Version classiqueVersion mobile

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 5. La déforestation : d’un constat global à la diversité des dynamiques locales

23. Forêts et invasions biologiques

Stéphanie M. Carrière

Texte intégral

Paysage typique des Hautes Terres malgaches, où les eucalyptus plantés et dispersés naturellement se mêlent aux autres espèces introduites et parfois envahissantes telles que le lantana, l’acacia et le goyavier.

© IRD/S. Carrière

1Les forêts tropicales humides regorgent d’espèces animales et végétales rares, emblématiques et endémiques, mais elles comptent, en leur sein sur des sites fréquentés par leurs habitants, mais aussi surtout sur leurs marges anthropisées, un grand nombre d’espèces introduites (parfois appelées « alien », de l’anglais « étranger »). Ce fait est généralement moins connu, même si les chercheurs y accordent une importance et une attention grandissantes.

2Certaines de ces espèces ont été introduites volontairement pour les biens et les services qu’elles procurent aux populations humaines : dans l’alimentation (fruits, espèces cultivées…), pour l’ornement (lantana, flamboyant…), le boisement (pins, eucalyptus, acacia), la médecine et la pharmacopée (agave…). D’autres espèces se sont propagées de manière fortuite, à travers les diverses mobilités liées aux activités humaines (transport d’aliments par avion et par bateau). Certaines d’entre elles sont devenues invasives (jacinthe d’eau), et l’exemple le plus emblématique appartient au règne animal, c’est celui du rat.

  • 1 Les plantes rudérales sont des plantes qui poussent spontanément dans les friches, les décombres, l (...)

3Ces espèces introduites ont la capacité – plus particulièrement sur les îles – d’occuper les niches écologiques vacantes ou celles d’espèces moins compétitives, dont elles peuvent finir par prendre la place. Parfois très communes comme le rat ou les plantes rudérales1, elles peuvent aussi passer inaperçues. Pourtant, elles modifient le fonctionnement des écosystèmes, en entrant en compétition avec les espèces locales et en assurant des fonctions écologiques qui étaient absentes ou moins importantes avant leur arrivée (prédation de graines, de fleurs, d’espèces qui assurent des fonctions écologiques clés, voire transmission de maladies).

Fruits de Psidium cattleïanum (Myrtacées), espèce plus connue sous le nom de goyave de Chine et classée comme hautement invasive, collectés par une villageoise dans les zones de bordures forestières à Madagascar.

© IRD/S. Carrière

4Pour ce qui est des espèces végétales, une invasion aura le plus souvent lieu à la faveur d’une perturbation de l’écosystème forestier telle qu’une ouverture dans la forêt pour cultiver ou un feu. À la suite de cette perturbation, l’espèce invasive, dotée d’une stratégie de reproduction et de multiplication très efficace, prend la place des espèces pionnières locales, c’est-à-dire celles qui s’installent habituellement après une perturbation. Une fois cette nouvelle espèce installée, le retour à une végétation native peut être très lent (ou, plus rarement, impossible).

L’exemple des Hautes Terres de Madagascar

5Alors qu’aujourd’hui les biologistes accordent une valeur positive aux espèces natives, et une valeur plutôt négative aux espèces introduites (qui ne sont pas toujours envahissantes), les populations rurales qui vivent dans les forêts tropicales ont su tirer parti de ces espèces introduites pour leurs qualités et parfois même pour leur caractère invasif : c’est le cas sur les Hautes Terres à Madagascar.

6Dans les paysages betsileo, qui associent rizières et cultures vivrières à proximité du corridor forestier qui borde les Hautes Terres à l’est, il existe de nombreuses zones où se concentrent des espèces introduites : plantations villageoises d’eucalyptus, plantations de pins et zones reliques d’anciennes plantations d’acacias à tannins. Ces espèces ont été introduites par l’administration coloniale pour le reboisement de la région (cas du pin), ou pour alimenter les locomotives du chemin de fer plus au nord dans le pays (cas de l’eucalyptus). Elles se sont rapidement répandues sur l’ensemble des Hautes Terres à la faveur d’une dispersion naturelle, mais surtout en raison d’un fort engouement des populations, qui ont su très vite en tirer parti. En effet, ces espèces leur fournissent du bois d’œuvre et de chauffage, du charbon de bois pour la vente ou la consommation domestique, et sont la source d’une production de miel très recherché. Ces arbres, isolés ou en bosquets, permettent également de marquer le territoire, de se l’approprier (de façon individuelle ou collective), mais aussi de fournir de l’ombrage aux cultures auxquelles ils sont associés (exemple de l’acacia associé au manioc).

7D’autres espèces ont été introduites pour leurs fruits : certaines (orangers, néfliers, bananiers, avocatiers, citronniers, papayers…) restent cantonnées dans des vergers ou de petites agroforêts autour des maisons ou des villages ; d’autres se sont répandues hors des vergers, comme le très invasif goyavier de Chine (Psidium cattleïanum, Myrtaceae), originaire d’Amérique tropicale. Introduite pour ses fruits au début du xxe siècle par les chercheurs d’or ou par les agents chargés de la construction de la voie de chemin de fer en région betsileo, cette espèce s’est installée durablement au sein de la forêt à proximité des mines abandonnées, le long des voies ferrées et aux abords des villages, grâce à son mode de dispersion très efficace. Les humains mais aussi les zébus ainsi qu’un grand nombre d’animaux frugivores (lémuriens, oiseaux, potamochères, rongeurs, chauves-souris et oiseaux) consomment de grandes quantités de cette petite goyave à goût de fraise et contribuent à sa dispersion. Aujourd’hui, les populations betsileo et tanala qui vivent à proximité de la forêt l’utilisent très fréquemment. Elles ont rapidement perçu tous les bénéfices que cette espèce « étrangère » pouvait leur apporter. Le goyavier de Chine est en effet réputé de par le monde pour les qualités gustatives et nutritionnelles (richesse en vitamine C) de ses fruits – dont on peut également faire des confitures –, pour ses propriétés antidiarrhéiques (racines et feuilles), pour la qualité de son bois, qui peut à la fois servir de bois de chauffage et de bois de construction (outils agricoles, clôtures et haies). Cet arbuste, assez abondant autour des villages et des maisons, et bien qu’envahissant dans certaines parties de la forêt, procure ainsi de nombreux services aux populations. Les paysans se sont même organisés pour collecter le fruit, le transporter puis le vendre, frais ou transformé (vin, confitures), sur les marchés alentours et même jusque dans le chef-lieu de région, Fianarantsoa, où il se vend à très bon prix.

Le dilemme à propos des espèces introduites

8Pour l’ethnobotaniste, le dilemme posé par ces espèces tient à la contradiction entre leurs effets potentiels sur l’environnement (invasion) et les bénéfices qu’elles procurent aux populations forestières. Ces bénéfices sont d’autant plus importants que, depuis quelques décennies, les populations se voient confisquer leurs ressources forestières au nom de la conservation de la biodiversité. Les savoirs et les usages élaborés autour de ces espèces invasives par les populations ne devraient-ils pas être pris en compte pour aider les scientifiques à évaluer les compromis entre gain économique, social et culturel, d’une part, et perturbations écologiques, d’autre part ? En effet, l’exploitation de ces espèces (envahissantes et donc par définition très abondantes dans les paysages ruraux) pourrait contribuer au bien-être, voire au développement économique, des populations qui les utilisent tout en luttant efficacement contre l’invasion : par exemple, à travers une collecte massive et systématique des fruits, qui limiterait la dispersion naturelle des graines et donc de l’espèce, ou encore en exploitant les terres envahies, particulièrement fertiles, à des fins agricoles. De plus, la gestion locale de certaines de ces ressources « exotiques » peut également contribuer à réduire la déforestation dans d’autres parties du paysage : depuis l’introduction de l’eucalyptus dans la région, la majorité des maisons sont construites avec cette essence, et on ne prélève presque plus de bois d’œuvre dans la forêt naturelle.

Les eucalyptus plantés se dispersent naturellement, ce qui permet aux villageois malgaches de pouvoir les utiliser pour la fabrication de planches destinées à la construction des maisons et la vente.

© IRD/S. Carrière

Paysage cultivé de Madagascar : rizières irriguées et eucalyptus plantés et dispersés en arrière-plan.

© IRD/J.-Y. Meunier

9Les usages et les savoirs associés aux espèces introduites sont nombreux, et les populations betsileo ne peuvent désormais plus compter sans ces espèces dans leur vie quotidienne. Il importe donc de considérer ces espèces exotiques (y compris les espèces envahissantes) avec un regard nouveau qui prenne en compte les préoccupations écologiques (le risque invasif aussi bien que le rôle potentiel de ces espèces pour la restauration des écosystèmes) mais aussi sociales, afin de combiner gestion des écosystèmes, exploitation intelligente et conservation.

Bibliographie

Références

Carrière S. M., Randriambanona H., 2007 – Biodiversité introduite et autochtone : antagonisme ou complémentarité ? Le cas de l’eucalyptus à Madagascar. Bois et Forêts des Tropiques, 292 (2) : 5-21.

Carrière S. M., Randriambanona H., Randrianasolo E., 2007 – « Valorisation et contrôle des plantes introduites ». In Serpantié G., Rasolofoharinoro, Carrière S. M. (éd.) : Transitions agraires, dynamiques écologiques et conservation. Le « corridor » Ranomafana-Andringitra, Madagascar. Actes du séminaire Gerem (Gestion des espaces ruraux et environnement à Madagascar), IRD/CITE, Paris, Antananarivo : 171-180.

Carrière S. M., Hennenfent J., Randrianasolo E., 2008 – Aires protégées et lutte contre les bio-invasions : des objectifs antagonistes, le cas de Psidium cattleianum Sabine (Myrtaceae) à Madagascar. VertigO, 8 (1) : 1-14.

GérardA., Ganzhorn J. U., KullC. A., Carrière S. M., 2015 – Possible roles of introduced plants for native vertebrate conservation: the case of Madagascar. Restoration Ecology, n/a-n/a 23 (6): 768-775.

Kull C. A., Tassin J., Moreau S., Rakoto H.,, Blanc-Pamard C., Carrière S. M., 2011 – The introduced flora of Madagascar. Biological Invasions, 14 (4): 875-878.

Kull C. A., Carrière S. M., Moreau S., Rakoto Ramiarantsoa H., Blanc-Pamard C., Tassin J., 2013 – Melting Pots of Biodiversity : Tropical Smallholder Farm Landscapes as Guarantors of Sustainability Environment. Science and Policy for Sustainable Development, 55 (2): 6-16.

Kull C., Tassin J., Carrière S. M., 2014 – Approaching invasive species in Madagascar. Madagascar, Conservation & Development, 9 (2) : 60-70.

Tassin J., 2014 – La Grande invasion : qui a peur des espèces invasives ? Paris, Odile Jacob.

Notes

1 Les plantes rudérales sont des plantes qui poussent spontanément dans les friches, les décombres, le long des chemins, souvent à proximité des lieux habités par les humains.

Table des illustrations

Légende Paysage typique des Hautes Terres malgaches, où les eucalyptus plantés et dispersés naturellement se mêlent aux autres espèces introduites et parfois envahissantes telles que le lantana, l’acacia et le goyavier.
Crédits © IRD/S. Carrière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fruits de Psidium cattleïanum (Myrtacées), espèce plus connue sous le nom de goyave de Chine et classée comme hautement invasive, collectés par une villageoise dans les zones de bordures forestières à Madagascar.
Crédits © IRD/S. Carrière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Les eucalyptus plantés se dispersent naturellement, ce qui permet aux villageois malgaches de pouvoir les utiliser pour la fabrication de planches destinées à la construction des maisons et la vente.
Crédits © IRD/S. Carrière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Légende Paysage cultivé de Madagascar : rizières irriguées et eucalyptus plantés et dispersés en arrière-plan.
Crédits © IRD/J.-Y. Meunier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© IRD Éditions, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search