Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 5. La déforestation : d’un constat global à la diversité des dynamiques locales

23. Forêts et invasions biologiques

Stéphanie M. Carrière

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002F4000001AB7CCD605FD4070E14.jpg

Paysage typique des Hautes Terres malgaches, où les eucalyptus plantés et dispersés naturellement se mêlent aux autres espèces introduites et parfois envahissantes telles que le lantana, l’acacia et le goyavier.

© IRD/S. Carrière

Les forêts tropicales humides regorgent d’espèces animales et végétales rares, emblématiques et endémiques, mais elles comptent, en leur sein sur des sites fréquentés par leurs habitants, mais aussi surtout sur leurs marges anthropisées, un grand nombre d’espèces introduites (parfois appelées « alien », de l’anglais « étranger »). Ce fait est généralement moins connu, même si les chercheurs y accordent une importance et une attention grandissantes.

Certaines de ces espèces ont été introduites volontairement pour les biens et les services qu’elles procurent aux populations humaines : dans l’alimentation (fruits, espèces cultivées…), pour l’ornement (lantana, flamboyant…), le boisement (pins, eucalyptus, acacia), la médecine et la pharmacopée (agave…). D’autres ...

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.