Version classiqueVersion mobile

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 3. Penser, représenter, partager la forêt

10. Une forêt « naturelle » très anthropique

Le café, les hommes et le miel dans le Sud-Ouest éthiopien

François Verdeaux

Texte intégral

Une exploitation avec son jardin (daado), ses champs (gotemayo) et sa forêt (kubo) à Gicha, région de Bonga.

© IRD/ F. Verdeaux

1Il existe dans le sud-ouest de l’Éthiopie de grandes forêts tropicales humides. Cette situation est paradoxale, car ces forêts se trouvent à proximité des régions arides du sud-est du Soudan et du nord du Kenya. Cette permanence forestière montre que la déforestation, souvent incriminée dans le pays, n’a pas touché l’ensemble du territoire. Les représentations et les pratiques qui ont contribué à ce processus apparaissent complexes et ambivalentes.

2À proximité immédiate de la région de Jimma, frontalière de la « Kafa zone », se trouvent des agroforêts à café qui ont été progressivement créées par les populations. À l’opposé de ces agroforêts construites, les forêts de la région voisine du Kafa sont considérées par les scientifiques comme « naturelles » tout en étant « à café » (et désignées par le terme générique de coffee forest). Elles constituent en effet une réserve de diversité génétique pour le café arabica (Coffea arabica), qui en est originaire et continue de s’y développer spontanément. De nos jours, le miel reste encore l’une des principales ressources issues de la forêt, mais il est de plus en plus concurrencé par le café. Dans ces forêts, les pouvoirs publics distribuent en effet depuis peu à des entrepreneurs privés (souvent extérieurs à la région, voire étrangers) de vastes concessions destinées à être plantées à grande échelle en caféiers. Le café sera vendu sous différentes appellations qui renvoient à son origine, telle que « café de forêt », et les plantations pourront se voir décerner une écocertification pour leur contribution à la « protection de la forêt ». Cette image à but commercial reflète peu la réalité de cette forêt aménagée par et pour la production du café. En effet, même si les plantations de café se font sous ombrage et, de ce fait, permettent de maintenir une partie du couvert arboré, elles entraînent néanmoins une forte simplification de la canopée et donc de la diversité forestière d’origine. Leur mise en place supplante l’ancienne forêt à usages multiples que les habitants de la région, les keficho, avaient réussi à maintenir et à se partager depuis plusieurs siècles.

Une agroforêt à café vers Jimma.

© IRD/G. Michon

Région du Kafa avec ses forêts à café.

© IRD/G. Michon

Le café, pilier de la gestion forestière ?

Un aperçu historique des rapports entre les keficho et l’État

3Un rapide résumé des évolutions des contextes politiques et institutionnels montre que, jusqu’à la période actuelle, les divers changements de statut de ces espaces n’avaient entamé qu’à la marge les conditions d’accès aux ressources forestières.

4À l’époque du royaume du Kafa, à la fin du xixe siècle, le café faisait partie, avec d’autres produits forestiers, d’un long circuit commercial entre Bonga, la capitale, et la mer Rouge. Le café provenait de lieux spécifiques et répertoriés au sein des forêts royales. Chaque année, les intendants royaux évaluaient le volume de production. Le café récolté dans les forêts royales était un tribut dû par les paysans à leur souverain, détenteur du monopole de sa commercialisation. En contrepartie, le roi autorisait les paysans à se partager les secteurs propices à la production de miel dans ces mêmes forêts.

5Avec la conquête Ahmara menée par l’empereur Ménélik II (1897) intervient un premier changement. Le système tributaire est élargi à tous les produits agricoles, surtout les céréales (tef), qui sont privilégiées par les vainqueurs. Le café, n’étant plus exploité par les paysans tributaires, sera partiellement délaissé.

6Un second changement intervient suite à la conquête italienne de 1936 et se prolonge sous le second règne d’Haïlé Sélassié (1941). Le salariat se substitue au système tributaire sur les premières plantations de café, localisées dans des forêts concédées à des Italiens puis attribuées par l’Empereur aux dignitaires de la cour ainsi qu’à des étrangers. Désormais, le marché du café est libre d’accès. Les paysans keficho, quant à eux, continuent de privilégier l’usage multiple des forêts restantes sans se livrer à la plantation caféière, contrairement à certains notables locaux qui les confient en fermage à des paysans.

7Entre 1974 et 1991, le régime socialiste militaire du DERG nationalise les plantations de café des anciens dignitaires et notables. Une partie est laissée aux nouvelles communes, les quebele, qui les ré-allouent à certains de leurs membres. Dans le même temps, les politiques publiques incitent les petits producteurs à la caféiculture. Les keficho commencent à s’intéresser à cette production essentiellement en reprenant des portions d’anciennes plantations et sans que cela ne provoque le moindre rush caféier. Les autres forêts sont classées domaine étatique mais sont utilisées selon des modalités étroitement dérivées de l’ancien système de l’époque royale.

8La période contemporaine, depuis la chute du régime du DERG en 1991, se caractérise par une intégration croissante de l’économie éthiopienne au marché mondial. Le café, principale source de devises du pays, devient un enjeu national faisant l’objet de nouvelles politiques de contrôle et d’incitation à la production. Depuis quelques années, on assiste à l’attribution à des investisseurs nationaux ou étrangers, dans les forêts d’État, de concessions de taille variable dont certaines atteignent plusieurs milliers d’hectares. Dans la région du Kafa, en sus d’une spoliation des anciens usagers des forêts, privés de l’accès à certaines ressources stratégiques, on observe aussi une relance des plantations caféières paysannes sur les portions de forêt jouxtant les exploitations, considérées de plus en plus explicitement comme des propriétés privées.

Une plantation caféière paysanne récente.

© IRD/G. Michon

Ancienne plantation de café nationalisée (Limu, Nord-Jimma).

© IRD/F. Verdeaux

Non pas une forêt, mais différents espaces de production

9En observant ces forêts, leur structure, la répartition des essences et en s’intéressant à la façon dont les groupes keficho en organisent l’exploitation, il devient évident que ces forêts ont été et sont toujours « travaillées ». La manière dont les keficho définissent les différentes catégories d’espaces illustre comment la gestion à la fois physique et sociale de la forêt incorpore les différentes diversités qui lui sont liées : diversité biologique, diversité des usages, diversité des acteurs.

Des espaces différenciés

10Les classifications locales des espaces de production ont en effet manifestement été organisées, socialement et physiquement, en vue de prélèvements réglementés.

11Le mot « forêt » est peu adapté pour désigner ces espaces que les sociétés keficho ne définissent pas à partir de critères naturalistes. Pour eux, le terme kubo désigne la catégorie de milieu modifiée par les humains qui n’est ni le jardin, daado, ni le champ, gotemayo. Les trois catégories désignent des espaces distincts mais complémentaires au sein d’un même système de production. Une exploitation parfaite combine ces trois espaces. Les définitions données par les paysans ne se basent pas sur le type de couvert végétal ou de paysage, qui sont selon eux des critères secondaires.

Le gotemayo, l’espace des champs.

© IRD/G. Michon

Le dadoo, l’espace des jardins, avec ses faux bananiers, ses caféiers et ses arbres fruitiers.

© IRD/G. Michon

12La catégorisation de ces espaces telle que conçue par la société keficho repose sur les rapports que les hommes entretiennent avec la terre et les autres composantes naturelles, et en particulier le type d’activités qu’ils y accomplissent. Le gotemayo (espace des cultures) est l’espace réservé à l’usage de l’araire (sorte de charrue qui griffe la terre sans la retourner, contrairement à une charrue à soc) ; les champs sont donc avant tout des « labours » pour la culture de céréales. Le dadoo (espace de l’horticulture) est lui aussi cultivé, mais il diffère du gotemayo car les hommes y utilisent la houe ; il y pousse une grande variété de plantes (arbres fruitiers, caféiers, épices, légumes, faux bananiers, enset, qui fournissent un aliment de base), et enfin les hommes traitent pied par pied cette diversité de végétaux. Le jardin est aussi un lieu mixte où collaborent les époux et où les femmes disposent aussi de leurs propres productions.

13L’espace forestier, appelé kubo (espace de prélèvement), se distingue des deux autres car c’est la terre où ne passent ni l’araire ni la houe, et parce qu’il est présenté comme non cultivé. Loin d’être un espace d’utilité secondaire, c’est le domaine des prélèvements multiples, tant pour les consommations domestiques que pour la vente. La production de trois qualités de miel, en particulier le miel blanc, le plus recherché, y a longtemps été associée à la collecte du café ainsi que d’une épice, la maniguette kororima, et, plus récemment, la culture d’un poivre de forêt (Piper capense). Le bois de feu y est collecté et différents ligneux sont prélevés : bois d’œuvre pour la construction, bambous, différents types de lianes utilisées pour la construction des habitations et des ruches. Les sous-bois servent aussi de zones de pâturage de saison sèche aux troupeaux de bovins.

Ouverture nocturne d’une ruche dans la forêt de Wush Wush par celui qui vient d’aller la décrocher de l’arbre tcharo.

© IRD/F. Verdeaux

Vente au détail de miel blanc dans une échoppe de Masha.

© IRD/F. Verdeaux

Le miel, produit et protecteur de la biodiversité forestière

14Les conditions de la production mellifère fournissent une bonne illustration de l’usage intensif de la biodiversité forestière.

15Parmi les trois types de miel produits dans les forêts du Kafa, le miel blanc deSchefflera (dénommé localement buto, terme désignant à la fois l’arbre et le miel issu de ses floraisons) est un marqueur de forêts à usages multiples (kubo).

16Contrairement aux autres types de miel, celui-ci disparaît dès que la forêt est convertie en agroforêt ou modifiée pour laisser la place à la monoproduction caféière sur des zones concédées aux planteurs : le café chasse le miel blanc. L’exclusion entre caféiculture et miel blanc est univoque, mais elle n’a pas toujours existé : la co-exploitation du miel et du café au sein des mêmes forêts a perduré au moins jusqu’à la fin du xixe siècle. Les planteurs concessionnaires expliquent cet antagonisme par l’incompatibilité entre le Schefflera et la production caféière. Le Schefflera, du fait de son feuillage épais et dense, apporterait une ombre excessive dans le sous-bois, qui empêcherait la croissance des jeunes caféiers. Il est de ce fait systématiquement supprimé. Mais cette supplantation du miel par le café s’explique aussi par d’autres paramètres. L’apiculture nécessite une grande disponibilité de multiples ressources (matériel pour les ruches, pour la récolte). La simplification de la structure forestière dans les plantations est très forte, ce qui compromet l’accès à cette diversité de ressources, elle-même directement reliée à la diversité biologique. Par ailleurs, l’accès aux autres ressources nécessaires à la production mellifère, quand elles ont été maintenues, devient impossible en raison de la privatisation des plantations.

Ruches installées dans un Schefflera pour la production du miel blanc, le plus recherché d’Éthiopie.
La production de miel blanc dépend étroitement de la structure biologique (présence du Schefflera) et sociale (règles d’accès et hiérarchies locales) de la forêt. La présence de ce miel est donc un marqueur d’un certain type de gestion de la forêt, qui disparaît quand on intensifie la production de café en privatisant les terres.

© IRD/G. Michon

17Le statut des espaces kubo, dédiés aux prélèvements de ressources forestières, s’accompagne de droits d’accès variables ayant en commun l’absence de droit strict de propriété : que ce soit au niveau d’une parcelle, d’une ressource générique (par exemple le miel) ou d’un simple arbre (par exemple un Schefflera producteur de miel blanc), les usagers ne sont que des usufruitiers.

18Cette absence de propriété ne signifie pas un accès libre aux espaces ou aux ressources, elle se combine à d’autres types de régulation nécessaires au bon fonctionnement et au maintien à long terme de l’espace de prélèvement. Par exemple, l’organisation de la production mellifère suppose que l’espace dans son ensemble soit à la fois dédié et approprié à cet usage, et compatible avec d’autres, et ce dans la durée. Même si les aménagements de l’espace forestier sont minimes ou peu visibles (pour l’apiculture, des ruches sont placées au sommet des arbres), il faut que la viabilité de la cohabitation entre les ressources recherchées soit organisée et possible. Les hommes sont soumis d’une part à certaines règles d’accès, et de l’autre à une différenciation sociale hiérarchisée. Ces deux données combinées structurent les prélèvements et permettent d’assurer la reproduction de la ressource. Le miel blanc est emblématique de cette représentation sociale de la forêt, c’est pourquoi il en est l’un des principaux marqueurs physiques.

19Cette « forêt » ainsi définie combine donc deux registres de représentations. Celles des propriétés des différentes ressources les unes par rapport aux autres dans le temps et l’espace, et celles des représentations socio-symboliques relevant des « savoirs naturalistes locaux » et des règles d’usages. En effet, pour les keficho, il est primordial d’assurer non seulement la pérennité du milieu « naturel », mais aussi de cet espace de production « non cultivé ». Les hommes veillent à maintenir la capacité de la « forêt » à fournir « naturellement », sans culture mais non sans intervention, les ressources recherchées, et à en assurer la disponibilité en faisant respecter des principes minimaux d’accès et de partage entre eux. Ces principes permettent, au-delà des vicissitudes historiques, d’organiser le kubo en un espace de production commun, où les prélèvements sont régulés. Cette société, qui s’évertue après chaque crise à redéfinir des modalités d’appropriation, « sait » que, sans un accord minimal sur le simple principe d’une régulation, l’exploitation des ressources n’est pas viable sur le long terme. Sinon les keficho seraient contraints de transformer les espaces kubo en « jardins » ou en « champs ». Cette forte interpénétration entre les structures sociales keficho et les structures physiques de la « forêt » est ainsi particulièrement illustrée dans le cas de la production du miel blanc.

Trieuses de café.
Le café est devenu une culture de rente importante qui tend à envahir tout l’espace de l’ancienne forêt à café.

© IRD/G. Michon

De la forêt domestique à usage multiple à la monoproduction caféière privée

20L’introduction très récente de la monoculture caféière en forêt induit des bouleversements à la fois écologiques, sociaux et culturels. Dans sa logique agronomique comme dans ses implications foncières, elle s’oppose radicalement aux conceptions des sociétés paysannes qui entretenaient cette forêt diversifiée et multi-usages.

21La « clef de voûte » sociale, immuable, qui régule et conditionne les autres règles d’accès aux ressources veut que la terre n’appartienne à personne en exclusivité, précisément parce qu’on est dans l’espace socialement dédié aux productions « non cultivées ». Le miel en fait clairement partie, comme nous l’avons vu, mais le café, exploité traditionnellement, s’y référait aussi. Cette règle élémentaire à la base de tout le système est contredite par l’introduction de la monoculture caféière. En effet, cette dernière transforme définitivement l’espace kubo en espace doublement privatif. Il n’est plus accessible qu’au seul détenteur d’un « droit » exclusif. Simultanément, il est dédié à une seule production au détriment d’autres et, en l’occurrence, de toutes les autres. On passe donc d’un espace non cultivé à un espace cultivé via la monoproduction, et d’un espace régi par l’usage différencié des ressources disponibles sur un espace commun (non approprié individuellement) à un espace partitionné à travers une appropriation individuelle, fixe et exclusive de parcelles de production. Cette double dynamique est valable tant pour les grandes concessions des investisseurs que pour les nouvelles plantations paysannes, qui désormais visent moins à la production de café qu’à la sécurisation foncière, comme en témoigne l’irrégularité du rythme des récoltes.

Bibliographie

Références

Bekele Wolde M. 2008 – A study on forests and non timber forestsproducts in Kafa. Report to BIODIVALLOC project, Addis Abeba, 51 p.

El Ouaamari S., 2009 – La caféiculture en forêt à l’épreuve des dynamiques agraires du Kafa, Éthiopie. Rapport des résultats préliminaires au programme BIODIVALLOC, Paris, 33 p.

Gascon A., 1995 – « Les enjeux fonciers en Éthiopie et Érythrée. De l’ancien régime à la révolution ». In Blanc Pamard C., Cambrézy L. (coord.) : Terre, terroir, territoire, les tensions foncières. Paris, Orstom/CEA-URA94, coll. Colloques et séminaires.

Lange W. J., 1987 – History of the Southern Gonga (Southern Ethiopia). Studien zur kultur kunde, 61, Franz Steiner, Verlag-Wiesbaden, Frankfurt/Main.

Mesfin T., 2008 – Participatory Forest management, Tenure and Food Security. Addis Abeba.

Pankhurst A., Yirgu D., 2009 – An in depth study of selected local products : characteristics, production and marketing of Masha honey (ye masha nech mar). Final report to Home gardens project, Addis Abeba, 65 p.

Verdeaux F., 2010 – Sociocultural and agrobotanical compatibilities for forest honey production (southwestern Ethiopia). Communication, International congress of ethnobiology, Tofino, Canada, 9-12 mai.

Table des illustrations

Légende Une exploitation avec son jardin (daado), ses champs (gotemayo) et sa forêt (kubo) à Gicha, région de Bonga.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Une agroforêt à café vers Jimma.
Crédits © IRD/G. Michon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Région du Kafa avec ses forêts à café.
Crédits © IRD/G. Michon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Une plantation caféière paysanne récente.
Crédits © IRD/G. Michon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Ancienne plantation de café nationalisée (Limu, Nord-Jimma).
Crédits © IRD/F. Verdeaux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Le gotemayo, l’espace des champs.
Crédits © IRD/G. Michon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Le dadoo, l’espace des jardins, avec ses faux bananiers, ses caféiers et ses arbres fruitiers.
Crédits © IRD/G. Michon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Ouverture nocturne d’une ruche dans la forêt de Wush Wush par celui qui vient d’aller la décrocher de l’arbre tcharo.
Crédits © IRD/F. Verdeaux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Vente au détail de miel blanc dans une échoppe de Masha.
Crédits © IRD/F. Verdeaux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Ruches installées dans un Schefflera pour la production du miel blanc, le plus recherché d’Éthiopie.La production de miel blanc dépend étroitement de la structure biologique (présence du Schefflera) et sociale (règles d’accès et hiérarchies locales) de la forêt. La présence de ce miel est donc un marqueur d’un certain type de gestion de la forêt, qui disparaît quand on intensifie la production de café en privatisant les terres.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Légende Trieuses de café.Le café est devenu une culture de rente importante qui tend à envahir tout l’espace de l’ancienne forêt à café.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32153/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 432k

© IRD Éditions, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search