de seuils ont localement des effets encourageants. Mais l’investissement en travail est souvent jugé disproportionné par rapport au résultat atteint.

48En ce qui concerne les pratiques de culture, l’épierrage est très fréquent, mais seules les grosses pierres sont ramassées. Cet épierrage a aussi une signification sociale d’appropriation et de présence effective sur le terrain. La jachère et la rotation des cultures sont des pratiques de conservation de la fertilité des sols, dans des régions où l’épuisement guette vite les terrains utilisés. La rotation n’est pas en soi une pratique de conservation, sauf là où l’assolement introduit une culture de légumineuses en alternance avec les céréales. Mais la pression humaine a réduit cette pratique, sauf dans les parcelles éloignées de l’habitat et souvent délaissées à une culture très extensive. La jachère devient alors synonyme d’abandon, du fait de l’émigration. Ces terrains délaissés sont les plus exposés à la dégradation, car le parcours empêche la reconstitution végétale. En ce qui concerne la fertilisation, la rareté de la stabulation explique le déficit en fumure organique. Seules les terres proches de l’habitat bénéficient régulièrement d’un apport en fumier. Par contre, les parcelles de cannabis, même éloignées, sont fortement fertilisées par l’apport d’engrais minéraux.

© É. Roose
Dans la vallée des Beni Boufrah, un cordon de pierres en épi capte l’eau de l’oued pour l’alimentation d’un jardin.

49On observe quelques puits dans les colluvions ou alluvions de bas de pente, mais les eaux de nappe sont souvent salées : des citernes en béton (matfia) ou des mares en terre (madgen) récupèrent les eaux des toits ou le ruissellement des pistes, mais elles ne suffisent pas en saison sèche. Certains douars sont obligés de réalimenter les citernes par pompage dans l’oued et camions citernes.

50Les oueds sont très larges et encombrés de galets et de blocs de roche. Lors des crues brutales, ils attaquent les berges des terrasses quaternaires, les terres les plus productives de la région. De véritables murs de contention en pierres sèches, des épis et des haies de cannes de Provence ont été aménagés pour protéger les routes et les jardins fruitiers aménagés sur la terrasse quaternaire. Le long de l’oued principal, des épis sont construits pour protéger les terrasses avec jardins. Des puits et des cuves de stockage d’eau assurent l’irrigation d’appoint de ces jardins. Partout un soin tout spécial est donné à la capture et au stockage des eaux de surface.

Les aménagements complexes du Haut Atlas occidental et central

51Dans cette région de haute montagne relativement arrosée et au relief très cloisonné, toutes les catégories d’action, notamment des aménagements complexes de terrasses irriguées et en sec, peuvent s’associer, du fait de la nature du climat caractérisé par des excès momentanés et des périodes de déficit en eau et du fait de la densité humaine. La paysannerie doit affronter dans l’espace et dans le temps des situations très diverses. L’adaptation à ces conditions a permis de générer des techniques et des pratiques multiples, permettant de répondre à ces divers objectifs.

52Le Haut Atlas souffre de la rigueur de son climat, liée à la fois au froid hivernal et à l’avancée de l’aridité saharienne. La pluviosité, faible sur le piémont, croît avec l’altitude ; mais dès l’étage des cols (environ 2 000-2 500 m), la sécheresse prédomine à nouveau de plus en plus largement, pour s’étendre aussi dans les vallées du versant sud qui constituent des golfes d’aridité. La forêt n’est pas très abondante, même sur le versant nord, tout en restant variée (chênes verts, pins d’Alep, cèdres du Jbel Ayachi, cyprès du Nfis, genévriers thurifères des hauteurs) ; les herbages et le sous-bois aux alentours des villages ne sont pas très riches, ce qui impose aux troupeaux des déplacements de longue distance pour atteindre les parcours d’été d’altitude.

53Les potentialités du Haut Atlas apparaissent assez limitées, du fait notamment du manque de terre, lié au caractère disséqué du relief.

54Dans le Haut Atlas occidental, la haute montagne est marquée par le froid : il y gèle 8 à 9 mois et les températures y descendent parfois au-dessous de -15 °C. La neige est fréquente et il existe même quelques taches de névés qui peuvent passer l’été. Ces montagnes élevées et massives deviennent totalement isolées lors des longs hivers rigoureux. Par contre, la moyenne montagne du flanc nord appartient à l’étage sub-humide. Malgré une pluviosité de 550 à 670 mm, le débit des oueds y est très variable, et on ne peut compter sur une eau abondante qu’en bien peu d’endroits (fonte des neiges).

55Le Haut Atlas central est constitué de lourdes plateformes délimitées par des corniches verticales, des crêtes élevées à plus de 3 000 m et de profondes vallées en gorges. À la moyenne montagne sub-humide du versant nord (région d’Azilal recevant entre 550 et 700 mm) s’oppose une haute montagne rigoureuse et semi-aride (319 mm de pluie à Imilchil), avec une végétation steppique à épineux et des pelouses au-dessus de 2 000 m. Le versant sud, aride, présente de très grosses oppositions saisonnières de températures et un manque d’eau généralisé, en dehors des oueds pérennes issus du cœur de la montagne. La montagne du Haut Atlas central, où la vie pastorale d’altitude constituait la pièce maîtresse du système économique, est en train d’évoluer sous l’effet du défrichement et de la mise en culture. Le nombre élevé d’animaux, concentré sur des espaces plus réduits, cause un phénomène de surpâturage, alors que la surexploitation de la forêt mène vers une dégradation alarmante, du fait du ramassage du bois (4 à 6 t/an/famille) et de la fabrication du charbon de bois. Dans la zone d’Azilal, les cultures s’étendent peu à peu aux dépens des parcours et de la forêt. Par ailleurs, le surpâturage est évident (1,8 petit ruminant/ha en moyenne), soit le double de la charge potentielle.

56Le Haut Atlas constitue un bloc de populations berbérophones à la vie difficile, habitant les vallées où elles ont aménagé des terrasses d’irrigation (fiches 15 et 30), dans le cadre de petits périmètres endettés au gré des espaces favorables à la culture et selon la disponibilité en eau. Les céréales prédominent, l’orge occupant la première place. Mais l’arboriculture progresse en de nombreux secteurs.

57La conquête de nouvelles terres est bien réelle, et l’extension de la SAU est importante. Les défrichements les plus importants concernent les moyennes montagnes. La mise en culture peut aussi concerner les pelouses d’altitude dans la province d’Azilal. Par contre, en ce qui concerne les secteurs irrigués, les extensions sont plus rares et impliquent l’introduction de motopompes pour relever le niveau de l’eau et souvent des cultures à forte valeur ajoutée comme les rosacées des vallées moyennes au sud de Marrakech.

58Mais il existe aussi des cas locaux d’abandon des terroirs les plus éloignés. Certains versants en sec ne sont plus travaillés et, dans certains douars, des champs retournent à la friche et peuvent représenter jusqu’au quart des terroirs auparavant cultivés.

59L’élevage demeure la première source de revenus et occupe une place prépondérante dans l’économie de montagne. Il conserve une caractéristique extensive, reposant sur des ressources très irrégulières selon les années. Les fourrages naturels dominent, mais des prairies cultivées sont utilisées, même si l’association culture/élevage reste encore limitée.

Le contexte et les dispositifs de GCES

60Les dispositifs de GCES de la chaîne atlasique sont les plus impressionnants par leur taille, la hauteur de la maçonnerie en pierre sèche et le dénivelé façonné par le terrassement, ainsi que par le caractère dynamique de l’entretien quotidien réalisé, notamment suite aux événements climatiques et hydrologiques causant des destructions.

61Dans ces milieux difficiles de montagne, à dominante de roches dures, les impératifs primordiaux sont la constitution d’une SAU – qui reste limitée à moins de 5 à 10 % de la superficie du terroir – et la gestion des risques dans un environnement hostile. Les ouvrages de GCES sont soumis aux aléas ; on remarque des destructions cycliques des aménagements, aussi bien par glissement de pans de versants que par érosion fluviale (sapement à la base).

62Dans ces reliefs accidentés, l’agriculture se glisse dans tous les interstices disponibles. Le système agraire est caractérisé par son extensivité, sauf sur les terrasses irriguées, fondées sur des techniques très judicieuses de mobilisation de l’eau et de protection du sol. Les cultures en sec extensives montent jusqu’à 2 400 m d’altitude. Les aménagements concentrés dans les fonds de vallées et de dépressions peuvent couvrir certaines pentes, avec une section inférieure irriguée en escalier très régulier, délimité vers le haut par la 1re séguia en amont, et une partie supérieure en bour, à aménagement plus discontinu en cordons de pierres.

63La GCES est donc imposée par l’exiguïté des ressources et de l’espace et ne constitue pas un choix conscient et délibéré de conservation. En fait, l’agriculture intensive ne peut être conduite que de cette manière dans ces milieux difficiles.

64Les terres irriguées sont disposées en rubans étages sur les bas de pentes, le long des vallées, hors des sections en gorges, ou en grosses taches à l’aval des sources (fiche 15). Certains champs reçoivent deux cultures dans l’année (céréales, légumineuses, cultures maraîchères) en plus de cultures commerciales (henné, cumin). L’arbre est fortement présent, notamment le noyer en amont, l’amandier et l’olivier en moyenne montagne et sur le piémont. Dans ces secteurs irrigués, les cultures sont très intensives et exigent une forte utilisation de main-d’œuvre. Des techniques très judicieuses de fertilisation, de mobilisation de l’eau et de conservation des sols y sont pratiquées et permettent des rendements élevés avec souvent deux récoltes par an (20 q/ha d’orge, 18 q/ha de maïs, dans la vallée de l’Azzaden). Le maraîchage irrigué progresse, notamment dans les vallées facilement reliées aux marchés (exemples des vallées au sud de Marrakech). La pomme de terre est partout en plein essor et devient même une spécialité de certains espaces. L’arboriculture se développe, notamment les plantations d’oliviers et d’amandiers, les vergers de rosacées (vallées de l’Ourika, du Rhéraïa et du Nfïs, ainsi que dans l’Ouneïn). Vers les hautes vallées, la pénétration de l’agriculture moderne est cependant moins marquée, du fait des difficultés de transport. Ici, le noyer, l’élevage à l’étable et la céréaliculture conservent une place prépondérante.

65Mais l’élevage se développe, combinant les déplacements et la stabulation. On s’oriente vers la production de fourrages sur des terrasses construites à l’ombre des noyers. Cette mutation peut dans l’avenir réduire la pression sur les alpages d’altitude.

66Sur le flanc sud plus sec, les terres irriguées sont plus rares et uniquement localisées dans les fonds de vallées, autour de villages fortifiés (faour). Dans ces oasis, le système est bâti sur la complémentarité des cultures irriguées de fond de vallée, de l’élevage extensif sur parcours et d’un élevage intensif à l’étable qui tend à se développer.

Études de cas

67Trois cas sont analysés, le premier dans la vallée du Rhéraya, sur le versant nord du Haut Atlas de Marrakech, le deuxième sur le versant nord du Haut Atlas d’Azilal et le troisième dans la vallée du Mgoun, sur la façade méridionale du Haut Atlas central. La GCES varie d’un cas à l’autre en termes surtout d’extension dans le paysage, en relation avec les conditions topographiques, climatiques et hydriques.

La séquence d’Asni-Tamatert dans la vallée du Rhéraya

68Dans cette région, entre 4 165 m (Toubkal) et 2 500 m, on ne trouve guère de sol mais seulement des roches plus ou moins altérées par la pluie, la neige et la succession de gel et de chaleur.

69Entre 2 500 et 1 800 m s’étendent des reliques de forêts à Juniperus thuriferus et des parcours surpâturés de chamaephytes protégeant des buttes de terre entre lesquelles le ruissellement rencontre la roche ou des cailloux, mais rarement du sol érodible : la terre est déjà érodée depuis les anciens défrichements. Quelques rares champs cultivés (orge ou blé) sur colluvions sont stabilisés par des cordons de pierres. La pente varie de 40 à 60 %.

70De 1 800 à 900 m et au fond de la vallée (sur 5 à 10 % de la surface du bassin) sont concentrés les cultures et un ensemble complexe de dispositifs destinés à accumuler la terre, à capter les eaux de source et à la guider sur des terrasses en gradins (séguia), où sont concentrés la terre humifère, la fumure organique, l’irrigation (par inondation de planches, de rigoles ou de cuvettes), le travail d’entretien des cultures, le désherbage, le recyclage des résidus de culture et des adventices.

71Le village de Tamatert se situe sur un replat près d’une source. Au-dessus de la première séguia, la zone cultivée en bour s’étend quelque peu grâce à des cordons de pierres qui ralentissent le ruissellement, captent les sédiments et les terres qui s’éboulent lors des travaux culturaux (labour à l’araire, tractée par des mules ou à la sape). Seules de maigres cultures de céréales (orge, blé) se développent sur ces terrasses progressives en fortes pentes sur des sols rocailleux vite desséchés. Si le sol est plus profond le long des cordons de pierres, on peut observer quelques arbres fruitiers (noyers) plantés dans des cuvettes récupérant le ruissellement du versant.

72Sous la séguia se succèdent des terrasses en gradins (fiche 15) jusqu’au fond de la vallée. Ces terres noires et profondes, formées de l’accumulation des horizons humifères érodés en amont produisent des légumes (pommes de terre, oignons, menthe, pois, carottes, tomates, salades, un peu de maïs) et en rotation, des céréales et des fourrages (trèfles, luzernes et orge).

Fig.21. Séquence Asni-Tamatert, vallée du Rhéraya, Haut Atlas (d’après E Roose, 2003).

73Plus loin de l’habitat, des arbres fruitiers (pommiers, cerisiers, pruniers, cognassiers et noyers) couvrent les terrasses où ne poussent plus que des fourrages. Les talus sont en terre, enherbés ou recouverts des cailloux extirpés des champs, rarement en murettes de pierres sèches : la pente de ces talus varie de 10 %, en cas de murette, à plus de 50 % s’ils sont en terre, ce qui donne une idée de la surface arable occupée par les aménagements indispensables pour intensifier la production. Si des ravins traversent la zone des cultures, ils sont encadrés par des murs de contention en pierres sèches jusqu’au lit de l’oued. De même, l’oued est encadré de murs épais en grosses pierres qui s’appuient sur les terrasses quaternaires.

© Ε. Roose
Un ensemble complexe de culture et agroforesterie en fond de vallée autour du village de Tamatert

74Dans le lit de l’oued, là où celui-ci s’élargit quelque peu, des épis en grosses pierres sèches (fiche 29) encadrent un espace rectangulaire susceptible de capter les eaux et leurs sédiments lors des inondations : ce champ de cailloux se couvre progressivement de sables, de limons et d’herbes puis, une fois le sol accumulé, on y sème des céréales et finalement on y plante des arbres forestiers (Populus alba, Salix, noyers, Fraxinus). Ces champs récupérés sur le ht d’extension de l’oued, risquent d’être emportés lors des crues exceptionnelles (tous les 10 à 50 ans) : ces aménagements coûteux en travail et peu durables montrent combien ces sociétés sont à la recherche de surfaces cultivables pour étendre leur SAU.

75Seules les terrasses en gradins près des maisons et les arbres fruitiers en cuvette reçoivent une fumure organique (poudrette de fèces d’étable). Les sols non irrigués restent en friche entre deux cultures et les adventices non pâturées sont enfouies au labour : une fumure minérale très légère est réservée aux cultures rentables vendues sur le marché local.

Le bassin versant de Sidi Driss

76Le bassin versant de Sidi Driss (640 à 3 200 m) produit une eau très chargée car l’érodibilité des terres est élevée (roches tendres) ; les pluies agressives varient de 600 mm en montagne à moins de 350 mm dans la zone basse de piémont, proche du barrage.

77La population est dense (> 60 hab/km2) et les revenus peu élevés : la tendance est donc de défricher les zones fragiles encore forestières pour survivre, ce qui aggrave encore plus la dégradation des terres et l’envasement du barrage. Sur les substrats tendres (schistes, marnes, argiles rouges du Permo-Trias) du sud du bassin, la mise en culture des pentes moyennes entraîne le décapage du sol par ravinement. Dans la zone intermédiaire à faible pente, les sols sont plus productifs et le paysage complètement anthropisé.

78Dans la partie aval du bassin, l’agriculture et l’arboriculture sont plus développées, les paysans ont mis au point des techniques de récupération des eaux de ruissellement : cuvettes de plantation des arbres fruitiers et cuvette de stockage des eaux au pied des arbres (fiche 4), récupération des eaux de ruissellement des pistes dans des bassins à ciel ouvert (matfia de 50 à 150 m3).

79Dans la vallée, des murs de pierres en épis protègent les terrasses irriguées contre les crues de l’oued. Des cordons de pierres plus petits servent à piéger l’eau des crues et les sédiments pour créer des parcelles enherbées, puis cultivées, puis plantées d’arbres à usages multiples (frênes, peupliers, noyers, roseaux).

80L’aménagement des ravines varie depuis le comblement par des résidus de cultures et des pierres arrachées aux champs, jusqu’à la construction de seuils empierrés (fiche 22) et la plantation d’arbres fruitiers (oliviers, amandiers). L’épierrage des versants pierreux est une opération progressive. Les pierres sont amassées sur les plus gros blocs difficilement transportables. Ces amas se transforment en segments de cordons pierreux (fiche 7) qui finissent par isoler des parcelles irrégulières en courbe de niveau. Ailleurs, des terrasses en gradins (fiche 15) sont construites derrière des murettes de pierres. Des arbres fruitiers (oliviers, amandiers, caroubiers) sont plantés dans les sols profonds en amont des murettes dans des cuvettes protégées par des pierres (fiche 4). Sur les roches tendres, les limites des parcelles évoluent en talus souvent protégés par la végétation naturelle.

La vallée du M’Goun

81À 112 km à l’est de Ouarzazate, sur le versant sud du Haut Atlas, la vallée du M’Goun est comprise dans un milieu aride parcouru par quelques troupeaux de chèvres, alors que toute la vie se concentre sur les cônes de déjection (casbahs fortifiées) et dans la vallée irriguée toute l’année par la fonte des neiges des massifs situés à 3 500-4 000 m d’altitude.

82Le lit actuel de l’oued M’Goun, qui coule en permanence, est encombré de bancs de sable, de galets et de blocs de roches ; aucun aménagement n’y a été observé. La rivière attaque directement la terrasse holocène soigneusement cultivée.

83Après une ligne de lauriers-roses (fiche 12), on observe une plage de sédimentation de galets entrecoupée de vasques de sédiments limono-argileux ou sableux et parsemée de tamarix, saules, peupliers et lauriers. Des lignes de cannes de Provence et de cordons de pierres (fiche 7) isolent des parcelles irriguées et billonnées. Des rigoles amènent les eaux d’irrigation depuis une séguia.

84Dès qu’on quitte le lit ancien de l’oued, une série de murettes en pierres sèches renforcées d’arbres fruitiers (amandiers, figuiers, oliviers) et de lignes de rosiers dessinent des terrasses en gradins cloisonnées par des diguettes en terre enherbées entre les planches de cultures (blé, orge, carottes, navets, épinards, patates, oignons et luzerne) : les planches sont labourées à l’araire pour améliorer l’horizontalité du sol, puis billonnées pour l’irrigation. Les haies sont formées d’amandiers et de rosiers taillés (fiche 18). De hauts murs de pierres protègent les terrasses quaternaires couvertes de noyers, figuiers, amandiers, sous le réseau de drainage/irrigation situé le long de la piste. Si un ravin secondaire se jette dans la vallée, il est isolé par un double mur de contention (fiche 29) qui guide les eaux boueuses directement sur le lit ancien de l’oued, hors de la zone cultivée. Toute cette zone qui dépend des eaux de fonte des neiges ressemble à une oasis de montagne. L’ensemble du versant au-dessus des colluvions et de la terrasse quaternaire n’est que chaos pierreux avec quelques touffes dispersées de buissons surpâturés.

Fig.22. Séquence de la vallée du M’Goun (à la hauteur de Tamabout).

La GCES associée à l’aridoculture des montagnes et piémonts steppiques

85Dans les montagnes arides, la conservation du sol est importante ; mais elle n’est souvent pratiquée, sauf exception de l’Anti-Atlas occidental, que dans les sites où l’eau est disponible pour l’irrigation. L’espace intéressé est donc forcément étriqué. Par ailleurs, la diversité technologique est moins grande, même si le travail fourni est aussi important. L’entretien nécessaire est aussi plus élevé, car l’aménagement est vital, du fait de la modicité des autres ressources.

86Dans ces régions à forte charge humaine et de vieille civilisation agraire, type Anti-Atlas, piémonts du Souss et du Haouz et les montagnes du Maroc oriental, dans un contexte de rareté des ressources, la priorité est à l’interception et à l’infiltration de l’eau ; il s’agit de créer les conditions pour cultiver et profiter au maximum des eaux de pluie. L’autre impératif est de disposer d’eau potable et d’abreuvement ; c’est ce qui explique la multiplicité des matfia (fiche 11). Des efforts exceptionnels ont été consentis dans ces terres complantées d’amandiers ou d’arganiers. Mais, aujourd’hui, la majorité des terrasses sont en voie d’abandon.

Les montagnes du Maroc oriental (M. Chaker, 1998 et A. El Harradji, 2007)

87Dans les montagnes semi-arides de l’Oriental (rebord N.-O. des hauts plateaux, jbel Bou Khouali, Debdou), le genre de vie est resté basé sur le pastoralisme, dans les steppes comme dans le matorral des hauteurs, et sur la culture intensive dans les petits périmètres rattachés à des sources karstiques. Dans des dépressions favorables, comme sur l’escarpement montagneux, un système agraire basé sur la mise en valeur soignée des terres se conjugue à l’élevage de petits ruminants. La protection des terres étriquées est avant tout garantie par la construction de terrasses irriguées à partir des eaux de sources. La variété technologique est limitée, mais le soin avec lequel ces dispositifs sont réalisés et entretenus est très grand.

88Les montagnes de Debdou-Taourirt ou partie occidentale de la chaîne des horsts se situent entre les hautes plaines steppiques maroco-oranaises au S.-E. et les plaines arides de Tafrata-Angad au N.-O. La complémentarité montagne et steppe est ancienne, notamment avec le couloir de plaines du N.-O. Mais le système s’est fractionné avec la sédentarisation et la mise en culture sur le piémont. Le système de la montagne devient de plus en plus autonome dans son fonctionnement socio-économique.

89Le climat méditerranéen semi-aride de la montagne, du fait de l’altitude et de l’exposition au N.-O., constitue un îlot de verdure, face à la plaine aride steppique. La configuration géologique superpose de puissantes séries carbonatées ondulées du Jurassique à un substrat imperméable du Trias et du Paléozoïque. L’escarpement dominant la plaine et les talus internes à la montagne correspondent à des accidents de faille. C’est à ces niveaux que se situe une ligne de résurgences éloignées les unes des autres, au débit assez maigre. C’est sous ces sources perchées que se sont développés de petits périmètres d’irrigation traditionnelle, datant au moins des temps modernes. Par contre, le réseau hydrographique, l’oued Za mis à part, n’a pas permis, du fait des écoulements irréguliers, le développement de rubans irrigués le long des oueds, comme c’est le cas dans les vallées de l’Atlas.

90L’érosion sur les versants est importante. En plus des grandes formes héritées de mouvements de masse et de quelques zones de badlands, on remarque une forte érosion par ruissellement diffus. Des mesures sur parcelles sur le mont Boukhouali (Chaker et Laouina, 2007) ont montré que 20 % des pluies sont agressives et produisent un ruissellement important. Les événements érosifs principaux coïncident avec les orages intenses de fin d’été et d’automne. Mais on a aussi recensé des situations érosives de printemps, dues à des pluies durables. Le recouvrement de matorral, même dégradé, protège bien le sol. C’est dans les parcelles dénudées ou en jachère que le ruissellement est le plus menaçant en termes de perte en terre.

91Les finages agricoles accrochés à la montagne au sud de Taourirt représentent les dernières formes de vie sédentaire, dans le Maroc oriental, avant les oasis du Présahara. Au-delà de cette montagne vers le sud, les populations sont toutes nomades ou semi-nomades. Sur la frange nord, le développement d’activités agricoles s’explique par la présence de l’eau qui a favorisé l’installation de cultures irriguées, associées à un élevage transhumant entre la montagne et la plaine de piémont au nord. De petites « agglomérations » rurales se sont développées à proximité des sources et des dépressions travertineuses qui leur correspondent. Ainsi se trouvaient conjugués trois éléments pour un développement agraire : de l’eau, de la surface cultivable et de la pierre facile à découper en cubes pour la construction de murettes.

92Sur le plan démographique, la croissance est très faible, du fait de l’émigration importante vers la plaine et la ville. Le cheptel gravite autour du douar, dans la forêt proche, ce qui explique des situations de surpâturage et de dégradation, à l’origine de quelques formes d’érosion. Mais la stabulation tend à se développer grâce à la mise en place de cultures fourragères.

Contexte de mise en place des aménagements de GCES

93Le comportement conservatoire est un héritage et le fruit de plusieurs générations d’efforts. Les dispositifs sont anciens, attestés par la cimentation calcique des blocs de travertins, utilisés pour leur légèreté et se prêtant à la maçonnerie en pierres sèches. On voit bien que les murettes ont été construites par phases successives de surélévation. La base de certaines murettes contient des souches de très vieux arbres centenaires.

94Dans cet espace, les indices de sédentarisation remontent au moins au xxe siècle (casbahs). Les récits d’auteurs du xviiie siècle parlent déjà d’un espace aménagé. Mais le travail communautaire n’est pas la règle. Plus souvent, il s’agit de réalisations familiales. Par ailleurs, l’absence d’une conscience très vive du problème d’érosion apparaît à la lecture du paysage. Les mêmes paysans qui construisent des terrasses, irriguent et fument leurs champs sont ceux qui dégradent de manière excessive le matorral proche et initient ainsi des formes de ruissellement qui ravagent les champs.

95L’aménagement est avant tout dicté par le besoin de disposer d’espaces irrigables, pour une production intensive, répondant aux besoins de la population. L’autre objectif est de marquer l’appropriation du terrain. Enfin, on vise à dissuader le troupeau de paître librement à l’intérieur de l’espace agricole. Le but antiérosif n’est pas toujours déclaré.

96Le système associe des dispositifs mécaniques et biologiques. La technique principale consiste à bâtir des murettes en pierre sèche (fiches 14 et 17), plus ou moins renforcées par des haies vives, mais aussi pratiquer une surélévation par des branches mortes, dans le but d’interdire le parcours dans ces terres de culture. Les murettes peuvent faire localement jusqu’à 2,5 m de hauteur. Elles sont construites de blocs métriques à la base, de blocs plus petits vers le haut et forment un véritable escalier dans les zones irriguées centrales, avec des espacements très limités. Par contre, on observe des plans plus inclinés entre des murettes plus distantes sur les bords des dépressions, où l’irrigation est absente.

97Dans l’espace irrigué, l’eau est distribuée par des canaux en terre (séguias), à partir de bassins stockant l’eau des sources (fiche 9). Des puits récupèrent les eaux perdues et infiltrées dans la formation superficielle. En plus, des dispositifs de collecte des eaux ruisselées sur les bords des dépressions alimentent des bassins et des citernes. Enfin, autour des arbres non irrigués sur les rebords, des cuvettes capturent de l’eau de ruissellement (fiche 4). La fertilisation des terres est surtout organique grâce à l’association avec un petit élevage en stabulation.

Efficacité des dispositifs

98L’efficacité des aménagements en termes de rendement des cultures (parfois deux cultures par an) et de bilan d’eau pour la croissance des arbres est manifeste. Le sol en transit est par ailleurs accumulé derrière les gradins qu’il a fallu surélever en conséquence. La murette est construite de manière à permettre le drainage et l’évacuation de l’eau en excès. Des cas de dommages sont enregistrés, notamment lors des pluies persistantes. Sur les rebords des dépressions, des ravinements sont enregistrés. Mais, les murettes détruites en partie sont entretenues et reconstruites. Enfin, la multiplication des arbres concurrence les cultures annuelles qu’il a fallu abandonner sur certaines terrasses à cause de l’ombre des arbres. Les aménagements sont denses dans la partie centrale des dépressions irriguées, au droit du réseau d’irrigation. Sur les rebords, les aménagements sont plus distants et moins soignés. L’élevage est écarté de l’espace agricole lui-même. Enfin, les terres collectives ne sont pas aménagées.

Tendances actuelles

99Les aménagements sont encore entretenus, sauf très localement, dans certaines parcelles éloignées. On remarque, par contre, des changements positifs, avec bétonnage des séguias, cultures fourragères pour l’élevage stabulé, investissements hydrauliques (forages et pompages) et une meilleure fertilisation. Mais plusieurs indices laissent entrevoir des risques d’abandon : une émigration prononcée, avec départ des jeunes notamment, désistement de ces derniers pour tout ce qui constitue la réparation et l’entretien des dispositifs, et ainsi perte progressive du savoir-faire nécessaire pour leur durabilité. Le creusement de puits avec pompage, responsable parfois de l’épuisement de certaines sources, relève de cette volonté de réduire les efforts nécessaires. Or, l’effort demandé pour l’entretien des terrasses est bien plus exigeant.

L’Anti-Atlas occidental (B. El Fasskaoui, 2007)

100L’Anti-Atlas est un massif impressionnant tant par sa structure géologique (hauts plateaux calcaires et pitons antécambriens puissants), que par le patrimoine architectural (villages fortifiés) et les aménagements en murettes de pierres généralisés sur des versants entiers et tout au long des oueds (fiche 15). Les terrasses au voisinage de l’habitat sont cultivées en planches ou en sillons/billons pour recevoir le fumier. Les autres terrasses sont rarement fumées : les adventices qui poussent entre les périodes de culture sont broutées par le petit bétail ou enfouies lors du labour à l’araire.

101Au pied des massifs volcaniques, sur des replats façonnés dans les schistes métamorphiques, des villages fortifiés anciens tirent l’eau de citernes captant les eaux des toits et des versants rocheux (fiche 11). Ils dominent des versants raides couverts de gros blocs éboulés, de murettes ou de cordons de pierres (fiche 7) et de petites terrasses étroites, cultivées et fumées, près des hameaux, ou plus ou moins abandonnées aux céréales, aux arganiers et aux adventices broutées par les chèvres. Tant que les sols sont couverts et que les murettes résistent, on observe peu de ravines. Les vallées très étroites sont occupées par l’oued qui charrie d’énormes blocs éboulés. Divers arbres prospèrent dans les colluvions à proximité de l’oued et des ravineaux ; dès que la vallée s’élargit, de minuscules terrasses en gradins sont jardinées et irriguées avec soin (fiche 12). Des murs de contention les protègent contre les inondations et l’érosion de l’oued (fiche 27).

102On y trouve de nombreuses citernes, soit en terre, soit en béton, à ciel ouvert ou non (fiches 10 et 11) :

  • près des pistes dont elles récupèrent les eaux de ruissellement le long des fossés ;
  • sur un replat rocheux peu perméable (de 100 à 1 200 m3) ;
  • dans l’habitat où de petites citernes collectent les eaux de pluies des toits (quelques dizaines de m3). Ces citernes se remplissent plusieurs fois dans l’année, si bien qu’il faut les libérer des vases et des sables qui les envahissent. Ces vases noires sont utilisées pour fertiliser les champs alentour.

103La végétation arborée, bien développée dans les vallons et vallées, est très dispersée et plus rabougrie sur les versants. Les arganiers, très beaux en bas de pente, sont décharnés par le broutage des chèvres sur les versants caillouteux. Plus au sud, les plantations d’amandiers résistent difficilement aux ardeurs du soleil : seuls quelques caroubiers très verts toute l’année sont respectés par le bétail. Dans les fonds de vallées et surtout les oasis, pistachiers, caroubiers, amandiers, oliviers, abricotiers, palmiers et divers arbres fruitiers se développent vigoureusement en groupes.

104Les populations berbères ont quitté la terre, émigré vers les villes pour faire du commerce. Ils reviennent pendant les vacances et à la retraite pour construire de grosses demeures en béton et de petits jardins entourés de murailles. Les trois quarts des terrasses et des terres sont abandonnés depuis 10 à 40 ans mais résistent assez bien à l’érosion. On peut cependant s’inquiéter pour l’avenir de ces paysages magnifiques, pour ce patrimoine construit durant des siècles par la population rurale. Si ces versants ne sont plus entretenus régulièrement, la proximité du désert peut faire craindre que les murettes finissent par s’écrouler. Alors le ravinement ou les glissements de terrains décaperont la mince couverture pédologique, après quoi il ne sera plus possible de réinstaller la végétation. Il en résulterait non seulement une perte inestimable du patrimoine rural, mais aussi l’assèchement des nappes d’où on tire l’eau d’irrigation des riches plaines du Souss sans compter l’inondation des vallées périphériques lors des plus gros orages.

Les matfia de l’Anti-Atlas

105Elles correspondent à une technique de mobilisation et de conservation des eaux de ruissellement, dans une région de paysannerie traditionnelle basée sur l’agriculture en bour et un élevage de faibles déplacements où les communautés montagnardes doivent faire face au manque d’eau domestique. C’est une citerne souterraine cimentée qui emmagasine l’eau pluviale et/ou de ruissellement nécessitant des travaux d’aménagement parfois très importants, en plus de la mobilisation de la population du douar. Le site doit emmagasiner le plus grand volume d’eau, ce qui nécessite l’aménagement d’un large impluvium naturel sur des versants étendus. Il faut ensuite préserver la citerne des effets de la pollution (bassins de décantation) et l’entretenir régulièrement. Le calcul des pentes doit être précis, pour éviter à la fois le creusement en amont et le transport de sédiments en excès. La construction de canaux d’amenée protégés et de bassins de décantation précède la construction de la citerne, elle-même protégée par un revêtement imperméable et une toiture étanche.

106Les matfia occupent une place importante dans les systèmes d’approvisionnement en eau dans plusieurs régions du Maroc : dans le Rif, le Haut Atlas, le Haouz (province de Chichaoua), les Doukkala, l’Oriental, la province de Taroudant. Dans l’Anti-Atlas, la densité des matfia atteint des proportions élevées dans le cercle d’Ighrem. Dans certaines communes, même lorsque les maisons sont branchées à un réseau de distribution d’eau, la matfia continue d’exister, ce qui atteste d’un attachement à cette technique traditionnelle, censée livrer une eau de qualité « supérieure » et répond au souci d’avoir des réserves en eau pour des jours difficiles. Cette technique de gestion de l’eau a de plus un effet indéniable de protection des sols. La matfia, en plus de son rôle d’alimentation, permet de régulariser les eaux de ruissellement, quoique modestement. Elle a donc un effet aval dans la réduction des crues moyennes, mais reste sans effet sur les crues les plus violentes. Le recours à la matfia s’explique donc par le relief et la géologie et par la dispersion des hameaux. Toute autre technique d’alimentation en eau potable s’avère à la fois inadaptée et plus coûteuse.

107Cette technique assure l’approvisionnement de 25 % de la population de la province de Taroudant (plus de 1 000 douars) et de près de la moitié de la population du cercle montagneux d’Ighrem. En montagne, le reste de la population est alimenté par des puits creusés dans les sous-écoulements des oueds. Par contre, sur le piémont, les sources et les puits dans la nappe phréatique deviennent la source d’alimentation principale.

108La capacité de stockage d’une matfia varie entre 150 et 300 m3. Selon la taille de la famille et le nombre de têtes d’animaux, une citerne peut subvenir aux besoins d’un ménage. Mais le bilan peut être déficitaire et nécessite alors le recours à l’alimentation par camion citerne, notamment en été.

109Les statuts de matfia sont multiples :

  • Matfia familiale, avec objectif d’autonomie en termes d’approvisionnement en eau. L’enjeu est la survie dans cette montagne aride et enclavée. La moyenne dans le cercle d’Ighrem est de 1 matfia par famille ; certaines familles en possèdent jusqu’à 3.
  • Μatfia collective, nettement plus grande, édifiée pour les besoins du douar (mosquée, école) grâce aux formes de solidarité villageoise, ainsi que pour ceux des travailleurs des champs et du troupeau. En cas de pénurie, elles représentent un recours providentiel. D’autres matfia sont construites dans les zones de parcours pour les besoins des bergers et du troupeau. D’autres enfin sont sur des itinéraires de déplacements habituellement empruntés.

110Le nombre de matfia s’est fortement accru après les années 1970, suite aux années de sécheresse. C’est donc une technique d’actualité qui continue à se multiplier. L’argent de l’émigration a facilité cette expansion. De plus en plus, on cherche à placer la matfia en amont de l’habitat, pour y relier ce dernier par une tuyauterie, sans corvée d’eau.

111L’abandon de la matfia se remarque dans certains douars. Il s’explique soit par l’existence d’une possibilité de pompage dans une nappe profonde, soit par l’acheminement d’eau lointaine. Mais plus généralement, même en cas de branchement au réseau, la matfia continue à être entretenue, pour de multiples besoins domestiques et d’abreuvement du bétail.

La GCES des oasis présahariennes (B.Akdim et al., 2007)

112Dans les milieux présahariens, au débouché des vallées comme en plaine, l’objectif de la GCES est de créer un espace aménagé pour irriguer, sans souffrir de manière excessive des crues et des destructions qu’elles occasionnent ; les aménagements se concentrent à proximité du lit des oueds, pour profiter de l’eau, mais avec une protection mécanique et végétale contre les apports de l’oued.

113De manière générale, plus on remonte les cours des oueds en montagne, plus l’espace mis en valeur s’élève au-dessus du talweg et prend la forme de terrasses construites, protégées par des talus ou des murettes en pierre. Il ressemble alors aux dispositifs décrits dans le Haut Atlas (fiche 15). En aval, par contre, l’espace aménagé ou oasis se limite à la dernière terrasse fluviatile, celle des limons gris des palmeraies (terrasse holocène), et aux parties du ht majeur qui ont été gagnées aux dépens de l’oued, par l’aménagement de champs en bassins clos par des murettes en blocs ou des rideaux végétaux, que les crues sont venues recouvrir en y déposant des limons de décrue très fertiles (fiches 29 et 30).

114Tous les terrains irrigués sont soigneusement aplanis et ne souffrent d’érosion que sur le rebord sapé par l’oued. Un épais rideau de roseaux, de peupliers et de tamarix protège les terrasses de l’oasis contre les eaux de crues. L’accroissement démographique explique les coupes successives de la ceinture verte qui ont conduit l’oued à décaper les berges de sa terrasse limoneuse ; par ailleurs, l’apparition de nouveaux espaces agricoles et l’introduction de la motopompe ont créé de nouveaux paysages modernes spécialisés dans la production de la pomme et des légumes. Ces cultures qui nécessitent beaucoup d’eau sont alimentées à partir de la nappe phréatique, au détriment des cultures habituelles de la palmeraie. Le petit paysan oasien veille constamment à la maintenance de sa terre en lui injectant du fumier au moins deux fois par an ; en plus, il pratique la jachère et l’assolement.

115Plusieurs techniques de gestion de l’eau peuvent être inventoriées, certaines d’entre elles possédant une réelle connotation de GCES alors que d’autres sont de simples pratiques d’irrigation. Les espaces oasiens sont irrigués par les eaux des oueds, des khettara, des puits et des sources, mais restent des milieux très fragiles car soumis aux fluctuations des ressources en eaux.

116Le faïd (fiche 24) ou irrigation par épandage des eaux de crue repose sur un aménagement particulier préalable du parcellaire. En effet, les parcelles sont en forme de bassins délimités par des levées en terre, dont la hauteur varie de 1 à 2 m selon les secteurs de la plaine. Les principes fondamentaux de ce système sont la non-séparation de la terre et l’eau, la priorité de l’amont sur l’aval, jusqu’à épuisement de l’eau dans le canal de dérivation de l’eau de crue.

117L’importance de la surface des terres utilisables dans le domaine oasien est tributaire des volumes d’eau disponibles. Ainsi, l’aire des oasis évolue suivant le rythme des années humides et des années sèches. L’irrigation par les eaux de crues enrichit les sols grâce à la charge solide de nature limono-organique. L’irrigation contribue également par effet d’humidification à la stabilité des particules des sols face à l’action érosive des vents très fréquents dans cette région. Les différentes strates végétales dans les oasis sont aussi des paravents qui empêchent les sables d’envahir les champs.

118En périodes d’abondance d’eau, l’essentiel de l’érosion hydrique des sols s’étend au sapement des berges des terrasses limoneuses pendant les crues, ce qui est loin d’être négligeable parce qu’il détruit irrémédiablement les plus riches espaces agricoles. Pour lutter contre ce processus, on procède à la plantation de roseaux ou de tamarix sur les berges (fiche 18). Par contre, la correction mécanique des cours d’eau n’est pas une pratique courante dans ces espaces, du fait de la rareté des blocs.

119Un aspect érosif peut apparaître paradoxal : l’irrigation par les eaux de crue entraîne par endroits la surélévation du niveau des parcelles par rapport au niveau de la séguia, suite à l’accumulation des limons de débordement. Cette situation rend l’irrigation de plus en plus difficile. Pour remédier à ce problème, plusieurs solutions sont préconisées : soit décaper le surplus de limons qu’on accumule aux bords des parcelles (c’est ce qui peut expliquer aussi l’envergure des digues limitant les parcelles du Tafilalt), soit ouvrir une carrière pour le prélèvement de la terre pour des travaux de construction avant d’aplanir à nouveau le champ.

120L’ensablement reste enfin la plus grande menace pour les périmètres irrigués dans plusieurs secteurs. Pour réduire l’impact de ce phénomène, les habitants procèdent à la construction de véritables murailles autour des exploitations menacées (fiche 2). L’effet de cette technique n’est qu’éphémère car, avec le temps, les sables s’accumulent et franchissent l’obstacle.

Les steppes et les régions pastorales

121Dans les régions pastorales du Maroc, la notion de conservation des ressources s’applique à l’activité pastorale elle-même, grâce à des pratiques de gestion des espaces qui sont censées leur garantir la stabilité morphodynamique et les protéger contre les aléas. Ces pratiques sont fondées sur un usage rationnel des ressources fourragères, grâce à la rotation qui prend au Maroc la forme de déplacements saisonniers des hauteurs pâturées en été, à un moment où croissent des herbes denses et nourrissantes, vers les dépressions que les troupeaux gagnent lors du froid hivernal. Des mises en culture ont toujours accompagné ces déplacements, pour fournir à la fois une base alimentaire pour les populations et un complément fourrager pour les troupeaux. Mais ces cultures dérobées n’ont jamais été accompagnées de dispositifs de protection des sols. Aujourd’hui, les cultures prennent de plus en plus d’importance et peuvent susciter des comportements de conservation, quoiqu’encore très limités.

La GCES des parcours du Maroc atlantique sub-humide et semi-aride (M.Aderghal et al, 2007)

122Dans les régions atlantiques, notamment en plaine, l’agriculture est nettement avantageuse comparée à l’élevage extensif, même si ce dernier constitue un complément non négligeable, du fait de la forte productivité des parcours, en forêt comme hors forêt. Le déficit fourrager est accusé du fait des surfaces limitées laissées pour le parcours et qu’on peut assimiler à des jachères prolongées, alors que la forêt reste le seul espace continu, utilisé comme pâturage. Or, au début du xxe siècle, l’élevage était une activité importante, voir principale, dans ces espaces.

123Aujourd’hui, l’élevage extensif est limité à des terres marginales et devient un complément au système de culture. Entre les espaces cultivés, des superficies réduites sont réservées au parcours et ne permettent pas, même avec l’appoint que représentent les chaumes et les jachères annuelles, de couvrir les besoins en fourrage. Les aménagements de GCES sont limités dans ces régions traditionnellement pastorales, même lorsqu’elles se sont reconverties à l’agriculture ; dans ce cas, il manque le savoir-faire et la tradition du travail en commun.

124Le plateau central, basse montagne pastorale à la limite du sub-humide, vit sur le binôme élevage extensif-céréaliculture, sur parcours forestiers ou de matorral et enclaves défrichées plus ou moins étendues. L’évolution récente se caractérise par la concentration foncière sur les bonnes terres, mais aussi par plus de pression sur les ressources naturelles. Traditionnellement, les rares terroirs à faible pente et sol épais sont utilisés pour l’agriculture, alors que les larges portions en pente ou au sol squelettique sont réservées au parcours, même si les deux activités se complètent (parcours sur chaumes en été et sur jachère en hiver, fertilisation des terres agricoles grâce au fumier recueilli). La pression sur le milieu est alors légère et les déforestations à des fins pastorales ou agricoles réduites.

125Au début du xxe siècle, les choses évoluent rapidement, avec la domanialisation de la forêt et la mise sous tutelle du collectif, la concentration foncière sur plus du tiers de la SAU et, enfin, avec la pression démographique. Les meilleures terres sont passées à un système d’utilisation agricole exclusif, avec introduction de cultures et de techniques nouvelles. De nombreuses terres, souvent fragiles, présentent un système agricole dominé par les céréales, dans le cadre de petites exploitations, sur des pentes parfois assez fortes, menacées par l’érosion. Sur une large proportion des terres, partout où cela est possible, le travail du sol est devenu mécanisé, avec un labour dans le sens de la pente. Ces terrains fragiles et peu protégés sont souvent devenus la proie de l’érosion hydrique.

126De nouvelles cultures sont introduites (arboriculture, lavande, cultures fourragères) et les itinéraires techniques sont mécanisés sur une grande superficie (56 % des terres sont réservées aux céréales), tout en se limitant aux labours préparatoires et aux moissons. La mainmise sur les meilleures terres a conduit au confinement des populations les plus démunies et des troupeaux sur les terres marginales. D’où le recours plus grand à la forêt pour l’alimentation du cheptel et pour l’approvisionnement en produits ligneux. C’est ce qui explique l’extension des terrains dégradés. Sur 40 % des terres des communes d’Oulmès et Bouqachmir, les contraintes dues à l’érosion hydrique nécessitent une intervention en matière de protection.

127Les techniques de GCES sont globalement inconnues des « agriculteurs », anciens éleveurs. Le système traditionnel essentiellement pastoral, caractérisé par des mises en cultures sur des espaces limités et le maintien du couvert végétal qui relèvent néanmoins d’une organisation communautaire de l’espace, comportait une retombée de protection non négligeable. Progressivement, les gens ont été amenés à pratiquer localement des aménagements, afin de limiter les processus de dégradation. Ces initiatives individuelles ne procèdent pas d’un référentiel technologique, mais plutôt d’approches empiriques, malgré le manque de moyens et la pression démographique.

128Les haies vives (fiche 18), notamment en cactus Opuntia, jouent un rôle majeur de délimitation et d’apport économique supplémentaire, mais présentent aussi une efficacité antiérosive indéniable. Elles sont localisées essentiellement dans les parties amont des vallons, dans les portions évasées et sur des versants convexes de pente faible. Des travaux de micro-irrigation complètent le dispositif et donnent à ces parties un aspect verdoyant, au sol bien conservé.

129Très localement, des cordons et des murettes (fiches 7 et 15) ont été introduits par des exploitants particuliers, ayant vécu dans des régions où la GCES est généralisée. Des banquettes (fiches 16 et 17) ont aussi été mises en place. Mais tous ces traitements ne semblent pas pour l’instant entraîner l’enthousiasme des autres exploitants. Dans la recherche de l’eau, seuls le creusement de puits et le captage de sources sont utilisés alors que la capture de l’eau de ruissellement est rare. Des aménagements très localisés en murettes ont été relevés, notamment un petit périmètre irrigué à partir de la source de Ain Lhammam, au sud de Tiddas. Les eaux sont captées au niveau de trois bassins (fiche 9) aménagés dans les années 1930 et conduites vers les parcelles situées sur les deux versants du vallon, par deux séguias prolongées par des tuyaux en plastique.

130Les banquettes sont utilisées par les exploitants qui ont adhéré à des interventions de l’État dans le cadre de la DRS ou des PMVB (périmètres de mise en valeur en bour). Ce sont des techniques qu’on retrouve aussi sur les terres de certains exploitants qui, de manière volontaire, ont choisi de transformer des terres de parcours ou de céréales en terres plantées. Il s’agit d’exploitants – comme la ferme ARBOR – qui possèdent suffisamment de terres au niveau d’un même versant et qui disposent de moyens d’investissement.

131Le procédé des parcelles allongées, selon les courbes de niveau, favorise la lutte contre l’érosion hydrique. Les formes originelles en lanières selon la pente sont progressivement remplacées par un dispositif de parcelles qui épousent le sens des courbes de niveau et rendent plus facile le labour. Sur les versants, ces parcelles sont bordées par un ados en terre (fiches 12 et 16), parfois renforcé par un alignement de pierres (fiche 7), alors que sur les terrasses alluviales une rangée d’arbustes marque la limite entre ces parcelles et la berge de l’oued (fiche 18). La morphologie de ces parcelles contribue à la sauvegarde du sol. Le ruissellement est réduit et de plus grandes quantités d’eau sont infiltrées. Mais, globalement, ces initiatives sont encore rares.

La GCES des steppes du Maroc oriental et du Présahara

132Une bonne partie de l’élevage marocain est menée dans les parcours steppiques ou désertiques, où de petits ruminants pâturent selon un mode extensif traditionnel d’élevage de pays naisseur. Cet élevage extensif a un avantage comparatif considérable dans les régions de steppes, où l’amélioration de cette activité constitue la meilleure option possible de gestion des ressources.

133Les steppes du Maroc oriental sont des milieux contraignants recevant entre 100 et 200 mm de pluie, avec une irrégularité interannuelle forte et des écarts thermiques diurnes et saisonniers importants. La sécheresse imprime ses caractéristiques à la végétation avec des formations basses à graminées, des buissons ligneux et des plantes halophiles, soit un couvert discontinu, dont le taux de recouvrement est inférieur à 30 %. La steppe d’alfa (Stipa tenacissima) est la caractéristique la plus commune de ces milieux, qui sont en fait très diversifiés selon le relief et la mosaïque de sols (ondulations à croûte calcaire aux sols squelettiques et basses terrasses ou épandages limoneux à meilleur bilan d’eau du sol et donc recouvrement végétal plus dense, mais états de surface désavantageux, avec fréquentes des croûtes de battance).

134Globalement, les surfaces cultivées sont limitées et l’occupation humaine lâche. L’irrigation intervient très ponctuellement pour corriger cet état de choses puisqu’elle concentre alors de fortes densités et une forte occupation du sol. La dynamique actuelle tend à réduire et à cloisonner des parcours dans ces espaces où cette activité représente à la fois la vocation principale et la tradition. L’équilibre fragile de la steppe est menacé par l’extension des cultures dans le nord des hauts plateaux comme en haute Moulouya. De larges surfaces ont été soustraites à l’élevage et cloisonnent le parcours par des champs isolés défrichés, puis vite délaissés. Le surpâturage représente la seconde cause de dégradation des terres, notamment du fait de la réduction des déplacements et de la disparition des anciennes complémentarités. La désertification représente ainsi la menace principale dans ces terres de steppes.

135Dans ces steppes arides, localement mises en culture, nous assistons depuis quelques années seulement, à la mise en place des seuils et des murettes (fiches 22 et 15) pour retenir l’eau et le sol. En fait, la mise en culture des dépressions et fonds de vallées repose sur la gestion des eaux de ruissellement, récupérées sur les versants et les glacis et conduites en épandage, plus ou moins contrôlé vers les fonds, pour alimenter les cultures ; mais l’érosion sur les versants et dans les dépressions elles-mêmes peut aboutir à la destruction totale des sols et à la désertification de ces milieux. Le recours aux techniques de conservation dans les piémonts semi-arides vise justement à atténuer les formes vives d’érosion nouvellement apparues. D’un autre côté, dans ces milieux où les précipitations sont faibles et irrégulières, les ouvrages de GCES s’avèrent nécessaires pour emmagasiner suffisamment d’eau pluviale dans le sol pour garantir une certaine production végétale (fiche 1).

Espaces à faible recours à la gestion conservatoire

136La rareté des dispositifs de conservation dans ces zones s’explique sans doute par l’abondance des ressources en terres et la relative disponibilité de l’eau ; mais cela n’est pas vrai partout. Le comportement peu conservateur relève aussi de l’absence, au moins dans certaines de ces régions, de véritables traditions agraires. Les nuances sont cependant grandes d’un sous-espace à l’autre.

Les basses montagnes et collines du Prérif occidental

137Dans ces pays à occupation humaine ancienne, tout le paysage est utilisé ; même sur les pentes fortes, les cultures vivrières sont mêlées aux plantations d’oliviers. La forêt domaniale, constituée de matorral arboré, mise à part, la plupart des terres portent des cultures céréalières (environ 60 % des terres). Les jachères servent de terrains de parcours d’hiver, alors qu’en été les troupeaux sont conduits sur les chaumes. Lors des sécheresses prolongées, le matorral voisin devient la ressource unique.

138Sur les pentes faibles, aux sols plus épais, la betterave, les légumineuses et le tournesol se développent, ces cultures étant encouragées par l’État. Introduites dans la région depuis plus de 20 ans, elles peuvent être pratiquées même dans des petites parcelles.

139Dans les années 1960 et 1970, la région a bénéficié des actions menées dans le cadre du programme DERRO. En plus de chantiers pour ouvrir des pistes, ce programme a mené plusieurs actions de lutte contre l’érosion (banquettes fruitières, notamment) (fiche 16). Dès 1975, mais surtout dans les années 1980, le projet Loukkos a visé la modernisation de l’agriculture par l’aménagement du périmètre du Loukkos amont. Les collines aux sols vertiques ont alors été décrétées zones de « bour industriel », tandis que la zone montagneuse devait recevoir des interventions forestières de défense et de restauration des sols.

140La surface agricole se répartit entre terres melk (privées), jmaa (collectives) et habous (biens religieux). Le morcellement des terres constitue une contrainte majeure et les parcelles lointaines sont souvent délaissées. Le nombre moyen de parcelles dans une exploitation est de 5, mais peut dépasser 10 parcelles. Leur distance par rapport au douar peut atteindre une dizaine de kilomètres. 85 % des terres privées sont exploitées en faire-valoir direct et 15 % dans le cadre d’al-moucharaka, (association) ou d’almougharassa (association regroupant les planteurs de fruitiers).

141L’élevage constitue une soupape de sécurité pour équilibrer le budget familial. Il s’appuie sur deux ressources fourragères : les parcours des espaces collectifs des collines encore couvertes de végétation et la forêt de la montagne voisine. Ces pâturages occupent des versants entiers délaissés à proximité des douars, parfois à cause de leurs sols médiocres. L’élevage s’appuie aussi sur la valorisation des sous-produits des cultures (pailles, feuillages, chaumes, jachères, etc.). L’alimentation du cheptel est assurée à 30 % par les parcours et à 70 % par les surfaces cultivées. Ce type d’élevage entrave les améliorations techniques comme le labour précoce ; l’introduction des cultures industrielles provoque d’ailleurs des modifications fourragères en réduisant l’espace des jachères pâturées. Le recul de la jachère a obligé les paysans à intensifier l’élevage par le passage progressif à la stabulation et à la complémentation. C’est ainsi que nous assistons au passage à un élevage de gros bétail dominant.

142L’impact du surpâturage sur l’environnement est évident, car il aboutit à une diminution de la végétation pérenne et à son remplacement par des plantes annuelles peu appétées. Les sols des parcours sont de plus en plus exposés au ruissellement et à l’érosion. La recharge des aquifères souffre aussi du ruissellement direct.

143L’observation directe des phénomènes érosifs durant trois années de suivi a montré que des événements pluviométriques exceptionnels peuvent produire une forte érosion, dans les champs de betterave en particulier. Des glissements en planche se produisent, en particulier dans les terres de labour mécanisé où la semelle de labour est relativement profonde, et forment en bas de parcelle de petits cônes de déjection. Ces arrachements peuvent êtres effacés par l’action du labour. Mais, dans certains secteurs, le ravinement s’est installé sur les cicatrices et s’est accentué par la suite.

144Mise à part la répartition assez rationnelle des formes d’utilisation des terres selon leur potentiel agraire et la pratique de techniques agronomiques de labour et de fertilisation de certaines parcelles, les aménagements de conservation sont très rarement mis en place dans ces milieux, somme toute assez favorables. Seule l’extension de l’arboriculture fruitière, accompagnée de systèmes de collecte de l’eau de ruissellement, peut être considérée comme une réelle approche conservatoire des eaux et des sols.

Les milieux favorables des plaines nord-atlantiques

145Cette zone couvre près de 4 millions d’hectares, dont 60 % de SAU, dans un vaste amphithéâtre atlantique largement ouvert aux influences océaniques avec des précipitations relativement abondantes et des températures estivales modérées. À ces conditions favorables s’ajoute la présence de bons sols plus ou moins épais : sols rouges méditerranéens argileux du plateau de Meknès, verti-sols noirs argileux du Gharb ou de la Chaouïa (tirs), sols sableux et légers (miel) des anciennes dunes côtières stabilisées. Mais, comme l’ensemble du Maroc, cette région peut aussi souffrir de l’irrégularité du climat.

146Les plaines et plateaux atlantiques étaient originellement des terres occupées par des éleveurs issus en bonne partie des reliefs proches ou des régions méridionales. Chaque groupe s’est constitué un finage particulier. À la fin du xixe siècle et au début du xxe, le développement des cultures s’est affermi, en particulier à la suite de la colonisation des terres. L’économie est aujourd’hui fondée sur une association de la culture et de l’élevage. Cette histoire explique le taux élevé de terres non privatisées dans la SAU des plaines du Gharb et du Sais. Les collines prérifaines s’individualisent dans cet ensemble, du fait de leur ancienne occupation et de la privatisation totale des terres. Mais même là, on ne remarque pas de véritable effort de protection des terres et de gestion des eaux.

147C’est pourtant un ensemble très aménagé par l’homme. L’agriculture pluviale y permet des rendements intéressants et la rotation de cultures diversifiées. À l’intérieur de ce domaine, la zone recevant 600 mm de pluie et plus comporte une large gamme de cultures d’hiver et d’été, sans que les températures imposent de contrainte. Les cultures industrielles et oléagineuses sont importantes dans le Gharb et le Loukkos, ainsi que les fourrages. L’irrigation couvre 9 % de la SAU (21 % dans le Gharb, zone où le potentiel d’extension de l’irrigation reste encore élevé).

148Les techniques modernes de labour tendent à se généraliser dans ces espaces agricoles. Dans ces derniers, il faut différencier les grandes plaines où la mécanisation et les innovations ont été introduites, d’autant que les densités humaines le permettaient, et les collines à population plus dense et à structures plus traditionnelles. La mécanisation du labour atteint un taux moyen de 70 %, mais reste faible dans le Prérif (37 %) ; même chose pour l’amélioration de l’élevage bovin.

149Les systèmes de culture sont dominés par les céréales mais montrent une grande variété dans les rotations, en fonction des conditions bioclimatiques et des traditions paysannes. Plusieurs cultures s’associent aux céréales (légumineuses, cultures fourragères, plantes industrielles). L’arboriculture joue un rôle important dans les régions de piémont, mais aussi dans les plaines irriguées.

150La taille des exploitations est moyenne, même si les exploitations de moins de 3 ha représentent 53 % en nombre mais seulement 12 % en surface. Le grand nombre d’exploitants non résidents (22 %) dans le Sais et Chaouïa s’explique par l’impact des villes de Fès, Meknès et Casablanca. Les activités non agricoles sont aussi importantes dans ces régions.

151La variété des productions et la disponibilité des ressources ne signifient nullement l’absence de la menace de dégradation. Dans plusieurs régions, l’érosion hydrique est présente, avec même des situations d’ablation importante par des griffes et par le ruissellement aréolaire dans des champs récemment travaillés, même sur des pentes très faibles, sur sols fragiles. Pourtant, le réflexe conservateur est rare dans ces milieux, mis à part quelques cas particuliers.

Le cas particulier de l’arrière-pays de Rabat-Salé

152Cette région a enregistré des changements importants. Deux phases ont transformé les stratégies et les techniques de gestion des terres. Jusqu’au début du xxe siècle, la dominance pastorale était effective, avec une utilisation très extensive des terrains ; la forêt représentait encore le couvert dominant. La période coloniale (1912-1956) a nettement marqué le paysage agraire par la mise en place de nouveaux systèmes d’exploitation, même si les terres accaparées par les colons se limitent à moins de 10 %. En fait, cette mainmise a été accompagnée par un fort glissement des populations rurales vers les terres marginales, situées sur les rebords des plateaux et sur les pentes des vallées. Depuis lors, la région a connu la transformation de larges portions de la forêt et du matorral, sur les pentes fortes des vallées, en terrains de céréaliculture pluviale. Une grande partie de la population rurale s’est adaptée aux nouvelles méthodes de gestion des ressources et de valorisation des terres, puis la mécanisation des travaux agricoles a beaucoup progressé.

153L’appropriation citadine a débuté avec l’avènement de l’indépendance qui a été marquée par l’implantation de fermes modernes pour une bourgeoisie citadine. Cette nouvelle intervention s’est axée en particulier sur le développement des cultures irriguées à partir des eaux de la nappe phréatique. La colonisation agraire européenne et l’appropriation citadine ont abouti à des transformations importantes dans le paysage agraire, dans les formes d’occupation et dans les techniques, avec notamment la mécanisation plus généralisée des travaux agricoles et la diversification des productions.

154Cependant, malgré ces transformations, les méthodes traditionnelles de gestion des terres n’ont pas été éradiquées, particulièrement dans les cultures pluviales et les systèmes d’élevage, sur les rebords du plateau et les flancs des vallées. La conséquence de cette dualité apparaît en termes de distribution spatiale entre des plateaux, où l’irrigation progresse à partir de la nappe phréatique, et des versants de la vallée et collines en sec, milieu en proie à la dégradation des terres. Cette subdivision spatiale a aussi une connotation sociale.

155L’agriculture irriguée s’est beaucoup intensifiée durant les années 1990, en profitant de l’injection des capitaux citadins et de la multiplication des puits. Cela s’est accompagné de l’introduction de nouvelles cultures (arbres fruitiers, maraîchage, fourrages...) et de nouvelles techniques d’irrigation (aspersion et goutte à goutte).

156L’agriculture en sec a connu aussi quelques mutations, notamment l’introduction des semences sélectionnées et des engrais chimiques. Certaines spéculations, comme l’orge qui avait un double usage (alimentation humaine et du bétail), sont actuellement réservées au bétail alors que les légumineuses, très répandues dans le passé, n’occupent plus qu’une superficie négligeable. Les techniques utilisées dans le travail du sol, malgré la présence d’une mécanisation croissante, restent largement dominées par la traction animale pour le labour, en raison de la dominance de la micropropriété et du morcellement. L’utilisation des engrais est fréquente avec une quantité moyenne de 1 q/ha/an.

157La préparation des sols diffère selon leur type. Les sols sableux et caillouteux sont travaillés généralement après les premières pluies de l’automne, contrairement aux sols vertiques, labourés avant les pluies parce que celles-ci les rendent boueux, lourds et difficiles à travailler.

158La vaine pâture assurait une égale répartition de la fumure organique entre les parcelles. Aujourd’hui, avec les clôtures et la vente de fumier aux fermes du plateau, seules quelques parcelles proches des maisons et les parcelles de jardinage continuent à recevoir le fumier organique ; cela induit des comportements hydrologiques différents d’une parcelle à l’autre. La fertilisation chimique est de plus en plus répandue ; mais elle est mal maîtrisée et ne peut permettre de corriger le déficit des sols, alors qu’elle améliore la productivité et donc la densité de recouvrement. Les résidus de cultures et de la jachère, autrefois entièrement broutés, restent aujourd’hui intacts dans certaines parcelles clôturées et non pâturées. C’est une preuve que, localement, il y a une certaine amélioration des conditions hydriques et donc la création de cellules spatiales (champs) capables d’absorber les excès de pluie locaux et les eaux de ruissellement.

159Le milieu évolue vers un paysage de plus en plus morcelé par l’héritage, même en cas d’exode de tous les membres d’un foyer. L’émigration complique aussi le statut foncier, car la terre reste propriété de l’émigré mais elle est cédée en fermage à des membres de sa famille qui ne font rien pour en améliorer la fertilité ou la protéger contre l’érosion. Cela explique aussi la transformation rapide vers un paysage de plus en plus fermé, à la fois par les plantations de cactus sur les rebords des parcelles dans la partie amont et par des clôtures en fil de fer dans le reste, qui indiquent le recul de la vaine pâture (fiche 18).

160Le morcellement suit le sens de la pente car, à l’occasion des héritages, tous les membres d’une même famille revendiquent des terrains comparables et dotés des mêmes potentiels, ce qui accentue la vulnérabilité au ruissellement. En amont du bassin versant, se constitue un bocage à haies de cactus avec effet important sur la réduction du ruissellement, alors qu’en aval le paysage est souvent un openfield, avec apparition de haies de fil barbelé le long des propriétés ; ces haies longitudinales n’ont aucun effet sur le ruissellement. Par contre, les haies avec talus transversaux ont un effet non négligeable (Chaker et al, 1996 ; Tribak, 2002). Mais la mise en place des haies, avec la réduction de la vaine pâture qu’elle induit, aboutit quand même à la conservation de résidus végétaux au début de l’automne, sur les parcelles clôturées non broutées, ce qui peut avoir un effet positif sur l’infiltration et la protection du sol.

161Dans les secteurs où les parcelles sont morcelées à mi-versant, par des bourrelets ou des haies vives, le ruissellement est ralenti, à l’inverse des parcelles continues le long du versant.

162Les cultures céréalières d’hiver occupent l’essentiel de l’espace agricole, avec une jachère en recul net, alors qu’elle est fortement adaptée pour la protection des sols en automne lors des premières pluies. De plus en plus, les agriculteurs pratiquent une orge précoce, avec labour dès les premières pluies, comme fourrage d’appoint pour l’élevage bovin semi-intensif, en remplacement de la jachère. Ce labour précoce, lorsqu’il est suivi de fortes pluies en novembre/ décembre, sur sol fraîchement retourné, engendre la constitution de griffes sur les versants au sol fragilisé.

163Comme le système d’élevage devient semi-intensif, basé sur la complémentation, le fumier produit est mélangé avec des déchets organiques frais, nécessitant alors toute une technique de compostage que les paysans ne maîtrisent pas encore, ce qui peut réduire la qualité du fumier produit.

164Des comportements de conservation des sols commencent à apparaître, certains de manière spontanée, d’autres sous l’effet des projets gouvernementaux de gestion des terres en bour. Ainsi, la multiplication des haies de cactus et des plantations de fruitiers en ligne ou d’eucalyptus vise aussi la prévention du développement de ravins. Mais les signes d’abandon ne sont pas moins importants. L’avenir de l’agriculture dans ces milieux favorables mais fragiles dépendra beaucoup de la généralisation ou pas des pratiques de gestion durable des terres et des eaux.

Les zones de plateaux atlantiques semi-arides

165La pluviosité est ici inférieure à 400 mm, mais l’activité agricole reste importante (bour aléatoire) couplée à l’élevage et à des îlots de petite et moyenne hydraulique (PMH). Il s’agit de plateaux semi-arides, à faible extension de l’irrigation (2,2 % de la superficie) et sans potentiel de grande irrigation. Cet ensemble couvre 2,8 Mha, dont 1,4 Mha de S AU. A cause de ce faible potentiel, les exploitations sont de tailles moyennes (8,73 ha/exp).

166Cette région semi-aride où les pratiques de GCES sont peu perceptibles est partagée en deux sous-zones :

  • les Chiadma-Haha, où la privatisation est avancée (vieille civilisation agricole), où l’élevage joue un rôle secondaire et où l’amélioration technique est en retard ;
  • les plateaux Ourdirha et Rehamna, où l’espace est traditionnellement pastoral, même si les cultures se sont largement étendues. Dans ces deux ensembles, la mise en culture s’est accompagnée d’un processus de modernisation et de concentration de l’exploitation.

Plaines semi-arides et arides à grande hydraulique

167Cet ensemble regroupe des plaines et collines semi-arides du Maroc atlantique et méditerranéen (Oriental) à larges surfaces irriguées en grande hydraulique (GH) dont le potentiel d’irrigation est important et où la valeur des productions représente une dynamique évolutive forte.

168Des Doukkala au nord jusqu’au Haouz au sud, la latitude et la continentalité nuancent les caractéristiques du climat et expliquent la sécheresse croissante. Dans ce grand domaine, existent de larges secteurs d’irrigation :

  • les petits périmètres du piémont de l’Atlas (dir), où l’agriculture irriguée complète un système basé sur le bour et l’élevage transhumant ; là, l’influence de la montagne proche est perceptible, à travers le glissement des dispositifs de production et de conservation vers le rebord de la plaine ;
  • la bande côtière à primeurs (oulja), avec un paysage fermé grâce à la présence de haies de roseaux et de talus ;
  • les périmètres de la grande hydraulique des Doukkala, du Haouz-Sraghna, du Tadla et de la basse Moulouya, où l’irrigation a fondamentalement modifié le paysage, le système de production et l’économie agraire. Cet ensemble couvre 4,7 Mha, dont 53 % de SAU.

169Les cultures sont variées dans ces régions irriguées, avec importance des cultures maraîchères en Doukkala, Souss et basse Moulouya, des cultures industrielles et des fourrages dans le Tadla, de l’arboriculture fruitière dans le Haouz et le Souss. L’élevage est intégré dans le système de cultures de ces régions.

Le cas particulier du Sahel des Abda-Doukkala

170Dans cette région où les ressources en eau se limitent à l’Oum Rbia, aux daya recevant les eaux des oueds temporaires et à une nappe d’eau sur les piémonts et dans le corridor côtier « Sahel », à salinité souvent élevée, la paysannerie montre une très forte densité (135 hab./km2), avec prédominance des terres privées et de la petite exploitation.

171La présence de la croûte calcaire et l’importance de la pierrosité expliquent les travaux d’épierrage et de ramassage des blocs, placés en limite de parcelle. Ces murettes sont très efficaces contre le ruissellement et l’érosion éolienne. Des haies vives de roseaux, de plus en plus remplacées par des roseaux morts, servent de brise-vent.

172En ce qui concerne la gestion de l’eau, l’aghdir (fiche 10) est une excavation de 2 à 3 m de profondeur, qui retient l’eau de pluie ou de ruissellement pour l’abreuvement du troupeau. Cette technique est en recul. Les matfia (fiche 11) sont construites à l’aval de terrains ruisselants, sous forme de bassins ou de grande « cruche » enterrée. Elles sont de plus en plus cimentées et alimentées à partir des toits des maisons. Certaines sont même utilisées pour une petite irrigation.

Conclusion

173L’adaptation des habitants aux conditions difficiles a été à l’origine de l’application d’un certain nombre de techniques de conservation du sol, de maintien de sa fertilité et de gestion de l’eau, afin de mieux lutter contre l’érosion, avoir un meilleur usage des eaux et, au final, améliorer la production. On les trouve aussi bien dans des régions d’installation ancienne que dans des régions récemment mises en valeur, mais on observe néanmoins un parallélisme important entre les concentrations de la population et de l’habitat et la localisation en nombre des techniques de GCES.

Fig. 23. Les grappes de techniques de GCES dans les ensembles agro-écologiques du Maroc du Nord (Laouina, 2008)

174Les pratiques de GCES sont apparues spontanément dans différentes régions étudiées ; elles étaient souvent commandées par le besoin de gérer des milieux difficiles ; l’évolution actuelle tend souvent vers leur extension. Mais les cas d’abandon ne sont pas rares et s’expliquent par des considérations économiques, notamment l’émigration massive (Anti-Atlas, nord-est du Maroc).

175Le coût de mise en place des techniques traditionnelles de GCES est élevé si on compte le temps de travail nécessaire à leur édification ; pourtant, elles sont constamment entretenues et étendues dans les régions de stabilité démographique relative. Mais jamais ces ouvrages n’auraient été réalisés si les paysans avaient essayé de comptabiliser les efforts investis. En réalité, des terres récemment achetées sont épierrées et aménagées ; ce comportement est à mettre en relation avec le prix élevé de la terre, qui justifie les pratiques de GCES et donc la masse de travail investi.

176Les perspectives d’évolution future sont très difficiles à imaginer car le monde rural connaît des mutations profondes. Nous assistons actuellement à une dégradation du milieu naturel, peut-être sans précédent. Il s’agit de la dégradation du couvert végétal par des prélèvements de plus en plus importants autour des dépressions aménagées et irriguées. Il est évident que le recul de la végétation accentue le ruissellement sur les versants ce qui peut induire la destruction d’un certain nombre d’ouvrages d’une part, et, d’autre part, le tarissement de certaines sources. Or, sans l’irrigation, condition fondamentale pour une production intéressante et variée, beaucoup de ces ouvrages impressionnants n’auraient pas de raison d’être. L’avenir des techniques traditionnelles de GCES est donc en relation étroite avec l’équilibre des écosystèmes de l’unité physique en question.

177De plus, nous assistons actuellement à des mutations sociales profondes. Les jeunes qui ont entamé des études, sans forcément en profiter, et qui pour la plupart sont revenus au douar, sans qualification et sans travail, n’aspirent qu’à l’émigration. Chez cette catégorie de jeunes qui n’a pas acquis le savoir-faire nécessaire, les techniques traditionnelles sont de plus en plus perçues comme archaïques. L’avenir de tout aménagement se pose donc avec acuité.

178L’adaptation et la résistance des techniques traditionnelles, opposées à de nombreux cas d’échec de projets modernes, imposent de connaître ces techniques et les sociétés qui les ont sécrétées pour les utiliser au mieux en les intégrant aux choix majeurs. L’amélioration de ces techniques, déjà connues et testées, assure l’intégration facile et rassurante du petit paysan, de son savoir-faire et de ses compétences dans l’opération de développement. Mais de véritables recherches pour une meilleure valorisation de ces techniques doivent être menées, proposant le coût le moins élevé possible, des systèmes productifs spécialisés pour une bonne commercialisation et des rendements élevés, grâce à des techniques de fertilisation adaptées et rationnelles sur les deux plans de la production et de l’environnement.

Notes

1 Ce travail est le résultat de recherches conduites en collaboration avec l’étudiant A. El Mansouri.

Table des illustrations

Légende Fig.20. Séquence de Bettara : alternance de zones tassées produisant du ruissellement et de zones aménagées pour absorber le ruissellement (d’après Sabir et Roose, 2002).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende © É. RooseBlé, maraîchage et jardins agroforestiers se côtoient dans la vallée de Bettara,
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende © É. RooseDans la vallée des Beni Boufrah, un cordon de pierres en épi capte l’eau de l’oued pour l’alimentation d’un jardin.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/329/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende Fig.21. Séquence Asni-Tamatert, vallée du Rhéraya, Haut Atlas (d’après E Roose, 2003).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/329/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende © Ε. RooseUn ensemble complexe de culture et agroforesterie en fond de vallée autour du village de Tamatert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/329/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Légende Fig.22. Séquence de la vallée du M’Goun (à la hauteur de Tamabout).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/329/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 23. Les grappes de techniques de GCES dans les ensembles agro-écologiques du Maroc du Nord (Laouina, 2008)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/329/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 869k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540