Version classiqueVersion mobile

Gestion durable des eaux et des sols au Maroc

 | 
Éric Roose
, 
Mohamed Sabir
, 
Abdellah Laouina

Partie I. Aspects généraux de la lutte antiérosive

Chapitre 4. Les aspects socio-économiques de la lutte antiérosive

Faïçal Benchakroun et Éric Roose

Texte intégral

Introduction : l’érosion n’est pas seulement un problème technique

1Si la lutte antiérosive a connu jusqu’ici des succès mitigés malgré des investissements colossaux à l’échelle du monde, ce n’est pas seulement parce qu’on n’a pas bien maîtrisé tous les aspects techniques du problème (la diversité des processus physiques en cause est bien plus compliquée que prévu initialement, voir chapitre 3), mais aussi parce qu’on n’a pas suffisamment tenu compte des racines socio-économiques des crises d’érosion. Au nom de l’intérêt public, les ingénieurs de l’État ont cherché le moyen d’imposer leurs solutions sans trop se préoccuper des intérêts particuliers de chacun des « bénéficiaires » des aménagements antiérosifs. Or, certaines techniques valables sur le plan hydrologique, ne sont pas acceptables par les paysans car elles remettent en cause les droits coutumiers séculaires (par exemple le parcours sous forêts) : les bénéficiaires des aménagements ne sont pas ceux qui ont réalisé le travail.

2Dans un premier temps, nous aborderons un certain nombre de conditions pour que les sociétés rurales puissent adopter les propositions techniques de LAE. Ensuite nous explorerons les conséquences économiques de la dégradation des sols par l’érosion et comparerons les coûts des divers aménagements et les bénéfices qu’on peut en espérer. Sans ces connaissances, il est peu probable que les sociétés rurales acceptent nos propositions techniques de changer l’usage des terres qui ont été gérées avec des succès variables depuis des siècles.

Des aspects socioculturels influencent l’acceptabilité de la LAE

La diversité des crises érosives

3L’érosion et le déséquilibre entre la pression démographique et la disponibilité restreinte des ressources en terre a conduit à une surexploitation du milieu naturel et à sa dégradation. Les fractions sociales déjà défavorisées sont rejetées vers les terres marginales, souvent les plus fragiles. Leur statut foncier est médiocre et les conditions d’investissements sont défavorables. Leurs ressources financières étant très limitées, ces populations pauvres adoptent des logiques de survie qui privilégient le très court terme. Il s’en suit une spirale de la dégradation de la situation sociale. La solution réside dans le développement de techniques d’intensification de la production (comme les terrasses, la fertilisation et l’irrigation), le développement des produits du terroir (AOC) ou l’implantation d’ateliers de transformation des produits spécifiques (parfums, confitures, fromages, engraissement du bétail). Mais lorsque la crise concerne la société rurale elle-même, la maîtrise de l’érosion passe par le renforcement de l’autorité et des moyens des structures locales (Chambre d’agriculture et services régionaux du ministère de l’Agriculture) (Blume et al., 1998.).

4Cependant, dans certaines régions de grande culture, la mécanisation, la motorisation, le remembrement, l’introduction de nouvelles cultures peu couvrantes (coton, arachide, tabac, maïs, tournesol), l’agrandissement des parcelles et la suppression des talus, des haies et des fossés jouant un rôle dans le fonctionnement hydrologique des versants, ont entraîné des augmentations importantes de productivité par travailleur, mais aussi une augmentation des risques de ruissellement et d’érosion. Dans ce cas, l’érosion pourrait être considérée comme une bavure de la modernisation. Une fois que la recherche a mis au point les techniques de référence, leur diffusion sera assurée par les agriculteurs les plus innovants, les plus concernés par les problèmes d’érosion (Lilin, 1986). C’est ainsi que se sont développées au Brésil les techniques de non-travail du sol (de semis direct dans la litière des cultures précédentes) et l’agriculture de conservation.

Qui s’intéresse à la lutte antiérosive ?

5Dans les pays en développement, de très nombreux petits paysans pauvres sont acculés à assurer la survie de leur famille nombreuse (5 à 10 personnes), vivant sur de minuscules exploitations (0,2 à 1,5 ha, dispersées en une dizaine de parcelles au Rwanda). Malgré la baisse des rendements, ils ne peuvent laisser au repos les terres épuisées, lesquelles sont souvent mal couvertes (surtout en zone semi-aride), fragiles, sur pentes fortes et peu protégées des eaux de ruissellement provenant des parcelles situées en amont ou du réseau routier. Au Maroc, certaines familles ne se décident à investir dans l’amélioration foncière de leur terre que quand les dégâts d’érosion sont déjà trop avancés. Alors elles sont tentées par la culture du kif et du tabac et par l’émigration de quelques adultes vers les villes ou les pays voisins. Par leurs envois réguliers de salaire, ces émigrés vont améliorer la situation de la famille qui reste sur ses terres. De retour au pays pour leur retraite, les « émigrés » investissent souvent une partie de leurs économies pour acheter des terres, ou améliorer le foncier (terrassements, défonçage du sol pour éclater les croûtes calcaires, épierrage) et délimiter les parcelles (cordons de pierres, murets, haies vives). Par contre, en cas de métayage ou de location de terres, le paysan ne peut améliorer le foncier, ni planter d’arbres sous peine de se voir retirer le permis d’exploitation pour tentative d’appropriation du foncier ou de voir le prix de location augmenter en relation avec l’amélioration foncière. D’où des réticences certaines pour l’ agroforesterie.

6La lutte antiérosive doit tenir compte du mode de gestion des usagers du finage et des types de pression qui s’exercent pour exploiter les diverses facettes du paysage : les agriculteurs produisent des céréales dont les éleveurs nomades ont besoin. En effet, les chaumes sont nécessaires pour faire pâturer le troupeau en période estivale : ce faisant ils restituent l’urine et les fèces, matières organiques plus riches en azote que les chaumes. Le paysage supporte les productions végétales et animales. Jadis, les exploitants tentaient de gérer l’espace selon une logique qui cherche à optimiser le potentiel de production entre les espaces forestiers, les parcours et les champs cultivés. Mais depuis l’augmentation de la pression démographique, les forêts et parcours sont transformés parfois de façon illégale en champs cultivés : l’espace de pâture a été fortement réduit, de même que l’espace forestier. Le nombre de tête de bétail a été augmenté sur un espace de parcours réduit si bien que l’équilibre a été rompu.

7Au Maroc, lorsqu’un bassin versant est exploité par une même tribu, la fraction la plus forte occupe les meilleures terres et les plus grands espaces ; les fractions les plus pauvres occupent des espaces étroits et fragiles sujets à la surexploitation et à la dégradation par l’érosion. On observe parfois des migrations de population vers des terres plus riches et irrigables par mariage entre fractions dans des douars voisins. Les structures de gestion collective des terres ont tendance à disparaître en faveur d’une gestion individuelle.

Les situations juridiques de la propriété au Maroc

8Trois situations juridiques de la propriété prédominent : la propriété privée (melk en arabe), le collectif (jmaa = parcours) et le domanial (forêts) où la population puise du bois sec et fait pâturer son troupeau. On distingue en plus les terres voisines des forêts et les terres qui en sont éloignées, ainsi que les terres privées délaissées par leur propriétaire vivant à l’extérieur du milieu rural : elles constituent des parcours collectifs. Suite aux sécheresses persistantes et à la construction de barrages, 20 à 30 % des populations ont émigré des bassins versants montagnards, laissant leurs terres en friche ou les prêtant à un proche (fermage).

9Le finage constitue le cadre optimal pour la conservation des ressources naturelles. Il permet de constituer des groupements paysans qui prennent en compte les intérêts parfois divergents des gens qui vivent hors de la zone à aménager et ceux qui y trouvent leurs ressources permanentes. À cette échelle, il est plus facile de comprendre qu’il faut à la fois concilier la protection de l’espace pour le bien commun et améliorer le sort des populations rurales.

10Une enquête sur le système de production a montré que la répartition foncière est très inégale sur le territoire national :

  • les « sans terre » représentent 2 à 8 % de la population régionale ;

  • les petites exploitations inférieures à 5 ha représentent 71 % du nombre total de foyers mais seulement 30 % de la surface agricole utile (SAU) ; ces petites exploitations semblent peu viables.

  • les grosses exploitations possédant plus de 10 ha ne concernent plus que 1 à 12 % des exploitants selon les régions mais ils possèdent 30 % de la SAU.

11Les parcelles de chaque exploitation sont très dispersées (2 à 10 parcelles) et couvrent en moyenne 0,1 à 1,5 ha. Les céréales couvrent 63 % de la SAU, l’orge en couvre 23 %, les légumineuses 4 %, les soles fourragères 10 %.

12Le mode de faire-valoir est majoritairement direct, mais suite aux émigrations, 15 à 18 % des terres sont louées. Près des habitations les parcelles sont plus petites, mieux fumées que les grandes parcelles : elles sont vouées à l’autoconsommation. Les parcours sont situés sur les sommets souvent rocailleux, les versants caillouteux. Les bas-fonds sont généralement intensément cultivés et souvent irrigués et fumés et plantés d’arbres fourragers ou fruitiers.

13Pour la partie dégagée du terroir, le pacage sur les chaumes impose un certain assolement collectif. Si le troupeau est assez grand, l’introduction de cultures fourragères et une forte portion de l’exploitation en orge (ou vesce + avoine) sont nécessaires : il faut en tenir compte dans l’aménagement du terroir. Le système d’exploitation de production animale extensif (avec ou sans apports extérieurs) est le plus fréquent. Le système d’exploitation semi-intensif tire d’abord profit des parcours gratuits des forêts, des jachères et des espaces libérés par les émigrés : ensuite ils développent les cultures fourragères pour faire face à un taux de surcharge de 30 à 40 %. Cette surexploitation des ressources naturelles entraîne la dégradation du milieu naturel. La plantation d’arbres fruitiers permettra de réduire plus tard la demande en combustible ligneux. Pour le moment, le ramassage du bois de feu est assuré par les femmes qui ramènent annuellement 3 à 8 tonnes de bois par ménage. L’utilisation des bouteilles de gaz butane pour le thé et la cuisine, fonction des revenus du foyer, ne diminue que très peu la forte pression sur les ressources ligneuses des forêts.

14Une typologie des systèmes de production a été développée pour cadrer les possibilités d’intervention sur le terrain : elle tient compte non seulement de la SAU, de la taille du troupeau et des parcelles mais aussi des revenus :

  • exploitations à objectif de subsistance, à composante animale, proche des forêts : il faut prévoir des compensations financières pour tout aménagement forestier ;

  • exploitations à objectif de subsistance exclusivement agricole : importance des actions de fixation, améliorations foncières, protection de la fertilité des terres, etc. ;

  • exploitations à niveau économique précaire à composante animale, situées près des forêts, avec des champs réservés à l’autoconsommation ; l’arboriculture fruitière (olivier) leur assure un surplus financier ;

  • exploitations à activités mixtes qui dégagent une marge d’autofinancement : elles sont favorables à toute action visant la production, mais aussi la protection des ressources.

15Ces types d’exploitations permettent de cibler les actions de développement participatif, mais ces systèmes ne peuvent être spatialisés : ils cohabitent.

À quelle échelle faut-il s’organiser ?

16S’il s’agit de réduire la vitesse de sédimentation d’un barrage, ou la pollution diffuse, le bassin versant de la rivière pourra donner une première idée des risques de transports solides et du ruissellement disponible pour diverses activités dans la vallée. C’est la logique aval conventionnelle qui a été appliquée généralement jusqu’ici, pour alimenter en eau de bonne qualité les zones de grande irrigation, les citadins des grandes villes et les industries, sans trop se préoccuper des droits et besoins des gestionnaires des terres, les paysans vivant sur les versants que l’État va aménager.

17S’il s’agit par contre de préserver les ressources naturelles gérées par les paysans des montagnes, il s’agit d’appliquer une logique amont, cherchant à développer des systèmes de gestion durable des ressources en terre et en eau. Pour que les villageois participent aux actions d’aménagements durables, il faut réunir ceux qui travaillent ensemble sur un versant, un terroir et décider avec eux des aménagements qu’ils vont réaliser pour valoriser au mieux l’eau, la terre et leur travail (Roose, 1994).

Où intervenir en priorité ?

18Dans la logique technocratique (RTM, DRS), il s’agit de rechercher les zones d’où provient la majorité des sédiments qui vont causer des dégâts en aval : parcours surpâturés, chemins ravinés, zones ravinées, bordures des rivières torrentielles auxquelles on ajoutait jadis les fortes pentes, les éboulis et autres glissements de terrain. Bref, on repère les « badlands » et autres zones dégradées sur les versants les plus pentus. Sur ces chantiers bien circonscrits et faciles à gérer, on investit de grosses sommes pour contenir les forces de la nature, avec un succès mitigé dépendant beaucoup de la compétence des techniciens de terrain, des réalisateurs et de la fréquence des averses exceptionnelles destructrices. De grosses interventions mécaniques très coûteuses (banquettes, seuils, épis, barrages collinaires) sont quelquefois complétées par la stabilisation biologique des berges et des sédiments. L’essentiel des aménagements (RTM, DRS et même CES) vise la restauration des ravines et la réduction de l’envasement des barrages, l’amélioration de la qualité des eaux destinées à la grande irrigation, à l’alimentation des villes et à l’industrie. Mais parallèlement, on trouve de nombreuses banquettes instables sur des versants stables non directement menacés (oliviers dans le Rif occidental)

19La logique paysanne quant à elle est bien différente : elle vise la valorisation des terres et du travail des paysans. Elle recherche des systèmes de production rentables et adaptés aux versants des collines et montagnes, un bon équilibre entre la production végétale et animale, les techniques de préparation des terres les plus efficaces pour assurer un minimum de production quels que soient les aléas climatiques (pluies, gel, sécheresse), le maintien de la fertilité ou la restauration de la productivité des terres. Les chantiers sont dispersés sur tout le terroir, mais leur rentabilité est meilleure sur les bonnes terres proches de l’habitat que sur les terres lointaines déjà trop dégradées. Cela pose aussi un problème de justice sociale. Si ce sont les meilleures terres qui sont prioritaires, ce sont les paysans riches qui vont le mieux en profiter : les sans terre et les paysans pauvres qui ont hérité de terres épuisées tireront peu de bénéfice des investissements sur les terres marginales mais devraient profiter des projets de développement intégré pour se spécialiser dans les services, les productions à haute valeur ajoutée, l’artisanat et le commerce. C’est ainsi qu’en Inde, les « sans terre » se voient recevoir en héritage une formation pour restaurer et valoriser les ravines (1 à 5 % du terroir).

20Donc deux logiques respectables auxquelles correspondent des objectifs et des moyens différents : pas étonnant que les paysans montagnards n’entretiennent pas les aménagements imposés par l’État sur leurs terres qui leur font perdre 5 à 20 % de la surface cultivable, au seul bénéfice des citoyens habitants en aval (Roose, 1994). Pour faire face à ces deux problèmes, l’État doit confier à des équipes de spécialistes l’aménagement des grosses ravines et la stabilisation des glissements de terrain, des oueds et des rivières, tandis que le monde rural doit prendre en charge la gestion durable des terres qu’il exploite. Dans cet ouvrage, nous traitons essentiellement de la logique paysanne, en vue de valoriser la terre et le travail.

Les subsides

21La protection du patrimoine foncier, la séquestration du carbone dans les forêts et les sols et la gestion conservatoire des eaux de surface en montagne sont des services écologiques rendus à la communauté civile. La régulation des débits des sources et rivières, la purification de l’air, la circulation lente des nutriments, la protection contre la pollution des eaux de surface sont des services précieux rendus par la société rurale montagnarde. Ces services méritent des compensations, des subsides pour encourager ces « jardiniers des paysages », leur donner les moyens de survivre pendant qu’ils dépensent leur temps à la protection des ressources naturelles, l’eau, la biomasse, l’air et la terre. De plus, la construction de terrasses et de banquettes peut soustraire de 5 à 25 % de la surface cultivable : d’où les efforts des forestiers pour fournir des arbres fruitiers, à titre de compensation, aux paysans qui se voient imposer par l’État l’aménagement de leurs terres de culture en banquettes (Roose, Lamachère, De Noni, 2001).

22Comme les paysans pauvres manquent de moyens pour lutter contre l’érosion sur leurs terres souvent les plus dégradées, il est apparu nécessaire de payer un salaire aux ouvriers qui viennent louer leurs bras pour réaliser les aménagements antiérosifs, y compris sur les terres dont ils sont propriétaires : c’est un moyen d’injecter quelques ressources dans ces milieux ruraux pauvres tout en respectant leur fierté, en quelque sorte un investissement social dans une couche de la population qui manque de travail. Malheureusement, il s’est avéré que ces bénéficiaires répugnent à entretenir ces aménagements car, selon eux, ce sont des travaux imposés par l’État, et c’est à l’État de les entretenir. Ainsi en Algérie, une enquête a montré que, sur 350 000 hectares aménagés par l’État, 25 % ont été volontairement éradiqués par les paysans, 55 % sont encore visibles, mais ne sont plus fonctionnels, car ils n’ont jamais été entretenus, et 20 % semblent encore en bon état, mais il n’est pas évident qu’ils furent jamais utiles pour réduire les risques d’érosion (Roose et al., 1993).

23Pour éviter cette erreur, on a cherché à ne plus distribuer de l’argent, mais diverses compensations (Food for worte) comme de la nourriture de base pour améliorer la santé, des outillages, des arbres fruitiers ou divers services (transport des pierres, dispensaires, pistes rurales, puits, etc.). Dans certains projets, où on se refuse de payer directement pour les aménagements, on organise d’abord une démonstration pour montrer aux paysans les bienfaits dont ils pourraient bénéficier. Rien n’est entrepris sans la participation des villageois qui sont organisés en brigades spécialisées (pour les seuils, pour la délimitation des courbes de niveau, pour la production de plants d’herbes et d’arbres marqueurs, pour l’amélioration de l’élevage) mais où chaque propriétaire doit participer à l’aménagement de sa colline ou de son terroir. Plus récemment, la majorité des projets ont investi dans le renforcement (formation et moyens) des structures locales des ministères concernés de façon qu’à la fin du projet ces structures locales puissent prendre le relais (congrès ISCO de Bonn : Blume et al., 1998). Dans certains cas spécifiques, des subsides peuvent être accordés aux projets de conservation des sols. C’est le cas dans les montagnes du Pérou où les terrasses construites à l’époque des Incas il y a cinq siècles menacent de disparaître. Pour sauvegarder ces témoins de l’histoire, il a été mis au point un système où les populations ont apporté leur main-d’œuvre et leur savoir-faire pour rénover les murettes, mais où il a fallu compenser les heures de travail.

24En Inde, les forestiers considèrent qu’il est indispensable que les populations pauvres participent à la plantation des arbres et à leur protection : sans cette « barrière sociale » (social fencing), la forêt ne sera pas protégée contre les dégâts de leurs animaux. Au prix d’un apport financier à hauteur de 85 à 95 % du coût des salaires, la protection des plantations perdure après la fin du projet. En Afrique, ce haut niveau de financement ne serait pas considéré comme une vraie participation des paysans intéressés ! Même si la population montre un réel enthousiasme au début du projet, il n’est pas certain que les aménagements seront préservés plus tard. Par contre, il existe des exemples en Éthiopie où des aménagements mis en place avec de haut niveau de subsides par des populations pauvres, restent efficaces plusieurs décennies plus tard. La discussion sur le bien-fondé des subsides pour les aménagements de conservation de l’eau et des sols n’est pas clause.

25Certains projets lancés localement se sont avérés très payants parce qu’ils ont entraîné une nette amélioration du niveau de vie et de la productivité des terres. Donc les encouragements ne doivent pas nécessairement être financiers, mais l’amélioration de la productivité des terres et la disponibilité en eaux dans les puits, le gain de temps et d’argent peuvent encourager pendant de longues périodes des sociétés rurales à réorganiser l’utilisation de leur paysage (WOCAT, 2007).

26L’accès aux prêts ou aux engrais est une autre forme de subsides pour encourager les paysans à investir dans l’intensification de la production et dans la valorisation de la terre et du travail. En Équateur, l’IRD a prêté de petites sommes d’argent à chaque famille d’un versant pour acheter des engrais et des semences de qualité à condition d’aménager leurs parcelles contre l’érosion (talus enherbés, murettes de cendres volcaniques indurées ou en mottes d’herbes). Dès la première année, les rendements ont été tellement améliorés qu’une partie de la récolte a servi au remboursement des micro-prêts et à l’extension du projet d’aménagement antiérosif (De Noni, Viennot, 1993).

© É. Roose
Réunion de concertation dans la région de Tamatert dans le Haut Atlas

Coût économique de l’érosion et des aménagements pour la restauration des sols

Variabilité des risques d’érosion dans l’espace

27La gravité de l’érosion varie beaucoup dans l’espace. J. Kanwar (1982) a montré que sur 13 500 millions d’hectares de surface exondée dans le monde, 22 % sont cultivables et seulement 10 % sont cultivés. Mais ces dix dernières années les pertes en terres cultivables ont augmenté jusqu’à atteindre 10 millions d’hectares par an du fait de l’érosion, de la salinisation et de l’urbanisation. À ce rythme, il ne faudrait que trois siècles pour détruire toutes les terres cultivables. L’érosion pose donc un problème sérieux à l’échelle mondiale mais il est beaucoup plus préoccupant dans certaines régions du monde et pour certains exploitants pauvres situés sur des terroirs fragiles.

28Pour l’ensemble de la Communauté européenne, J. De Ploey (1990) a estimé que 25 millions d’hectares de terres cultivées étaient dégradés par l’érosion hydrique ou éolienne. La France totaliserait 5 millions d’hectares et le coût des nuisances occasionnées par l’érosion s’élèverait à 1,52 milliard d’euros, sans compter la valeur intrinsèque des sols perdus.

29Dans les régions tropicales et méditerranéennes, les estimations sont souvent bien plus dramatiques. D’après A. Combeau (1977), 80 % des terres de Madagascar sont gravement érodées et 45 % des terres d’Algérie sont affectées par l’érosion, soit 100 ha de terres arables perdues par jour de pluie. En Tunisie, A. Hamza (1993) a évalué les transports solides moyens de l’ensemble des bassins versants vers la mer. En tenant compte d’une profondeur des sols de 50 cm, ce seraient 15 000 ha de terres arables qui se perdent par érosion hydrique chaque année. Plus sérieux que ces estimations dramatiques sont les résultats des mesures de pertes en terre sur parcelles homogènes (100 à 1 000 m2) mises en place depuis 1950 par l’Orstom, le Cirad et diverses institutions de recherche. Ces pertes varient de 1 à 200 t/ha/an (jusqu’à 700 t en montagne sur des pentes de 10 à 80 % au Rwanda) sous les cultures des régions forestières tropicales humides sur des pentes de 4 à 25 %. Elles atteignent 0,5 à 40 t/ha/an sous mil, sorgho, arachides et coton sur les longs glacis ferrugineux tropicaux des régions soudano-sahéliennes (Roose et Ρiot, 1984 ; Boli et al., 1993).

30Au Maroc, sous végétation dense (forêt, matorral peu dégradé, parcours en défens), les pertes en terre ne dépassent pas 1 t/ha/an ; sous cultures (céréales, etc.), 20 t/ha/an s’il y a des rigoles et jusqu’à 100 à 300 t/ha/an sur les badlands dégradés par le ravinement et le surpâturage (Laouina, 1993 et 1998). Des valeurs semblables ont été mesurées au nord-ouest de l’Algérie (Roose et al., 1993).

31Si on admet des densités apparentes de 1,2 à 1,5 pour l’horizon de surface, cela correspondrait à des ablations de 0,1 à 7 mm de sol par an en fonction du climat, de la topographie et des cultures, soit 1 à 70 cm en un siècle. Évidemment, les sols ne sont pas restés durant un siècle sous culture. Ils sont épuisés au bout de 2 à 15 ans et laissés en jachère protectrice durant quelques années.

32B. Heusch (1972) a montré dans le Prérif que l’érosion dépend de la surface de mesure et des processus en cause. L’érosion en nappe mesurée sur parcelles d’érosion (100 m2) est très modérée, bien plus que l’érosion des oueds, lesquelles intègrent l’énergie du ruissellement et le ravinement, les glissements de terrain et la dégradation des berges.

Érosion et rendement en fonction des types des sols

33Nous ne proposerons que deux exemples extrêmes.

34Au Nord-Cameroun, sur des sols très sableux, Z. Boli et É. Roose (2004) ont montré que les pertes de rendement d’une culture de maïs atteignaient 40 % du témoin en cas de décapage du sol de 5 cm (érosion non sélective). Mais pour la même perte de rendement, il suffit de perdre 5 mm de terre par érosion en nappe (sélective des MO, argiles et nutriments) (Roose et Barthès, 2002). L’érosion en nappe, parce qu’elle est sélective des MO et des argiles, est donc très dégradante.

35Au Burundi, sur des sols ferrallitiques argilo-sableux très acides et une pente de 8 %, T. Rishirumuhirwa (1998) a mesuré l’érosion sur une jachère nue travaillée, sous une bananeraie claire, une bananeraie dense et une bananeraie complètement paillée. Les pertes en terre cumulées ont atteint 154 t/ha en 3 ans sur sol nu, 54 t/ha sous bananeraie peu dense, 17 t/ha sous bananeraie dense et 0,1 t/ha sous mulch complet. La 4e année, chaque parcelle d’érosion a été subdivisée en 4 traitements et plantée en maïs :

  • Témoin sans apport : les rendements en maïs grain furent nuls sur sol très érodé et atteignirent 1,7 t/ha sur sol non érodé, comme lors du défrichement de la forêt. On constate donc un arrière-effet très important de l’érosion en nappe sélective qui, même pour des pertes en terre modérées entraîne des pertes de rendement considérables.

  • Apport de 201 de fumier de ferme (50 % d’humidité). Les rendements ont beaucoup augmenté (de 0,5 à 2,5 t/ha) d’autant plus que les parcelles sont peu érodées. -Apport de 101 de fumier + NPK : les rendements sont semblables sur les parcelles très dégradées par l’érosion, mais produisent jusqu’à 4 t/ha sur les parcelles non érodées... L’apport de fumier est trop pauvre en phosphore : il est donc indispensable d’apporter un complément de phosphate pour valoriser au mieux les apports organiques. Si la roche est pauvre en phosphore assimilable, le sol le sera aussi ainsi que les plantes, les animaux et les fumiers : d’où la nécessité d’apporter du phosphore.

  • Enfin, on a rajouté 250 kg/ha de chaux au traitement précédent puisque le sol est très acide. Curieusement, on a constaté que tous les rendements ont légèrement baissé en présence de chaux : on pense que dans ce milieu très acide, l’augmentation du pH a réduit la solubilité des phosphates.

36En conclusion, on voit toute l’importance de l’érosion en nappe sélective sur la productivité des sols pauvres où les stocks de nutriments assimilables sont très limités. Non seulement l’érosion réduit les rendements l’année où elle a lieu, mais aussi les années suivantes (mémoire de la surface du sol). Sur des sols argileux plus riches, les effets pourraient être moins importants.

Fig. 14. Effets de l’érosion sur la productivité des sols de différents niveaux de fertilité (d’après Roose, 1994).

37Aux États-Unis, devant le coût du Service de conservation des sols et le faible impact sur les pertes en terres, on s’est demandé quelle est l’influence de l’érosion sur la productivité de divers types de sols (justification de la CES). Sur les lœss, sols profonds et homogènes sur plusieurs mètres de profondeur, on a observé que la productivité n’a guère diminué depuis un siècle. Au contraire, car l’influence négative de l’érosion (-1 % des rendements) fut facilement compensée par l’apport de nouveaux intrants : engrais, pesticides, graines sélectionnées (Dregne, 1988)

38Dans les régions tropicales, cela devrait se retrouver dans les vertisols et les sols bruns vertiques, riches en nutriments et en argiles, homogènes sur 50 cm. Par contre, dans les sols peu épais comme les rendzines, les sols forestiers et de nombreux sols ferrallitiques ou ferrugineux tropicaux dont la fertilité est concentrée dans les premiers centimètres l’érosion entraîne rapidement la perte de leur capacité de production (fig. 14).

Les pertes en nutriments

39Les pertes économiques dues à l’érosion peuvent être calculées en évaluant le coût des engrais nécessaires pour compenser les pertes de nutriments.

40En basse Côte d’Ivoire (Roose, 1981), les pertes chimiques par érosion sont faibles sous forêt dense : 26 kg/ha/an de carbone, 3,5 kg d’azote, 0,5 kg de phosphore et quelques kilos de Ca + Mg + K. Ces pertes en nutriments sont facilement compensées par les remontées biologiques (litières) et les apports de nutriments par les eaux de pluie et les poussières. Par contre, sous cultures extensives couvrant mal le sol, les pertes par érosion s’élèvent à 98 kg d’azote, 57 kg de chaux, 39 kg de magnésie et 29 kg de potasse et de phosphore. Pour compenser ces pertes par des engrais du marché, il faudrait apporter 7 tonnes de fumier frais, 470 kg de sulfate d’ammoniaque, 160 kg de superphosphate, 200 kg de dolomie et 60 kg de chlorure de potasse. Il n’est donc pas étonnant qu’en région humide de Côte d’Ivoire, les sols soient épuisés après deux années de culture d’autant plus qu’il faut y ajouter les exportations par les récoltes et les pertes par drainage (800 mm/an) des éléments solubles (Ν, K, Ca + Mg).

41Au Zimbabwe, M. Stocking (1986), se basant sur les analyses des terres érodées sur les parcelles de Hudson et sur la carte d’occupation des sols, a calculé que le pays perdait chaque année 10 000 000 tonnes d’azote et 5 000 000 tonnes de phosphore du fait de l’érosion, soit 117 millions de dollars.

42Au Maroc, une enquête sur les pertes de nutriments a montré qu’elles sont beaucoup plus modestes (50 S/ha/an) car l’érosion en nappe est modeste (Merzouk, 1987). Ce même auteur a étudié le phosphore dans les sédiments des lacs de retenue du Maroc : il montre que les pertes en phosphore par les rivières sont impressionnantes.

43Au Mali, le modèle USLE (voir p. 51) a été utilisé pour évaluer à long terme les pertes en terre sur les versants cultivés et estimer les pertes en engrais (Bojö, 1996) : la fourchette de perte annuelle d’engrais varie de 2,6 à 11 millions de dollars US de 1989 (Bied-Charreton, 2008).

44En Éthiopie, les pertes annuelles d’azote observée dans les sols varient de 46 à 544 US$. Heureusement, les nutriments qui sortent des parcelles ne sont pas définitivement perdus pour le pays : une partie est récupérée en bas de pente sur les colluvions et dans les alluvions des plaines irriguées, une autre va nourrir les poissons ou causer l’eutrophisation des rivières et des lacs. Lorsqu’on cherche à intensifier la production en apportant les engrais souhaitables, il faut d’abord prévoir la réduction de l’érosion et du ruissellement qui déséquilibrent fortement le bilan hydrique et chimique des sols cultivés (Roose, 1980).

45Bien que toutes ces approches aient des limites et soient généralement sous-estimées, on peut conclure que les coûts de dégradation des terres des pays arides et semi-arides se situent au niveau de 0,5 à 1,5 % du PIB annuel, ce qui annule la faible croissance de ces pays (Bied-Charreton, 2008).

Importance des pluies exceptionnelles et efficacité de la LAE,

46Il est bien connu que les averses exceptionnelles entraînent généralement de gros dégâts : mais l’importance relative de ces dégâts varie en fonction des types climatiques.

47En milieu tempéré, W. Wischmeier a montré que c’est la somme de toutes les pluies de plus de 12 mm qui détermine le niveau annuel de l’érosion à l’échelle des parcelles. En régions subéquatoriales et tropicales (Côte d’Ivoire et Burkina Faso), il semble qu’il en soit de même (Roose, 1973). Par contre, là où les cyclones sont fréquents, les averses sont telles (200 à > 500 mm) qu’elles marquent profondément le paysage pour des siècles (ravines régressives, large Ht des rivières, abondance des alluvions). De même en zones semi-arides, sahélo-sahariennes ou méditerranéennes, il peut ne rien se passer pendant des années, puis brutalement à l’occasion d’une averse ou d’une série d’averses, l’allure du paysage est modifiée en quelques jours : ravines profondes, glissements de terrain, sapement des berges, sédimentations abondantes dans les plaines inondées (cas de la Tunisie en 1973 : Claude et al., 1976).

48De même au Maroc en 2005, un orage en montagne a déclenché une crue brutale dans l’oued Ourika près de Marrakech dans le Haut Atlas, noyant plus de 1 400 personnes prisonnières de la vallée étroite, emportant les ponts, le camping et les véhicules et déplaçant des blocs de roches métriques des sommets jusque dans la vallée, causant d’énormes dégâts dans les habitations et emportant les aménagements de terrasses dans le lit de l’oued.

49En hydrologie, il est généralement admis qu’au-delà d’un certain volume de pluie (> 200 mm) caractérisée par une forte intensité ou une longue durée, le milieu est saturé et le ruissellement atteint 100 % de la quantité d’eau. Dans le cas de ces pluies exceptionnelles de retour très variable en fonction du sol, du couvert végétal et de l’aménagement, on se trouve confronté à des débits de crue très importants et à des transports solides suite à des reprises de matériaux dans le lit, sur les berges et les basses terrasses. Cependant, au niveau du versant, plus on trouve des aménagements antiérosifs pertinents (haies, terrasses progressives, talus enherbés, paillage et couvert végétal dense) et moins il faudra craindre de dégâts durant ces averses de fréquence rare.

Les pertes de production dues au ruissellement à court terme

50La production de biomasse, dans les pays chauds temporairement arides, dépend de la fertilité des sols et encore plus de l’eau disponible au moment où la plante cultivée en a besoin.

51Si on évalue grossièrement le bilan hydrique (Roose, 1980), on constate qu’en zone subéquatoriale le développement d’un ruissellement de 25 % (ce qui est fréquent sous céréales, manioc et autres cultures sarclées) entraîne une réduction du drainage au-delà une certaine profondeur, mais il n’y a pas de différence sur l’évapotranspiration ni sur les rendements des cultures.

52Par contre, en zone semi-aride (pluies < 700 mm) le même ruissellement, effectivement observé sous cultures vivrières, entame non seulement la possibilité de drainage (donc d’alimentation des nappes), mais réduit également l’évapotranspiration et donc le potentiel de production de biomasse. En réalité en zone aride, l’effet dépressif du ruissellement sur la production est encore plus grave si, du fait d’un fort ruissellement, l’eau stockée dans le sol vient à manquer en début de cycle de culture (le retard des semis d’une semaine peut entraîner une perte de 10 % des rendements en grains), en cours de floraison (peu d’épis fécondés) ou en fin de cycle (remplissage imparfait des grains).

53En zone sahélienne ou méditerranéenne, il faut souligner aussi l’influence dégradante du ruissellement lors des premiers orages très violents qui « nettoient » la surface du sol des résidus organiques et déjections animales accumulées au cours de la saison sèche. Ces pertes de MO entraînent inexorablement la baisse de la productivité des terres sur les grands glacis défrichés et souvent la pollution des eaux en aval et l’eutrophisation des lacs de retenue.

54Un autre effet dangereux du ruissellement, quel que soit le climat, est de réduire le temps de concentration des eaux de surface, de réduire les débits d’étiage des rivières et donc l’eau disponible pour l’irrigation d’un terroir et d’augmenter les débits de pointe, donc les transports solides et le dimensionnement des ouvrages d’art.

55Les hydrologues recherchent des bassins à forte hydraulicité pour alimenter les lacs et les réservoirs qui desservent les réseaux de distribution urbains. Par contre, les agronomes recherchent des techniques culturales qui assurent une bonne infiltration des pluies et une bonne évapotranspiration nécessaire à la production végétale. Hydrologues et agronomes recherchent des eaux claires de bonne qualité et une distribution étalée des débits tout au long de l’année, ce qui est conforme aux objectifs d’un bon aménagement GCES. Cependant, dans les zones arides, cette eau provient de certaines surfaces de versants qui servent d’impluvium d’où elle est acheminée sur des surfaces restreintes pour assurer la croissance des cultures (runoff farming) (Chritchley, Reij, Seznec, 1992 ; Valet, 2008).

Encadré 2
Effets de la LAE sur le bilan hydrique en fonction du climat régional
En zone semi-aride
Du point de vue agronomique :
augmentation du stock d’eau disponible, de l’ETR et de la biomasse, éventuellement des rendements en grain
Du point de vue hydrologique :
réduction des débits de pointe des rivières, des transports solides et de l’écoulement total annuel. Stabilisation des ravines et des rivières
En zones humides
Du point de vue agronomique :
– faible augmentation du stock d’eau du sol disponible pour les cultures, donc de l’ETR, de la biomasse et des rendements
– forte augmentation des risques de drainage et de lixiviation des engrais solubles
– nécessité d’intensifier l’ETR (agroforesterie + cultures associées) pour réduire la lixiviation des nutriments et l’acidification du sol.
Du point de vue hydraulique :
– réduction des débits de pointe de crue des rivières
– stabilisation des ravines et rivières
– réduction des transports solides
- augmentation des débits de base, des étiages et de l’eau utile pour l’irrigation.
En conclusion
La LAE et l’amélioration de l’infiltration des pluies au champ seront mieux appréciées par les paysans en zone semi-aride où elle améliore la production de biomasse, qu’en zone humide.
Elle doit s’accompagner d’une intensification de la culture (forte densité, cultures associées) et d’une saine gestion des nutriments tenant compte à la fois des risques d’érosion et de drainage.

56En conséquence, la lutte contre le ruissellement (ou la GCES), peut avoir des conséquences très différentes selon le bilan hydrique des parcelles (encadré 2).

57En région humide, la réduction du ruissellement peut engendrer une légère amélioration de l’ETR (donc du rendement des cultures), mais surtout une augmentation des risques de drainage et de lixiviation des nutriments solubles (les engrais azotés et potassiques en particulier) mais aussi l’amélioration du débit de base (les nappes sont mieux alimentées) et de l’étiage des rivières. Dans ce cas, il faut faire appel à l’agroforesterie pour améliorer l’ETR et la productivité des sols. Un simple paillage ou un semis direct sous litière peut entraîner l’augmentation du drainage et de la lixiviation de l’azote, au point d’exiger un apport complémentaire d’azote pour compléter l’alimentation azotée des cultures. Au Cameroun, après un semis direct sous litière, il a suffi d’ajouter 20 unités d’azote pour que la culture de coton retrouve une bonne vitalité (couleur vert foncé des feuilles).

58En région semi-aride, la réduction du ruissellement grâce à la GCES augmente le stock d’eau disponible pour l’ETR et donc la production de biomasse et les rendements des cultures. Vu l’impact de la GCES sur les rendements des cultures, les paysans accepteront plus facilement les techniques innovantes.

La réduction à long terme du potentiel de production du sol par l’érosion

59Le ruissellement et l’érosion en nappe ont une influence néfaste sur la production immédiate des cultures en place, mais ils peuvent aussi modifier progressivement les caractéristiques physiques, chimiques et biologiques du sol, surtout par érosion sélective des particules de sols et réduire les potentialités à long terme de certains sols, en particulier des sols peu épais et des sols forestiers (dont la fertilité est concentrée en surface). On peut se demander s’il est possible de restaurer la productivité de ces terres, en augmentant la productivité de certains sols en injectant des engrais organiques et minéraux.

60Nous avons vu plus haut les résultats encourageants obtenus sur des sols sableux du Nord-Cameroun et des sols ferrallitiques acides du Burundi.

61Au Nigeria, R. Lal (1983) a abordé le problème de l’impact de l’érosion sur la productivité d’un alfisol (sol ferrallitique remanié) de trois points de vue différents.

62Sur 24 parcelles d’érosion (125 m2) de 1-5-10-15 % de pente, soumises à divers traitements, il a mesuré divers taux d’érosion cumulée et calculé l’influence dépressive de l’érosion sur les caractéristiques de l’horizon superficiel (20 cm) de sol. L’analyse par régression multiple de l’effet de trois propriétés du sol sur les rendements du maïs indique que ces changements du sol par l’érosion ont eu un effet significatif sur les rendements en grain du maïs.

63Rdt maïs grain = 1,79 - 0,007 E + 0,7 Co + 0,7 Po + 0,002 r = 0,90

64Le rendement en mais grain diminue avec l’érosion cumulée (E), mais augmente avec le taux de carbone organique (Co) la porosité totale (Po en %) et la capacité d’infiltration (le en cm/heure).

65La réduction de la productivité du sol par l’érosion pourrait donc être compensée essentiellement par un apport de MO et secondairement par des techniques culturales qui améliorent la porosité du sol, sa capacité d’infiltration et de stockage de l’eau du sol.

66Ayant obtenu des niveaux d’érosion variables sur ces parcelles, R. Lal a suivi pendant quatre saisons culturales le rendement en maïs grain soumis au même traitement cultural et à un niveau moyen de fertilisation (40 + 80 Ν + 26 Ρ + 30 K/ha).

67Comme prévu, l’érosion la plus faible a été observée sur les parcelles de 1 % de pente. Mais les meilleurs rendements ont été obtenus sur les parcelles de 5-10 et 15 % de pente !

68En moyenne, la production de maïs grain a diminué au rythme de 0,26-0,100,08-0,10 t/ha par mm de sol érodé pour des pentes de 1-5-10-15 % de pente. Le taux de réduction sur la pente de 1 % est donc 2 à 3 fois plus fort que sur les pentes fortes plus érodées. Cela pourrait s’expliquer par la battance des pluies qui favorise un encroûtement plus rapide sur pente faible (voir Roose 1973-1977).

69Il semble qu’au seuil de 4 mm d’érosion sélective (60 t) cumulée en six ans, le rendement en maïs diminue rapidement. Le taux de tolérance serait donc de l’ordre de 10 t/ha/an pour ce type de sol et de culture.

70Pour accélérer les expériences, R. Lal a décapé mécaniquement la surface de la parcelle de 1 % de pente jouxtant les parcelles d’érosion sélective. Le sol a été décapé de 0-10 et 20 cm et soumis à trois niveaux de fertilisation (N = 0-60-120 kg/ha et Ρ = 0-25 et 75 kg/ha) selon un dispositif en « split-plot ». Tous les traitements ont été répétés trois fois sur une terre cultivée sans travail du sol. Il est important de noter que l’effet positif de l’apport azoté ne s’est manifesté que sur les parcelles non décapées. L’érosion accélérée peut donc réduire la productivité des sols peu profonds de façon irréversible. Enfin, la réduction de production en grain et paille est plus forte pour le décapage des premiers centimètres de l’horizon superficiel.

71Si on compare les pertes de productivité par décapage artificiel (0,013 t/ha/mm érodé) et par érosion sélective naturelle (0,26 t/ha/mm), on observe ici aussi que les effets de l’érosion en nappe sélective naturelle sont 20 fois plus graves que le simple décapage mécanique car l’érosion en nappe évacue sélectivement les éléments les plus fertiles : les MO, les argiles et limons et les nutriments les plus solubles.

72Ces expériences de R. Lal sur un sol ferrallitique (alfisol) peu profond, de T. Rishirumuhirwa sur un sol ferrallitique acide et de Z. Boli sur un sol sableux ferrugineux, montrent bien à quel point l’érosion en nappe, peu apparente sur le terrain, peut avoir un impact grave à long terme sur la capacité de production des terres. Même si l’effet est modeste chaque année, cet effet dépressif s’accumule au cours du temps pour se manifester brutalement lorsque certaines propriétés du sol ont dépassé certains seuils de tolérance :

  • taux de matières organique (0,6 %) et d’argile (10 %) ;

  • stabilité structurale et de la capacité d’infiltration vu l’encroûtement rapide ;

  • la capacité de stockage de l’eau et des nutriments.

Encadré 3
La sélectivité de l’érosion en nappe et ses conséquences sur le long terme

L’érosion en nappe est dangereuse car :
– on la distingue mal car elle est du même ordre de grandeur que la respiration du sol ;
– elle réduit fortement la capacité d’infiltration des sols battants ;
– elle enlève sélectivement les particules légères (MO et argile) riches en nutriments ;
– elle accumule en surface les sables et cailloux stériles ;
– elle réduit progressivement la capacité de stockage de l’eau et des nutriments.
Deux raisons pour expliquer l’érosion sélective
– L’énergie du ruissellement en nappe sur les pentes douces est trop faible pour déplacer les particules grossières et les agrégats. En effet, la vitesse et la compétence du ruissellement restent faibles à cause de la rugosité de la surface du sol. Mais si le ruissellement s’accélère, apparaissent des rigoles et le décapage est total : l’érosion n’est plus sélective.
– La surface du sol est généralement plus riche en MO et nutriments, surtout sous forêt où la litière est abondante.
Quatre conséquences
– déséquilibre accéléré du bilan des nutriments ;
– perte des MO du sol (50 % en 4 à 10 ans) ;
– dégradation de la structure, de la macroporosité et de la capacité d’infiltration du sol ;
- squelettisation de l’horizon superficiel par accumulation de particules grossières.
Conclusion
L’érosion en nappe accélère la dégradation biologique, physique et chimique des horizons superficiels des sols cultivés.

73Un sol dégradé par l’érosion est un « sol fatigué » qui réagit peu aux apports d’engrais minéraux : c’est le cas des sols peu profonds.

74Au Maroc, une analyse socio-économique de la LAE dans le bassin du Loukos a été réalisée par un bureau d’étude marocain, Agroconcept. O. Alaoui (1992) en a relevé les principales conclusions économiques :

75L’attitude des paysans vis-à-vis de la DRS ne peut être prévue : elle dépend souvent des salaires attendus pour la réalisation des chantiers de LAE.

  • 1 I euro = environ 11 dirhams marocains (Dm) en 2009.

76Les pertes potentielles par érosion en équivalents fertilisants s’élèvent à 100 $ US en mai 1992. Le coût des pertes de rendement par érosion varie de 0 à 257 Dm1en 1990. Ces résultats confirment les perceptions paysannes sur les faibles coûts moyens de l’érosion par rapport au coût des autres facteurs de production. D’ailleurs, la valeur des terres varie peu en fonction des facteurs liés à l’érosion (pente, aménagement DRS), mais beaucoup plus en relation avec des facteurs de production tels que l’éloignement des pistes et du marché, le statut, les possibilités de mécanisation. De plus, les paysans ne considèrent que les phénomènes exceptionnels aléatoires et non la dégradation quotidienne par l’érosion en nappe.

77Cependant nous verrons au chapitre 8 qu’il est possible de restaurer la capacité de production d’un sol en respectant six règles de restauration rapide des sols.

78La restauration des sols est donc possible, mais elle a un coût : le travail du sol, l’apport organique, le complément de nutriments, la protection contre tout ruissellement agressif (voir le zaï, fig. 24).

Les nuisances en aval du ruissellement et de l’érosion

79L’érosion accélérée dans les champs peut avoir des conséquences très variables sur les rendements des cultures (effet négligeable à fort). Mais le coût des nuisances à l’aval des champs érodés, des ravines et des oueds est généralement bien plus élevé (Vogt, 1979) : les effets sont beaucoup plus spectaculaires et justifient des interventions coûteuses de l’État. Telle, la RTM et la DRS qui ont pour objectif la protection des terres mais surtout la prévention de l’envasement rapide des lacs, la destruction des ouvrages d’art, des routes et des villages de montagne. Même la CES qui officiellement vise la conservation de la productivité des terres tente en réalité également de protéger la qualité des eaux de surface, si utiles aux citadins.

80Les nuisances sont d’abord liées au ruissellement et à la baisse de la qualité des eaux des rivières due à la présence des suspensions et des nutriments (N + Ρ + Κ) : ceux-ci provoquent l’eutrophisation des étangs, leur envahissement par des algues qui vont asphyxier les poissons. Par ailleurs, en saison sèche, le faible débit d’étiage des rivières n’arrive plus à évacuer les polluants rejetés par les industries, les cultures et les élevages : d’où l’eutrophisation des oueds et la mort de nombreux poissons.

81Les nuisances proviennent aussi des coulées de boues déposées au bas des champs, dans les fossés, les routes et les maisons lors des forts orages. Plus tard, on retrouve des masses considérables de sédiments dans les lacs, les canaux, les oueds et les ports. Ces nuisances affectent la durée de vie des réservoirs qui varie considérablement en fonction de la taille du réservoir et de son environnement : de 2 à 50 ans pour les petits barrages collinaires, de 20 à > 200 ans pour les grands barrages (Albergel et al., 2008).

82Le coût de l’envasement d’un barrage produisant de l’électricité a été évalué au Maroc. Sur le bassin du Loukkos, les coûts et avantages liés au barrage se présentent sous la forme de deux courbes. La courbe des avantages croît avec le temps et avec l’extension des utilisations qui valorisent l’eau. La courbe des coûts décroît avec le passage des investissements de construction à ceux des entretiens.

83Deux simulations ont été faites de la gestion de la retenue du Loukkos :

  • la première au rythme d’envasement annuel enregistré pour la période 1979-1990, soit 35 millions de mètres cubes par an ;

  • la seconde avec une accélération de 50 % de l’envasement suite à l’extension des cultures.

84Le coût de l’envasement est alors calculé comme la différence des productions obtenues dans ces deux situations valorisées aux prix économiques.

85Tant que la demande agricole d’eau d’irrigation ne dépasse pas le seuil de 50 % de la retenue, la réduction de stockage d’eau par envasement du barrage se traduit par une fréquence accrue des déversements et une disponibilité plus grande des eaux qui dépassent la cote où le turbinage destiné à la production électrique est recommandé : c’est l’effet positif de l’envasement sur la production électrique (fig. 15). Mais avec la croissance de la demande agricole à l’horizon 2020, l’effet majeur de l’envasement se traduit par la réduction de la fourniture en eau pour l’irrigation.

86La courbe des coûts a été obtenue en valorisant la production énergétique et l’eau d’irrigation à leur coût d’opportunité (0,7 Dm/kwh) : le coût économique de la production énergétique de substitution et les valeurs de la production agricole perdue (0,4 Dm/m3).

87Si on ramène le coût de l’envasement au mètre cube de sédiments selon diverses hypothèses relatives au taux d’actualisation et au coût d’opportunité de l’eau, on obtient des indicateurs des coûts aval de l’érosion, utilisables dans la justification des investissements de conservation des sols.

88Si la valeur du mètre cube d’eau d’irrigation varie de 0,4 à 1 Dm/m3, le coût du mètre cube de sédiment varie de 0,03 à 0,28 Dm/m3.

89En résumé, cette simulation indique que, dans ce site, le choix de techniques mécaniques à effets immédiats (terrassements) n’est pas justifié par des raisons de lutte contre l’envasement, si elles sont plus coûteuses ou moins fiables à moyen terme que les techniques de conservation biologiques à effet décalé dans le temps comme la reforestation et les cultures couvrantes, les haies vives et la végétalisation des ravines et des berges.

(1) avant le remplissage de la tranche d’eau morte
(2) les déversements plus fréquents augmentent la production d’éléctricité par turbinages plus fréquents
(3) perte d’eau d’irrigation
Fig.15. Coût aval de l’augmentation du rythme d’envasement au barrage de Loukkos (d’après Alaoui, 1992).

Conséquences : la rationalité économique de la GCES

90Jusqu’ici, la lutte antiérosive était conçue comme un moyen de conserver la productivité des terres à long terme : il était donc difficile de justifier la rentabilité à court terme des projets de LAE. Face à l’immensité de la tâche de protection des sols, des sommes importantes ont été consacrées à des programmes de conservation des sols. Cependant, leur efficacité a été faible (Hudson, 1991) à cause du type d’approche mécanique utilisée et de méthodes peu appropriées aux conditions socio-économiques du milieu rural. Les sommes disponibles étant limitées, il faut maintenant rechercher les méthodes les moins chères et les plus durables.

91Or, il est possible de raisonner sur les choix des sites d’intervention en fonction des objectifs des projets de LAE. À la figure 16, apparaît une différence de réaction de deux types de sols face à l’érosion. Sur la courbe 1, on observe que la perte de productivité d’un lœss profond (d’un sol argileux ou d’un vertisol épais) reste faible, même si l’érosion est forte car le sol fertile est épais et sa capacité à stocker l’eau et les nutriments n’a guère diminué. Par contre, la courbe 3 montre la perte rapide de production d’un sol forestier (ex. sol fersiallitique) où la fertilité est concentrée en surface.

Fig. 16. Rationalité économique des stratégies de lutte antiérosive (d’après Roose, 1994).

92Les stratégies de DRS, CES ou RTM jusqu’ici appliquées par les forestiers et les aménagistes consistent à intervenir là où les transports solides sont les plus élevés : sur les pentes fortes, les ravines, les sols épuisés. Or on constate que l’impact de cette LAE conventionnelle est très faible sur la productivité des terres très dégradées (rendements différentiels dRt 1 et 2 sur la fig. 16) : d’où la réticence des paysans devant les aménagements en banquettes imposés, car elles n’améliorent guère la productivité du sol « aménagé » et imposent des restrictions au pâturage libre.

93Pour obtenir une forte amélioration de la productivité des terres (dRT3), ce n’est pas sur les terres épuisées qu’il faut investir, ni sur les sols riches et profonds (courbe 1) mais sur les sols dont la fertilité des horizons superficiels est encore satisfaisante : la courbe 3 est beaucoup plus raide en cas de faible érosion que lorsque les sols sont déjà trop dégradés. Ainsi, sur les essais de T. Rishirumuhirwa au Burundi, les apports de fumier et nutriments sont beaucoup plus efficaces sur les parcelles protégées par un paillage (non érodées) que sur la parcelle nue dégradée.

94L’approche « Mieux vaut prévoir que guérir », préconisée par la GCES, vise l’amélioration des systèmes de production pour un meilleur stockage des eaux pluviales dans le sol, une plus forte production de biomasse, une meilleure couverture du sol et, par conséquent, beaucoup moins d’érosion.

95Cependant, pour des raisons sociales, on ne peut abandonner les terres dégradées peu rentables et les paysans pauvres qui y vivent : cela accélérerait l’émigration et les problèmes trop connus de déracinement des sociétés rurales et de dégradation généralisée de versants entiers. Il existe des régions de plus en plus nombreuses où toutes les terres cultivables disponibles sont déjà occupées. Il ne reste que des terres fragiles ou déjà dégradées : les badlands, les ravines, les sols caillouteux, etc. En Inde, certains projets distribuent ces terres ingrates aux « sans terre » afin qu’ils aménagent en jardins les ravines avec l’aide des ONG. Au Burkina Faso, les « zipellés », glacis désertifiés du plateau central, sont actuellement récupérés en un an grâce à la méthode traditionnelle du zaï qui exige beaucoup de travail, la maîtrise du ruissellement et des apports de fumier et de compléments minéraux (Roose et al., 1993).

96Au Maroc, nous avons observé une trentaine d’aménagements de GCES traditionnels, plus ou moins fonctionnels ou restaurés par les paysans. Nous avons donc eu l’idée de proposer des aménagements que connaissent les sociétés rurales en fonction des zones agro-écologiques des montagnes du Maroc et d’améliorer leur valorisation par l’introduction de techniques modernes : fertilisation organique et minérale raisonnée en fonction des besoins des cultures, quantité et fréquence convenables de l’irrigation, choix de systèmes de cultures bien payées, simplification des systèmes de CES, valorisation directe des produits par les paysans.

97Ces différents types d’aménagement sont décrits dans les parties 2 et 3 de cet ouvrage.

Notes

1 I euro = environ 11 dirhams marocains (Dm) en 2009.

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search