Version classiqueVersion mobile

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Partie 1. Qu’est-ce qu’une forêt ?

1. Qu’est-ce qu’une forêt ?

Les réponses des sciences humaines

Geneviève Michon

Texte intégral

Le leader d’un groupe d’anciens, sur un site rituel, désigne les forêts « sacrées » (forêts sacrées kayas, Kenya).

© IRD/ S. O. Ashikoye

1L’idée de la forêt semble faire consensus, au moins au niveau global et international : c’est un espace portant des arbres. Pourtant, lorsque l’on regarde les situations particulières, les choses se compliquent. Pour le ministère des Forêts en Indonésie, est « forêt » (hutan en indonésien) ce qui fait partie du « domaine forestier national » défini dans la loi forestière, qu’il y ait, ou non, des arbres. Le paysan forestier de Sumatra, quant à lui, n’appliquera pas à sa forêt le terme de hutan, car ce serait reconnaître la prééminence de la législation nationale sur les droits coutumiers et donner, de fait, le droit aux forestiers de régir la forêt qu’il a héritée de ses ancêtres. La France, elle, n’a pas adopté de définition légale de la forêt. Pour les spécialistes de la région, la forêt morvandelle est « bois » plutôt que « forêt », car entrecoupée de chemins, de routes, parsemée de villages et d’étangs. Pour les écologues, la forêt doit satisfaire à un certain nombre de critères (nombre d’arbres à l’hectare, superficie de la zone boisée, diamètre des arbres, etc.). Pour le sociologue, la forêt peut se résumer à un seul arbre.

2Pourquoi a-t-on tant de mal à donner des différentes forêts du monde une définition globale qui satisfasse toutes les parties prenantes ?

Des mots pour désigner la forêt

3Un simple survol des divers termes utilisés ici et ailleurs, hier et aujourd’hui, pour désigner les espaces boisés suffit à révéler la complexité qui se cache sous l’apparente unité du substantif « forêt ».

4En français, la définition minimale de la forêt est « un lieu ou terrain couvert d’arbres » (Dictionnaire Larousse). Le vocabulaire moderne qui qualifie ces étendues boisées est d’une rare pauvreté. Le terme de « forêt » est utilisé aussi bien pour désigner les plantations de pin des Landes que pour décrire la jungle dense des tropiques humides. Entre la forêt et le bosquet, il ne reste guère que le bois. Cette faiblesse terminologique n’est pas commune à toutes les langues, bien au contraire. Les parlers anciens, les langues et dialectes vernaculaires des peuples forestiers possèdent un large éventail de termes pour nommer et classer les types de végétations boisées.

5Par exemple, les paysans de l’ouest de Bornéo, qui pratiquent des cultures sur abattis-brûlis, utilisent pour désigner leur « forêt » une dizaine de termes classificatoires qui peuvent eux-mêmes se décliner en sous-catégories et font référence à des pratiques et des usages ou à des considérations historiques et juridiques particulières. Cette variété terminologique se retrouve dans de nombreuses cultures rurales du monde dans l’économie desquelles la forêt occupe une place importante. Ainsi, jusqu’au xixe siècle, les termes utilisés en France pour désigner la forêt intégraient aussi bien des critères physionomiques que juridiques. Ces termes ont disparu avec la révolution industrielle et l’exode rural, en même temps que la forêt perdait de son importance dans la vie économique et sociale des campagnes.

6On rappellera au passage que notre terme « forêt » dérive du terme latin for (hors de, extérieur à, à part). La foresta était un espace soustrait au domaine commun pour les chasses des seigneurs, c’est-à-dire un espace défini non pas par ses composantes physiques ou vivantes – la foresta pouvait être une lande ou un bois –, mais uniquement par sa soustraction du monde de l’utilitaire et de l’économique, et par l’exclusion forcée de tous au profit du seul seigneur. Ces forêts soustraites du monde commun pour des considérations qui touchent à la fois au pouvoir, au religieux et au symbolique se retrouvent sous les tropiques : « forêts de la tradition » ou « bois sacrés » sont universels. Seuls les initiés – chamans, sultans, chefs de la coutume –, qui font office de médiateurs entre l’humain et les esprits, y ont accès.

Modeste habitation dans les hameaux dispersés du « corridor » forestier qui relie les parcs nationaux de Ranomafana et d’Andringitra à Madagascar.
Ces habitants des forêts vivent de la riziculture de bas-fond et de l’agriculture vivrière sur les versants autour des rizières. Ils prélèvent aussi quelques ressources animales et végétales dans la forêt pour se nourrir, se soigner et se chauffer.

© IRD/S. Carrière

Rituels dans les forêts sacrées kayas de Rabai (Kenya).
Les anciens construisent une hutte avec des matériaux pris dans la forêt (rien ne doit provenir de l’extérieur) sur laquelle on dépose une pièce de tissu bleu, destinée à faire le lien avec le ciel. Une fois la hutte terminée, une prière sera prononcée et le tissu sera imprégné d’huile de castor.

©IRD/M.-P. Ballarin

7Ces exemples montrent combien les sociétés, à partir de la réalité tangible de la forêt, en construisent une définition qui reflète leurs croyances, leurs hiérarchies, leurs besoins et leurs attentes. Dans ces définitions, l’immatériel, ou la « surnature », constitue un socle sur lequel l’économie, les rapports sociaux et le pouvoir vont se greffer pour produire des images de la forêt correspondant à chaque groupe social à un moment donné. L’analyse des modes classificatoires des espaces forestiers renseignera donc autant sur la nature des rapports d’une société à la forêt que sur la teneur des rapports sociaux dans ce qui touche au contrôle des ressources naturelles.

Et pour les scientifiques ?

8Pour les biologistes ou les écologues, la forêt est un ensemble de communautés végétales et animales dominé visuellement par des arbres, fonctionnant et se reproduisant selon des règles qui lui sont propres. Elle est appréhendée comme une réalité autonome définie par des paramètres structuraux et des processus biologiques. Les botanistes insistent sur les constituants végétaux et leur répartition dans l’espace, en s’intéressant non seulement aux arbres, mais aussi aux arbustes, aux plantes de sous-bois, aux lianes, aux épiphytes, aux champignons, aux mousses, aux algues, aux lichens et à leur agencement dans l’espace. Les biologistes et les écologues classent les forêts en fonction de critères biogéographiques, topographiques (forêt boréale, tempérée, tropicale, de montagne) ou par types de végétation (forêt de feuillus, de résineux, décidue, sempervirente), ou encore selon l’état d’intégrité de l’écosystème (forêt primaire, climacique, secondaire, dégradée, anthropisée). Ils étudient les relations d’interdépendance qui lient les composantes végétales et animales de la forêt, en insistant sur la diversité (des espèces, des habitats, des niches écologiques) et la complexité (des structures, des architectures forestières, des relations intra- et interspécifiques). Ces approches reflètent un rapport objectif à la nature qui met d’emblée la forêt à l’extérieur de la sphère sociale. Elles ont d’ailleurs considéré pendant longtemps que les humains ne faisaient pas partie de l’écosystème et n’en étaient que des agents perturbateurs. Même si les approches évoluent et intègrent aujourd’hui l’Homme comme un facteur majeur de l’évolution des forêts, les discours sur la biodiversité et l’évidence de la déforestation renforcent l’idée d’une forêt « en danger » dans laquelle l’Homme est surtout considéré comme une menace pour l’intégrité de la forêt.

Une vision « botanique » de la forêt : Licuala spinosa Roxb., un palmier des sous-bois humides des forêts d’Asie du Sud-Est.

© IRD/G. Michon

9Les géographes, les anthropologues, les économistes ou les spécialistes des sciences politiques ne vont pas s’intéresser à la forêt pour elle-même, mais à travers ce que les Hommes et les sociétés en disent et en font, ou pour ce qu’elle révèle sur les sociétés. Pour ces chercheurs, la forêt est largement le produit historique de rapports entre nature et sociétés, voire une construction avant tout sociale ou mentale : la forêt les concerne à travers les enjeux sociaux, culturels, religieux ou politiques qu’elle incarne. Peu importe la « nature » de cette forêt, peu importe le nombre d’arbres qu’elle comporte. Ce qui prime, ce sont les formes sociales, politiques et cognitives du rapport de l’homme à cet objet. Mais, dans cette optique, toutes les disciplines des sciences de l’homme et de la société se sont penchées sur la question forestière, à commencer par l’histoire, qui a montré que la forêt et ses transformations ont accompagné l’histoire des sociétés, et que l’histoire de la forêt est autant celle des arbres que celle des hommes. L’anthropologie et en particulier l’ethnoscience se sont intéressées à la façon dont les sociétés locales construisent leurs relations à « la forêt », en étudiant les représentations et les classifications, les pratiques et les usages, les règles et les conflits. La sociologie a étudié les mécanismes en jeu dans les rapports sociaux autour de la question forestière. La géographie humaine a abordé la façon dont les pratiques techniques et sociales conditionnent la persistance, la destruction ou l’apparition des forêts dans les paysages, ou encore le rôle assigné à la forêt dans la constitution des territoires. Les sciences politiques étudient aujourd’hui la formation des relations internationales autour de la question forestière.

Abattis dans la forêt de Sumatra (Indonésie).
La forêt tropicale a, dans de nombreux endroits, été façonnée par les pratiques des sociétés forestières, et en particulier par l’agriculture sur abattis-brûlis.
Cette forme d’agriculture particulièrement adaptée aux conditions de la forêt tropicale crée des mosaïques de différents faciès de forêts plus ou moins anciennes, différenciés localement par différentes appellations, et définies par différents usages et différents statuts.

© IRD/G. Michon

10Au-delà de l’écosystème, qui existe indépendamment de l’homme, se profile ainsi une « forêt des hommes » : un domaine défini par et pour des usages précis, un paysage façonné par les pratiques des utilisateurs – chasseurs-cueilleurs, agriculteurs, forestiers, citadins –, une construction mentale profondément investie par le symbolique, le sacré, le religieux, et le produit des rapports de pouvoir qui s’établissent entre les hommes pour le contrôle des ressources naturelles.

Alors, qu’est-ce qu’une forêt ?

11Il n’y a visiblement pas de réponse simple à cette question, mais une multiplicité de points de vue, tous recevables.

Des définitions multiples

12De nombreux acteurs et organismes (privés, publics, nationaux ou internationaux) ont produit leur propre définition, à des fins de planification (inventaires, suivi et aménagement des surfaces forestières) ou de législation (définition du « domaine forestier », statut juridique faisant rentrer certaines terres dans le domaine du droit public). Certaines définitions retenues par les pays dans le cadre de leurs politiques forestières sont purement juridiques, comme nous l’avons mentionné plus haut pour l’Indonésie. En revanche, certains pays comme le Brésil, la Colombie, Haïti, le Honduras ou le Pérou ne possèdent pas de définition légale de la forêt. Les définitions qui font consensus sont plus souvent basées sur des critères morphologiques (surface, densité et hauteur des arbres, taux de recouvrement du sol par la couverture foliaire) car, pour des besoins d’inventaires et de statistiques, les forêts doivent pouvoir être repérables et observables depuis le ciel ou l’espace. Mais les définitions des différents organismes ne concordent pas sur les seuils, et des positions différentes, jamais neutres, ont été adoptées selon les pays quant à l’intégration ou non des plantations forestières dans la catégorie « forêt ».

Image satellite du corridor forestier de Fianarantsoa à Madagascar.
La partie vert foncé est forestière,
les parties en rose et vert clair qui entourent ce massif de forêt sont cultivées, herbacées, défrichées ou occupées par du sol nu.

Image Spot (2004), traitée par le programme GEREM-Fianaranstoa (IRD)

  • 1 http://www.fao.org/docrep/003/x4130f/X4130f03.htm, http://www.fao.org/forestry/cpf/definitions/fr/

13Pour des besoins d’évaluation globalisée des ressources forestières au niveau mondial, la FAO a proposé une définition unique de la forêt qui repose sur la structure de la formation (10 pour cent minimum de couvert forestier, espèces ligneuses supérieures à 5 m) et sa surface (minimum de 0,5 ha)1.

14Cette définition permet de collecter des données statistiques de façon standardisée à l’échelle mondiale. Mais elle est sujette à controverses, en premier lieu à cause de la variété des formations boisées (les critères sont bien entendus différents au Sahel, où les forêts ne comptent que quelques arbres dispersés à l’hectare, et en milieu équatorial, où les couronnes des arbres se recouvrent sur plusieurs étages), mais aussi parce qu’elle exclut des formations végétales comme les forêts-galeries, les haies boisées, les brousses tigrées, la taïga. Elle induit aussi des confusions ou des interprétations erronées dans le cas des systèmes boisés paysans : jachères agricoles, systèmes agroforestiers complexes comme les agroforêts ou les parcs soudano-sahéliens et méditerranéens, oasis.

Derrière les définitions, les enjeux

15Il est important de préciser que ce foisonnement de points de vue et de définitions masque souvent des enjeux économiques, sociaux, politiques et symboliques, tant au niveau des terroirs locaux que sur la scène internationale. Ainsi, d’un pays à l’autre, d’une organisation internationale à l’autre, les définitions s’adaptent aux enjeux environnementaux, aux intérêts économiques et aux situations locales. Les définitions légales de la forêt permettent aux États de s’arroger la légitimité des décisions en ce qui concerne la gestion forestière, y compris sur des terres privées : de ce fait même, les conflits d’intérêts avec les populations locales sont fréquents dans les forêts du monde tropical. Selon les définitions adoptées, les surfaces forestières mondiales varient du simple au triple. L’inclusion des plantations dans le décompte des surfaces forestières peut parfois servir à minimiser l’avancée de la déforestation : le Laos, qui vient d’inclure dans sa définition des forêts les plantations d’hévéa, a soudainement annoncé un ralentissement très net de son taux de déforestation. Il ne s’agit pas uniquement d’une histoire de chiffres ou d’effets d’annonce : à l’heure où se mettent en place, dans le cadre des politiques internationales de lutte contre le changement climatique, des mécanismes de compensation financière pour la « déforestation évitée », un État qui montre qu’il a réduit son taux de déforestation peut engranger des dizaines de millions de dollars.

16Discuter les définitions n’est donc en rien insignifiant : inclure ou non des surfaces dans la catégorie « forêt » ne relève pas d’une démarche scientifique. C’est avant tout une décision sociale et politique qui a d’importantes répercussions sur les domaines de compétence des institutions et des structures concernées, sur les mandats et les prérogatives de gestion des acteurs touchés, ainsi que sur les modalités d’accès et les types d’usage, tout autant que sur les formes d’appropriation et la capture des bénéfices tirées de l’usage des ressources arborées.

Et la déforestation ?

17Tout le monde (y compris la majorité des auteurs de cet ouvrage) s’accorde sur l’ampleur et les conséquences dramatiques de la destruction des forêts anciennes, tropicales en particulier. Nous voulions juste insister ici sur l’aspect historique de la déforestation, et sur l’importance de prendre en compte ce qui succède au défrichement.

18De l’openfield anglais ou du bocage normand aux rizières balinaises, les paysages agricoles les plus accomplis sont issus d’une intense déforestation. Mais cette déforestation passée n’a pas eu pour conséquence d’éliminer définitivement tous les éléments boisés du paysage. En même temps qu’ils défrichaient leur espace au cœur des forêts anciennes, les agriculteurs ont créé des terroirs où une nouvelle forêt côtoyait champs et villages, une forêt formée de petits bois ou d’agroforêts, de jachères, de haies vives, de bosquets, de jardins de case, de parcs formés d’arbres isolés dans les champs, de parcours. Dans les paysages agricoles ou autour des paysages urbanisés, les collectivités humaines qui avaient la charge de cette forêt ont assuré sa protection dans la mesure où elles lui reconnaissaient une valeur économique, culturelle ou symbolique.

19Au fil des défrichements successifs, la forêt n’a cessé d’être redessinée à la mesure des besoins sociétaux. Ce processus de recomposition continu est aussi valable en Europe qu’à Java, dans les civilisations bantoues que chez les Mayas (et voir encadré 1 sur les forêts de l’île de Nias en Indonésie). La différence fondamentale entre ces défrichements historiques et la déforestation actuelle réside sans aucun doute dans l’ampleur et la rapidité du phénomène. Mais aussi dans ce qui constitue le moteur du défrichement forestier et ce sur quoi ce défrichement débouche : autrefois, une recomposition des systèmes de subsistance qui cherchait à intégrer les ressources arborées utiles à l’agriculture, aujourd’hui la recherche d’une maximisation du profit à court terme, sans prise en considération des conséquences environnementales et sociales à moyen et long terme.

Paysage agroforestier à Bali (Indonésie).
Dans cette île surpeuplée, la forêt des origines a été remplacée par un paysage où alternent des rizières irriguées et des composantes boisées, les agroforêts, dans lesquelles on retrouve certaines espèces des anciennes forêts naturelles, et qui abritent une grande diversité végétale.

© IRD/G. Michon

Déforestation à Bornéo (Indonésie).
De vastes surfaces de forêt sont défrichées chaque année pour donner place à des plantations industrielles (ici des plantations d’Acacia mangium pour la pâte à papier) détenues par de grands groupes financiers à la recherche de profits rapides.

© IRD/G. Michon

Encadré 1
Forêt conservée, forêt détruite
L’histoire différenciée du paysage dans deux îles indonésiennes
Dominique Guillaud
La destruction des écosystèmes forestiers originaux est généralement imputée aux effets récents de la modernité : essor des cultures industrielles au détriment des espaces forestiers, échanges accélérés et croissance démographique, ponctions pour les constructions et les besoins en bois de chauffe d’une population nombreuse. Mais ces phénomènes liés à la mondialisation ne sont pas forcément récents, pas plus que la mondialisation elle-même. L’exemple d’une île de l’Ouest indonésien, Nias, au large de Sumatra dans l’océan Indien, permet de mesurer la relative ancienneté de ces changements. Dans cette île, la forêt humide originelle a aujourd’hui complètement disparu, alors que sur une île proche au sud, celle de Siberut, elle semble se maintenir puisqu’elle couvre près de 60 % de la surface de l’île, et que la faune et la flore y présentent un taux d’endémicité exceptionnel. Quels phénomènes ont ainsi frappé une île, et épargné une autre ?
Les deux îles ont connu les mêmes phases initiales de peuplement remontant, pour la plus ancienne, à environ 12 000 ans. Outre la chasse et la cueillette, les productions dans ces îles sont au départ basées sur les plantes originelles de l’aire géographique : principalement taro (Colocasia esculenta), igname (Dioscorea spp.) et sagou (Metroxylon sago), trois plantes adaptées à différents écosystèmes plus ou moins humides, sur lesquels elles laissent dans tous les cas une empreinte plutôt discrète. Le sagou est un palmier qui pousse plus ou moins spontanément dans les marécages, les ignames et les taros impliquent des cultures de type jardins, laissés rapidement aux recrûs forestiers après quelques années de culture. On peut ainsi penser que, dans les temps anciens, les paysages insulaires de la région étaient très largement forestiers. Ils excluaient le riz, qui dans l’archipel indonésien est un apport des deux derniers millénaires, parfois très récent, et qui participe d’un package technique originaire d’Asie du Sud-Est continentale et comportant notamment le métal.
L’île de Nias
Au cours des derniers siècles, l’île de Nias va expérimenter des changements considérables. Ceux-ci débutent par l’apparition, aux alentours du xive siècle, d’un groupe de population imposant sa domination aux sociétés antérieures, peu ou pas hiérarchisées. Ce groupe met en place un système social très stratifié, en s’auto-désignant comme l’aristocratie, laquelle domine désormais une classe de gens du commun et une autre d’esclaves. Il assied sa domination sur une série d’avantages, et en particulier sur le contrôle du métal et de ses circuits d’échange, point crucial dans une île qui est dépourvue de tout minerai. Ainsi apparaît une société basée sur une forte compétition interne, et où un élément obsessionnel de la vie sociale tourne autour des fêtes de mérite que se doit de donner tout membre de l’aristocratie (et plus tard, aussi, les plus élevés des gens du commun). Ces fêtes sanctionnent le franchissement des étapes importantes de la vie d’un individu et, au-delà, de son prestige personnel. Beaucoup d’entre elles s’accompagnent de l’érection d’un mégalithe, orné ou non, à la taille souvent imposante, mégalithes qui ont fait la réputation de Nias. Toutes les fêtes requièrent des mois, voire des années de préparation, car elles nécessitent l’accumulation de richesses, en or et autres métaux (le cuivre est particulièrement apprécié), en cochons et aussi en riz destiné aux participants, ceux-ci aussi nombreux que la fête est importante. Au cours de cette fête, tous les biens, or et découpes de porc, sont redistribués aux parents et aux alliés, la comptabilité de ces dons et leur contrepartie au fil du temps étant un élément essentiel du moteur social, liant tous les membres de l’aristocratie dans un système de créances et de dettes courant de génération en génération.
S’il est probable que ce système se met en place lentement à compter du xive siècle, à un moment donné, peut-être dès le xve siècle, des circonstances externes vont lui donner une impulsion radicale. En effet, ce système requiert des biens extérieurs à l’île, et en particulier du métal de toute sorte, fer pour les armes et les outils, cuivre, bronze, laiton et or pour les parures, les dons des fêtes, et les gongs qui sont à la fois des regalia et des instruments des prêtres. L’aristocratie se les procure auprès des marchands venus sur leurs navires, en les échangeant contre les seuls biens qu’ils peuvent accumuler localement : les esclaves. Ceux de Nias, de réputation « docile et efficace », étaient particulièrement prisés par toutes les entreprises industrielles qui alimentaient les échanges mondiaux, ce dès l’apparition du commerce international du poivre au xve siècle. Au début du xviie siècle, les esclaves de Nias sont envoyés dans les plantations de poivre d’Aceh, dans les mines d’argent de Bengkulu, dans les complexes de cultures destinés à nourrir tous ces travailleurs, et jusque dans les plantations de canne à sucre de l’île Bourbon ! Les acteurs de ce commerce sont les grandes compagnies marchandes européennes (la Compagnie des Indes orientales, fondée en 1602 dans les Provinces-Unies), mais aussi les marchands du nord de Sumatra, les Chinois, les Français… Les échanges, précisent les archives, se font contre des tissus et du tabac, de l’or et d’autres métaux, des gongs, ainsi que des fusils et de la poudre pour mener les razzias. L’île se structure pour ce commerce : tandis que les groupes de l’intérieur se pillent et se razzient mutuellement, ceux de la côte se spécialisent dans l’échange avec l’extérieur. Le système s’emballe entre le xviie et le xxe siècle dans une succession « choquante » (selon les termes de Raffles, gouverneur de la Province de Bengkuku à Sumatra, à qui l’on doit la première description détaillée de l’île en 1822) de razzias et de pillages, qui alimentent un système des fêtes de mérite de plus en plus voraces et somptuaires.
Cette course à la fête et au prestige va plus ou moins complètement avoir raison de la forêt dans l’île. Cette forêt est coupée d’abord pour y aménager des terres de culture, destinées à nourrir la population mais surtout à obtenir des surplus, vendus comme nourriture destinée aux esclaves des plantations et des mines de Sumatra. L’igname est encore à la fin du xviie siècle un produit d’exportation, de plus en plus remplacé, dans les champs, par la patate douce (Ipomoea batatas) servant à nourrir hommes et cochons. Mais comme bientôt les esclaves ne suffisent plus à se procurer les biens extérieurs, au début du xixe siècle c’est aussi du riz, cultivé par la main-d’œuvre servile elle-même, qui est exporté pour répondre à la demande régionale. Alors que jadis le riz n’était consommé qu’à l’occasion des fêtes de mérite, il devient un aliment courant dans l’île. À Nias, une société de riziculteurs se met en place, le riz envahit progressivement les paysages, prenant peu à peu le pas sur la forêt. Celle-ci est également affectée par les coupes de bois d’œuvre destinées à la construction des habitations, en particulier des gigantesques maisons des chefs qui, dans le centre et le sud de l’île, faisaient bâtir des demeures à la mesure de leur statut.
Au début du xxe siècle, l’Église va interdire ce système dispendieux et injuste de fêtes de mérite, dont des parties toutefois se pratiquent encore discrètement et officieusement, dans les villages reculés ou à l’occasion de certaines fêtes chrétiennes. La forêt a entre-temps périclité, et les grands arbres sont rares. Vers 1980, on en trouve si peu qu’il est très difficile de construire ou de réparer des maisons traditionnelles dans l’île ; aujourd’hui c’est impossible, faute de bois d’œuvre de taille et de qualité suffisantes.
L’île de Siberut
La comparaison avec l’île de Siberut, à 150 km au sud de Nias, permet de mesurer le décalage. Les communautés peu hiérarchisées, peu nombreuses (40 000 personnes aujourd’hui, alors que Nias en compte plus de 700 000 !) et plus ou moins autonomes n’ont connu ni la stratification sociale de l’île voisine, ni les échanges intensifs du commerce mondialisé. La population clairsemée et la circulation très difficile, ainsi que la réputation exécrable de cette île marécageuse et de ses habitants, avaient réussi à tenir quasiment tous les visiteurs à l’écart. L’île, jugée primitive par le pouvoir indonésien, était mise en quarantaine depuis l’Indépendance. C’est pourquoi, dans les années 1970, on y trouvait une forêt humide encore en grande partie intacte, résultat d’une gestion précautionneuse de l’environnement selon des principes animistes faisant de tous les êtres, vivants et non-vivants, les partenaires solidaires de l’équilibre cosmologique, chaque altération de cet équilibre (et donc de l’écosystème) appelant une compensation.
La suite de l’histoire forestière de Siberut relève de processus plus conformes à ceux des temps modernes : devant ce potentiel intact, le gouvernement indonésien livre l’intégralité de l’île aux compagnies forestières. En réaction, une mobilisation internationale, orchestrée par quelques chercheurs spécialistes de Siberut, aboutit en 1993 à faire classer une partie de l’île, encore peu touchée par les coupes, en parc naturel, devenu depuis une réserve de la Biosphère. Des ONG locales de conservation de l’environnement apparaissent. La forêt de l’île est-elle désormais sauvée ? Rien n’est moins sûr, car du fait même de la structuration de la société, très éclatée, une mobilisation concertée de la population pour protéger la forêt n’est guère concevable. Par exemple, les propriétaires fonciers, catégorie autrefois inconnue dans un système qui ignorait la vente de terre, se laissent aisément tenter par les offres des compagnies forestières qui les sollicitent pour acheter les espaces hors réserve. Or, les premiers biens acquis grâce à l’argent sont souvent des moteurs de bateau, des fusils et des tronçonneuses, qui risquent d’affecter lourdement les espaces forestiers et la faune. L’absence de cohésion de la société, qui a permis la « préservation culturelle » de l’environnement naturel, représente désormais la plus grande menace sur l’écosystème.

Mégalithe orné, nord de l’île de Nias.
À compter du xviie siècle, voire plus tôt encore, l’aristocratie de l’île s’est lancée dans une compétition de fêtes de mérite dont certaines se concluaient par l’installation d’un mégalithe, symbole du statut élevé de l’individu.

© IRD/D. Guillaud

Paysage de l’est de Nias.
Les défriches pour la culture, du riz en particulier, ont transformé les paysages, et la forêt ne subsiste que sur quelques reliefs.

© IRD/D. Guillaud

Maisons dans le centre-sud de l’île de Nias.
La recherche de bois d’œuvre pour les grandes maisons claniques, dans une société lancée dans la course au prestige, a été l’une des causes de la déforestation.

© IRD/D. Guillaud

© IRD/D. Guillaud

Départ de la chasse, île de Mentawai.
La forêt de l’île a longtemps été préservée par une circulation difficile et par la gestion précautionneuse que les clans indépendants faisaient de l’environnement. Aujourd’hui, cette faible cohésion sociale est une menace face aux intérêts des compagnies forestières.

La forêt tropicale : entre forêt-monde et forêts locales, plusieurs niveaux de définition

20La forêt tropicale, particulièrement emblématique d’une « nature » agressée par les activités humaines, n’est pas seulement une entité globale et planétaire, et les images construites en Occident à son propos ne coïncident pas forcément avec les représentations que les pays tropicaux ou leurs populations peuvent avoir de ces mêmes forêts. Pour se repérer dans le dédale des interprétations et des appréciations multiples de la surface couverte par les forêts et de son corollaire, la déforestation, on peut schématiquement considérer trois niveaux de définition.

Au niveau international

21La dégradation et la disparition des forêts tropicales sont un des grands sujets d’inquiétude au niveau mondial. Autrefois qualifiée de « poumon de la planète », puis selon les régions de « hot spot » de la biodiversité, la forêt tropicale est aujourd’hui considérée comme un élément central dans le stockage du carbone atmosphérique et la lutte contre le changement climatique. Ce premier avatar de la forêt tropicale, faisant référence à des préoccupations environnementales globales, est le plus médiatisé. Il appelle une gestion conservatrice, à laquelle on convie en bloc les défenseurs de la nature, du climat et des peuples indigènes. Les instruments définis par les États pour sa gestion vont de la création de parcs ou de réserves à la mise en place de mécanismes financiers destinés à compenser la « déforestation évitée ». Même s’il n’existe pas, à ce jour, de convention internationale sur la forêt tropicale, ces instruments économiques, juridiques ou financiers sont discutés et décidés au niveau international car ils sont directement issus des deux grandes conventions sur la biodiversité et sur le climat.

Forêt primaire à Sumatra (Indonésie).
Au niveau international, les forêts tropicales sont avant tout considérées pour leur rôle environnemental : protection de la biodiversité ou rôle dans la lutte contre le changement climatique.

© IRD/G. Michon

Au niveau des pays

22Pour les États des pays du Sud, la forêt tropicale est avant tout un capital à valoriser, à travers deux stratégies complémentaires : l’exploitation du bois, qui constitue une activité indispensable aux économies nationales, et l’affectation du foncier, base stratégique des politiques de développement. La gestion de ce capital forestier se traduit en général par la mainmise de l’État sur les terres et les ressources forestières à travers des cadres législatifs et des politiques spécifiques. La gestion du capital ligneux (aménagement, exploitation, protection) est supervisée par les professionnels de la forêt formés comme des ingénieurs, et souvent déléguée à des entreprises privées par le biais de concessions forestières. La valorisation du capital foncier passe par les grandes politiques économiques et agricoles édictées par l’État et appelle souvent une transformation radicale de la forêt : défrichements pour l’établissement de grandes plantations (palmier à huile, soja, coton, hévéa, viande bovine), ou pour le déplacement de populations et la colonisation agraire. Dans les faits, cette colonisation agraire succède dans le temps à l’exploitation forestière qui, malgré ses prétentions à la durabilité, épuise souvent les peuplements arborés après un cycle de coupe : s’il est éminemment rentable, pour les forestiers, d’exploiter des forêts primaires, il n’y a par contre aucun intérêt économique à gérer durablement les forêts.

Exploitation des forêts primaires pour le bois.
Cette activité est immédiatement rentable car les exploitants récoltent directement ce qui a été mis en place par la nature, ils n’ont donc pas eu à investir dans la production de bois. Au-delà du premier cycle de coupe, les rendements de l’exploitation baissent fortement, ce qui compromet toute velléité de gestion durable des forêts tropicales.

© IRD/G. Michon

La forêt du quotidien

23Derrière ces forêts définies et gérées au niveau international et au niveau national se cache aussi la forêt réelle et quotidienne, parcourue, travaillée, modifiée et reconstruite par les agriculteurs. Cette forêt-là forme l’essentiel de la matrice forestière en Asie et en Afrique et elle est sans doute à l’origine de la forêt amazonienne contemporaine. Elle est constituée de la juxtaposition de centaines de milliers de patrimoines domestiques qui constituent le fondement de l’économie des villages, de l’identité des groupes humains et de l’organisation des territoires. Ces patrimoines sont gérés selon des normes, des règles et des pratiques dites « coutumières » définies et respectées au niveau local. Cette réalité concrète et quotidienne de la forêt tropicale est la plupart du temps totalement absente du discours international et des grands projets qui en découlent.

24Ces trois visages de la forêt tropicale sont-ils compatibles ? Les recherches en sciences humaines et sociales montrent qu’ils sont surtout source de conflits : la raison internationale qui « récompense » l’arrêt de la déforestation pour la lutte contre le réchauffement climatique peut-elle s’accommoder des logiques des Punan de Bornéo qui ont besoin, chaque année, de défricher une parcelle de forêt pour produire leur riz ?

Agriculture forestière à Sumatra (Indonésie).
Le patrimoine forestier des ethnies (ici les Talang Mamak dans l’est de Sumatra) est géré pour assurer la durabilité de cette forme d’agriculture. Des repas rituels destinés aux esprits de la forêt et du riz accompagnent l’abattage des arbres et la mise en culture.

© IRD/G. Michon

25Le gouvernement indonésien se soucie-t-il de protéger les agroforêts à rotin ou à damar des paysans de Sumatra alors qu’il soutient l’établissement de centaines de milliers d’hectares de plantations de palmier à huile par des proches du régime ? Au Laos, les populations montagnardes et forestières que le gouvernement déplace de force pour « protéger la forêt » laissent vacants de grands espaces forestiers, riches en biodiversité, qui attirent exploitants et trafiquants de toutes sortes.

Conclusion

26Jadis avec les premiers défrichements civilisateurs et l’établissement des grandes religions, aujourd’hui avec la mondialisation des échanges ou les débats internationaux sur le climat, les sociétés se retrouvent, s’unissent ou s’affrontent pour tirer parti de l’exploitation et des transformations de l’espace forestier, pour contrôler l’accès à ses richesses et pour en définir les usages et le rôle : vierge ou défrichée, la forêt est autant au cœur des paysages les plus médiatisés qu’au centre des rapports sociaux.

27Du mythe de l’immense forêt vierge, immuable, impénétrable, à la diabolisation médiatique du palmier à huile ou aux inquiétudes scientifiques sur le carbone et la biodiversité, les réflexions sur l’espace forestier sont donc toujours fortement liées aux représentations, aux systèmes de valeur et à l’imaginaire. Et si, aujourd’hui comme de tout temps, l’accès à la forêt et à ses ressources reste un enjeu économique, social et politique aussi bien pour les populations que pour les États et pour tous les acteurs de la scène internationale, cet enjeu passe d’abord par la définition de ce qu’est la forêt.

Bibliographie

Références

Bahuchet S., de Maret P., Grenand F., Grenand P., 2001 – Des forêts et des hommes. Un regard sur les peuples des forêts tropicales. Bruxelles, Éditions de l’Université, 156 p.

Carrière-Buchsenschutz S., 2007 – L’urgence d’une confirmation par la science du rôle écologique du corridor forestier de Fianarantsoa. Études Rurales, 178 : 181-196.

Corvol A., Dereix C., Galochet M., Gresser P., Lormant F., Rochel X., 2014 – Regards sur la forêt. Paris, L’Harmattan, 480 p.

Descola P., 2011 – L’écologie des autres. L’anthropologie et la question de la nature. Paris, Éditions Quae, 110 p.

Doornboos M., Saith A., White B., 2000 – Forests. Nature, people, power. UK, Blackwell Publishers.

Dove M. R., Sajise P. E., Doolittle A. A. (eds), 2011 – Beyond the Sacred Forest : Complicating Conservation in Southeast Asia. Durham NC, Duke University Press.

Guillaud D., 2013 – « Le temps long des territoires et des patrimoines ; exemples des îles Siberut et Nias (Indonésie) ». In Juhé-Beaulaton D., Cormier-Salem M. -C, de Robert P., Roussel B. (éd.) : Effervescence patrimoniale au Sud. Entre nature et société, IRD Éditions, coll. Latitude 23 : 171-197.

Hardin R., 2005 – À travers la forêt, vers une nouvelle anthropologie environnementale. Anthropologie et Sociétés, 29 (1) : 7-20

Hetch S. B., Morrison K. D., Padoch C. (eds), 2013 – The Social Lives of Forests. Past, Present, and Future of Woodland Resurgence. Chicago, University of Chicago Press, 512 p.

Harrison R., 1992 – Forêts. Essai sur l’imaginaire occidental. Paris, Flammarion, 345 p.

Juhé-Beaulaton D., Roussel B., 1994 – Regards européens sur la flore et la végétation de l’Afrique tropicale humide (xviie-xxe siècles). Journal d’Agriculture Tropicale et de Botanique Appliquées, Paris, MNHN, XXXVI (2) : 25-38.

Kialo P., 2007 – Anthropologie de la Forêt. Populations pové et exploitants forestiers français au Gabon. Paris, L’Harmattan, Études africaines, 392 p

Kohn E., 2013 – How Forests Think : Toward an Anthropology Beyond the Human. University of California Press.

Larrère R., Nougarède O., 1993 – Des hommes et des forêts. Paris, Gallimard.

Michon G., 2003 – Ma forêt, ta forêt, leur forêt. Perceptions et enjeux autour de l’espace forestier. Bois et forêts des tropiques, numéro spécial : « Forêts détruites ou reconstruites ? », 278 : 15-24.

Michon G., Romagny B., Auclair L., Deconchat M., 2012 – Forests as patrimonies? From theory to tangible processes at various scales. Ecology and Society, 17 (3): 7.

Michon G., 2015 – Agriculteurs à l’ombre des forêts du monde. Agroforesteries vernaculaires. Arles, Actes Sud, 290 p.

Slater C. (dir.), 2003 – In Search of the Rainforest. Durham, Duke University Press.

Smouts M.-C., 2001 – La forêt tropicale, jungle internationale. Les revers d’une écopolitique mondiale. Paris, Presses de Sciences Po, 296 p.

Vandergeest P., Peluso N. L., 2006 – Empires of Forestry : Professional Forestry and State Power in Southeast Asia, Part 1. Environment and History, 12 (1) : 31-64.

Vandergeest P., Peluso N. L., 2006 – Empires of Forestry : Professional Forestry and State Power in Southeast Asia, Part 2. Environment and History, 12 (4) : 359-393.

Verdeaux F., 1999 – La forêt monde en question. Recomposition du rapport des sociétés à la forêt dans les pays du Sud. Paris, Autrepart, 9.

Notes

1 http://www.fao.org/docrep/003/x4130f/X4130f03.htm, http://www.fao.org/forestry/cpf/definitions/fr/

Table des illustrations

Légende Le leader d’un groupe d’anciens, sur un site rituel, désigne les forêts « sacrées » (forêts sacrées kayas, Kenya).
Crédits © IRD/ S. O. Ashikoye
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Modeste habitation dans les hameaux dispersés du « corridor » forestier qui relie les parcs nationaux de Ranomafana et d’Andringitra à Madagascar.Ces habitants des forêts vivent de la riziculture de bas-fond et de l’agriculture vivrière sur les versants autour des rizières. Ils prélèvent aussi quelques ressources animales et végétales dans la forêt pour se nourrir, se soigner et se chauffer.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Rituels dans les forêts sacrées kayas de Rabai (Kenya).Les anciens construisent une hutte avec des matériaux pris dans la forêt (rien ne doit provenir de l’extérieur) sur laquelle on dépose une pièce de tissu bleu, destinée à faire le lien avec le ciel. Une fois la hutte terminée, une prière sera prononcée et le tissu sera imprégné d’huile de castor.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Une vision « botanique » de la forêt : Licuala spinosa Roxb., un palmier des sous-bois humides des forêts d’Asie du Sud-Est.
Crédits © IRD/G. Michon
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Abattis dans la forêt de Sumatra (Indonésie).La forêt tropicale a, dans de nombreux endroits, été façonnée par les pratiques des sociétés forestières, et en particulier par l’agriculture sur abattis-brûlis.Cette forme d’agriculture particulièrement adaptée aux conditions de la forêt tropicale crée des mosaïques de différents faciès de forêts plus ou moins anciennes, différenciés localement par différentes appellations, et définies par différents usages et différents statuts.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Image satellite du corridor forestier de Fianarantsoa à Madagascar.La partie vert foncé est forestière,les parties en rose et vert clair qui entourent ce massif de forêt sont cultivées, herbacées, défrichées ou occupées par du sol nu.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Paysage agroforestier à Bali (Indonésie).Dans cette île surpeuplée, la forêt des origines a été remplacée par un paysage où alternent des rizières irriguées et des composantes boisées, les agroforêts, dans lesquelles on retrouve certaines espèces des anciennes forêts naturelles, et qui abritent une grande diversité végétale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Déforestation à Bornéo (Indonésie).De vastes surfaces de forêt sont défrichées chaque année pour donner place à des plantations industrielles (ici des plantations d’Acacia mangium pour la pâte à papier) détenues par de grands groupes financiers à la recherche de profits rapides.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Mégalithe orné, nord de l’île de Nias.À compter du xviie siècle, voire plus tôt encore, l’aristocratie de l’île s’est lancée dans une compétition de fêtes de mérite dont certaines se concluaient par l’installation d’un mégalithe, symbole du statut élevé de l’individu.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Paysage de l’est de Nias.Les défriches pour la culture, du riz en particulier, ont transformé les paysages, et la forêt ne subsiste que sur quelques reliefs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Maisons dans le centre-sud de l’île de Nias.La recherche de bois d’œuvre pour les grandes maisons claniques, dans une société lancée dans la course au prestige, a été l’une des causes de la déforestation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Crédits © IRD/D. Guillaud
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Départ de la chasse, île de Mentawai.La forêt de l’île a longtemps été préservée par une circulation difficile et par la gestion précautionneuse que les clans indépendants faisaient de l’environnement. Aujourd’hui, cette faible cohésion sociale est une menace face aux intérêts des compagnies forestières.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Forêt primaire à Sumatra (Indonésie).Au niveau international, les forêts tropicales sont avant tout considérées pour leur rôle environnemental : protection de la biodiversité ou rôle dans la lutte contre le changement climatique.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Exploitation des forêts primaires pour le bois.Cette activité est immédiatement rentable car les exploitants récoltent directement ce qui a été mis en place par la nature, ils n’ont donc pas eu à investir dans la production de bois. Au-delà du premier cycle de coupe, les rendements de l’exploitation baissent fortement, ce qui compromet toute velléité de gestion durable des forêts tropicales.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Agriculture forestière à Sumatra (Indonésie).Le patrimoine forestier des ethnies (ici les Talang Mamak dans l’est de Sumatra) est géré pour assurer la durabilité de cette forme d’agriculture. Des repas rituels destinés aux esprits de la forêt et du riz accompagnent l’abattage des arbres et la mise en culture.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/32088/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 614k

© IRD Éditions, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search