Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 3. Penser, représenter, partager la forêt

11. Les « orphelins de la forêt »

Miroirs d’une société d’essarteurs du Sud-Cameroun

Stéphanie M. Carrière

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002F3000001AAFBD13D079940DB29.jpg

Chaque agriculteur ntumu connaît ses arbres orphelins auxquels il peut donner un nom. Une fois la forêt reconstituée dans la jachère, ces arbres servent de repères, voire de marqueur fonciers.

© IRD/S. Carrière

L’abattage sélectif, une pratique répandue mais pas systématique

Il existe autant de systèmes traditionnels d’agriculture itinérante sur brûlis que de populations d’agriculteurs tropicaux, écrivait Clifford Geertz (1963). Ces agricultures intègrent de nombreuses pratiques visant à améliorer la production végétale ainsi que la régénération des forêts, sur laquelle repose ce système. Épargner des arbres dans les champs lors de l’abattage de la forêt est une pratique ancienne et courante en Afrique centrale et occidentale ainsi qu’en Asie du Sud-Est ; elle est moins fréquente dans certains systèmes agricoles amazoniens, par exemple en Guyane française. Les agriculteurs qui la mettent en œuvre considèrent que les arbres épargnés dans des champs sont précieux, pour des raisons à la f...

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.