Version classiqueVersion mobile

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Avant-propos

Robert Nasi

Texte intégral

1Comme l’écrivent les éditeurs de cet ouvrage, « les forêts tropicales sont le cadre et le support de vie de millions de personnes dans le monde ». Elles sont aussi une source de croyances, mythes, fantasmes pour plusieurs milliards de personnes qui n’ont jamais mis un pied en forêt au-delà d’une promenade le week-end à Fontainebleau.

2Avant la Conférence de Rio en 1992, les vastes territoires forestiers du Sud, terres « sans maîtres », étaient essentiellement considérés comme des espaces à conquérir et à mettre en valeur. La forêt tropicale semblait alors un obstacle au « Développement » ou, au mieux, une source de terres pour l’agriculture. Sur la base de cette vision, dans les années 1970, le Brésil, dirigé par une junte militaire, lance un véritable processus de colonisation de la forêt par la construction de la Transamazonienne et ouvre l’Amazonie aux « sans terre », pauvres des villes. Une colonisation sans précédent commence, qui portera un immense préjudice aux peuples de cette forêt. Le Brésil de cette époque n’est pas une exception : quand je suis arrivé au Cameroun pour la première fois en 1982, le discours était aussi à l’utilisation des forêts et des ressources forestières pour le développement, et l’armée ouvrait la route vers Yokadouma. Personne ne parlait encore de durabilité, on se contentait de faire de l’exploitation rationnelle des ressources forestières.

3Aujourd’hui, même si les visions dominantes ont changé, la forêt tropicale est encore et toujours idéalisée, instrumentalisée dans des discours divers qui relèvent parfois du dogmatisme. Ces discours rejettent la réalité quand elle dérange la pensée dominante.

4Dans l’imaginaire collectif, la forêt tropicale reste le « poumon de la planète » (contrairement aux animaux, elle dégagerait de l’oxygène et consommerait du gaz carbonique). En fait, la science nous dit que dans une forêt stable, où les arbres qui poussent remplacent les arbres qui meurent, le bilan CO2/O2 est simplement nul.

5Il y a aujourd’hui un consensus sur le fait que la forêt tropicale est menacée de toute part (ce qui est une réalité mesurée et chiffrée, même si les analyses peuvent différer sur les chiffres, les causes et les agents de la déforestation). Tout le monde s’accorde plus ou moins sur le fait que la forêt doit être préservée, en particulier contre les dégradations et les destructions liées à l’appât du gain de politiques peu scrupuleux et de grands groupes industriels avides. Ce souci de préservation englobe aussi souvent les populations qui vivent dans la forêt. Ces populations doivent donc être elles aussi « préservées », tenues à l’écart de la civilisation industrielle et du consumérisme… ce qui leur impose de conserver, entre autres désagréments, une espérance de vie de 40 ans environ contre 80 ans en moyenne pour le reste de l’humanité qui ne vit pas dans la forêt.

6La forêt tropicale est « primaire », « intacte », « vierge ». Elle abrite et nourrit des peuples qui vivent « en harmonie » avec elle. La « Forêt d’Émeraude » de John Boorman (film de 1985) est la parfaite illustration de ce double mythe qui domine largement, depuis les premières « découvertes » des espaces tropicaux, l’imaginaire des sociétés occidentales. Cela malgré les nombreuses découvertes scientifiques qui montrent qu’une grande partie des forêts amazoniennes a été modifiée, améliorée, coupée, remplacée par des systèmes agricoles et agroforestiers mis en place par les populations locales au cours de siècles d’utilisation. Comme le montrent les auteurs de cet ouvrage, la forêt est rarement vierge.

7La forêt est « immuable ». Elle a été là avant l’humanité et elle le sera encore après. C’est la « vieille forêt » de Tolkien, celle qui n’aime pas les hommes (encore moins les hobbits) et qu’il faut tenir à l’écart. Elle ne change pas. Elle est sombre et silencieuse. Là encore, l’inconscient collectif (ou l’intérêt des groupes de pression ?) ignore les découvertes scientifiques qui montrent que la forêt est un milieu éminemment dynamique, qui s’étend et reflue aux cours des âges du fait de l’action conjuguée du climat (prépondérant jusqu’à la révolution industrielle) et de l’humanité (prépondérante depuis). Les différentes contributions de cet ouvrage le montrent bien : les forêts tropicales ont été et sont, de plus en plus, largement parcourues, utilisées, habitées et transformées, non seulement par des sociétés forestières diverses, mais aussi par des catégories d’acteurs aux pratiques et aux objectifs variés, souvent contradictoires. Et s’il est vrai que les forêts tropicales existaient avant nous et qu’elles nous survivront, il nous faut aussi admettre que ces forêts que nous utilisons aujourd’hui pour l’extraction des bois commerciaux sont la résultante de changements importants, liés à des conditions climatiques et d’occupation humaine qui n’existent plus. De la même manière, de nouvelles forêts sont en voie de création, via par exemple les interactions entre les changements d’occupation des terres, les bouleversements climatiques et l’action des plantes exotiques envahissantes. La forêt change, ne nous en déplaise.

8Au-delà des quelques mythes que je viens d’évoquer, il est indéniable que les forêts tropicales sont vitales pour l’humanité, pour son avenir mais aussi pour ses besoins présents, matériels et spirituels. Les forêts du monde représentent le deuxième puits de carbone, après les océans, et les forêts tropicales abritent près de 80 % de la biodiversité terrestre. Un monde sans forêts sera vite inhabitable, un monde sans tigres ou sans éléphants (ce qui risque d’arriver bien avant la fin des forêts) sera un monde décidément bien triste.

9Élément important des équilibres climatiques, réserve de biodiversité ou de molécules rares, puits de carbone, sources de biens et de services pour l’ensemble de la population du globe, les forêts tropicales se retrouvent depuis quelques décennies propulsées au rang de « Patrimoine de l’Humanité ». Comme le notent nos auteurs : « La situation est aujourd’hui paradoxale ! Parce qu’elle disparaît, la forêt tropicale est érigée “Patrimoine de l’Humanité” : un patrimoine commun dont l’existence concerne l’ensemble des habitants de la planète. Mais, de ce fait, elle échappe de plus en plus aux habitants des espaces forestiers, au point que certains en sont totalement exclus. On peut craindre que, au nom d’une éthique environnementale globalisée, les sociétés locales ne soient, encore et toujours, marginalisées, instrumentalisées, voire mises à l’index de ces grandes manœuvres autour de ce qu’il reste des forêts tropicales. Que signifiera alors une forêt dont on aura su préserver la diversité biologique, mais dépourvue à jamais de la diversité humaine et culturelle qui en fait tout autant la richesse ? » Pour moi, malgré un scepticisme croissant sur notre capacité à être meilleurs que nous ne le sommes aujourd’hui et malgré la déforestation qui s’accélère dans les régions tropicales, ces forêts restent un lieu magique et fascinant qui ne doit pas être déformé par nos idéologies simplistes (poumon de la planète, « bons sauvages », terres sans maîtres, vierges) mais qui doit devenir l’objet de nos soins attentifs, voire une priorité. Des soins élaborés sur la base d’une meilleure compréhension de la complexité de ces forêts uniques et de leur lien indissociable avec l’humanité.

10Cet ouvrage analyse à des échelles et sous des angles divers et complémentaires les différentes facettes de ces liens entre forêts et humanité. Il arrive à point nommé. J’espère qu’il sera lu et compris par le plus grand nombre et qu’il influencera la pensée future sur les forêts tropicales et les populations qui les habitent.

Auteur

Ingénieur forestier, écologue, directeur général du CIFOR (Center for International Forest Research)

© IRD Éditions, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search