Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 4. Cueillir, chasser, cultiver la forêt

13. L’agriculture itinérante sur brûlis

Idées reçues, logiques et réalités contemporaines

Stéphanie M. Carrière, Edmond Dounias et Geneviève Michon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002F4000001AA88ED04F0308743CD.jpg

Paysage d’essart au Laos.

© IRD/ O. Évrard

L’agriculture itinérante sur brûlis est pratiquée essentiellement en zone tropicale humide, où les écosystèmes sont composés pour partie de forêts denses et de forêts claires. Selon les sources, elle concerne de 300 à 500 millions d’individus et se pratique sur près de 2 500 millions d’hectares. Souvent associée à d’autres activités productives dans un même territoire, cette agriculture de subsistance reste sans conteste le mode d’exploitation des terres le plus répandu dans la zone intertropicale.

Elle consiste à couper (presque) toute la végétation d’une petite parcelle de forêt (de 0,2 à 0,5 ha le plus souvent) qui deviendra ainsi l’« abattis ». Quelques semaines plus tard, les végétaux séchés sont brûlés pour obtenir un tapis de cendres sur lequel on cultive, selon les régions du monde, des variétés de riz pluvial, du manioc, du maïs, des ignames, des taros, des courges, etc. Les cultures ne reçoivent ni engrais ni désherbants. Sous ces la...

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.