Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 6. Une forêt très politique

24. La construction du lien entre savoirs locaux et diversité biologique

Florence Pinton et Valérie Boisvert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002F3000001AE32B0C7DA9FABBAE1.jpg

Préparatifs d’une exposition sur les Kayapó au Brésil dans le cadre du programme « Connaître et protéger les savoirs traditionnels agricoles amérindiens ». Les Kayapó ont participé à toutes les étapes de l’exposition.

© IRD/P. de robert

La diversité bioculturelle

À la faveur de l’essor du concept de développement durable, la notion de diversité culturelle a été redéfinie en lien étroit avec celle de diversité biologique. Les populations traditionnelles sont désormais présentées comme détentrices de savoirs favorables à la conservation, la question de leur survie culturelle devenant un enjeu pour le maintien de la biodiversité. Leur contribution à la gestion des ressources constitue de fait un trait majeur de la gouvernance actuelle de la biodiversité.

L’idée de diversité bioculturelle rend compte de ce lien. Elle résulte d’une co-construction discursive et politique située au carrefour d’intérêts et de représentations multiples (Foyer, 2010), dans laquelle le sous-continent latino-améri...

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.