Version classiqueVersion mobile

Gestion durable des eaux et des sols au Maroc

 | 
Éric Roose
, 
Mohamed Sabir
, 
Abdellah Laouina

Partie 2. Le Maroc, terre de tradition agricole

Chapitre 5. Le contexte de la lutte antiérosive au Maroc

Abdellah Laouina

Texte intégral

Introduction

1Le Maroc est un des pays méditerranéens du nord du Sahara ayant une réelle tradition agricole, dans un contexte de diversité, due à la fois aux conditions naturelles et aux péripéties de l’histoire. Au sein du même finage tribal ou villageois, l’espace rural est caractérisé par une cohérence essentiellement basée sur la complémentarité des terroirs de culture et des terres de parcours. Chaque espace villageois a son type d’exploitation, son type d’habitat (ksar saharien, gros douar, hameau, ferme isolée), ses relations avec un ou plusieurs marchés hebdomadaires (souks) et sa panoplie de techniques de gestion des terres et des eaux.

2Au cours du temps, la civilisation agraire marocaine a apporté diverses solutions au problème de la protection des équilibres naturels, à travers des dispositifs de terrassement dans certaines montagnes, un mode de culture itinérante sur brûlis dans d’autres situations ou à travers une occupation pastorale extensive dans les régions plus arides. Au xxe siècle, les colons ont occupé les meilleures terres dans les plaines atlantiques, le Sais de Meknès et de Fès, le Haouz de Marrakech, le Souss et ont bouleversé la cohérence traditionnelle en empêchant le fonctionnement normal des déplacements de transhumance entre les montagnes et les plaines avoisinantes. L’accentuation de la dégradation fait suite à la crise née de cette mainmise, lorsque les populations dépossédées des moyens de subsistance n’ont plus eu la possibilité de viser la conservation, car elles ont été repoussées sur les terres marginales fragiles et ont vu se restreindre leur liberté et leurs moyens.

3Aujourd’hui, deux types d’espaces et d’exploitation coexistent : d’une part, les terres où des techniques modernes sont employées en vue d’une production spéculative, dans une logique avant tout productiviste ; d’autre part, des terres agricoles souvent morcelées en petites exploitations où les techniques demeurent globalement traditionnelles et la production orientée vers la subsistance. C’est dans ce type de terres que l’on peut trouver des pratiques de gestion conservatoire des eaux et des sols (GCES).

Les facteurs écologiques, sociaux et culturels

4Dans la littérature, les pratiques d’utilisation des terres sont souvent taxées de responsables de dégradation des ressources. Cela se vérifie dans de nombreux cas ; mais l’homme a aussi développé des pratiques et des techniques conservatoires de l’eau et de la fertilité des sols. Cette gestion conservatoire des eaux et des sols et, plus particulièrement les techniques traditionnelles, occupe une place importante dans les systèmes agraires marocains, notamment dans les régions marginales, de montagne ou de climat semi-aride.

Les contextes géographique et social

5La relation [démographie → dégradation → efforts de conservation] est complexe. La densification humaine, responsable de pression sur les ressources, pousse normalement à pratiquer une gestion conservatoire, jusqu’à un certain seuil ; au-delà, le comportement devient peu protecteur.

6À l’inverse, l’émigration massive entraîne l’abandon de l’entretien des aménagements édifiés durant des générations, du fait de l’intérêt limité qu’y portent les jeunes exploitants. L’abandon des pratiques anciennes de gestion conservatoire s’explique par diverses raisons, notamment l’exigence d’entretien pour une rémunération modique de l’effort, alors que la journée de travail est beaucoup mieux rémunérée en ville ou à l’étranger. Mais parfois l’émigration peut amener des moyens externes, réinvestis par la population restée sur place, dans des opérations productives, mais aussi dans des pratiques de conservation et d’appropriation des terres. Plus récemment, l’approche participative et le désengagement de l’État ont remis au-devant de la scène les pratiques locales, dans les politiques d’aménagement des bassins versants, des parcours ou des terres agricoles.

7Les techniques dites traditionnelles sont souvent endogènes ; mais parfois, ce sont des migrants ou l’administration qui les ont introduites, les populations locales les ont alors assimilées et reproduites.

8Sur le terrain, ces dispositifs correspondent à trois types de situations :

  • une gestion conservatoire ancienne, bien ancrée dans le système agraire, avec des techniques lentement mises en place, une évolution progressive et une adaptation aux conditions locales ;
  • des techniques mises en place très récemment, avec les moyens limités de la population locale et les revenus de l’émigration. Ces techniques ont été introduites par des migrants revenus dans le douar d’origine ;
  • des aménagements utilisant la technologie moderne, initiés par des ingénieurs et des techniciens, dans le cadre de projets et que des individus ont parfois reproduits sur leur terre avec leurs propres moyens.

9Ces pratiques locales sont suffisamment variées dans l’espace pour mériter un effort de spatialisation. En effet, l’analyse de la distribution spatiale s’avère nécessaire pour prendre en compte les profondes disparités régionales en délimitant, à l’intérieur du territoire national, des unités homogènes, en termes de contexte économique, de processus et de solutions à envisager, sur la base de critères écologiques, humains et technologiques, ainsi que sur le plan du niveau actuel des ressources et des potentialités de développement. Cette spatialisation a un objectif principal, celui de présenter aux aménageurs, souvent réticents à recommander l’utilisation de ces techniques « traditionnelles », une palette de procédés, adaptés aux conditions locales car fondés sur une lente acquisition de savoir-faire sur plusieurs générations. Ces procédés sont par ailleurs en symbiose avec les conditions de climat, de relief, de sols, de disponibilité de l’eau. Ils sont aussi fonction du genre de vie des populations, de leur système de production et de leur degré d’organisation ; en un mot, ils reflètent le contexte naturel et social régional.

10Cette spatialisation n’a pas qu’un objectif de connaissance ; elle a aussi un but pratique d’action. Il s’agit de se fonder sur les pratiques en présence, pour proposer des formes d’inspiration pour les projets de gestion conservatoire des terres. Il s’agit d’en comprendre la mise en place, le fonctionnement, ainsi que les possibilités d’extension et de généralisation. Cela nécessite que l’on parvienne à proposer des possibilités de modernisation, grâce à l’utilisation de tout ce qu’offre la recherche technologique comme perspectives, pour faciliter la mise en place de ces pratiques et en diminuer la pénibilité et le coût en heures de travail. Ainsi, il sera possible de convaincre que ces dispositifs de GCES améliorés et les systèmes agraires qui les ont engendrés peuvent être proposés comme alternatives. Mais pour cela, il y a une condition majeure, c’est que ces propositions ne s’arrêtent pas à la lutte antiérosive qui n’intéresse pas directement les exploitants, mais concernent aussi l’augmentation de leur productivité.

11À la suite d’une évaluation de l’existant dans les différentes régions marocaines et d’une étude comparative, des « grappes » d’aménagements possibles pourront alors être proposées, comme alternatives aux situations de dégradation existantes et comme moyen d’améliorer les dispositifs en présence, en fonction du contexte agro-écologique et social. Les aménageurs auront alors la possibilité d’opérer des choix de techniques, parmi les mieux adaptées et en fonction des capacités de mobilisation locale du travail communautaire.

Les méthodes d’étude

12Dans la délimitation des espaces, nous nous sommes limités à des échantillons de zones décrites comme étant représentatives de la variété de conditions naturelles et sociales et comme présentant une panoplie de systèmes de GCES suffisamment variés. Ces unités ont été plus particulièrement analysées, discutées avec les paysans pour définir leurs avantages et inconvénients

13Les zones de grande culture, notamment en milieu sub-humide ou même semi-aride, mais sans déficits majeurs et permanents en eau et les grands périmètres d’irrigation ne montrent pas de dispositifs particuliers de gestion conservatoire des sols. L’eau est par contre retenue et stockée de diverses façons dans les régions agricoles à tendance aride et à nappe phréatique pauvre ou peu accessible.

Les objectifs des aménagements

14Un gradient en fonction du climat peut être discerné.

  • En zone humide et sub-humide, il faut à la fois se protéger contre l’eau en excès - générant soit du ruissellement et de l’érosion hydrique, là où les états de surface des sols sont fermés, soit des glissements et des affaissements, là où prime l’infiltration -, mais aussi accroître le rendement et donc profiter de l’eau quand les cultures en ont besoin. Dans ces milieux, les aménagements sont étendus et pourraient intéresser la totalité des espaces en pente, hors forêt. Pourtant, on constate leur absence de nombreux secteurs, parce qu’on peut arriver à produire sans aménagements, en zone humide, même si la menace d’érosion y est très grande. C’est le cas dans la montagne rifaine.
  • En zone semi-aride, en dehors des zones de plaine, la culture en sec devient aléatoire ; sur les pentes, il faut donc capter les eaux de surface sur les versants pour les stocker (cuvettes d’infiltration, citernes, mares) ou les orienter vers des piémonts et glacis à sols plus épais ; là, les techniques culturales sont particulièrement adaptées à concentrer l’eau et les nutriments vers les plantes cultivées (billonnage cloisonné, planches, microbarrages, cuvettes pour les arbres fruitiers).
  • En zone aride, il faut se protéger contre les épisodes de crues dans les fonds de vallées et disposer d’espaces plans irrigables (terrasses des fonds de vallée en plus de quelques sites de sources). Les aménagements sont ainsi circonscrits à la SAU et même à sa partie irriguée car, dans ces milieux arides, il n’est pas possible de produire hors des ouvrages de GCES.

15La conservation du sol - sauf en ce qui concerne les actions de lutte contre l’érosion éolienne - comporte toujours une dimension gestion de l’eau. Mais l’objectif varie entre l’interception et le captage de l’eau pour en profiter, la diversion de l’eau pour s’en protéger ou enfin la dissipation de l’énergie de l’eau, sur les versants comme dans les ravins et les cours d’eau. Dans les régions montagneuses humides, toutes ces catégories d’actions peuvent s’associer, du fait de la nature du climat méditerranéen, caractérisé par des excès momentanés et des périodes de déficit en eau.

fig. 17. Carte des unités agro-écologiques du Maroc (d’après Laouina, 2009).

Les critères principaux envisagés pour la distribution spatiale de la GCES

16L’environnement du Maroc est caractérisé par sa variété, reflet des caractéristiques géographiques et notamment de la position du pays au sud de la Méditerranée, à une latitude subtropicale, en bordure du désert. La distribution du territoire selon les zones climatiques indique environ 560 000 km2 en zone aride et saharienne, 100 000 km2 en zone semi-aride et 50 000 km2 en zone subhumide et humide. L’essentiel du pays est donc situé dans le domaine aride à hyper-aride. Le relief joue un rôle non moins important dans la diversité des territoires.

L’importance du relief dans la distribution des terres

17L’espace marocain s’articule autour de chaînes de montagnes formant un domaine élevé de 300-400 km d’extension d’ouest en est, couvrant 21 % du territoire national et subdivisé en masses étendues (Rif, haut plateau central, Moyen, Haut, et Anti-Atlas) et en massifs isolés (Bni Snassen, chaîne de Debdou-Jérada, Jbilet, Zerhoun). Les massifs montagneux sont bien individualisés, au cœur formé de roches dures, le Rif mis à part, ce qui explique les pentes fortes et les paysages cloisonnés. Dans le Rif, la proximité des niveaux de base et la vigueur du soulèvement récent expliquent la forte incision des vallées et la raideur des pentes. Les montagnes les plus élevées et disséquées représentent un milieu très difficile, car les conditions de relief et de climat imposent des contraintes particulières, alors que la population y est souvent trop nombreuse pour les ressources locales.

Fig. 18. Carte du relief du Maroc

18Au nord, le Rif s’étend en un grand arc de cercle de l’océan Atlantique à l’ouest, à la basse Moulouya à l’est. Il domine la Méditerranée par une côte rocheuse ; vers le sud, il s’abaisse plus doucement vers les collines prérifaines. Peu élevé (le jbel Tidirhine, culmine à 2 465 m), le Rif, constitué surtout de roches schisteuses, marneuses et gréseuses, est très compartimenté avec des vallées encaissées, courtes et étroites, aux pentes abruptes, très incisées par l’érosion.

19L’Atlas constitue un ensemble élevé et massif, allongé de l’Atlantique à la frontière algérienne, avec une largeur de 150 à 200 km. Les Haut et Moyen Atlas, montagnes jeunes, possèdent les plus hauts sommets (4 165 m au jbel Toubkal). Les reliefs élevés, les vallées étroites et profondes expliquent la difficulté des communications. Mais ces montagnes sont des régions riches en eau, couvertes de forêts et de pâturages, où le contraste entre les versants sud, plus exposés au soleil, et les versants nord est frappant.

20Le vaste amphithéâtre du Maroc atlantique, constitué de plaines littorales (Gharb, Chaouia, Doukkala) et de plaines intérieures (Tadla, Haouz) séparées par des plateaux plus ou moins uniformes (Plateau central, Réhamna, Plateau des phosphates) est largement ouvert aux influences océaniques. A des conditions climatiques favorables s’ajoute la présence de bons sols et d’un potentiel d’irrigation important.

21À l’est, au-delà du Moyen Atlas, la région de l’Oriental couvre des plaines (plaine méditerranéenne des Triffa, plaines intérieures d’Oujda-Taourirt, bassin de Guercif, moyenne et haute Moulouya) et de hauts plateaux (meseta maroco-oranaise) ; dans ces régions, l’aridité s’affirme alors que les sols sont peu profonds ; le couvert steppique originellement assez riche a été profondément dégradé. Cependant, des ressources en eau permettent d’installer quelques périmètres d’irrigation. Le pastoralisme constitue pourtant la ressource fondamentale de cette vaste région.

22La zone saharienne et présaharienne s’étend au sud des chaînes atlasiques et relie le Maroc à l’Afrique tropicale. Ces régions sahariennes représentent sans doute le milieu le plus difficile, avec des chaleurs excessives, la violence des vents, la rareté de l’eau, le manque de protection végétale. La désertification menace les marges nord de ce domaine.

Le découpage climatique

23Le Maroc est entièrement soumis à un climat de type méditerranéen, à pluviosité concentrée sur les mois froids ou frais de l’année (de l’automne au printemps). La grande extension latitudinale du Maroc, l’importance des façades maritimes et la puissance du relief font que les éléments du climat présentent une grande variation géographique. Ainsi, les moyennes annuelles des précipitations varient de moins de 25 mm dans le Sahara jusqu’à près de 2 000 mm dans le Rif. Si l’on se place dans le cadre de la classification bioclimatique d’Emberger, tous les étages bioclimatiques sont représentés (étage de haute montagne, étages humide, sub-humide, semi-aride, aride et saharien), dans leurs variantes à hiver froid, frais, tempéré et chaud.

24Partout, le climat est connu pour son irrégularité, le poids écrasant des sécheresses saisonnières ou même pluri-annuelles et, a contrario, l’effet dévastateur des crues subites. L’incertitude liée au climat demeure un fait fondamental. L’aridité impose ses marques même dans les zones les plus humides parce que la saison sèche peut se prolonger en automne ou au contraire débuter tôt au printemps, jusqu’à compromettre la culture d’une année. La sécheresse constitue donc une contrainte majeure, surtout si elle s’associe à d’autres risques tout aussi graves, comme la chaleur excessive et l’évaporation qu’elle entraîne, les vents continentaux chauds et desséchants ou même des crues dévastatrices, sans utilité pour l’humidité des sols et la reconstitution des nappes et provoquant au contraire des destructions réduisant sensiblement la production.

Fig. 19. Carte des précipitations au Maroc.

25Le rôle fondamental du relief et de son orientation doit être signalé, notamment sur les dissymétries de façades. La carte des isohyètes est en effet parallèle à celle des isohypses. On peut ainsi distinguer au sein des zones humides montagneuses, recevant plus de 600 mm de pluie, des îlots hyper-humides atteignant plus d’un mètre de pluie et des poches semi-arides étendues recevant entre 300 et 600 mm de pluie.

26Grâce à l’utilisation de l’indice xérothermique de Gaussen (nombre de mois secs) ou du quotient pluvio-thermique d’Emberger, il est possible de dégager les subdivisions suivantes :

  • Des régions humides et sub-humides, dont l’indice xérothermique est inférieur à 100, et le quotient pluvio-thermique de 40-50, en milieu froid (m < 0°) et de 75-85 en région chaude (m > 7°). Deux types de contrées peuvent être distingués : des zones de forte pluie à faible altitude, notamment au Maroc atlantique, et des zones humides d’altitude dans le Rif et l’Atlas. Partout on note l’importance du couvert végétal et une gamme variée de sols.
  • Des régions semi-arides, dont l’indice xérothermique varie de 100 à 160 et le quotient pluvio-thermique de 45-80 comme limite supérieure à 25-45, comme limite inférieure. Ce domaine couvre des plaines et des bas plateaux, en particulier des plaines côtières relativement méridionales, comme les Doukkala, des régions maritimes en position d’abri, comme le Rif oriental, des bassins semi-continentaux, comme le Sais de Fès et des montagnes en position méridionale, comme les versants sud du Haut Atlas et certains sommets de l’Anti-Atlas.
  • Des régions arides et sahariennes où le nombre de mois secs s’élève à 10-12 mois dans l’année.

Le découpage pédologique

27Le climat, le relief et la lithologie expliquent la différenciation spatiale des sols et leur grande diversité.

28Dans les milieux humides et sub-humides maritimes, les horizons supérieurs des sols rouges sont lessivés, ce qui entraîne un appauvrissement en éléments fertilisants et au contraire la formation de nodules et de cuirassements ferrugineux. Il existe même localement des sols à caractère podzolique. En milieu continental, en raison de l’alternance de phases de rubéfaction, de lessivage et d’encroûtement calcaire, les sols sont plus minces et comportent souvent des horizons carbonates qui se débitent sous l’effet de l’altération, mais aussi du labour, pour enrichir l’horizon supérieur en éclats de croûte calcaire. En montagne, on trouve localement des sols bruns forestiers riches en humus. Plus généralement, sur les affleurements rocheux, les sols pierreux dominent.

29Les milieux semi-arides représentent le domaine principal de développement des sols bruns calcaires et des encroûtements carbonates ; on trouve, à la fois, des sols caillouteux assez peu évolués sur les terrasses et les glacis, des sols rouges sur les affleurements calcaires et sur les croûtes, des sols vertiques tels que les tirs dans les plaines à matériel argilo-limoneux et à forte capacité de rétention. Sous climat aride et saharien, les phénomènes de salure des sols sont fréquents ; souvent aggravés par l’irrigation, ils conduisent parfois à des sols halomorphes, que l’on rencontre aussi dans les basses vallées et les estuaires des oueds littoraux. On peut enfin assimiler à des sols minéraux bruts les formations pré-désertiques et désertiques (escarpements rocheux, regs des piémonts et des hamadas, ergs et dunes isolées des plaines et vallées).

30Dans tous les milieux à forte pente, les lithosols sur affleurements durs et les régosols sur formations superficielles dominent très largement, du fait de l’importance de l’érosion qui élimine les particules fines et explique la concentration en surface des éléments grossiers. La caractéristique caillouteuse est une des données les plus constantes des sols marocains, sauf dans quelques régions à larges affleurements de roche marneuse, comme le Prérif.

Les critères secondaires

31En plus des paramètres climatiques, orographiques, géologiques et pédo-écologiques, les régions se distinguent par une série d’indicateurs tirés des statistiques agricoles et sociales.

Tableau I. Occupation des terres au Maroc

Tableau I. Occupation des terres au Maroc

Source : Eaux et Forêts

Le critère démographique

32La densité humaine régionale varie beaucoup. Dans le contexte global marocain, la densité humaine totale (urbains et ruraux) ramenée à l’unité de surface est de 43 habitants/km2, ce qui est très faible et s’explique par la large extension des milieux arides et sahariens. Les plaines et plateaux du Maroc atlantique portent souvent des densités supérieures à 200 hab./km2. En ce qui concerne la montagne, la densité est aux alentours de 40 hab./km2 (Haut Atlas et Moyen Atlas). Mais le Rif s’individualise avec une densité forte de 125 hab./km2, ce qui pose un problème de disproportion vis-à-vis des ressources, avec tout ce que cela induit comme potentiel de dégradation. Dans les zones arides, la densité tombe en dessous de 25 et s’abaisse à 5 hab./km2 dans le Sahara, mais elle varie fortement des oasis très surpeuplées aux larges espaces désertiques pratiquement vides.

33Cette notion de charge humaine très inégale d’une région à l’autre ne s’explique pas totalement par les conditions naturelles. Les facteurs historiques d’ancienneté de l’installation des populations sont également importants de même que les mouvements récents de population jouent un rôle non négligeable.

34Le taux annuel d’accroissement, enregistré entre les recensements de 1982 et 2004, est de 1,7 % au Maroc. Certaines régions continuent à avoir un taux élevé, comme la plaine du Souss (3,4 %), le Sahara et le Rif, zones d’immigration de main-d’œuvre. Les régions à déficit démographique sont les montagnes où l’on enregistre un croît de 1,2 % dans le Haut Atlas occidental, 0,8 % dans le Moyen Atlas et un croît négatif proche du zéro, dans Γ Anti-Atlas. Dans certaines de ces zones, le vieillissement de la population est une menace pour la durabilité des aménagements édifiés sur plusieurs générations.

Le critère de la surface agricole utile (SAU)

35Au Maroc, l’extension globale de la SAU est de 9,24 millions d’hectares, dont 5,6 Mha dans le Maroc atlantique (plaines et plateaux), zone où justement, les pratiques de GCES ne sont ni importantes, ni variées, du fait du caractère assez stable des terres, mais aussi du fait que les événements liés au ruissellement destructeur sont très espacés dans le temps et ne constituent pas une contrainte quotidienne pour les paysans. La productivité relativement forte des terres et l’extension de la SAU s’expliquent par les bonnes conditions naturelles dans de larges portions de ce territoire et par l’intervention de l’irrigation dans les plaines intérieures du Tadla et du Haouz, ainsi que sur les piémonts de l’Atlas. Curieusement, la deuxième zone agricole par l’importance de sa superficie correspond à la montagne rifaine (0,8 Mha), ce qui prouve que de larges espaces défavorables sont quand même utilisés comme terrains agricoles. Par contre, les montagnes atlasiques étendues ne couvrent pas plus de 1 Mha de terres agricoles. Les steppes et le désert ne comptent que 0,6 Mha.

36Pour un taux moyen de 13 % que couvre la SAU par rapport à la superficie du pays, les variations régionales sont importantes. Le taux est de 61 % dans la région atlantique. Le taux de 39 % est visiblement trop élevé pour les conditions difficiles du Rif. Il est moyen dans les deux larges plaines du Souss et de la basse Moulouya (environ 30 %). Mais il baisse très fortement dans le Haut Atlas (10 %) et tombe à des niveaux très bas en zone aride et saharienne (< 7 %).

37Les cultures céréalières dominent très nettement en termes d’extension. Un cumul céréales, légumineuses et jachère, couvre en moyenne 90 % de la SAU du pays. Les régions défavorables enregistrent des taux proches de 100 % de la SAU. C’est le cas des hauts plateaux de l’Oriental, du Haut Atlas occidental, de Γ Anti-Atlas et des oasis sahariennes. En montagne et dans les oasis, les cultures annuelles viennent en intercalaire avec l’arboriculture. Les régions enregistrant moins de 80 % d’extension de ces cultures sont le Rif où de larges espaces sont plantés en arbres fruitiers et le Souss où se conjuguent plantations et cultures maraîchères.

38Sur 1,3 M ha irrigués au Maroc, la moitié se localise dans le Maroc atlantique. Le reste se partage entre les autres régions, avec 1/10 pour le Sahara et respectivement, 1/20 pour la basse Moulouya, le Souss, le Moyen Atlas et le Haut Atlas. Seul le Rif a une faible extension des cultures irriguées.

Le critère du statut des terres et des régimes agraires

39Mis à part la forêt à statut domanial et les parcours steppiques à statut collectif, les terres cultivées sont à 76 % des terres à statut privé (melk). Le taux pour la SAU est très élevé en montagne (98 % dans le Rif, 95 % dans le Haut Atlas occidental et Γ Anti-Atlas et 90 % dans le Moyen Atlas). Le taux reste fort (> 70 %) dans la zone saharienne (privatisation des terres oasiennes) et dans les plaines du Maroc atlantique. Ce n’est que sur les hauts plateaux de l’Oriental et certains plateaux intérieurs du Maroc atlantique qu’une large part des terrains cultivés se situe en terres collectives, récemment défrichées et semées.

40Les 9,24 Mha de la SAU se subdivisent entre 1,5 M d’exploitations, ce qui donne une moyenne nationale de 5,8 ha par exploitation. On distingue des régions à exploitations moyennement étendues (7 ha et plus) dans le Maroc atlantique, la basse Moulouya, le Moyen Atlas et les hauts plateaux, des régions à exploitations proches de 5 ha (le Souss) et des régions montagneuses et arides à exploitations de très petite taille, nécessitant une intensification forte du système de culture et des soins particuliers (pratiques de GCES). La moyenne des exploitations est de 4 ha dans le Rif, 2,5 ha dans le Haut Atlas occidental, 2,7 ha dans l’Anti-Atlas et 2,4 ha dans la région saharienne.

41Le taux de faire-valoir direct des terres atteint le chiffre de 88 %. Les plus basses valeurs sont enregistrées dans les plaines et plateaux du Maroc atlantique, notamment dans les fermes en location ou travaillées en association. Partout ailleurs, principalement en montagne, la gestion directe atteint des chiffres proches de 100 %.

42Le taux de mécanisation national moyen est de 1 tracteur pour 200 ha. Les hauts plateaux, l’Anti-Atlas, le Rif et le Haut Atlas ouest ont un taux de mécanisation très faible (un tracteur pour 1 334 ha).

43Pour un nombre total de 1,5 M d’exploitations agricoles, la main-d’œuvre totale employée par exploitation est de 1,4 travailleur, dont la majorité est familiale.

Le critère de l’élevage

44L’élevage compte 6,8 M UGB, dont 3,5 dans le Maroc atlantique et près de 0,5 M par région dans le Rif, les hauts plateaux, le Sahara, le Haut Atlas occidental et le Moyen Atlas. La charge animale moyenne, par unité de surface des régions est de 0,1 UGB/ha. Elle est élevée dans le Maroc atlantique (0,8), le Rif (0,26), le Souss (0,24) et le Moyen Atlas (0,22). La charge est moyenne dans le Haut Atlas atlantique et dans l’Anti-Atlas (0,2 et 0,1 UGB/ha). Elle est enfin numériquement faible en zone aride (0,1 dans les Hauts plateaux et le Haut Atlas oriental et 0,01 dans le Sahara), mais représente néanmoins assez souvent des taux disproportionnés par rapport à la ressource fourragère.

Conclusion

45Le Maroc présente une telle diversité bioclimatique, démographique, pédologique, sociale et économique qu’il n’est pas possible de recommander une seule série de techniques de gestion de l’eau et de la fertilité des sols. Des exemples au cas par cas seront analysés au chapitre 7.

46Partant de l’observation de la distribution spatiale des techniques de GCES au Maroc, on a été amené à distinguer sept zones : 6 zones bioclimatiques (étages saharien, aride, semi-aride, sub-humide) et leurs variantes de plateau/plaine (à faible pente) ou de montagne (à forte pente), et une septième zone de culture intensive ou (et) irriguée, où les techniques de GCES sont très peu fréquentes car l’eau est maîtrisée par l’irrigation et la fertilité des sols par les apports d’engrais minéraux et la gestion des résidus de culture.

47Les facteurs humains interviennent également, mais il est difficile de les distinguer à cette échelle. Nous en tiendrons compte au dernier chapitre lorsque nous présenterons des grappes de techniques adaptées à chaque zone bioclimatique, laissant le soin du choix précis au paysan en fonction de ses conditions sociales (éleveur, cultivateur), économiques (disponibilité en main-d’œuvre et numéraire) et culturelles (groupe ethnique).

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search