Version classiqueVersion mobile

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 6. Une forêt très politique

26. L’échec emblématique des politiques forestières au Laos

Bernard Moizo

Texte intégral

Trafic de bois d’œuvre, souches de bois de rose provenant de forêts protégées (frontière Laos/Vietnam, au nord de Thakek).

© IRD/B. Moizo

1Cinq États de l’Asie du Sud-Est continentale (Vietnam, Laos, Cambodge, Thaïlande et la Chine par sa province du Yunnan) partagent une écorégion montagneuse et forestière qui, à la suite d’une conjonction de plusieurs facteurs, subit des pressions anthropiques de plus en plus fortes. Parmi ceux-ci : les changements démographiques, les politiques de développement favorisant les plaines, les nouvelles politiques environnementales et foncières, les déplacements de populations, l’expansion des infrastructures régionales et la demande croissante en produits forestiers, qui entraînent une exploitation illégale et des trafics en tous genres (encadré 1).

2Les politiques mises en place pour sauvegarder la biodiversité, protéger les forêts ou les reboiser ont toutes échoué. Cela a eu pour conséquence de réduire considérablement, à l’échelle régionale, les ressources générées par des écosystèmes forestiers encore intacts.

Des populations forestières paupérisées

3Ces facteurs combinés ont accru la marginalisation et la paupérisation des populations forestières de montagne dans l’ensemble de la région. D’une part, parce que les efforts de préservation de la biodiversité n’ont pas pu compenser les pressions croissantes sur les ressources forestières. De l’autre, en raison de la sous-estimation ou de l’absence de prise en compte du potentiel adaptatif et résilient de certains savoirs locaux dans la plupart de ces pays.

4Les régions forestières d’Asie du Sud-Est sont intégrées à l’économie de marché et aux réseaux commerciaux de plus en plus complexes et vastes de la mondialisation. Le désenclavement de certaines zones forestières grâce à la construction de routes et l’amélioration des infrastructures (écoles, dispensaires, administration locale) ont facilité l’émergence d’opportunités dans différents secteurs (commerce, transports, exploitation forestière), alors que l’érosion de la biodiversité, l’accroissement des pressions foncières et la baisse de la rentabilité des activités agricoles poussent les paysans à s’orienter vers des alternatives plus rémunératrices, voire à migrer. La spirale de la pauvreté induit des ajustements constants des politiques destinées à la réduire mais, le plus souvent, ces politiques échouent ou sont abandonnées avant même les premiers résultats (Vandergeest, 2003).

5Au Laos, petit pays enclavé d’Asie du Sud-Est au relief accidenté, la forêt ne couvre plus aujourd’hui qu’environ 36 % du territoire national – alors qu’il y a quinze ans elle s’étendait sur près de 45 % du pays – en dépit des nouvelles lois foncières et forestières, de l’aide internationale et de la politique de déplacement des populations forestières montagnardes. La déforestation continue, voire s’amplifie. Cependant, comme le fait justement remarquer une étude financée par le Pnud (Freeman et Thin Maung Than, 2003), la République Démocratique Populaire du Laos reste l’un des pays d’Asie dotés de la plus importante couverture forestière en termes de pourcentage national et l’un des plus riches de la région en termes de biodiversité. Les programmes destinés à réduire la déforestation sont combinés avec des projets d’attribution de terres ou de titres fonciers. Ils ne doivent pas être appréhendés isolément, ils s’inscrivent dans un vaste projet visant à consolider le contrôle de l’État sur les terres et convaincre les paysans d’abandonner l’agriculture itinérante et de subsistance. Ce projet entraîne des déplacements de population, non seulement dans le cadre de la politique d’affectation des terres, mais il réorganise aussi l’accès à la terre et le contrôle de l’espace forestier. À partir de l’exemple laotien, particulièrement représentatif et emblématique, nous illustrerons la dynamique à l’échelle régionale.

Village montagnard mixte, déplacé en bord de route et le long d’une rivière (Nam Hou) dans le Nord-Laos.
La situation des villageois est instable et fragile, l’accès à la forêt et au terroir agraire est impossible, et il y a une menace de mise en eau d’un barrage sur cette rivière.

© IRD/B. Moizo

Des sociétés montagnardes majoritaires pratiquant l’agriculture sur brûlis

6Au Laos perdure une bonne régulation de l’accès au foncier ; elle est associée à un système d’agriculture sur brûlis, viable quand il est pratiqué dans des conditions optimales et par des groupes ethniques soucieux de préserver leurs ressources. Mais, pour répondre aux changements en cours dans le pays (pression foncière croissante et transformations des pratiques agraires), l’État a mis en place de nouvelles législations. Celles-ci sont censées améliorer la situation des paysans montagnards et protéger la forêt. Malheureusement, leurs effets sont souvent à l’inverse des objectifs recherchés.

Des systèmes culturaux complexes qui préservent la forêt

7Les ethnies montagnardes, majoritaires au Laos, pratiquent l’agriculture sur brûlis dans des forêts secondaires, avec des cycles de jachères de 6 à 12 ans. Ce système agrosylvo-pastoral est complexe, il s’accompagne de croyances et d’interdits associés à une gestion collective des ressources du territoire qui permet, notamment, de préserver les zones de forêt dense. Si le riz reste la production principale – la base de l’autosubsistance alimentaire –, les produits forestiers, la pêche et la chasse procurent des compléments financiers et alimentaires. L’exploitation du milieu forestier, secondaire pendant une grande partie de l’année, devient vitale en période de soudure. De surcroît, des espèces spontanées (mûrier à papier) ou plantées, à forte valeur ajoutée (cardamome), sont cultivées ou domestiquées dans les parcelles en association avec le riz et entretenues sur les jachères anciennes.

Des socio-écosystèmes non reconnus et sous-estimés par les politiques nationales

8Une complémentarité entre les différents groupes ethniques assure la bonne gestion des ressources au sein d’une sous-région donnée. Ce système est viable sur le long terme s’il est régulé par de longues périodes de jachère associées à une rotation des espaces agraires : cela a été abondamment décrit pour les Karen en Thaïlande, et se retrouve au Laos chez les Khmu ; par contre, l’agriculture sur brûlis pionnière telle qu’elle est pratiquée par les Hmong dégrade la forêt et ne s’inscrit pas dans la durée. Mais au Laos, tout comme en Thaïlande, au Vietnam et au Cambodge, les différents systèmes agraires forestiers ont tous été amalgamés avec celui des Hmong. Ils sont de ce fait devenus la cible de tous les programmes de développement agraire dans les années 1980 et des programmes de conservation du milieu forestier depuis les années 1990 - 2000.

Battage du paddy après les moissons dans des rizières en bordure de forêt (Nord-Laos).
Le chaume servira de complément alimentaire aux bovins, et la parcelle en jachère sera cultivée en plantes médicinales, condiments ou variétés destinées à enrichir ou préserver les sols. Les nouvelles lois foncières et forestières menacent directement la survie de ce système agraire.

©IRD/B. Moizo

  • 1 Voir notamment les enquêtes de Global Witness :
    https://www.globalwitness.org/fr/countries/laos/

Encadré 1
50 ans de développement et de dépeuplement des marges montagneuses au Laos
Olivier Evrard
Partout en Asie du Sud-Est, une distinction majeure est faite entre les sociétés des plaines – dont sont issues les grandes civilisations régionales – et celles des montagnes, minoritaires et transnationales, qui s’en différencient, outre leurs langues, par leurs systèmes agro-écologiques largement basés sur l’essartage, par leurs formes d’organisation sociale et politique, et souvent aussi par leurs pratiques religieuses.
Les populations montagnardes sont longtemps restées largement autonomes, mais au cours des 50 dernières années elles ont expérimenté deux types d’influences nouvelles : l’encadrement plus strict des zones périphériques par les États d’une part (déplacements autoritaires, scolarisation, conscription militaire, réglementation de l’accès aux ressources forestières notamment) ; la réouverture des frontières (variable selon les pays et les périodes) et l’accélération des flux humains (migrations de travail et de loisir) et matériels d’autre part. Pour des raisons à la fois géographiques et historiques, ce processus a démarré plus tardivement au Laos que dans les pays voisins et il ne s’est véritablement accéléré qu’au début des années 1990. Considérés comme des « zones tampons » à défendre durant la période de la guerre froide, les territoires montagneux y sont depuis devenus successivement des « frontières » à conquérir et à développer au nom de l’édification nationale, puis des « corridors » à ouvrir et connecter avec les pays voisins dans le cadre de l’intégration régionale au sein de l’ASEAN (Association des Nations de l’Asie du Sud-Est).
Des déplacements de population à grande échelle (années 1990)
Durant la première phase (années 1990), les autorités lao ont rassemblé les populations montagnardes dans les plaines ou sur les piémonts, dépeuplant une grande partie de leurs territoires d’origine. L’utilisation de déplacements de population à des fins de colonisation agricole ou de construction d’infrastructures est une constante dans la plupart des États asiatiques. Au Laos, ces déplacements ont été menés à grande échelle (un quart de la population du pays selon les plans annoncés en 1991) au nom de la lutte contre l’agriculture sur brûlis et de l’intégration économique et culturelle des populations minoritaires. La réforme foncière mise en œuvre à partir de 1997 a introduit progressivement la propriété privée de la terre et restreint l’espace agricole disponible pour les villageois, afin de les forcer à intensifier l’usage des terres : elle a été conçue comme l’étape ultime d’une politique de déterritorialisation (Goudineau, 2000) et comme un outil devant faciliter une reterritorialisation standardisée des populations montagnardes. Pour autant, l’État n’a pas été en mesure d’encadrer complètement les dynamiques migratoires qu’il avait initiées, lesquelles ont parfois provoqué localement un accroissement et une diversification des mobilités et des tensions interethniques autour de l’accès à la terre. Dans ce contexte, certains volets de la réforme foncière, par exemple la distribution dans les zones rurales de titres temporaires d’usage, censés fixer les agriculteurs sur leurs nouvelles terres et permettre l’introduction progressive de la propriété privée, sont devenus très difficiles à mettre en œuvre (Evrard, 2006 ; Bouté et Pholsena, 2017).
De grands projets d’infrastructures (années 2000)
Au dépeuplement des régions montagneuses a succédé, depuis le début des années 2000, leur utilisation pour la mise en œuvre de grands projets d’infrastructures (Bouté et Pholsena, 2017). Contrairement aux années 1990, où ces projets étaient portés par les institutions de l’aide internationale (Banque mondiale, Banque asiatique du développement notamment), la logique actuelle privilégie les partenariats public/privé et les investisseurs régionaux, notamment thaïlandais et vietnamiens, mais aussi chinois (et malais dans les régions méridionales). Ces investissements s’articulent autour de deux grandes priorités : les transports (« corridors de développement ») et les ressources naturelles (plantations, mines, barrages). De très nombreuses routes ont été construites ou améliorées au cours de la dernière décennie et de nouveaux points de passage de frontière ont été ouverts, tant avec la Thaïlande (quatre ponts sur le Mékong construits, un cinquième en construction) qu’avec le Vietnam. Les financements vietnamiens ont fait l’objet d’accords incluant des concessions de 30 à 50 ans à proximité des nouveaux axes, l’accès à des mines (or, étain) ou encore une position privilégiée pour l’obtention de contrats de construction de barrages. Le même phénomène s’observe avec les investissements chinois au nord du pays qui incluent, outre de très nombreux barrages (plus de 70 à divers stades de réalisation mais des compagnies thaïlandaises, vietnamiennes et coréennes sont également impliquées), des casinos, des centres touristiques et un projet de construction de train à grande vitesse reliant le Yunnan à la capitale, Vientiane, qui doit à terme se connecter à un projet similaire actuellement en préparation du côté thaïlandais.
Un capitalisme des marges peu contrôlé
Au-delà de l’irruption de nouveaux acteurs, la relance de ces grands1 aménagements dans le pays, un temps suspendus par la crise asiatique, constitue l’ultime étape du processus de colonisation intérieure des marges montagneuses et de regroupement des populations entamé dans les années 1960. La mise en place d’un capitalisme des marges, ou d’une « économie relationnelle des zones frontières » (Barney, 2009), renvoie par certains de ses aspects à ce que David Harvey a nommé « l’accumulation par dépossession » (Harvey, 2003). Paradoxalement, il n’est pas certain qu’elle facilite le contrôle du territoire, ou sa « lisibilité » (Scott, 1998) : elle génère aussi de nombreux problèmes sociaux (expropriations, accroissement des inégalités) et environnementaux (pollutions, déforestation) qui ont fait l’objet de plusieurs rapports critiques 1 et qui ont entraîné de sérieuses tensions intérieures au début des années 2010. Par ailleurs, elle conduit aussi dans une certaine mesure à un affaiblissement de l’État dans ces zones frontières au profit de multiples acteurs, dont des responsables politiques locaux, des représentants de compagnies privées et de petits entrepreneurs transfrontaliers, ce qui constitue aujourd’hui des motifs d’inquiétude pour les responsables lao. En attestent leurs annonces répétées (en 2007, en 2012, en 2014) de l’arrêt de l’attribution des concessions agricoles et minières dans le pays. En témoigne également la tragédie récente, en juillet 2018, de l’inondation meurtrière dans la province d’Attapeu, au sud du pays, à la suite de l’effondrement d’un barrage en construction avec des financements thaïlandais et coréens.

Malgré le développement de la riziculture inondée dans les vallées, les villageois continuent de dépendre du brûlis pour leur subsistance (province de Luangnamtha, Laos).

© IRD/O. Evrard

Site de construction du barrage de Namtha 1.
Plus de 100 000 personnes ont été déplacées dans le cadre de sa mise en service en 2018.

© IRD/O. Evrard

Village kantou déplacé dans le sud du Laos.
Engins de chantier, exploitation minière et déforestation constituent désormais le quotidien des villageois.

© IRD/O. Evrard

Une loi foncière source de conflits et incomprise des populations

9La loi foncière de 1996 (mise en place en 1997), associée à un zonage forestier au niveau national, était destinée à établir une base légale pour un programme ambitieux d’allocation des terres. Les objectifs initiaux étaient de trois ordres : promouvoir la gestion durable des ressources naturelles pour préserver la biodiversité ; encourager la diminution progressive de l’agriculture sur brûlis pour protéger les forêts ; favoriser les cultures commerciales afin de réduire la pauvreté.

10Le programme ambitionnait aussi de lutter contre l’exploitation illégale des forêts et la déforestation via un processus participatif donnant aux villages les moyens d’en contrôler l’accès. Au départ, il s’agissait d’une « bonne » initiative gouvernementale, mais sa mise en œuvre et ses impacts ont été mal contrôlés. Par exemple, dans la province de Luang Phrabang (nord du Laos), les objectifs visaient plus particulièrement à réduire l’agriculture sur brûlis, restaurer et protéger les forêts des bassins-versants, conserver la biodiversité, délimiter les zones dévolues à la forêt et celles allouées à l’agriculture. Mais l’un des principaux problèmes, à la suite de la mise en place de la gestion communautaire, fut la limite, tracée arbitrairement, entre les forêts villageoises pouvant être utilisées et celles devant être protégées et donc interdites d’accès. Non seulement les communautés se sont senties exclues du processus, mais elles ne pouvaient plus accéder à des espaces forestiers où par le passé elles pratiquaient certaines activités (chasse, collecte, cueillette).

Carte de zonage du territoire villageois (Nord-Laos).
À la suite des nouvelles lois forestière et d’allocation foncière, chaque village est tenu, après le zonage effectué par les autorités, d’afficher la délimitation fixée des zones agraires et celle des catégories de forêts avec leurs droits d’accès et d’usages assignés.

© IRD/B. Moizo

11Les politiques forestières et d’allocation des terres traduisent la volonté des États d’asseoir leur contrôle sur l’ensemble du territoire national : c’est avant tout un processus politique de territorialisation. C’est exactement comme cela qu’elles furent perçues localement. Dans de nombreux villages, les agriculteurs hésitèrent ou refusèrent de participer aux opérations de cadastrage, par peur de l’impôt, de l’ingérence de l’État ou parce que leur situation foncière était illégale ou non reconnue par les nouvelles normes.

12Au Laos, comme dans beaucoup de pays d’Asie du Sud-Est, les agences gouvernementales sont de plus en plus engagées dans la délimitation des frontières territoriales, dans la régulation de l’accès à certaines ressources et dans la classification des forêts. Cette dernière se fait, selon les usages, en fonction de différents critères : c’est ce que l’on appelle la « territorialisation » des ressources naturelles. Cette ingérence étatique au niveau local révèle une volonté de revendication nationale sur les territoires villageois. Cette appropriation va à l’encontre des différents systèmes locaux, qui incluaient une notion de propriété collective sur certains espaces, notamment la forêt.

13Cette classification arbitraire organise ainsi les espaces forestiers selon des critères définis de l’extérieur et fixe les limites, auparavant flexibles, des terroirs villageois. Que les populations aient refusé d’adhérer à ces nouvelles représentations élaborées à partir de normes et des valeurs étrangères n’a donc rien de surprenant.

14Pour les populations locales, la forêt est la partie du territoire non appropriable, elle appartient au monde sauvage et se situe hors de l’espace villageois. Sa gestion est concertée et collective, et les ressources sont accessibles pour plusieurs villages riverains. Pour l’État, au contraire, la forêt est un espace qu’il faut contrôler et préserver, il faut donc en exclure les sociétés montagnardes. C’est un objet d’action politique.

Une classification des forêts déconnectée des systèmes et usages villageois

15Avant la loi de 1996, la forêt était réservée à des usages bien définis : une réserve de terres cultivables, un lieu de chasse et de collecte, ou encore un espace cérémoniel et sacré. Les esprits tutélaires du territoire et du village y étaient souvent localisés. De ce fait, on y trouvait des autels ou des sites cérémoniels, qui étaient utilisés lors de la commémoration annuelle du pacte de la fondation du village entre les divinités du territoire et les humains. À présent la forêt est dissociée du reste du système villageois montagnard, une dichotomie scinde le territoire en deux catégories distinctes et mutuellement exclusives : la forêt et les zones agraires.

16La nouvelle loi distingue cinq catégories de forêts, elle ne reflète plus les usages et les perceptions paysannes, mais le besoin étatique d’en contrôler l’accès.

17Les forêts des villages se trouvent désormais classées en cinq catégories, conformément à l’article de la loi forestière de 1996 (Aubertin, 2003 : 44) :

  1. les forêts de conservation (paa sangouan) visent à protéger les sources et à lutter contre l’érosion. Il s’agit de garantir la protection du territoire et de ses ressources. La première interdiction (art. 41) est d’y cultiver du riz pluvial ;

  2. les forêts de protection (paa ponkan) visent à préserver la flore, la faune, le patrimoine, à satisfaire aux besoins du tourisme et de la recherche scientifique. Elles abritent la biodiversité (art. 42). Elles correspondent à la vision écologique internationale ;

  3. les forêts de production (paa [tamkane] palit) sont vouées au développement durable des villages. On peut en tirer des matériaux de construction et y prélever des produits forestiers en fonction de quotas attribués aux villages ;

  4. les forêts réhabilitées (paa funefou) sont appelées à redevenir des forêts naturellement ou par plantation ;

  5. les forêts dégradées (paa sousome, paa somsaï) où les terres défoliées sont utilisables pour l’agriculture, y compris l’agriculture itinérante sur brûlis, l’élevage ou les plantations forestières.

18Pour les populations montagnardes, il n’existe qu’une seule catégorie de forêt interdite : la forêt sacrée. Il vient d’être exposé que le reste des terres sous forêt est intégré dans l’ensemble du territoire villageois. Dans le nord et l’ouest du pays, après la mise en place du zonage forestier, les autorités locales et les différents chefs de village décrivaient une situation complexe, où les villageois distinguaient trois catégories de forêts : la forêt de production (la seule dans laquelle l’agriculture sur brûlis était autorisée), la forêt d’utilisation (qui constituait une réserve de bois de construction) et enfin une forêt protégée, souvent confondue avec la forêt interdite ou sacrée.

19Ces populations avaient donc intégré le zonage forestier imposé par l’État, mais en réduisant le nombre de catégories et en les adaptant à leurs propres usages.

20Du fait que ce zonage étatique ignore les modes de gestion commune à plusieurs villages, les zones de forêts ou de pâturages situées entre deux territoires villageois sont devenues des zones d’enjeux forts pour l’accès aux ressources, voire de conflits.

Un échec politique et environnemental

21À la suite de la loi forestière, chaque type de forêt est désormais associé à un type d’interdiction plutôt qu’à un ou des usages comme c’était le cas par le passé. L’ancienne forêt villageoise, autrefois espace à part entière de multiples activités agroforestières, n’existe pratiquement plus. Cela n’est pas sans conséquences sur la gestion locale des produits forestiers, et les pratiques illégales sont en nette progression. La forêt interdite est devenue la « forêt de l’État », incontrôlée et sans maître, où la coupe de bois, les prélèvements divers et l’agriculture sur brûlis sont pratiqués de façon anarchique soit par les habitants du village, soit par des « gens de l’extérieur ».

Rizière de bas-fond dans une zone de recru forestier (Nord-Laos).
La forêt sert de complément au système alimentaire : produits non ligneux, chasse, pêche, réserve de bois de chauffe et de construction… Du fait de la nouvelle classification des forêts, le système autrefois pérenne est à présent caduc.

© IRD/B. Moizo

22Les conflits entre le foncier traditionnel et la loi foncière gouvernementale sont nombreux : l’accès aux jardins à rotin localisés dans des zones de forêt de conservation ou de protection et leur exploitation sont devenus impossibles ; la cardamome, qui se récolte sur les anciennes jachères (vieilles de plus de sept ans), ne peut plus être cultivée du fait de la nouvelle législation interdisant les jachères supérieures à trois ans. Cette réduction limite aussi considérablement les zones de pâturages qui, dans le système traditionnel, pouvaient s’étendre à tous les espaces en jachère pendant des durées variant de quatre à huit ans. Les objectifs initiaux de la loi, à savoir protéger la forêt, sont loin d’être atteints, et la forêt est de plus en plus menacée : les paysans défrichent illégalement pour compenser la baisse de production consécutive au raccourcissement imposé du cycle des jachères ; les locations ou les ventes de terres afin de disposer de liquidités pour répondre à l’augmentation de la pauvreté sont en accroissement constant ; l’exploitation illégale (ligneux, faune, flore) est aussi une alternative à la pénurie de terres pour la pratique de l’agriculture sur brûlis.

Exploitation illégale de mines d’or, dans des conditions précaires d’hygiène et de sécurité, en zone de forêt à proximité de la frontière avec le Vietnam.
Les nouvelles politiques forestières et foncières au Laos ont accru la pauvreté parmi les populations montagnardes, dont certaines n’ont eu d’autre choix que de s’engager dans des pratiques illicites impactant la biodiversité (braconnages, trafic de bois, faune, flore).

© IRD/B. Moizo

23Il est possible de voir cet échec politique et environnemental comme le résultat d’un conflit entre les représentations et les usages des différentes catégories d’acteurs agissant sur la forêt. Initialement, il s’agissait de reconnaître partiellement les droits des paysans et de sensibiliser les communautés à une meilleure gestion de la forêt. En réalité c’est plutôt l’inverse qui s’est produit : les montagnards sont pris dans une sorte de schizophrénie entre leurs perceptions et ce que la loi leur impose. Auparavant, ils n’avaient pas de titres fonciers, mais ils contrôlaient l’accès et la gestion des ressources foncières et forestières ; à présent, ils possèdent parfois des titres, mais ils n’ont plus le droit de gérer leur territoire et ses ressources comme ils le veulent.

24Ces restrictions sur l’accès aux forêts et aux terres cultivables œuvrent à l’encontre d’une mise en valeur des produits forestiers non ligneux ou issus des anciennes jachères, qui repose sur des techniques et des savoir-faire locaux élaborés, transmis et adaptés au sein de sociétés utilisant ces ressources quotidiennement. Le souci de l’État de préserver la forêt, de satisfaire aux injonctions de la Banque mondiale pour obtenir des financements internationaux et régler le « problème » des minorités a conduit le gouvernement à mettre en place des politiques reposant sur des représentations occidentales qui ignorent et condamnent les systèmes culturaux complexes des populations locales. Quelques ajustements ont été apportés à loi foncière de 1996 au début des années 2000, en raison des échecs constatés et de situations locales plus complexes que prévues (Ducourtieux et al., 2004 ; Evrard et Goudineau, 2004), mais celle-ci est toujours en vigueur. Elle a généré de nombreux déplacements forcés de populations et a été combinée avec un programme de construction de barrages hydroélectrique à l’échelle nationale, dont les effets ont été désastreux, tant pour les populations que pour l’environnement.

25Cette confrontation, qui n’est pas spécifique au Laos, entre représentations et usages de la forêt peut expliquer en grande partie l’échec des politiques environnementales dont l’objectif premier est de réduire la déforestation. Ce hiatus entre représentations de la forêt illustre clairement que les enjeux de la conservation se situent davantage au niveau des relations entre sociétés locales et représentation politique qu’à celui de l’« amélioration » des systèmes locaux d’exploitation des ressources.

Bibliographie

Références

Aubertin C., 2001 – Institutionalizing duality: lowlands and uplands in the Lao PDR. IIAS NewsLetter, 24 : 11-12

Aubertin C., 2003 – La forêt laotienne redessinée par les politiques environnementales. Bois et forêts des tropiques, 278 : 39-50.

Barney D., 2009 – Laos and the making of a relational resource frontier. The Geographical Journal, 175 (2): 146-159.

Bouté V., Pholsena V., 2017 – «Natural Resource Governance and Agrarian Change». In: Changing Lives in Laos, Singapour, NUS Press: 165-250.

Ducourtieux O., Laffort J. R., Sacklokham S., 2004 – La réforme foncière au Laos. Une politique hasardeuse pour les paysans. Revue Tiers Monde, 1 : 207-229.

Evrard O., 2006 – Chroniques des cendres. Anthropologie des sociétés khmou et relations interethniques du Nord-Laos. Paris, IRD Éditions, coll. À travers champs, 430 p.

Evrard O., Goudineau Y., 2004 – Planned resettlement, unexpected migrations and cultural trauma in Laos. Development and Change, 35 (5): 937-962.

Goudineau Y, 2000 – Ethnicité et déterritorialisation dans la péninsule indochinoise : considérations à partir du Laos. Autrepart, 14 : 17-31.

Harvey D., 2003 – The New Imperialism. Oxford, Oxford University Press.

Jouve E., 1999 – Les pratiques agro-forestières et l’accès aux ressources dans le district de Viengthong, province de Houaphan-RDP Lao : étude préliminaire pour le projet de formation et de recherche IRD/FAF.

Freeman N. J., Thin Maung Than, 2003 – Regional Outlook. Southeast Asia 2002-2003. Singapour, Institute of Southeast Asian Studies, 93 p.

Moizo B., 2004 – «Implementation of the land allocation policy in Lao PDR: origins, problems, adjustments and local alternatives». In Bouathon B., Victor M., Van Gansberghe D. (eds): Poverty Reduction and Shifting Cultivation Stabilization in the Uplands of Lao PDR: Technologies, approaches and methods for improving upland Livelihoods. Vientiane, NAFRI/Lao-Swedish Upland & Forestry Research Programme, series “Proceedings of Workshop & Seminars”: 103-116.

Schlemmer G., 1999 – Utilisation des produits de chasse et de cueillette dans le district de Viengthong, province de Houaphan : étude préliminaire.

Strigler F., 2012 – Rôle de la cueillette, la pêche et la chasse dans l’alimentation au Laos. Revue d’ethnoécologie, 2. [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 21 décembre 2012.

Vandergeest P., 2003 – Affectation des terres et déplacements de population induits par le développement au Laos. Revue internationale des sciences sociales, 1 (175) : 49-59.

Notes

1 Voir notamment les enquêtes de Global Witness :
https://www.globalwitness.org/fr/countries/laos/

Table des illustrations

Légende Trafic de bois d’œuvre, souches de bois de rose provenant de forêts protégées (frontière Laos/Vietnam, au nord de Thakek).
Crédits © IRD/B. Moizo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Village montagnard mixte, déplacé en bord de route et le long d’une rivière (Nam Hou) dans le Nord-Laos.La situation des villageois est instable et fragile, l’accès à la forêt et au terroir agraire est impossible, et il y a une menace de mise en eau d’un barrage sur cette rivière.
Crédits © IRD/B. Moizo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Battage du paddy après les moissons dans des rizières en bordure de forêt (Nord-Laos).Le chaume servira de complément alimentaire aux bovins, et la parcelle en jachère sera cultivée en plantes médicinales, condiments ou variétés destinées à enrichir ou préserver les sols. Les nouvelles lois foncières et forestières menacent directement la survie de ce système agraire.
Crédits ©IRD/B. Moizo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Malgré le développement de la riziculture inondée dans les vallées, les villageois continuent de dépendre du brûlis pour leur subsistance (province de Luangnamtha, Laos).
Crédits © IRD/O. Evrard
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Site de construction du barrage de Namtha 1.Plus de 100 000 personnes ont été déplacées dans le cadre de sa mise en service en 2018.
Crédits © IRD/O. Evrard
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Village kantou déplacé dans le sud du Laos.Engins de chantier, exploitation minière et déforestation constituent désormais le quotidien des villageois.
Crédits © IRD/O. Evrard
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Carte de zonage du territoire villageois (Nord-Laos).À la suite des nouvelles lois forestière et d’allocation foncière, chaque village est tenu, après le zonage effectué par les autorités, d’afficher la délimitation fixée des zones agraires et celle des catégories de forêts avec leurs droits d’accès et d’usages assignés.
Crédits © IRD/B. Moizo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32263/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Rizière de bas-fond dans une zone de recru forestier (Nord-Laos).La forêt sert de complément au système alimentaire : produits non ligneux, chasse, pêche, réserve de bois de chauffe et de construction… Du fait de la nouvelle classification des forêts, le système autrefois pérenne est à présent caduc.
Crédits © IRD/B. Moizo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32263/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Légende Exploitation illégale de mines d’or, dans des conditions précaires d’hygiène et de sécurité, en zone de forêt à proximité de la frontière avec le Vietnam.Les nouvelles politiques forestières et foncières au Laos ont accru la pauvreté parmi les populations montagnardes, dont certaines n’ont eu d’autre choix que de s’engager dans des pratiques illicites impactant la biodiversité (braconnages, trafic de bois, faune, flore).
Crédits © IRD/B. Moizo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32263/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

Auteur

© IRD Éditions, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search