Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 3. Penser, représenter, partager la forêt

10. Une forêt « naturelle » très anthropique

Le café, les hommes et le miel dans le Sud-Ouest éthiopien

François Verdeaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 10000000000002F2000001A7DE25BFA4E042FA85.jpg

Une exploitation avec son jardin (daado), ses champs (gotemayo) et sa forêt (kubo) à Gicha, région de Bonga.

© IRD/ F. Verdeaux

Il existe dans le sud-ouest de l’Éthiopie de grandes forêts tropicales humides. Cette situation est paradoxale, car ces forêts se trouvent à proximité des régions arides du sud-est du Soudan et du nord du Kenya. Cette permanence forestière montre que la déforestation, souvent incriminée dans le pays, n’a pas touché l’ensemble du territoire. Les représentations et les pratiques qui ont contribué à ce processus apparaissent complexes et ambivalentes.

À proximité immédiate de la région de Jimma, frontalière de la « Kafa zone », se trouvent des agroforêts à café qui ont été progressivement créées par les populations. À l’opposé de ces agroforêts construites, les forêts de la région voisine du Kafa sont considérées par les scientifiques comme « naturelles » tout en étant « à café » (et désignées par le terme générique de coffee forest). Elles constituent en effet u...

© IRD Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.