Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 3. Penser, représenter, partager la forêt

12. Des règles pour gérer la forêt »

Exemples indonésiens

Geneviève Michon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002F3000001AB9E92D76980B9E783.jpg

Un paysan du Timor occidental (Indonésie) devant un santal (Santalum album).
Le bois de santal est l’un des produits forestiers non ligneux les plus menacés de surexploitation. Les contrôles mis en place par les anciens sultanats à Timor occidental, puis les nouvelles réglementations de l’État indonésien n’incitent pas les paysans à conserver les santals qui poussent sur leurs terres.

© IRD/ G. Michon

La forêt tropicale est-elle, comme on le pense souvent, un espace vacant et libre de droits ? Ou, au contraire, un espace habité, même de façon diffuse, encadré par des règles qui définissent ayants droit et usages ?

Les premiers forestiers coloniaux ont vu dans les forêts tropicales des espaces « vierges », dans lesquels la trace de l’homme était invisible. Ils ont, pour les administrer, repris une vieille idée qui remonte à l’Empire romain pour lequel la forêt « sauvage » était « nemus » (« là où l’on ne trouve personne »), et par conséquent considérée comme « res nullius » (« qui n’appa...

Auteur

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.