Version classiqueVersion mobile

Niakhar, mémoires et perspectives

 | 
Valérie Delaunay
, 
Alice Desclaux
, 
Cheikh Sokhna

Partie 2. Les apports scientifiques du suivi

Annexe 16.1. Le projet Cerao : de l’intérêt des observatoires pour les études sur les dynamiques des agro-socio-écosystèmes

Dominique Masse, Yacine Ndour Badiane et Jonathan Vayssières

Texte intégral

1L’Afrique de l’Ouest est confrontée à des changements socio-économiques et climatiques majeurs depuis quelques décennies. Elle devra pouvoir assurer une croissance démographique sans précédent entrainant des besoins alimentaires accrus : la FAO estime que la production agricole devra augmenter de 70 % d’ici 2050 en Afrique subsaharienne. Les changements climatiques qui se dessinent tendent à indiquer une accentuation des risques climatiques, notamment des événements extrêmes qui induiront sécheresses ou inondations. L’agriculture, qui est aussi un secteur économique créateur de richesse dans les pays du Sud, doit pouvoir répondre à ce défi en produisant plus. Cependant, fort du constat de l’impact de l’agriculture sur l’environnement, il est nécessaire de proposer un développement de ce secteur qui préservera les ressources naturelles pour les générations futures (la biodiversité, les services écosystémiques, les sols, etc.).

2Les agriculteurs et plus généralement les acteurs qui gravitent autour du secteur agricole montrent souvent une capacité d’adaptation importante face à des contraintes qui apparaissent bien souvent aléatoires. Les pratiques agricoles traditionnelles sont d’ailleurs marquées par cette adaptation aux risques d’ordre environnemental, voire socio-économique, qui entourent les systèmes agricoles (Eldin & Milleville 1989). Par analogie, les écosystèmes naturels présentent également des processus écologiques qui leur confèrent une certaine résilience. L’ingénierie écologique est une discipline qui s’inspire à la fois du fonctionnement des écosystèmes naturels et des savoir-faire locaux pour innover vers des pratiques durables (Mitsch & Jørgensen 2003).

3L’observatoire de Niakhar et toutes les études qui y ont été réalisées depuis maintenant plus de 50 ans offrent la possibilité de décrire les trajectoires agricoles, environnementales et sociales. À partir de ces observations, il serait alors possible d’établir les processus clés écologiques, agronomiques et sociaux qui confèrent aux agro-socio-écosystèmes une capacité d’adaptation dans un contexte de changement global. Le projet CERAO “Auto-adaptation des agro-socio-écosystèmes tropicaux face aux changements globaux ? Étude à long terme en vue d’une intensification écologique de la production de céréales dans les zones de savanes en Afrique de l’Ouest” ambitionne donc de dégager des règles qui détermineront le “champ des possibles” pour des innovations futures à partir d’une analyse sur le long terme des trajectoires des agro-socio-écosystèmes en terme agronomique et social.

4Ce projet, financé par le programme Agrobiosphère de l’ANR, s’inscrit dans la lignée des études dites « de retour sur terrains anciens ». Mais, comme l’indiquent A. Lericollais et al. (1999), « il ne s’agit pas uniquement d’une réévaluation des travaux anciens, de géographie agraire notamment, mais de la mise en place de nouveaux protocoles de recherche », qui utilisent notamment de nouvelles approches méthodologiques, que ce soit analytique comme la génomique sur les plantes cultivées ou sur les micro-organismes du sol, mais également sur la base d’outils informatiques de simulation des systèmes complexes tels que les agro-socio-écosystèmes.

5Les activités seront organisées autour de trois tâches. La tâche 1 aura pour objectif de préciser le contexte climatique (tâche 1.1), démographique (tâche 1.2) et la dynamique de l’occupation des terres (tâche 1.3) au cours des dernières décennies. La tâche 2 décrira les trajectoires au cours du temps des ménages (tâche 2.1), des systèmes de culture (tâche 2.2), des cycles de nutriments et des matières organiques (tâche 2.3) et de la biodiversité des céréales (tâche 2.4). La tâche 3 intégrera les connaissances par une formalisation s’appuyant sur des modèles de systèmes de culture et d’exploitation agricole (tâche 3.1), un système multi-agent (tâche 3.2), et enfin un modèle multi-compartiment couplé avec une analyse réseaux des flux de nutriments (tâche 3.3). La tâche 3.4 aura pour objectif, à travers un travail de synthèse des résultats obtenus dans les tâches précédentes, d’identifier les déterminants écologiques et sociaux des futures pratiques d’intensification écologique de la production de céréales dans les régions semi-arides sub-sahariennes.

6Le projet est coordonné par le laboratoire mixte international IESOL “Intensification écologique des sols cultivés en Afrique de l’Ouest”. Les partenaires du projet sont l’UMR ECO&SOLS “Écologie fonctionnelle et biogéochimie des sols et des agrosystèmes” ; l’UMR DIADE “Diversité Adaptation Développement des plantes” ; l’UMR LPED “Laboratoire Populations Environnement Développement” ; l’UMR SELMET “Systèmes d’élevages méditerranéens et tropicaux” ; le Laboratoire national de recherche sur les productions végétales (LNRPV) de l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA), et le Laboratoire de Physique de l’Atmosphère et de l’Océan (LPAOSF) de l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

7Les principaux résultats du projet seront (i) le renseignement de la base de données sur les évolutions environnementale, agronomique et sociale ; (ii) des modèles décrivant les flux de nutriments et de matières organiques à différentes échelles de temps et d’espace ; (iii) des scénarios d’adaptation aux changements environnementaux et démographiques, des orientations pour une amélioration de la production des céréales dans les zones étudiées ; (iv) la constitution d’un consortium de recherche multidisciplinaire ; (v) des publications dans des revues internationales et une communication des résultats sur les concepts écologiques et sociaux qui doivent contribuer à une intensification de la production de céréales dans les agro-socio-écosystèmes.

8Ce projet illustre tout l’intérêt de la mise en place d’observatoires pluridisciplinaires permettant de croiser sur le long terme de multiples regards sur les « hommes dans leur environnement », c’est-à-dire s’intéressant à la dynamique des interactions complexes entre les populations humaines et leur environnement, intervenant par exemple via l’agriculture et l’élevage.

Bibliographie

Références

Eldin M., Milleville P. (dir.), 1989, Le risque en agriculture, Paris, ORSTOM, 619 p.

Lericollais A., Milleville P., Pontié G., 1999, « Terrains anciens, approche renouvelée : analyse du changement dans les systèmes agraires sereer », in A. Lericollais (éd.), Paysans sereer : dynamiques agraires et mobilités au Sénégal, Paris, IRD, 15-33.

Mitsch W.J., Jørgensen S. E., 2003, “Ecological Engineering: A Field Whose Time Has Come,” Ecological Engineering 20 (5), 363-377.

Auteurs

Laboratoire national de Recherche sur les Productions végétales, ISRA, Dakar, Sénégal ; LMI IESOL, ISRA, IRD, CIRAD, Dakar, Sénégal.

© IRD Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search