Version classiqueVersion mobile

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 5. La déforestation : d’un constat global à la diversité des dynamiques locales

22. De la forêt disputée à la forêt abolie

L’exemple de la Côte d’Ivoire

François Verdeaux

Texte intégral

Cabosses de cacao sur l’arbre (Côte d’Ivoire).

© IRD/C. Dejoux

1Les forêts de la moitié sud de la Côte d’Ivoire couvraient au début du xxe siècle 12 des 15 millions d’hectares de cette zone forestière. À la fin des années 1990, elles n’en occupaient plus qu’environ 3 millions. Bien qu’à des degrés d’intensité variables selon les époques, cette disparition massive est due à un phénomène constant depuis la fin des années 1920 : la conversion agricole de cet espace par la petite paysannerie. Les plantations de café, puis surtout de cacao, dont la Côte d’Ivoire est devenue le premier producteur mondial, ont été au centre de cette conversion. Le palmier à huile et l’hévéa sont ultérieurement venus diversifier les productions de la zone forestière, mais de façon plus contrôlée par l’Etat.

2Ce genre de phénomène, souvent qualifié de « déforestation », a été fréquent dans les régions intertropicales à partir de la seconde moitié du xxe siècle. On a cependant montré que, s’il est en effet général, il prend des formes et relève de dynamiques qui sont particulières à chacune des situations. Le caractère global du phénomène réside bien davantage dans ses impacts que dans ses modalités et dans ses causes.

« La forêt a toujours été au centre des préoccupations de la Côte d’Ivoire »

3Le cas ivoirien est d’autant plus intéressant que, dès le début du xxe siècle, la « mise en valeur » – on dirait aujourd’hui le développement – et la protection de la forêt, dont le bois est considéré comme la principale richesse, sont les pierres angulaires des politiques publiques, et restent des priorités réaffirmées jusqu’à nos jours.

4En résumant à grands traits l’histoire de cette « mise en valeur » de la zone forestière, il apparaît clairement que « la forêt » a bien été érigée en personnage central de cette histoire par trois grands protagonistes : forestiers, paysans et État. Les exploitants forestiers et les paysans planteurs se sont constamment disputé la conception et les usages de cet espace, avec pour arbitre très actif et très intéressé l’État, colonial puis national, qui n’a cessé de son côté d’en jouer comme d’une ressource politique. Au centre de la mise en valeur coloniale comme du « miracle ivoirien » après l’indépendance, la forêt apparaît en définitive comme l’espace où sont mis en œuvre les processus sociaux et politiques qui vont façonner le pays. Dans un premier temps, elle est le lieu par excellence d’application de l’ordre colonial. Par la suite, et très logiquement, elle devient celui de sa subversion. Que le point d’aboutissement de ce processus soit l’abolition (par conversion de « la forêt » à l’agriculture de plantation) est en effet très significatif. La reconstitution des étapes de l’opposition entre planteurs locaux, administration coloniale et entreprises forestières, françaises principalement, va permettre de le comprendre.

L’État forestier, de 1900 aux années 1950

Organiser l’exploitation de la forêt

5Au cours de cette période, l’administration coloniale s’efforce de penser et d’organiser la mise en valeur du territoire à partir de l’exploitation « rationnelle » des ressources ligneuses. Dans une première phase, jusqu’en 1925, elle s’attache à la prise de contrôle du territoire dont l’un des principaux vecteurs pratiques est la politique forestière. Le décret forestier de 1912-1913 du gouverneur Angoulvant (Angoulvant, 1916) constitue en fait le corps de doctrine général de la mise en valeur de cette « colonie forestière ». Le but de l’œuvre coloniale étant le développement des richesses naturelles, la quasi-totalité de l’espace forestier est mise sous tutelle de l’État qui est seul habilité à en allouer les ressources. Cette allocation doit suivre une saine division du travail : le bois doit être exploité par de grandes entreprises disposant de capitaux et de techniques permettant une exploitation « rationnelle » – on dirait aujourd’hui « durable » – des ressources ligneuses. L’agriculture est le domaine des « indigènes ». Cette dernière activité doit être « cantonnée » dans des périmètres contrôlés et ne peut s’étendre au détriment de la forêt qu’avec l’autorisation de l’administration.

Village guéré en zone forestière, près de la frontière avec la Guinée (1976).
Au centre de la mise en valeur coloniale comme du « miracle ivoirien » après l’indépendance, la forêt apparaît comme l’espace où sont mis en œuvre les processus sociaux et politiques qui vont façonner le pays.

© IRD/C. Dejoux

6Cette vision volontariste est en profond décalage avec la réalité. Une tentative d’imposition de la culture du cacao dans les villages de la zone forestière a échoué en 1908. La coupe, l’acheminement et l’exportation des billes d’acajou sont très efficacement organisés par une division du travail entre les acheteurs pourvoyeurs de fonds (aussi bien locaux que métropolitains installés sur la côte) et les « coupeurs », intermédiaires avec les chefferies de l’intérieur, qui assurent concrètement l’accès à la ressource et surtout fournissent la main-d’œuvre et acheminent le bois vers la côte par les voies d’eau naturelles. La production passe de 14 000 tonnes en 1911 à 40 000 tonnes en 1913, puis atteint 100 000 tonnes en 1927 après la reprise postérieure à l’interruption de la guerre de 1914-1918.

Concurrence pour la main-d’œuvre entre exploitation forestière et nouvelles plantations indigènes

7La seconde phase de la période, de 1925-1930 aux années 1950, semble a priori confirmer la vision du gouverneur. Favorisées par la mise en place effective de la nouvelle réglementation, des entreprises, exclusivement européennes, remplacent totalement les anciens acheteurs et coupeurs locaux. Elles ne parviendront cependant jamais à dépasser le volume atteint par leurs prédécesseurs et se contenteront même, à la veille de la Seconde Guerre, d’un niveau équivalent à celui atteint en 1913. Leurs récriminations récurrentes auprès de l’administration concernant un accès renforcé aux contingents de main-d’œuvre prestataire imposée aux communautés « indigènes » par cette même administration sont symptomatiques. Elles se plaignent en particulier que le récent développement des cultures de cacao puis de café détourne la main-d’œuvre au profit des anciens « coupeurs » indigènes souvent reconvertis en planteurs. Ce facteur limitant n’était jamais mentionné lors de la phase précédente. Que s’est-il passé ? Les anciens coupeurs et leurs clients ou alliés de l’intérieur, une fois éliminés de l’exploitation du bois, se sont tournés vers ces cultures encouragées par l’administration. Les entreprises nouvellement installées ne sont pas plus capitalistiques que celles qu’elles ont remplacées, la plupart sont familiales et aucune n’est capable de mobiliser la main-d’œuvre comme savaient le faire, à travers leurs réseaux et clientèles, les « coupeurs indigènes ». D’autant moins que, d’une part, cette main-d’œuvre préfère travailler dans les nouvelles plantations des anciens « coupeurs » reconvertis dans cette activité, puis sur ses propres plantations et que, d’autre part, les employeurs paient chichement, voire font subir à leurs employés de mauvais traitements qui les incitent à s’enfuir pour aller s’employer… chez les planteurs (Verdeaux, 1997).

Hangar de Tombokro (entre Kossou et Yamoussoukro) pour le stockage du café : action de la Caisse de stabilisation du café et du cacao pour essayer de peser sur les cours internationaux (1973).

© IRD/Y. Marguerat

Culture du café en Côte d’Ivoire (1979).
Séchage du café et fours rudimentaires de torréfaction en pays Baoulé (région de Sinfra).

© IRD/C. Dejoux

8Si, face au développement inespéré de ces nouvelles productions d’exportation, l’administration se réjouit de cette « divine surprise », les deux secteurs de l’exploitation forestière et de l’agriculture arbustive en forêt, loin de connaître les développements séparés et parallèles escomptés, sont en constante interaction en s’affrontant sur un premier terrain de concurrence, celui de la main-d’œuvre.

Un pays de « planteurs » : années 1950-1990

La victoire des planteurs

9Les années 1950 à 1990 représentent une période qui va consacrer définitivement la victoire des planteurs sur les exploitants forestiers en même temps que le caractère conflictuel des deux usages. Non pas tant que l’abolition du travail forcé, obtenue par le député Houphouët-Boigny en 1947, puis celle du Code de l’indigénat permettent aux désormais planteurs d’accéder librement à la main-d’œuvre et à l’égalité des droits. L’opposition entre les deux activités va en effet se déplacer sur la concurrence dans l’accès à l’espace forestier et voir les planteurs, désormais nationaux et non plus « indigènes », étendre les fronts pionniers agricoles à toute la région forestière avec l’aide explicite ou tacite du pouvoir politique. Non seulement la conquête cacaoyère de la forêt a été encouragée et facilitée au plus haut niveau de l’État, mais l’administration ne parviendra jamais, malgré des tentatives successives, à intensifier le système de culture de plantation. Ce dernier était fondé sur une dynamique sociologique d’échange de travail (immigré) contre promesse d’accès à la terre (de forêt) qui entraînait la constante avancée de fronts pionniers dans la forêt (Chauveau et Dozon, 1985 ; Léonard et Oswald, 1996 ; Ruf, 1996 ; Verdeaux, 1998). Or, comme le disait le président Houphouët-Boigny, cette dynamique assurait « l’essor économique et social » du pays ; la contrer aurait été d’autant plus dangereux politiquement qu’aucune politique ne parvenait à mettre en place l’intensification agricole qui aurait permis une certaine stabilisation des fronts pionniers. En outre, l’attribution politiquement arbitrée de diverses rentes forestières s’avérait le seul moyen d’assurer la perpétuation du régime en autorisant une redistribution en direction de nouvelles clientèles.

10Dans un premier temps, jusqu’au début des années 1970, les contradictions sociologiques ou les oppositions politiques semblent surmontées. Parallèlement à l’accès libre des planteurs à la main-d’œuvre, la filière bois s’est adaptée à la nouvelle donne. Une nouvelle génération d’entrepreneurs a initié une révolution technologique avec l’adoption dans les années 1950 du bulldozer et du camion grumier. Non seulement le besoin en main-d’œuvre en est considérablement réduit, mais ces engins permettent aux exploitants d’échapper aux contraintes des voies de communication naturelles et de développer au contraire les leurs. Des entreprises plus capitalistiques investissent dans d’importantes flottes de camions et d’engins divers de plus en plus performants, et partent à la conquête des forêts du Sud-Ouest, jusque-là inaccessibles, en créant leur propre réseau routier et en quadrillant ces forêts de pistes secondaires pour la coupe et l’évacuation des billes.

11Ces infrastructures minimales bientôt doublées d’investissements très importants des pouvoirs publics pour « désenclaver » la région (routes goudronnées et création du port de San Pedro) vont, dans un second temps, faciliter la pénétration des planteurs dans cette région jusque-là dédiée à l’exploitation du bois. Les entreprises forestières n’auront pas le loisir de pratiquer le système de rotation de coupe prévu pour assurer une exploitation durable des ressources ligneuses. Quand il s’avère que le phénomène est inéluctable et que les pouvoirs publics n’ont ni la volonté politique ni la capacité d’endiguer la vague des fronts pionniers agricoles, ces entreprises, toutes issues de groupes européens visant avant tout à sécuriser leurs approvisionnements, vendent leur matériel et quittent le pays. La filière se restructure autour de plus petites entreprises centrées sur la transformation et faisant appel pour l’exploitation dans les forêts résiduelles à des intermédiaires locaux, plus à même de négocier avec les paysans ou les pouvoirs administratifs décentralisés.

12Comme au début du siècle, ces entreprises locales sont elles-mêmes préfinancées par leurs clients européens (les anciens groupes installés en Europe) et avancent à leur tour à leurs « tâcherons » – auxquels elles louent le cas échéant le matériel d’exploitation – le coût des campagnes de coupe.

13Pendant ce temps, les forêts de cette région du sud-ouest, après celles du sud-est et du centre-ouest du pays, ont été mises en culture par les « planteurs », base sociologique historique du régime, tandis qu’on distribuait à de nouvelles catégories de clientèles des quotas d’exportation de bois et des permis d’exploitation vite négociés avec des acheteurs ou exploitants européens. Ces pratiques informelles revenaient à annuler les effets escomptés des mesures destinées à assurer un fonctionnement plus durable de la filière bois.

Les leçons du paradigme ségrégationniste forestier

14L’histoire économique contemporaine du pays, mais aussi son histoire politique et les prémices d’une identité ivoirienne se sont construites autour des représentations, du contrôle et du partage de « la forêt », comme des événements récents l’ont encore montré avec l’éviction des planteurs d’origine étrangère. Quels qu’aient été les contextes, économiques et politiques, « la forêt » a constamment été érigée, non en espace de production commun susceptible de prélèvements et d’usages variés, mais en espace d’affrontement entre modes d’appropriation concurrents et mutuellement exclusifs. L’opposition idéologique entre forêt et agriculture, caractéristique de la pensée occidentale et en l’occurrence assimilée à la situation coloniale, en est, au sens propre, la « raison » ultime. Initialement portée par l’administration coloniale, puis allant dans le sens des intérêts de l’oligarchie constituée autour du contrôle de l’appareil d’État, et confortée par les représentations ségrégationnistes des experts, cette prédiction d’une forêt intrinsèquement menacée par la soif de terre des paysans est effectivement devenue créatrice : en partie à cause de cette incapacité à concevoir d’autres relations possibles avec ce genre de milieu, le paradigme forestier a fini par se vérifier par l’absurde. La forêt telle que conçue par l’État forestier a effectivement été abolie par un processus qui s’est déroulé tout au long du xxe siècle. Une autre, plus agroforestière, s’inventera progressivement dans la durée.

Bibliographie

Références

Angoulvant, G., 1916 – La pacification de la Côte d’Ivoire, 1908-1915. Paris, Larose.

Chauveau J. P., Dozon J. P., 1985 – Colonisation, économie de plantation et société civile en Côte d’Ivoire. Orstom, Cahiers des Sciences humaines, 21 (1) : 63-80.

Chevalier A., 1909 – Première étude sur les bois de la Côte d’Ivoire. Paris, A. Challanel.

DCGTX, 1993 – Développement rural et préservation de l’environnement forestier. Enjeux et perspectives en zone forestière. République de Côte d’Ivoire, ministère de l’Agriculture et des Ressources animales.

Léonard E., Oswald M., 1996 – Les planteurs de cacao ivoiriens face à un double ajustement structurel : réponse sociale et technique à une crise annoncée. Bulletin du GIDIS, 12 : 19-44.

Ruf F., 1996 – Booms et crises du cacao. Les vertiges de l’or brun. Ministère de la Coopération, Cirad/Karthala.

Verdeaux F., 1997 – « La filière bois à travers ses âges. Une coupe longitudinale dans l’économie politique de la zone forestière ivoirienne ». In Memel Foté H., Contamin B. (éd.) : Le modèle ivoirien en questions, Paris, Karthala/Orstom.

Verdeaux F., 1998 – Paradoxe et rationalité de la déforestation en Côte d’Ivoire. Natures, sciences, sociétés, 6 (1) : 26-36.

Verdeaux F., 1999 – L’économie très politique d’une mise en valeur des ressources forestières : Côte d’Ivoire, 1900-1990. Autrepart, 9 : 33-51.

Table des illustrations

Légende Cabosses de cacao sur l’arbre (Côte d’Ivoire).
Crédits © IRD/C. Dejoux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Village guéré en zone forestière, près de la frontière avec la Guinée (1976).Au centre de la mise en valeur coloniale comme du « miracle ivoirien » après l’indépendance, la forêt apparaît comme l’espace où sont mis en œuvre les processus sociaux et politiques qui vont façonner le pays.
Crédits © IRD/C. Dejoux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Hangar de Tombokro (entre Kossou et Yamoussoukro) pour le stockage du café : action de la Caisse de stabilisation du café et du cacao pour essayer de peser sur les cours internationaux (1973).
Crédits © IRD/Y. Marguerat
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Culture du café en Côte d’Ivoire (1979).Séchage du café et fours rudimentaires de torréfaction en pays Baoulé (région de Sinfra).
Crédits © IRD/C. Dejoux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 660k

© IRD Éditions, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search