Version classiqueVersion mobile

Habiter la forêt tropicale au XXIe siècle

 | 
Geneviève Michon
, 
Stéphanie Carrière
, 
Bernard Moizo

Préface

Francis Hallé

Texte intégral

L’être humain et les forêts tropicales

1Des collègues et amis, chercheurs dans les pays « en voie de développement », m’ont demandé de préfacer l’ouvrage collectif qu’ils consacrent aux forêts tropicales et que vous avez entre les mains.

2Je suis très sensible à l’honneur qui m’est fait, tout en mesurant la difficulté de répondre à cette demande de façon adéquate, l’ouvrage ayant deux groupes d’auteurs aux approches distinctes et parfois presque opposées.

3Deux groupes d’auteurs en effet ; le premier, relevant des sciences de la vie, compte trois représentants naturalistes ; pour eux, les forêts tropicales sont des réalités autonomes, où l’homme est une composante parmi d’autres, une composante d’ailleurs souvent destructrice. Recherchant des forêts non perturbées par les activités humaines, aussi proches que possible d’un écosystème naturel, ils constatent l’opposition entre la nature et les humains et considèrent la forêt primaire comme un refuge de nature sauvage, d’autant plus précieux qu’il est le dernier.

4Le deuxième groupe d’auteurs relève des sciences humaines et, du fait qu’il est très largement majoritaire, il oriente l’ouvrage vers les relations des sociétés contemporaines aux forêts tropicales. Pour ces auteurs, « la forêt – comme la nature – n’existe que parce qu’elle est pensée par l’homme et authentifiée par la société » ; quant aux forêts tropicales, elles sont un socio-écosystème, régi par les représentations, les usages et les règles des sociétés qui y vivent ou y vivaient dans le passé et, en outre, par les mécanismes biologiques chers aux naturalistes. Ces derniers, d’ailleurs, auraient une part de responsabilité dans la situation actuelle des forêts tropicales, que tous s’accordent à juger détestable, parce qu’ils « ont considéré leur façon de voir la forêt tropicale comme la seule valable et légitime ».

5C’est un fait que la structure de la forêt a été modifiée, parfois profondément, par les sociétés humaines, historiques et légitimes, qui y vivent ; cela n’a rien de surprenant, l’homme étant lui-même un Primate originaire des canopées forestières tropicales.

6Je reste attentif à ne pas outrepasser mes prérogatives de préfacier, mais suggère pourtant que la profondeur historique n’a pas toujours, dans cet ouvrage, la place qu’elle mériterait. Cette phrase : « L’histoire de la forêt est autant celle des arbres que celle des hommes » devient discutable si on la replace dans le contexte de l’évolution biologique. L’histoire des arbres de notre planète a commencé il y a 380 millions d’années et les ancêtres de nos arbres modernes étaient déjà de grands arbres, qui formaient des forêts tropicales au Dévonien ; le genre Homo a deux millions d’années et notre espèce, Homo sapiens, est apparue bien plus récemment, il y a seulement 200 000 ans ; bien sûr, au Dévonien, notre espèce avait déjà des ancêtres, mais ils ne ressemblaient nullement à des hommes, plutôt à de surprenants intermédiaires entre poissons et batraciens car, à cette époque, notre histoire était loin d’avoir commencé.

7Ce point de vue suffit à me situer parmi les naturalistes, ce qui me convient, mais je regrette les divergences d’approche séparant ceux qui se passionnent pour la forêt elle-même et ceux qui préfèrent se consacrer à l’étude des êtres humains qui y vivent. Ces divergences confinent parfois à la dispute, comme sur la notion de « forêt tropicale primaire », référence indispensable pour les naturalistes, simple vue de l’esprit pour ceux qui se réclament des sciences humaines.

8Les divergences d’approche apparaissent à plusieurs reprises dans l’ouvrage, mais, à la vérité, ces disputes ont quelque chose de pathétique puisque les forêts tropicales d’antan disparaissent en même temps que les populations humaines qui y vivaient paisiblement. La déforestation aura au moins ce mérite de mettre tout le monde d’accord, en face du vide.

9Fort heureusement, ces détails polémiques sont très largement dépassés par l’intérêt de cet ouvrage qui contient nombre de passages admirables et passionnants, notamment la description de l’effrayante injustice faite aux populations forestières, présentées depuis l’époque coloniale comme les véritables responsables de la déforestation alors qu’elles en étaient les victimes et n’avaient aucun moyen de se défendre. Il y a encore moins de vingt ans, dans les forêts des grandes îles de Sumatra et de Bornéo, les forestiers appuyés par l’armée indonésienne expulsaient les habitants, détruisaient leurs villages et rasaient leurs plantations vivrières, avant que la forêt elle-même ne soit détruite pour laisser la place à des plantations industrielles.

10Je voudrais mentionner en particulier trois passages révélateurs de l’originalité de cet ouvrage et qui témoignent, chez les acteurs locaux, d’un savoir empirique hors du commun.

11Le premier nous décrit la préparation d’une forêt par les chasseurs de miel de l’île de Bornéo, afin de la rendre attractive pour les abeilles : ces dernières installent leurs essaims dans les grands arbres lorsqu’ils ont été, au préalable, débarrassés des herbes qui entouraient leur pied et des lianes qui encombraient leur couronne ; le collecteur de miel doit poursuivre l’entretien de son arbre afin que l’installation soit durable, les abeilles délaissant les arbres qui portent des colonies abandonnées.

12Le deuxième de ces passages traite de la pêche par les Amérindiens Wayana de Guyane. Face à une double diversité de niveau exceptionnel, celle des poissons et celle des biotopes aquatiques variant avec les saisons, les Wayana adaptent leurs techniques et leur matériel, choisissant entre le tramail et l’épervier, la pêche à la ligne depuis une pirogue, les lignes de fond et les nasses de fond, la pêche à la flèche, au harpon, à la foëne, la pêche en plongée avec un masque et la pêche « à la nivrée » avec la roténone tirée de la liane Lonchocarpus.

13Enfin, le troisième nous fait découvrir l’agroforesterie traditionnelle des paysans tropicaux. En Afrique, en Amérique et en Asie, ces paysans parviennent à reconstituer de véritables écosystèmes forestiers avec une futaie haute, une canopée fermée et un faciès de forêt primaire sur des centaines et parfois des milliers d’hectares. Outre qu’elles garantissent la subsistance des sociétés paysannes, les agroforêts assurent les mêmes rôles écologiques que les forêts naturelles : protection des sols et maintien de leur fertilité, protection des ressources en eau, préservation d’une large part de la diversité biologique locale, végétale et animale – notamment celle de gros mammifères parfois proches de l’extinction.

14L’agroforesterie mérite une mention spéciale, à la fois par son intérêt intrinsèque et par le fait qu’elle se trouve actuellement transposée à l’agriculture des latitudes tempérées riches. Tournant le dos à la tradition coloniale, les régions industrielles ne tentent plus d’imposer leurs techniques agricoles aux territoires qu’elles ont conquis : bien au contraire, la dégradation de leurs paysages et de leurs sols agraires les conduit à s’inspirer de ce que savent réaliser les paysans pauvres des forêts tropicales : un changement de paradigme trop rare pour n’être pas signalé, d’autant qu’il soulève de grands espoirs dans plusieurs pays d’Europe.

15La déforestation étant déjà pratiquement consommée, je crois pouvoir dire que, si le premier ouvrage scientifique sur les forêts tropicales est celui – toujours incontournable – que P. W. Richards leur a consacré en 1952, le dernier est peut-être celui que vous avez entre les mains. S’il en paraît d’autres, ils risquent d’avoir surtout un intérêt historique.

16L’homme peut-il se reprocher pire exaction écologique que d’avoir, en moins d’un siècle, ruiné ces forêts prestigieuses et extraordinairement anciennes, si puissantes qu’elles semblaient indestructibles, remplaçant ainsi les sommets de la diversité biologique mondiale par de tristes brousses secondaires, des terres délaissées, des champs de soja, d’Eucalyptus, d’arbres à caoutchouc ou de palmiers à huile, des végétations herbeuses qui brûlent chaque année, voire – sommets de la déréliction – d’incultes étendues désertiques dans lesquelles l’être humain n’a plus sa place ?

Auteur

Botaniste, ancien professeur de l’université de Montpellier

© IRD Éditions, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search