Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 4. La recherche et la population : acteurs et éthique

Chapitre 23. La restitution des résultats scientifiques dans les observatoires. Considérations éthiques des chercheurs face aux perceptions de la population

Nathalie Mondain

Texte intégral

  • 2 Atelier de réflexion sur les questions éthiques relatives aux SSD, Moundasso, Burkina Faso, mars 2 (...)

1La question de la restitution des résultats scientifiques dans les systèmes de surveillance démographique et de santé (SSDS), ou observatoires, latente depuis des décennies, s’est posée de manière plus explicite suite à l’atelier de Moundasso au Burkina Faso en 20062. Lors de cet atelier, l’accent a été mis sur le principe de justice et de bienfaisance de sorte que la restitution soit appréhendée comme un droit pour les populations à être informées sur ce que produit leur participation.

2En effet, sensibles aux interrogations des populations face aux activités menées au sein des SSDS, en particulier à Niakhar au Sénégal, plusieurs chercheurs ont mis l’emphase sur le droit de savoir des participants aux recherches, c’est-à-dire le droit à une restitution aussi complète que possible visant en priorité les populations plutôt que, comme c’est souvent le cas, les autorités et décideurs locaux. Par ailleurs, nombre de chercheurs ont exprimé leurs craintes face au risque de lassitude de la part de populations « sur-enquêtées », puisqu’un SSDS constitue une plateforme de recherche où suivi démographique et enquêtes ponctuelles sur échantillons s’entremêlent. Outre l’enjeu éthique qu’une telle lassitude impliquerait, elle pourrait mettre en danger la qualité de l’information dans la mesure où les individus seraient de moins en moins enclins à répondre aux questions. A ainsi émergé l’hypothèse selon laquelle des opérations de restitution de résultats scientifiques s’adressant directement aux populations pourraient permettre à la fois de répondre à leurs interrogations et de maintenir leur motivation à continuer à participer aux enquêtes et au suivi démographique.

  • 3 Pour simplifier la lecture, nous ferons à présent référence à ce projet sous le vocable de « Proje (...)

3Un projet intitulé « Making Knowledge Available to Research Participants : How to Best Communicate Scientific Results in Various Socio-cultural Contexts ? », financé par le réseau INDEPTH3 la même année a été mené afin de mieux connaître les perceptions des populations face aux enquêtes dans cinq SSDS – dont celui de Niakhar – et de mieux construire les activités de restitution. Si les chercheurs responsables du projet sont partis avec l’idée d’une « restitution systématique » selon les termes de Bergier (2000), une approche plus nuancée et fluide a été adoptée au fil du projet, tenant compte à la fois de la nature de la recherche et des pratiques particulières qu’un dispositif comme le SSDS implique. Le contexte social, culturel, et écologique des participants auxquels la restitution était destinée a également été pris en compte, sans pour autant tomber dans un « relativisme éthique » excessif (Massé 2003). Cela soulevait la question de la pertinence et du sens donné à la restitution, notamment lorsqu’on vise des populations vulnérables (Hertrich et al. 2012 ; Nikiema & Kouyaté 2012 ; Mondain & Bologo 2011 ; Olivier de Sardan 2014).

4L’objet de ce texte est de proposer des pistes de réflexion sur le sens et le format à donner à la restitution dans les SSDS, sur la base des résultats d’une étude menée sur différents sites, et après avoir précisé le contexte spécifique des observatoires de population.

Le contexte spécifique des observatoires de population

5Un premier défi posé par les SSDS réside dans leur méthodologie de collecte des données : le suivi longitudinal suppose une succession de visites dans l’année ou au moins une visite annuelle, sur une longue période. Dans le SSDS de Niakhar par exemple, où la collecte des données est menée depuis plus de 50 ans, des générations entières d’individus ont été exposées à la présence continue d’enquêteurs et de chercheurs locaux et étrangers. De plus, poser essentiellement les mêmes questions à chaque passage peut engendrer une certaine incompréhension de la part des populations qui ont le sentiment de fournir toujours la même information. Enfin, le suivi est exhaustif, ce qui signifie que chaque ménage de la zone circonscrite pour le suivi fait l’objet de visites. La diffusion de l’information doit être faite auprès de populations parfois très vastes comme celle de l’observatoire de Niakhar qui rassemble plus de 40 000 habitants en 2014.

6Un SSDS constitue par ailleurs une plateforme de recherche ouverte à d’autres équipes, relevant parfois d’autres disciplines, qui recourent à la base de données constituée par le suivi longitudinal pour construire leurs échantillons d’enquête. Il peut donc en résulter une « inflation » de recherches sur des sujets diversifiés, parfois sensibles (comme la santé sexuelle et reproductive), et une présence accrue de chercheurs, étudiants et enquêteurs. Dans de telles circonstances, il devient essentiel de distinguer toutes ces activités les unes des autres pour en montrer les spécificités et la portée respective.

7Ces différents éléments – nombre important de personnes impliquées dans l’observation, masse de données, sujets variés dans le cas des enquêtes ponctuelles dont certains peuvent être sensibles – conduisent à poser les quatre questions suivantes :

  • Qui doit restituer (émetteur) ? Qui aura la légitimité scientifique (ou sociale) pour le faire ?
  • À qui restituer (cible) ? Faut-il inclure tous les acteurs (enquêteurs, populations, décideurs locaux, leaders de la communauté, etc.) ? Si on exclut certains groupes, sur quels fondements ?
  • Que restituer (contenu) ? Peut-on et doit-on tout restituer ? D’une part, la masse de données collectées appelle une sélection parmi les résultats obtenus. D’autre part, les résultats n’ont pas tous le même niveau d’intérêt et leur restitution peut comporter différents niveaux de difficulté ; sur la base de quels critères doit-on sélectionner ceux qui seront à restituer ?
  • Comment restituer (canal de communication) ? Comment rendre des informations scientifiques accessibles à un public élargi et « non initié » ? Comment tenir compte des spécificités culturelles et socio-économiques ? Quels sont les normes et les espaces de communication appropriés localement ?

8Face à ces questions (qui, à qui, quoi, comment ?) un enjeu transversal consiste à identifier les acteurs qui vont être responsables de l’organisation et l’animation des activités de restitution : le(s) chercheur(s), parfois un peu « éloigné(s) » du terrain, les personnes ressources locales qui jouissent de la confiance des populations, une personne extérieure moins impliquée dans les dynamiques relationnelles locales ? Un autre enjeu est que les activités de restitution soient envisagées comme une partie intégrante du fonctionnement des observatoires et puissent être répliquées de manière régulière.

9Ces quatre dimensions renvoient à la question complexe des objectifs de la restitution qui s’entremêlent, en particulier dans un SSDS dont l’objectif initial consiste à suivre la population dans son évolution démographique et sanitaire afin de mesurer l’impact d’interventions (ou programmes) sociosanitaires initiées par des organismes extérieurs à l’observatoire. En effet, comme cet objectif n’est pas toujours bien connu (compris) des populations et que l’information recueillie de manière constante porte sur des dimensions essentielles à leurs vies (santé-mortalité, reproduction notamment), la portée de la restitution dépasse celle de la préoccupation éthique du « retour de l’information ». Dans ce contexte, la restitution impose une réflexion approfondie quant aux méthodes de recherche employées sur le terrain, à l’implication politique des résultats obtenus, et au rôle de sensibilisation qu’elle joue lorsqu’une perspective de partage plutôt que de transfert des connaissances est adoptée (Gravois Lee & Garvin 2003 ; Olivier de Sardan 2014).

Le projet Restitution/INDEPTH

10L’objectif général de ce projet mené en 2006-2007 était d’identifier les outils de communication pertinents pour rassembler la population directement concernée par les activités de collecte de données, après avoir fait une série de consultations au sein de chacun des SSDS concernés par le projet. À l’issue de celles-ci, les principaux thèmes à restituer ainsi que la procédure la plus adéquate pour le faire devaient être identifiés.

  • 4 Niakhar, Mlomp, Bandafassi au Sénégal, Ouagadougou et Nouna au Burkina Faso. Toutefois, l’analyse (...)

11Une phase ultérieure du projet devait mettre en œuvre les activités de restitution proposées, puis évaluer la pertinence des outils de communication utilisés, ce qui a été fait en 2014 dans le SSDS de Niakhar (voir plus loin encadré 1). Le projet a porté sur cinq SSDS4 choisis en fonction de leur ancienneté, des caractéristiques culturelles et socio-économiques de leurs populations et de la nature des institutions gestionnaires, locales ou externes (Tableau 1).

12Une approche qualitative a été privilégiée, comprenant des entretiens individuels et de groupe, pour mieux cerner les rapports entre les différents groupes sociaux au sein de chaque site et entre les chercheurs et les enquêteurs, ainsi que leurs perceptions quant aux enquêtes menées depuis parfois plusieurs décennies.

13Nous avons également cherché à évaluer la compréhension que les participants ont de la démarche de collecte ainsi que des questions posées, pour mieux comprendre le lien entre leur consentement « libre et éclairé » à participer à la recherche et leur participation effective.

  • 5 Au moment du projet (de 2006 à 2008) chacun de ces sites était actif. Depuis, Bandafassi a été rep (...)

Tableau 1. Principales caractéristiques des différents systèmes de surveillance démographique5

  • 6 CRSN : Centre de recherche en santé de Nouna.
  • 7 OPO : Observatoire de population de Ouagadougou. En 2006-2007 l’OPO était encore à sa phase pilote (...)
  • 8 Nous utilisons la date du premier recensement exhaustif réalisé dans chaque site.
  • 9 Le nombre d’habitants est celui au moment de l’enquête et a pu augmenter depuis.

Niakhar (Sénégal)

Bandafassi (Sénégal)

CRSN (Burkina Faso)6

OPO (Burkina Faso)7

Institution

Institut de recherche pour le développement/IRD (France)

Institut national d’études démographiques/INED (France)

Ministère de la santé (Burkina Faso)

Institut supérieur des sciences de la population/ISSP (Burkina Faso)

Démarrage8

1983

1974

1992

2002

Nb villages/quartiers

30 villages

42 villages

52 villages, 7 secteurs à Nouna

2 quartiers

Nb habitants9

35 000

11 500

77 000

5445

Groupes ethniques

Sereer

Peulh, Bedik, Malinké

Marka, Bwaba, Mossé, Samo, Peulh

Mossé

Religion

Musulmane
Chrétienne
Animiste

Musulmane
Chrétienne
Animiste

Musulmane
Chrétienne
Animiste

Musulmane Chrétienne

Types d’informations recueillies

EV, AV, Santé, ménages, scolarisation

EV, AV, ménages

EV, AV, EM

Biens des ménages, EV, scolarisation, logement

Nb passages/année

Trimestriel

Annuel

Trois fois/an

Trimestriel

Enquêteurs

Permanents, locaux

Enquêteur de l’INED avec interprètes locaux

Permanents, locaux

Permanents, locaux

Note : EV = événements vitaux, AV = autopsies verbales, EM = enquête ménages

14Pour réaliser la collecte, nous avons utilisé un guide d’entretien commun aux sites avec un petit nombre de questions suffisamment ouvertes pour laisser aux répondants la plus grande latitude possible d’expression sur des thèmes à propos desquels ils ne sont pas habitués à être interpelés (Tableau 2).

Tableau 2. Guide d’entretien – Projet INDEPTH (restitution des résultats) 2006-2007

Quelles sont les questions que vous retenez lorsque les enquêteurs passent ? (objectif : voir quelles questions marquent les individus le plus)
Depuis combien de temps répondez-vous à ces questions ?
Comment vous a-t-on expliqué la démarche la première fois qu’on est venu poser les questions démographiques ?
Est-ce qu’on vous explique pourquoi on vous pose les questions ?
D’après vous à quoi servent toutes ces questions qu’on vous a posées et qu’on continue à vous poser ?
Avez-vous compris pourquoi on vous pose toutes ces questions ?
Si non, est ce que vous avez demandé des explications ?
Y a-t-il des questions en particulier sur lesquelles vous voudriez avoir des explications ?
Quel serait selon vous le format le plus adapté pour une restitution des résultats tirés des enquêtes ?
Quels sont les espaces de mobilisation de la population ? (comment rassembler les gens ?)
Quels sont les canaux de communications utilisés en général ? (des crieurs publics, des animations, causeries, la langue utilisée, etc.)
À quel moment de l’année la restitution devrait-elle avoir lieu ? (saison sèche, saison des pluies, mois en particulier dans l’année).

15La sélection des participants a été faite de façon raisonnée et non aléatoire, en adoptant une approche aussi participative que possible et en impliquant les acteurs au cœur du processus de collecte. Des discussions de groupes ont été réalisées, à partir desquelles des individus ont pu être identifiés pour des entretiens individuels plus approfondis. Un effort a été réalisé pour assurer un équilibre entre les sexes et catégories d’âges afin de couvrir le plus d’expériences possibles. Dans chacun des sites, une stratification a été opérée lorsque cela s’avérait pertinent selon le groupe ethnique et la religion (à Bandafassi et Nouna en particulier), et/ou selon le quartier ou le village (observatoire de population de Ouagadougou - OPO, Niakhar et Mlomp).

16Chaque entretien, individuel et collectif, a été réalisé par des assistants de recherche locaux en présence le plus souvent de la chercheure principale. La prise de notes a été préférée aux enregistrements pour établir une relation plus directe avec les participants. De plus, des données ont été recueillies lors d’entretiens informels intervenant spontanément en marge de ceux organisés de manière plus structurée. Le Tableau 3 résume la répartition des entretiens individuels et collectifs selon les sites.

Tableau 3. Nombre d’entretiens réalisés dans les sites de Niakhar, Bandafassi, Nouna et Ouagadougou selon le type d’entretien (groupe de discussion ou entretien individuel).

GD

EI

Total

Niakhar

57

57

114

Bandafassi

25

0

25

Nouna

10

34

44

Ouagadougou

12

23

35

Les perceptions des enquêtes par les répondants

17Trois grandes catégories de perceptions sont ressorties à propos des questions posées aux participants depuis plusieurs années dans le cadre des enquêtes de suivi démographique ou liées à des projets spécifiques : indifférence, embarras, exaspération.

18Les réactions d’indifférence concernent essentiellement des questions que les répondants ne comprennent pas, sans pour autant qu’elles les gênent. Ce sont les questions qui portent sur la composition des ménages, les absents et leur date de départ, etc. Les répondants regrettent de ne pas comprendre les raisons pour lesquelles ces questions sont posées systématiquement à chaque passage, ce qui renvoie à la phase d’explications fournies par les chercheurs et les enquêteurs préalablement au début des activités de collecte. L’extrait suivant soulève clairement ces enjeux :

Il n’y a pas de questions qui nous dérangent vraiment, mais des questions qui nous étonnent parce que durant des années ils t’enquêtent. Mais ils ne disent jamais pourquoi ils viennent. Donc certains ne veulent pas perdre de temps à répondre (jeune bedik, SSDS, Bandafassi).

19Les réactions d’embarras et de gêne concernent des questions qui touchent notamment aux dimensions économiques abordées dans certains suivis (OPO) ou par le biais d’enquêtes ponctuelles que les habitants des SSDS ne dissocient pas du travail de suivi longitudinal mené de manière continue. Les citations qui suivent expriment deux dimensions fondamentales d’un point de vue éthique : d’une part le sentiment d’impuissance face à la précarité économique qu’il faut décrire sans que les chercheurs soient en mesure d’apporter une amélioration au quotidien des enquêtés ; d’autre part l’inquiétude face à ce qui sera fait de l’information, à quoi elle va servir. Sont donc concernées ici les notions de restitution à la population enquêtée et de confidentialité, avec toujours en filigrane la question de l’adéquation de l’information fournie en amont de la collecte, visant à obtenir un consentement éclairé de la part des participants.

Imaginons, ta récolte n’a pas été bonne par manque de pluie ; tu n’as pas aussi des bœufs de labour et des charrues et on vient te demander combien tu dépenses par jour. Ça devient gênant (un vieux Marka au village de Bourasso, SSDS Nouna).

Les enquêteurs qui passent tous les trois mois échanger avec nous posent aussi des questions sur ce que nous possédons dans la maison. Ils nous demandent si nous avons un poste téléviseur, un poste radio, une mobylette, un vélo, du bétail, si l’intérieur de la maison est cimenté ou non. Vraiment j’avoue que ces questions nous dérangent beaucoup. Figurez-vous que nous devons énumérer tout cela sans même savoir ce qu’on veut en faire et où cela peut aller (un responsable d’association du quartier de Wemtenga, OPO).

20La dernière catégorie de perceptions correspond à des sentiments de réelle exaspération, voire de mécontentement face à certaines questions, en particulier concernant les autopsies verbales (AV) pratiquées dans tous les sites étudiés. La finalité de ces questions n’est pas ici mise en cause par les répondants, c’est davantage le procédé qui occasionne leur souffrance au moment du récit. Les discussions informelles avec les enquêteurs chargés de pratiquer les autopsies verbales montrent également leur propre malaise, étant eux-mêmes affectés par la douleur des familles qui doivent décrire le déroulement des événements ayant conduit au décès, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants. Cela renvoie de nouveau à l’importance des explications en amont et à l’enjeu de la restitution aux populations afin qu’elles puissent mieux comprendre l’importance et l’utilité de tels dispositifs de collecte d’information :

Il y a des problèmes avec les autopsies verbales. On a posé des questions à une femme sur le décès de son enfant. Elle a refusé de répondre. On a dû passer par l’ASC [agent de santé communautaire]. La femme disait qu’elle ne voulait pas se rappeler. Elle a quand même fini par répondre, mais ce n’était pas sa volonté (agent de santé communautaire, village bedik isolé).

21Plus profondément, ce qui semble ressortir est la dimension contraignante pour les participants (principalement les mères d’enfants décédés), qu’il s’agit de convaincre de répondre aux questions malgré leur refus initial, qui, selon les normes éthiques, devrait être respecté dès son expression par le sujet. On peut donc s’interroger : est-ce que la démarche consistant à « convaincre » la personne de répondre revient en réalité à préciser, compléter des informations insuffisantes fournies au moment de l’obtention du consentement et qui « expliqueraient » le refus initial ? Dans ce cas, il faudrait pouvoir vérifier dans quelle mesure la personne accepte finalement de répondre parce qu’elle est convaincue par les explications fournies en plus de celles communiquées initialement ou parce qu’elle cède aux pressions d’individus qui, de par leur statut, exercent une certaine influence (enquêteurs qui représentent une autorité, souvent plus éduqués, etc.). Cela nous amène aux raisons qui motivent les participants à répondre.

Les raisons qui motivent les participants à répondre

22Si les répondants ont spontanément fait référence au manque d’explication, nous sommes revenus sur ce sujet pour savoir s’ils considéraient qu’ils avaient été suffisamment informés préalablement aux activités de collecte et, en cas de réponse négative, ce qui les incitait à continuer à participer au suivi et aux enquêtes. Étant donné qu’une des principales caractéristiques des SSDS réside dans leur continuité, le défi consiste à déterminer à quelle fréquence il faudrait fournir des explications sur la collecte des informations. La nature même d’un dispositif fondé sur le recueil continu d’informations implique de fournir régulièrement des explications qui pourraient être étayées par des résultats concrets soulignant la contribution de tels dispositifs à la connaissance et à l’amélioration des conditions de vie des populations. La citation qui suit fait état de cette perception, par une grande partie de la population, de l’absence d’explications par les enquêteurs (représentant les chercheurs) et montre qu’une telle démarche pourrait porter des fruits :

23Q : Vous a-t-on expliqué le pourquoi de ces questions ? La toute première fois en particulier ?

24R : On n’a jamais eu d’explications. (…)

25Q : Qu’est-ce qui vous motive à répondre malgré le manque d’explications ?

26R : Les vaccinations qui ont eu lieu pour éradiquer certaines maladies comme la rougeole et la coqueluche. Les mamans étaient très fatiguées avec les maladies des enfants, donc ça les a beaucoup soulagées (femme, discussion de groupe, Niakhar).

27Il est peu probable qu’aucune explication n’ait été fournie, mais celle-ci peut avoir été mal comprise ou ne pas avoir touché une cible suffisamment large. La répondante, trop jeune pour avoir été impliquée au moment du recensement initial de la population de Niakhar en 1983-1984, n’a pas assisté aux activités de sensibilisation de l’époque, ni à celles qui ont pu être menées au cours de la période et qui ont visé les autorités locales et quelques représentants de la population.

28Par ailleurs cette femme fait l’amalgame entre un projet parallèle au suivi démographique (un essai vaccinal) et la raison d’être du suivi démographique. En fait, l’attribution au suivi démographique d’un effet positif sur la santé des enfants améliore son acceptabilité. De ce point de vue, une restitution des résultats du suivi démographique illustrée par leur utilisation concrète dans le domaine de la santé apparaît susceptible de favoriser la participation motivée des populations, d’autant plus qu’elle leur permettrait de donner un sens au processus général de collecte.

29Une autre raison fondamentale de la participation des populations au suivi tient aux relations existantes entre celles-ci et les enquêteurs. Dans la plupart des cas, il s’agit d’équipes d’enquêteurs permanents qui vivent dans la communauté (Nouna et Niakhar) ou qui assurent le suivi depuis plusieurs années. Par conséquent des relations de solidarité et affectives existent ou se tissent au fil des ans, incitant les répondants à se rendre disponibles pour répondre aux questions. Les citations qui suivent soulignent très clairement ces dynamiques relationnelles :

Nous ne comprenons pas l’importance de ces données. Personne ne nous a encore expliqué les raisons pour lesquelles vous faites ce travail de collecte de données. Nous répondons pour plaire aux enquêteurs. Comme ils en ont besoin, on ne peut pas le leur refuser (groupe de discussion avec des jeunes hommes dans le quartier de Wemtenga, OPO).

Ce sont les fils du pays, nous sommes des parents, ils font leur travail (groupe de discussion hommes, Niakhar).

30Au-delà de ces relations de solidarité, d’amitié, voire de parenté dans certains cas (ce qui, au-delà des enjeux éthiques, peut aussi poser des problèmes méthodologiques), se profilent également des enjeux de pouvoir. En effet, l’enquêteur peut se sentir mal à l’aise de trop insister auprès d’habitants dans un milieu qui lui est familier, pour qu’ils répondent à des questions qui suscitent lassitude et manque d’intérêt. Cultiver les bonnes relations dans ces milieux, surtout ruraux, reste essentiel pour les individus, et cela va dans les deux sens. L’enquêteur détient un certain pouvoir de conviction dont il use pour arriver à ce que l’individu désigné réponde à ses questions. Ce pouvoir est utilisé plus ou moins consciemment avec l’idée de faire un bon travail de collecte, de donner satisfaction, en d’autres termes de ne pas perdre son emploi. Comme les démarches entreprises pour convaincre les répondants récalcitrants s’inscrivent dans une logique explicative et de mobilisation des relations interpersonnelles, celles-ci ne sont jamais associées à de la coercition par les protagonistes et ne sont donc jamais perçues comme un non-respect du principe de consentement libre et éclairé (Ouvrier 2014).

31Finalement, parce que les SSDS impliquent la régularité des visites sur une période prolongée, avec dans certains cas des générations d’enquêteurs qui se succèdent, le processus devient une part intégrante de la vie quotidienne des habitants des zones d’études comme le soulignent les propos suivants :

Quand ils viennent, il y a les salutations et ils disent qu’ils viennent comme d’habitude poser des questions sur la démographie. C’est devenu une habitude (groupe de discussion, jeunes hommes, Bandafassi).

32Ces enjeux posent au final la question de la qualité des réponses, c’est-à-dire du sérieux apporté lors des échanges avec les enquêteurs, notamment lorsqu’il y a un changement d’état (mariage, maternité, etc.), ou encore lors des autopsies verbales. Cela est discuté dans la section suivante.

Pourquoi et comment restituer ?

33Les extraits cités jusqu’à présent montrent qu’au fond les populations expriment un besoin d’explications sur la pertinence de certaines questions dont l’intérêt concret leur échappe, et donc sur la finalité des enquêtes. Or, dans le cas de dispositifs de recherche tels que les SSDS, où le recueil de données se fait de manière continue, pour pallier cette perception de manque d’information sur le processus de recherche dans son ensemble, l’explication sur l’intérêt des réponses aux questions, leur utilisation pour produire des indicateurs et leur rôle pour les autres projets de recherche peut constituer une solution :

Si on a des explications, ça va faciliter pour répondre. Le travail serait plus rapide. Les gens peuvent donner plus d’informations s’ils trouvent un intérêt (homme, bedik, Bandafassi).

34Un enquêteur précise :

  • 10 L’absence de précision sur l’enquêteur et le site vise à préserver l’anonymat.

Il faut montrer avec les explications que la population gagne quelque chose avec les enquêtes. Les populations associent l’enquête démographique avec les enquêtes santé qui ont un résultat plus immédiat et visible10.

35Ce propos souligne surtout l’importance d’informer périodiquement les populations sur les implications concrètes de leur participation tant au SSDS qu’aux enquêtes ponctuelles plutôt que de leur restituer les résultats scientifiques sans en expliciter les retombées.

36Reste alors à aborder une dimension importante : quel format devrait prendre une restitution qui se veut à la fois pédagogique et concrète, puisqu’elle doit aider les populations à faire le lien entre leurs réponses aux questions et les conclusions présentées par les chercheurs, ainsi qu’avec les enquêtes et projets menés sur le site ?

37D’après nos observations sur chacun des sites, plusieurs outils de communication semblent pertinents à condition de veiller aux aspects suivants :

  • Les outils doivent pouvoir être mis à jour régulièrement sans que cela occasionne des coûts supplémentaires élevés.
  • Les outils doivent être ‘rassembleurs’, ‘parler’ aux populations et leur permettre de participer dans le respect des normes sociales et culturelles locales.
  • Une démarche participative doit être adoptée en amont du processus et doit impliquer les enquêteurs dans la construction des outils, aussi bien pour le contenu que pour le format et les aspects logistiques.
  • Impliquer les populations dans ce même processus est nécessaire, en identifiant des personnes ressources pour chacun des groupes sociaux différenciés.

38Dans l’ensemble, il ressort de nos discussions, formelles ou non, que les habitants des zones d’étude souhaitent le moins de fragmentation possible de leur communauté. En d’autres termes, à aucun moment les femmes ont manifesté le souhait d’aborder certains thèmes séparément des hommes. Par ailleurs, dans une zone comme Niakhar où la cohabitation entre diverses pratiques religieuses ne pose pas de difficultés, nos répondants de divers villages ont manifesté pour l’activité de restitution le désir de regroupements villageois, quelles que soient les caractéristiques des individus – castés ou non castés, musulmans, chrétiens ou animistes, etc.

39Une expérience de mise en œuvre de restitution suivant ces orientations a été réalisée dans le SSDS de Niakhar en 2014.

Mise en pratique : une amorce de restitution participative à Niakhar

40Profitant du cinquantenaire de l’observatoire de population de Niakhar en 2014, l’IRD (Institut de recherche pour le développement), organisme de recherche gestionnaire de l’observatoire, a organisé trois « journées de restitution » (JT), devant porter chacune sur l’un des trois principaux thèmes étudiés dans le site depuis son implantation, à savoir : la population, la santé et l’environnement. Cette occasion devait également constituer une sorte de « banc d’essai » pour construire des activités dans la lignée des résultats obtenus dans le Projet Restitution. Le public ciblé pour ces journées devait comprendre notamment des personnalités des trois villages les plus importants du site et des villages environnants. Ces journées constituaient ainsi une première étape avant de procéder à une restitution générale auprès de l’ensemble des résidents de chaque village (au nombre de 30) composant la zone.

41Le comité d’organisation (chercheurs de l’IRD ainsi que l’auteure jouant le rôle de coordonnatrice externe) a mis en place une démarche participative qui a suivi deux grandes étapes, reliées entre elles : (i) l’actualisation des données du projet de 2006 par une consultation auprès d’un échantillon de personnalités locales (agents de santé, enseignants, chefs de villages, notables, personnalités religieuses, autres personnes ressources) en collaboration avec l’équipe d’enquêteurs du suivi démographique, en vue de capter leurs attentes concernant la restitution des résultats ; (ii) la préparation des outils de communication en tenant compte des enseignements de ces échanges.

42Grâce à ces consultations, il a aussi été possible d’identifier les personnalités à inviter aux journées, les lieux et dates les plus appropriés pour mener les activités, ainsi que la nature des activités à réaliser. Les discussions entre les membres du comité et les personnes ressources locales mobilisées ont permis de donner comme fil conducteur à l’ensemble du processus de restitution le « chemin de l’information », c’est-à-dire la description du processus, de la collecte des données à leur analyse puis aux résultats. Ce « fil » a pour objectif d’aider à faire comprendre la pertinence du recueil des informations (par exemple les prélèvements sanguins), les délais pour l’obtention des résultats et pour leur application.

43Il a été demandé aux personnes ressources de constituer des groupes avec les représentants des différentes fonctions ciblées, de les informer de la journée à laquelle ces groupes allaient être conviés, tout en leur demandant de nous faire part de leurs attentes et de leurs principales questions. Les supports de la restitution ont pu être constitués sur la base de ces informations, compilées avec les résultats de l’ancien projet et des données déjà analysées.

44Cinq séries de consultations ont ainsi été menées d’octobre 2014 à janvier 2015. Des réunions pour discuter des principaux enseignements tirés de ces échanges ont été organisées avec les chercheurs du comité organisateur ainsi qu’avec les enquêteurs du suivi démographique. À l’issue de celles-ci, une stratégie d’information auprès de chaque village devant être représenté lors des journées a été élaborée et la conception des supports de la restitution mise en œuvre.

45Une série de supports visuels et interactifs ont été retenus parmi lesquels : (i) une représentation de théâtre d’improvisation avec une troupe locale pour débuter la journée, comprenant quatre sketches successifs où les principales situations vécues par les habitants de la zone d’étude lors des enquêtes ont été mises en scène ; (ii) suite à cette représentation, un diaporama a été diffusé à l’auditoire, dont la réalisation s’est inspirée d’une expérience au Mali (HER-TRICH et al. 2012). Ce document, faisant défiler une série de photos prises localement et commentées dans la langue locale, le sereer, par deux enquêteurs de l’équipe locale, avait pour but non seulement de retracer les principaux résultats des recherches menées depuis cinquante ans dans la zone d’étude, mais aussi de mettre en évidence le « chemin de l’information » si mal compris ; (iii) enfin, une séance de questions-réponses animée par l’un des chercheurs du comité organisateur s’est déroulée afin de permettre aux participants d’exprimer leurs questionnements au-delà de ce qui leur avait été exposé durant la journée.

46Une évaluation de ces journées a été réalisée un mois plus tard afin de cerner les limites du dispositif et d’améliorer la démarche d’ensemble et ses outils. L’analyse est en cours au moment de la rédaction de ce chapitre.

Encadré 1. Des informations utiles et porteuses de changement

Le diaporama élaboré pour les JT de Niakhar en février 2014 a suivi un modèle différent de celui conçu par l’équipe de l’Ined pour le Mali (HERTRICH et al. 2012). Le choix a été de minimiser les animations graphiques pour privilégier les photographies des lieux – certaines anciennes, d’autres prises pour l’occasion. Dans cette optique un synopsis précis a été rédigé afin de s’assurer (i) que les trois thèmes soient abordés de manière aussi équilibrée que possible et (ii) que le fil conducteur soit suivi, en mettant en évidence le « chemin de l’information ». Le synopsis a mis en parallèle le contenu visuel en faisant correspondre un contenu textuel destiné à être dit en langue sereer au fur et à mesure que défilent les photos.
La première partie du diaporama expose la problématique, à savoir les questions que se posent les résidents du SSDS : ainsi défilent une série de photos sur le travail des enquêteurs dans les domaines de la population, la santé et l’environnement. Puis chacune des thématiques est présentée successivement en tentant de montrer à chaque fois l’évolution de la situation depuis 50 ans, tout en faisant le lien avec les étapes d’analyse et de portée concrète des résultats. Le principal défi a été de distinguer les résultats portant sur la population de ceux relevant de la santé, dans la mesure où ces deux aspects sont souvent étroitement liés. Pour la population, par exemple, la baisse de la mortalité des moins de 5 ans a été mise en images avec plusieurs photos montrant de grandes familles pour illustrer la croissance démographique. Les changements de comportements en matières de mariage et de fécondité ont été mis en relation en partie avec le phénomène des migrations circulaires de travail à Dakar des jeunes depuis plusieurs générations.
La seconde partie, traitant des recherches menées en santé, a abordé le sujet délicat des prélèvements sanguins, puis le rôle de l’amélioration et de la généralisation des soins de santé dans la baisse de la mortalité. Des séries de photos de journées de vaccination, de consultations au dispensaire, d’analyse de prélèvements, ainsi que des portraits des principaux acteurs de la santé se sont ainsi succédé. Enfin, l’environnement a été abordé par le prisme de la pression démographique et surtout sous l’angle du changement climatique engendrant des pluies irrégulières. Les stratégies alternatives mises en œuvre par les paysans pour assurer leur survie, telles que le maraîchage ou l’embouche bovine, ont été abondamment documentées par une série de photos prises dans les différents secteurs du SSDS où ces pratiques se sont développées.
Pour conclure, une série de diapositives a ouvert sur les enjeux liés à l’éducation, au vieillissement de la population et à la santé adulte, aux nouvelles conceptions du mariage et de la famille, l’objectif étant de rebondir sur les préoccupations exprimées lors des consultations de voir les chercheurs continuer leurs activités sur le site, mais aussi de renouveler leurs champs d’investigation. En ce sens, la restitution s’est avérée porteuse de nouvelles orientations pour les scientifiques qui se prêtent au jeu de la participation.

Conclusion : la signification de la restitution

47Notre projet a mis en évidence la complexité de mise en œuvre de la restitution de résultats scientifiques dans un contexte de vulnérabilité et où les attentes en matière d’actions concrètes améliorant le quotidien sont fortes. Au-delà de la stricte présentation des résultats, il s’avère essentiel de montrer le potentiel d’applications concrètes dont ils sont porteurs, et d’établir un lien avec les actions réalisées sur la base des connaissances produites dans les sites, même si elles ne proviennent pas uniquement des données du suivi longitudinal. Par ailleurs, il ne faut pas négliger l’intérêt que les individus peuvent avoir pour leur environnement et ne pas hésiter à présenter des résultats dont les applications directes sont moins évidentes (par exemple la description de l’évolution démographique des villages ou quartiers).

48Les résultats du Projet Restitution/INDEPTH orientent la réflexion vers une éthique ‘dans’ plutôt que seulement ‘de’ la recherche, avec un effort de réflexivité sur nos outils méthodologiques et nos façons d’aborder les populations. Cela implique de tenir compte des caractéristiques de chaque site, car même si les principes de collecte sont communs, chaque observatoire est différent (par sa taille, sa composition et les caractéristiques de la population, son ancienneté, les thèmes abordés, les institutions gérant le site…). L’approche proposée à l’issue du projet confère à la restitution une dimension pédagogique permettant aux participants de saisir le « chemin de l’information », de la production des données à leur impact concret sur le milieu (Mondain & Bologo 2009).

49La restitution comme objet de recherche constitue un angle pertinent pour approfondir la réflexion dans deux directions principales. D’abord, sur le sens et l’adéquation des principes d’éthique de la recherche, notamment l’obtention du consentement libre et éclairé et la confidentialité dans le contexte particulier des SSDS, et plus généralement dans toute recherche mobilisant les mêmes répondants et les mêmes outils de collecte sur une période prolongée (Dayer et al. 2014). Ensuite, la dimension participative de la restitution de résultats scientifiques, qui pourrait contribuer à la transformation de certains comportements des populations dans les domaines sur lesquels portent les recherches, tout en favorisant une collaboration accrue entre les habitants et les chercheurs. La vérification de cette hypothèse alimenterait la réflexion sur les stratégies de transfert de connaissances et leur impact dans le domaine de la santé notamment (Siron et al. 2015), mais aussi en matière d’éducation et d’environnement. Cela inciterait à s’investir davantage dans la conception des outils de communication en vue de mieux informer les acteurs au niveau local, à s’adresser plus directement aux populations et à ouvrir la voie à des changements d’attitudes et de comportements sans passer par les seuls plaidoyers et traditionnelles campagnes de sensibilisation ou autres restitutions conventionnelles (auprès des décideurs, notables et leaders locaux, fort peu accessibles, etc.).

50Il serait utile de favoriser le partage d’informations et d’expériences entre sites et donc de concevoir des outils qui soient une source d’inspiration pour d’autres équipes de SSDS, faciles à diffuser et à utiliser pour former et sensibiliser les jeunes chercheurs bénéficiant de la plateforme INDEPTH pour leurs travaux. Finalement, le contenu de cette restitution devrait être discuté, certes entre les chercheurs, mais aussi avec les enquêteurs et des personnes ressources locales, réceptrices privilégiées des manifestations d’incompréhension et de questionnements de la part des populations.

51Une restitution « citoyenne » selon les termes d’Olivier de Sardan (2014) pourrait ainsi constituer un outil efficace dans l’amélioration du quotidien des populations, tout en orientant les décideurs dans la formulation de leurs politiques touchant la santé, l’éducation ou l’environnement. En répondant à une préoccupation éthique, la restitution permettrait ainsi également de donner un nouvel élan au développement dans des contextes de grande vulnérabilité.

Bibliographie

Bibliographie

Bergier B., 2000, « Le versant éthique de la restitution », in B. Bergier, Repères pour une restitution des résultats de la recherche en sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 253-272.

Dayer C., Schurmans M.N., Charmillot M., 2014, La restitution des savoirs. Un impensé des sciences sociales ? Paris, L’Harmattan.

Gravois Lee R., Garvin T., 2003, “Moving from Information Transfer to Information Exchange in Health and Health Care,” Social Science & Medicine 56, 3, 449-464.

Hertrich V., Lesclingand M., Quaglia M., Stephan A., 2012, « Construire une enquête dans la durée : restitution audiovisuelle et sketches villageois au Mali », in N.

Mondain & É.A. Bologo (dir.), La recherche en contexte de vulnérabilité. Engagement du chercheur et enjeux éthiques, Paris, L’Harmattan, 199-226.

Massé R., 2003, « Valeurs universelles et relativisme culturel en recherche internationale : les contributions d’un principisme sensible aux contextes socioculturels », Autrepart 28, 21-35.

Mondain N., 2014, « La “caractérisation socio-anthropologique” des quartiers en milieu urbain africain. Défis méthodologiques posés par les observatoires de population », in A. Adjamagbo & P. Antoine (dir.), Actes du XVIIe colloque international de l’AIDELF sur Démographie et politiques sociales, Ouagadougou, novembre 2012, 17 p., http://www.erudit.org/livre/aidelf/2012/index.htm

Mondain N., Bologo É., 2009, « L’intentionnalité du chercheur dans ses pratiques de production des connaissances : les enjeux soulevés par la construction des données en démographie et santé en Afrique », Cahiers de recherche sociologique, 48, 175-204.

Mondain N., Bologo É., 2011, « La restitution des résultats démographiques en Afrique sub-saharienne : le point de vue des enquêtés », Interrogations 13, http://www.revuespip.unisite-creation.com/La-restitution-des-resultats-dans.

Nikiema B., Kouyaté B., 2012, « Restitution et utilisation locale des résultats de recherche : quand district sanitaire, laboratoire de recherche et partenaires de développement se concertent », in N. Mondain & É.A. Bologo (dir.), La recherche en contexte de vulnérabilité. Engagement du chercheur et enjeux éthiques, Paris, L’Harmattan, 227-238.

Olivier de Sardan J.P., 2014, « Des restitutions : pour quoi faire ? », in C. Dayer, M.N. Schurmans & M. Charmillot (dir.), La restitution des savoirs. Un impensé des sciences sociales ? Paris, L’Harmattan, 37-50.

Ouvrier A., 2014, Faire de la recherche médicale en Afrique. Ethnographie d’un village-laboratoire sénégalais, Paris, Karthala.

Siron S., Dagenais C., Ridde V., 2015, “What Research Tells us about Knowledge Transfer Strategies to Improve Public Health in Low-income Countries: A Scoping Review,” International Journal of Public Health, published online 23, August 2015, http://www.equiperenard.ca/what-research-tells-us-about-knowledge-transferstrategies-to-improve-public-health-in-low-income-countries-a-scoping-review/

Notes

2 Atelier de réflexion sur les questions éthiques relatives aux SSD, Moundasso, Burkina Faso, mars 2006 organisé sous l’initiative du réseau d’animation sur le thème « Déontologie, éthique et SSD » du Ceped (Centre Population et développement). Cet atelier a rassemblé plusieurs SSD du Burkina Faso et celui de Niakhar et son contenu est retracé dans le chapitre 22 de cet ouvrage.

3 Pour simplifier la lecture, nous ferons à présent référence à ce projet sous le vocable de « Projet Restitution INDEPTH ».

4 Niakhar, Mlomp, Bandafassi au Sénégal, Ouagadougou et Nouna au Burkina Faso. Toutefois, l’analyse n’a porté que sur Niakhar et Bandafassi au Sénégal, l’auteure de ce chapitre ayant « délégué » le terrain à Mlomp à un assistant et ne pouvant donc se fonder sur ses propres observations pour l’interprétation des entretiens réalisés sur place.

5 Au moment du projet (de 2006 à 2008) chacun de ces sites était actif. Depuis, Bandafassi a été repris par l’IRD bien que l’INED conserve un rôle important dans sa gestion, et le site pilote de Ouagadougou a laissé la place à l’observatoire de population élargi à l’échelle de la ville.

6 CRSN : Centre de recherche en santé de Nouna.

7 OPO : Observatoire de population de Ouagadougou. En 2006-2007 l’OPO était encore à sa phase pilote et ne comportait que 2 quartiers. Il s’agissait à l’époque de tester la possibilité de mettre en place un SSD de grande envergure en milieu urbain africain, ce qui a été fait en 2008 avec un échantillon de 80 000 personnes.

8 Nous utilisons la date du premier recensement exhaustif réalisé dans chaque site.

9 Le nombre d’habitants est celui au moment de l’enquête et a pu augmenter depuis.

10 L’absence de précision sur l’enquêteur et le site vise à préserver l’anonymat.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search