Version classiqueVersion mobile

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 5. La déforestation : d’un constat global à la diversité des dynamiques locales

20. La gestion des forêts tropicales humides

Le passé, le présent et l’avenir

Plinio Sist

Texte intégral

Transport de grumes issues d’une plantation pure d’Agathis philippinensis (conifère) établie par les services forestiers (Indonésie).

© IRD/G. Michon

Introduction

1Les forêts tropicales humides couvrent environ 4 milliards d’hectares, soit 31 % des terres émergées et 7 % de la surface totale du globe (FAO, 2010). Elles représentent 50 % des forêts mondiales, abritent les deux tiers des espèces vivantes terrestres, ce qui en fait le principal réservoir de biodiversité de la planète. Malheureusement, elles ne cessent de reculer face à l’expansion des cultures de rente (palmier à huile, soja…) et de l’élevage sur pâturages. Cette régression est alarmante : elle a été estimée à 13 millions d’ha/an au cours de la dernière décennie (FAO, 2010). Si les efforts de conservation de ces forêts par la création d’aires protégées sont nécessaires, il est évident que, pour des raisons économiques et politiques, ces unités ne pourront à elles seules assurer la protection sur le long terme des forêts tropicales et des espèces qui s’y trouvent.

2Aujourd’hui, seulement 50 % des forêts tropicales humides seraient encore matures et peu perturbées (Laurance et al., 2013). La conservation de la biodiversité et des ressources forestières, ainsi que celle des services fournis par les forêts, concerne donc en grande partie des forêts anthropisées. Il est donc essentiel que ces forêts soient bien gérées, ce qui implique, notamment, la définition de règles d’exploitation adaptées, garantes de la pérennité des fonctions et des services. C’est le défi majeur posé à la sylviculture tropicale, qui est aujourd’hui sommée de devenir l’un des principaux outils de la conservation de grands massifs forestiers, en complément à la conservation de zones à haute valeur de biodiversité.

Quelques définitions : gestion durable et sylviculture

3Les forestiers définissent la sylviculture comme « l’ensemble des techniques de gestion permettant une production de produits forestiers soutenue, durable et économiquement viable ». Il n’existe pas de définition universellement reconnue de la gestion durable des forêts. Cependant, celle adoptée par les pays européens lors de la conférence d’Helsinki des Nations unies sur l’environnement et le développement (CNUED) est aujourd’hui largement acceptée. Elle définit la gestion durable des forêts comme « la gestion et l’utilisation des forêts et des terrains boisés d’une manière et à une intensité telles qu’elles maintiennent leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et mondial, et qu’elles ne causent pas de préjudices à d’autres écosystèmes ».

Une évolution de la sylviculture tropicale moderne

4La sylviculture tropicale moderne évolue grâce à une redéfinition des concepts et des objectifs de conservation et de production

Bref historique

5La sylviculture tropicale moderne a connu son véritable essor après la Seconde Guerre mondiale et s’est inspirée largement des modèles européens (futaie irrégulière jardinée, futaie régulière ; Sist, 2000, Günter et al., 2011) visant à promouvoir la production soutenue de bois d’œuvre à partir de seulement quelques espèces d’arbres sélectionnées pour leurs qualités techniques. Ces systèmes ont été testés principalement en Afrique et en Asie du Sud-Est (Malaisie) entre 1950 et 1970, mais ils ont été abandonnés en raison de leur coût et de leur complexité, leur mise en œuvre nécessitant sous ces latitudes des moyens humains et technologiques importants hors de portée des services forestiers (Günter et al., 2011). L’exploitation sélective s’est alors imposée, dès les années 1970, dans la quasi-totalité des forêts tropicales dédiées à la production de bois d’œuvre. Par définition, l’exploitation sélective ne vise que les espèces commerciales et ne concerne que quelques arbres à l’hectare (1 à 3 en Afrique, 6 à 8 en Amazonie et plus de 8 en Asie du Sud-Est). Les règles techniques sont simples. Il s’agit en premier lieu de n’exploiter que les arbres d’un diamètre supérieur à un minimum défini par la législation forestière. Ce diamètre minimal peut être identique pour toutes les espèces (en général entre 50 et 60 cm) ou être fixé espèce par espèce, ce qui est le cas dans la plupart des pays d’Afrique. Il s’agit ensuite de définir des cycles de rotation des coupes, généralement fixés par la loi (entre 25 et 35 ans dans la plupart des cas). En théorie, la durée de la rotation doit être suffisante pour permettre de reconstituer le stock de bois. Dans la pratique, les durées préconisées par la législation forestière sont largement insuffisantes, la plupart des espèces de bois d’œuvre ayant une croissance très lente. La rotation doit aussi permettre à la forêt de « cicatriser ». Mais, même si le nombre d’arbres prélevés à l’hectare est faible, l’exploitation génère des dégâts collatéraux qui compromettent cette cicatrisation : en tombant, les arbres abattus ouvrent de larges brèches dans la canopée, et blessent ou détruisent les arbres voisins. À ces dégâts se rajoutent ceux qu’engendre l’extraction mécanisée des grumes par des tracteurs ou des engins de débardage, en particulier pour accéder aux arbres et aux sites de coupe. Enfin, les routes forestières utilisées pour le transport des grumes de la forêt à la scierie constituent une perturbation importante supplémentaire.

Construction d’une route en forêt de Papouasie occidentale, pour l’exploitation de bois.

© IRD/J.-M. Porte

L’exploitation à faible impact et les résultats de la recherche sylvicole

6Ces dégâts occasionnés par l’exploitation mécanisée en forêt tropicale ont longtemps été minimisés et bien souvent estimés comparables à ceux des chablis naturels (le chablis, qui désigne à la fois l’arbre déraciné et la trouée qu’il crée dans la canopée, est considéré comme le moteur de la régénération naturelle de la forêt). Or, dès les années 1950-1960, les premières études menées à Sabah (Bornéo) par Nicholson (1958) démontraient le caractère destructeur de l’exploitation, qui, en fonction de l’intensité de l’exploitation (nombre d’arbres abattus à l’hectare) et des techniques employées, pouvait endommager plus de la moitié du peuplement d’origine. Par la suite, d’autres études menées en Asie et en Amérique latine confirmaient ces résultats, suscitant une véritable prise de conscience générale de la part des écologues, des forestiers et des décideurs face aux conséquences écologiques et sylvicoles de l’exploitation. Dès lors, le développement de techniques d’exploitation permettant d’optimiser la récolte du bois d’œuvre tout en limitant les dégâts sur le peuplement forestier est apparu prioritaire. Néanmoins, il faudra attendre les années 1990 pour que des techniques visant à minimiser les dégâts de l’exploitation non seulement sur les peuplements arborés, mais aussi sur les sols, la faune ou les cours d’eau soient expérimentées sur les trois continents, en association à des programmes de recherche pour leur validation. Ces techniques sont d’abord apparues sous les vocables de low impact logging (LIL), reduced-impact logging (RIL), ou encore low impact harvesting (LIH). L’exploitation à faible impact (EFI) est aujourd’hui le terme le plus utilisé dans la littérature forestière francophone (Sist, 2000 ; Putz et al., 2008). Par rapport aux techniques toujours employées en forêt tropicale, la principale caractéristique de l’EFI réside dans la planification et le contrôle stricts de toutes les opérations. Les recherches sur l’EFI ont démontré que ces techniques peuvent réduire de moitié les dégâts occasionnés aux peuplements par rapport à l’exploitation conventionnelle.

7Les nombreuses études menées depuis plus de vingt ans sur l’amélioration des techniques sylvicoles et la compréhension du fonctionnement post-exploitation des forêts tropicales ont abouti à des recommandations pratiques, qui pour la plupart préconisent une réduction de l’intensité des prélèvements et un allongement des cycles de rotation. Malheureusement, ces recommandations, considérées comme trop contraignantes, ne sont prises en compte ni par les exploitants, ni par les décideurs, ce qui conduit à un appauvrissement progressif des ressources forestières au sein des forêts exploitées. Il est important de garder à l’esprit que, lors de la première phase d’exploitation, si le volume de bois prélevé est important, c’est qu’il provient d’arbres qui se sont développés sur plusieurs siècles en l’absence de fortes pressions anthropiques et qui ont donc atteint des tailles remarquables. Aujourd’hui, dans bon nombre de forêts exploitées il y a trois ou quatre décennies et qui sont sur le point de subir une deuxième coupe, ce volume ne s’est pas reconstitué. Qui plus est, dans bien des cas, les jeunes individus qui devraient assurer la récolte suivante (donc le troisième prélèvement) sont en quantité largement insuffisante par manque d’accompagnement sylvicole.

Palmiers à huile implantés dans des essarts à Muara Bungo, dans la province de Jambi sur l’île de Sumatra en Indonésie.

© IRD/P. Levang

8Il est cependant possible, sur la base des connaissances scientifiques et techniques actuelles en sylviculture, de définir des règles de gestion adaptées aux capacités de reconstitution des forêts exploitées. Malheureusement, les recommandations techniques validées par les chercheurs restent largement ignorées, et les nouvelles réglementations ne reflètent en rien les connaissances scientifiques acquises, au contraire. À titre d’exemple, en Asie du Sud-Est, les diamètres minimaux de coupe ont été réduits de 60 cm à 40 cm et les cycles de coupe raccourcis de 40 à 25 ans (comm. pers.). Non seulement ces nouveaux choix réglementaires sont incompatibles avec la durabilité de l’exploitation, mais ils risquent en plus de mener à court terme à un réel appauvrissement des forêts de production et à justifier de ce fait le remplacement des forêts résiduelles par des systèmes de production considérés comme plus rentables, comme les plantations industrielles d’hévéa ou de palmier à huile.

La sylviculture comme outil de conservation des forêts tropicales

9La sylviculture se trouve aujourd’hui devant deux grands défis. Le premier est d’arriver à un compromis satisfaisant entre production forestière et conservation de la biodiversité. Le second est d’adapter les règles sylvicoles aux « forêts de demain », qui non seulement auront, pour la plupart, des caractéristiques tout autres que celles des forêts primaires du début de l’exploitation sylvicole, mais devront aussi répondre à des besoins sociétaux nouveaux et variés.

10Si les forêts étaient autrefois considérées principalement comme sources de bois ou de produits forestiers non ligneux (fruits, feuilles, latex comme le caoutchouc), elles sont aujourd’hui reconnues et perçues par la communauté internationale comme essentielles dans la conservation de la biodiversité, la protection des sols et des cours d’eau ou encore dans le stockage de carbone et l’équilibre climatique planétaire. La sylviculture de demain devra donc permettre de maintenir tous ces services écosystémiques fournis par les forêts. Il s’agit donc de quantifier ces deux types de fonctions, production et conservation (fig. 1). L’émergence de nouveaux marchés liés aux paiements pour services environnementaux ouvre des opportunités de valorisation économique de ces services fournis par les forêts. Parmi ceux-ci, la biodiversité et le stockage de carbone sont de loin ceux qui focalisent le plus l’attention.

La nécessité de compromis entre les différents services écosystémiques

11La sylviculture fait l’objet de débats souvent antagonistes au sein de la communauté scientifique, notamment entre écologues conservationnistes et écologues forestiers. Les premiers considèrent que l’exploitation durable des forêts tropicales doit permettre un retour aux conditions d’avant exploitation au terme du cycle de rotation, c’est-à-dire présenter en fin de cycle la même structure et les mêmes espèces qu’avant exploitation. Au contraire, pour les seconds, la durabilité n’exige pas nécessairement le retour aux conditions originales. Ce retour est en effet difficilement envisageable, ou, du moins, demanderait plusieurs siècles, et ne serait donc pas compatible avec une exploitation économiquement rentable : si plusieurs études démontrent que durant une rotation de 30 à 40 ans, les forêts exploitées retrouvent un niveau de biodiversité proche, voire identique, à celui des forêts primaires, elles montrent aussi que seulement 50 % du volume de bois d’œuvre exploité peut potentiellement se reconstituer pendant un tel cycle (Putz et al., 2012 ; Edwards et al., 2014). Il est donc évident que même si de bonnes pratiques sylvicoles peuvent permettre de maintenir une production sur le long terme, les forêts tropicales déjà exploitées dans le passé ne pourront jamais produire autant de bois que les forêts primaires (fig. 2) : elles comporteront moins de gros arbres par hectare, mais garderont néanmoins une biodiversité élevée et maintiendront leurs principales fonctions écologiques. Ce compromis est d’ailleurs totalement accepté pour les forêts tempérées depuis des siècles, et de nos jours les forêts françaises sont effectivement très différentes de celles du passé.

Figure 1. Simulation de cycles de rotation de 35 ans en forêt à Diptérocarpacées (lignes rouges) et cycles de rotation assurant la reconstitution initiale du volume commercial (lignes violettes en pointillé).
Source : Sist et al., 2003.

Copeaux d’Acacia mangium pour la production de pâte à papier dans la plantation MHP, province de Sumatra-Sud en Indonésie.

© IRD/P. Levang

Figure 2. Courbe théorique des compromis à identifier entre intensité d’exploitation, bénéfices immédiats, stockage de carbone et biodiversité.
Dans un contexte de paiements pour services environnementaux A, B et A + B représentent les manques à gagner entre les différents compromis (respectivement entre 1 et 2, 2 et 3 et 1 et 3) et peuvent constituer une base pour le calcul des paiements.
Compromis 1 : Exploitation à faible intensité avec peu de bénéfices et une perte de biomasse et de biodiversité également faible.
Compromis 2 : Exploitation à intensité moyenne, bénéfices, pertes de biomasse et de biodiversité modérés.
Compromis 3 : Exploitation à forte intensité avec des bénéfices et une perte de biomasse et de biodiversité élevés.
Source : Sist et al. (2014)

Une gestion forestière aux multiples acteurs

La gestion paysanne des forêts communautaires toujours mieux reconnue

12La gestion forestière tropicale est restée longtemps orientée vers la production exclusive de bois d’œuvre et contrôlée par des compagnies forestières gérant de grandes concessions. Cela est en train de changer avec la prise en compte de nouveaux acteurs : la gestion forestière est de moins en moins le domaine exclusif des grands concessionnaires privés. En effet, depuis maintenant plus de vingt ans, les populations rurales (communautés autochtones et forestières, agriculteurs) occupent une place croissante dans le secteur forestier.

13Dans le monde, environ 800 millions de personnes habitant les zones rurales tirent leurs revenus des forêts (ITTO, 2011). Dans les pays tropicaux, la question de la reconnaissance des droits d’accès aux ressources forestières et à leur usage des populations rurales occupe largement le devant de la scène depuis plus de deux décennies. Ces acteurs ont des perceptions et des approches différentes, tournées certes vers la production de bois d’œuvre, mais avant tout vers l’utilisation de nombreuses autres ressources, dont les produits forestiers non ligneux (PFNL) ou vers une valorisation telle que l’écotourisme. La sylviculture tropicale de demain devra aussi prendre en compte la diversité des acteurs, des produits, des perceptions, et répondre à des objectifs de gestion multiples comme l’exploitation de bois et de PFNL au sein d’une même forêt. Plusieurs études ont démontré qu’une gestion forestière communautaire reconnue par l’État contribue efficacement à la conservation des forêts tropicales.

14Mais comment évaluer l’ampleur et l’importance de cette gestion forestière communautaire et paysanne ? Une étude récente réalisée par l’Office international des bois tropicaux (OIBT/ITTO, 2011) a montré que, parmi les 38 pays tropicaux étudiés, la surface forestière administrée par l’État a diminué de 15 % entre 2002 et 2008, en faveur de la foresterie communautaire et paysanne qui, elle, a augmenté de 66 %. C’est en Amérique latine, et surtout au Brésil, que cette foresterie communautaire s’est le plus développée, sans doute du fait de l’absence de grandes concessions et de la puissance de certaines organisations locales. Ainsi, de 2003 à 2006, l’État brésilien a délimité près de 500 000 ha d’« unités de conservation » dans lesquelles les règles de gestion des ressources forestières sont strictement définies et contrôlées. Selon le Code forestier, les petits paysans ayant participé à la colonisation de l’Amazonie brésilienne doivent préserver au moins 50 % de leurs propriétés en « réserve forestière ». Ces dernières, dont la surface totale est estimée à 12 millions d’hectares, peuvent être exploitées après approbation d’un plan de gestion par les instances forestières compétentes (Services forestiers). En Amazonie brésilienne, la surface totale des forêts communautaires est estimée officiellement à environ 40 millions d’hectares, soit une surface équivalente à celle des concessions qui sont mises en place par les Services forestiers brésiliens (SFB, 2010). Les communautés locales sont donc à présent des acteurs incontournables pour qu’une politique de conservation des forêts tropicales soit efficace sur le long terme.

Les obstacles au développement d’une gestion forestière communautaire et paysanne

15La gestion forestière communautaire et paysanne (GFCP) se heurte cependant à de nombreux obstacles (financiers, techniques, structurels et légaux) qui freinent son développement.

16Pour comprendre ces difficultés et trouver des solutions, il faut tout d’abord reconnaître que la GFCP regroupe des acteurs très différents, qui vont des communautés forestières qui gèrent plusieurs milliers d’hectares aux petits paysans propriétaires de petites surfaces forestières en exploitation. Pour les communautés dont les revenus proviennent essentiellement de l’exploitation du bois, la gestion forestière est comparable à celle d’une concession privée. Pour les propriétaires paysans, il s’agit de gérer de petites unités individuelles regroupées dans une coopérative ou une association ; l’agriculture restant l’activité principale de ces acteurs, les bénéfices de l’exploitation forestière ne sont qu’un complément aux revenus agricoles.

Jeux de rôle au Vietnam.
Des simulations fondées sur l’utilisation de jeux de rôles par des agriculteurs ont permis d’évaluer l’impact des conversions d’usage des terres sur les modes de vie et les services écosystémiques, tel qu’il est perçu par les populations locales. Les mécanismes du projet I-REDD+ impliquent en effet des changements rapides d’usage des terres.

© IRD/J.-C. Castella

17La législation forestière des pays tropicaux est principalement établie pour des systèmes d’exploitation mécanisée sur des concessions appartenant à des compagnies privées. Ces systèmes exigent un investissement initial lourd en matériel et en main-d’œuvre, une bonne connaissance des filières et une bonne maîtrise des techniques forestières et sylvicoles que les acteurs de la GFCP ne possèdent pas. Cette législation est donc peu adaptée aux conditions de la GFCP. Cependant, si l’on veut faire participer les populations rurales à la gestion forestière (et cela concerne pour l’instant plusieurs millions d’hectares de forêt dont le futur dépend de la durabilité de cette nouvelle forme de gestion), il est impératif que les législations forestières soient mieux adaptées aux spécificités de la GFCP. Pour ce faire, il est primordial de promouvoir des partenariats équitables et mieux encadrés entre les entreprises forestières et ces communautés, le déblocage de crédits spécifiques à la foresterie communautaire et enfin des programmes de formation adaptés non seulement aux techniques forestières, mais aussi à la gestion financière.

Conclusion : de nouveaux impératifs

Développer la recherche sur l’écologie des forêts exploitées

18La gestion des forêts tropicales doit s’adapter aux nouveaux impératifs environnementaux et sociaux apparus au cours de ces vingt dernières années. Le premier changement important auquel elle devra faire face, dans les années à venir, est l’évolution des différents types de forêts tropicales humides. Ainsi, la plupart des pays d’Asie du Sud-Est auront à gérer des forêts déjà exploitées, et donc assez différentes des forêts primaires, avec par exemple des volumes exploitables plus faibles. Il faudra ajuster la législation sur l’exploitation à ces nouvelles conditions. Malheureusement, l’unique réponse proposée jusqu’à présent est la réduction du diamètre minimal de coupe afin de compenser les baisses de volumes exploitables, ce qui contribue à dégrader davantage les forêts déjà appauvries par un premier cycle d’exploitation. Il est essentiel de mieux connaître ces forêts exploitées afin, d’une part, d’estimer leur potentiel productif et, d’autre part, de définir des taux de prélèvements adaptés à leur capacité de régénération. Malheureusement, on connaît encore peu l’écologie de ces forêts exploitées, car la plupart des études en écologie ont porté essentiellement sur les forêts naturelles primaires ou secondaires. La recherche sur l’écologie des forêts exploitées est donc encore nécessaire et doit être développée afin de définir des règles de gestion adaptées.

Développer la gestion multi-usages des forêts tropicales

19La sylviculture tropicale doit devenir un outil pour la conservation de grands massifs forestiers tout en assurant des revenus économiques significatifs aux différents acteurs du secteur. Même si la perception sociétale du rôle des écosystèmes forestiers accorde un rôle de plus en plus important aux services écosystémiques fournis par les forêts, force est de constater que la sylviculture tropicale reste très spécialisée dans la production de bois d’œuvre. Elle ne montre pas d’évolution marquante vers des systèmes de gestion multi-acteurs en faveur d’une utilisation multiple d’autres ressources incluant la valorisation des services écosystémiques. Il sera nécessaire d’initier cette évolution rapidement, afin que la conservation des forêts tropicales à travers la sylviculture puisse réellement être assurée par le maximum d’acteurs. La gestion multi-usages des forêts tropicales représenterait une alternative capable de générer des revenus entre deux cycles d’exploitation, dont la durée de 30 ans et parfois plus reste un facteur limitant en terme de viabilité économique.

20La législation forestière des pays tropicaux doit répondre à ces nouveaux changements et prendre en compte la diversité des acteurs, de leurs perceptions et de leurs exigences concernant la sylviculture des forêts tropicales humides. Enfin, la conservation de ces forêts passe obligatoirement par une gestion intégrée des activités agricoles et forestières au sein des territoires ou des régions.

Bibliographie

Références

Edwards D. P., Tobias J. A., Sheil D., Meijaard E., Laurance W. F., 2014 – Maintaining ecosystem function and services in logged tropical forests. Trends in ecology & evolution, 29: 511-520.

FAO, 2010 – Global Forest Resource Assessment. Key Findings. Rome, FAO, 12 p.

Günter S., Weber M., Stimm B., Mosandl R., 2011 – Silviculture in the tropics. Springer, 576 p.

ITTO (International Tropical Timber Organization/Organisation internationale des bois tropicaux), 2011 – Tropical forest tenure assessment. Trends, Challenges and Opportunities. ITTO technical series, 37, 46.

Laurance W. F., Sayer J., Cassman K. G., 2013 – Agricultural expansion and its impacts on tropical nature. Trends in ecology & evolution, 29 (2).

Nicholson D. I., 1958 – An analysis of logging damage in tropical rain forests, North Borneo. Malay. For., 21: 235-245.

Putz F. E., Sist P., Fredericksen T. S., 2008 – Reduced Impact Logging: challenges and opportunities. Forest Ecology and Management special issue: Beyond RIL in the tropics. Forest Ecology and Management, 256: 1427-1433.

Putz F. E., Zuidema P. A., Synnott T., Peña-Claros M., Pinard M. A., Sheil D., Vanclay J. K., Sist P., Gourlet-Fleury S., Griscom B., Palmer J., Zagt R., 2012 – Sustaining conservation values in selectively logged tropical forests : the attained and the attainable. Conservation Letters, 5 : 296-303.

SFB, 2010 – Plano anual de manejo florestal comunitario e familiar : 2010. Serviço Florestal Brasileiro, Brasilia, Brazil, 125 p.

Sist P., 2000 – L’exploitation à faible impact : Objectifs et enjeux. Bois et Forêts des Tropiques, 265 : 31-43.

Sist P., Picard. N, Gourlet-Fleury S., 2003 – Sustainable rotation length and yields in a lowlandmixed dipterocarp forest of Borneo. Annals of Forest Science, 60: 803-814.

Sist P., Pacheco P., Nasi R., Blaser J., 2014 – «Management of natural tropical forests in the past and present and projections for the future». In Katila P., Galloway G., de Jong W., Pacheco P., Mery G. (eds): Forests under pressure – Local responses to global issues, IUFRO World Series, Volume 32: 497-551.

Table des illustrations

Légende Transport de grumes issues d’une plantation pure d’Agathis philippinensis (conifère) établie par les services forestiers (Indonésie).
Crédits © IRD/G. Michon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Construction d’une route en forêt de Papouasie occidentale, pour l’exploitation de bois.
Crédits © IRD/J.-M. Porte
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Palmiers à huile implantés dans des essarts à Muara Bungo, dans la province de Jambi sur l’île de Sumatra en Indonésie.
Crédits © IRD/P. Levang
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Légende Figure 1. Simulation de cycles de rotation de 35 ans en forêt à Diptérocarpacées (lignes rouges) et cycles de rotation assurant la reconstitution initiale du volume commercial (lignes violettes en pointillé).Source : Sist et al., 2003.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Copeaux d’Acacia mangium pour la production de pâte à papier dans la plantation MHP, province de Sumatra-Sud en Indonésie.
Crédits © IRD/P. Levang
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32223/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Figure 2. Courbe théorique des compromis à identifier entre intensité d’exploitation, bénéfices immédiats, stockage de carbone et biodiversité.Dans un contexte de paiements pour services environnementaux A, B et A + B représentent les manques à gagner entre les différents compromis (respectivement entre 1 et 2, 2 et 3 et 1 et 3) et peuvent constituer une base pour le calcul des paiements.Compromis 1 : Exploitation à faible intensité avec peu de bénéfices et une perte de biomasse et de biodiversité également faible.Compromis 2 : Exploitation à intensité moyenne, bénéfices, pertes de biomasse et de biodiversité modérés.Compromis 3 : Exploitation à forte intensité avec des bénéfices et une perte de biomasse et de biodiversité élevés.Source : Sist et al. (2014)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32223/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Jeux de rôle au Vietnam.Des simulations fondées sur l’utilisation de jeux de rôles par des agriculteurs ont permis d’évaluer l’impact des conversions d’usage des terres sur les modes de vie et les services écosystémiques, tel qu’il est perçu par les populations locales. Les mécanismes du projet I-REDD+ impliquent en effet des changements rapides d’usage des terres.
Crédits © IRD/J.-C. Castella
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32223/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 528k

Auteur

© IRD Éditions, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search