Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 5. La déforestation : d’un constat global à la diversité des dynamiques locales

22. De la forêt disputée à la forêt abolie

L’exemple de la Côte d’Ivoire

François Verdeaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002F3000001A9EF54D23DC8FA02B5.jpg

Cabosses de cacao sur l’arbre (Côte d’Ivoire).

© IRD/C. Dejoux

Les forêts de la moitié sud de la Côte d’Ivoire couvraient au début du xxe siècle 12 des 15 millions d’hectares de cette zone forestière. À la fin des années 1990, elles n’en occupaient plus qu’environ 3 millions. Bien qu’à des degrés d’intensité variables selon les époques, cette disparition massive est due à un phénomène constant depuis la fin des années 1920 : la conversion agricole de cet espace par la petite paysannerie. Les plantations de café, puis surtout de cacao, dont la Côte d’Ivoire est devenue le premier producteur mondial, ont été au centre de cette conversion. Le palmier à huile et l’hévéa sont ultérieurement venus diversifier les productions de la zone forestière, mais de façon plus contrôlée par l’Etat.

Ce genre de phénomène, souvent qualifié de « déforestation », a été fréquent dans les régions intertropicales à partir de la seconde moitié du xxe siècle. On a cependant montré que, s’il est en effet général...

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.