Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 2. Les apports scientifiques du suivi

Chapitre 17. Identification de voies d’amélioration de la fertilité des sols par atelier participatif

Élise Audouin, Jonathan Vayssières, Jérémy Bourgoin et Dominique Masse

Texte intégral

1En Afrique de l’Ouest, la sécurité alimentaire est une préoccupation majeure face à une population qui double tous les 23,5 ans (ANSD 2012 ; Lahmar et al. 2012). Parmi ces pays, le Sénégal ne couvre pas ses besoins alimentaires et une part importante des denrées alimentaires est importée (FAO 2010), bien que l’agriculture rassemble à elle seule 69 % des actifs en 2015. La situation alimentaire est qualifiée de « grave » selon le « Global Hunger Index » avec 21 % de sous-nourris entre 2005 et 2007 (Faostat 2013). Dans ce cadre, la durabilité des systèmes agrosylvopastoraux doit être assurée afin de maintenir une population en majorité rurale.

2La durabilité des systèmes agricoles d’Afrique de l’Ouest était fondée sur une forte complémentarité entre le bétail, la culture céréalière et la strate arborée. La structuration paysagère traditionnelle est composée de quatre unités paysagères principales : les zones de parcours du bétail (parc arboré, bas-fonds), les champs de brousse (cultivés ou en jachère), les champs de case (cultivés en continu) et l’habitat. La fertilité des champs cultivés en continu est entretenue par un transfert de biomasse réalisé lors du déplacement des troupeaux du village des zones de parcours (saltus) vers les champs de case (ager) (Manlay et al. 2004). Les rotations mil-jachère en champs de brousse et la conservation de zones de parcours du bétail proches des villages permettent le maintien du troupeau toute l’année à l’échelle du terroir villageois.

3Le vieux bassin arachidier du Sénégal est une région agricole particulièrement dynamique comme en attestent les nombreuses études qui y ont été conduites (Lericollais 1999). Cet agroécosystème était déjà saturé par la pression démographique en 1960, cependant, la population a doublé entre 1963 et 2009. Ce paysage s’est alors inscrit dans une dynamique de réduction des zones de parcours et de jachère au profit des zones de cultures (Delaunay & Lalou 2012 ; Lericollais 1999). Les limites d’extension de la surface agricole utile (SAU) ont été atteintes face à une croissance de la population de 50 % en 20 ans pour un gain de surface agricole de 15 % (Lericollais 1999). En parallèle de la réduction des surfaces en jachère, la croissance démographique a mené à la surexploitation de la strate arborée pour subvenir aux besoins en fourrages et combustibles. S’en est suivi une réduction des disponibles fourragers qui a causé le départ des troupeaux vers les zones ayant une densité de population plus faible au nord-est du Sénégal (Lericollais 1999). La délocalisation des troupeaux s’est traduite par une baisse du disponible en fumure organique et un déclin probable de la fertilité des sols (Vayssières et al. 2015) puisque, face au prix croissant des engrais minéraux, le maintien de la fertilité des terres et des rendements culturaux est davantage tributaire de la fumure organique animale (Schlecht & Hiernaux 2004). Les baisses de rendement ont ainsi eu de lourdes conséquences sur la sécurité alimentaire des ménages et ont conduit à un exode rural important (Delaunay et al. 2013).

4Les habitants du vieux bassin arachidier avaient opté pour une stratégie d’adaptation qui consistait à développer l’arachide, comme culture de rente, pour subvenir à leurs besoins monétaires croissants pour l’import de denrées alimentaires. Un désengagement aux niveaux national et international vis-à-vis du secteur de l’arachide s’est enclenché dès 1967. Les prix préférentiels pour l’arachide ont été supprimés, les coopératives ont été dissoutes, ce qui a causé une perte directe de 25 % du prix reçu par les producteurs et le déclin de cette activité lucrative (Lericollais 1999). Les habitants du vieux bassin arachidier ont donc développé de nouvelles stratégies d’adaptation.

5Puisque la qualité de vie des populations d’ethnie sereer dépend principalement des activités d’agriculture et d’élevage, la recherche-action doit permettre d’accompagner une transition vers une intensification écologique des systèmes agricoles (Vandermeersch et al. 2013). Par le passé, de nombreux travaux scientifiques ont développé des technologies d’intensification écologique. Toutefois, ces propositions n’ont pas été suivies par les populations locales (FAO 2003). Il semble donc incontournable de tenir compte des pratiques actuelles et des logiques des acteurs guidant ces pratiques pour concevoir les changements de demain (Wezel & Rath 2002).

6Cette étude propose une analyse comparative de deux terroirs villageois, situés dans la zone de Niakhar. S’ils sont seulement distants de 8 km, ces villages sont pourtant caractérisés par des paysages et des pratiques agricoles radicalement différents avec des stratégies d’adaptation contrastées. Diohine pratique une agriculture extensive vivrière et maintient un fonctionnement relativement traditionnel avec une jachère collective. Barry Sine s’est largement investi dans diverses activités agricoles de rente, dont l’activité intensive d’embouche, avec un recours accru aux intrants. Ce chapitre a pour objectif de décrire une méthode combinant deux approches d’identification de voies d’intensification durable des systèmes pour l’amélioration de la gestion de la fertilité des sols. Ce retour d’expérience vise à évaluer l’intérêt d’une telle méthode, en termes d’émergence de connaissances originales.

Une méthodologie couplant une approche quantitative et compréhensive

Approche quantitative

Démarche conceptuelle

7La première étape de la méthodologie consistait à dresser un état des lieux des systèmes agricoles actuels et des pratiques associées au moyen d’enquêtes systémiques (Flood 2000). Ces enquêtes étaient complétées par un inventaire des flux de biomasse entre les différentes unités paysagères. La dynamique de la fertilité des sols résultant de l’évolution de ces pratiques a été évaluée (Audouin et al. 2015 ; Odru 2013). Le bilan azoté et l’efficience azotée ont été étudiés, puisque ces indicateurs sont synthétiques et largement reconnus pour l’évaluation de la gestion intégrée de la fertilité des sols et de la durabilité des agroécosystèmes (ROY et al. 2005 ; Thornton & Herrero 2001 ; Vayssières 2012). Le choix du nutriment s’est porté sur l’azote, car il constitue le principal facteur limitant de la production agricole en Afrique de l’Ouest (Rufino et al. 2009 ; Schlecht et al. 2006). Ces indicateurs ont été spatialisés à l’échelle de la parcelle afin de visualiser les transferts de fertilité dans l’espace. Ces transferts sont essentiels pour la durabilité des agroécosystèmes en zone soudano-sahélienne (Rabot 1990). Deux niveaux supplémentaires d’analyse ont été étudiés : le foyer (ménage) et le terroir villageois, afin de déterminer, parmi ces échelles de gestion imbriquées, lesquelles constituent des sources ou des puits d’azote (Figure 1). Le terroir villageois, défini comme un espace avec des caractéristiques sociogéographiques et contenant les ressources de la communauté, est reconnu comme l’échelle d’intervention la plus pertinente pour construire des projets de territoires en Afrique de l’Ouest (Bernard 2015). En effet, le terroir villageois comporte de nombreuses ressources communes (parcours, résidus de récolte, parc arboré) soumises à des règles de gestion établies collectivement par la communauté (Lericollais 1999).

8La collecte des données a été réalisée par enquêtes systémiques auprès de chaque foyer. Les différents flux de biomasse ont été recensés pour chaque sous-système qui compose le foyer : « Culture », « Élevage », « Effluents », « Famille », « Arbre ». Dans le cas du sous-système « Cultures », les flux de biomasse ont été détaillés parcelle par parcelle.

Figure 1. Représentation conceptuelle du système étudié : le terroir villageois

Figure 1. Représentation conceptuelle du système étudié : le terroir villageois

9Ces données ont ensuite été confrontées aux observations antérieures décrites par les géographes et agronomes intervenant dans l’observatoire depuis 50 ans (Pélissier 1966 ; Lericollais 1999). Les résultats ont servi de base pour la conception des objets « frontière » mobilisés dans l’approche compréhensive, lors d’ateliers participatifs (Cash et al. 2003).

Administration du guide d’enquête

La compréhension du système par l’immersion

10Les deux phases de terrain se sont déroulées sur une période de 3 mois. L’hébergement à Diohine fut un élément clef pour la compréhension des conditions de vie locales par l’immersion (Pretty 1995). Cette approche sensible a permis l’appréhension des contraintes inhérentes au système et des choix de gestion du terroir relatifs à des facteurs sociaux, économiques et environnementaux (Wezel & Rath 2002).

Période d’entretien

11Les entretiens se sont déroulés de mai à juillet, ce qui correspond à la période de travaux agricoles la moins chargée. En effet, à ce moment, les ménages sont plus aptes à répondre aux enquêtes, puisque seuls le ratissage et les brûlis des résidus de culture sont effectués.

Présentation du projet

12Le suivi démographique de l’observatoire de Niakhar sollicite régulièrement les foyers de la zone d’étude. La présentation du projet constituait donc une phase primordiale de l’entretien, permettant d’exposer l’intérêt de la démarche et de justifier la sollicitation supplémentaire des foyers. Elle permettait également une description fine des objectifs du projet dans un souci de transparence auprès des villageois. Au-delà de ce cadre déontologique, la clarification de ces éléments permettait d’améliorer la qualité des informations recueillies. En effet, il était essentiel de préciser que ce projet de recherche n’aboutissait pas à une distribution de biens, ce qui aurait pu amener les participants à minimiser la quantification de leurs flux de biomasse.

13Deux supports de communication ont particulièrement capté l’attention des villageois lors de la présentation du projet et ont renforcé notre légitimité. Le premier était une large photo aérienne du village sur support plastifié. Elle était parcourue avec le chef du foyer en localisant les éléments structurant du village et la concession du foyer interrogé. Cette lecture a fait émerger de nouvelles informations sur la gestion du terroir villageois et a permis de familiariser les enquêtés à ce type de représentation, ce qui a facilité le déroulement des ateliers participatifs. Le second support était l’arbre généalogique du foyer, construit en partenariat avec l’IRD sur la base des données démographique de l’observatoire. La traduction des données sous une forme de représentation compréhensible par les enquêtés a été très appréciée et perçue comme une marque de respect. Ce support a facilité le recueil d’informations complémentaires sur la composition du foyer.

Choix des interlocuteurs

14Vandermeersch et al. (2013) ont constaté que, dans la zone de Niakhar, les hommes méconnaissent les activités des femmes et des enfants. Le guide d’enquête a donc été divisé en plusieurs parties. Les questions portant sur l’aviculture, la culture du bissap et du niébé ainsi que la récolte du bois ont été posées aux femmes. Les questions portant sur les achats, les autres cultures (dont la gestion de la fane de niébé) et les autres types d’élevage ont été posées aux hommes.

15Dans le respect des traditions locales, nous avons interrogé le chef de ménage dans un premier temps, puis les femmes, avec l’accord du chef de ménage.

Adaptation aux différences culturelles

Aborder les dates

16L’échéancier des pratiques agricoles est décisif dans la compréhension de la gestion du terroir. Cependant, le calendrier grégorien est peu utilisé à Barry Sine. Nous avons donc choisi d’utiliser les fêtes musulmanes ou locales de l’année 2012 comme repères temporels (Magal, Gamou, fête Raan de Toucar, Ramadan, Korité, Tabaski et Tamkharit).

Aborder la question du cheptel

17Les questions concernant le cheptel sont délicates. La personne interrogée pouvait être amenée à sous-déclarer les effectifs du bétail selon son positionnement hiérarchique (Vandermeersch et al. 2013). Par ailleurs, les croyances locales rendent tabou le dénombrement des troupeaux (Badiane 2006 ; Vandermeersch et al. 2013). De plus, à l’époque coloniale, une taxe fondée sur le nombre de têtes en gestion a été instaurée. Bien que cette taxe soit depuis longtemps obsolète, une certaine réticence à indiquer les effectifs du cheptel persiste (Badiane 2006).

18Afin de faciliter la collecte d’information, les questions ont été organisées de manière progressive pour tendre vers les effectifs totaux du cheptel : production laitière, puis nombre d’animaux traits, puis nombre de taureaux, pour finir par le nombre de vaches non allaitantes. Ainsi, en cas de blocage en cours d’enquête, les premières questions ont permis d’obtenir un ordre de grandeur pour les questions finales. La quantification passait par des fourchettes de valeur si nécessaire. Ces informations étaient ensuite croisées avec les données issues des observations (comptage lors du parcage des lots d’animaux).

Aborder les questions indicatrices de la santé financière du foyer

19Généralement, les foyers n’ayant pas les moyens d’acquérir des animaux ont recours au pok. Cette pratique d’échange consiste à recevoir un animal et à retourner une partie de la progéniture qu’il engendrera au propriétaire initial. Afin de ne pas indisposer l’enquêté, le guide d’enquête prévoyait dans un premier temps de demander si le ménage avait confié ses animaux à un autre foyer et seulement dans un deuxième temps, si un foyer lui avait confié du bétail.

20Pour l’achat de denrées alimentaires, le guide d’enquête était organisé progressivement pour débuter sur la quantification des céréales d’agrément (comme le maïs) avant d’aborder les autres céréales, puis continuait par l’achat de poisson (plus accessible) pour terminer par l’achat de viande.

Les ateliers participatifs pour explorer les possibilités d’amélioration de la fertilité des sols

21Les principaux objectifs des ateliers participatifs étaient i) de restituer les résultats obtenus par l’approche quantitative ; ii) de procéder à la description des perceptions des villageois sur l’évolution de la fertilité des terres du terroir, puis à l’identification des stratégies de gestion actuelle et futures de la fertilité des sols de leur village (Pretty 1995 ; Bourgoin 2012).

Adaptation des ateliers au contexte local

22Les traducteurs (originaires de la zone de Niakhar) ont été impliqués dans la construction de la démarche des ateliers participatifs et des supports de communication utilisés lors des ateliers. Suite à leurs recommandations, la démarche participative s’est déroulée en deux temps : un premier atelier avec les hommes le matin, puis un second atelier avec les femmes l’après-midi, dans chaque village (Tableau 1)

Tableau 1. Découpage de la mission

Jour 1

Jour 2

Jour 3

-Formation des traducteurs
- Ajustements selon leurs retours sur le fond et la forme des ateliers

-Atelier de Barry Sine avec les hommes
- Repas
- Atelier de Barry Sine avec les femmes
- Débriefing avec les chercheurs et les traducteurs sur l’atelier

-Atelier de Diohine avec les hommes
- Repas
- Atelier de Diohine avec les femmes
- Débriefing avec les chercheurs et les traducteurs sur l’atelier

23Afin de nous adapter à la hiérarchie des genres inhérente à la culture sereer, le lieu du repas était séparé du site où prenait place le second atelier avec les femmes. Cette stratégie permettait plus aisément d’isoler les participantes ce qui les autorisait à user davantage de leur liberté d’expression.

24Les invitations ont été relayées par le chef de village. La participation aux ateliers fut globalement assez élevée et plus forte à Diohine, puisque 32 hommes et 34 femmes se sont déplacés parmi les 44 foyers conviés ; à Barry Sine, 34 hommes et 41 femmes ont effectivement participé parmi les 73 foyers invités. Les effectifs ont cependant évolué au cours des ateliers.

Soft System Methodology, méthode OPERA et outils de facilitation

25La Soft System Methodology est une approche systémique, mobilisée dans des démarches de recherche-action, qui considère la complexité du système et se fonde sur la participation et les intérêts des acteurs locaux (Flood 2000). Les techniques de facilitation mobilisées permettent la restauration du dialogue, le développement de la cohésion sociale pour l’atteinte d’objectifs communs, comme l’amélioration de la fertilité des sols du terroir dans le cas de ce projet. Les ateliers favorisent le partage des expériences et des savoirs locaux et la création de connaissances communes particulièrement adaptées au contexte local (Flood 2000 ; Pretty 1995 ; Sriskandarajah et al. 1991 ; Wezel & Rath 2002).

26La méthode OPERA s’inscrit, dans le cadre de la Soft System Methodology, en tant que dispositif de facilitation des ateliers. Elle confère aux participants un statut actif dans la construction des résultats, ce qui favorise leur implication et leur engagement dans l’action collective (Slåen et al. 2003). Le dispositif des ateliers participatifs a été dérivé de la méthode Opera conformément aux normes de la culture locale, au temps imparti et aux effectifs de participants attendus.

27Le dispositif s’est déroulé en deux temps : i) un temps d’échange en sous-groupe de 7-10 personnes animé par un facilitateur ; ii) un temps d’échange plénier où un porte-parole synthétise les productions de chaque sous-groupe lors de la phase i.

28Le dispositif participatif favorisait un mode de communication orale (plutôt qu’écrit) en cohérence avec les modes d’expression préférentiels des participants. Différentes techniques de représentation ont été mobilisées. La technique du « Rich Picturing » (représentation par des dessins) (Checkland & Poulter 2006 ; Flood 2000) a été préférée au « Mind Mapping » (connexion de mots en arborescence) afin de surmonter la barrière de la langue et parce que la visualisation permet d’équilibrer les dialogues et d’approfondir les discussions (Checkland & Poulter 2006 ; Pretty 1995). La cartographie participative permettait quant à elle de faciliter le dialogue en focalisant l’attention sur un objet intermédiaire permettant d’éviter les confrontations directes (Burini 2009). Elle est particulièrement indiquée comme support de négociation pour la gestion des biens communs tels que les ressources d’un territoire (D’Aquino et al. 2002). Dans le cadre de ce projet, cette technique permettait l’émergence des valeurs des acteurs locaux et de leurs savoirs empiriques. Les facilitateurs (natifs de la région et formés par nos soins) manipulaient les supports proposés, actaient et annotaient les consensus. Cette stratégie visait à atténuer l’impact de la hiérarchie sociale sur formalisation des idées (Chambers 2006).

Déroulement des ateliers

Introduction des ateliers participatifs

29Après présentation des différents intervenants, nous avons capté l’attention des participants par la lecture de l’histoire du village. La culture sereer porte un grand intérêt à ses ancêtres, ce rappel a permis de conforter l’identité commune des acteurs et de renforcer le sentiment d’appartenance au collectif. Nous avons ensuite exposé le programme des ateliers.

Quelle est la situation actuelle ?

30La description de la situation actuelle s’est intéressée à la fertilité des sols en trois temps : i) quelles sources ?, ii) quelle organisation spatiale ?, iii) quelles pratiques de gestion actuelle ?

31Dans un premier temps, les échanges étaient orientés sur les éléments structurels et naturels du terroir (Tableau 2), pour s’intéresser ensuite aux éléments anthropiques et aux pratiques agricoles (Tableau 3).

Tableau 2. Questions des ateliers participatifs relatives à la structure du terroir

Tableau 2. Questions des ateliers participatifs relatives à la structure du terroir

Tableau 3. Questions des ateliers participatifs relatives aux pratiques agricoles

Tableau 3. Questions des ateliers participatifs relatives aux pratiques agricoles

Quelle est la situation souhaitée ?

32Pour caractériser la « situation souhaitée » de gestion de la fertilité des sols dans chaque terroir villageois, nous avons reformé les sous-groupes de travail de la cartographie participative. Chaque sous-groupe a effectué un brainstorming autour des possibilités d’amélioration de la fertilité des terres. Le facilitateur veillait à l’équilibre des dialogues sans pour autant systématiser le tour de parole afin de respecter la volonté de ceux qui ne souhaitaient pas s’exprimer, les jeux de pouvoirs étant fort au sein d’un terroir villageois.

33Au-delà des solutions exogènes fournies par des projets et des financements externes apportés au terroir villageois, le dispositif prévoyait d’amener les participants à explorer des options endogènes. Les facilitateurs menaient les participants à élargir la réflexion sur de potentiels projets d’améliorations à financement interne. La question secondaire était formulée de la façon suivante : « Quelles améliorations peuvent être apportées sans soutien extérieur d’ordre financier ou matériel ? ».

Conclusion des ateliers

34Pour conclure les ateliers, nous avons recueilli le retour d’expérience des villageois quant à l’approche quantitative (déroulement des enquêtes, relevé du parcellaire) et compréhensive (ateliers participatifs). Ce retour était essentiel dans l’optique de diffusion et d’amélioration de la méthodologie pour de futurs travaux. Ce retour permettait de mieux appréhender les attentes des villageois et d’accentuer leur rôle dans la construction du projet collectif.

35Les acteurs locaux sont copropriétaires des productions du projet. Nous leur avons laissé deux types de représentation des résultats du projet afin qu’ils puissent être mobilisés comme supports de discussion avec les ONG ou les instances publiques (Chambers 2006). Le premier type de support était une fiche individuelle pour chaque foyer. Elle contenait le parcellaire du ménage, à la demande des villageois (nom des champs et superficie), ainsi que le bilan azoté du foyer. Ce dernier reprenait le mode de représentation utilisé lors des ateliers, les réactions des participants nous avaient confirmé la compréhension de ce formalisme (présenté à titre illustratif en Figure 2). Le deuxième type de support comprenait la carte du bilan azoté à l’échelle du terroir et le graphique de la quantification des entrées et sorties d’azote du village par catégorie de flux. Ces productions plastifiées, qui avaient été explicitées lors des ateliers participatifs, ont été remises au chef du village de Barry Sine et au notable de Diohine.

36Lors des ateliers, nous avons partagé un repas avec les villageois. Ce temps permet aux participants de poursuivre leurs échanges sur la thématique de l’atelier. Il nous a également permis d’illustrer l’ouverture de leur système aux importations de denrées alimentaires. Avant de débuter le repas, nous leur avons demandé de lister les aliments produits au sein du village et ceux importés. Ce repas, semblable aux déjeuners quotidiens, privilégie une denrée importée : le riz, préféré au mil qui composait traditionnellement les repas.

Figure 2. Modèle de dossier individuel remis aux enquêtés à la fin des ateliers participatifs détaillé par catégorie de biomasse

Figure 2. Modèle de dossier individuel remis aux enquêtés à la fin des ateliers participatifs détaillé par catégorie de biomasse

Résultats

Évolution des deux terroirs depuis 1990

Histoire des villages

37Les villages de Barry Sine et de Diohine ont connu un développement distinct. Barry Sine a été fondé vers 1900 (Becker 2014) suite à une mésentente entre un habitant de Barry Ndondol et le chef du canton. Trente chefs de ménage auraient alors migré à la frontière des cantons du Sine et du Baol. Une part d’entre eux décida de rejoindre la zone du Baol (Dia et al., 1999). Son habitat s’est donc morcelé au fil du temps ce qui a favorisé une « hiérarchie de concession ». Diohine est un « village-centre » beaucoup plus ancien dont l’habitat est concentré géographiquement (Figure 3). La concentration de ses habitations facilite la circulation de l’information. Il est organisé avec une « hiérarchie de quartier ». Ses foyers sont distribués en différents quartiers gérés par des notables sous l’égide du chef de village. Ainsi, à Diohine un pouvoir hiérarchique supérieur à la concession s’opère, tandis qu’à Barry Sine, les figures sociales sont davantage reconnues à l’échelle de la concession du fait de la dispersion de l’habitat.

38Le regroupement des foyers en concession est plus fort à Barry Sine ce qui peut faciliter le partage des biens, notamment en ce qui concerne le matériel agricole. En effet, les terroirs comptent tous deux 27 concessions. Cependant, Diohine recense 44 ménages contre 73 à Barry Sine. En revanche dans les deux villages, les concessions à foyer unique prédominent, symboles de l’individualisation des ménages.

Évolution des pratiques

39Face à la croissance démographique, les villageois ont dû conquérir de nouvelles terres. La zone nord-ouest de Barry Sine, par exemple, n’était pas utilisée dans les années 1980 (Becker 2014) alors qu’elle représente désormais une large part de la SAU du terroir. De même, les parcelles des habitants de Diohine et des villages alentour ont fini par s’imbriquer dans l’espace en raison de l’expansion de la SAU. Cette conquête des terres a été plus forte à Barry Sine qui atteint une densité de population désormais supérieure à celle de Diohine (180 habitants par km2 à Diohine contre 320 à Barry Sine). Cette conquête des terres s’est couplée à une individualisation des ménages. Désormais les concessions à foyer unique dominent. En définitive, la SAU des foyers a été divisée par deux depuis 1990.

Figure 3. Zonage agro-écologique de Diohine (à gauche) et Barry Sine (à droite) en 2013

Figure 3. Zonage agro-écologique de Diohine (à gauche) et Barry Sine (à droite) en 2013

40En revanche, concernant le chargement animal et la fertilisation, Diohine a conservé un modèle assez similaire à celui de 1990 tandis que Barry Sine se détache par l’intensification de ses pratiques. Cette intensification à Barry Sine, ne semble pas avoir permis le maintien des rendements azotés de 1990 en raison de l’appauvrissement des sols, de l’exploitation de nouvelles terres plus pauvres et de l’abandon de l’arachide. Ce système plus intensif permet cependant des rendements meilleurs en comparaison au système maintenu traditionnel (Diohine) (Tableau 4).

Tableau 4. Indicateurs de structure et de flux d’azote pour Barry Sine et Diohine en 2012 et pour la zone de Niakhar en 1990

Indicateurs de structure et de flux d’azote pour les terroirs

Zone de Niakhar, 1990 (Lericollais, 1999)

Diohine, 2012

Barry Sine, 2012

SAU foyer (ha)

9,00

4,70

5,50

Chargement animal (UBT.ha-1)

0,66

0,96

2,31

Rendement (kgN.ha-1)

11,75

6,04

8,72

Fumure (kgN.ha-1)

0,43

1,30

2,08

Engrais minéraux (kgN.ha-1)

1,11

0,84

5,16

Parcage hivernage (kgN.ha-1)

0,12

1,80

0,16

Parcage saison sèche (kgN.ha-1)

0,19

1,04

2,96

Traduction des évolutions en termes de structuration des terroirs villageois

41Cette étude a souligné la portée des pratiques d’élevage et de gestion de la fumure organique comme vecteurs majeurs de fertilité dans les deux terroirs. À Diohine les troupeaux sont conduits par des pratiques d’élevage extensives, le libre pâturage est pratiqué en zones cultivées (consommation des résidus de récolte laissés au champ) ou sur jachères et parcours. Le parcage nocturne des troupeaux sur les champs de case permet leur fertilisation par restitution directe des déjections. Dans ce village le paysage est structuré pour favoriser la mobilité du bétail. Ainsi, un réseau de couloirs et de jachères connecte les différentes zones d’accueil des troupeaux : bas-fond, savane boisée, jachères, points d’abreuvement. La jachère est organisée collectivement sur la base d’une rotation d’un ensemble de parcelles individuelles juxtaposées. Ce maillage permet de mieux intégrer les activités de culture et d’élevage. À Barry au contraire, l’élevage est plutôt caractérisé par des pratiques intensives en stabulation. Le réseau de couloirs et de jachères n’est pas présent dans le paysage, car la mobilité des animaux n’est plus nécessaire. L’ensemble du terroir est cultivé (Figure 3). Les résidus de culture sont récoltés, stockés, puis distribués aux animaux.

Représentations de la situation actuelle selon les villageois

Ressources disponibles et préférentielles pour la fertilisation des terres

42De manière générale durant l’ensemble des ateliers, les habitants de Diohine se sont concentrés sur la gestion traditionnelle de la fertilité des sols qui se fonde sur les transferts de fertilité générés par le troupeau entre le saltus (source de matière organique : jachère, strate arborée) et l’ager (vecteur de transfert : fumier, parcage). D’après les enquêtes des foyers, ces sources traditionnelles restent majeures dans la fertilisation des parcelles (Figure 4), puisque Diohine a conservé 20 % de sa SAU dédiée au pâturage collectif en 2012 (inexistant à Barry Sine).

43Les habitants de Barry Sine, pour leur part, ont démontré la persistance de la logique de la première stratégie d’adaptation du bassin arachidier : le développement de l’arachide comme culture de rente. En effet, les surfaces en arachide représentaient en 2012 30 % de la SAU contre seulement 7 % pour Diohine. Les habitants de ce terroir villageois ont insisté sur les pratiques de gestion de la fertilité des sols, telles que la rotation mil-arachide ou bien la fertilisation minérale correspondant à ce système de culture, qui représente désormais le premier intrant azoté des parcelles dans ce village.

Figure 4. Composition des intrants azotés des parcelles pour l’année culturale 2012 à Diohine et Barry Sine

Figure 4. Composition des intrants azotés des parcelles pour l’année culturale 2012 à Diohine et Barry Sine

44Les quatre groupes de participants (hommes de Barry Sine, hommes de Diohine, femmes de Barry Sine et femmes de Diohine) expriment un certain engouement pour deux sources de fertilisation en particulier : les engrais minéraux et le fumier qui demeurent les ressources privilégiées dans les deux villages pour la fertilisation des parcelles (Figure 5). Cette tendance générale laisse penser que les deux terroirs souhaitent s’inscrire dans la dynamique du système agricole de Barry Sine, qui fertilise davantage ses terres par le biais de ces deux sources de fertilisation.

Figure 5. Illustration des comparaisons des ressources favorisant la fertilité du terroir villageois pour Diohine et Barry Sine par genre listées aux ateliers en 2013

Figure 5. Illustration des comparaisons des ressources favorisant la fertilité du terroir villageois pour Diohine et Barry Sine par genre listées aux ateliers en 2013

45Cependant, les hommes de Diohine ont démontré que les habitants de ce terroir villageois ont une plus forte propension à gérer collectivement la fertilité des sols puisqu’ils ont cité des ressources communes du village (jachère, tas de déchets ménagers collectif). A contrario, les hommes de Barry Sine entretiennent la dynamique d’individualisation des ménages générée par le développement de la culture de rente et accordent une grande importance i) aux ressources liées à la culture de l’arachide (rotations culturales, machines agricoles, insecticides) ; ii) et aux transferts de fertilité liés au parcage nocturne des troupeaux transhumants qui concentrent la biomasse prélevée sur l’ensemble du territoire de jour sur la parcelle du propriétaire du troupeau de nuit, pratique qui avantage donc les foyers ayant les plus grands cheptels (Figure 5).

  • 5 4ème source d’intrant azoté à Diohine ; 3ème à Barry Sine.

46La gestion de la fertilité des sols présente une dichotomie par genre du fait de la répartition des travaux agricoles. Cette dichotomie se reflète dans les ateliers puisque les femmes décrivent majoritairement les ressources auxquelles elles ont accès (fientes de poules, écailles de poisson à Diohine, cendres et déchets ménagers à Barry Sine), tandis que les hommes ne les mentionnent pas. Ces moyens de fertilisation représentent cependant une large part des intrants5 (Figure 4). Les femmes connaissent les avantages des autres moyens de fertilisation des terres. Cependant elles ont peu accès à ces ressources qui sont gérées par les hommes. Ainsi, les femmes ont davantage cité l’élevage traditionnel et très peu la transhumance tandis que les hommes de Barry Sine ont davantage insisté sur l’embouche (Figure 6).

Figure 6. Fréquence de citation des types d’élevage par genre et par village durant les ateliers de Diohine et Barry Sine en 2013

Figure 6. Fréquence de citation des types d’élevage par genre et par village durant les ateliers de Diohine et Barry Sine en 2013

Répartition spatiale de la fertilité

  • 6 1 0,96 UBT.an.ha-1 a□ Diohine ; 2,31 UBT.an.ha-1 à Barry Sine.

47Les deux terroirs villageois respectent une même règle de décision pour l’application du fumier, des déchets ménagers et le parcage nocturne : les champs de case sont fertilisés en priorité, car ils bénéficient d’une meilleure surveillance et d’un meilleur suivi. Cependant les effectifs des troupeaux de Barry Sine lui permettent de couvrir l’ensemble des unités paysagères en ce qui concerne le parcage nocturne6, alors que Diohine doit le réserver aux champs de case.

  • 7 D’après un test ANOVA.

48Concernant l’application des engrais minéraux, la règle de décision s’inverse et vise à prioriser les champs de brousse. En effet, les engrais sont plus facilement transportables que le fumier dans ces parcelles éloignées. Cependant la pratique de fertilisation minérale diverge entre les deux terroirs villageois en raison de l’écart de moyens financiers des foyers. Les habitants de Barry Sine les épandent indifféremment sur l’ensemble des unités paysagères du territoire. Les habitants de Diohine pour leur part se voient dans l’obligation de réserver cette faible ressource (8 % seulement des apports azotés) aux champs de brousse. Il en résulte que Barry Sine parvient à homogénéiser ses bilans azotés entre les champs de case et les champs de brousse7, alors que ce bilan est plus élevé dans les champs de case à Diohine, puisqu’ils concentrent la majorité des intrants azotés : déchets ménagers, fumier, parcage.

49À Barry Sine, la représentation de la fertilité des terres par les participants des ateliers confère une plus grande fertilité à l’unité paysagère des champs de case et, a contrario, une plus faible fertilité aux champs de brousse (Figure 7). Cette divergence entre les résultats issus de l’approche quantitative et compréhensive peuvent s’expliquer par deux facteurs : i) la priorité accordée aux parcelles de brousse pour l’épandage de fertilisants est trop récente pour que les villageois en perçoivent les effets ; ii) le concept de fertilité des sols englobe d’autres dimensions que le bilan azoté des parcelles dans le système de représentation des acteurs locaux.

50À Barry Sine, les hommes comme les femmes se sont accordés sur la plus haute fertilité des champs de case. Concernant les champs de brousse, les avis sont plus contrastés. Les villageois attribuent une moindre fertilité à la zone de Thigem (nord-ouest) et à l’est de Bakakague. Les avis convergent en partie (5 groupes sur 6) sur la zone de Ngonine, jugée plus fertile, car elle bénéficie du parcage nocturne. À la différence des hommes, les femmes ont étendu cette considération à la zone de Bakapome. La fertilité de la zone de Ngangarlame ne faisait pas consensus non plus. Ces différences de perception peuvent être relatives i) à la localisation des parcelles de chaque foyer et donc à la connaissance empirique que développe chaque foyer des différentes zones de brousse ; ou bien ii) ces différences peuvent s’expliquer par l’hétérogénéité des pratiques des foyers dans les champs de brousse relativement aux moyens économiques contrastés des foyers.

51À Diohine, on note globalement que les résultats de la cartographie participative sont plus détaillés et davantage consensuels qu’à Barry Sine. On observe, similairement à Barry Sine, que les perceptions des hommes et des femmes s’accordent sur la fertilité des champs de case et sont plus contrastées pour les champs de brousse. Les participants convergent dans l’évaluation de la fertilité de la plupart des zones de brousse : Bakouagan, Mbodokhan et Ondiate au sud, Ngelokh au sud-est, Khabada à l’est et Bakhoulane au nord sont jugées davantage fertiles que les sols de Mbelpil et Kothior. Les deux genres ont également identifié la moindre fertilité des sols de la zone d’Onguido (aire de pâturage en hivernage). Son sol est sableux et comporte une forte densité de l’adventice Striga hermonthica. Ce résultat révèle que la sélection de la zone de pâturage collectif donne priorité aux zones peu fertiles. En revanche, la fertilité des zones d’Onguich, Ngodan et Ossapan ne font pas l’unanimité entre les hommes et les femmes.

  • 8 D’après un test ANOVA.

52La cartographie participative de la fertilité des terres comporte des similitudes avec la spatialisation de l’efficience azotée, ce qui suggère que cette notion est prise en compte par les villageois dans leur représentation de la notion de « fertilité des sols ». Des différences entre ces résultats de l’approche quantitative et compréhensive apparaissent cependant en champs de brousse, comme dans le cas du bilan azoté. Les villageois se sont accordés sur la fertilité accrue des parcelles les plus proches des habitations. En effet, les pratiques agricoles s’intensifient dans cette unité paysagère, comparée aux champs de brousse (apport de fumier, épandage des déchets ménagers, divagation du bétail). Par ailleurs, les villageois leur attribuent une nature des sols davantage propice à l’agriculture (sols dior). Un sous-groupe considère cependant que la nature des sols impacte peu la fertilité des sols du terroir villageois, qui dépend majoritairement de l’intensification des pratiques agricoles. Cependant, les champs de brousse, peu fertilisés, puisent largement dans les réserves azotées du sol, ce qui leur confère une efficience azotée plus élevée qu’aux champs de case8. Une seconde différence avec les résultats quantitatifs de l’efficience azotée concerne les zones de Kothior, Ossapan et Mbelpil à Diohine. Les villageois estiment qu’elles sont salées et moins fertiles, mais les résultats d’efficience azotée sont relativement élevés.

53En définitive, ces convergences et divergences entre les résultats des ateliers participatifs et l’approche quantitative suggèrent que la représentation de la fertilité des sols par les habitants de ces deux terroirs villageois est à l’intersection des pratiques agricoles (intensité de la fertilisation), de l’efficience des sols et de la nature des sols.

Figure 7. Synthèse de la cartographie participative des zones de fertilité par sous-groupe du terroir par genre lors des ateliers de Diohine et Barry Sine en 2013

Figure 7. Synthèse de la cartographie participative des zones de fertilité par sous-groupe du terroir par genre lors des ateliers de Diohine et Barry Sine en 2013

Le bilan azoté du terroir

54De nouveau, la différence de gestion des terroirs villageois transparaît lorsqu’est abordée la question des bilans azotés du terroir lors des ateliers participatifs. Les villageois s’accordent sur la faible autonomie alimentaire de leurs terroirs respectifs. Or Diohine est organisé selon le mode de gestion traditionnel, alors que Barry Sine suit un modèle d’adaptation fondé sur le maintien et le développement d’activités agricoles de rente (arachide, embouche).

55À Diohine, la production agricole se fonde sur la culture vivrière de base (mil), dont les rendements sont insuffisants. Les hommes de Diohine relèvent par ailleurs que l’amélioration globale de la santé, grâce aux campagnes de vaccinations, a permis de réduire la mortalité infantile et accroît la croissance démographique du terroir villageois. Aussi, les villageois privilégient l’autoconsommation et ne commercialisent leurs productions agricoles qu’en dernier recours, en période de soudure.

56En revanche, Barry Sine réduit la part de son assolement dédié à la production vivrière au profit des activités agricoles de rente. Les habitants de Diohine attribuent cette orientation du village voisin à un principal facteur : l’exode rural, qui représente une source de revenus conséquente pour les familles et conditionne le financement de l’activité d’embouche. Cette activité a un double intérêt : économique et environnemental comme source de fumier. Les bénéfices économiques générés par l’embouche peuvent ensuite être réinjectés en partie dans l’achat d’engrais minéraux qui permettent le maintien de la culture de rente en parallèle des cultures vivrières par l’intensification des pratiques agricoles.

  • 9 0,35 % des sorties du terroir en azote contre 96,75 % pour la vente d’animaux.
  • 10 D’après les enquêtes, 66 % de la SAU a été semée en niébé à Barry Sine contre 53 % à Diohine.

57Les femmes de Diohine ont relevé leur faible part de contribution à la commercialisation des produits végétaux de leur terroir villageois comparé aux hommes. En effet, les exports des femmes sont constitués uniquement de cultures d’agrément (bissap et niébé) qui sont minoritaires dans le bilan azoté du terroir en comparaison aux activités commerciales d’embouche gérées par les hommes9. Elles notent cependant que l’implication des activités agricoles gérées par les femmes dans le bilan azoté du terroir de Barry Sine est plus élevée. Elles perçoivent un meilleur accès aux terres pour les femmes de Barry Sine qui bénéficient de surfaces plus élevées pour le semis du bissap et du niébé10.

Tableau 5. Composantes du bilan azoté (flux entrants et sortants) des terroirs de Diohine et Barry Sine en 2012

Tableau 5. Composantes du bilan azoté (flux entrants et sortants) des terroirs de Diohine et Barry Sine en 2012

La situation de gestion de la fertilité des sols souhaitée

58Globalement, les voies d’amélioration proposées par les participants des ateliers se sont concentrées, dans les deux villages, sur l’intensification de pratiques existantes (un tiers de propositions novatrices à Barry Sine, un quart à Diohine).

59Les voies d’amélioration de la gestion de la fertilité des sols privilégient l’intensification de la fertilisation des parcelles basées sur l’élevage : accroissement du cheptel et augmentation de l’épandage de fumier (Figure 8). La priorité est donnée à la fertilisation organique plutôt que minérale. En effet, la logique des villageois visait l’augmentation des effectifs du bétail pour pallier les pertes de fumure organique relatives à la transhumance et pour réduire le recours aux engrais minéraux.

60On notera que, du fait de la pression démographique, l’augmentation de la surface en jachère est écartée des potentielles stratégies futures de gestion de la fertilité des sols dans les deux terroirs. En revanche, les villageois de Diohine, terroir plus traditionnel structuré par une forte hiérarchie sociale intergénérationnelle et davantage d’interactions interfoyers, émettent le souhait de conserver un ensemble de règles de gestion collective des ressources. Leur stratégie d’amélioration de la gestion de la fertilité des sols s’appuie sur la coordination du collectif. Ils envisagent notamment le maintien et l’intensification de la jachère par l’augmentation du parcage nocturne dans l’unité paysagère du pâturage collectif (Figure 8).

Figure 8. Citation des voies d’amélioration de la fertilité des sols, par terroir villageois, aux ateliers de Diohine et Barry Sine en 2013

Figure 8. Citation des voies d’amélioration de la fertilité des sols, par terroir villageois, aux ateliers de Diohine et Barry Sine en 2013

61S’il n’est pas envisagé d’accroître la ressource de fertilité constituée par la jachère, support de transferts horizontaux de biomasse, en revanche, les villageois démontrent leur intérêt pour le développement des transferts verticaux de biomasse générés par la strate arborée. Le fonctionnement traditionnel et collectif du terroir de Diohine assure une meilleure cohérence de ce projet de reconstitution concertée du parc arboré avec le modèle de gestion actuel du terroir. En effet, les villageois de Diohine ont relevé l’impact négatif des machines agricoles employées pour la culture de l’arachide, en comparaison à l’iler, sur la strate arborée et la fertilité des sols. Ils ont donc accordé une priorité à la protection des arbustes lors de l’utilisation de ces outils.

62L’amélioration de la fertilité des sols par la coordination du collectif s’est également traduite par la proposition de développement d’un système d’embouche collective. Cette stratégie d’intensification collective des pratiques d’élevage vise à augmenter la fertilisation organique des parcelles par le fumier. En revanche, deux freins à la mise en place de ce projet ont été relevés : i) la compétition d’usage de la ressource fourragère ; ii) la faible disponibilité du matériel de transport du fumier. En effet, la croissance démographique a intensifié les prélèvements des ressources fourragères pour la confection des palissades, des toits et des bâtisses. De surcroît, les villageois de Diohine sont moins bien équipés en matériel agricole. L’augmentation de la production de fumier générée par l’embouche doit donc être combinée à une amélioration du transport de fumier (charrettes) afin d’impacter positivement la fertilité des sols des terroirs. La gestion collective du paysage semble inciter les acteurs à privilégier des évolutions concertées pour l’amélioration de la fertilité des sols à long terme.

63À l’inverse, les améliorations privilégiées à Barry Sine s’opèrent à l’échelle du foyer et traduisent des stratégies individuelles (achat d’engrais minéraux, par exemple). Une partie de ces améliorations correspondent à une logique d’appropriation des ressources (récolte des résidus de culture) guidée par des objectifs économiques et à court terme.

64Une seconde particularité de ce terroir était la proposition de la valorisation des résidus de culture hachés pour la fertilisation végétale.

65Cette notion de recyclage a également été développée par les femmes de Barry Sine et les hommes de Diohine qui proposent la création de fosses fumières afin d’améliorer la qualité des engrais organiques épandus. Cette proposition est tributaire d’une coordination inter-genre. En effet, les femmes estiment pouvoir assumer l’arrosage régulier de ces fosses. Le financement des matériaux de construction, tels que le ciment, et cependant conditionné par l’approbation du projet par les hommes Dans le cas de fosses gérées par les femmes, la rentabilité de l’investissement serait améliorée par un meilleur accès à l’élevage. Les intrants de la fosse seraient alors disponibles en plus grande quantité, ce qui augmenterait la qualité des amendements générés par ces fosses, puisque les femmes n’ont actuellement accès qu’aux déchets ménagers et aux fientes de volailles balayées.

66Le financement de ces projets d’amélioration repose essentiellement sur le recours à des aides extérieures. Lors de chaque atelier, les donations, par l’intermédiaire de projets de développement ou de l’État, ont été mentionnées comme solution de financement de projets d’amélioration de la fertilité des sols. Les hommes de Barry Sine évoquaient également la possibilité de recours à des prêts. Néanmoins, 42 % des propositions de financement à Barry Sine et 10 % à Diohine mentionnaient des stratégies d’autofinancement.

67L’exode rural représente, pour les hommes de Barry Sine, la seule alternative réaliste au recours à une aide économique extérieure.

68Concernant le développement de l’élevage traditionnel, les femmes étaient globalement plus optimistes en identifiant le développement du commerce de la production du niébé et du bissap comme une alternative d’autofinancement viable. Les dons n’en demeurent pas moins essentiels de leur point de vue en raison des faibles opportunités de recours au pok et des prix élevés des concentrés. Les hommes de Diohine s’appuient de nouveau sur une stratégie de gestion collective et ont discuté la possibilité de partager les frais pour parvenir à réaliser les investissements nécessaires (Figure 9).

Figure 9. Comparaison par village et par genre des voies de financement pour l’amélioration de la fertilité des sols du terroir identifiées lors des ateliers de Barry Sine et de Diohine en 2013

Figure 9. Comparaison par village et par genre des voies de financement pour l’amélioration de la fertilité des sols du terroir identifiées lors des ateliers de Barry Sine et de Diohine en 2013

Discussion

69La plupart des propositions d’amélioration de la fertilité des sols reposent sur l’intensification des pratiques agricoles actuelles. Ces améliorations dépendent majoritairement de facteurs économiques (investissement dans les intrants). Nous avons donc choisi de nous concentrer sur les propositions novatrices qui dépendent de multiples facteurs. Nous avons exploré deux options : la mise en place de fosses fumières et le reboisement en Faidherbia albida. En effet, ces deux options requièrent la modification du fonctionnement des systèmes agricoles actuels. Nous avons donc évalué dans quelle mesure ces propositions apportent une plus-value à la gestion actuelle de la fertilité des sols ainsi qu’aux différents facteurs qui conditionnent ces changements de pratiques.

Mise en place des fosses fumières

  • 11 Ici on considère uniquement les UBT. h passées au sein de la concession, car seul le fumier produi (...)

70Les fosses fumières permettent à la fois d’améliorer la quantité et la qualité des engrais organiques disponibles. En effet, les quantités de fumier épandues sont inférieures aux quantités de fumier théoriquement disponible à Barry Sine (production théorique par UBT issue de la bibliographie11). Barry Sine perd 18 % de sa production de fumier, alors que Diohine parvient à l’optimiser. De plus, la localisation de fosses fumières en plein champ permet de faciliter la valorisation de la biomasse des résidus de récolte. En effet, les refus de la vaine pâture sont traditionnellement brûlés, afin de ne pas entraver le passage du semoir attelé. Cette biomasse riche en carbone a pourtant un intérêt particulier pour la stabilisation des engrais compostés.

71Il est possible d’évaluer la plus-value générée par l’installation de fosses fumières. Cette simulation considère les gains de fumier recyclé (Blanchard et al. 2011) et les gains de rendements en grain et paille de mil associés (culture préférentielle pour l’épandage du fumier) d’après Schlecht et al. (2006). On considère également la valeur de l’investissement, la durée d’amortissement des fosses, soit 9 €/fosse sur 5 ans : 3 sacs de ciment + 90 briques produites localement en saison sèche (Ferti-partenaires 2012) et la valeur marchande des gains de rendement.

72Le Tableau 6 montre que cette proposition novatrice serait bénéfique pour les deux villages d’un point de vue environnemental (gain azoté à l’échelle de la parcelle). Ce résultat est d’autant plus probant dans un tel système à très bas niveau d’intrant lorsqu’on le compare aux doses moyennes de fumier et engrais appliquées sur les parcelles (engrais : 0,84kgN.ha-1 pour Diohine, 5,16kgN.ha-1 pour Barry Sine ; fumier : 1,30kgN.ha-1 pour Diohine, 2,08kgN.ha-1 pour Barry Sine). En revanche, les bénéfices socio-économiques (gain de rendement et de revenu) sont plus contrastés et révèlent que cette option serait peu intéressante pour les habitants de Diohine. En effet, le recyclage du fumier était quasiment optimisé en 2012, ce qui laissait peu de marge d’amélioration. Les gains de rendement sont certainement sous-estimés puisqu’ils ne prennent pas en compte les effets positifs de l’incorporation de matière organique sur le long terme : amélioration de la macrostructure des sols, de l’infiltration et de la rétention en eau des sols, de la capacité d’échange cationique (CEC), réduction de l’érosion, libération progressive de nutriments inorganiques, stimulation de la biologie des sols, limitation de la fixation des phosphates par les oxydes d’aluminium et de fer, amélioration de la résistance des racines aux pathogènes, et amélioration du pH (Bationo & Mokwunye, 1991 ; Schlecht et al. 2006).

Tableau 6. Résultats environnementaux, et socio-économiques de l’implémentation de fosses fumières par type de foyer

Tableau 6. Résultats environnementaux, et socio-économiques de l’implémentation de fosses fumières par type de foyer

73Puisque la fertilité des terres de Diohine repose en second lieu sur le fumier, la proposition des villageois de développer l’embouche collective est donc particulièrement cohérente dans l’optique d’augmentation des doses épandues. Ce projet collectif rendrait l’installation de fosses fumières pertinente d’un point de vue socio-économique. Cette combinaison de changements de pratiques ne remettrait pas en cause la superficie allouée aux jachères qui impactent positivement la fertilité des terres lorsqu’elles sont accompagnées d’un parcage nocturne. Une telle action collective semble plausible puisque les interactions entre villageois sont encore très fortes à Diohine. Une animation adéquate d’un tel projet assurerait son organisation, son suivi et son équité.

74L’installation et l’entretien des fosses requièrent une main-d’œuvre importante : 15 HJ (Homme Jour) pour le creusement, 6 HJ pour la stabilisation (Blanchard et al. 2011), 8 HJ pour le retournement. Ces activités, ainsi que l’humidification régulière des engrais organiques (468-972 L/fosse) (communication personnelle, 2014) prennent lieu entre octobre et novembre qui correspond à la période de la récolte qui constitue un pic d’activité (Fertipartenaires 2012). Cependant, l’apport des refus d’alimentation du bétail permet de réduire les pertes d’humidité par évaporation durant la saison sèche et une partie de la main-d’œuvre associée (Fertipartenaires 2012).

75Les fosses doivent être implantées à proximité des lieux d’embouche, mais à 20 m de l’habitat pour éviter la contamination des eaux. Cette distance représente une contrainte potentielle puisque l’activité d’embouche se situe généralement au sein des concessions.

76Les femmes sont à l’origine de cette proposition novatrice et ont un rôle primordial à jouer dans son développement. Elles gèrent une importante part des ressources azotées, les déchets ménagers, qui sont actuellement épandus en champs de case. Leur incorporation aux fosses fumières permettrait non seulement de stabiliser ce compost par l’équilibration des apports azotés et cellulosiques, mais aussi d’améliorer la répartition actuelle des ressources fertilisantes. De plus, les femmes jouent un rôle prépondérant dans la gestion de l’eau qui conditionne l’humidification adéquate des fosses. En définitive une telle proposition novatrice requiert la coordination des genres.

Cas du reboisement en Faidherbia albida

  • 12 D’après une ACP (test de Pearson).

77Le reboisement a été fortement mentionné durant les ateliers, spécialement dans le cas du Faidherbia albida. Les vertus de cette essence arborée sont depuis longtemps connues comme le démontre ce vieil adage : « si tu as des sas (Faidherbia albida) dans ton champ, tu récolteras un grenier de mil » (Lericollais 1999). En effet ces arbres fournissent de nombreux services écosystémiques : fixation et recyclage de l’azote atmosphérique (famille des légumineuses), stimulation de la microfaune du sol, réduction des pertes par lixiviation ou érosion (Schlecht et al. 2006)). Les résultats du projet indiquent que la densité arborée est le paramètre le plus corrélé au rendement en coproduits dans les deux terroirs. C’est également le troisième facteur d’influence sur le rendement en grain à Barry Sine, devant le fumier, et le quatrième à Diohine12. Ces résultats convergent avec les propositions de conservation et de développement du parc arboré formulées par les participants des ateliers.

78De plus le Faidherbia albida soutient les activités d’élevage puisqu’à haute densité, cet arbre peut fournir davantage d’unités fourragères et d’azote digestible que n’importe quelle autre culture, y compris la fane d’arachide (Lericollais 1999).

79S’il existe de nombreuses façons de régénérer le parc arboré, elles ne représentent pas les mêmes investissements humains et financiers. Les pépinières sollicitent des techniques de traitement des graines afin qu’elles puissent germer (traitement à l’eau bouillante ou à l’acide sulfurique) et l’achat de cylindres de tôle ou de polyéthylène. La fertilisation des plants dans les pépinières peut entrer en compétition avec la fumure des parcelles puisqu’elle requiert du terreau. Le bouturage est une option adaptée aux mauvaises conditions édaphiques (Giffard 1964). Dans de bonnes conditions édaphiques, le semis direct offre des résultats similaires au bouturage. Cette solution est plus simple, plus économique. Le troupeau peut servir de vecteur pour le semis puisque les graines ingérées sont acidifiées dans l’estomac, ce qui assure leur germination, en revanche leur répartition spatiale sera davantage aléatoire.

80L’enjeu majeur de la conservation et du développement du parc arboré réside dans la protection des jeunes plants contre les troupeaux, les machines agricoles et les feux (CIRAD 1989 ; Kirmse & Norton 1984). Une protection efficace des jeunes plants au-delà de la première saison sèche suivant le semis assure un reboisement effectif (CIRAD 1989). Le développement des jeunes plants est favorisé par le désherbage sur un rayon de 1 à 2 mètres (Kirmse & Norton 1984). Les individus doivent être bien visibles et entourés d’une protection qui peut être réalisée à partir de produits locaux (Figure 10).

81La création de partenariats avec des projets de reforestations permettrait de faciliter le financement des investissements, de tirer bénéfice des enseignements d’expériences récentes, d’analyser de précédents échecs pour éviter ces écueils. Un tel partenariat permettrait également un accès à la formation sur de nouvelles techniques pour les acteurs locaux. Cet appui faciliterait l’action collective à l’échelle d’un village, paramètre clef du succès du reboisement en raison des pratiques de vaine pâture. Un tel projet aurait plus de chances d’aboutir à Diohine, qui a su maintenir la gestion collective de ses ressources.

Figure 10. Protection individuelle des jeunes plants par l’utilisation de matériel local

Figure 10. Protection individuelle des jeunes plants par l’utilisation de matériel local

Source : KIRMSE et NORTON, 1984

Conclusion

82Cette étude a été conduite sur la base d’une méthode combinant une approche quantitative et une approche compréhensive. Le dispositif s’est organisé en trois phases : i) la description des pratiques et des systèmes agricoles actuels par enquêtes systémiques, associées à un inventaire des flux de biomasse entre les différentes unités paysagères ; ii) l’évaluation de l’évolution de la dynamique de la fertilité des sols résultant de ces pratiques par le calculs d’indicateurs de bilans et d’efficience azotés dans les différentes unités paysagères, iii) l’identification des dynamiques locales qui régissent la gestion actuelle de la fertilité des sols des terroirs et l’identification collective des voies d’intensification écologique par ateliers participatifs.

83La structure des terroirs de Diohine et Barry Sine illustrent le fonctionnement des systèmes agricoles dominants respectifs. Diohine est un village qui a conservé un modèle de gestion traditionnel collectif, fondé sur les transferts de fertilité du saltus vers l’ager par le troupeau. Les cultures vivrières et l’élevage sont intégrés dans l’organisation spatiale concertée du terroir afin de favoriser la complémentarité des activités agricoles. Cependant, ce transfert de fertilité, basé sur le parcage nocturne, creuse l’écart de fertilité entre les unités paysagères des champs de brousse et des champs de case.

84À Barry Sine, les structures d’accueil du troupeau traditionnel ont disparu pour favoriser le développement de la culture de rente : l’arachide (première transition agraire). L’exode rural a permis le développement de l’embouche. Cette activité pourrait être à l’origine d’une seconde transition agraire. Elle génère des bénéfices environnementaux (source de matière organique) et économiques qui permettent l’intensification des systèmes de culture et le maintien de la culture de rente en parallèle à la culture vivrière. Le transfert de fertilité ne dépend plus du bétail divaguant. Cette stratégie répartie plus équitablement les intrants dans les différentes unités paysagères, sans pour autant compenser les exports de biomasse.

85Les habitants des deux terroirs ont proposé un grand nombre de voies d’amélioration de la fertilité des sols. Ces voies s’orientent davantage vers le modèle de gestion de la fertilité des sols de Barry Sine : l’intensification des systèmes de culture par l’épandage de matière organique prioritairement et les engrais minéraux. L’augmentation de la surface dédiée à la jachère ne fait pas partie des propositions en raison de la pression démographique très forte. En revanche, la reconstitution du parc arboré pour restaurer les flux verticaux de biomasse est envisagée dans les deux terroirs.

86Le village de Diohine, structuré par une hiérarchie sociale intergénérationnelle et de fortes interactions entre les foyers, est plus à même de conserver ou de développer des actions fondées sur un ensemble de règles de gestion collective des ressources. Les villageois envisagent des actions collectives sur le long terme fondées pour améliorer la fertilité des sols : maintien et intensification du pâturage et du parcage dans la jachère collective ; système d’embouche collectif, reboisement concerté. À l’inverse, les solutions privilégiées à Barry Sine s’opèrent à l’échelle du foyer (e.g. achat d’engrais minéraux, culture de rente) et correspondent à une logique d’appropriation des ressources (récolte des résidus de culture) guidée par des objectifs économiques sur le court terme.

87Les deux villages envisagent d’accroître le recyclage de l’azote par la mise en place de fosses fumières. Ces dernières apporteraient une plus-value environnementale (bilan N augmenté de +3,3kgN.ha-1.an-1 à Barry Sine, +1,8kgN.ha-1.an-1 à Diohine). Les bénéfices socio-économiques des fosses fumières sont plus probants à Barry Sine (rendement en mil accru de +32kgMB.ha-1.an-1, gain annuel de +64 €.foyer-1.an-1). Cette option est plus pertinente à Barry Sine en raison de la plus forte disponibilité de biomasse et de la logique de gestion individuelle des ressources. À Diohine, les fosses fumières ne seraient vraiment profitables que si elles étaient couplées à un projet d’embouche collective et à l’augmentation des capacités de transport du fumier (charrettes et animaux de trait).

88L’impact du parc arboré sur les rendements et son rôle dans l’alimentation animale suscite l’intérêt pour la conservation de cette ressource. La coordination du collectif représente le facteur majeur de protection des plants, ce qui laisse supposer que Diohine serait plus enclin à mener un tel projet de territoire.

89Cette étude de cas en pays sereer souligne l’impact de la hiérarchie des genres sur l’accès aux ressources, aux activités agricoles et au changement. Les femmes ont un rôle prédominant dans la fertilisation des parcelles. Elles sont des forces de proposition pour des améliorations (e. g. fosses fumières) et démontrent des capacités d’organisation pour l’autogestion et l’autofinancement. La réalisation de leurs projets est cependant entravée par la hiérarchie des genres. La place des femmes et la concertation inter-genre sont donc des enjeux clefs de l’adoption de pratiques durables.

90Cette étude illustre l’intérêt de coupler une approche quantitative (ex. bilan N spatialisés) à une approche compréhensive (ex. ateliers participatifs). Elle démontre que les modes d’organisation sociale des communautés villageoises déterminent fortement l’organisation des terroirs et les pratiques agricoles ainsi que leur évolution. Cette approche a permis d’approfondir les règles de décision qui orientent les dynamiques de gestion des systèmes agricoles. La confrontation des états des lieux quantitatifs et compréhensifs permet de dévoiler les différences de perspective entre les coordinateurs des projets et les acteurs locaux sur une même thématique. Cette compréhension des représentations et des logiques qui sous-tendent la gestion du terroir est un levier essentiel pour tout projet de recherche appliqué. Les ateliers de prospective permettent quant à eux la co-construction de voies d’amélioration adaptées au contexte socio-économique, qui nourrissent et orientent les projets de développement. La qualité des productions fondées sur la participation des acteurs locaux dépend amplement de l’adaptation de la méthode au contexte social. Ainsi, la conception de l’organisation des échanges, des méthodes de facilitation et des objets frontières (supports visuels), se sont révélés être des éléments clefs du dispositif participatif. La manipulation et l’interprétation des supports cartographiques et schématiques par les villageois lors des ateliers participatifs nous a permis de conclure que ces formes de représentation sont pertinentes dans une démarche de recherche-action avec les acteurs du bassin arachidier du Sénégal. Pour autant, la mobilisation de ces supports s’est inscrite dans un long processus d’explicitation des supports tout au long de la démarche et par des techniques de facilitation telle que la métaphore.

Bibliographie

Bibliographie

Agence nationale de la Statistique et de la Démographie, 2012, Projections des indicateurs démographiques 2013-2035, Tableau SN2 : Résumé de quelques indicateurs démographiques de 2013-2035.
http://www.ansd.sn/ressources/publications/indicateurs/Projectionsdemographiques-2013-2025.htm

Badiane Y.B.A., 2006, Évolution du système d’élevage face aux pressions foncière, environnementale et démographique dans le parc agro-forestier de Niakhar. Thèse de master, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 107 p.

Bationo A., Mokwunye A.U., 1991, “Role of Manures and Crop Residue in Alleviating Soil Fertility Constraints to Crop Production: With Special Reference to the Sahelian and Sudanian Zones of West Africa,” Fertilizer Research, 29, 117-125.

Becker C., 2014, Traditions villageoises du Siin, recueillies par Charles Becker, Victor Martin et Aloyse Ndène. Arrondissement de Diakhao, Arrondissement de Fimela, Arrondissement de Niakhar, Arrondissement de Tatagin, Dakar, CNRS, 319 p.

Bernard, F., 2015, « What Can Climate-smart Agricultural Landscapes Learn from the Gestion de terroirs Approach? » in P.A. Minang, M. van Noordwijk, O.E. Freeman, C. Mbow, J. de Leeuw, D. Catacutan (dir.), Climate-Smart Landscapes: Multifunctionality in Practice, Nairobi, Kenya, Éditions World Agroforestry Centre (ICRAF), 51-61.

Bourgoin J., 2012, “Sharpening the Understanding of Rural Landscapes with Participatory Land-use Planning in Lao PDR,” Applied Geography, 34, 99-110.

Blanchard M., Koutou M., Vall E., Bognini S., 2011, « Comment évaluer un processus innovant ? Cas de l’amélioration quantitative et qualitative de la fumure organique au champ », Revue d’élevage et de médecine vétérinaire en pays tropicaux, 64, 1-4, 61-72.

Burini F., 2009, La cartographie participative et la pratique du terrain dans la coopération environnementale : la restitution des savoirs traditionnels des villages de l’Afrique subsaharienne, Communication au Colloque “À□ travers l’espace de la méthode : les dimensions du terrain en géographie”, Arras, 18-20 juin 2008, 10 p.

Cash D.W., Clark W.C., Alcock F., Dickson N.M., Eckley N., Guston D.H., 2003, “Knowledge Systems for Sustainable Development,” Proceedings of the National Academy of Sciences United States of America, 100, 8086-8091.

Centre de Coopération internationale en Recherche agronomique pour le Développement, 1989, « Faidherbia albida (Del.) A. Chev., caractères sylvicoles et méthodes de plantation », Bois et Forêts des Tropiques, 222, 55-69.

Chambers R., 2006, Cartographie participative et systèmes d’information géographique : à qui appartiennent les cartes ? Qui en ressort renforcé, qui en ressort affaibli ? Qui gagne et qui perd ?, The Electronic Journal on Information Systems in Developing Countries, 25 (2), 1-14.

Checkland P., Poulter J., 2006, Learning For Action: A Short Definitive Account of Soft Systems Methodology, and its Use Practitioners, Teachers and Students, A Fleshed-out Account of SSM. Chichester, Royaume-Uni, Wiley Editions, 22-63.

D’Aquino P., Seck S.M., Camara S., 2002, « Un SIG conçu pour les acteurs : l’opération pilote POAS au Sénégal », L’Espace géographique, 31, 1, 23-37.

Delaunay V., Lalou R., 2012, Culture de la pastèque, du sanio et pratique de l’embouche bovine dans la zone d’étude de Niakhar, Enquête légère juin 2012, Rapport d’analyse. Dakar, Éditions IRD, 12 p.

Delaunay V., Douillot L., Diallo A., Dione D., Trape J.F., Medianikov O., Raoult D., Sokhna C., 2013, “Profile: The Niakhar Health and Demographic Surveillance System,” International Journal of Epidemiology, 42, 1002-1011.

Dia F., Diop O., Sylla O., Cissé C., Ndao N., Ly K., Diédhiou D., 1999, Diagnostic participatif du village de Bari Ndondol, évaluation ex-ante de l’impact potentiel et de l’acceptabilité des technologies alternatives de gestion des éléments minéraux : Phase de diagnostic/ Analyse, Dakar, Institut Sénégalais de Recherches Agricoles, Direction des recherches sur la santé et les productions animales et Projet agroforestier de Diourbel/Fida, 23 p.

Fertipartenaires, 2012, Fiche technique Fertipartenaires no 2, Production de fumier en fosse, Bobo-Dioulasso, Burkina Faso, Éditions CIRAD, CIRDES, UPPCT, INADES, 2 p.

Flood R.L., 2000, “A Brief Review of Peter B. Checkland’s Contribution to Systemic Thinking,” Systemic Practice and Action Research, 13 (6), 723-731.

Food and Agriculture Organization of The United Nations, 2003, Gestion de la fertilité des sols pour la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne, Rome, Italie, FAO, 66 p.

Food and Agriculture Organization of The United Nations, 2010, Profil nutritionnel de pays, République du Sénégal. Rome, Italie, FAO et SICIAV, 64 p.

Food and Agriculture Organization of The United Nations, 2013, Country Profil, Senegal, http://faostat.fao.org/site/666/default.aspx

Giffard P.L., 1964, « Les possibilités de reboisement en Acacia albida au Sénégal », Revue Bois et Forêts des Tropiques, 95, 21-33.

Kirmse R.D., Norton B.E., 1984, “The Potential of Acacia albida for Desertification Control and Increased Productivity in Chad,” Biologcal Conservation, 29, 121-141.

Lahmar R., Bationo B.A., Lamso N.D., Guéro Y., Tittonell P., 2012, “Tailoring Conservation Agriculture Technologies to West Africa Semi-arid Zones: Building on Traditional Local Practices for Soil Restoration,” Field Crops Research, 132, 158-167.

Lericollais A., 1999. Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal, Paris, Éditions IRD, 681 p.

Manlay R.J., Ickowicz A., Masse D., Feller C., Richard D., 2004, “Spatial Carbon, Nitrogen and Phosphorus Budget in a Village of the West African Savanna--II. Element Flows and Functioning of a Mixed-Farming System,” Agricultural Systems, 79, 83-107.

Odru M., 2013, Flux de biomasse et renouvellement de la fertilité des sols à l’échelle du terroir. Étude de cas d’un terroir villageois sereer au Sénégal. Thèse de master, Cergy-Pontoise, ISTOM, 109 p.

Pélissier P., 1966, Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor à la Casamance, Saint-Yrieix, Éditions Fabrègue, 939 p.

Pretty J.N., 1995, “Participatory Learning for Sustainable Agriculture,” World Development, 23 (8), 1247-1263.

Rabot C., 1990, « Transfert de fertilité et gestion des terroirs, Quelques points de vue », Les Cahiers de la Recherche Développement, 25, 19-32.

Roy R.N., Misra R.V., Lesschen J.P., Smaling E.M., 2005, « Évaluation du bilan en éléments nutritifs du sol, Approches et méthodologies », Bulletin de la FAO. Engrais et nutrition végétale 14. Rome, Italie, Éditions FAO, 85 p.

Rufino M.C., Hengsdijk H., Verhagen A., 2009, “Analysing Integration and Diversity in Agro-ecosystems by Using Indicators of Network Analysis,” Nutrient Cycling in Agroecosystems, 84, 229-247.

Schlecht E., Hiernaux P., 2004, “Beyond Adding up Inputs and Outputs: Process Assessment and Upscaling in Modelling Nutrient Flows,” Nutrient Cycling in Agroecosystems, 70, 303-319.

Schlecht E., Buerkert A., Tielkes E., Bationo A., 2006, “A Critical Analysis of Challenges and Opportunities for Soil Fertility Restoration in Sudano-Sahelian West Africa,” Nutrient Cycling in Agroecosystems, 76, 109-136.

Sla EN T., Mantere V., Tollet L., 2003, OPERA, A Guide for More Efficient Meetings, Helsinki, Finlande, Editions Innotiimi, 122 p.

Sriskandarajah N., Bawden R.J., Packham R.G., 1991, ‘Systems Agriculture: A Paradigm for Sustainability,” Association for Farming Systems Research-Extension Newsletter, 2 (3), 1-4.

Thornton P.K., Herrero M., 2001, “Integrated Crop-livestock Simulation Models for Scenario Analysis and Impact Assessment,” Agricultural Systems, 70 (2-3), 581-602.

Vandermeeresch C., Marra A., Ndiaye P., Ndiaye O., Faye S., Lévi P., Naulin A., Ekoudvidjin E., 2013, Rapport sur les enquêtes « Culture élevage », « Ménage équipement » et le « Suivi scolaire ». Document technique et axes de recherche, Dakar, Sénégal, IRD, 270 p.

Vayssières J., 2012. Modélisation participative et intégration des pratiques décisionnelles d’éleveurs dans un modèle global d’exploitation. Thèse doctorale, Centre International d’Études Supérieures en Sciences Agronomiques, Montpellier, 179 p.

Vayssieres J., Blanchard M., Vigne M., Masse D., Albrecht A., Vall E., Poccard-Chapuis R., Corniaux C., Lecomte P., 2015, “The Risk of Declines in Soil Fertility and Crop Productivity Due to Decreased Livestock Presence in Agropastoral Zones of West Africa,” 5th International Symposium for Farming Systems Design, 7-10 septembre 2015, Montpellier, France, 2 p.

Wezel A., Rath T., 2002, “Resource Conservation Strategies in Agro-ecosystems of Semi-arid West Africa,” Journal of Arid Environments, 51, 383-400.e

Notes

5 4ème source d’intrant azoté à Diohine ; 3ème à Barry Sine.

6 1 0,96 UBT.an.ha-1 a□ Diohine ; 2,31 UBT.an.ha-1 à Barry Sine.

7 D’après un test ANOVA.

8 D’après un test ANOVA.

9 0,35 % des sorties du terroir en azote contre 96,75 % pour la vente d’animaux.

10 D’après les enquêtes, 66 % de la SAU a été semée en niébé à Barry Sine contre 53 % à Diohine.

11 Ici on considère uniquement les UBT. h passées au sein de la concession, car seul le fumier produit dans la concession peut être collecté.

12 D’après une ACP (test de Pearson).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Représentation conceptuelle du système étudié : le terroir villageois
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau 2. Questions des ateliers participatifs relatives à la structure du terroir
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Tableau 3. Questions des ateliers participatifs relatives aux pratiques agricoles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Figure 2. Modèle de dossier individuel remis aux enquêtés à la fin des ateliers participatifs détaillé par catégorie de biomasse
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Titre Figure 3. Zonage agro-écologique de Diohine (à gauche) et Barry Sine (à droite) en 2013
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 4. Composition des intrants azotés des parcelles pour l’année culturale 2012 à Diohine et Barry Sine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Figure 5. Illustration des comparaisons des ressources favorisant la fertilité du terroir villageois pour Diohine et Barry Sine par genre listées aux ateliers en 2013
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Figure 6. Fréquence de citation des types d’élevage par genre et par village durant les ateliers de Diohine et Barry Sine en 2013
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 7. Synthèse de la cartographie participative des zones de fertilité par sous-groupe du terroir par genre lors des ateliers de Diohine et Barry Sine en 2013
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Tableau 5. Composantes du bilan azoté (flux entrants et sortants) des terroirs de Diohine et Barry Sine en 2012
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 8. Citation des voies d’amélioration de la fertilité des sols, par terroir villageois, aux ateliers de Diohine et Barry Sine en 2013
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 9. Comparaison par village et par genre des voies de financement pour l’amélioration de la fertilité des sols du terroir identifiées lors des ateliers de Barry Sine et de Diohine en 2013
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Tableau 6. Résultats environnementaux, et socio-économiques de l’implémentation de fosses fumières par type de foyer
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 10. Protection individuelle des jeunes plants par l’utilisation de matériel local
Légende Source : KIRMSE et NORTON, 1984
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/31712/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteurs

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search