Version classiqueVersion mobile

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Introduction

Geneviève Michon, Bernard Moizo et Stéphanie M. Carrière

Texte intégral

La forêt tropicale dans le monde

1La forêt occupe une place prépondérante au sein des terres émergées de notre planète. Selon la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), les « forêts et autres terres boisées » (nous discuterons plus loin des difficultés et des incertitudes attachées à cette définition très large) couvrent près de 4 milliards d’hectares dans le monde, ce qui représente 30 % de la superficie des terres émergées. La forêt tropicale contribue pour plus de moitié aux surfaces boisées mondiales, soit environ 2 milliards d’hectares : plus de trente fois la surface de la France.

  • 1 Protéger les forêts, protéger les droits. Rapport de l’Atelier international sur la déforestation e (...)

2La forêt a accompagné l’histoire des civilisations humaines un peu partout sur la planète et conditionne encore aujourd’hui la vie quotidienne d’une grande partie de l’humanité. On estime à plus de 1,5 milliard le nombre de personnes tributaires de la forêt à travers le globe1. Ce nombre s’accroît considérablement si l’on prend en compte les avantages environnementaux indirects que les forêts fournissent à l’ensemble de l’humanité. On estime par ailleurs que les forêts tropicales abritent 350 millions des personnes qualifiées d’« autochtones et tribales » dont les cultures, les identités et les stratégies de subsistance sont étroitement liées au maintien de l’écosystème forestier. Pour les pays tropicaux, l’exploitation des produits de la forêt, et en premier lieu le bois, représente (ou a représenté) une importante rentrée de devises.

Le lieu des paradoxes

3La forêt tropicale est l’un des écosystèmes les plus médiatisés au monde. Elle est aussi le lieu par excellence des paradoxes socio-environnementaux actuels : haut lieu de la biodiversité, mais aussi de sa destruction par l’ordre économique mondial ; source d’émission des gaz à effet de serre, ou piège à carbone ; réservoir de molécules miracles pour la santé humaine, mais aussi du virus Ebola. Souvent qualifiée de « vierge », elle porte pourtant presque partout les traces, mises au jour par les archéologues, d’activités agricoles anciennes (jusque dans les régions les plus inaccessibles d’Amazonie ou de Papouasie-Nouvelle-Guinée). Elle abrite des sociétés qui, pour certaines, semblent n’avoir pas été touchées par la révolution néolithique, mais son histoire est indissociable de celle des échanges internationaux : au cours des dix derniers siècles, la forêt tropicale a hébergé des civilisations florissantes (empires Maya en Amérique du Sud, hindouistes en Asie du Sud-Est) et elle a donné au monde le cacao, le café, la quinine, le caoutchouc, les épices, le palmier à huile… Elle s’amenuise de jour en jour, mais fait aujourd’hui l’objet de discussions et de controverses au cœur des débats dans les grandes conventions internationales : Convention sur le commerce international des espèces en danger (CITES), Convention sur la diversité biologique (CDB), Protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, traités sur les échanges commerciaux et la propriété intellectuelle à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Protocole de Nagoya sur l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages découlant de leur utilisation.

Des sociétés forestières mises à mal

  • 2 Termes utilisés sur le site de Terre Sacrée.
  • 3 Termes utilisés sur le site de Rainforest Foundation.

4Quant aux habitants de la forêt tropicale, on les présente la plupart du temps selon deux versions totalement opposées. D’un côté, les habitants historiques et « légitimes » des espaces forestiers : Indiens d’Amazonie, Pygmées d’Afrique centrale, Punan de Bornéo, Papous de Nouvelle-Guinée. De nombreux ouvrages et récits de voyage y sont consacrés, qui nourrissent un imaginaire de peuples chasseurs-cueilleurs « en symbiose avec la nature2 » vivant « dans le plus grand respect de l’environnement3 » : « Les peuples natifs vivent en communion avec leur milieu, toutes leurs cellules sont en phase avec la Terre nourricière » et ils ressentent « une forte empathie pour la Terre quand elle est malmenée » écrit Michel Tarrier, entomologiste « écosophe et écorésistant » dans un article paru le 2 mars 2009 dans la Revue des Ressources. Sur le versant opposé, on trouve, pris dans une même rhétorique, exploitants forestiers, planteurs industriels de palmier à huile, firmes pharmaceutiques, chercheurs d’or, migrants en quête de nouvelles terres à défricher et d’autres aventuriers contemporains de la grande sylve, considérés comme ayant en commun la recherche du profit immédiat et la consommation immodérée des ressources forestières. Ces deux visions caricaturalement opposées possèdent chacune un fond de vérité, mais la réalité concrète des populations vivant dans les espaces forestiers et en tirant tout ou partie de leurs ressources se situe bien évidemment entre ces deux pôles. Les peuples des forêts tropicales se sont forgé des représentations, des savoirs, des pratiques, des caractéristiques culturelles et démographiques qui leur permettent de gérer les ressources forestières de façon durable. Mais ce sont souvent aussi des populations en grande difficulté : Pygmées, Papous et Punan souffrent de malnutrition, vivent dans une grande pauvreté, connaissent une mortalité infantile très élevée et ont des espérances de vie parmi les plus faibles de la planète. Ils sont socialement et politiquement marginalisés. Par ailleurs, la grande majorité des habitants des forêts tropicales est fort éloignée du mythe des « nobles sauvages » : les populations métisses en Amazonie, les groupes qualifiés de « Dayak » à Bornéo, les Bantous en Afrique centrale, les minorités ethniques montagnardes d’Asie du Sud-Est ou les nombreuses ethnies de Papouasie ont adopté depuis longtemps un mode de vie sédentaire, pratiquent l’agriculture, vendent les produits forestiers sur les marchés nationaux et internationaux, travaillent de façon occasionnelle sur les exploitations forestières, plantent du palmier à huile, du café ou du caoutchouc, s’habillent en jeans et en T-shirts, possèdent des téléphones portables et pensent que le mode de vie occidental est bien meilleur que le leur. Ces peuples sont peu représentés au plan politique et restent encore économiquement marginalisés. Souvent qualifiés de pauvres et d’ignorants, ils sont accusés par certains (gouvernements nationaux, mais aussi environnementalistes, exploitants forestiers, etc.) d’être les principaux agents de la déforestation. L’évolution de leur mode de vie est rapide. Elle est directement reliée aux représentations et aux politiques concernant la forêt et le développement forgées par leurs États, eux-mêmes influencés par les conventions et les accords internationaux sur le commerce, la biodiversité ou le climat, ou par l’accord de prêts par la Banque mondiale. Les cultures et les traditions de ces peuples forestiers sont dévalorisées par les populations non forestières et par les gouvernements de leurs pays, et, globalement, leur diversité culturelle, considérée comme une valeur positive au niveau mondial, est mise à mal par la globalisation.

Des forêts sous influences

5La forêt tropicale n’est plus le lieu des particularismes environnementaux, culturels et économiques, elle devient une chambre d’écho de la globalisation.

6Les exploitants forestiers et les industries du palmier à huile, du caoutchouc ou du soja ont une action déterminante sur les paysages et l’économie des zones forestières. S’ils participent très largement à la destruction des forêts anciennes et à l’acculturation des populations forestières, ils entraînent ces dernières vers le modèle économique mondialisé, en premier lieu à travers la monétarisation de leurs modes de vie. Par ailleurs, avec les nouvelles politiques de décentralisation, les villages forestiers possèdent aujourd’hui le droit d’établir des concessions de coupe, ce qui les met en prise directe avec le commerce mondialisé des bois tropicaux. De surcroît, ils remplacent ou complètent de plus en plus leur système d’agriculture forestière par la plantation de cultures industrielles (café, cacao, soja, palmier à huile, hévéa, coton). Cette révolution silencieuse se fait avec l’appui des politiques nationales et des consommateurs du monde entier qui achètent les bois tropicaux, boivent du café ou du chocolat et consomment les produits des industries agroalimentaires à base d’huile de palme ou de viande bovine.

7Sur le grand échiquier contemporain de la forêt tropicale, on trouve donc aujourd’hui beaucoup de monde : les institutions et les administrations en charge des espaces forestiers, les « experts » (de la conservation, du développement agricole, du climat), les chercheurs, les organisations politiques gouvernementales et non gouvernementales, les organisations de défense des droits des populations forestières, les faiseurs d’opinions internationales et les consommateurs de tous les pays, tropicaux ou non.

  • 4 Selon les analyses, les responsables sont les populations forestières, pauvres, ignorantes, nomadis (...)

8Aujourd’hui, plus que jamais, la forêt tropicale se retrouve au cœur des enjeux mondiaux du développement durable : la déforestation massive est un fait avéré qui relève de causes multiples et complexes4 et dont les conséquences sont alarmantes pour l’ensemble de l’humanité. En 2003, un article publié dans le journal Le Monde tirait la sonnette d’alarme : « Forêts tropicales : c’est fichu ! ». En 2018, la situation n’a pas changé. Malgré les recommandations et les mesures internationales prises pour enrayer le phénomène (Rio 1992, Nagoya 2010, Paris 2015), la déforestation continue à morceler les forêts tropicales, à menacer l’existence de nombreuses espèces végétales et animales, à réduire la diversité culturelle en minant les fondements biologiques, sociaux et culturels des populations forestières. Ce qui est certain, c’est que les populations forestières ont généralement été les victimes, plus que les bénéficiaires, des diverses mesures prises pour endiguer la déforestation. Les politiques de conservation sont anciennes : les premiers parcs nationaux ont été établis par les pays européens au sein des empires coloniaux. Malgré la multiplication des parcs nationaux et autres réserves forestières, ces politiques ont globalement échoué à enrayer le phénomène de déforestation. En revanche, elles ont souvent eu pour conséquence d’interdire aux populations riveraines l’accès aux espaces et aux ressources protégés. La Convention sur la diversité biologique (1992) n’a pas mieux fait. Elle a, certes, reconnu le droit des populations forestières sur la biodiversité dont elles assurent la gestion et institué le principe d’un partage juste et équitable des bénéfices tirés de l’exploitation de cette biodiversité. Mais les projets mis en place dans la mouvance de la CDB ont été le plus souvent des échecs, aussi bien pour la forêt que pour les populations forestières. Aujourd’hui, les mesures prises au nom du changement climatique (entre autres les mécanismes REDD et les paiements pour services environnementaux) apportent aux pays tropicaux une manne financière qui devrait (en théorie) les aider à conserver leurs forêts et à permettre aux populations riveraines de perpétuer leur culture forestière. Mais il n’est pas certain que l’argent du carbone parvienne jusqu’aux villages forestiers et serve effectivement à éviter la disparition des dernières forêts anciennes et des modes de vie qui leur sont liés.

9Cet ouvrage est issu de nombreuses années de travaux menés par les chercheurs de l’IRD et leurs partenaires au Nord et au Sud, en Amazonie, en Afrique centrale, à Madagascar ou en Asie du Sud-Est. Il a pour objet les relations des sociétés aux forêts tropicales dans un monde désormais globalisé. Il traite essentiellement des populations qui habitent ces forêts et y fondent leur économie et leur culture. Il veut montrer la diversité de leurs rapports à la forêt dans le contexte de l’économie-monde en insistant sur la façon dont ces rapports s’insèrent non seulement dans un tissu complexe de relations avec les autres usagers de la forêt, proches ou distants, mais aussi dans le contexte des relations internationales et de l’économie globale qui déterminent aujourd’hui l’évolution des forêts tropicales.

10Au-delà de la réalité de cette « forêt des hommes », c’est donc surtout de la complexité de ce paysage des « habitants des forêts tropicales », depuis les dernières populations de chasseurs-cueilleurs jusqu’aux négociateurs des conventions internationales sur le climat, dont cet ouvrage veut rendre compte.

11La première partie de l’ouvrage s’interroge sur les définitions de la forêt en général, et de la forêt tropicale en particulier, à partir des points de vue à la fois divergents et complémentaires des sciences humaines et sociales et des sciences biologiques et écologiques. Peut-on encore considérer la forêt tropicale, comme l’ont longtemps fait les naturalistes, comme un écosystème autonome dans lequel l’homme est parfois une composante parmi d’autres, et souvent un intrus ? Ne faut-il pas, comme le prône une écologie plus humaine, la comprendre comme un socio-écosystème régi aussi bien par des mécanismes biologiques que par les représentations, les usages, les règles des groupes humains qui l’habitent, l’utilisent, l’étudient, l’exploitent ou la protègent ?

12La deuxième partie revisite les perceptions dominantes sur les habitants des forêts tropicales. Elle réfute l’idée de modes de vie en « harmonie avec la nature » que l’on attribue aux sociétés forestières en détaillant les difficultés que rencontrent aujourd’hui les derniers peuples chasseurs-cueilleurs, ou la notion d’« isolement » des populations forestières en montrant les contacts anciens et multiples établis par ces populations avec le monde qui les entoure, et leur intégration à l’économie-monde. Elle aborde aussi bien la question de la marginalisation économique et sociale des habitants de la forêt que la place des « nouveaux venus » dans les espaces forestiers, depuis les migrants sans terre jusqu’aux planteurs industriels de palmier à huile. Elle aborde enfin la question de l’alimentation de ces populations forestières et, plus largement, celle des problèmes de santé liés à la présence de parasites et de virus dans les milieux forestiers.

13À partir de quatre exemples contrastés, la troisième partie insiste sur le fait que notre façon occidentale et moderne d’aborder la forêt est loin d’être universelle, et que chaque société développe sa propre représentation de « la nature » et de la place que l’homme y occupe. Elle nous familiarise avec la vision du monde selon les Karen de Thaïlande, qui se définissent comme partie intégrante de la forêt et se considèrent responsables de son harmonie, ou avec les frontières ambiguës entre les notions de « naturel » et de « domestique » et la façon dont la catégorisation des espaces forestiers influe sur l’accès et la production des ressources. Cette limite floue entre « sauvage » et « domestique » se retrouve dans l’exemple des « orphelins de la forêt », arbres épargnés lors de l’abattage d’une forêt pour l’agriculture et que les agriculteurs entretiennent et protègent non seulement pour des raisons « écologiques », mais aussi en vertu des relations entre humains et forêt. Cette partie relate aussi une expérience originale d’analyse de la représentation de la nature sauvage et domestiquée à travers les dessins d’enfants. Elle aborde de façon critique la question des « savoirs locaux sur la nature », et présente un exemple des systèmes de règles établis par les sociétés locales pour gérer la forêt et partager les bénéfices de cette gestion.

14La quatrième partie traite de la diversité des modes locaux de gestion de la forêt et de celle des modes de vie de ses habitants. Elle passe en revue les différentes formes de chasse et d’élevage, l’incroyable richesse des techniques de pêche en rivière, l’importance de la collecte des produits forestiers non ligneux dans les économies locales et nationales, et l’originalité des modes de collecte du miel et de « domestication » des abeilles. L’agriculture forestière y occupe une place importante, elle y est déclinée sous toutes ses formes : depuis les cultures vivrières sur abattis-brûlis jusqu’aux différents modèles de « culture de la forêt », souvent rassemblés sous le terme fédérateur d’« agroforêt ».

15La cinquième partie aborde différentes facettes de ce que l’on nomme communément « déforestation ». Elle présente deux exemples emblématiques de la déforestation : le premier, en Amazonie brésilienne, aborde aussi bien les mécanismes que le rôle des différents acteurs dans toute leur complexité, et dénonce l’inefficacité des politiques publiques ; le second retrace les causes historiques de la déforestation en Côte d’Ivoire à savoir l’expansion, soutenue par l’État, des plantations de café et de cacao. Les difficultés de la gestion forestière, entre prédation et gestion durable, y sont discutées, et les clichés concernant la culture et l’exploitation du palmier à huile en Indonésie y sont revisités de manière synthétique. Enfin, le rôle des « espèces invasives » y est abordé de façon originale, à travers l’exemple de l’intégration de l’eucalyptus et du goyavier de Chine à Madagascar.

16La dernière partie traite des grands enjeux socio-environnementaux contemporains et illustre la façon dont la biodiversité et le changement climatique impactent, à travers les conventions internationales et les politiques nationales qui en découlent, la vie quotidienne des populations forestières. Elle montre comment les politiques de conservation peuvent aussi bien entériner la légitimité des populations forestières en leur distribuant de nouveaux droits et transformer les aires protégées en espaces de développement économique et citoyen (Brésil) que combattre les systèmes locaux de gestion des ressources et conduire à la marginalisation des populations forestières (Laos). L’épineuse question des paiements pour services environnementaux, celle de la politisation des savoirs locaux, ou de la biopiraterie y sont aussi développées. Cette partie montre également comment la problématique du changement global a modifié la perception des forêts tropicales et, à travers les mécanismes financiers qu’elle a engendrés, influe aujourd’hui de façon majeure sur le devenir des populations forestières.

Notes

1 Protéger les forêts, protéger les droits. Rapport de l’Atelier international sur la déforestation et les droits des peuples des forêts, FPP, Pusaka et Pokker SHK, 2014.

2 Termes utilisés sur le site de Terre Sacrée.

3 Termes utilisés sur le site de Rainforest Foundation.

4 Selon les analyses, les responsables sont les populations forestières, pauvres, ignorantes, nomadisant pour pratiquer une agriculture qualifiée d’archaïque ou de rudimentaire, les exploitants forestiers, les grands planteurs, les consommateurs de viande du monde développé, ou les politiques de soutien à la culture du soja…

Auteurs

© IRD Éditions, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search