Version classiqueVersion mobile

The Transformation of Research in the South

 | 
Rigas Arvanitis
, 
David O’Brien

Préface

Jean Lebel et Jean-Paul Moatti

Texte intégral

1Cet ouvrage recueille les travaux présentés lors d’un colloque organisé en commun par nos deux institutions, le CRDI et l’IRD et témoigne de la proximité de nos approches sur les questions et les actions que nous menons en matière de recherche et de soutien à la recherche dans les pays de la zone intertropicale et méditerranéenne. Nos organisations se sont trouvées à plusieurs reprises dans les mêmes « pays en développement » – comme nous les appelions autrefois – pour accompagner et soutenir la recherche scientifique naissante, puis la consolidation des systèmes d’enseignement supérieur et de recherche de ces pays. Ainsi, nos deux institutions ont vécu cette transformation des systèmes de recherche des « pays des Suds » qui est l’objet de ce colloque.

2Nous avons vécu un changement profond de la notion de « recherche pour le développement » (RpD). En effet, après les indépendances, quand se forgeaient les premières institutions de la science nationale, la RpD désignait des formes d’assistance technique ainsi que des programmes essentiellement financés par les pays riches qui se déroulaient dans les pays pauvres. L’urgence du développement, les impératifs de la croissance, les besoins de l’agriculture et de l’industrialisation, la mise en place des systèmes de santé guidaient les priorités de la recherche. En d’autres termes, la recherche dans les pays « en développement » Sud était pensée comme un outil de développement socio-économique. Cependant, le renforcement du potentiel scientifique, comme cela était voulu dans l’après-guerre en Europe ou aux Etats-Unis, était moins évident : la recherche « fondamentale » (« basic » research) semblait être un luxe auquel les pays « en développement » ne pourraient avoir accès que de manière exceptionnelle.

3Progressivement, l’appui à la formation d’organismes publics et d’universités de recherche, le renforcement des capacités scientifiques propres (« capacity building ») s’est imposé comme une des principales missions de la RpD. L’espoir était que les pays « aidés » produiraient leur propre capacité de recherche dans une logique de rattrapage, dans ce domaine comme dans les autres, du développement des pays riches. Les institutions internationales, les organisations spécialisées dans l’appui à la recherche dans les pays des Suds, les agences de financement de la recherche pour le développement ont toutes mis en pratique leur propre interprétation du renforcement de capacité où les ressources humaines tenaient une place centrale. Il fallait contribuer à former les chercheurs, les enseignants, les fonctionnaires de l’Etat mais aussi les élèves et les étudiants. Il fallait atteindre une « masse critique » (terme issu de la physique nucléaire), combattre le phénomène de « fuite des cerveaux » (brain drain) des Suds vers le Nord, reconnu comme un obstacle majeur au progrès scientifique de ces pays dès le début des années 1960, et faire des choix dont la légitimité était toujours un sujet de débat et de dissensions politiques. Il a fallu se résoudre à reconnaître que les politiques pensées comme une aide bienveillante au développement recouvraient souvent des enjeux politiques et geo-stratégiques, correspondant aussi aux intérêts des pays du Nord.

4Les crises des dettes en Amérique latine, en Afrique et en Asie, les programmes d’ajustement structurels, les crises sanitaires mondiales comme celle du SIDA, marquèrent la fin de cette perspective quelque peu paternaliste et irénique qui imprégnait les programmes d’aide au développement, y compris dans le champ de la recherche. Ces crises coïncidaient avec la fin de la bi-polarisation héritée de l’après-guerre entre les blocs occidental et soviétique, et l’éclatement du modèle centre-périphérie. Des nouveaux pays émergents et donc de nouvelles formes d’hégémonie apparaissaient dans ce contexte multipolaire. La recherche eut elle aussi à connaître une profonde et rapide transformation pour s’ajuster à ce nouveau contexte géopolitique. C’est aussi à ce moment qu’elle dut convaincre de la nécessité d’actions globales pour assurer un développement durable.

5Ces crises profondes, le retrait de l’Etat et la faiblesse du financement national dédié à la recherche dans la plupart des pays des Suds avaient révélé, plus que jamais, que la recherche ne pouvait pas être installée comme le serait une technologie clé en main. Aucun transfert technique, aucune assistance économique et technique, aucune forme de renforcement des capacités imposée de l’extérieur, même avec les meilleures intentions, ne pourrait satisfaire les besoins de connaissance nécessaires au développement durable et aux innovations, technologiques mais aussi sociales, culturelles et institutionnelles qui peuvent le favoriser. L’Unesco fit faire des diagnostics sur les systèmes de recherche dans les pays intermédiaires pour appréhender la situation de la recherche à travers le monde plusieurs années après les crises de la dette. L’une des plus surprenantes conclusions de ce travail considérable est que la recherche nationale dans les pays du Sud est moins liée à la seule croissance démographique des enseignants et des chercheurs ou à l’abondance des financements qu’à une série de choix politiques : les Etats, quel que soit leur niveau économique de développement, soutiennent la recherche avant tout par choix politique, de manière volontariste. Tout se passe comme si ce choix politique découlait d’un pacte social passé entre les élites académiques en formation et le système politique.

6Pour les pays des Suds qui ont effectué le choix de soutenir significativement la recherche scientifique, reste à trouver la bonne organisation, celle qui convient au pays, et de trouver les meilleurs moyens d’allier le besoin de financements et la collaboration scientifique internationale dans des partenariats équilibrés. De même, pour les pays du Nord, il s’agit de s’associer étroitement aux communautés scientifiques des pays partenaires moins par philanthropie que pour répondre aux défis planétaires et pour réduire les différentes formes d’inégalités qui perdurent entre pays, car tous nos objets de recherche sont aujourd’hui mondiaux et que la recherche participe de la définition des relations internationales. Il s’agit alors de co-construire des programmes en partenariat, de participer à des co-financements, d’établir des objectifs partagés et équitables. Ainsi, la transformation des politiques de recherche est de ce fait très profonde dans ce contexte mondial complexe, où les financements privés deviennent de plus en plus importants, où les demandes de participation sociale directe des populations et des communautés au déroulement des travaux de recherche deviennent pressantes et tangibles et où la valeur de la science doit être réaffirmée par son enracinement social.

7Ces questions ont été au centre des débats du colloque organisé en 2016 dans les locaux de l’OCDE. Les nombreux partenaires ont pu présenter des expériences issues de tous les continents. Les thématiques du colloque indiquent l’ampleur des débats en cours sur les nouvelles politiques de recherche et d’innovation, l’organisation et le financement de la recherche et le rôle des agences nationales et des divers acteurs dans le monde de la recherche ; sur le besoin de renforcer la recherche universitaire ; sur les moyens qu’il faut déployer pour assurer une plus large participation au sein de la recherche et satisfaire aux exigences de la science ouverte (open science) ainsi que les changements dans la collaboration scientifique internationale. Le colloque a aussi permis d’ouvrir à nouveau le débat sur la mesure de l’impact de la recherche, un débat lancé au début des années 90, auquel nos organisations sont systématiquement amenées à réfléchir.

8Ces questions sont au cœur de la mise en œuvre des Objectifs du Développement Durable (ODD) adoptés en Septembre 2015 pour l’horizon 2030 par les Nations Unies comme cadre de référence de l’action multilatérale. Elles sont essentielles pour une contribution critique mais aussi directement utile, de la science à ces ODD. Plus spécifiquement pour ce qui est de nos deux organismes, elles sont au cœur des orientations définies dans le Plan Stratégique 2015-2010 du CRDI et le Plan d’Orientation Stratégique 2016-2030 de l’IRD. A la lecture de cet important ouvrage, nous sommes convaincus que nos partenaires seront heureux, comme nous, de partager ces débats avec un public plus large et de poursuivre ces réflexions à l’échelle globale.

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search